Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Assane Seydou, président du Conseil de Ville de Niamey : «Avec seulement ses ressources propres, la ville de Niamey ne pourra jamais apporter des solutions à tous les problèmes»

M. Assane Seydou M. Assane Seydou

M. le président, la ville de Niamey fait face chaque année à des problèmes d'inondations dans certains de ses quartiers. Pourquoi n'y a-t-il toujours pas de solution définitive à ce problème ?
Je vous remercie très sincèrement d'être venu nous voir pour recueillir, par la voix la plus autorisée, les informations de première main sur la ville de Niamey dont nous avons l'honneur de présider le Conseil. C'est cela la meilleure approche, plutôt que de diffuser des informations approximatives ou des contrevérités. Par ailleurs, vous nous donnez l'occasion d'éclairer la lanterne de beaucoup de nos concitoyens, et particulièrement les populations de Niamey, par rapport à nos occupations, nos préoccupations et nos attentes de tous les jours.
Comme vous le savez, le problème des inondations est un phénomène récurrent qui dépend de plusieurs facteurs. Parmi ces facteurs, nous avons ceux qui ont pour cause la nature elle-même, c'est-à-dire des aléas climatiques; et ceux qui dépendent de l'œuvre humaine, de nos comportements et de la façon dont nous construisons la cité.
Dans le premier cas, il faut susciter au niveau des populations la capacité de développer des réponses à ces aléas climatiques. Parce qu'il est difficile, et voire impossible, d'enrayer ces phénomènes d'inondations, on ne peut qu'en atténuer les effets et s'adapter au phénomène; c'est cela qu'on appelle, dans le jargon des techniciens, la résilience climatique ; et en ce qui nous concerne, nous dirons la résilience urbaine.
Pour ce qui est du second cas évoqué tantôt, il y a des inondations parce que des constructions sont faites dans des zones naturellement inondées (bras morts du fleuve, koris, cuvettes etc) ; ou parce que la ville s'est étendue inexorablement et l'assainissement n'a pas suivi, faute de moyens financiers; mais aussi parce que des constructions sont faites sans aucune autorisation de construire préalable.

Au-delà des zones dites inondables, la plupart des quartiers de la ville connaissent aussi des problèmes d'assainissement, avec des ruelles inondées par endroits. Que font vos services pour remédier à cela ?
Oui, effectivement vous avez raison, ce n'est pas seulement dans les zones inondables qu'on constate le phénomène, mais presque un peu partout dans les différents quartiers de la ville. Mais ce qu'il vous faut savoir, c'est que l'assainissement de la ville, et surtout de la capitale, ne doit pas être laissé à la seule responsabilité de la ville. Je crois que dans toutes les capitales du monde, le gros assainissement est de la responsabilité des ministères techniques de l'Etat (Ministère de l'Urbanisme, Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement, Ministère de l'Equipement...) pour la réalisation d'abord des différents schémas directeurs (urbanisme, assainissement) et surtout de la construction des gros ouvrages (égouts, collecteurs etc.), donc de la grande trame. Ensuite, oui les communes et la ville s'occupent de la confection des caniveaux secondaires qui se déverseront dans ces égouts ou collecteurs.


Cependant, nous pensons que les services techniques de la ville et des arrondissements communaux font tous leurs efforts pour aménager les rues et ruelles de la capitale, mais d'un autre côté, les populations doivent y contribuer d'abord en s'acquittant régulièrement de la taxe de voirie, et en changeant de comportement dans leurs manières d'utiliser les ouvrages publics d'assainissement (caniveaux, collecteurs etc.).
Certains quartiers de la ville souffrent du non enlèvement des ordures ménagères. C'est le cas entre la Centrale Nigelec et le Cimetière de Yantala, pour ne citer que cet exemple. Que leur répondez-vous ?
En ce qui concerne l'enlèvement des ordures, nous connaissons d'énormes problèmes. En fait, que ce soit la Centrale Nigelec ou autour des Cimetières de Yantala, ou tout autre quartier de la ville, l'enlèvement des ordures ne se fait pas de manière régulière, il est vrai. Mais je puis vous assurer que 65 à 70% de nos dépenses de fonctionnement vont dans la gestion des ordures ménagères (carburant, pièces de rechange, pneumatiques etc...). Si je prends seulement le carburant, il nous faut, pour chaque semaine, disposer de 20. 000. 000 de FCFA pour alimenter la soute du garage, donc environ de 80. 000. 000 de FCFA par mois.
Mais ce n'est qu'une question de temps. Actuellement, en collaboration étroite avec le Haut Commissariat au programme Niamey Nyala et d'autres partenaires, nous sommes en train de tester, dans l'arrondissement communal Niamey I, un projet pilote de gestion des ordures ménagères qui durera 6 mois. Nous pensons qu'après les six mois, cette expérience pourra être répliquée dans les autres arrondissements de la ville de Niamey.
Les citoyens lamda ont l'impression que malgré les grands moyens en termes de matériels de travail et d'engins dont dispose la ville de Niamey, vous êtes souvent sans réaction par rapport à tous ces problèmes évoqués par les populations. Quel commentaire cela vous inspire ?
C'est vraiment l'impression que vous avez, comme vous le dite si bien. Oui, pour tout profane, la ville de Niamey dispose d'énormes moyens matériels, et le travail ne se fait pas. Mais lorsque, plus haut déjà, je vous informais sur notre consommation de carburant par semaine, il faut vous dire que tous nos camions et engins sont utilisés quotidiennement. Seulement, lorsque vous regardez comment la ville s'est étendue anormalement avec une population de plus d'un million d'habitants qui produisent plus de 1200 tonnes d'ordures ménagères par jour, et de l'autre côté un budget annuel qui tourne autour de 20 milliards pour le budget ordinaire et 25 milliards pour l'investissement, dont 85% proviennent des ressources rétrocédées par l'Etat et difficilement accessibles, vous comprendrez qu'avec seulement ses ressources propres, la ville de Niamey ne peut, et ne pourra jamais, apporter des solutions à tous les problèmes évoqués par certaines langues ou certaines plumes. Il faut que, d'un côté, ceux qui se plaignent s'acquittent de leurs impôts et taxes, et que de l'autre l'Etat mette à la disposition de la ville, à travers le Trésor public, les ressources rétrocédées tant il est vrai que la dépense est régulière et légale.
Depuis l'incendie qui a ravagé le Petit Marché de Niamey, il y a de cela environ trois ans, le site reste toujours vierge. Pourtant, il a été évoqué l'idée de la construction d'un centre commercial sur ce site. Qu'en est-il de ce dossier ?
Effectivement, le dossier du Petit Marché suit son cours normalement. La ville de Niamey, avec l'appui du programme Niamey Nyala et d'autres partenaires techniques et financiers, est en train d'élargir la réflexion sur le devenir de la place du Petit March, tout en ouvrant les éventails vers une étude globale de remise à niveau des marchés de Niamey. Voyez-vous, il nous faut régler définitivement le problème de concentration de l'activité commerciale uniquement dans le centre ville. Cette étude permettra dedévelopper d'autres pôles de croissance afin de désengorger le centre, tout en développant, en modernisant les marchés secondaires et en renforçant leur capacité d'accueil pour loger tous les commerces en bordure des voies, et ainsi désencombrer les voies et places publiques.
Les espaces publics ne sont pas toujours respectés à Niamey. Ce qui crée souvent trop d'encombrement sur les routes. Que fait la ville de Niamey pour amener les citoyens à respecter ces espaces ?
Je rejoins ainsi votre question, car ce qui est dit tantôt apportera des solutions à l'encombrement des voies. Mais d'une manière générale, il vous souviendra que l'ex-Communauté Urbaine de Niamey(CUN) a émis, en 2004, un arrêté réglementant l'occupation des voies ; cet arrêté a été réactualisé par le Conseil de ville de Niamey en 2012, mais cela n'a pas suffi pour réguler le phénomène. Aussi, très bientôt, à travers une brigade de contrôle de l'occupation du domaine public, la ville va s'attaquer à ce phénomène qui prend des proportions inquiétantes et qui entrave totalement toute mobilité dans le centre ville.
A travers le plan d'investissement annuel 2013, des prévisions significatives dans certains secteurs porteurs de croissance, notamment les infrastructures et le développement de la production, ont été faites. Est-ce que ces prévisions ont été mises en œuvre?
Voyez-vous, au cours de chaque élaboration du budget, nous faisons toujours des prévisions pour les infrastructures, qu'elles soient de communication, sociales ou du développement de la production, comme le prévoit la nomenclature budgétaire. Cependant, comme avec tout budget, on ne peut faire qu'à la mesure de ses moyens; et quelques réalisations ont été effectivement faites dans ces domaines cités, mais dans des proportions relatives aux ressources mobilisées. Je vous invite, à la communication que je vais bientôt faire sur l'état de la ville à l'endroit de la population, et en ce moment, vous aurez tous les ratios par rapport aux réalisations.

Oumarou Moussa

L'invité de Sahel Dimanche

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Inondations dans certains quartiers de la ville de…

Inondations dans certains quartiers de la ville de Niamey : La menace est réelle !

L'installation définitive de la saison des pluies sur l'ensemble du territoire de notre pa...

vendredi 14 juillet 2017

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'O…

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'Ouest : Les experts tirent sur la sonnette d'alarme bien avant le... déluge

Des pluies abondantes et des inondations sont enregistrées depuis le début de la campagne ...

vendredi 14 juillet 2017

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agricultu…

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agriculture : «A la date du 10 juillet 2017, 95% des villages agricoles ont semé contre 91% en 2016''

Monsieur le Directeur Général, cette année, la campagne agricole a débuté précocement dans...

vendredi 14 juillet 2017

L'air du temps

Les effets du changement climatique à nos portes

Les effets du changement climatique à nos portes

Depuis des décennies, on en entendait parler, sans trop saisir grand-chose ni de son conte...

vendredi 14 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.