Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Assane Seydou, président du Conseil de Ville de Niamey : «Avec seulement ses ressources propres, la ville de Niamey ne pourra jamais apporter des solutions à tous les problèmes»

M. Assane Seydou M. Assane Seydou

M. le président, la ville de Niamey fait face chaque année à des problèmes d'inondations dans certains de ses quartiers. Pourquoi n'y a-t-il toujours pas de solution définitive à ce problème ?
Je vous remercie très sincèrement d'être venu nous voir pour recueillir, par la voix la plus autorisée, les informations de première main sur la ville de Niamey dont nous avons l'honneur de présider le Conseil. C'est cela la meilleure approche, plutôt que de diffuser des informations approximatives ou des contrevérités. Par ailleurs, vous nous donnez l'occasion d'éclairer la lanterne de beaucoup de nos concitoyens, et particulièrement les populations de Niamey, par rapport à nos occupations, nos préoccupations et nos attentes de tous les jours.
Comme vous le savez, le problème des inondations est un phénomène récurrent qui dépend de plusieurs facteurs. Parmi ces facteurs, nous avons ceux qui ont pour cause la nature elle-même, c'est-à-dire des aléas climatiques; et ceux qui dépendent de l'œuvre humaine, de nos comportements et de la façon dont nous construisons la cité.
Dans le premier cas, il faut susciter au niveau des populations la capacité de développer des réponses à ces aléas climatiques. Parce qu'il est difficile, et voire impossible, d'enrayer ces phénomènes d'inondations, on ne peut qu'en atténuer les effets et s'adapter au phénomène; c'est cela qu'on appelle, dans le jargon des techniciens, la résilience climatique ; et en ce qui nous concerne, nous dirons la résilience urbaine.
Pour ce qui est du second cas évoqué tantôt, il y a des inondations parce que des constructions sont faites dans des zones naturellement inondées (bras morts du fleuve, koris, cuvettes etc) ; ou parce que la ville s'est étendue inexorablement et l'assainissement n'a pas suivi, faute de moyens financiers; mais aussi parce que des constructions sont faites sans aucune autorisation de construire préalable.

Au-delà des zones dites inondables, la plupart des quartiers de la ville connaissent aussi des problèmes d'assainissement, avec des ruelles inondées par endroits. Que font vos services pour remédier à cela ?
Oui, effectivement vous avez raison, ce n'est pas seulement dans les zones inondables qu'on constate le phénomène, mais presque un peu partout dans les différents quartiers de la ville. Mais ce qu'il vous faut savoir, c'est que l'assainissement de la ville, et surtout de la capitale, ne doit pas être laissé à la seule responsabilité de la ville. Je crois que dans toutes les capitales du monde, le gros assainissement est de la responsabilité des ministères techniques de l'Etat (Ministère de l'Urbanisme, Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement, Ministère de l'Equipement...) pour la réalisation d'abord des différents schémas directeurs (urbanisme, assainissement) et surtout de la construction des gros ouvrages (égouts, collecteurs etc.), donc de la grande trame. Ensuite, oui les communes et la ville s'occupent de la confection des caniveaux secondaires qui se déverseront dans ces égouts ou collecteurs.


Cependant, nous pensons que les services techniques de la ville et des arrondissements communaux font tous leurs efforts pour aménager les rues et ruelles de la capitale, mais d'un autre côté, les populations doivent y contribuer d'abord en s'acquittant régulièrement de la taxe de voirie, et en changeant de comportement dans leurs manières d'utiliser les ouvrages publics d'assainissement (caniveaux, collecteurs etc.).
Certains quartiers de la ville souffrent du non enlèvement des ordures ménagères. C'est le cas entre la Centrale Nigelec et le Cimetière de Yantala, pour ne citer que cet exemple. Que leur répondez-vous ?
En ce qui concerne l'enlèvement des ordures, nous connaissons d'énormes problèmes. En fait, que ce soit la Centrale Nigelec ou autour des Cimetières de Yantala, ou tout autre quartier de la ville, l'enlèvement des ordures ne se fait pas de manière régulière, il est vrai. Mais je puis vous assurer que 65 à 70% de nos dépenses de fonctionnement vont dans la gestion des ordures ménagères (carburant, pièces de rechange, pneumatiques etc...). Si je prends seulement le carburant, il nous faut, pour chaque semaine, disposer de 20. 000. 000 de FCFA pour alimenter la soute du garage, donc environ de 80. 000. 000 de FCFA par mois.
Mais ce n'est qu'une question de temps. Actuellement, en collaboration étroite avec le Haut Commissariat au programme Niamey Nyala et d'autres partenaires, nous sommes en train de tester, dans l'arrondissement communal Niamey I, un projet pilote de gestion des ordures ménagères qui durera 6 mois. Nous pensons qu'après les six mois, cette expérience pourra être répliquée dans les autres arrondissements de la ville de Niamey.
Les citoyens lamda ont l'impression que malgré les grands moyens en termes de matériels de travail et d'engins dont dispose la ville de Niamey, vous êtes souvent sans réaction par rapport à tous ces problèmes évoqués par les populations. Quel commentaire cela vous inspire ?
C'est vraiment l'impression que vous avez, comme vous le dite si bien. Oui, pour tout profane, la ville de Niamey dispose d'énormes moyens matériels, et le travail ne se fait pas. Mais lorsque, plus haut déjà, je vous informais sur notre consommation de carburant par semaine, il faut vous dire que tous nos camions et engins sont utilisés quotidiennement. Seulement, lorsque vous regardez comment la ville s'est étendue anormalement avec une population de plus d'un million d'habitants qui produisent plus de 1200 tonnes d'ordures ménagères par jour, et de l'autre côté un budget annuel qui tourne autour de 20 milliards pour le budget ordinaire et 25 milliards pour l'investissement, dont 85% proviennent des ressources rétrocédées par l'Etat et difficilement accessibles, vous comprendrez qu'avec seulement ses ressources propres, la ville de Niamey ne peut, et ne pourra jamais, apporter des solutions à tous les problèmes évoqués par certaines langues ou certaines plumes. Il faut que, d'un côté, ceux qui se plaignent s'acquittent de leurs impôts et taxes, et que de l'autre l'Etat mette à la disposition de la ville, à travers le Trésor public, les ressources rétrocédées tant il est vrai que la dépense est régulière et légale.
Depuis l'incendie qui a ravagé le Petit Marché de Niamey, il y a de cela environ trois ans, le site reste toujours vierge. Pourtant, il a été évoqué l'idée de la construction d'un centre commercial sur ce site. Qu'en est-il de ce dossier ?
Effectivement, le dossier du Petit Marché suit son cours normalement. La ville de Niamey, avec l'appui du programme Niamey Nyala et d'autres partenaires techniques et financiers, est en train d'élargir la réflexion sur le devenir de la place du Petit March, tout en ouvrant les éventails vers une étude globale de remise à niveau des marchés de Niamey. Voyez-vous, il nous faut régler définitivement le problème de concentration de l'activité commerciale uniquement dans le centre ville. Cette étude permettra dedévelopper d'autres pôles de croissance afin de désengorger le centre, tout en développant, en modernisant les marchés secondaires et en renforçant leur capacité d'accueil pour loger tous les commerces en bordure des voies, et ainsi désencombrer les voies et places publiques.
Les espaces publics ne sont pas toujours respectés à Niamey. Ce qui crée souvent trop d'encombrement sur les routes. Que fait la ville de Niamey pour amener les citoyens à respecter ces espaces ?
Je rejoins ainsi votre question, car ce qui est dit tantôt apportera des solutions à l'encombrement des voies. Mais d'une manière générale, il vous souviendra que l'ex-Communauté Urbaine de Niamey(CUN) a émis, en 2004, un arrêté réglementant l'occupation des voies ; cet arrêté a été réactualisé par le Conseil de ville de Niamey en 2012, mais cela n'a pas suffi pour réguler le phénomène. Aussi, très bientôt, à travers une brigade de contrôle de l'occupation du domaine public, la ville va s'attaquer à ce phénomène qui prend des proportions inquiétantes et qui entrave totalement toute mobilité dans le centre ville.
A travers le plan d'investissement annuel 2013, des prévisions significatives dans certains secteurs porteurs de croissance, notamment les infrastructures et le développement de la production, ont été faites. Est-ce que ces prévisions ont été mises en œuvre?
Voyez-vous, au cours de chaque élaboration du budget, nous faisons toujours des prévisions pour les infrastructures, qu'elles soient de communication, sociales ou du développement de la production, comme le prévoit la nomenclature budgétaire. Cependant, comme avec tout budget, on ne peut faire qu'à la mesure de ses moyens; et quelques réalisations ont été effectivement faites dans ces domaines cités, mais dans des proportions relatives aux ressources mobilisées. Je vous invite, à la communication que je vais bientôt faire sur l'état de la ville à l'endroit de la population, et en ce moment, vous aurez tous les ratios par rapport aux réalisations.

Oumarou Moussa

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.