Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec M. Chaibou Dan Inna, ministre des Enseignements Professionnel et Technique : ''Grâce aux dispositions que nous avions prises à temps, la rentrée des classes 2014-2015 dans les différentes écoles et centres de formation sous notre tutel

M. Chaibou Dan Inna M. Chaibou Dan Inna

Monsieur le ministre, depuis quelques jours, les élèves ont repris le chemin des centres de formation professionnelle et technique. Comment s'est effectuée cette rentrée des classes dans les différentes écoles et centres de formation sous votre tutelle ?
Grâce aux dispositions que nous avions prises à temps, la rentrée des classes 2014-2015 dans les différentes écoles et centres de formation sous notre tutelle, je veux parler des écoles et centres publics et privés des niveaux élémentaire et moyen, s'est déroulée dans de bonnes conditions. Notre mission à Maradi le 1er octobre 2014 pour le lancement de la nouvelle année scolaire, nous a permis de constater le niveau de mobilisation des acteurs du sous-secteur.
Les dispositions prises ont concerné la mise en place des infrastructures de formation complémentaires pour faire face à l'expansion du système, la mise en place du personnel enseignant et les nominations des responsables des établissements de formation, la dotation des établissements en matériels et fournitures, et le payement des pécules des élèves pour les mois de juillet, août et septembre 2014.
En ce qui concerne les infrastructures précisément, il faut noter entre autres que les nouvelles infrastructures des Centres de Formation aux Métiers (CFM, ex CFDC) financées sur ressources propres ou sur financement des partenaires, sont réceptionnées et vont contribuer à élargir les capacités d'accueil de l'EFPT pour la prise en charge de nouveaux flux d'apprenants à la rentrée 2014. Pour les nouveaux établissements comme les 78 Collèges d'Enseignement Technique (CET) créés pour résorber les flux d'élèves issus du primaire, des mesures immédiates ont été prises pour les doter de locaux en structure métallique provisoire, et de 133 Centres de Formation aux Métiers (ex CFDC) pour accueillir de nouveaux flux, issus du primaire consécutivement à la suppression du CFEPD.
Il faut rappeler que les CFM sont des centres implantés au niveau des communes, et que les CET sont des établissements de niveau base 2, implantés dans les 63 départements du pays et 15 arrondissements communaux de quatre villes à savoir Niamey (5) ; Zinder (5) ; Maradi (3) et Tahoua (2). Les infrastructures en matériaux définitifs de ces centres seront construites et équipées à travers une convention avec DEA PI QUAGRO dans le cadre du Partenariat Public Privé (PPP).
En outre, au-delà des dispositions matérielles, nous avions tenu à associer les partenaires sociaux dans les préparatifs de la rentrée, à travers par exemple les missions de sensibilisation organisées par le Ministère dans toutes les régions consécutivement aux mesures à prendre pour l'accueil des nouveaux flux d'apprenants dans les établissements d'EFPT.
Monsieur le ministre, peut-on avoir une idée des effectifs des nouveaux apprenants qui vont intégrer les centres de formation professionnelle par concours et sur orientation ?
Par concours, 750 apprenants accèdent cette année aux 11 Centres de Formation Professionnels et Techniques (CFPT) ; par orientation, 671 apprenants sont envoyés dans les 8 Lycées Professionnels et Techniques, 9423 apprenants dans les Collèges d'Enseignement Technique et 11.255 apprenants dans les Centres de Formation aux Métiers (ex CFDC). A ces effectifs, il faut ajouter 200 apprenants du Service National de Participation, 100 du Centre des Métiers du Cuir et d'Art du Niger (CMCAN) et 100 apprenants que le Ministère a prévus d'envoyer dans les établissements privés sous forme de subvention.
La rentrée scolaire rime avec la dotation en matériels et fournitures, en personnel et en formateurs. Quelles sont les dispositions que votre département ministériel a prises dans ce sens ?
En termes de dotation en matériels et fournitures, personnel et formateurs au profit des centres de formation, les dispositions que nous avions prises ont porté sur l'acquisition de manuels, matériels et fournitures à travers deux marchés d'un coût total de 340 millions de FCFA ; l'acquisition de petits équipements et de matière d'œuvre pour 123 millions 462 mille 142 FCFA; la mise à disposition des régions d'autorisations de dépenses de l'ordre de 136 millions de FCFA pour l'alimentation, l'habillement et la literie des apprenants ; et le payement de 127 millions 875 mille FCFA représentant les pécules de juillet, août et septembre.
En personnel enseignant, il faut retenir qu'en plus des 1.137 enseignants et formateurs enregistrés au cours de l'année 2013-2014, nous attendons pour la rentrée 2014-2015, 513 contractuels dont 33 pour les CFPT et lycées et 480 pour les CET.
Monsieur le ministre, au niveau des départements et communes de toutes les régions, plusieurs centres de formation sont en train de s'ouvrir. Quelles sont les missions que votre département ministériel a assignées à chacun de ces centres ?
Comme vous l'aviez effectivement constaté, plusieurs centres de formation sont en train de s'ouvrir au niveau des départements et communes. Il s'agit principalement des Collèges d'Enseignement Technique (CET) au niveau des départements, et des Centres de Formation aux Métiers (ex CFDC) au niveau des communes.
En ce qui concerne les CFM , il s'agit là de centres de proximité ouverts au niveau des communes avec entre autres missions d'assurer l'apprentissage des jeunes et adultes, la formation continue et le perfectionnement des personnels en activité, notamment dans l'artisanat, l'agriculture, l'industrie, le commerce aussi bien pour les secteurs formel, non formel qu'informel; de développer des activités alternatives de formation professionnelle à la demande des adultes et jeunes ruraux et de constituer au niveau local, un socle de base pour le dispositif de la formation professionnelle continue et l'apprentissage.
Les Collèges d'Enseignement Technique quant à eux ont pour mission de dispenser des formations générales et technologiques au profit des jeunes issus de l'enseignement primaire pour en faire, à l'issue de quatre années de formation, des cadres techniques dont l'économie a besoin.
Quelles sont les réformes en cours ou envisagées pour améliorer le secteur de la formation professionnelle ?
Les réformes en cours ou envisagées pour améliorer le secteur de la formation professionnelle sont de plusieurs ordres. En ce qui concerne les réformes en cours, il faut retenir entre autres le développement de nouveaux dispositifs de formation comme les CET pour élargir l'accès à l'EFPT des apprenants issus du primaire et contribuer au maintien des apprenants dans le système scolaire jusqu'à l'âge de 16 ans, et la transformation des CFDC en Centres de Formation aux Métiers (CFM) pour les conforter dans leurs missions de développer des métiers porteurs pour les besoins des communautés.
Pour les réformes envisagées, il faut retenir l'implantation du BTS dans certains établissements et centres d'EFPT pour élever le niveau de qualification et de professionnalisation des apprenants, la restructuration du Fonds d'Appui à la Formation Professionnelle Continue et à l'Apprentissage (FAFPCA) par la création de nouveaux guichets pour le financement des actions de formation orientées vers les autres cibles (déscolarisés et non scolarisés), et l'implication du privé dans la formation pour contribuer au développement des filières industrielles et des formations professionnalisantes de courte durée.


Monsieur le ministre, quelles sont les contraintes et les perspectives du secteur des Enseignements Professionnel et Technique.
En ce qui concerne les contraintes, elles sont principalement d'ordre budgétaire en dépit des efforts remarquables de l'Etat de doter le sous-secteur de moyens conséquents, et des appuis de plus en plus importants des partenaires au développement.
En effet, une allocation plus substantielle des ressources s'impose au regard de l'expansion que connait le sous-secteur et des charges diverses qui y sont liées, notamment pour gérer les nouveaux flux (20 .678 apprenants) provenant de l'enseignement primaire que vont accueillir les CFM et les CET, et qui vont s'ajouter aux effectifs des autres dispositifs de formation. A ces flux qui vont exercer chaque année une pression sur le sous-secteur, s'ajoutera la masse critique des apprenants qui n'ont pas satisfait aux évaluations de fin d'année des classes de CM2 et pour lesquels des formules de formation doivent être développées.
Les perspectives de l'EFPT quant à elles reposent sur la volonté du gouvernement d'en faire un véritable outil de développement des compétences pour les besoins des secteurs formel et non formel de l'économie, l'engagement, chaque fois réaffirmé, des partenaires à appuyer ce sous-secteur porteur de croissance, et la prise de conscience des autorités locales et des populations à soutenir l'EFPT et à en faire un instrument de développement local.
Quel est l'apport du partenariat que vous entretenez avec des pays ou des structures intervenant dans le secteur des enseignements professionnel et technique ?
En ce qui concerne plus précisément le partenariat avec les structures intervenant dans le sous-secteur des enseignements professionnels et techniques, il convient de noter que depuis 2012, avec le démarrage d'importants projets et programmes, s'est développée une véritable dynamique partenariale favorable au développement quantitatif et qualitatif de l'offre d'EFPT. Au nombre de ces projets et programmes en exécution nous pouvons citer le programme Appui au Programme National de Formation Professionnelle et Technique et d'Insertion de Sortants (NIG 017) , financé par la coopération luxembourgeoise avec un budget total de 18 milliards 497 millions 987 mille 400 FCFA ; le Projet d'Appui au Développement de l'Enseignement et la Formation Professionnels et Techniques (PADEFPT), sur financement de la BAD d'un coût total de 20 milliards 414 millions 300 mille FCFA; le Projet de Développement des Compétences pour la Croissance (PRODEC) sur financement de la Banque Mondiale pour un coût de 14, 892 milliards de FCFA, et le Programme d'Appui à la Formation Professionnelle Rurale (FOPROR) de la Coopération suisse pour un budget de la phase 2 de 3 milliards 438 millions 887 mille 558 FCFA.

Oumarou Moussa

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilit…

Préparatifs du mois béni de Ramadan : Disponibilité des céréales à Katako pour couvrir les besoins des populations

A quelques heures du début du mois béni de Ramadan, les prix des céréales tels que le mil,...

jeudi 25 mai 2017

Les syndicats des commerçants rassurent les consom…

Les syndicats des commerçants rassurent les consommateurs de la stabilité des prix du sucre

A l'approche du mois béni de Ramadan, la revue à la hausse des prix des produits de grande...

jeudi 25 mai 2017

La hausse des prix de certains produits commence à…

La hausse des prix de certains produits commence à se faire sentir

La vente des produits de première nécessité est une activité pratiquée par nombre de Nigér...

jeudi 25 mai 2017

L'air du temps

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

Sucre de ramadan : solidarité à grande échelle

En cette veille du mois béni du Ramadan, tous les chemins mènent aux magasins de vente de ...

jeudi 25 mai 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.