Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Habi Mahamadou Salissou, ministre de l'Urbanisme et du Logement : «Toutes les conditions sont réunies pour que l'année 2015 soit une année de mise en œuvre, à grande échelle, du Programme de logements sociaux du Président de la République»

Le ministre Habi Mahamadou Salissou Le ministre Habi Mahamadou Salissou

Monsieur le ministre, dans le cadre du Programme de la Renaissance, d'importantes actions sont en train d'être réalisées dans les villes du Niger. C'est le cas du Marché Central de Maradi qui vient d'être inauguré par le Président de la République, et des infrastructures de Dosso Sogha en cours de réalisation. Quel est l'apport de votre département dans la réalisation de ces infrastructures ?

Le projet Dosso Sogha s'inscrit dans la politique d'équipement des capitales régionales à travers les réalisations faites à l'occasion de la commémoration de la fête du 18 décembre initiée par S .E Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat. Cette politique vise à rehausser leurs niveaux d'équipements par la construction et la rénovation des bâtiments, des routes, des réseaux d'assainissement, des infrastructures sportives, culturelles, artistiques, sanitaires et de loisirs.
Dans le cadre de la mise en œuvre de cet important programme, mon département ministériel, conformément à ses attributions, a en charge le volet ''Construction et aménagement urbain'' dont il assure la supervision générale.
Ainsi, en relation étroite avec le comité interministériel chargé de l'organisation de la célébration de la fête du 18 décembre 2014, mes services techniques centraux et déconcentrés, en relation avec les autorités régionales de Dosso, ont identifié et évalué l'ampleur et la teneur des travaux à réaliser dans le domaine de l'Urbanisme et de l'Assainissement.

Les infrastructures devant accueillir les manifestations du 18 décembre à Dosso sont en finition
Après plusieurs missions d'investigation et des séances de travail avec le comité interministériel chargé de l'organisation de la célébration de la fête du 18 décembre 2014, la liste des infrastructures et ouvrages à construire et à réhabiliter a été retenue.
Compte tenu de l'ampleur des travaux et du délai relativement très court pour réaliser ces travaux, mon département a fait recours à des bureaux d'études et cabinets d'architectes pour l'assister en matière de maitrise d'œuvre. Cette option nous a permis d'obtenir des projets d'une très grande qualité en un temps record.
Sur la base des dossiers techniques fournis par les bureaux d'études, le Ministère de l'Urbanisme et du Logement a entrepris la sélection des entreprises afin de retenir celles capables d'exécuter les travaux dans les délais requis et dans les règles de l'art.
C'est ainsi que des marchés de travaux ont été attribués pour les réalisations de tout le programme retenu. Les travaux concernent surtout des réhabilitations et des constructions d'infrastructures administratives, socio-éducatives, culturelles et sportives.
Actuellement, les infrastructures devant accueillir les manifestations du 18 décembre à Dosso sont en finition.
Pouvez-vous nous édifier par rapport aux missions et attributions assignées à votre département ministériel ?
Mon département ministériel, de par ses attributions, a en charge, entre autres, la conception, l'élaboration, la mise en œuvre, le suivi et l'évaluation de la politique nationale en matière d'urbanisme, d'habitat, de logement, d'architecture et de construction de voiries et réseaux divers, conformément aux orientations définies par le gouvernement.
A ce titre, nos prérogatives concernent la conception, l'élaboration, et la mise en œuvre des stratégies, des projets et programmes de développement dans les domaines cités ci-dessus. Comme vous le voyez, nos domaines d'intervention sont vastes, mais plus spécifiquement, nous exerçons les prérogatives ci-après: l'élaboration et la mise en œuvre des stratégies, programmes et projets de développement en matière d'urbanisme, d'habitat et de logement, d'architecture et de construction, d'assainissement, de voiries et réseaux divers ; l'élaboration et l'application de la législation et de la réglementation en matière d'urbanisme, d'habitat et de logement, de gestion du domaine foncier public, d'architecture et de construction de voiries et réseaux divers, d'assainissement et de promotion immobilière; la maîtrise d'œuvre de tous les marchés publics relevant de ses domaines de compétence; la maîtrise d'ouvrage de tous les marchés publics relevant de ses domaines de compétence; la maîtrise d'ouvrage déléguée de tous les marchés publics pour le compte des autres administrations; l'entretien et la réhabilitation du parc immobilier de l'Etat; la gestion du domaine foncier public de l'Etat; la production des terrains au profit des domaines public et privé de l'Etat; le suivi de la gestion du domaine foncier public des collectivités territoriales; l'organisation des professions libérales exerçant dans ses domaines de compétence.
A l'occasion du Conseil des ministres tenu le vendredi 17 octobre 2014, vous avez présenté une communication relative aux lotissements anarchiques. Quelles sont les mesures envisagées par le gouvernement pour remettre de l'ordre dans le secteur ?
La Communication à laquelle vous faites allusion est celle faite par mon homologue en charge de l'Environnement relative à la situation d'un lotissement privé sis dans le territoire de la Commune Rurale de Bitinkokdji, département de Kollo.
C'est suite à cette communication que le Conseil a instruit notre département ministériel pour qu'il matérialise, dans les meilleurs délais, la décision du Conseil des Ministres du 31 juillet 2014. Dans ce sens, un projet d'arrêté portant modalités d'application de ces mesures été élaboré par mes services et transmis aux autres départements concernés pour recueillir leurs avis, avant d'être soumis à notre signature.
Pour rappel, le Conseil des ministres du 31 juillet 2014 a notamment décidé de l'arrêt des lotissements privés et de l'audit des lotissements déjà octroyés, décision pour l'application de laquelle nous avons élaboré un Plan d'Actions en cours de mise en œuvre.
Quant aux mesures envisagées par le Gouvernement pour assainir le secteur, elles découleront de la réalisation effective du Plan d'Actions évoqué tantôt, notamment la révision de la loi n°2013-28 du 12 juin 2013 et l'élaboration des textes d'application ; la réalisation de l'audit des lotissements déjà octroyés, qui sera basé sur la réalisation d'un certain nombre de tâches et à l'issue de laquelle seront proposées des mesures réglementaires d'ordre pratique afin d'éviter de nouveaux dérapages.

Monsieur le ministre, à votre avis, à quoi est due l'urbanisation incontrôlée de nos villes et quelles conséquences peut-elle engendrer, à moyen et long termes?
L'urbanisation ''incontrôlée'' de nos villes découle d'un ensemble de facteurs dont le contexte urbain du Niger caractérisé, depuis les années 1970, par une urbanisation accélérée et généralisée, laquelle ne concerne plus seulement les principaux centres tels que Niamey, Zinder ou Maradi, mais aussi les centres secondaires et même tertiaires; l'accroissement des besoins en espaces urbanisables induit par l'urbanisation accélérée, lesquels se traduisent en termes de logements, d'infrastructures et d'équipements socio-collectifs, et d'une façon générale, de services urbains essentiels ; le développement urbain effectué essentiellement à travers la réalisation de lotissements successifs publics ou privés, en dehors de tout cadre de référence de type Schémas Directeurs d'Aménagement et d'Urbanisme (SDAU) ; le rythme et la taille relative des lotissements qui rendent inefficace l'action des pouvoirs publics.
Les conséquences d'un tel phénomène et de telles approches sont entre autres, l'incapacité technique et financière des acteurs à viabiliser les terrains et la consommation excessive de l'espace urbain au point de rompre tous les équilibres socio-environnementaux.

En même temps qu'ils s'agrandissent à un rythme phénoménal, les nouveaux quartiers de nos villes ne sont pas viabilisés et manquent d'eau, d'électricité et d'infrastructures sociales de base. Pourquoi une telle situation perdure?

Comme exposé en réponse à la précédente question, ce sont le rythme de l'urbanisme et les méthodes d'approches jusque-là utilisées comme réponses au phénomène qui expliquent en grande partie l'absence de viabilisation des nouveaux quartiers de nos villes.
Dans un point de presse que vous avez récemment animé, vous avez évoqué l'adoption d'un nouveau plan d'action urbain. Comment ce plan est-il structuré et quelles sont les innovations majeures qu'il peut apporter dans ce secteur ?
Rappelons qu'il s'agit plus précisément d'un plan d'action entrant dans le cadre de la mise en œuvre des instructions de SEM le Premier ministre relatives à l'application des décisions du Conseil des Ministres du 31 juillet 2014 sur les lotissements privés.
Il ne s'agit donc pas d'un plan d'action urbain qui couvrirait l'ensemble des activités que mon département pourrait être amené à réaliser conformément à ses prérogatives. Les actions sont limitées aux mesures à prendre dans le cadre de l'arrêt des lotissements privés.
Ceci étant précisé, disons que le plan d'action, objet de notre point de presse du 11 septembre 2014, est structuré autour de trois actions majeures qui sont les informations, l'élaboration des textes, et l'audit des lotissements réalisés de 2004 à 2014.
En ce qui concerne les informations, il s'agit de mettre en œuvre une campagne d'information et de sensibilisation comportant des lettres circulaires, des réunions de concertations et d'échanges avec certains acteurs, des points de presse, etc. Pour l'élaboration des textes, il y a lieu de procéder à la révision de la loi n°2013-28 du 1er juin 2013 fixant les principes fondamentaux de l'urbanisme et de l'aménagement urbain, de proposer ses textes d'application, et d'une manière générale, parachever l'arsenal juridique régissant le secteur. A ce propos, il a été présentement élaboré le projet de texte révisant la loi n°2013-28 susvisée et un projet de décret déterminant les conditions et les modalités d'élaboration, d'approbation et de mise en vigueur des plans de lotissement. Ces deux textes sont en instance de transmission au Secrétariat Général du Gouvernement pour examen et adoption. L'élaboration des autres se poursuit.



Doter les villes et communes des outils appropriés de gestion urbaine...
Pour ce qui est de l'audit des lotissements réalisés de 2004 à 2014, il s'agit de faire une analyse critique des opérations réalisées. Cet audit, déjà en cours, consiste à faire des inventaires, à centraliser la documentation, créer la cartographie des lotissements, contrôler la conformité et mettre en cohérence des plans de lotissement avec les schémas directeurs là où ils existent. Tous ces états des lieux seront assortis de propositions de mesures réglementaires et d'ordre pratique susceptibles de remédier à la situation de dérapage relevée.
Quant aux innovations majeures que la mise en œuvre du plan apportera, elles pourraient se situer à deux niveaux: d'abord la réalisation des améliorations indispensables aux lotissements existants pour plus de cohérence et un bon fonctionnement urbain des périmètres lotis; ensuite, il y a l'introduction dans la loi révisée et ses textes d'application de dispositions plus pertinentes pouvant prévenir l'avènement de lotissements anarchiques, et d'une manière plus générale, une bonne maîtrise du développement urbain futur, en dotant les villes et communes des outils appropriés de gestion urbaine.
Monsieur le ministre, les Nigériens vivant dans les centres urbains sont confrontés à un problème très crucial de logements. Quelles solutions envisagez-vous pour atténuer la souffrance de ces populations?
La réponse à ces préoccupations de besoins en logements décents dans les centres urbains réside dans l'élaboration des stratégies et la mise en œuvre de programmes et projets de développement en matière d'habitat et de logement.
Dans ce cadre, je puis vous annoncer que nous avons engagé d'importantes actions nous permettant d'améliorer les conditions d'habitat de la population nigérienne en général, et des travailleurs des secteurs publics, parapublics et privés en particulier. Parmi ces cations, nous avons la mise en œuvre de la Politique Nationale en matière d'Habitat adoptée le 29 décembre 1998 (loi 98-54 du 29/12/98).
Cette politique prévoit, entre autres actions, la réalisation d'opérations de construction de logements, la réalisation de vastes programmes d'investissements d'infrastructures et d'équipements sociaux, ainsi que la réhabilitation et restructuration des quartiers anciens et irréguliers et la finalisation et l'adoption d'une Stratégie Nationale de Financement de l'habitat social.
Après son adoption, cette stratégie de financement de l'habitat social, accessible à toutes les catégories de ménages, fera l'objet d'une table-ronde des bailleurs de fonds qui permettra une mobilisation de ressources substantielles à injecter notamment dans la construction de logements sociaux.
Pour le volet Elaboration des textes règlementaires et législatifs en matière d'habitat, il s'agit entre autres de la loi portant sur la Promotion immobilière et les lois portant création des institutions de financement de l'habitat telles que le Fonds National de l'Habitat, la Banque de l'Habitat et l'Agence Nigérienne de Réhabilitation et d'Aménagements Urbains, etc.
Objectif du Programme de logements sociaux du Président de la République : construire 5000 logements sociaux en cinq ans, dans les huit (8) chefs-lieux de région

Au niveau de la préparation d'opérations d'amélioration de l'Habitat, il me plait de rappeler la réactivation des projets d'amélioration des conditions de vie et d'habitat des quartiers anciens ou sous intégrés de nos villes, projets dont les objectifs sont d'offrir un habitat minimal décent, disposant d'infrastructures et équipements de base et d'assurer l'intégration socio-économique des zones urbaines concernées.
En termes de réalisations physiques, permettez-moi de dire d'abord de citer la mise en œuvre du programme de logements sociaux de Son Excellence le Président de la République, qui consiste en la construction de 5000 logements sociaux durant les cinq ans de son mandat, et cela pour la première fois, dans les huit (8) chefs-lieux de région.
Pour le moment, les réalisations physiques se résument à l'achèvement en cours des 174 logements sociaux de Sarry Koubou dont 136 bénéficiaires ont déjà pris possession de leurs logements; la construction, en cours, de 100 logements de la Cité de la Renaissance par la SONUCI à Niamey ; la construction en cours de 198 logements par la société Fédéral Niger Développement à Niamey ; la construction en cours de 100 logements à Dosso dans le cadre de programme Dosso Sogha. A cela, s'ajoutent le démarrage des travaux de construction de 1000 logements sociaux à Niamey en partenariat avec la société DB IMMO et les acquisitions foncières pour la construction de logements sur le budget national.
Par ailleurs, deux autres contrats de partenariat public/privé de 3000 logements sont signés et les travaux sont en instance de démarrage.
Le premier contrat est relatif à la construction de 1000 logements sociaux à Niamey, Maradi et Zinder par le consortium Sadubel Consulting Limited (Sdc).
Quant au second contrat, il concerne la construction de 2000 logements sociaux par le groupe DEAPIQUADRO dans les chefs-lieux de région du Niger.
Enfin, les négociations sont en cours en vue d'aboutir à la construction de logements de 1000 unités en partenariat public privé avec le Groupe Upsand Projets Limited/Niger, et de 5000 logements en partenariat avec la Société China Gezhouba Group Compagny Limited (CGGC).
Ces mesures et actions nous permettent d'affirmer que, aujourd'hui, toutes les conditions sont réunies pour que l'année 2015 soit une année de mise en œuvre, à grande échelle, du programme de logements sociaux de Son Excellence le Président de la République.

Au regard des grands défis qui se posent au secteur de l'urbanisme et du logement dans notre pays, avez-vous les moyens humains, matériels et financiers pour réaliser vos objectifs?
Les moyens dont nous disposons sont ceux mis à notre disposition par la Loi de Finances. Cependant, vous devez vous dire que dans l'accomplissement de nos programmes, nous travaillons en étroite collaboration avec nos partenaires qui nous apportent des appuis, notamment dans la construction de logements sociaux où nous avons signé beaucoup de conventions. En matière d'urbanisme, il revient surtout aux collectivités de prendre en charge l'exécution de leur programme. Cependant, l'Etat peut leur apporter un appui technique ou financier.

Oumarou Moussa

L'invité de Sahel Dimanche

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.