Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Pr Boureima Alpha Gado, président du Comité chargé de l'organisation du colloque international sur les relations entre les régions de Dosso, Sokoto et Kebbi : ''Les communautés coutumières et linguistiques vivant dans ces zones ont en partage une air

Pr Boureima Alpha Gado Pr Boureima Alpha Gado

En marge des festivités entrant dans le cadre de la célébration de la Fête Tournante du 18 décembre à Dosso, il est prévu l'organisation d'un colloque international sur les relations entre les régions de Dosso (Niger), Sokoto et Kebbi (Nigeria). Pour ce faire, il a été mis en place un Comité chargé de l'organisation de ce colloque. Quels sont les objectifs visés à travers l'organisation de ce colloque ?
Depuis plusieurs décennies, la célébration de l'anniversaire de la proclamation de la République de notre pays est une opportunité pour tous les régimes qui se sont succédé pour organiser une fête pour la jeunesse nigérienne à travers des compétitions sportives, culturelles et artistiques.
A l'origine, cette manifestation a pris le nom de Semaine de la Jeunesse, puis plus tard Festival de la Jeunesse. De nos jours, l'expression utilisée officiellement est ''Fête Tournante du 18 décembre''. L'innovation apportée cette année réside dans l'organisation d'un colloque international sur les relations entre les régions de Dosso, Sokoto et Kebbi.
Le colloque, qui fait partie intégrante du programme du comité interministériel chargé de l'organisation de la fête du 18 décembre, vise un certain nombre d'objectifs: permettre tout d'abord d'impliquer la communauté universitaire jusqu'ici absente de cette grande manifestation nationale; ensuite, à travers des réflexions autour des thèmes d'intérêt commun, favoriser une synergie entre les différentes institutions universitaires de nos deux pays; enfin, nous sommes convaincus qu'il s'agit d'une opportunité pour renforcer les liens d'amitié et de solidarité entre les populations des deux pays.
Ce colloque qui permettra de réunir des documents et témoignages sur l'histoire et la culture, les relations sociales, politiques et économiques de l'espace géographique concerné, vise, à terme, la publication d'ouvrages qui peuvent servir de base documentaire pour l'édition de manuels scolaires et universitaires pour la jeunesse scolaire et universitaire, qui vous le savez, connaît peu ou mal son environnement socioculturel et son histoire.
Pourquoi un colloque sur les relations entre les régions de Dosso, Sokoto et Kebbi?
Au-delà des frontières administratives héritées de la colonisation qui situent la région de Dosso, donc l'Arewa, le Boboye, le Goubey, le Dendi et le Zigui dans l'Ouest du Niger en espace francophone, et les régions de Sokoto et Kebbi dans le Nord-Ouest du Nigéria en espace anglophone, les communautés coutumières et linguistiques vivant dans ces zones ont en partage, une aire géographique et socioculturelle et des activités socio-économiques communes. L'objectif visé est de briser la barrière artificielle que constitue la frontière ''géopolitique'' qui, en réalité, n'existe pas dans le vécu quotidien des populations.
A titre indicatif, l'origine des relations entretenues jusqu'à nos jours par les chefferies coutumières du Boboye, de l'Aréwa ou du Dendi avec celles du nord Nigéria sont très mal connues du grand public. L'organisation de ce colloque constitue ainsi une opportunité pour présenter des communications permettant aux universitaires, et aussi à des personnes ressources détentrices du savoir local, d'intervenir pour éclairer les participants sur l'origine et l'évolution de ces relations.

Quels sont les principaux thèmes qui vont être développés à travers les communications qui seront animées au cours de ce colloque ?
Comme le projet d'organisation d'un colloque est l'initiative du département d'histoire de l'Université Abdou Moumouni de Niamey, même au niveau de l'université, certains de nos collègues ont cru que cela concerne uniquement l'histoire des relations entre les régions de Dosso, Sokoto et Kebbi.
En réalité, il s'agit de constituer un cadre de réflexion et d'échanges sur des problématiques communes. Pendant quatre jours, les participants vont exposer et partager leurs connaissances sur l'ensemble des éléments constitutifs des dynamiques sociales, politiques et culturelles de ces trois régions. Il s'agit aussi de faire découvrir les formes de gouvernance, les ressources naturelles, les flux migratoires, les échanges économiques transfrontaliers, etc. Le colloque s'inscrit dans une perspective pluridisciplinaire permettant d'appréhender l'ensemble des pistes de réflexion relevant de plusieurs disciplines des sciences de l'homme et de la société: la sociologie, l'anthropologie, la philosophie, la littérature orale et écrite, la linguistique, la géographie, l'histoire, l'archéologie, la préhistoire, etc.
L'histoire précoloniale, coloniale et postcoloniale des régions de Dosso, Sokoto et Kebbi: états, économie, sociétés, sites historiques, lieux de mémoire, patrimoines culturel et artistique; l'évolution des relations politiques et formes de gouvernance contemporaine; l'influence culturelle et linguistique (emprunts linguistiques, manifestations culturelles, musique et orchestres traditionnels, etc.); les communautés coutumières et littérature orale; le processus migratoire, formation de colonies et cohabitation entre communautés Zarma, Peuhle et Hausa; l'espace géographique, production agricole et pastorale, commerce et échanges transfrontaliers ; l'environnement, gestion des ressources naturelles, aménagement de l'espace rural et urbain: les manifestations récréatives, culturelles et sportives: luttes et boxes traditionnelles, festivals des jeunesses, foires annuelles, etc.; les relations sociales: entraides et solidarités intra et extracommunautaires, parenté à plaisanterie, etc.).
C'est pourquoi nous espérons pouvoir très rapidement publier plusieurs ouvrages à partir des actes de ce colloque international. D'ores et déjà, nos partenaires du Nigéria nous proposent de prendre en charge la publication des résultats du colloque en deux versions (Anglais et Français).
A moins d'un mois de la tenue de ce colloque, quel est aujourd'hui l'état d'avancement des travaux du Comité scientifique et technique ?
Au même titre que les autres commissions mises en place par le comité interministériel, par arrêté n° 006 du Président du Comité interministériel chargé de la célébration de la Fête du 18 décembre, un comité scientifique et technique chargé de l'organisation du Colloque international a été mis en place. Il est composé d'universitaires, mais aussi de personnes ressources provenant d'autres milieux. Un secrétariat et six sous comités ont été mis en place pour prendre en charge les différents aspects de l'organisation.
Au-delà des communications scientifiques qui seront présentées par les universitaires, notre idée de départ présentée au cours des réunions du comité interministériel était de mettre au cœur de l'événement les populations des différents départements qui constituent la région de Dosso, et cela, à partir d'enquêtes de terrain et de restitutions des résultats à présenter au colloque. Ainsi, chaque département viendra présenter son document au colloque pour enrichissement. L'homme propose, mais Dieu dispose, dit-on. En dehors du département de Dosso où une association locale a pu préfinancer la collecte et la restitution des données, nous n'avons pas pu effectuer les enquêtes de terrain dans les autres départements malgré la prise de contact avec les autorités coutumières et des correspondances adressées aux autorités locales, notamment les préfets, pour annoncer l'arrivée des enquêteurs et l'identification de personnes ressources. Nous reconnaissons à ce niveau les limites de notre projet.
En ce qui concerne les activités des autres sous comités, le sous-comité scientifique a débuté son programme par une mission de prise de contact au Nigéria, à Sokoto, Birni Kebbi et Argungu pour rencontrer et échanger avec nos partenaires de trois universités des Etats de Sokoto et Kebbi et les autorités religieuses et coutumières. Cette mission nous a permis de mesurer l'enjeu de ce colloque et son importance pour nos partenaires du Nigéria.
Au niveau local, nous avons échangé des correspondances pour solliciter l'implication de l'Ambassade du Nigéria et de la Commission Mixte Nigéro-nigériane.
A la date du 26 novembre, du point de vue des préparatifs, nous attendons 200 participants. L'agenda du colloque est élaboré, près de quatre-vingt (80) communications ont été envoyées au sous-comité scientifique qui en a retenu une cinquantaine pour des interventions en plénière et dans des ateliers thématiques.
Une cinquantaine de participants attendus du Nigéria ont reçu des invitations (officiels, autorités universitaires, coutumières religieuses et conférenciers). Tous les outils et messages publicitaires élaborés par le sous-comité communication sont disponibles. Nous avons pris contact avec un bureau de consultation pour la traduction simultanée. Une mission se rendra incessamment à Dosso pour faire l'état des lieux. Pour la restauration et l'hébergement, nous avons sollicité auprès du Comité interministériel un certain nombre de villas. Les autorités rectorales de l'université Abdou Moumouni de Niamey nous ont assurés de toute leur disponibilité pour contribuer à la réussite de l'événement qui rentre dans le cadre des accords de coopération interuniversitaire.
Même si, au moment où je vous parle, nous ne disposons pas encore de l'essentiel des moyens pour nos activités, le président du Comité interministériel et le recteur de l'Université Abdou Moumouni de Niamey auxquels nous faisons régulièrement l'état d'avancement de nos travaux sont parfaitement conscients de l'enjeu. Ils nous apportent quotidiennement leurs conseils pour un bon déroulement de ce colloque. C'est pourquoi nous pensons qu'en dépit du retard pris dans la mise en œuvre des cahiers de charge des différents sous comités (retard lié essentiellement aux procédures de déblocage de fonds), une fois les moyens débloqués, les activités du colloque évolueront rapidement.
Qu'est-ce que vous attendez du public en vue de la réussite de ce colloque ?
Tous les moyens seront mis en œuvre pour une participation massive des jeunes scolaires et universitaires. Par ailleurs, une plénière sera réservée aux communications en langues nationales. Les jeunes et les moins jeunes ne doivent pas rater cette unique opportunité pour partager et améliorer leurs connaissances sur le sujet. Ainsi, lorsque les livres seront publiés et largement diffusés dans les bibliothèques des écoles, collèges, lycées et universités, le participant pourra dire avec fierté: j'y étais et j'ai apporté ma modeste contribution.

Assane Soumana

L'invité de Sahel Dimanche

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.