Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Saidou Saley, ministre des Transports : «Depuis l'installation des autorités de la 7ème République, le transport et le trafic aériens connaissent une amélioration significative»

M. Saidou Saley M. Saidou Saley

Monsieur le ministre, il y a de cela un an, vous aviez décliné l'ossature de vos actions prioritaires regroupées en 23 axes stratégiques. Quel est le bilan que vous tirez aujourd'hui de la mise en œuvre de ces actions ?
Effectivement, après notre nomination au portefeuille des transports, nous avons, conformément au Programme de la Renaissance de Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, à la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre, Chef du gouvernement, ainsi qu'aux Orientations contenues dans le PDES, décliné dans un tableau de bord, vingt-trois (23) axes stratégiques que nous avons jugés prioritaires et salutaires afin de faire jouer au secteur des Transports son rôle de catalyseur dans le développement économique et social de notre pays.
Aujourd'hui, sans fausse modestie, nous pouvons dire avec force que le bilan est positif car nous pouvons dire que les défis sont en train d'être relevés. S'agissant du développement des services de Transports Terrestres, la loi sur le code de la route ; la loi portant création du Centre de Formation aux Techniques des Transports Routiers (CFTTR) ; le décret portant création du Port Sec de Dosso et le décret portant création du « Guichet Unique Automobile du Niger» ont été adoptés. Je note également avec satisfaction la réorganisation des activités du Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports publics (CNUT).
Une des préoccupations majeures porte sur la réduction du nombre d'accidents de la route dans notre pays. Quelles sont les mesures et autres actions entreprises dans ce cadre, et comment se présente la situation aujourd'hui ?
Les accidents de routes constituent aujourd'hui un véritable problème de santé publique. Chaque jour que Dieu fait apporte son lot de désolations. Au Niger, la situation est préoccupante. Dans le rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2011 qui classait le Niger à la 171ème place, le taux de mortalité lié aux accidents de la route était de 37,7 tués pour 100.000 habitants, tandis que celui de 2013 a classé le Niger à la 155ème place avec 23,7 tués pour 100 000 habitants.
Selon les rapports de la Gendarmerie Nationale et de la Police Nationale, de 2009 à 2013, le Niger a enregistré respectivement 4620 ; 8060 ; 5201 ; 8259 ; 6358 accidents de la circulation routière. Ces accidents ont fait 563 tués en 2009 ; 654 en 2010 ; 656 en 2011 ; 685 en 2012 et 806 en 2013. Les blessés dus à ces accidents sont de l'ordre de 6384 en 2009 ; 6829 en 2010 ; 7132 en 2011, 7866 en 2012 et 6358 en 2013.
Vu l'ampleur du phénomène et pour apporter la riposte appropriée, un nouveau code de la route a été adopté en 2014 et nous avons engagé le processus de révision de la Stratégie Nationale des Transports adoptée en 2004, qui fixe comme priorité en matière de la sécurité routière, l'amélioration de la base de données sur les accidents de la circulation routière.
Toujours dans la perspective de réduire de façon drastique les accidents de route, nous avons institué l'interdiction de l'usage du téléphone au volant. Nous avons également diligenté une étude relative à l'audit du contrôle technique des véhicules automobiles au Niger ; l'audit et l'inspection prochains des routes du Niger. Aussi, pour amener les usagers à changer leurs comportements sur les routes, nous avons organisé et réussi la 2ème Journée Africaine de Sécurité Routière, couplée à la journée en souvenir des victimes des accidents de la circulation routière.
Dans le même ordre d'idées, nous avons conçu et élaboré un film documentaire et des sketches de sensibilisation sur la sécurité routière que nous allons commencer, très bientôt, à diffuser sur les télévisions de la place.
Il se trouve, Monsieur le ministre, que le parc automobile nigérien laisse beaucoup à désirer pour garantir les conditions d'une sécurité routière. C'est à ce titre d'ailleurs que vous avez jugé utile de procéder au renouvellement du parc automobile nigérien. Où en est-on avec ce Projet phare de votre action à la tête du Ministère des Transports.
C'est un truisme de dire que le Parc Automobile du Niger est vétuste et cette situation n'augure pas une bonne circulation des personnes et des biens. C'est pourquoi le Gouvernement, sous l'impulsion de Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat, s'est résolument engagé dans une politique de réforme et de modernisation des infrastructures dont notamment le secteur des Transports. Dans ce cadre, le Ministère des transport sa mis en œuvre depuis 2013, un projet de renouvellement du Parc de véhicules de Transports Publics avec le soutien et l'appui institutionnel du programme Routier 10e FED.
En avril 2014, l'Assemblée Nationale a adopté une loi portant code des investissements en République du Niger. Ce code des investissements qui, pour la première fois au Niger accorde une place importante au secteur des Transports, constitue l'un des instruments majeurs de financement du renouvellement du parc de véhicules de Transports Publics au Niger.
Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, plusieurs missions ont été effectuées à l'intérieur du pays pour identifier et sélectionner les bénéficiaires. Le choix des entreprises productrices des différents types de véhicules est en cours. Des missions de prospection et de recherche de partenariat ont été organisées à l'extérieur du pays.
Nous avons réorganisé la mise en place des lignes de crédit dans les différentes banques de la place. D'ores et déjà, nous avons signé récemment une convention de partenariat avec la BIA, et d'autres banques de la place vont lui emboiter le pas, pour le financement des activités.


Dans la même foulée, vous avez entrepris la réforme du permis de conduire. Où en êtes-vous dans cette réforme et quels en sont les résultats escomptés ?
Le permis de conduire utilisé au Niger n'a pas évolué depuis son institution. Ainsi, pour répondre aux préoccupations du moment, être au diapason des nouvelles technologies, nous nous sommes engagés dans une réforme du permis de conduire en vue de sécuriser tous les documents de Transports. A cet effet, nous avons lancé un avis à manifestation d'intérêt pour la réalisation des travaux en Partenariat Public Privé (PPP) et treize (13) offres ont été enregistrées. Une commission technique est mise en place et est à pied d'œuvre pour présélectionner les meilleurs dossiers à transmettre au secrétariat permanent du PPP.
La modernisation de nos aéroports figure aussi parmi vos grandes priorités. Qu'est- ce qui a été fait dans ce sens ?
L'Aéroport International Diori Hamani (AIDH) de Niamey, tout comme les aéroports de Zinder et d'Agadez, sont les vitrines de notre pays. C'est pourquoi, nous nous sommes engagés dans une vaste modernisation et rénovation de l'AIDH de Niamey en vue de lui donner toutes ses lettres de noblesse. Son Excellence Monsieur le Premier Ministre a donné l'avis de non objection et nous avons eu des négociations les 20 et 21 novembre 2014, à Niamey. Dans les jours ou semaines à venir, nous allons pouvoir procéder à la signature du contrat.
Mais en attendant la modernisation proprement dite, nous avons procédé à la réhabilitation et à l'équipement des salons présidentiels de l'Aéroport Diori Hamani de Niamey avec un taux d'exécution physique des travaux estimé à 90%.
S'agissant des aéroports de Zinder et d'Agadez, nous nous sommes engagés dans un processus de mise aux normes OACI. Nous avons eu à cet effet des négociations les 20 et 21 novembre 2014 à Niamey, et le 26 décembre 2014, nous avons eu l'avis de non objection. Incha Allah, nous allons, dans les jours ou semaines à venir, signer le contrat.
Concernant la construction des murs de clôture des aéroports, nous sommes, sur la base des marchés passés, à des taux d'exécution physique de 23,4% à Agadez ; 48% à Tahoua ; 38% à Maradi ; 97% à Niamey et 100% à Diffa.
L'augmentation de la desserte de nos aéroports par les compagnies régionales et internationales fait également partie de vos axes prioritaires. La situation a-t-elle évolué ?
Depuis l'installation des autorités de la Septième République, le transport et le trafic aériens connaissent une amélioration significative. Les indicateurs sont, à cet effet, satisfaisants car toutes les grandes compagnies opérant sur Niamey ont augmenté leurs fréquences de vols. A titre d'illustration : Air France passe de 4 à 5 vols par semaine ; Air Algérie de 3 à 4 vols par semaine ; Royal Air Maroc de 5 à 6 vols par semaine et ASKY de 5 à 9 vols par semaine.
Comme vous le constatez, la desserte aérienne du Niger se porte de mieux en mieux, ce qui n'est pas sans conséquence positive sur le trafic passager qui a connu une évolution remarquable. De 178.216 passagers en 2011, le trafic est passé à 244.536 passagers en 2014. Cette évolution traduit une progression du trafic de 37%. Et le nombre de compagnies desservant le pays est passé de 10 en 2011 à 11 en 2014. Cela prouve que toutes les grandes compagnies aériennes desservent notre pays.
Quelles sont vos perspectives et priorités pour l'année 2015 ?
En termes de perspectives et de priorité, nous allons poursuivre en 2015, les réformes engagées avec la mise en œuvre de la loi sur le code de la route et les activités sectrorielles de modernisation et professionnalisation du secteur. Comme en 2014, un tableau de bord des axes stratégiques est en cours d'élaboration.
En ce qui concerne le cadre du travail, d'importants efforts ont été faits par le gouvernement sur la rémunération et l'augmentation des salaires. Aussi, 165 nouveaux agents ont été recrutés en 2014 au profil de notre ministère et nous venons de recruter, en février 2015, 128 agents toutes catégories confondues. Les efforts vont se poursuivre pour renforcer la capacité des agents, mais aussi et surtout améliorer leur cadre de vie et de travail.

Assane Soumana

L'invité de Sahel Dimanche

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.