Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Saidou Saley, ministre des Transports : «Depuis l'installation des autorités de la 7ème République, le transport et le trafic aériens connaissent une amélioration significative»

M. Saidou Saley M. Saidou Saley

Monsieur le ministre, il y a de cela un an, vous aviez décliné l'ossature de vos actions prioritaires regroupées en 23 axes stratégiques. Quel est le bilan que vous tirez aujourd'hui de la mise en œuvre de ces actions ?
Effectivement, après notre nomination au portefeuille des transports, nous avons, conformément au Programme de la Renaissance de Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, à la Déclaration de Politique Générale du Premier ministre, Chef du gouvernement, ainsi qu'aux Orientations contenues dans le PDES, décliné dans un tableau de bord, vingt-trois (23) axes stratégiques que nous avons jugés prioritaires et salutaires afin de faire jouer au secteur des Transports son rôle de catalyseur dans le développement économique et social de notre pays.
Aujourd'hui, sans fausse modestie, nous pouvons dire avec force que le bilan est positif car nous pouvons dire que les défis sont en train d'être relevés. S'agissant du développement des services de Transports Terrestres, la loi sur le code de la route ; la loi portant création du Centre de Formation aux Techniques des Transports Routiers (CFTTR) ; le décret portant création du Port Sec de Dosso et le décret portant création du « Guichet Unique Automobile du Niger» ont été adoptés. Je note également avec satisfaction la réorganisation des activités du Conseil Nigérien des Utilisateurs des Transports publics (CNUT).
Une des préoccupations majeures porte sur la réduction du nombre d'accidents de la route dans notre pays. Quelles sont les mesures et autres actions entreprises dans ce cadre, et comment se présente la situation aujourd'hui ?
Les accidents de routes constituent aujourd'hui un véritable problème de santé publique. Chaque jour que Dieu fait apporte son lot de désolations. Au Niger, la situation est préoccupante. Dans le rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) en 2011 qui classait le Niger à la 171ème place, le taux de mortalité lié aux accidents de la route était de 37,7 tués pour 100.000 habitants, tandis que celui de 2013 a classé le Niger à la 155ème place avec 23,7 tués pour 100 000 habitants.
Selon les rapports de la Gendarmerie Nationale et de la Police Nationale, de 2009 à 2013, le Niger a enregistré respectivement 4620 ; 8060 ; 5201 ; 8259 ; 6358 accidents de la circulation routière. Ces accidents ont fait 563 tués en 2009 ; 654 en 2010 ; 656 en 2011 ; 685 en 2012 et 806 en 2013. Les blessés dus à ces accidents sont de l'ordre de 6384 en 2009 ; 6829 en 2010 ; 7132 en 2011, 7866 en 2012 et 6358 en 2013.
Vu l'ampleur du phénomène et pour apporter la riposte appropriée, un nouveau code de la route a été adopté en 2014 et nous avons engagé le processus de révision de la Stratégie Nationale des Transports adoptée en 2004, qui fixe comme priorité en matière de la sécurité routière, l'amélioration de la base de données sur les accidents de la circulation routière.
Toujours dans la perspective de réduire de façon drastique les accidents de route, nous avons institué l'interdiction de l'usage du téléphone au volant. Nous avons également diligenté une étude relative à l'audit du contrôle technique des véhicules automobiles au Niger ; l'audit et l'inspection prochains des routes du Niger. Aussi, pour amener les usagers à changer leurs comportements sur les routes, nous avons organisé et réussi la 2ème Journée Africaine de Sécurité Routière, couplée à la journée en souvenir des victimes des accidents de la circulation routière.
Dans le même ordre d'idées, nous avons conçu et élaboré un film documentaire et des sketches de sensibilisation sur la sécurité routière que nous allons commencer, très bientôt, à diffuser sur les télévisions de la place.
Il se trouve, Monsieur le ministre, que le parc automobile nigérien laisse beaucoup à désirer pour garantir les conditions d'une sécurité routière. C'est à ce titre d'ailleurs que vous avez jugé utile de procéder au renouvellement du parc automobile nigérien. Où en est-on avec ce Projet phare de votre action à la tête du Ministère des Transports.
C'est un truisme de dire que le Parc Automobile du Niger est vétuste et cette situation n'augure pas une bonne circulation des personnes et des biens. C'est pourquoi le Gouvernement, sous l'impulsion de Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l'Etat, s'est résolument engagé dans une politique de réforme et de modernisation des infrastructures dont notamment le secteur des Transports. Dans ce cadre, le Ministère des transport sa mis en œuvre depuis 2013, un projet de renouvellement du Parc de véhicules de Transports Publics avec le soutien et l'appui institutionnel du programme Routier 10e FED.
En avril 2014, l'Assemblée Nationale a adopté une loi portant code des investissements en République du Niger. Ce code des investissements qui, pour la première fois au Niger accorde une place importante au secteur des Transports, constitue l'un des instruments majeurs de financement du renouvellement du parc de véhicules de Transports Publics au Niger.
Dans le cadre de la mise en œuvre de ce projet, plusieurs missions ont été effectuées à l'intérieur du pays pour identifier et sélectionner les bénéficiaires. Le choix des entreprises productrices des différents types de véhicules est en cours. Des missions de prospection et de recherche de partenariat ont été organisées à l'extérieur du pays.
Nous avons réorganisé la mise en place des lignes de crédit dans les différentes banques de la place. D'ores et déjà, nous avons signé récemment une convention de partenariat avec la BIA, et d'autres banques de la place vont lui emboiter le pas, pour le financement des activités.


Dans la même foulée, vous avez entrepris la réforme du permis de conduire. Où en êtes-vous dans cette réforme et quels en sont les résultats escomptés ?
Le permis de conduire utilisé au Niger n'a pas évolué depuis son institution. Ainsi, pour répondre aux préoccupations du moment, être au diapason des nouvelles technologies, nous nous sommes engagés dans une réforme du permis de conduire en vue de sécuriser tous les documents de Transports. A cet effet, nous avons lancé un avis à manifestation d'intérêt pour la réalisation des travaux en Partenariat Public Privé (PPP) et treize (13) offres ont été enregistrées. Une commission technique est mise en place et est à pied d'œuvre pour présélectionner les meilleurs dossiers à transmettre au secrétariat permanent du PPP.
La modernisation de nos aéroports figure aussi parmi vos grandes priorités. Qu'est- ce qui a été fait dans ce sens ?
L'Aéroport International Diori Hamani (AIDH) de Niamey, tout comme les aéroports de Zinder et d'Agadez, sont les vitrines de notre pays. C'est pourquoi, nous nous sommes engagés dans une vaste modernisation et rénovation de l'AIDH de Niamey en vue de lui donner toutes ses lettres de noblesse. Son Excellence Monsieur le Premier Ministre a donné l'avis de non objection et nous avons eu des négociations les 20 et 21 novembre 2014, à Niamey. Dans les jours ou semaines à venir, nous allons pouvoir procéder à la signature du contrat.
Mais en attendant la modernisation proprement dite, nous avons procédé à la réhabilitation et à l'équipement des salons présidentiels de l'Aéroport Diori Hamani de Niamey avec un taux d'exécution physique des travaux estimé à 90%.
S'agissant des aéroports de Zinder et d'Agadez, nous nous sommes engagés dans un processus de mise aux normes OACI. Nous avons eu à cet effet des négociations les 20 et 21 novembre 2014 à Niamey, et le 26 décembre 2014, nous avons eu l'avis de non objection. Incha Allah, nous allons, dans les jours ou semaines à venir, signer le contrat.
Concernant la construction des murs de clôture des aéroports, nous sommes, sur la base des marchés passés, à des taux d'exécution physique de 23,4% à Agadez ; 48% à Tahoua ; 38% à Maradi ; 97% à Niamey et 100% à Diffa.
L'augmentation de la desserte de nos aéroports par les compagnies régionales et internationales fait également partie de vos axes prioritaires. La situation a-t-elle évolué ?
Depuis l'installation des autorités de la Septième République, le transport et le trafic aériens connaissent une amélioration significative. Les indicateurs sont, à cet effet, satisfaisants car toutes les grandes compagnies opérant sur Niamey ont augmenté leurs fréquences de vols. A titre d'illustration : Air France passe de 4 à 5 vols par semaine ; Air Algérie de 3 à 4 vols par semaine ; Royal Air Maroc de 5 à 6 vols par semaine et ASKY de 5 à 9 vols par semaine.
Comme vous le constatez, la desserte aérienne du Niger se porte de mieux en mieux, ce qui n'est pas sans conséquence positive sur le trafic passager qui a connu une évolution remarquable. De 178.216 passagers en 2011, le trafic est passé à 244.536 passagers en 2014. Cette évolution traduit une progression du trafic de 37%. Et le nombre de compagnies desservant le pays est passé de 10 en 2011 à 11 en 2014. Cela prouve que toutes les grandes compagnies aériennes desservent notre pays.
Quelles sont vos perspectives et priorités pour l'année 2015 ?
En termes de perspectives et de priorité, nous allons poursuivre en 2015, les réformes engagées avec la mise en œuvre de la loi sur le code de la route et les activités sectrorielles de modernisation et professionnalisation du secteur. Comme en 2014, un tableau de bord des axes stratégiques est en cours d'élaboration.
En ce qui concerne le cadre du travail, d'importants efforts ont été faits par le gouvernement sur la rémunération et l'augmentation des salaires. Aussi, 165 nouveaux agents ont été recrutés en 2014 au profil de notre ministère et nous venons de recruter, en février 2015, 128 agents toutes catégories confondues. Les efforts vont se poursuivre pour renforcer la capacité des agents, mais aussi et surtout améliorer leur cadre de vie et de travail.

Assane Soumana

L'invité de Sahel Dimanche

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

M. Issoufou Katambé, président du Comité Tahoua Sakola : « Nous abordons le dernier tournant avec beaucoup d'optimisme »

Dans quel état d'esprit vous abordez le dernier tournant à quelques jours de l'événement ?Merci de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de l'organisation. Je dois tout de suite rappeler que nous avons placé le programme Tahoua Sakola sous le triptyque ''Innovation, Dynamisme culturel et Coexistence pacifique''. L'innovation, c'est d'abord par rapport aux infrastructures. Nous avons dit que nous allons réaliser des infrastruct...

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instanc…

M. Moussa Issaka Arzika, Secrétaire Permanent du Comité Arbitral des Recours Fiscaux (CARFI) : «Le CARFI est une instance arbitrale nationale compétente en matière de contentieux d'impôts»

Monsieur le Secrétaire Permanent, au nombre des réformes entreprises par le gouvernement dans le secteur des finances, figure la création du CARFI. Qu'est ce que le CARFI ?Le CARFI, c'est le Comité Arbitral des Recours Fiscaux. Le Gouvernement du Niger, soucieux d'améliorer le climat des affaires dans notre pays, s'est résolument engagé dans des reformes visant à améliorer durablement les rapports entre l'Administration fiscale et les c...

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Fuite des cerveaux : à qui la faute ?

Dès qu'on parle de fuite de cerveaux, on se tourne à première vue vers l'occident. Et pour...

vendredi 8 décembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.