Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Madame Maïga Amsou, présidente du Comité Nigérien sur les Pratiques Traditionnelles (CONIPRAT) : « Pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey »

Madame Maïga Amsou Madame Maïga Amsou

Le 6 février passé, a été célébré la Journée Internationale de la tolérance zéro aux mutilations génitales. Madame la présidente du CONIPRAT, faites-nous la genèse de cette journée.
En fait, le 6 février a été retenu lors d'une conférence régionale des Chefs d'Etat et de Gouvernement en 2003 à Addis Abéba (Ethiopie), où le Niger était représenté. Donc au cours de cette journée, le Comité Inter-Africain sur les pratiques traditionnelles ayant effet sur la santé des femmes et des enfants, qui est en fait l'organisation continentale regroupant au moins 26 comités nationaux à travers l'Afrique (c'est-à-dire tous les pays où se pratiquent l'excision), a posé le problème des Mutilations Génitales Féminines ou MGF et a sollicité qu'il y ait une journée spéciale consacrée à celle-ci pour sensibiliser le maximum de personnes et d'institutions sur les MGF.
C'est ainsi que le 6 février fut retenu comme Journée Internationale pour lutter contre les MGF, et depuis 2003, le CONIPRAT n'a pas failli. Chaque année, nous fêtons cette journée dont cette année consacre la 12ème édition. Pour cette édition de 2015 dont le thème est : ''Mobilisation et implication des professionnels de la Santé pour accélérer l'atteinte de la tolérance zéro aux MGF, plusieurs activités ont été organisées dont 2 ont été déjà réalisées à savoir une conférence débat sur les MGF présentée par le professeur Madi à l'intention des élèves des écoles de formation en santé et la 2ème conférence a été conjointement organisée par le CONIPRAT et l'Association Nigérienne des Pédiatres (ASNIPED) présentée par Docteur Roubanatou Abdoulaye qui a regroupé les professionnels de la santé. Toutes ces deux conférences ont été appuyées par la projection de documentaires et elles ont été financées par l'OMS et Animas-Sutura.

Parlez-nous des contraintes que le CONIPRAT rencontre dans la lutte contre les MGF.
Vous savez que dans toute activité, il y a des contraintes, mais pour le CONIPRAT, le plus dur est passé parce qu'au début, quand on parlait de MGF, on ne nous croyait même pas ; les gens pensaient qu'on le faisait pour avoir de l'argent ; les contraintes qu'on rencontrait à l'époque, c'était surtout pour avoir un local parce qu'une ONG sans local n'a pas d'identité ; cela a été une grosse difficulté parce que les partenaires ne veulent pas financer le local. Heureusement, l'Etat nous a donné un terrain qui a été mis en valeur avec l'appui de la Coopération Italienne, mais après, la contrainte qui s'est posée, c'est l'appui institutionnel parce que qui dit local dit fonctionnement.
Aussi, nous avons demandé au Gouvernement un appui de l'Etat comme par exemple une subvention pour pouvoir prendre en charge les parties que les partenaires ne financent pas tels que les salaires du personnel d'appui. Par ailleurs, les plaques d'immatriculation des véhicules des ONG ne sont plus exonérées par l'Etat, ce qui ne facilite pas les choses pour les ONG.
Dans quelles communautés et dans quelles régions du Niger rencontre-t-on le plus de résistance à l'abandon des Mutilations Génitales Féminines (MGF).
Au Niger, pour le cas précis de l'excision, la résistance au changement s'observe surtout dans les régions de Tillabéri et Niamey. En effet, l'exciseuse qui récidive chaque fois est de Tillabéry, et elle vient même jusqu'à Niamey pour exciser. Cela fait 3 à 4 fois que nous portons plainte contre elle. Parmi les praticiennes, c'est elle qui nous donne du fil à retorde. Mais heureusement, avec la dernière plainte le 11 novembre dernier, ils ont pu l'écrouer. Mais les autres complices, c'est-à-dire les parents, courent toujours. Depuis 2000, l'on a commencé la reconversion des exciseuses, mais ce sont toujours les mêmes communautés qui continuent à le faire.
Dans le 5ème arrondissement de Niamey, la dernière fois, une dizaine de villages était impliquée dans des problèmes de mutilations où 37 fillettes ont été excisées. Et ce n'est pas la première fois puisque régulièrement, on est confronté à cette résistance. Malheureusement, il y a une loi qui est là mais qu'on n'arrive pas à appliquer.
Et nous avons essayé toutes les stratégies de lutte, de sensibilisation à l'endroit de ces mêmes communautés, mais il y a foncièrement la volonté de résister au changement et elles le disent en ces termes : ''C'est notre coutume, c'est notre tradition, on ne peut pas l'abandonner''. Donc, moi je me dis qu'elles ne le font pas par ignorance, puisqu'elles sont lettrées et sensibilisées ; elles connaissent les méfaits de ces pratiques, mais refusent quand même de les abandonner. Or, quand on vous démontre qu'une tradition est néfaste, il faut l'abandonner; si les temps ont changé, l'homme doit changer aussi.
Quelles peuvent être les conséquences des Mutilations Génitales Féminines (MGF) sur la santé des victimes ?
Il y a beaucoup de conséquences, des conséquences immédiates et des conséquences à long terme. Immédiatement, c'est la douleur d'abord, parce que cela se fait sans anesthésie. Il y a l'hémorragie et certaines victimes meurent sur le champ ; il y a l'infection parce que ce sont des matériels non stérilisés qui sont utilisés, donc il y a de grands risques de contamination comme par exemple le SIDA. Du point de vue de la vie sexuelle, il y a problème parce que
les victimes ressentent des douleurs pendant les rapports, au moment des accouchements elles peuvent perdre leur bébé à cause des souffrances fœtales et avoir des déchirures de façon très dommageables pour l'organisme. Donc, les excisées peuvent avoir plusieurs sortes de complications.
En dehors des MGF, quels sont les autres domaines d'intervention du CONIPRAT ?
Vous savez, même quand on va dans les villages et hameaux pour sensibiliser, on ne se contente pas seulement de sensibiliser sur l'excision, mais on sensibilise aussi les populations sur toutes les autres pratiques à savoir: le mariage précoce, l'ablation de la luette, les scarifications, le relèvement du col utérin, etc.
Cependant, il y a aussi les pratiques positives sur lesquelles nous menons des sensibilisations afin qu'elles ne soient pas abandonnées. C'est par exemple l'allaitement maternel auquel les pays occidentaux ont recours aussi maintenant à cause de ses avantages ; le port des enfants au dos parce que c'est démontré que cette pratique crée et renforce les liens entre la mère et l'enfant ; il y a aussi le repos ou quarantaine après l'accouchement qui permet à la femme de se reposer, de profiter de son enfant, etc...
En un mot, la sensibilisation continue...
Oui ! Et je remercie les médias parce qu'ils nous aident beaucoup à diffuser et à sensibiliser, donc ils contribuent à la lutte. Ils ne doivent pas se contenter des journées instituées, mais qu'ils doivent, de temps en temps, faire des reportages afin de contribuer davantage à la lutte contre ces pratiques. Nous souhaiterions que les journalistes prennent l'initiative de parler de ces pratiques là en les insérant dans leurs plateformes d'activités. Donc nous remercions très sincèrement les médias, qui, depuis quelques années, s'y mettent davantage, et nous les invitons à continuer dans le même sens. Et au gouvernement, nous demandons de donner les moyens pour appuyer l'ONG afin de l'aider à la prise en charge du personnel d'appui.

Zeinabou Gaoh

L'invité de Sahel Dimanche

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Inondations dans certains quartiers de la ville de…

Inondations dans certains quartiers de la ville de Niamey : La menace est réelle !

L'installation définitive de la saison des pluies sur l'ensemble du territoire de notre pa...

vendredi 14 juillet 2017

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'O…

Prévisions saisonnières 2017 pour l'Afrique de l'Ouest : Les experts tirent sur la sonnette d'alarme bien avant le... déluge

Des pluies abondantes et des inondations sont enregistrées depuis le début de la campagne ...

vendredi 14 juillet 2017

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agricultu…

Dr. Garba Yahaya, Directeur Général de l'Agriculture : «A la date du 10 juillet 2017, 95% des villages agricoles ont semé contre 91% en 2016''

Monsieur le Directeur Général, cette année, la campagne agricole a débuté précocement dans...

vendredi 14 juillet 2017

L'air du temps

Les effets du changement climatique à nos portes

Les effets du changement climatique à nos portes

Depuis des décennies, on en entendait parler, sans trop saisir grand-chose ni de son conte...

vendredi 14 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.