Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mme Christine Marie Amon, réalisatrice de la série télévisée ''Chroniques Africaines'' : ''Je pense que l'avenir du cinéma se trouve en Afrique, parce que tout est à faire''

Mme Christine Marie Amon Mme Christine Marie Amon

A l'occasion de la 24ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) qui s'est tenu du 28 février au 7 mars 2015, l'envoyé spécial de l'ONEP, Souley Moutari, a interviewé la réalisatrice ivoirienne Christine Marie Amon, ''Chris'', dont la série ''Chroniques Africaines'' était en compétition. L'interview a eu lieu le 2 mars au Ciné Neerwaya, juste après la projection de la série. Au soir du 7 mars, lors de la proclamation du palmarès, la série télévisée, ''Chroniques Africaines'', diffusée sur la chaine A+ du bouquet Canal+, a gagné le prix en jeu dans sa catégorie.

Madame, à entendre le titre de votre série télévisée, on a l'impression qu'il s'agit d'un long récit. Qu'est-ce que c'est précisément votre film Chris ?
Oui, le titre c'est bien ''Chroniques Africaines''. Pourquoi ''Chroniques Africaines''? Tel que le titre le dit, il s'agit de différentes histoires que l'on a réunies pour en faire de mini-séries, d'abord dans cette saison qui est en train d'être diffusée. Et ce sont différentes histoires d'hommes et de femmes de la ville d'Abidjan. Mais en fait, ''Chroniques Africaines'' pourrait aussi s'intituler ''Chroniques Ivoiriennes''. Cependant, notre objectif est que cette série aille au-delà des frontières de la Côte d'Ivoire. Car il est fort possible que certains tournages aient lieux hors des frontières ivoiriennes, et qu'ils se passent notamment au Mali, au Ghana, et pourquoi pas au Niger. Et dans ce cas de figure, on voudrait respecter les spécificités culturelles de chaque pays, de chaque région, où nous faisons ces tournages. Voici donc l'idée de Chroniques Africaines. Et c'est pour cela que nous avons appelé cette série ''Chroniques Africaines'', au lieu de l'appeler ''Chroniques ivoiriennes''.
Qu'est-ce qui vous a inspirée, Madame, pour la réalisation de cette série télévisée ?
Comme je le disais, ce qui m'a inspirée, ce sont les taxi-maitres. Quand je monte dans les taxis, il y a parfois des conducteurs de taxis qui me racontent certaines histoires. Alors je me suis dit qu'il y a quelque chose à exploiter là dedans, car ce sont des petites histoires, des petites anecdotes, bref des faits divers qu'on peut exploiter, et relater à son tour. Mais, il, y a autre chose dans cette série, c'est le format, c'est-à-dire la manière dont on relate ces histoires, ces faits divers que l'on a repris, que l'on a voulu scénariser et mettre sous forme de film.
Justement, qu'est-ce ce que ce format hybride dont il est question concernant votre film,
C'est un format assez particulier. C'est un format entre la télé réalité qui se fait beaucoup aujourd'hui sur les télés, et la fiction. La fiction, pourquoi? C'est parce que ça reste quand même une série totalement scripte. On a un scénario que l'on suit du début à la fin. Donc, ce ne sont pas des inventions, c'est vraiment un scénario qui est suivi du début à la fin. Maintenant, après il y a le système de la voix off, qui est le fil conducteur sur toute l'histoire, sur tout le film. Et on a les apartés, les personnes qui s'adressent directement à la caméra, comme un tout petit peu ce que l'on voit dans la télé réalité. J'ai trouvé ce système un peu intéressant, je l'ai vu en Europe et je me suis dit qu'on pouvait le reprendre et l'adapter à nos réalités, à nos histoires, et ça se prête magnifiquement à cela.


Pour vous, le cinéma c'est un business, ou tout juste une passion ?
Honnêtement, en Afrique, c'est difficile de parler de business quand on fait du cinéma. Parce qu'on a tellement de difficulté, que si on n'aime pas le cinéma, en Afrique on ne peut pas le faire. Donc, c'est d'abord une sorte d'amour pour le cinéma. Ça fait dix ans que je suis dans le cinéma. J'ai commencé aux Etats Unis, je suis venue en Afrique, dans mon pays en Côte d'Ivoire où il a fallu pas moins de quatre à cinq ans pour sortir mon premier projet. Donc, je peux vous dire que c'est une histoire d'amour, ce n'est pas du business. Si l'on se fait de l'argent dans le cinéma, c'est tant mieux. Mais avant tout, c'est d'abord une histoire d'amour entre le cinéma et moi.

Mais, il faut quand même des moyens pour faire du cinéma. Comment arrivez-vous à conduire vos projets ?
Cette série a été entièrement financée par le Ministère de la Culture et de la Francophonie de la Côte d'Ivoire. Quand nous avons fait notre projet, nous les avons approchés; ils l'ont trouvé très intéressant et ont décidé de nous accompagner. Tout ce que je peux dire, c'est que c'était pour nous une grâce de Dieu. Il n'y a pas eu d'intérêt derrière. Ceux qui m'ont appuyée ont juste aimé le projet, et ils ont décidé de nous accompagner, c'est aussi simple que ça.
Comment voyez-vous l'avenir du cinéma pour les cinéastes africains, surtout les jeunes qui s'intéressent au 7ème art.
Je pense que l'avenir du cinéma se trouve en Afrique, parce que tout est à faire. Tout est à transcrire. Les histoires, on doit les raconter. Il y a tout un tas d'histoire qui n'ont pas été racontées, mais on doit les raconter à notre manière, selon la vision et l'avis de l'Africain. Cela doit être fait par l'Africain, et pour l'Africain d'abord. Et je pense qu'avec l'avènement du numérique, l'avenir s'annonce plus brillant pour les Africains. Il y aura de plus en plus d'histoires à raconter, et on est là pour le faire.

Réalisée à Ouagadougou par Souley Moutari, envoyé spécial

L'invité de Sahel Dimanche

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Problématique de la disponibilité et de la gestion…

Problématique de la disponibilité et de la gestion du sang au niveau des centres de soins de Niamey : Entre insuffisance et sous-information

La quantité de sang reçue par le Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS) est actuel...

vendredi 21 juillet 2017

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispos…

Centre Hospitalier Régional de Niamey : Des dispositions prises pour éviter toute fraude

Le Centre Hospitalier Régional de Niamey, communément appelé maternité Poudrière, dispose ...

vendredi 21 juillet 2017

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidélise…

L'Ong Tchémaya s'active pour mobiliser et fidéliser les donneurs

Tchémaya qui signifie en haoussa, tchéton rey na mataa daa yara autrement dit sauver la vi...

vendredi 21 juillet 2017

L'air du temps

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Drift : ces jeunes qui flirtent avec la mort

Des milliers de jeunes gens, filles et garçons, attroupés autour d'un espace dégagé. Au mi...

vendredi 21 juillet 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.