Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mounkaïla Sorka, Préfet du département de Madaoua : ''Nous avons connu une véritable relance de la production maraîchère et agricole à travers des multiples appuis de l'Etat et de ses partenaires (...) en faveur des associations et groupements de

M. Mounkaïla Sorka M. Mounkaïla Sorka

Le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, a bouclé ses 4 ans à la tête de l'Etat. En tant que 1er responsable administratif du département de Madaoua, pouvez-vous nous donner, ne serait-ce qu'un bref aperçu, des actions et investissements réalisés au niveau de votre entité administrative dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renaissance?
Dans le cadre des quatre ans d'actions du Gouvernement de la 7ème République, il faudra d'abord noter et saluer une action qui a été primordiale, à savoir celle de la sécurité et de la stabilisation du pays. Sans sécurité, on ne peut rien entreprendre. Et sur ce plan, nous autorités administratives de l'intérieur du pays, nous avons salué l'institution de ce qu'on appelle les patrouilles départementales qui opèrent nuit et jour pour assurer la sécurité publique et la quiétude des populations. Quant à la sécurité entière de notre pays, là il n'y a aucun commentaire à faire. Le Président de la République s'est investi avec un courage qu'il faut saluer, pour donner les moyens humains et matériels nécessaires à nos FDS afin d'assurer la sécurité et l'intégrité territoriale de notre pays.
Coté réalisations concrètes, durant ces quatre ans, Madaoua a bénéficié de beaucoup d'investissements en termes de construction de classes scolaires et de recrutement du personnel enseignant, surtout en zones rurales. Mieux, je témoigne que l'ensemble des établissements scolaires publiques, primaires comme collèges, ont été dotés de fournitures scolaires suffisantes pour assurer une bonne scolarité aux élèves. L'Education n'aurait pas été bien assurée sans une action déterminante pour assurer le manger à nos populations et les mettre à l'abri des mauvaises campagnes agricoles. Dès la première année d'exercice du pouvoir par le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, des programmes d'intervention d'urgences ont été mis en route au bénéfice des populations.
Mieux, à travers l'Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens), le Gouvernement a activement et abondamment soutenu la production irriguée. Le département que je dirige, à savoir celui de Madaoua, est situé dans ce qu'on appelle la vallée de la Tarka, donc une zone aménageable pour la production irriguée. Sur ce plan, nous avons connu une véritable relance de la production maraichère et agricole à travers des multiples appuis de l'Etat et de ses partenaires en semences, en intrants agricoles, en motopompes destinées aux associations et groupements de producteurs et productrices.


Aujourd'hui, dans tout le département de Madaoua, comme résultats de tous ces investissements, je n'en veux pour seule preuve que la production de l'oignon qui a presque doublé à Madaoua ; or c'est là la principale culture de rente et d'exportation de notre pays. Mais il n'y a pas que l'oignon. D'énormes superficies ont également été aménagées pour produire des céréales et autres cultures vivrières comme le maïs, le sorgho. Pour augmenter le potentiel en matière d'agriculture et surtout pour fixer les populations, les programmes d'urgence, dits aussi à haute intensité de main-d'œuvre pour récupérer ou protéger des terres agricoles ou pastorales, ont généré des milliards de Francs CFA qui sont directement allés dans la rémunération des populations rurales employées à ces tâches.
S'ajoutent également des opérations comme celles dites de distribution gratuite ciblée qui ont touché des zones et des populations extrêmement vulnérables par temps de crises alimentaires. Là où ces genres de programmes d'urgence ne s'imposaient pas, l'Etat a procédé à d'autres interventions de soutien comme la vente des vivres à prix modérés au profit des populations. Un sac de céréale qui vaut 25.000 FCFA sur le marché est cédé par l'Etat à 12.500 FCFA aux ménages pour leur permettre de passer le cap de la période de soudure et de ne pas être à la merci des commerçants spéculateurs.
Du côté des partenaires, à travers les projets et programmes de développement, il y a eu des opérations dont je parlais tantôt comme les cash for work et les cash transfert qui ont occupé et rémunéré les populations pauvres vulnérables. Il y a eu aussi d'autres opérations de soutien aux populations comme celles qui ont consisté à distribuer des petits ruminants à travers plusieurs communes du département. Le Programme de la Renaissance, durant ces quatre ans de mise en œuvre, a largement bénéficié aux populations de Madaoua à travers l'I3N, mais aussi dans des secteurs comme celui des routes.
La plus grande illustration à ce sujet pour nous à Madaoua, est la réception, par le Chef de l'Etat en personne, des travaux de réhabilitation du tronçon de la RN1 à savoir Tsernaoua-Madaoua-Guidan Roumji. Il y a aussi en cours de réalisation la route Madaoua-Bouza-Keita-Tahoua sans compter des centaines de km d'autres tronçons financés dans le cadre des réalisations, réhabilitations et entretien des routes en terre et des pistes rurales qui participent au désenclavement du département et de la Région de Madaoua.
Madaoua qui est une zone à composante sédentaires-nomades connait certainement des problèmes agriculteurs éleveurs sur la question de partage et d'accès aux ressources naturelles. Si c'est le cas, comment les gérer vous ?
Le département de Madaoua est effectivement une zone où passent les grands couloirs internationaux de passage d'animaux en transhumance. Ces couloirs sont en train d'être sécurisés, mais on est cependant confronté à l'avancée du front agricole et à ce sujet, on a souvent des problèmes que nous arrivons, avec l'appui et la sagesse des chefs traditionnels, à aplanir. En tout cas, jusqu'ici, par rapport aux problèmes de couloirs de passage des animaux et des aires de pâturages nous avons toujours réussi à les régler et à éviter tout débordement. Mais globalement, c'est là des questions que nous cherchons à résoudre et à prévenir à travers la question du foncier rural et aussi l'appui de certains projets de développement qui ont de l'expertise dans le domaine.
Madaoua est aussi connue pour la qualité de certains de ses produits de terroir comme la fameuse natte dite ''Tabarma el Madaoua'', des produits de maroquinerie et de forge, et même alimentaires comme le Kilichi de Madaoua. Est-ce que quelque chose est entrepris pour que le département tire le meilleur parti de ces produits ?
La préparation du Kilichi et la confection de la natte traditionnelle de Madaoua sont des activités qui occupent beaucoup de personnes et qui génèrent beaucoup d'argent. Et sur un plan général, il y a un secteur artisanal qui a du potentiel et qui peut représenter un atout sur le plan économique pour Madaoua. Mais le constat est que tout cela reste un secteur à encadrer et à développer, et à ce propos je profite de l'occasion que vous m'offrez pour lancer un appel aux structures étatiques et aux partenaires au développement de prospecter et voir comment une telle activité, qui véhicule avant tout une valeur culturelle et créative de la zone, peut être promue, ne serait-ce que par un financement conséquent.

Mahaman Bako(onep)

L'invité de Sahel Dimanche

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer…

M. Barkaï Issouf, ministre chargé des Relations avec les Institutions : «Le ministère s'attèle quotidiennement à assurer la meilleure collaboration entre le Gouvernement et les autres institutions»

Pourquoi la création d'un ministère spécialement dédié aux institutions ?Avant de répondre à vos questions, permettez-moi de vous remercier et de remercier l'ONEP pour cette occasion fort salutaire que vous m'offrez pour m'adresser à vos lecteurs. Vous contribuez ainsi à faire mieux connaitre mon département ministériel, ses attributions et son rôle dans l'architecture institutionnelle et administrative de notre pays. J'en suis très rec...

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisat…

Le Ministre Conseiller Spécial du Président de la République et Directeur Général de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 : « Toutes les exigences pour le bon déroulement de la conférence sont ident

Monsieur le Directeur Général, en créant l'Agence que vous dirigez, quelles sont les missions que le gouvernement du Niger lui a assignées?Il faut tout d'abord rappeller que les Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine ont choisi le Niger pour abriter en 2019, la 33eSession de la Conférence des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine à Niamey.C'est non seulement un signe fort de la vitalité de notre diplomatie m...

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hau…

Interview du président de la Commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, l'Honorable Hamma Assah : « La hausse du budget défense et sécurité se justifie ... parce que justement, il n'y a pas de développement sans sécurité »

Honorable, vous êtes président de la commission Défense et Sécurité de l'Assemblée nationale, pouvez-vous brièvement dire à nos lecteurs quel est le rôle de cette Commission ?Merci au journal Sahel Dimanche pour cette opportunité qu'il nous offre pour parler de la Commission de la Défense et de la Sécurité. Disons d'entrée de jeu que, selon le règlement intérieur de l'Assemblée nationale en son article 30, la Commission de la Défense et...

M. Habou Boukari, Directeur National des Archives : "Les services des Archives sont les parents pauvres de l'Admini…

Monsieur le Directeur national, le Niger dispose depuis des décennies d'un service dénommé Archives Nationales, quelles sont concrètement les missions et attributions de cette structure qui constitue quand même la mémoire de notre pays ?Aux termes de l'article 10 de l'arrêté n° 260/PM/SGG du 17 Octobre 2011, la Direction des Archives Nationales est chargée de l'identification, de la collecte, du classement et de la conservation des docu...

L'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, SE. Mme Eunice Sharron Reddick : "La présence des soldats américains relève …

Mme l'ambassadeur, vous voilà en fin de mission après avoir passé trois années en qualité d'ambassadeur des Etats Unis au Niger. Quels ont été les principaux axes de la coopération bilatérale sur lesquels votre pays a mis l'accent ces dernières années?Je tiens d'abord à remercier le journal « Sahel Dimanche » de me donner l'opportunité de m'adresser aux millions de nigériennes et nigériens à la fin de ma mission dans votre beau pays, le...

M. Ousmane Douka Soumaila, Directeur général de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur (ONECS) : "L…

Le 6 Juillet dernier, vous avez été primé du prix HIKIMA, mis en place par le Haut Commissariat à la Modernisation de l'Etat, le ministère de la Renaissance Culturelle et le ministère de la Fonction Publique, suite à un concours pilote entre les trois ministères en charge de l'éducation. Il s'agit de l'Education Primaire, des Enseignements Secondaires et Supérieurs, et des Enseignements Professionnels et Techniques. Pouvez-vous, Monsieu...

Interview de Mme Elback Zeinabou Tari Bako, Ministre de la Promotion et de la Protection de l'Enfant : « Le forum des Pr…

Le Niger accueille depuis le 2 octobre dernier, le Forum des premières Dames de la CEDEAO. Cette rencontre de haut niveau traite de problématiques liées à la fistule obstétricale, à la protection de l'enfant et aux MGF. Dans cet entretien, la ministre de la Promotion de la femme et de la Protection, revient sur les objectifs de ce forum et surtout les résultats attendus à l'issue des assises. Pour Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ce forum...

M. Alma Oumarou ministre, Conseiller Spécial du Président de la République : Plus de 4600 entreprises ont été créées au …

Monsieur le ministre, le Niger a de 2011 à aujourd'hui produit plusieurs réformes relatives à l'amélioration du climat des affaires : pouvez-vous nous faire l'état des lieux de ces réformes ?L'amélioration du climat des affaires et la création des conditions favorables au développement du secteur privé nigérien ont toujours été une préoccupation majeure du Président de la République. L'Etat, ne pouvant plus à lui tout seul assurer la cr...

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le paludisme : Des efforts soutenus dans la lutte …

Le paludisme est une maladie parasitaire qui constitue un problème de santé publique au Ni...

vendredi 27 octobre 2017

Interview de Dr. Hadiza Jackou, Coordinatrice du P…

Cette année encore, le paludisme fait beaucoup de victimes au Niger : quel est le nombre d...

vendredi 27 octobre 2017

Paludisme : Le choix de lutte

La lutte contre le paludisme a été entreprise, à l'échelle internationale, par l'Organisat...

vendredi 27 octobre 2017

L'air du temps

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Baroud d'honneur dans l'Anzourou

Il y a comme un vent de débâcle et de panique qui plane sur la tête des groupes armés qui ...

vendredi 17 novembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.