Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mounkaïla Sorka, Préfet du département de Madaoua : ''Nous avons connu une véritable relance de la production maraîchère et agricole à travers des multiples appuis de l'Etat et de ses partenaires (...) en faveur des associations et groupements de

M. Mounkaïla Sorka M. Mounkaïla Sorka

Le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, a bouclé ses 4 ans à la tête de l'Etat. En tant que 1er responsable administratif du département de Madaoua, pouvez-vous nous donner, ne serait-ce qu'un bref aperçu, des actions et investissements réalisés au niveau de votre entité administrative dans le cadre de la mise en œuvre du Programme de Renaissance?
Dans le cadre des quatre ans d'actions du Gouvernement de la 7ème République, il faudra d'abord noter et saluer une action qui a été primordiale, à savoir celle de la sécurité et de la stabilisation du pays. Sans sécurité, on ne peut rien entreprendre. Et sur ce plan, nous autorités administratives de l'intérieur du pays, nous avons salué l'institution de ce qu'on appelle les patrouilles départementales qui opèrent nuit et jour pour assurer la sécurité publique et la quiétude des populations. Quant à la sécurité entière de notre pays, là il n'y a aucun commentaire à faire. Le Président de la République s'est investi avec un courage qu'il faut saluer, pour donner les moyens humains et matériels nécessaires à nos FDS afin d'assurer la sécurité et l'intégrité territoriale de notre pays.
Coté réalisations concrètes, durant ces quatre ans, Madaoua a bénéficié de beaucoup d'investissements en termes de construction de classes scolaires et de recrutement du personnel enseignant, surtout en zones rurales. Mieux, je témoigne que l'ensemble des établissements scolaires publiques, primaires comme collèges, ont été dotés de fournitures scolaires suffisantes pour assurer une bonne scolarité aux élèves. L'Education n'aurait pas été bien assurée sans une action déterminante pour assurer le manger à nos populations et les mettre à l'abri des mauvaises campagnes agricoles. Dès la première année d'exercice du pouvoir par le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, des programmes d'intervention d'urgences ont été mis en route au bénéfice des populations.
Mieux, à travers l'Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens), le Gouvernement a activement et abondamment soutenu la production irriguée. Le département que je dirige, à savoir celui de Madaoua, est situé dans ce qu'on appelle la vallée de la Tarka, donc une zone aménageable pour la production irriguée. Sur ce plan, nous avons connu une véritable relance de la production maraichère et agricole à travers des multiples appuis de l'Etat et de ses partenaires en semences, en intrants agricoles, en motopompes destinées aux associations et groupements de producteurs et productrices.


Aujourd'hui, dans tout le département de Madaoua, comme résultats de tous ces investissements, je n'en veux pour seule preuve que la production de l'oignon qui a presque doublé à Madaoua ; or c'est là la principale culture de rente et d'exportation de notre pays. Mais il n'y a pas que l'oignon. D'énormes superficies ont également été aménagées pour produire des céréales et autres cultures vivrières comme le maïs, le sorgho. Pour augmenter le potentiel en matière d'agriculture et surtout pour fixer les populations, les programmes d'urgence, dits aussi à haute intensité de main-d'œuvre pour récupérer ou protéger des terres agricoles ou pastorales, ont généré des milliards de Francs CFA qui sont directement allés dans la rémunération des populations rurales employées à ces tâches.
S'ajoutent également des opérations comme celles dites de distribution gratuite ciblée qui ont touché des zones et des populations extrêmement vulnérables par temps de crises alimentaires. Là où ces genres de programmes d'urgence ne s'imposaient pas, l'Etat a procédé à d'autres interventions de soutien comme la vente des vivres à prix modérés au profit des populations. Un sac de céréale qui vaut 25.000 FCFA sur le marché est cédé par l'Etat à 12.500 FCFA aux ménages pour leur permettre de passer le cap de la période de soudure et de ne pas être à la merci des commerçants spéculateurs.
Du côté des partenaires, à travers les projets et programmes de développement, il y a eu des opérations dont je parlais tantôt comme les cash for work et les cash transfert qui ont occupé et rémunéré les populations pauvres vulnérables. Il y a eu aussi d'autres opérations de soutien aux populations comme celles qui ont consisté à distribuer des petits ruminants à travers plusieurs communes du département. Le Programme de la Renaissance, durant ces quatre ans de mise en œuvre, a largement bénéficié aux populations de Madaoua à travers l'I3N, mais aussi dans des secteurs comme celui des routes.
La plus grande illustration à ce sujet pour nous à Madaoua, est la réception, par le Chef de l'Etat en personne, des travaux de réhabilitation du tronçon de la RN1 à savoir Tsernaoua-Madaoua-Guidan Roumji. Il y a aussi en cours de réalisation la route Madaoua-Bouza-Keita-Tahoua sans compter des centaines de km d'autres tronçons financés dans le cadre des réalisations, réhabilitations et entretien des routes en terre et des pistes rurales qui participent au désenclavement du département et de la Région de Madaoua.
Madaoua qui est une zone à composante sédentaires-nomades connait certainement des problèmes agriculteurs éleveurs sur la question de partage et d'accès aux ressources naturelles. Si c'est le cas, comment les gérer vous ?
Le département de Madaoua est effectivement une zone où passent les grands couloirs internationaux de passage d'animaux en transhumance. Ces couloirs sont en train d'être sécurisés, mais on est cependant confronté à l'avancée du front agricole et à ce sujet, on a souvent des problèmes que nous arrivons, avec l'appui et la sagesse des chefs traditionnels, à aplanir. En tout cas, jusqu'ici, par rapport aux problèmes de couloirs de passage des animaux et des aires de pâturages nous avons toujours réussi à les régler et à éviter tout débordement. Mais globalement, c'est là des questions que nous cherchons à résoudre et à prévenir à travers la question du foncier rural et aussi l'appui de certains projets de développement qui ont de l'expertise dans le domaine.
Madaoua est aussi connue pour la qualité de certains de ses produits de terroir comme la fameuse natte dite ''Tabarma el Madaoua'', des produits de maroquinerie et de forge, et même alimentaires comme le Kilichi de Madaoua. Est-ce que quelque chose est entrepris pour que le département tire le meilleur parti de ces produits ?
La préparation du Kilichi et la confection de la natte traditionnelle de Madaoua sont des activités qui occupent beaucoup de personnes et qui génèrent beaucoup d'argent. Et sur un plan général, il y a un secteur artisanal qui a du potentiel et qui peut représenter un atout sur le plan économique pour Madaoua. Mais le constat est que tout cela reste un secteur à encadrer et à développer, et à ce propos je profite de l'occasion que vous m'offrez pour lancer un appel aux structures étatiques et aux partenaires au développement de prospecter et voir comment une telle activité, qui véhicule avant tout une valeur culturelle et créative de la zone, peut être promue, ne serait-ce que par un financement conséquent.

Mahaman Bako(onep)

L'invité de Sahel Dimanche

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decro…

Entretien avec Madame Ramatou Hama, directrice du Complexe Scolaire Communautaire Decroly : «Le système des écoles Decroly répond parfaitement à la prise de conscience des parents quant à leur implication dans la gestion et le fonctionnement de l'éco

Madame la directrice, les écoles Decroly représentent une nouvelle conception de l'école publique. Pouvez-vous nous présenter le Complexe Scolaire Communautaire Decroly que vous dirigez et nous faire la genèse de sa création ?Tout récemment, en début de ce mois de décembre, notre école a reçu la visite de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou. Et ce fut pour nous une occasion idéale de faire découvrir aux uns et aux autres l'école De...

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo …

Catherine Martin Payen Dicko, cinéaste, directrice des Etudes en Arts et Cultures, à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : ''La critique d'art permet d'aller vers le fond de l'excellence, de ne pas se satisfaire de petites choses, ni aussi d

La filière ASLAC du Département des Lettres, Arts et Communication de l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey a organisé, du 25 au 31 janvier 2017, une formation sur le module Critique d'Art. Quel était l'objectif que vous visiez à travers une telle initiative?Je crois qu'on peut dire qu'il n'y a pas un seul objectif, il y en a plusieurs. Tout d'abord, le premier, c'est le besoin de faire grandir l'art, la communauté artistique, no...

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité mac…

M. Ntamatungiro Joseph, représentant résident du FMI au Niger : ''Le nouveau programme vise à préserver la stabilité macroéconomique et à atteindre les objectifs de développement définis dans le Document d'Orientations Economiques pour la période 201

Monsieur Ntamatungiro Joseph, vous êtes au Niger depuis un an et demi en qualité de Représentant Résident du Fonds Monétaire International. Comment appréciez-vous les relations entre le FMI et le Niger ?Les relations entre le FMI et le Niger sont excellentes. Comme vous le savez, le Niger est membre du FMI depuis le 24 avril 1963. A ce titre, il bénéficie des services offerts par le FMI. En l'occurrence, le FMI accompagne le Niger dans ...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule so…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Exécutif de l'Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA) : ''La seule solution qui s'offre à nous est la diversification des économies nationales ; solution unique pour résister au mieux aux chocs exogè

Monsieur le Secrétaire Exécutif, comment se porte aujourd'hui le marché international du pétrole ?Nous pouvons dire que le marché international du pétrole se porte de mieux en mieux. Il est en convalescence parce qu'il sort d'une longue période de baisse drastique qui a trop fait souffrir les économies des pays producteurs. Rappelons qu'en 2013, le baril de pétrole était coté à 140 dollars US, puis à 115 dollars US en juin 2014, légèrem...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital Nat…

Centre de Néphrologie-Hémodialyse de l'Hôpital National de Lamordé : Une unité adéquate de diagnostic et de prise en charge des maladies rénales

Le bâtiment du Service de Néphrologie-Hémodialyse existe depuis les années 1974. Mais, il ...

vendredi 24 mars 2017

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : …

Association des Dialysés et Insuffisants Rénaux : Un cadre de solidarité et d'entraide pour atténuer les souffrances des malades

Au Niger, à l'instar des autres pays, la question de dialyse est une préoccupation pour le...

vendredi 24 mars 2017

Les différents types d'insuffisance rénale

Les différents types d'insuffisance rénale

Il existe deux types d'insuffisance rénale : l'insuffisance rénale aiguë et l'insuffisance...

vendredi 24 mars 2017

L'air du temps

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift, ce nouveau sport automobile qui fait fureur à Niamey

Le drift? Vous connaissez? C'est ce sport de glisse spectaculaire qui élève le dérapage de...

vendredi 24 mars 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.