Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Oumarou Mallam, coordonnateur du Comité National chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB) : ''Nous tenons à ce que le maximum de Nigériens en âge de voter puisse s'inscrire''

M. Oumarou Mallam M. Oumarou Mallam

M. le coordonnateur, le recensement électoral a atteint aujourd'hui sa vitesse de croisière. Pouvez-vous nous dire comment le Comité National chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB) a organisé ce recensement sur le plan pratique et comment est-il mené actuellement ?
Je voudrais d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous nous donnez de parler du processus de recensement électoral que nous conduisons. Je voudrais aussi profiter pour souhaiter un bon mois de Ramadan à toute la communauté musulmane du Niger.
Pour revenir à votre question, je dois dire que la collecte tire plutôt à sa fin. Les équipes sur le terrain assurent actuellement le ratissage qui clôture la collecte. Au niveau national, le recensement est organisé porte à porte, ménage par ménage, sur toute l'étendue du territoire.
Au niveau de la diaspora, en raison de la difficulté de conduire le porte à porte, des points ou centres d'enregistrement sont prévus. La collecte des données des électeurs est effectuée, à travers une fiche de recensement, par un agent recenseur accompagné de quatre (4) assesseurs que sont: un (1) responsable de la localité concernée (village, quartier, etc.) ou son représentant, trois (3) représentants des groupements des partis politiques (Pouvoir, Opposition, Non Affiliés).
Combien d'agents recenseurs le CFEB a-t-il déployés dans toutes les régions du pays ?
Il est important de rappeler que nous sommes partis d'une prévision d'environ 8,5 millions d'électeurs potentiels avec comme référentiel, naturellement, les résultats du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 2012.
La détermination du nombre d'agents recenseurs à déployer sur le terrain a été faite sur la base de la population électorale potentielle indiquée plus haut. Vous conviendrez que c'est une hypothèse haute de travail. On peut s'amuser à faire un petit calcul: premièrement, pour atteindre 8.5 millions d'électeurs en 15 jours, il nous faut recenser un peu moins de 600.000 électeurs par jour; secundo, un agent recenseur peut recenser 50 électeurs (hypothèse basse) en moyenne par jour, ce qui donne, pour les 600.000 électeurs à recenser par jour, un besoin de 12.000 agents recenseurs; tertio, nous avions décidé de prendre en compte les conditions imprévisibles de terrain, et retenu une moyenne de 40 recensés par agent recenseur par jour.
Nous avions donc retenu et déployé, in fine, 15.000 agents recenseurs sur le terrain avec 10% d'autres agents, soit 1.500 retenus comme réservistes.

Quelles sont les pièces qu'il faut présenter pour se faire recenser ?
Ainsi que le dispose la loi en matière de recensement électoral, les électeurs sont inscrits sur le fichier électoral sur présentation de l'une des pièces suivantes: carte nationale d'identité, carte d'identité militaire, passeport, acte de naissance, jugement supplétif ou certificat de nationalité, livret de pension civile ou militaire, carte consulaire, livret de famille ou carnet de famille. En cas d'absence d'un document d'état civil, la loi autorise à se faire recenser sur la base d'un témoignage. Mais ceci n'est valable qu'au niveau national.
Qu'en est-il du recensement des Nigériens vivant à l'extérieur ?
Le processus est bien enclenché et se poursuit à la diaspora. Quelques difficultés sont perceptibles, comme ici d'ailleurs. Le recensement est fini dans certains pays, et est en cours dans la plupart. Il devra finir, en principe, dans la première décade du mois de juillet.


Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées depuis le début de ce recensement ?
Des difficultés ont été rencontrées naturellement sur le terrain. Les plus importantes sont relatives : aux supports de recensement: les fiches de recensement avaient, à un moment, manqué dans beaucoup de localités, pour ne citer que cet exemple; à la cartographie : les équipes de terrain ont eu quelques difficultés, au démarrage du processus, pour exploiter les données cartographiques; à la circulation de l'information : de fausses informations véhiculées ont causé des désagréments dans le processus sur le terrain, donc, il a été demandé à tous les acteurs de tenir compte uniquement des informations données par les coordinations de ressort; à la faible implication des acteurs locaux: les partis politiques en particulier ont mis du temps à présenter leurs représentants pour les coordinations et les brigades de recensement, pénalisant à certains moments le processus; aux litiges entre les localités: les équipes de terrain ayant eu à gérer plusieurs cas de litiges entre les localités ou entre les communes, la prise en charge de ces questions a été faite, en grande partie, par la gestion des transhumants et/ou les opérations d'arbitrage prévue avant la saisie au niveau de Niamey; au recensement physique: les équipes du terrain ont eu beaucoup de mal à faire accepter leur refus de recenser des électeurs physiquement absents, un problème qui a été plusieurs fois porté à des instances de décision pour trancher; aux pièces d'état civil à présenter pour le recensement : une information a circulé dans les régions disant que le recensement est fait pour des fins fiscales. Ceci a poussé de nombreux ménages à refuser de présenter leurs pièces d'état civil, ce qui fait que les fiches de déclaration sur l'honneur pour le témoignage ont ainsi été abusivement utilisées.
Quand est-ce que le recensement électoral prendra fin et quand est-ce que les Nigériens pourront-ils disposer de leurs cartes d'électeurs ?
En principe, le délai du recensement électoral était d'un mois. Mais comme on le dit, et à juste titre, ''le terrain commande''. Nous avions eu la phase régulière de collecte de 15 jours. Une semaine a été donnée pour les opérations de ratissage. Une autre opportunité est donnée à nos concitoyens pour se faire recenser jusqu'à la fin de cette semaine, c'est-à-dire jusqu'au dimanche 28 juin 2015.
Au sortir de la collecte des données des électeurs dans les ménages, une opération d'établissement de listes électorales sera lancée dans les communes. Elle consiste en la création des bureaux de vote et la codification des listes pour les besoins de traitements au niveau du Centre National de Traitements à Niamey. Après la saisie, il sera procédé à la production de listes électorales provisoires qui feront l'objet d'un affichage dans toutes les communes pendant 15 jours, et ce conformément à la loi. C'est après la prise en compte des corrections qui seront remontées des communes que les listes électorales définitives, la carte électorale, et les cartes d'électeurs seront produites.
Nous tenons à ce que le maximum de Nigériens en âge de voter puisse s'inscrire, et le reste sera un travail technique pour garantir le principe ''1 un électeur, 1 voix''.
Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey :…

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey : Affluence générale vers les marchés de la capitale

Dans quelques heures, à l'instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre...

vendredi 23 juin 2017

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des pri…

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des prix de la volaille et du poisson importé

Les fêtes sont des grands moments de consommation de viande surtout de la volaille. Les pi...

vendredi 23 juin 2017

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C'est en effet ...

vendredi 23 juin 2017

L'air du temps

Epilogue ramadanesque

Epilogue ramadanesque

Jour J moins 28 ; - 27 ; -4 ; -3 ;-2, etc. Pour certains jeûneurs, le compte à rebours déc...

vendredi 23 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.