Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Oumarou Mallam, coordonnateur du Comité National chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB) : ''Nous tenons à ce que le maximum de Nigériens en âge de voter puisse s'inscrire''

M. Oumarou Mallam M. Oumarou Mallam

M. le coordonnateur, le recensement électoral a atteint aujourd'hui sa vitesse de croisière. Pouvez-vous nous dire comment le Comité National chargé du Fichier Electoral Biométrique (CFEB) a organisé ce recensement sur le plan pratique et comment est-il mené actuellement ?
Je voudrais d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous nous donnez de parler du processus de recensement électoral que nous conduisons. Je voudrais aussi profiter pour souhaiter un bon mois de Ramadan à toute la communauté musulmane du Niger.
Pour revenir à votre question, je dois dire que la collecte tire plutôt à sa fin. Les équipes sur le terrain assurent actuellement le ratissage qui clôture la collecte. Au niveau national, le recensement est organisé porte à porte, ménage par ménage, sur toute l'étendue du territoire.
Au niveau de la diaspora, en raison de la difficulté de conduire le porte à porte, des points ou centres d'enregistrement sont prévus. La collecte des données des électeurs est effectuée, à travers une fiche de recensement, par un agent recenseur accompagné de quatre (4) assesseurs que sont: un (1) responsable de la localité concernée (village, quartier, etc.) ou son représentant, trois (3) représentants des groupements des partis politiques (Pouvoir, Opposition, Non Affiliés).
Combien d'agents recenseurs le CFEB a-t-il déployés dans toutes les régions du pays ?
Il est important de rappeler que nous sommes partis d'une prévision d'environ 8,5 millions d'électeurs potentiels avec comme référentiel, naturellement, les résultats du Recensement Général de la Population et de l'Habitat de 2012.
La détermination du nombre d'agents recenseurs à déployer sur le terrain a été faite sur la base de la population électorale potentielle indiquée plus haut. Vous conviendrez que c'est une hypothèse haute de travail. On peut s'amuser à faire un petit calcul: premièrement, pour atteindre 8.5 millions d'électeurs en 15 jours, il nous faut recenser un peu moins de 600.000 électeurs par jour; secundo, un agent recenseur peut recenser 50 électeurs (hypothèse basse) en moyenne par jour, ce qui donne, pour les 600.000 électeurs à recenser par jour, un besoin de 12.000 agents recenseurs; tertio, nous avions décidé de prendre en compte les conditions imprévisibles de terrain, et retenu une moyenne de 40 recensés par agent recenseur par jour.
Nous avions donc retenu et déployé, in fine, 15.000 agents recenseurs sur le terrain avec 10% d'autres agents, soit 1.500 retenus comme réservistes.

Quelles sont les pièces qu'il faut présenter pour se faire recenser ?
Ainsi que le dispose la loi en matière de recensement électoral, les électeurs sont inscrits sur le fichier électoral sur présentation de l'une des pièces suivantes: carte nationale d'identité, carte d'identité militaire, passeport, acte de naissance, jugement supplétif ou certificat de nationalité, livret de pension civile ou militaire, carte consulaire, livret de famille ou carnet de famille. En cas d'absence d'un document d'état civil, la loi autorise à se faire recenser sur la base d'un témoignage. Mais ceci n'est valable qu'au niveau national.
Qu'en est-il du recensement des Nigériens vivant à l'extérieur ?
Le processus est bien enclenché et se poursuit à la diaspora. Quelques difficultés sont perceptibles, comme ici d'ailleurs. Le recensement est fini dans certains pays, et est en cours dans la plupart. Il devra finir, en principe, dans la première décade du mois de juillet.


Quelles sont les difficultés que vous avez rencontrées depuis le début de ce recensement ?
Des difficultés ont été rencontrées naturellement sur le terrain. Les plus importantes sont relatives : aux supports de recensement: les fiches de recensement avaient, à un moment, manqué dans beaucoup de localités, pour ne citer que cet exemple; à la cartographie : les équipes de terrain ont eu quelques difficultés, au démarrage du processus, pour exploiter les données cartographiques; à la circulation de l'information : de fausses informations véhiculées ont causé des désagréments dans le processus sur le terrain, donc, il a été demandé à tous les acteurs de tenir compte uniquement des informations données par les coordinations de ressort; à la faible implication des acteurs locaux: les partis politiques en particulier ont mis du temps à présenter leurs représentants pour les coordinations et les brigades de recensement, pénalisant à certains moments le processus; aux litiges entre les localités: les équipes de terrain ayant eu à gérer plusieurs cas de litiges entre les localités ou entre les communes, la prise en charge de ces questions a été faite, en grande partie, par la gestion des transhumants et/ou les opérations d'arbitrage prévue avant la saisie au niveau de Niamey; au recensement physique: les équipes du terrain ont eu beaucoup de mal à faire accepter leur refus de recenser des électeurs physiquement absents, un problème qui a été plusieurs fois porté à des instances de décision pour trancher; aux pièces d'état civil à présenter pour le recensement : une information a circulé dans les régions disant que le recensement est fait pour des fins fiscales. Ceci a poussé de nombreux ménages à refuser de présenter leurs pièces d'état civil, ce qui fait que les fiches de déclaration sur l'honneur pour le témoignage ont ainsi été abusivement utilisées.
Quand est-ce que le recensement électoral prendra fin et quand est-ce que les Nigériens pourront-ils disposer de leurs cartes d'électeurs ?
En principe, le délai du recensement électoral était d'un mois. Mais comme on le dit, et à juste titre, ''le terrain commande''. Nous avions eu la phase régulière de collecte de 15 jours. Une semaine a été donnée pour les opérations de ratissage. Une autre opportunité est donnée à nos concitoyens pour se faire recenser jusqu'à la fin de cette semaine, c'est-à-dire jusqu'au dimanche 28 juin 2015.
Au sortir de la collecte des données des électeurs dans les ménages, une opération d'établissement de listes électorales sera lancée dans les communes. Elle consiste en la création des bureaux de vote et la codification des listes pour les besoins de traitements au niveau du Centre National de Traitements à Niamey. Après la saisie, il sera procédé à la production de listes électorales provisoires qui feront l'objet d'un affichage dans toutes les communes pendant 15 jours, et ce conformément à la loi. C'est après la prise en compte des corrections qui seront remontées des communes que les listes électorales définitives, la carte électorale, et les cartes d'électeurs seront produites.
Nous tenons à ce que le maximum de Nigériens en âge de voter puisse s'inscrire, et le reste sera un travail technique pour garantir le principe ''1 un électeur, 1 voix''.
Oumarou Moussa(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Oues…

Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre : «Depuis sa création en 1907, l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) ne cesse de lutter pour les droits des

Madame, vous avez été élue, le 26 février dernier à Cartagena des Indes, en Colombie, vice-présidente de l'Internationale Socialiste des Femmes pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre. Pouvez-vous nous dire les conditions dans lesquelles se sont déroulées ces élections et quels pays le Niger avait comme challengers?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez de vous parler de l'Internationale Socialiste des Femmes (ISF) et...

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face…

Général de Brigade Ibra Boulama Issa, Directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS) : ''Face aux défis sécuritaires multiformes qui menacent ses efforts de développement, de renforcement de sa jeune démocratie et de modern

Mon Général, vous êtes le directeur du Centre National d'Etudes Stratégiques et de Sécurité (CNESS). Veuillez nous présenter cette structure, nouvelle au Niger, et qu'on a l'habitude de voir que dans les pays développés ?Je voudrais tout d'abord vous remercier pour l'opportunité que vous me donner de parler du CNESS. D'emblée, je dirai que le CNESS est un outil d'aide à la décision, autrement dit un ''think tank'' au service de l'Etat e...

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rie…

Interview du directeur du Contentieux de l'Etat, M. Ibro Zabaye : ''Aucune saisie n'est définitive et par conséquent rien n'est acquis pour Africard et rien n'est encore perdu pour le Niger''

Le tribunal de Nanterre a rendu sa décision le 14 mars dernier dans l'affaire qui oppose l'Etat du Niger à Africard. Quelle lecture vous inspire ladite décision ?Merci. Par rapport à cette décision, il faut retenir tout d'abord que c'est une décision avant dire droit, c'est-à-dire un jugement accessoire qui se rapporte à une question qui se rattache à la conduite du procès, mais qui n'est pas le procès proprement dit. En d'autres termes...

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif…

Dr Assane Barazé, expert agréé en Santé de Travail au Niger : ''La Médecine du travail a un rôle exclusivement préventif consistant à éviter toute altération de la santé des travailleurs du fait de leur travail ou des conditions dans lesquelles celui

La Médecine de travail est une activité professionnelle reconnue par l'Organisation Internationale de Travail OIT et par plusieurs autres organismes internationaux dont l'OMS. Notre pays est d'ailleurs signataire des principaux instruments internationaux qui régissent cette discipline spécialisée. Seulement, force est de constater que, jusqu'à un passé récent, elle n'est pratiquement pas exercée ici, et même si c'est le cas, peu d'impor...

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouverne…

M. Assoumana Mallam Issa, ministre de la Renaissance Culturelle et de la Modernisation Sociale, porte-parole du Gouvernement : ''Zinaria'', ''Délou'', et ''L'arbre sans fruit'', films présentés par le Niger, constituent de réels espoirs pour remporte

M. le ministre, vous avez assisté, hier au stade municipal Issoufou Joseph Konambo, à l'ouverture du 25ème Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou avec une forte présence des acteurs du cinéma africain et mondial. Peut-on connaitre les impressions qui vous animent à l'issue de cette cérémonie grandiose ?C'était une cérémonie dont la grandeur ne peut se mesurer qu'à la gloire du FESPACO. Les autorités politiques...

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement P…

Interview de Dr Mallam Garba Maman, Enseignant-chercheur, conseiller technique du ministre en charge de l'Enseignement Primaire : «Le défi, c'est celui de la généralisation. On ne va pas indéfiniment se cantonner à des expérimentations»

Docteur, à l'instar de la communauté internationale, le Niger a célébré le mardi 21 février dernier, la journée internationale de la langue maternelle. Quelle signification revêt pour vous un tel événement ?Merci de nous inviter dans votre journal pour parler de cette question cruciale et primordiale pour le développement d'un pays, car la question des langues touche à l'éducation et l'éducation est la base de tout développement. Dans c...

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement…

M. Amadou Souley Massaoudou, coordonnateur national du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU): ''Nous avons estimé qu'il était utile de présenter les résultats auxquels nous sommes parvenus à l'ensemble des

Vous avez organisé hier, dans les locaux de l'Académie des Arts Martiaux, une journée portes ouvertes sur les activités du Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et du Développement Urbain (PGRC-DU). Quels sont les objectifs que vous avez assignés à cette journée ?Nous sommes très satisfaits de l'organisation de cette journée parce que la participation a été très au-delà de ce à quoi nous nous sommes attendus. En réalité, au nive...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de …

Ruée vers l'or à Tanda-Boundou, Commune rurale de Liboré : De l'engouement aux questionnements

Or ou pas or dans le village de Tanda-Boundou, dans la Commune rurale de Liboré ? C'est la...

jeudi 27 avril 2017

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère…

Ambiance de marché sur le site de fouille aurifère de Tanda-Boundou

Pour se rendre sur le site de fouille d'or du village de Tanda-Boundou, sis entre Malam Ko...

jeudi 27 avril 2017

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un chang…

L'Initiative 3N : Un programme qui marque un changement de comportement dans la région de Dosso

L'Initiative 3N, faudrait-il le rappeler, est un programme ambitieux, une vision du Présid...

vendredi 21 avril 2017

L'air du temps

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Ces ruées vers l'or qui soulèvent des foules

Vers la fin de l'année 2014, ils ont déferlé, en bravant les dunes et les tempêtes de sabl...

jeudi 27 avril 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.