Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mahaman Ousmane, président de la Commission Nationale des Elections Professionnelles (CONEP) : ''Le recensement des travailleurs pourrait contribuer à améliorer la maitrise des effectifs du secteur public''

M. Mahaman Ousmane M. Mahaman Ousmane

Monsieur le président de la Commission Nationale des Elections Professionnelles, veuillez nous présenter cette commission à travers sa composition, ses attributions et aussi les motivations qui ont prévalu à sa création par les autorités nigériennes...
La Commission Nationale des Elections Professionnelles (CONEP) est commise par les pouvoirs publics pour organiser, superviser et suivre le processus électoral de détermination de la représentativité des organisations syndicales des travailleurs. Elle dispose des organes ci-après: la Plénière; le Bureau; les Sous-commissions permanentes; les Commissions Régionales des Elections Professionnelles (COREP); les Commissions Départementales des Elections Professionnelles (CODEP); les Commissions Communales des Elections Professionnelles (COCEP); et les Commissions ad' hoc.
La Plénière ne peut statuer qu'en présence de la majorité absolue de ses membres. Elle prend ses décisions par consensus, et à défaut de consensus, il est procédé à un vote. Les décisions en plénière de la CONEP sont prises à la majorité simple des membres présents. En cas d'égalité des voix à l'occasion d'un vote au sein de la CONEP, il est procédé à un second tour. En cas d'égalité de voix à l'issue du second tour, celle du président est prépondérante.
Le Bureau de la CONEP est composé d'un président, d'un vice-président et de deux (2) rapporteurs. Le bureau est chargé d'organiser et superviser l'ensemble des activités de la CONEP, et de coordonner les activités des sous-commissions. A cet effet, le bureau tient au moins une séance de travail hebdomadaire en présence des présidents et rapporteurs des différentes sous-commissions. Le Bureau est également chargé de préparer les réunions de la plénière dont l'ordre du jour est arrêté en concertation avec les présidents et rapporteurs des sous-commissions. Les décisions du bureau sont prises par consensus. A défaut de consensus, il est procédé à un vote et les décisions sont prises à la majorité simple des membres des bureaux présents.


Le président de la CONEP est le garant de la bonne marche des activités de la Commission Nationale des Elections Professionnelles. A cet effet, il convoque et préside les réunions plénières de la Commission; il signe les arrêtés, décisions, circulaires et correspondances de la commission. Il est l'ordonnateur du budget affecté à l'organisation des élections. A ce titre, il préside la commission interne d'attribution des marchés et approuve les projets de dépenses; il représente la commission auprès des institutions nationales et internationales sur les questions relatives à l'organisation des élections professionnelles.

La CONEP concerne-t-elle aussi les syndicats du privé ?
Peuvent faire acte de candidature, les organisations professionnelles de travailleurs régulièrement constituées et qui sont à jour de leurs instances, du domaine privé comme du public. Ne peuvent faire acte de candidature, les organisations professionnelles en contentieux interne de légitimité pendant devant les juridictions.
Au demeurant, le ministre en charge du Travail fixe par arrêté, un mois avant la date de la convocation du scrutin, la liste des organisations professionnelles autorisées à participer aux élections. Un délai de quinze jours est donné aux organisations professionnelles pour déposer des réclamations éventuelles et le ministre en charge du Travail dispose de quinze jours pour y donner suite. En outre, le droit de vote est reconnu aux travailleurs des secteurs public, parapublic et privé. Pour le secteur public, il s'agit des agents fonctionnaires, des agents auxiliaires, les agents contractuels et les agents des collectivités. Pour le secteur parapublic et privé, il s'agit des salariés, âgés de dix huit (18) ans accomplis, ayant travaillé au moins six (6) mois dans l'entreprise et jouissant de leurs droits civiques et politiques.

Quelle est la pertinence d'un tel recensement pour la Fonction Publique ?
De façon globale, le recensement des travailleurs, s'il est bien fait, serait un grand défi relevé par toute la machine administrative et conforterait le processus électoral dans le sens où il constituerait une base consensuelle pour l'ensemble des acteurs engagés dans ledit processus. Il pourrait contribuer à améliorer la maitrise des statistiques des agents publics par le Ministère en charge de la Fonction Publique, et ainsi participer à l'amélioration de la maitrise des effectifs du secteur public.

Le recensement des travailleurs a déjà commencé. Comment avez-vous organisé ce processus et quelles sont les difficultés auxquelles vous faites face?
Le recensement des travailleurs est présentement en train de se faire sur les lieux de travail, sous la supervision des commissions ad-hoc commises à cet effet et composées de l'ensemble des sensibilités syndicales. Le scrutin relatif aux élections professionnelles est prévu se tenir le 22 octobre 2015 sur l'ensemble du territoire. Le principe de la planification des activités de la CONEP a été conçu dans une logique ''de chaine'' dont le déroulé global devrait être synchronisé, c'est-à-dire que la réalisation d'une action en aval reste tributaire d'une autre action en amont. A cet effet, et pour ne citer que cela, l'installation par les autorités locales des commissions ad hoc administratives, qui ont à charge le recensement des électeurs, et qui devrait intervenir depuis le 31 mars 2015, n'a pu être effective qu'à la fin du mois de mai 2015.
Cependant, les conclusions de la dernière mission de terrain des membres de la CONEP a rapporté que, pour l'essentiel, le processus de mise en place et d'installation desdites commissions ad-hoc a été finalisé à la fin du mois de mai 2015. Pour accélérer le processus, les différents acteurs ont été sensibilisés sur l'impérieuse nécessité de finaliser, là où cela n'est pas encore fait, la mise en place et l'installation des commissions ad-hoc de recensement au plus tard à la fin du mois de mai 2015, et de débuter les opérations de recensement proprement dites le 1er juin 2015.
Pour avoir une situation précise du processus de recensement les inspecteurs de travail, les régions ont été saisies afin qu'elles nous fassent parvenir l'évaluation, région par région, de l'opération de recensement en cours. Parallèlement, les représentants des centrales syndicales au sein de la CONEP devraient également faire le point avec leurs structures régionales sur l'opération dudit recensement.
Le rapprochement des différentes situations ainsi établies et documentées devrait permettre de capitaliser sur le niveau d'avancement du recensement, et susciter ainsi d'éventuelles décisions devant permettre de parfaire l'opération.
En conclusion, on peut retenir que le processus électoral est à un stade plutôt satisfaisant d'exécution, qu'il est arrivé aujourd'hui à un niveau des plus exigeants ; un niveau qui requiert une disponibilité en temps réel des moyens financiers et une implication sans faille de tous les responsables de nos administrations, notamment les gouverneurs, les préfets et les maires, et tous les acteurs représentant les centrales syndicales tant au niveau central qu'aux niveaux régional et sous-régional.

Wata Nana Fassouma(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patri…

M. Haladou Maman, conservateur du musée régional de Dosso : «Source d'un sentiment d'identité et de continuité, le patrimoine culturel contribue à promouvoir le respect de la diversité culturelle et de créativité»

Dans le cadre de l'application de la convention de l'UNESCO sur la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel (PCI) que notre pays a ratifiée en 2003, entrée en vigueur en 2006, des progrès significatifs sont en train d'être enregistrés suite à l'effort inlassable que mène le ministère en charge de la renaissance culturelle dans son programme de relance ou de mise en œuvre. De retour d'un séminaire organisé en Chine dans le domaine du...

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision…

M. Sani Maïgochi, ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique : « S'agissant de la Télévision Terrestre Numérique, si tout va bien, les émissions pourront commencer courant décembre 2017 sur l'ensemble du pays »

Monsieur le ministre, votre institution a signé une convention lors du ''Sommet Transform Africa 2017''tenu le 11 mai dernier à Kigali, au Rwanda et qui a enregistré la présence de plusieurs chefs d'Etat, dont SE M. Issoufou Mahamadou. Pouvez- vous nous donnez d'amples explications au sujet de cette convention ?Il s'agit d'un mémorandum d'entente de coopération qui fixe les principes et les conditions d'une coopération économique et tec...

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou d…

Monsieur Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du secteur privé : « Pendant les périodes de soudure ou de carême, nous déterminons ensemble avec les commerçants les prix de certains produits par consensus »

Monsieur le ministre, vous avez sillonné la semaine dernière certains marchés et supermarchés de Niamey. Cette semaine, vous avez également rencontré aussi bien les opérateurs économiques que les responsables des Organisations syndicales et des Associations de Défense des Consommateurs. Peut – on avoir les raisons de toutes ces visites en peu de temps dans ces différents circuits de commercialisation des produits ?Avant de répondre à vo...

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la fem…

Dr Biga Mariama, Enseignant Chercheur à l'Université Abdou Moumouni Dioffo de Niamey : « Pour l'autonomisation de la femme nigérienne, il faut que l'Etat inscrive le genre au nombre des volets prioritaires des programmes de développement »

Les femmes nigériennes ont célébré le 13 mai dernier la journée qui leur est dédiée sous le signe de « l'éducation et la formation de la jeune fille garantissent l'autonomisation économique de la femme pour un développement durable ». Quelle est pour vous la pertinence d'un tel thème au regard de la situation actuelle de la femme nigérienne ?Il semble important d'indiquer en premier lieu le contexte social dans lequel elles vivent. La s...

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une …

M.Sadou Saloké, gouverneur Agadez : ''À travers le Programme de la renaissance, l'Etat s'est résolument engagé dans une logique de développement durable»

Monsieur le gouverneur, depuis 2011, le ''Programme de la Renaissance'' est mis en œuvre dans toutes les régions du Niger. Quelles sont ses réalisations dans la région d'Agadez et quel commentaire cela suscite-t-il en vous?Il faut noter que la région a abrité la fête tournante du18 décembre ''Agadez SOKNI 2016''. A travers cet évènement, un certain nombre d'indicateurs font aujourd'hui qu'Agadez s'est définitivement tourné vers le progr...

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie d…

Me Ali Sirfi Maïga, Médiateur de la République : ''Nous avions discuté autour de plusieurs questions concernant la vie de l'AMP-UEMOA''

M. le Médiateur, vous avez organisé, cette semaine au Parc du W, la réunion de l'Association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. Pouvez-vous nous donner la substance des échanges que vous avez eus avec vos collègues de l'UEMOA ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler des activités de notre association des Médiateurs des pays membres de l'UEMOA. C'est vrai que cette semaine nous avions accueilli nos co...

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril …

Colonel Major Mahamadou Abou Tarka, président de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix : «La fête du 24 avril nous permet de rappeler la rébellion, de parler de l'unité nationale, d'un Niger dans lequel tous ses enfants se sentent solidaire

Créée en 1995 pour suivre la mise en œuvre des accords de paix de 1995 et des autres protocoles additionnels à ces accords intervenus en 1998, la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix (HACP), qui est rattachée à la Présidence de la République, est chargée entre autres de l'analyse prospectrice, de la prévention et de la gestion des crises et des conflits. Dans cette interview réalisée à moins d'une semaine de la célébration de la...

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus diffi…

M. Mahamadou Dan Dano Lawaly, gouverneur de la Région de Diffa : ''On peut dire qu'en matière de sécurité, le plus difficile est derrière nous, et qu'il reste à consolider et à pérenniser la paix''.

Monsieur le gouverneur, quelles sont les réalisations effectuées dans les différents secteurs de la vie socio-économique de la Région de Diffa?Malgré la situation sécuritaire difficile qui constitue une entrave à toutes les activités dans la région de Diffa, la mise en œuvre du Programme de la Renaissance acte II se fait de façon assez bonne, comparativement aux autres régions. Ainsi, on peut retenir, dans les secteurs prioritaires, les...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey :…

Préparatifs de la fête de l'Aïd-el-fitr à Niamey : Affluence générale vers les marchés de la capitale

Dans quelques heures, à l'instar du reste de la communauté musulmane, les fidèles de notre...

vendredi 23 juin 2017

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des pri…

Repas de fête : Disponibilité et stabilité des prix de la volaille et du poisson importé

Les fêtes sont des grands moments de consommation de viande surtout de la volaille. Les pi...

vendredi 23 juin 2017

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Les Salons de beauté plus que jamais sollicités

Le jour de la fête est un grand jour pour les femmes et les jeunes filles. C'est en effet ...

vendredi 23 juin 2017

L'air du temps

Epilogue ramadanesque

Epilogue ramadanesque

Jour J moins 28 ; - 27 ; -4 ; -3 ;-2, etc. Pour certains jeûneurs, le compte à rebours déc...

vendredi 23 juin 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.