Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

M. Mani Tanko, chef du Centre National de Lutte Anti Acridienne (CNLA) d'Agadez : "Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA''

M. Mani Tanko M. Mani Tanko

La région d'Agadez a cette particularité d'abriter dans sa partie septentrionale une zone grégarigène. Qu'est-ce qui explique cette spécificité d'Agadez ?
Par sa situation géographique, le Niger se trouve dans l'aire de rémission du criquet qui occupe tout le Sahara. Cette aire s'étend du Sahara Occidental à l'Inde, soit 29 pays concernés. A l'intérieur de cette vaste zone de rémission, existent des aires grégarigènes au sein desquelles ont lieu les formations des essaims et les départs des invasions. Le Niger abrite deux grandes aires de grégarisation du criquet pèlerin, à savoir l'Aïr et le Tamesna. En outre, le Niger aussi constitue le couloir de passage du criquet dans ces mouvements migratoires des zones de reproduction estivales du Sahel vers les zones de reproduction hiverno-printanière, et vice-versa. Cette situation expose notre pays à la menace acridienne qui peut venir de ces foyers de grégarisation de l'Aïr-Tamesna, mais aussi des régions voisines.

Quelles sont les principales zones grégarigènes dans la région d'Agadez ?
Les principales aires grégarigènes sont l'Aïr et le Tamesna. L'Aïr abrite plusieurs foyers de grégarisations autour du massif, le long des oueds et dans les zones d'épandage. En ce qui concerne le Tamesna, les foyers de grégarisation sont concentrés sur le long de la vallée fossile de l'Azawak et ses affluents, mais aussi dans les dépressions, cuvettes endoréiques et inter-dunaires.

Le Centre National de Lutte Anti acridienne a pour missions la prévention et la lutte anti-acridienne. Depuis que l'OCLALAVE a cessé d'exister, tous les efforts de vos services sont concentrés sur Agadez, les frontières algérienne et libyenne, etc. Comment se présente actuellement la situation sur le terrain ?
La stratégie de prévention repose essentiellement sur la surveillance régulière des foyers de grégarisation du criquet pèlerin. Car c'est seulement dans ces foyers qu'ont lieu la grégarisation, dont le départ de l'invasion. Si tous les pays arrivent à contrôler les foyers de grégarisation dans leurs zones respectives, il n'y aura jamais d'invasion.
C'est pour cette raison qu'ici au Niger, tous nos efforts sont concentrés dans la région d'Agadez. Car c'est là que se trouvent les aires grégarigènes de l'Aïr et du Tamesna qui renferment en leur sein plusieurs foyers de grégarisation bien connus des prospecteurs. Nous étendons également nos prospections tout le long des frontières des pays voisins abritant aussi des foyers de grégarisation, notamment l'Algérie et la Libye, en vue d'apprécier l'importance du flux migratoire du criquet entre les zones de reproduction hiverno-printanière du Maghreb et du Sahel.
Mais il nous arrive très souvent d'élargir les prospections dans la bande du Sahel des pâturages (Damergou, Tadress et sud Azaouak) qui ne renferme pas de foyers de grégarisation, mais qui est bien reconnue comme zone de reproduction du criquet par excellence en période estivale (Juin à Septembre).



Aujourd'hui, le Centre à un rôle important à jouer afin de permettre aux Nigériens d'atteindre les Objectifs du Millénaire en matière de Développement. Le Programme de Renaissance du Président de la République, SEM. Mahamadou Issoufou, à travers l'Initiative 3N, a des chances de réussite car les cultures sont à l'abri des ennemis de cultures. Est-ce que vos services sont assez outillés pour rassurer les autorités politiques et les populations?
Le succès de la lutte contre le fléau acridien repose essentiellement sur la stratégie de prévention et la capacité de réaction rapide du CNLA, notamment la Base Principale située à Agadez. Fort heureusement, un des atouts de la base d'Agadez est la maitrise de cette stratégie de prévention et de réaction rapide.
Une bonne connaissance du terrain, un réseau d'informateurs efficace, des moyens de communication et de navigation performants, une bonne maitrise de la technologie de gestion de l'information acridienne (imageries satellitaires et système de gestion de l'information acridienne par le SIG), ce sont là quelques atouts dont dispose le CNLA pour assurer une surveillance régulière et une alerte précoce de toutes manifestations de menace.
A cela s'ajoutent des équipements appropriés de lutte et un stock de produits pour assurer la lutte préventive ainsi que la réponse rapide à toute menace.
Avec l'aide des nouvelles technologies de gestion de l'information acridienne et les outils d'aide à la décision dont il dispose, le CNLA peut alerter à temps l'imminence d'une menace afin de permettre aux décideurs de prendre les mesures appropriées pour y faire face.
Le Centre d'Agadez est bien outillé pour suivre régulièrement l'évolution de la situation acridienne, permettant ainsi de détecter à temps les premiers signes précurseurs d'une menace acridienne. Il dispose en permanence d'un stock de produits de 15. 000 litres pour une réponse rapide.

Le centre anti-acridien intervient dans la région, particulièrement dans des zones d'insécurité. Le conflit au Mali n'entrave-t-il pas vos élans à mener vos missions sur le terrain ?
Comme vous le savez, la zone de rémission du criquet pèlerin, qui s'étend du Sahara occidental à la frontière indo-pakistanaise, en passant par le Mali, l'Algérie, la Lybie, le Darfour, la Somalie, etc., a de tout temps abrité des foyers de tension, et est en proie à une insécurité permanente, et c'est aussi une zone désertique très hostile et difficile d'accès. C'est dans ces conditions que les unités de lutte antiacridienne de ces pays, dont le Niger, sont appelées à traquer sans cesse les mouvements du criquet pèlerin et l'empêcher de former des essaims.
Dieu merci, ici au Niger, nous n'avons jamais interrompu les opérations de surveillance et de lutte préventive durant toutes ces périodes d'insécurité. Certes, la situation au nord Mali a fait monter d'un cran cette insécurité, mais n'a pas pour autant entamé notre détermination à mener à bien notre mission. Il faut seulement souligner qu'avec cette insécurité, nos missions sur le terrain demandent deux fois plus de moyens, et cela rend le dispositif plus lourd et plus difficile à manœuvrer, réduisant ainsi notre capacité d'intervention rapide.

Comment s'organise la lutte anti-acadienne en cas de menace ?
La base d'Agadez dispose de la première force de frappe avec un dispositif d'intervention rapide composé de 3 équipes de lutte, chacune dotée d'un appareil monté sur véhicule de Type ULVAMAST. Ce dispositif peut être appuyé d'une dizaine d'appareils motorisés à dos de type AU8000, et d'une vingtaine d'appareils ULV à piles, pour intervenir sur de petites infestations ou dans les sites de culture (jardins) inaccessibles par véhicule.
Ce dispositif peut être renforcé par des équipes de lutte venant de la Direction Générale du CNLA. Mais si la menace se précise, d'autres équipes de lutte de la Direction Générale de la Protection des Végétaux et des régions interviennent avec des moyens plus performants (AU8115). En cas de crise ou menace directe sur les cultures vivrières, les avions de la Direction Générale de la Protection des Végétaux interviennent.
Il faut aussi noter qu'une fois la crise déclarée, un comité de gestion de crises est aussitôt mis en place afin de mobiliser à temps les moyens nécessaires pour y faire face.

Chaque institution de l'Etat a des partenaires nationaux ou extérieurs. Pouvez-vous nous citer quelques uns qui apportent leurs appuis à vos services?
La lutte contre le criquet pèlerin n'est pas l'affaire d'un seul pays. Tous les pays concernés doivent apporter leurs contributions, ne serait-ce que par les échanges d'informations. Des pays amis comme l'Algérie, le Maroc et d'autres pays avec lesquels nous avons signé une convention d'assistance, interviennent par des dons en produits phytosanitaires ou même l'envoi d'équipes spécialisées de lutte pour nous appuyer. Mais il faut surtout une bonne coordination des efforts. L'un des partenaires privilégiés est la FAO qui assure ce rôle de coordination. L'institution nous aide dans le renforcement des capacités, la mobilisation des moyens, l'harmonisation des actions pour mener efficacement la stratégie de lutte.
Sans être exhaustif, plusieurs bailleurs de fonds et partenaires du Niger comme l'UE, la France, la Banque Mondiale, l'UEMOA, etc., interviennent à chaque fois que cela s'avère nécessaire.

Toutes les bases du CNLA ne sont pas opérationnelles dans la région. Qu'en est-il exactement ?
Le CNLA dispose d'une seule base opérationnelle, celle d'Agadez. La base secondaire d'In Abangharit, située dans le Tamesna, n'est pas encore opérationnelle depuis les évènements de la rébellion. Il est prévu sa réhabilitation ainsi que la création, dans la région, de 3 points d'appui dans l'Aïr, notamment à Arlit, Iférouane et Tabelot.
Vos perspectives pour la région ?
Pour renforcer sa capacité de prévention, d'alerte précoce et d'intervention rapide, le CNLA compte renforcer ses capacités. Au niveau du parc-autos, nous comptons doter les équipes de véhicules appropriés pour les différentes opérations (prospections, luttes, transports de produits et assistance technique aux équipes) dans les zones désertiques hostiles; renforcer les moyens de communication, notamment les radios E/R pour équiper les véhicules de prospection, la base principale et éventuellement les points d'appui ; renforcer les moyens de transmission, notamment les nouvelles technologies de collecte et de transmission des données, ainsi que le système d'information Géographique pour faciliter les traitements des données. Il faut également renforcer les formations des prospecteurs pour améliorer la qualité des données collectées, des traitements et de l'analyse de la situation acridienne. De même, il faut renforcer le réseau d'informateurs par des formations, la sensibilisation des élus locaux et autres intervenants dans les aires grégarigènes. En matière d'infrastructures, la base secondaire d'In Abangharit dans le Tamesna doit être réhabilitée et les zones grégarigènes de l'Aïr doivent être dotées de points d'appui à Arlit, Iférouane et Tabelot, afin d'améliorer et de faciliter la gestion logistique.

Abdoulaye Harouna(onep)
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer…

M. Saidou Halidou, Directeur Général de la Décentralisation et des Collectivités Territoriales : «Les élus doivent créer les conditions d'une meilleure gouvernance locale, plus transparente et plus inclusive qui place l'intérêt des citoyens au cœur d

Le 6 septembre dernier, s'est tenue à Niamey, la cérémonie de notification des actes de transfert de compétences et de ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Quelle est la signification d'une telle cérémonie pour les acteurs de la décentralisation ?La cérémonie intervenue le 6 septembre 2017 sous le Haut patronage de Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, est l'aboutissement d'un long processus...

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans …

Monsieur Issa DJIBO, Directeur Général du Trésor et de la Comptabilité Publique : "Le Compte Unique s'inscrit dans le cadre d'un ensemble de réformes mises en place pour améliorer les services rendus par l'Etat"

Monsieur le Directeur Général, après quelque 8 mois passés à la tête de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique, pouvez-vous nous dire succinctement comment se porte cette importante institution ?Merci de me poser cette question qui permet de mieux apprécier la situation actuelle de la DGT/CP. Il importe, en effet, de rappeler qu'à notre prise de fonction, la situation de la DGT/CP se caractérisait par une lenteur...

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se prop…

Mme Habibatou Moussa Hassane présidente de la Fédération Nigérienne de Handball : «La nouvelle équipe dirigeante se propose à travers cet ambitieux programme de donner une nouvelle vision au handball nigérien à tous les niveaux»

Mme la présidente, vous êtes la seule femme qui dirige une fédération sportive au Niger. Pouvez-vous nous faire la rétrospective de votre élection à la tête de cette fédération ?Je vous remercie très sincèrement pour cette opportunité que vous m'offrez pour m'exprimer à travers les colonnes de votre journal SahelDimanche que je lis d'ailleurs régulièrement.C'est vrai qu'une femme à la tête d'une fédération sportive au Niger n'est pas ch...

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doi…

Mme Bety Aichatou Habibou Oumani, présidente de l'association Matan Tahoua Sakola : «Qui veut accueillir un étranger doit avoir un environnement propre et les femmes se mobilisent pour cela»

Mme la présidente, dans le cadre de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre, la Région de Tahoua a été choisie pour abriter la fête de Tahoua Sakola. Vous avez été désignée à la tête de l'organisation dénommée Matan Tahoua Sakola. Quel est le but de cette organisation et pourquoi cette cérémonie de plantation d'arbres aujourd'hui au sein de la grande mosquée de Tahoua ?Je vous remercie de cette opportunité que vous nous donne...

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.