Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Idrissa Issoufou, Maire de Dosso : «La population doit s'approprier les acquis du 18 décembre 2014, et opérer un changement de mentalité afin de relever le défi de l'incivisme fiscal

M. Idrissa Issoufou M. Idrissa Issoufou

Après des études supérieures à l'étranger, M. Idrissa Issoufou s'est installé dans sa ville natale Dosso où, il a réalisé beaucoup d'actions avant même d'être élu maire. Et c'est sans démagogie qu'il dira, « qu'il a toujours été maire avant même d'être maire élu de la commune ». A la faveur de la fête tournante du 18 décembre, la commune de Dosso a bénéficié de nombreux investissements. M. Idrissa Issoufou a, au cours d'un entretien accordé à Sahel Dimanche, invité les populations de la cité des Djermakoyes à s'approprier les acquis de la fête tournante du 18 décembre.
M. le maire pouvez-vous nous présenter la commune urbaine de Dosso ?
La commune urbaine de Dosso, chef-lieu de la région, chef-lieu du département est située à 140 km de la capitale Niamey. Elle est composée essentiellement de Djermas, de haoussas, de touaregs ainsi que des expatriés. Sa population selon le recensement de 2010 est estimée à 99.000 habitants. La commune de Dosso est surtout connue par sa position de carrefour. Les activités principales menées par les populations de la commune de Dosso sont l'agriculture et l'élevage ainsi que le commerce qui prend de l'ampleur.

Dosso a abrité la fête tournante du 18 décembre 2014 sous l'appellation de Dosso Sogha. Comment se présente à l'heure actuelle la situation des infrastructures ?
De façon générale ça va dans l'ensemble. Néanmoins, il y a des infrastructures qui ne sont pas achevées et on attend leur réalisation définitive. Mais toujours est-il que ces travaux ont contribué de façon significative à donner une très bonne image à notre commune. Certes, toute œuvre humaine n'est jamais parfaite, il y a encore des travaux qui sont là et qui traînent. Par rapport à l'entretien et à la gestion de ces infrastructures comme je l'ai toujours dit, c'est un important investissement qui a été réalisé dans la commune de Dosso. Cela suppose automatiquement la question d'entretien.
Imaginer un investissement à hauteur de 40 milliards uniquement des travaux d'infrastructures, de voirie. Donc la question d'entretien doit prendre une place prépondérante parce qu'il ne suffit pas de réaliser, mais il faut aussi entretenir afin que ces infrastructures durent aussi longtemps que possible.


Au niveau de la commune de Dosso certes nous avons tout un projet d'entretien. Bien que nos capacités soient limitées, la commune de Dosso fait de son mieux ne serait-ce qu'au niveau de la voirie pour entretenir les voies qui sont nouvellement construites en pavé ou en goudron. Au niveau de certains sites également, la commune fait de son mieux. Mais, comme je l'ai dit plus haut, cela demande beaucoup de moyens financiers. Je saisi donc l'occasion pour demander à l'état de venir encore en appui à la commune pour que tous les investissements réalisés puissent être entretenus dans le temps afin que les générations futures en profitent.

La finition des travaux des caniveaux traîne toujours. Est-ce à cause d'un problème financier ou bien c'est juste un simple abandon ?
Je crois que là, c'est un problème financier qui se pose. Pour l'instant, aucun contrat n'a été résilié contrairement à ce qui se dit en ville. Donc à mon avis, c'est un problème financier lié à la capacité des entreprises auxquelles on a confié les travaux. C'est-à-dire que ces entreprises n'ont pas la capacité financière pour achever ces travaux. Je pense qu'ils attendent un décompte de la part de l'Etat.

M. le maire, Parlez-nous de l'incivisme fiscal au niveau de la commune. La situation s'est-elle améliorée ?
L'incivisme est un problème qui est commun à toutes les communes du Niger parce que ce sont les mentalités qui ne répondent pas. L'incivisme est là, on vit avec ; les populations ne paient pas leurs taxes, ni leurs impôts. C'est un problème sérieux. C'est une réalité qui est là ; chaque fois on essaie de faire des actions de sensibilisation pour que les gens changent de mentalité. Dans cette condition, on ne peut pas parler de développement. Un pays ne peut se développer sans la participation des communautés. Les partenaires qui veulent aider sont aussi exigeants ; ils demandent la contribution minime soit- elle, de la commune.

Le port sec et le chemin de fer figurent parmi les grands chantiers du programme de la renaissance. Quels avantages les populations de la commune peuvent-elles tirer de ces réalisations ?
Les avantages sont multiples et variés. Pour la commune de Dosso, ça va être l'émergence d'une économie très forte sur l'échiquier national avec tout ce qui se dessine comme trafics de marchandises, et de personnes. Donc, cela va développer le tourisme et surtout le commerce. De l'autre côté, le plus important, est que cela va permettre aux jeunes de créer des activités génératrices de revenus et de réduire ainsi le chômage. Donc sur le plan économique, social et culturel, le port sec a un impact très significatif et qui va donner à la ville de Dosso des opportunités immenses pour que cette commune puisse émerger et se développer et peut-être constituer le premier pool économique du pays. Je crois que le port sec et le chemin de fer constituent des projets sur lesquels la région de Dosso fonde beaucoup d'espoir pour relancer notre économie particulièrement dans la ville de Dosso.

Dans quelques mois, le conseil municipal sera en fin de mandat. Etes-vous satisfait du travail accompli par le Conseil municipal ?
Je suis très satisfait. S'il y a une commune qui est satisfaite, c'est la commune de Dosso. Je ne parle pas avec démagogie, je parle sur la base de faits concrets. Il suffit de faire un tour dans la ville pour se rendre compte qu'il y a eu beaucoup de changements. Les conditions et le cadre de vie des populations se sont améliorés de façon significative. Je crois que le bilan est hautement positif. C'est le résultat qui compte. La commune de Dosso a connu un changement très significatif, positif.

Quelles sont vos ambitions pour la commune de Dosso ?

Je n'ai connu que ma commune après mes études supérieures à l'étranger. Je me suis installé chez moi à Dosso. J'ai fait beaucoup d'actions avant même d'être maire. Je l'ai toujours dit, j'ai toujours été maire avant d'être maire. Pour moi, être maire, c'est travailler pour sa commune ; et je vais continuer à travailler pour ma commune Dosso surtout qu'il y a beaucoup de choses que j'ai appris maintenant.

Avez-vous un appel à lancer à la population de Dosso ?
C'est de dire que la population doit s'approprier les acquis du 18 décembre 2014, et opérer un changement de mentalité afin de relever le défi de l'incivisme fiscal.

Propos recueillis par Mahamane Amadou /ONEP Dosso
www.lesahel.org

L'invité de Sahel Dimanche

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour m…

Monsieur Guimba-Saidou, Directeur Général de l'Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI):«L'ANSI a pour mission de conduire la transformation de la société nigérienne en une société digitale/numérique, afin d'accélérer notre marche ver

Monsieur le Directeur Général, lors du Conseil des ministres du 10 juillet dernier, le Haut-commissariat aux NTICs a été érigé en Agence Nationale pour la Société de l'Information (ANSI). Pouvez-vous nous donner les raisons de cette réorientation dans le domaine des NTICs au Niger?Les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) jouent un rôle de plus en plus important dans la vie socio-économique, et particulièrement dans...

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord …

Ancienne gloire : M. Abdou Djibo, champion de cyclisme : «Pour réaliser de grands succès dans le sport, il faut d'abord avoir l'amour de son pays, il faut être jaloux de l'image de son pays et tâcher de l'honorer, avec la rage de vaincre au cœur»

Qui est Abdou Djibo ?Je suis un ancien cycliste Nigérien, et je suis né vers 1957 à Talladjé Ko-bontafa. Mais je suis du quartier Saga. Nos parents possèdent des champs dans toute cette zone et chaque année, ils quittent Saga pour aller cultiver leurs champs. Au fil du temps, ils ont fini par s'installerlà-bas.Comment êtes-vous arrivés au cyclisme, je vais parler de vos premiers pas dans la ''petite reine'' ?Je me souviens bien qu'à l'é...

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités d…

Interview de M. Almoustapha Garba, ministre de l'Environnement et du Développement Durable : «Dans plusieurs localités de notre pays les producteurs ont adopté des nouvelles stratégies de conservation de la fertilité des sols en intégrant l'arbre dan

Monsieur le Ministre, notre pays, célèbre le 03 Août 2017, le 57ème anniversaire de son accession à l'indépendance, une commémoration essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelles sont les activités inscrites au programme de cette édition 2017 ?Je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez de m'adresser à nos compatriotes à l'occasion de la 42ème édition de la Fête Nationale de l'Arb...

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de l…

M. Babio El-kir Moudachirou, Conseiller Technique au Tourisme et à l'Hôtellerie du ministre béninois du Tourisme et de la Culture : « Il faut tirer grand profit du secteur et générer des devises et des richesses pour nos communautés et nos budgets na

Monsieur le Conseiller Technique, vous êtes au Niger dans le cadre d'un séminaire de formation des acteurs du tourisme et de l'environnement, une initiative de l'Organisation Mondiale du Tourisme (OMT). Quelle appréciation faites-vous de cette initiative ?Merci bien pour l'opportunité que vous nous donnez de réagir sur ce projet. Au moment où on concluait ce projet entre les deux pays et l'OMT en Avril dernier à Addis-Abeba, nous n'étio...

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : …

M. Assadeck Mohamed, Assistant Technique National du Programme de Développement de l'Agriculture Familiale (ProDAF) : "Notre vision au ProDAF, est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) »

Le ProDAF a été mis en vigueur en septembre 2015, pouvez-vous d'abord nous rappeler la vision de votre programme ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour présenter le ProDAF. En effet, la vision du ProDAF est de faire émerger des Pôles de Développement Economiques (PDE) à travers lesquels les producteurs ruraux soutenus par leurs organisations et les collectivités locales s'organisent, aménagent et exploitent de manière rationnell...

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et servic…

M. Abdou Harouna, Directeur général de NIGER TELECOMS : « Nous avons pour ambition de démystifier les produits et services de télécommunication au Niger tout en garantissant la disponibilité, la qualité et les meilleurs tarifs à tous »

M. Abdou Harouna, 49 ans, marié et père de cinq enfants, tout nouveau directeur général de NIGER TELECOMS, a la lourde responsabilité de gérer cette entité. Avec plus de 19 ans d'expérience dans divers postes à responsabilités techniques et managériales aux USA, au Moyen-Orient et en Afrique, le nouveau patron de Niger Télécoms dispose de nombreux atouts, ainsi que d'une large connaissance en Lean Enterprise et en concepts de Six-Sigma,...

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun so…

M. Yahouza Sadissou, ministre des Enseignements Supérieurs, de la Recherche et de l'Innovation : « Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année »

Monsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je ...

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faci…

M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé : «La prise de conscience de l'intérêt de faciliter le commerce en Afrique à tous les niveaux est certaine», déclare Sadou Seydou

Monsieur le ministre, avant de rentrer dans le vif du sujet, pourriez-vous nous définir ce que c'est la ZLEC ?La ZLEC, c'est la Zone de Libre Echange Continentale. C'est un projet de l'Union africaine destiné à créer un espace économique commun pour les 55 pays du continent. La Zone de Libre Echange Continentale de l'Union africaine a pour but de booster le Commerce intra-africain, favoriser l'industrialisation du continent et d'accroit...

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas…

Le Secrétaire permanent de la Commission Nationale des Frontières : «L'aboutissement des deux saisines de la CIJ n'a pas d'incidence sur la superficie du Niger», déclare M. Hamadou Mounkaila

Monsieur le Secrétaire permanent de la Commission nationale des frontières, le Niger a borné ses frontières avec certains de ses voisins et a passé devant la Cour internationale de La Haye pour délimiter ses frontières avec le Bénin ; or, de nombreuses personnes physiques et morales continuent à dire ou écrire que notre pays fait 1.267.000 kilomètres carrés : quelle est donc la superficie exacte du Niger en 2017 ?Je vous remercie de l'o...

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Madame Rabo Fatchima, Directrice Générale du Budget : «Le budget programme est un mode de budgétisation par résultat»

Mme la Directrice générale, le Niger en tant que pays membre de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), est engagé ces dernières années dans un processus de reformes dans la gestion des finances publiques, pouvez-vous nous faire le point de ces différentes reformes ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du processus de reformes dans la gestion des finances publiques au Niger. En effet, depuis la transposi...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

Les propriétaires véreux face à l'impôt sur le loyer

L'impôt sur le loyer. Parlons-en ! Depuis la mise en œuvre de la décision instituant cet i...

vendredi 18 août 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.