Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dossier


Mariama-Ekhizi-la-dveloppeuse-de-lapplication--Wafu---Comme dans plusieurs pays de par le continent et le monde, les jeunes nigériens s'investissent dans la conception d'applications technologiques dans plusieurs domaines de la vie. C'est l'exemple de Mariama Ekhizi, une jeune nigérienne qui a mis au point une application dans le domaine de la santé. ''Wafu'', c'est le nom de l'application développée par cette étudiante inscrite en master à l'Ecole Supérieure des Télécommunications (EST) de Niamey, Option Génie logiciel. L'application Wafu a d'ailleurs été primée lors la 2ème édition du concours « e-Takara » dont les résultats ont été proclamés à l'occasion de la fête anniversaire de la proclamation de la République le 18 décembre 2018 à Zinder.

Mariama Ekhizi a toujours eu une passion pour le secteur de la santé. Elle a voulu y effectuer des études universitaires, mais le destin l'a orientée vers la technologie et le numérique. A défaut de réaliser sa passion qui est celle d'entreprendre des études universitaires en Santé, Mariama Ekhizi se contente de la réaliser à travers le domaine du numérique qu'elle juge polyvalent. C'est ainsi qu'elle s'est engagée à développer des applications à même d'aider les populations nigériennes dans le secteur de la santé. Il s'agit pour elle d'apporter une contribution au développement du numérique au Niger. Selon la jeune développeuse, l'application « Wafu » a pour but de réduire le taux de mortalité lié aux épidémies et aux erreurs médicales dues au manque d'information sur les patients. Cette application est scindée en deux principales sections à savoir : gestion des épidémies et dossier médical électronique.
Il y a là deux applications qui font office de back and keep qui permettent de gérer l'application qui sera vue par les utilisateurs. Il existe aussi une application spéciale qui s'appelle «eWafu » destinée à la population. En effet, sur l'application on a une première page qui donne des informations relatives à la santé. « En cas d'épidémie, explique la jeune Mariama, il y a un mouton d'alerte qui apparait et diffuse au fur et mesure les symptômes liés à cette épidémie et éventuellement des informations détaillées sur la conduite à suivre pour une meilleure prévention ». Pour ne pas marginaliser cette bonne partie de la population, Mariama a eu le bon reflexe de faire en sorte que les personnes n'ayant pas été à l'école puissent utiliser cette application. A ce niveau, les utilisateurs de l'application verront des images illustratives et des synthèses vocales pour une perspective qui s'ouvre au reste de la population.
Le second volet de cette application concerne le dossier médical électronique. A la première page, l'utilisateur a des informations minimalistes. Mais pour accéder à tout autre dossier, il faudrait s'identifier. « Une fois que la personne effectue ce travail, son dossier ne peut être modifié par les agents de santé qu'avec son accord pour la simple raison qu'il y a un système de sécurité derrière. Toutefois, les agents de santé ont accès aux informations minimalistes pour qu'en cas d'urgence, ils puissent vous administrer les premiers soins sans commettre des erreurs comme
l'administration d'un sérum glucosé à un patient atteint de diabète. Donc, à première vue, dès que l'agent de santé tape votre numéro de carte d'identité, il aura des informations sur le nom et prénom ; le groupe sanguin ; les quatre (4) numéros à contacter en cas de problème ; toutes les allergies du patient et éventuellement les maladies chroniques s'il en a », précise Mariama Ekhizi.

L'application « Wafu » en mode de perfectionnement

Le travail d'amélioration de l'application Wafu continue pour qu'au finish les utilisateurs aient une application qui réponde véritablement à leurs besoins en la matière. Mariama avait cogité pendant neuf mois pour arriver au stade actuel de son application. A présent, son travail se focalise sur le niveau sécurité de l'application. « Nous sommes en train de construire un ''mur en béton'' pour pallier les cybers attaques », a-t-elle ajouté. Dans ce travail, elle se fait aider par un expert en système d'informations sanitaires en la personne de M. Adakal. A chaque fois qu'un souci d'amélioration de l'application s'impose, Mariama n'hésite pas à faire appel à cet expert dont elle loue les qualités aussi bien en informatique que dans le domaine de la santé.
En outre, la jeune « génie en informatique » âgée seulement de 22 ans affirme qu'ils sont deux développeurs encadrés par l'expert. Son camarade s'appelle Djibril Issoufou. L'application Wafu sera totalement gratuite pour la population avec l'accord du Ministère de la Santé publique. Lorsqu' elle sera complément achevée, il suffit juste que les centres sanitaires ; les pharmacies et les laboratoires disposent de l'application pour jouir pleinement de toutes les opportunités qu'elle offre. Par ailleurs, pour faire fonctionner une telle application, il faut nécessairement l'accord du Ministère de la Santé dans la mesure où la gestion des épidémies est très sensible. Du reste le lancement de l'alerte épidémique relève des prérogatives de ce Ministère. L'application Wafu est développée mais il appartient au Ministère de la faire bouger.
Mariama en a eu quelques soutiens dans son travail. Et d'ores et déjà, les démarches sont en cours pour que l'application Wafu puisse être fonctionnelle. Cependant, l'une des préoccupations de cette jeune développeuse est de savoir si les acteurs qui peuvent avancer les choses seront ouverts pour une révolution dans leur secteur à travers l'usage du numérique sachant que l'essentiel des actes (médicaux et administratifs) sont exécutés manuellement. Toutefois Mariama demande à la jeunesse nigérienne, de déployer tout son potentiel. « Il ne faut pas s'enfermer ; il ne faut jamais se dire que cela ne peut pas se faire. Tout est possible. La jeunesse nigérienne a un talent incroyable. Il suffit juste pour elle d'avoir une petite lampe torche qui va lui servir de lumière », dit Mariama Ekhizi.
Hassane Daouda(onep)
12/02/19

Publié dans Dossier
Écrit par
En savoir plus...

L'invité de Sahel Dimanche

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pa…

Pr. Khalid Ikhiri, président de la CNDH-Niger, président du Réseau des institutions nationales des droits humains des pays du G5 Sahel : «Il n'y a jamais eu de guerre propre, mais il est bien possible d'allier lutte contre l'insécurité et respect scr

Monsieur le président, la CNDH et les autres institutions nationales des pays du G5 Sahel ont mis en place récemment un Réseau dont vous êtes le président. Pouvez-vous nous faire la genèse de la création de ce réseau ?Quelques mois seulement après son installation effective en mai 2013, la CNDH-Niger avait entrepris sur fonds propres, des missions de sensibilisation et d'information, au niveau des Institutions Nationales des Droits de l...

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de R…

M. Mamoudou Moctar, Président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey : ''Le Niger est dans cette dynamique de Renaissance Culturelle, inspirée par le Président de la République, dont la ville de Niamey doit être le moteur, la locomotive et l

      Monsieur le président de la Délégation Spéciale, pouvez-vous nous parler de vos réalisations depuis que vous êtes à la tête de la Délégation spéciale de la ville de Niamey et leurs impacts sur le quotidien des populations ?Je dois d'abord remercier l'Office National d'Edition et de Presse (ONEP), pour l'occasion qu'il me donne, encore, pour parler des travaux que nous faisons depuis notre arrivée à la tête de la ...

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré su…

M. Salissou Abdou, directeur de l'IUT de l'Université de Tahoua : « Notre institut défend le professionnalisme centré sur la formation aux affaires»,

Monsieur le directeur, quelles sont les missions assignées à l'IUT ?L'IUT de l'Université de Tahoua a pour mission de répondre aux besoins en matière de compétences des marchés national et international du travail et aux exigences de la responsabilité sociétale de l'entreprise. Bien qu'il soit jeune, il est pourtant riche en de nombreux enseignants permanents (enseignants technologues, enseignants-chercheurs) et vacataires (des dirigean...

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le …

M. Zarami Abba Kiari, Secrétaire Permanent par intérim de la Cellule d'Appui au Partenariat Public Privé (CAPPP) : « Le Partenariat Public Privé fait partie des financements innovants que les Etats mettent en place en vue de faire face à l'absence de

Le Niger vient d'opérer une réforme d'envergure du cadre juridique et institutionnel des Contrats de Partenariat Public Privé (CPPP), avec l'adoption de la loi n° 2018-40 du 05 juin 2018, portant régime des Contrats de Partenariat Public-Privé. Cette loi est motivée par la nécessité de corriger les insuffisances des textes antérieurs dont notamment la faible implication du Ministère des Finances dans le processus de la mise en œuvre des...

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres com…

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique et s'engagent résolument à nous accompagner »

L'Institut Africain d'Informatique (IAI) est un Etablissement inter-Etats d'enseignement supérieur spécialisé dans le domaine de l'informatique. Créé, à Fort-Lamy, actuel N'Djamena, au Tchad, le 29 janvier 1971, par les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), par Résolution N°33/AEFT/ Fort-Lamy du 29 janvier 1971, l'IAI est un outil d'intégration régional et un centre d'ex...

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune…

Commandant Souleymane Eddiguini, Directeur départemental de l'Environnement Doungass : "On n'a plus la grande faune ; on n'a que des reptiles et des oiseaux"

Monsieur le Directeur comment se présente votre mission de gestion et de sauvegarde de l'Environnement dans le jeune département de Doungass ?La mission de la Direction Départementale de l'Environnement est la protection, la restauration de l'environnement. En gros, la gestion des ressources forestières et fauniques. Dans la gestion durable des forêts nous conduisons la gestion de l'exploitation des forêts qui est la ressource la plus i...

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais g…

M. Adamou Imirane Maïga, Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), : « Zinder Saboua restera à jamais gravée dans la mémoire des Damagarawas en particulier et des Nigériens en général »

Le Commissaire à l'Organisation des Grands Evènements (COGE), Monsieur Adamou Imirane Maïga, a été l'un des acteurs déterminants de l'organisation et du succès des festivités entrant dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République, connue sous le nom de Zinder Saboua. Il était sur plusieurs registres événementiels : cérémonies d'ouverture, méga spectacle son et lumière, régie son et lumière, gra...

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous av…

M. Mahaman Laouan Gaya, Secrétaire Général de l'Organisation des Producteurs de Pétrole Africains (APPO) : "Nous avons besoin d'un nouveau départ"

Monsieur le Secrétaire Général, Présentez à nos lecteurs l'organisation dont vous êtes le premier responsable.Il faut d'abord préciser que l'ancienne Association des Producteurs de Pétrole Africains (APPA), aujourd'hui APPO est une organisation intergouvernementale africaine créée le 27 Janvier 1987 à Lagos au Nigeria, pour servir de plateforme de coopération et d'harmonisation des efforts, de collaboration, de partage des connaissances...

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration…

M. Moussa Sayabou, préfet du Département de Kantché : "Les communes les plus touchées par le phénomène de migration sont celles qui maquent suffisamment de terres irrigables"

M. Le préfet, le département que vous dirigez ?Merci de l'opportunité que vous nous offrez afin de nous exprimer à travers les colonnes de votre journal. Le département de Kantché est situé dans la partie sud de la région de Zinder. Il couvre une superficie de 2.381 km2 et compte neuf communes à savoir les communes de Matameye, Kantché, Daouché, Doungou, Dan Barto, Ichirnawa, Kourni, Tsaouni et Yaouri. Concernant la chefferie traditionn...

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; n…

Interview de M. Issa Moussa, Gouverneur de la Région de Zinder : « Je suis totalement satisfait des travaux exécutés ; nous tiendrons le délai tel qu'il a été prévu, et la fête sera très belle »

Monsieur le Gouverneur, Zinder accueille cette année la fête tournante du 18 décembre avec en toile de fond l'exécution du programme « Zinder Saboua ». Quel sentiment vous anime à la veille de la tenue de ce grand événement national et comment le préparez-vous?Je vous remercie de m'avoir donné la parole pour me prononcer sur ce que nous sommes en train de faire dans le cadre de l'organisation de la fête tournante que nous avons appelée ...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.