Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dossier


moutonLes différents marchés de bétail de Niamey enregistrent depuis quelques jours un flux massif des ovins ; caprins ; bovins et camelins en provenance des quatre coins du pays. Les véhicules de transport connus pour l'acheminement de ces bêtes précités font la navette à longueur de journée. Même ceux qui ne sont pas forcément destinés pour ce type de transport en l'occurrence les mini bus s'invitent à la danse. Et pour cause, la Oummah islamique se prépare activement pour célébrer la fête de l'Aïd el Kebir ou fête d'immolation des moutons conformément aux préceptes de la religion islamique. La température des prix des moutons dans les marchés de bétail du 5eme arrondissement et du quartier Aéroport et le marché Tourakou, que nous avons sillonnés ce 14 Août 2018, n'est pas inquiétante. Cependant à quelques jours de l'évènement, tout peut changer sur le marché qui est dynamique parce qu'il obéit à la fameuse loi de l'offre et de la demande. Niché au pied d'une colline, le marché de bétail du 5ème Arrondissement se remplit d'animaux au fur et à mesure que l'on s'achemine vers le jour de la fête. L'ambiance bat déjà son plein dans ce marché qui grouille de monde. Certains vendeurs débutent la traite des moutons sous de bons auspices tandis que d'autres affûtent encore les armes en attendant les tous premiers clients qui vont tomber dans leur piège. Assis sur un banc sous un hangar, le vieux Boureima Sambo, 64ans, est un vendeur de moutons. Ce retraité de Mairie s'est reconverti en vendeur de moutons pour joindre les deux bouts. Au début cette traite galvanise notre interlocuteur qui affirme avoir vendu ses deux premiers arrivages des moutons en provenance du marché de Youri. Il se prépare pour se rendre le lendemain au marché de Boubon pour acheter des moutons. Par rapport aux prix des moutons, M. Boureima Sambo nous confie que dans les marchés ruraux un peu reculés, la température des prix est stable jusque-là. Ce qui fait qu'au marché de bétail du 5ème arrondissement les prix sont abordables. Ces derniers varient entre 35.000 F à plus. '' Chacun y trouve son compte en fonction de ses moyens. Mais il ne faut pas se faire d'illusions parce que les moutons gros et gras sont chers. Les prix de ce type de moutons varient entre 150.000 à 500.000F, a précisé M. Boureima Sambo avant de faire remarquer que cette année les moutons pour l'essentiel ne sont pas gras en raison de la saison de pluies. Il va falloir attendre la période des récoltes pour voir une transformation positive des moutons. Les quelques-uns qui ont de l'embonpoint sont pour la plupart élevés sous le régime de l'embouche et extrêmement chers. Selon toujours Boureima Sambo, ''à la même période que l'année passée, le marché de bétail du 5ème Arrondissement était plein de moutons. Mais rien n'est joué parce qu'il reste encore du temps et le marché pourrait se remplir de moutons d'ici trois (3) à quatre (4) jours''. Si pour notre premier interlocuteur le sourire est aux lèvres, son voisin Mahamadou Salifou ne comprend que dalle. Spécialisé dans la vente des moutons de race ''Balami'' et d'autres qui ne le sont pas, mais qui nécessitent vraiment d'être contemplés, M. Mahamadou Salifou est assis sous son hangar devant ses béliers. Ses yeux sont rivés à la porte d'entrée du marché et scrute avec attention celui qui pourrait être son client. Il dispose d'un hangar sous lequel les béliers sous forme de lion, le roi de la forêt sont attachés. Parmi ces grands, gros et gras moutons, trois sont exposés au vue des clients. Aux dires de Mahamadou Salifou, le mouton bicolore a été demandé à 300.000 F. '' Je cherche plus que ce montant. Les deux autres moutons blancs, il me faut au moins 400.000 parce que leur embouche sur six (6) mois avec du son de blé ; du sorgho, des feuilles de Gao et autres aliments bétail riches en vitamine. Le marché est timide. Depuis ce matin jusqu'à cette heure-ci, je n'ai vendu que deux moutons. Certains clients ont cette manie de ne pas faire la politique de leurs moyens. Sinon comment peut-on comprendre qu'un client vienne demander un mouton de plus de 100.000F dès le prix d'achat et vouloir qu'on lui accède ce même mouton à 80.000 F. Vous conviendrez avec moi que l'entente serait difficile, à la limite impossible. Pour le Président des jeunes de ce marché de bétail, M. Djibrilla Issoufou, la timidité du marché s'explique par diverses raisons. mouton-2D'abord parce que les fonctionnaires n'avaient pas encore le salaire de ce mois d'Aout ; puis le manque d'espace pour garder le moutons. A tous ces facteurs, vient se greffer le vol de mouton qui est chaque année monnaie courante en cette période précise. Tous ces facteurs font, à juste titre, que les vendeurs des moutons redoutent la mévente. '' Les moutons qui viennent dans notre marché proviennent des marchés ruraux comme Gotheye ; Torodi ; Youri ; Boubon; Madaoua ; Maradi ; Tessaoua ; Balleyara etc. Cette timidité ne me fait guère peur parce que la tendance pourrait s'inverser sous peu surtout que certains d'entre nous sont en route pour aller vendre les moutons dans des pays comme le Burkina Faso ; la Côte d'Ivoire ; le Sénégal ; le Ghana etc.'', a relevé le président des jeunes du marché de bétail du 5eme arrondissement.
Contigu au mur de l'ASCENA, le marché de bétail de l'aéroport enregistre de plus en plus d'animaux en provenance de Kargui-bangou ; Mokko ; Birni N'Gaouré ; Makalondi ; Guemé etc. Les moutons et les chèvres sont les animaux qu'on trouve dans ce marché sur les quatre types d'animaux acceptés pour ce sacrifice. Dans ce marché aussi, les moutons sont disponibles mais les clients se font rares comme nous le confirme M. Amadou Bello qui dit avoir vendu un seul mouton sur les six (6) attachés. Il explique cette timidité du marché par le fait que le pays traverse une situation économique et financière difficile. '' Sinon les prix des moutons sont jusque-là abordables. On peut avoir un mouton ici à partir 35.000 jusqu'à 200.000F voire plus'', ajoute M. Amadou Bello. Quant au marché de bétail de Tourakou, qui est l'épicentre de la vente des moutons dans la capitale, le constat est surprenant. Tourakou n'a pas véritablement fait son plein de moutons comme connu à l'approche de la fête de l'Aid el Kebir. Ce 14 Aout 2018, ce grand marché de bétail ne compte pas beaucoup d'animaux. Les vendeurs des moutons qui s'y trouvent affichent leur inquiétude à la traite de cette année. Selon Hassane Souley, un vendeur de moutons venant du village de Simiri (Ouallam), les moutons ne sont pas chers cette année. '' J'ai amené au total 29 moutons aujourd'hui même. J'ai certes vendu jusqu'à 22 moutons mais sans bénéfice. A propos du vide observé à certains endroits du marché, M. Hassane Souley le justifie par le fait que cette année les moutons sont faméliques dans les marchés d'approvisionnement. Et les vendeurs de moutons sont souvent contraints à faire le tri à l'achat. Il ne sert à rien d'acheter des moutons qui ne seront pas vite vendus à Niamey'', a expliqué M. Hassane Souley. Un autre vendeur des moutons qui répond au nom de Modi Hassane, un habitant du village de Tondikwindi, pense que le fait que Tourakou n'a pas fait son plein de moutons se justifie. '' Ce marché se remplit surtout avec les moutons en provenance des localités comme Manguezé ; Banibangou ; Balleyara et des localités du Mali voisin. Ainsi, la crise sécuritaire qui sécoue la zone Nord du Mali limite le mouvement des moutons appartenant aux touaregs du Mali. Et ce sont ces moutons qui alimentent des marchés comme Manguezé ; Banibangou et Balleyara. A cette crise vient s'ajouter le conflit communautaire dans la zone Nord du Mali, imposant de facto le boycott des marchés qui constituent des lieux d'approvisionnement pour le marché de bétail de Tourakou.
Pendant ce temps, dans les fadas ; à la maison ou dans les services, les esprits des chefs de famille sont orientés sur le précieux mouton. L'équation est posée pour certains et la résolution a été déjà faite. Tandis que pour d'autres, la grande inconnue de l'équation qu'est argent reste encore introuvable et la réflexion continue dans la tête pour pouvoir arriver à la résolution.

Par Hassane Daouda (onep)

17/08/18

Publié dans Dossier
Écrit par
En savoir plus...

L'invité de Sahel Dimanche

M. Hamani Kondi, préfet du département de Falmey : Les défis sont «le lotissement des gros centres et la dotation des se…

M. Hamani Kondi, préfet du département de Falmey : Les défis sont «le lotissement des gros centres et la dotation des services de l'Etat en espace»

Monsieur le préfet, veuillez nous présenter le département de FalmeyLe département de Falmey est créé par la loi 2011-22 du 8 Août 2011 érigeant les anciens postes administratifs en départements et fixant le nom de leurs chefs-lieux. Poste administratif de 1962 à Août 2011et rattaché à Boboye, l'actuel département de Falmey compte deux (2) communes rurales (Falmey et Guilladjé) pour une population de 103.271 habitants selon les résultat...

Discours du Directeur Général à l'occasion du lancement des activités du Cinquantenaire de la NIGELEC : «Envers notre ai…

Discours du Directeur Général à l'occasion du lancement des activités du Cinquantenaire de la NIGELEC : «Envers notre aimable clientèle, j'aimerais affirmer notre détermination à forcer son admiration en garantissant la continuité et la qualité de la

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini, a présidé, le jeudi 06 Septembre dernier au Palais des Congrès de Niamey, le lancement officiel des festivités entrant dans le cadre de la commémoration du cinquantième anniversaire de la Société Nigérienne d'Electricité (Nigelec). L'évènement auquel ont pris part plusieurs personnalités du pays et d'autres délégations venues des pays de la sous-région était d'une part, l'occas...

Ali Doungou Boubacar, Coordonnateur national du Projet Régional Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démograp…

Ali Doungou Boubacar, Coordonnateur national du Projet Régional Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démographique (PRAF/DD-SWEDD) : «Les plus hautes autorités du pays ont donné une nouvelle impulsion au Projet afin de lui permettre d'atte

Le «Projet Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démographique (PRAF/DD-SWEDD) a été lancé en 2015 au Niger. Pouvez-vous nous rappeler Monsieur le Coordonnateur, les raisons fondamentales qui ont motivé la mise en place de ce projet ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez à travers votre illustre journal pour parler du Projet SWEDD au Niger. Pour répondre à votre question, permettez-moi de rappeler à vos le...

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travai…

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travail a permis de réduire le taux de mortalité maternelle qui de 8% en 2011 est aujourd'hui à 0,72%, alors que l'OMS recommande 1%

Couramment connue sous le nom de la Maternité Centrale, créée en 1929, l'établissement a connu une nette évolution. Lundi 13 août 2018, l'institution sanitaire a reçu la visite des membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale. En marge de cette visite, nous avons eu un entretien avec M. Laouali Ali, Directeur Général de l'Etablissement. Dans l'interview qui suit, il nous parle de l'exploit de so...

M. Amadou Harouna, Directeur général de l'Agence du Barrage Kandadji : «Les travaux démarreront effectivement au plus ta…

M. Amadou Harouna, Directeur général de l'Agence du Barrage Kandadji : «Les travaux démarreront effectivement au plus tard en novembre 2018»

M. le Directeur Général, le programme Kandadji semble enfin avoir trouvé le partenaire idéal avec la présélection d'une société de droit chinois pour la construction du barrage hydro électrique de Kandadji, un ouvrage tant attendu par les Nigériens depuis des décennies. Quelle est l'entreprise ? Et pouvez-vous bien nous faire la genèse du processus ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du Programme Kandadji dans les colo...

M. Saley Saidou, Secrétaire Permanent du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA…

M. Saley Saidou, Secrétaire Permanent du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA) : « C'est globalement près de 200 milliards de FCFA qui sont mobilisés par l'Etat et ses partenaires pour soutenir les populatio

Monsieur le Secrétaire Permanent, nous voilà en pleine période de soudure, une phase qui, dans le milieu rural notamment, se traduit par unamenuisement drastique des réserves alimentaires. Quelles sont les dispositions prises par l'Etat dans le cadre du plan de soutien 2018 en vue de mettre les populations vulnérables à l'abri de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle?Merci. Comme vous le savez, la campagne agropastorale de l'hivern...

Interview Directeur Général du Musée National Boubou Hama de Niamey : «Nos hôtes continuent de témoigner de leur soutien…

Interview Directeur Général du Musée National Boubou Hama de Niamey : «Nos hôtes continuent de témoigner de leur soutien et de leurs appréciations positives à l'endroit du Musée National», déclare M. Ali Bida.

Le 11 octobre 2013, le Conseil des ministres a examiné et adopté la création d'un établissement public à caractère scientifique, culturel et technique dénommé « Musée National Boubou HAMA ». Vu le rôle important que joue ce Centre culturel pour le Niger et la sous-région, nous avons rencontré pour vous, le Directeur du Musée National Boubou HAMA, l'historien et archéologue Ali Bida, qui a bien voulu nous parler de l'historique dudit éta...

Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : « …

Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : « Nous voulons inviter chacun à une action et une attitude citoyenne, mais aussi rappeler clairement que la restauration de notre en

Monsieur le Ministre, notre pays célèbre le 03 Août 2018, le 58ème anniversaire de l'indépendance essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelle sera la particularité de cette édition 2018 ?Avant de répondre à votre question, permettez-moi de vous remercier pour l'occasion que vous m'offrez pour m'adresser à mes compatriotes en vue de les entretenir dans le cadre de la Fête Nationale de l'Arbre ...

Mlle Moumouni Ibrah Hadiza, ingénieur pétrolière et spécialiste du réservoir pétrolier, présidente de l'association NIWO…

Mlle Moumouni Ibrah Hadiza, ingénieur pétrolière et spécialiste du réservoir pétrolier, présidente de l'association NIWO : «Je souhaite que le Chef de l'Etat, soucieux de l'avenir de la jeunesse, exige l'implication des jeunes et des femmes ingénieur

La présence des femmes dans le domaine de l'industrie pétrochimique et de l'ingénierie du pétrole est restreinte au Niger. Le domaine restait un terrain conquis par les hommes, alors que les femmes peuvent se lancer pour son développement. C'est pourquoi, la seule femme spécialiste du réservoir pétrolier au Niger, sans emploi, a pensé à créer l'association NIWO (Niger's Women in Oil and Gas) pour inciter les jeunes filles nigériennes à ...

M. Frank Van Der Mueren, Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger : «Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforce…

M. Frank Van Der Mueren, Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger : «Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforcer les capacités de nos partenaires»

M. le Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger, comment peut-on présenter EUCAP Sahel Niger, autrement dit quelle est la genèse de la mission ?L'Union Européenne a adopté une stratégie pour le Sahel en 2011, axée sur la sécurité et le développement. Cette stratégie a été discutée par les Etats de la région et sur la base de cela, une mission a été lancée en 2012 dans le cadre de la politique sécurité-défense commune de l'Union Européenne. D...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Audiences

Dossier

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electric…

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electricité (NIGELEC) : Boukari Kané, une figure marquante de la NIGELEC

Il est incontestablement celui qui a posé les jalons de la Société Nigérienne de l'Electri...

lundi 10 septembre 2018

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 mi…

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 milliards FCFA injectés pour améliorer et étendre la fourniture d'électricité

Créée en septembre 1968, la Société Nigérienne d'Électricité (NIGELEC) succède à la Saféle...

lundi 10 septembre 2018

Diner de gala de la Nigelec : La société honore se…

Diner de gala de la Nigelec : La société honore ses anciens dirigeants, ses meilleurs agents et clients

A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la Société Nigérienne d'Electricité (Nigele...

lundi 10 septembre 2018

L'air du temps

Tous à la ceinture et au casque !

Tous à la ceinture et au casque !

C'est désormais officiel et c'est d'une grande rigueur : à partir du 1er octobre prochain,...

vendredi 14 septembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.