Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Invité


invitMonsieur le ministre, les examens du baccalauréat session 2017 sont prévus pour le 11 juillet prochain: est-ce que cette date tient et quel est le niveau des préparatifs ?
Je remercie l'hebdomadaire Sahel Dimanche de me donner, en ma qualité de ministre des Enseignements supérieurs, de la recherche et de l'innovation, l'occasion de m'adresser à mes concitoyens en cette veille des examens de baccalauréat, session 2017 dans notre pays. Je confirme en effet que les examens du baccalauréat débuteront Incha Allah le 11 juillet 2017 sur toute l'étendue du territoire national. Je procéderais moi-même au lancement officiel de ces examens à partir de Maradi. En ce qui concerne le niveau des préparatifs, ils vont bon train. Au service des examens du baccalauréat que j'avais visité, j'ai constaté que le dispositif nécessaire est mis en place. Les agents sont à pied d'œuvre pour qu'à partir du samedi, soit trois jours avant le démarrage, tous les jurys quittent Niamey à destination des autres centres et y soient au plus tard dimanche et lundi. De ce point de vue, je peux vous affirmer que tout est fin prêt, tout se déroule normalement. Nous n'avons aucun souci majeur à propos de l'organisation des examens du baccalauréat cette année.
Quel est l'effectif total des candidats cette année ?
Cette année, au total, nous avons pour cette session 46 972 candidats pour toutes les trois catégories de baccalauréat régulièrement inscrits contre 44 102 candidats pour la session précédente soit une progression de 6,5%. Concernant les catégories de Bac, je dois à ce niveau préciser que nous avons le baccalauréat de l'enseignement général (traditionnel et franco-arabe), le baccalauréat de technicien et le baccalauréat professionnel. Les examens concernent 25 séries et spécialités.
S'agissant de la répartition des candidats par catégories, nous avons 44 520 candidats qui sont à la recherche du baccalauréat de l'enseignement secondaire général, 1439 sont candidats au baccalauréat de technicien et 1013 candidats sont inscrits pour le baccalauréat professionnel. Ces candidats sont répartis sur les 125 jurys dont 43 à Niamey et les 82 autres dans les différentes régions du pays. Les examens prendront fin le 22 juillet.
L'année scolaire a été particulièrement perturbée par les différents mouvements sociaux au point où certains acteurs craignaient une mauvaise issue de l'année; finalement les examens auront lieu. Il se pose malgré tout une question sur le taux d'exécution des programmes. Qu'avez-vous à dire à ce propos et comment en êtes-vous arrivé à régler cette question de taux d'exécution des programmes ?
C'est vrai, l'année scolaire a connu beaucoup de perturbations. Mais la crise est derrière nous à présent. Il faut se féliciter du dénouement heureux de la situation auquel les acteurs sont parvenus. C'est pour moi l'occasion de saluer l'ensemble des acteurs œuvrant dans le secteur de l'éducation pour le sens élevé de l'intérêt national dont ils ont fait preuve lors des discussions que nous avions engagées avec eux. Je voudrais particulièrement parler des enseignants notamment ceux qui tiennent les classes d'examen qui, malgré les différents mots d'ordre, malgré les perturbations, ont pris des dispositions, consenti des sacrifices pour dispenser les cours souvent les week-ends, les jours fériés. Cela nous a permis d'avoir un taux d'exécution des programmes assez raisonnable pour rendre possible l'organisation des examens.
Si le taux d'exécution est satisfaisant, c'est à mettre à l'actif de tous les acteurs mais surtout des enseignants et des élèves. Pour arriver à ce résultat, je dois avouer que chacun a mis du sien. Le gouvernement a consenti beaucoup d'efforts dans la prise en compte des revendications des partenaires sociaux, les élèves ont pris conscience et les enseignants ont joué leur partition dans le processus. Je répète qu'il y a des enseignants qui ont sacrifié leurs week-ends, les jours fériés et même les nuits pour organiser des cours de rattrapage et donner aux élèves l'essentiel de ce qu'ils doivent avoir pour pouvoir affronter les examens. C'est donc grâce à la contribution de tous que nous sommes parvenus à ce taux d'exécution satisfaisant pour organiser les examens du Bac 2017.

Certains partenaires sociaux ont, semble-t-il, décidé de bloquer les notes et les rapports annuels. Si tel est le cas, ne craignez-vous pas que cela puisse entraver la bonne tenue de cette session 2017 ?
Jusqu'à ce jour où je vous parle, nous n'avons pas connaissance d'un partenaire qui a le blocage des notes ou des rapports en perspective. En tout cas, officiellement, nous n'avons pas cette information. Et si c'était le cas, le partenaire aurait approché le ministère pour lui en parler. En revanche, je sais et je vous le dis que les différents syndicats ont même appelé leurs militants à participer activement pour garantir la réussite de ces examens. Donc, je ne pense pas qu'il y ait un seul syndicat qui ait donné un mot d'ordre à ses militants de bloquer les notes ou de prendre une action quelconque tendant à perturber l'organisation de la session du baccalauréat 2017. Nous n'avons connaissance d'aucune menace de ce genre.

Qu'en est-il de la question des arriérés des frais de correction de l'année passée comme cela a été posé par les partenaires lors d'une de rencontres que vous avez eues avec eux ?
Justement, à un moment, les enseignants avaient posé cette question sur la table comme préalable pour leur participation à l'organisation des examens. Heureusement, elle a été définitivement réglée et est désormais derrière nous maintenant. Je rappelle que le gouvernement a pris les dispositions nécessaires pour payer intégralement les arriérés des honoraires pour la correction du bac 2016 à tous les ayant-droit.

A un certain moment, les fuites et les actes de fraudes étaient si criards au point où les épreuves sont vendues dans les marchés. Quelles sont les dispositions prises pour éviter la survenue de ces phénomènes qui portent un coup dur à la qualité des diplômes de baccalauréat nigérien ?
Tel que le dispositif est mis en place par les structures chargées de l'organisation du baccalauréat, je n'ai aucun doute que les examens seront organisés dans les règles de l'art. D'ailleurs, durant les dernières années des dispositions similaires ont été prises. Et elles ont permis de lutter efficacement contre les fuites et les fraudes. Les mesures ont été renforcées cette année et je suis convaincu qu'il n'y aura pas de fuite puisque le dispositif est assez rigoureux de façon qu'il n'y ait pas possibilité d'avoir des fuites. L'opinion et les acteurs peuvent se rassurer. Tel que le service des examens nous l'a confirmé, il n'a rien ménagé pour éviter les fuites des sujets et lutter contre la fraude et la tricherie.
L'année dernière, le Président a décidé d'offrir la bourse d'excellence aux meilleurs nouveaux bacheliers. Est-ce que cette louable initiative sera reconduite cette année ?
La bourse d'excellence est un engagement du Président de la République. Je précise que l'attribution de cette bourse est un engagement permanent. Ce n'est pas un acte occasionnel, c'est une volonté politique du Président de la République de promouvoir l'excellence dans notre pays, de faire éclore les talents qui seront les futures élites du pays. L'année 2016 n'est que le début de la concrétisation de cette volonté politique. La bourse d'excellence est toujours d'actualité et nous allons poursuivre et même renforcer la matérialisation de cette volonté du Chef de l'Etat. Je saisis l'occasion pour demander aux candidats de s'y mettre davantage puisque c'est un honneur d'être sélectionné parmi les bénéficiaires de la bourse d'excellence parce qu'on est parmi les meilleurs. J'espère que cette année, nous aurons plus de boursiers d'excellence que l'année dernière. C'est en tout cas une grande opportunité qui est offerte aux jeunes Nigériens d'étudier dans de meilleures conditions. J'encourage en effet les candidats à travailler en ne comptant que sur eux-mêmes pour arriver à ce succès. Je voudrais saluer le sens du civisme de tous les acteurs de l'école pour avoir accepté qu'on se mette ensemble afin de sauver cette année scolaire. Aux candidats, je voudrais leur dire de ne compter, une fois encore, que sur leurs propres efforts parce que nous allons sans faiblir infliger les sanctions exemplaires aux auteurs des tricheries. Quant aux organisateurs des examens, je peux leur dire qu'ils ont tout le soutien du gouvernement pour une réussite totale de cette session d'examens de baccalauréat. Je ne manquerais pas de souhaiter bonne chance à tous les candidats et à toutes les candidates.

Réalisée par Zabeirou Moussa(onep)
07/07/17

Publié dans Invité
Écrit par
En savoir plus...

L'invité de Sahel Dimanche

M. Hamani Kondi, préfet du département de Falmey : Les défis sont «le lotissement des gros centres et la dotation des se…

M. Hamani Kondi, préfet du département de Falmey : Les défis sont «le lotissement des gros centres et la dotation des services de l'Etat en espace»

Monsieur le préfet, veuillez nous présenter le département de FalmeyLe département de Falmey est créé par la loi 2011-22 du 8 Août 2011 érigeant les anciens postes administratifs en départements et fixant le nom de leurs chefs-lieux. Poste administratif de 1962 à Août 2011et rattaché à Boboye, l'actuel département de Falmey compte deux (2) communes rurales (Falmey et Guilladjé) pour une population de 103.271 habitants selon les résultat...

Discours du Directeur Général à l'occasion du lancement des activités du Cinquantenaire de la NIGELEC : «Envers notre ai…

Discours du Directeur Général à l'occasion du lancement des activités du Cinquantenaire de la NIGELEC : «Envers notre aimable clientèle, j'aimerais affirmer notre détermination à forcer son admiration en garantissant la continuité et la qualité de la

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini, a présidé, le jeudi 06 Septembre dernier au Palais des Congrès de Niamey, le lancement officiel des festivités entrant dans le cadre de la commémoration du cinquantième anniversaire de la Société Nigérienne d'Electricité (Nigelec). L'évènement auquel ont pris part plusieurs personnalités du pays et d'autres délégations venues des pays de la sous-région était d'une part, l'occas...

Ali Doungou Boubacar, Coordonnateur national du Projet Régional Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démograp…

Ali Doungou Boubacar, Coordonnateur national du Projet Régional Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démographique (PRAF/DD-SWEDD) : «Les plus hautes autorités du pays ont donné une nouvelle impulsion au Projet afin de lui permettre d'atte

Le «Projet Autonomisation des femmes au Sahel et Dividende Démographique (PRAF/DD-SWEDD) a été lancé en 2015 au Niger. Pouvez-vous nous rappeler Monsieur le Coordonnateur, les raisons fondamentales qui ont motivé la mise en place de ce projet ?Je vous remercie pour cette opportunité que vous me donnez à travers votre illustre journal pour parler du Projet SWEDD au Niger. Pour répondre à votre question, permettez-moi de rappeler à vos le...

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travai…

M. Laouali Ali, Directeur Général de la maternité Issaka Gazobi de Niamey : L'investissement du personnel dans le travail a permis de réduire le taux de mortalité maternelle qui de 8% en 2011 est aujourd'hui à 0,72%, alors que l'OMS recommande 1%

Couramment connue sous le nom de la Maternité Centrale, créée en 1929, l'établissement a connu une nette évolution. Lundi 13 août 2018, l'institution sanitaire a reçu la visite des membres de la commission des affaires sociales et culturelles de l'Assemblée nationale. En marge de cette visite, nous avons eu un entretien avec M. Laouali Ali, Directeur Général de l'Etablissement. Dans l'interview qui suit, il nous parle de l'exploit de so...

M. Amadou Harouna, Directeur général de l'Agence du Barrage Kandadji : «Les travaux démarreront effectivement au plus ta…

M. Amadou Harouna, Directeur général de l'Agence du Barrage Kandadji : «Les travaux démarreront effectivement au plus tard en novembre 2018»

M. le Directeur Général, le programme Kandadji semble enfin avoir trouvé le partenaire idéal avec la présélection d'une société de droit chinois pour la construction du barrage hydro électrique de Kandadji, un ouvrage tant attendu par les Nigériens depuis des décennies. Quelle est l'entreprise ? Et pouvez-vous bien nous faire la genèse du processus ?Merci de l'opportunité que vous m'offrez pour parler du Programme Kandadji dans les colo...

M. Saley Saidou, Secrétaire Permanent du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA…

M. Saley Saidou, Secrétaire Permanent du Dispositif National de Prévention et de Gestion des Crises Alimentaires (DNPGCA) : « C'est globalement près de 200 milliards de FCFA qui sont mobilisés par l'Etat et ses partenaires pour soutenir les populatio

Monsieur le Secrétaire Permanent, nous voilà en pleine période de soudure, une phase qui, dans le milieu rural notamment, se traduit par unamenuisement drastique des réserves alimentaires. Quelles sont les dispositions prises par l'Etat dans le cadre du plan de soutien 2018 en vue de mettre les populations vulnérables à l'abri de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle?Merci. Comme vous le savez, la campagne agropastorale de l'hivern...

Interview Directeur Général du Musée National Boubou Hama de Niamey : «Nos hôtes continuent de témoigner de leur soutien…

Interview Directeur Général du Musée National Boubou Hama de Niamey : «Nos hôtes continuent de témoigner de leur soutien et de leurs appréciations positives à l'endroit du Musée National», déclare M. Ali Bida.

Le 11 octobre 2013, le Conseil des ministres a examiné et adopté la création d'un établissement public à caractère scientifique, culturel et technique dénommé « Musée National Boubou HAMA ». Vu le rôle important que joue ce Centre culturel pour le Niger et la sous-région, nous avons rencontré pour vous, le Directeur du Musée National Boubou HAMA, l'historien et archéologue Ali Bida, qui a bien voulu nous parler de l'historique dudit éta...

Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : « …

Interview de M. Almoustapha Garba, Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable : « Nous voulons inviter chacun à une action et une attitude citoyenne, mais aussi rappeler clairement que la restauration de notre en

Monsieur le Ministre, notre pays célèbre le 03 Août 2018, le 58ème anniversaire de l'indépendance essentiellement marquée par les festivités de la Fête Nationale de l'Arbre (FNA). Quelle sera la particularité de cette édition 2018 ?Avant de répondre à votre question, permettez-moi de vous remercier pour l'occasion que vous m'offrez pour m'adresser à mes compatriotes en vue de les entretenir dans le cadre de la Fête Nationale de l'Arbre ...

Mlle Moumouni Ibrah Hadiza, ingénieur pétrolière et spécialiste du réservoir pétrolier, présidente de l'association NIWO…

Mlle Moumouni Ibrah Hadiza, ingénieur pétrolière et spécialiste du réservoir pétrolier, présidente de l'association NIWO : «Je souhaite que le Chef de l'Etat, soucieux de l'avenir de la jeunesse, exige l'implication des jeunes et des femmes ingénieur

La présence des femmes dans le domaine de l'industrie pétrochimique et de l'ingénierie du pétrole est restreinte au Niger. Le domaine restait un terrain conquis par les hommes, alors que les femmes peuvent se lancer pour son développement. C'est pourquoi, la seule femme spécialiste du réservoir pétrolier au Niger, sans emploi, a pensé à créer l'association NIWO (Niger's Women in Oil and Gas) pour inciter les jeunes filles nigériennes à ...

M. Frank Van Der Mueren, Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger : «Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforce…

M. Frank Van Der Mueren, Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger : «Tout ce qu'on a fait jusqu'à présent, c'est de renforcer les capacités de nos partenaires»

M. le Chef de la mission EUCAP SAHEL Niger, comment peut-on présenter EUCAP Sahel Niger, autrement dit quelle est la genèse de la mission ?L'Union Européenne a adopté une stratégie pour le Sahel en 2011, axée sur la sécurité et le développement. Cette stratégie a été discutée par les Etats de la région et sur la base de cela, une mission a été lancée en 2012 dans le cadre de la politique sécurité-défense commune de l'Union Européenne. D...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Audiences

Dossier

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electric…

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electricité (NIGELEC) : Boukari Kané, une figure marquante de la NIGELEC

Il est incontestablement celui qui a posé les jalons de la Société Nigérienne de l'Electri...

lundi 10 septembre 2018

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 mi…

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 milliards FCFA injectés pour améliorer et étendre la fourniture d'électricité

Créée en septembre 1968, la Société Nigérienne d'Électricité (NIGELEC) succède à la Saféle...

lundi 10 septembre 2018

Diner de gala de la Nigelec : La société honore se…

Diner de gala de la Nigelec : La société honore ses anciens dirigeants, ses meilleurs agents et clients

A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la Société Nigérienne d'Electricité (Nigele...

lundi 10 septembre 2018

L'air du temps

Tous à la ceinture et au casque !

Tous à la ceinture et au casque !

C'est désormais officiel et c'est d'une grande rigueur : à partir du 1er octobre prochain,...

vendredi 14 septembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.