Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

L'air du temps


assane-soumanaVous l'avez sans doute déjà remarqué : depuis quelques jours, par la grâce du mois béni du Ramadan, beaucoup de choses ont changé dans notre environnement immédiat. En effet, la ferveur religieuse, sur fond de réserve et de privation, étant de mise, c'est toute une vie nouvelle qui s'offre à nous durant tout ce mois. Observez un peu le spectacle autour de vous et vous noterez des signes révélateurs de grandes mutations comportementales des uns et des autres.
Les premiers signes apparaissent aux heures de prière où on observe une ruée des fidèles vers les mosquées. Ainsi, ces lieux de culte, dont la plupart restent clairsemés pendant presque tout le reste de l'année sont pris d'assaut par des vagues de prieurs pressés. Pour être sûr de se frayer une place au sein de la mosquée du quartier, alors il faudra désormais se lever tôt. Il se passe en effet qu'en cette période de grande dévotion, on ne distingue plus les prieurs assidus de ceux-là qui ne fréquentent les mosquées qu'au gré des circonstances.
Ignorant que « l'habit ne fait pas le moine, ces ''nouveaux venus'' des maisons de Dieu, arborent boubou et gandoura et bonnet comme pour faire sensation. Ensuite on se précipite pour prendre place dans les premières rangées des fidèles, reléguant ainsi, les habitués des lieux, derrière, sinon carrément à l'extérieur de la mosquée. Face à la démesure de certains fidèles en herbe, les vrais ''rats'' de mosquée n'ont d'autre choix que de garder patience jusqu'à la fin Ramadan.
Que dire du comportement de certains jeûneurs qui passent le plus clair de la journée à cracher par-ci par-là, histoire sans doute de montrer aux autres qu'ils observent assidûment le jeûne du Ramadan? Mais ces derniers n'en font même pas assez devant les invétérés mastiqueurs de cure-dent. Il s'agit de ces jeûneurs qui, pour afficher leur degré de dévotion à qui voudrait le savoir, usent à longueur de journée le fameux cure-dent, dans certains cas, une branche d'arbre à part entière. Comme si la dévotion se mesurait à la taille du cure-dent!...
Mais ce qui est surtout remarquable et avec ce mois béni du Ramadan, c'est le règne du bien sur l'emprise du mal. Ainsi, les démons de la zizanie et de la brouille se retrouvent aux abois, ne trouvant nulle part où ils peuvent s'épanouir. Etant entendu que, selon les récits, toutes les forces du Mal sont rudement ligotées et bâillonnées par des verrous en fer galvanisé durant tout le mois, il n'est pas étonnant de voir les impénitents bagarreurs du quartier apparaître sous la peau d'un véritable apôtre de la paix. Mieux, au cours de cette forte période d'exaltation des vertus de la solidarité, ne soyez pas étonné de voir le plus grand Harpagon de la ville prendre de sa fortune pour en faire cadeau à la veuve et l'orphelin. Oh, s'il pouvait en être ainsi de la vie de tous les jours !...
Assane Soumana(onep)
17/05/19

Publié dans L'air du temps
Écrit par
En savoir plus...

L'invité de Sahel Dimanche

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pa…

M. Mayaki Maikolanché, président de la Commission Nationale de gouvernance au Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP) : «Le MAEP est là pour répondre au défi du développement du continent africain, et au défi de l'intégration ; il s'agit

Monsieur le Secrétaire Permanent du MAEP, le Conseil des Ministres du lundi 29 avril 2019 a entendu une communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au lancement de l'auto-évaluation du Mécanisme Africain d'Evaluation par les Pairs (MAEP). Pouvez-vous nous édifier sur l'importance pour notre pays d'entrer dans la phase de lancement de l'auto-évaluation du MAEP ?Je voudrais sincèrement vous remer...

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au poin…

M. Haladou Mamane, Coordonnateur du Projet Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) : Tout ce qui est bonne pratique au point de vue traditionnel peut être enregistré comme patrimoine culturel

La convention Patrimoine Culturel Immatériel (PCI) de 2003 propose aux Etats parties un modèle de fiches standards pour enregistrer et classer leur PCI. Ce modèle a pris en compte cinq (5) champs, notamment les traditions et expressions orales, y compris la langue comme vecteur de Patrimoine Culturel Immatériel, les arts des spectacles, les pratiques sociales, rituelles et évènements festifs, les connaissances et pratiques concernant la...

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement ér…

Dr. Sani Kabir, président du Conseil Supérieur de la Communication (CSC) : «Au Niger, la liberté a été souverainement érigée en liberté constitutionnelle»

Monsieur le Président, voilà un an que vous êtes à la tête du Conseil Supérieur de la Communication (CSC). Pouvez-vous nous donner un aperçu sur les principales actions que vous avez entreprises durant cette année ?Il est très tôt pour tirer un bilan, mais nous pouvons tout de même relater quelques actions qui ont été engagées depuis lors. Je voudrais d'abord préciser que la nouvelle équipe du Conseil supérieur de la communication a pri...

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la …

M. Kadi Abdoulaye, ministre de l'Equipement : «Les différentes réalisations ont permis d'augmenter significativement la taille du réseau routier national et d'améliorer certains indicateurs»

Monsieur le ministre, le Niger est engagé depuis quelques années dans une politique hardie d'équipement du pays en routes, ponts et échangeurs voire en travaux connexes : quel est le coût de ces investissements et surtout quel est leur impact sur les échanges nationaux et internationaux du Niger voire sur le bien-être des Nigériens ?Durant les huit ans de mise en œuvre du Programme de la Renaissance Actes 1 et 2, d'importants investisse...

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux…

M. Souley Limane Korimi, directeur du Centre Culturel Oumarou Ganda : « Avec l'avènement des TICs et des réseaux sociaux, les centres d'animation ne sont plus régulièrement fréquentés »

Monsieur le directeur, pouvez vous nous dire dans quel contexte culturel a été créé le Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) ?A l'époque, l'Etat organisait des manifestations artistiques et culturelles, notamment le Festival National de la Jeunesse dans les départements [ndlr : les régions actuelles] pour créer un cadre d'épanouissement et de promotion du patrimoine culturel de proximité à la population en général et à la jeunesse en par...

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés …

M. Ousmane Baoua, Chef de Division à la Direction de la Météorologie : «C'est une température moyenne de 44 à 45 degrés Celsius que nous prévoyons sur le pays»

Depuis quelque temps on enregistre une montée progressive du thermomètre dans certaines zones de notre pays et particulièrement à Niamey. Est-ce que cette situation est normale du point de vue météorologique ?Merci de votre passage à la Direction de la Météorologie Nationale. Pour répondre directement à votre question, c'est vrai que depuis le début du mois de mars 2019, nous avons commencé à enregistrer une hausse de température. Le 31...

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement r…

M. Moussa Harouna, Maire de Magaria : «Si on veut un travail de qualité au bénéfice des populations, il faut forcement relever le niveau de compétence et de formation des Maires et des administrations municipales»

Monsieur le maire, présentez nous votre commune.Magaria, qui a été érigée en commune en 1988, compte, suivant le recensement de 2012, 130.707 habitants, pour une superficie de 715 km2. La densité de la population tourne autour de 188 hbts au km2. Les principales activités sont l'agriculture et l'élevage mais aussi le commerce favorisé par notre proximité avec le Nigeria. Sur le plan position géographique, elle est limitée au nord par la...

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouver…

Maman Bachir Abdou, maire de la Commune Urbaine de Mirriah : «Nous remercions le Président de la République et le Gouvernement pour avoir fait de la question du changement de comportement une priorité nationale»

M. le maire, comment se présente la commune de Mirriah ?La Commune Urbaine de Mirriah a été créée le 27 juin 1988 ; c'est une Commune qui a trente (30) ans d'existence. Pour ce qui est de la population, au dernier recensement général de la population et de l'habitat, la Commune a compté80 126 habitants. Si on travaille avec le taux d'accroissement, on peut l'estimer à 90 000 voir100 000 habitants. La commune a une superficie de 621 Km2....

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de ren…

M. Saley Saidou, Président du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : «Mon ambition pour le CESOC, c'est de rendre cette institution encore plus active et productive»

Monsieur le Président, la première session ordinaire du CESOC au titre de l'année 2019 a pris fin récemment à Niamey. Quelle sont les recommandations issues de cette session ?Tout d'abord je vous remercie de cette opportunité que vous m'offrez pour parler de notre institution le CESOC et de ses missions.Cela dit, pour revenir à votre question, le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) a effectivement tenu sa première session ord...

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de …

Mme Elback Zeinabou Tari Bako, ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant : «Dans le souci de promouvoir les droits des femmes, nous envisageons d'élaborer et de mettre en œuvre un Programme National de Promotion du leadersh

Mme la ministre, la Journée Internationale de la Femme est célébrée aujourd'hui 8 mars dans tous les pays du monde. Pouvez-vous nous faire un bref rappel historique des circonstances qui ont conduit à l'institution de cette journée ?Merci de l'opportunité que votre journal me donne pour parler de cette importante journée que le Niger, à l'instar des autres pays de la Communauté Internationale, célèbre aujourd'hui 8 mars 2019. En effet, ...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux sai…

Le coût du hadj 2019 : Le pèlerinage aux lieux saints de l'Islam, de plus en plus un fardeau pour les fidèles

« L'Etat n'invente pas le prix du Hadj mais étudie toutes les dépenses par rubrique, fait ...

jeudi 16 mai 2019

Les structures syndicales des agences de pèlerinag…

Les structures syndicales des agences de pèlerinage reclament la dépolitisation de l'organisation du Hadj au Niger

Chaque année, la traditionnelle organisation du pèlerinage à la Mecque connait quelques pé...

jeudi 16 mai 2019

Témoignage d'un pèlerin VIP sur le coût du hadj au…

Témoignage d'un pèlerin VIP sur le coût du hadj au Niger

Face au coût de plus en plus élevé du hadj, certains citoyens nigériens choisissent les vo...

jeudi 16 mai 2019

L'air du temps

Ramadan : dévotion et métamorphose

Ramadan : dévotion et métamorphose

Vous l'avez sans doute déjà remarqué : depuis quelques jours, par la grâce du mois béni du...

jeudi 16 mai 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.