Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


conseilLe Conseil des Ministres s'est réuni, hier lundi 17 septembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.
Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :
I. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
1.1. Projet de décret modifiant et complétant le décret n°2016-055/PRN du 26 janvier 2016, portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019.
A l'occasion de la 25ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine, le Niger a été retenu pour abriter en 2019 à Niamey, la 33ème session de ladite Conférence.
Afin de bien préparer l'événement, une Agence a été créée en 2016, avec comme missions, la préparation, l'organisation et la coordination des activités liées à la tenue de la Conférence.
Cependant, pour permettre à l'Agence de satisfaire convenablement les objectifs qui lui sont assignés, il est apparu nécessaire de revoir le cadre juridique et organisationnel de cette structure en la dotant notamment d'instruments relatifs à la passation des marchés publics.
La présente modification, intervient pour prendre en charge cette préoccupation.
1.2. Projet de décret accordant une dérogation spéciale à l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019 sur les procédures de passation des marchés publics de travaux, de fournitures et de services.
Le présent projet de décret a pour objet d'accorder une dérogation spéciale à l'Agence Nationale pour l'organisation de la Conférence de l'Union Africaine, Niger 2019, sur les procédures de passation des marchés publics de travaux, de fournitures et de services.
En effet, les procédures ordinaires d'appel d'offres en vigueur ne permettent pas de réaliser les travaux prévus dans le cadre de l'organisation de cette conférence qui se tiendra à Niamey en juin 2019 du fait qu'elles imposent le respect des délais souvent trop longs pour la mise en concurrence des candidats prestataires. A environ huit (8) mois de la tenue de cet événement et pour permettre l'atteinte des objectifs fixés à l'Agence chargée de l'organisation de cette conférence, il est apparu indispensable d'envisager un mécanisme plus approprié.
C'est dans ce but et compte tenu de l'extrême urgence que le présent projet de décret est pris pour accorder une dérogation spéciale à l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine dans le processus de passation des marchés publics.
II. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
2.1. Projet d'ordonnance portant prorogation de l'état d'urgence dans la Région de Diffa.

L'avènement de la secte Boko Haram dans la région de Diffa et ses activités terroristes ont amené l'Etat à recourir aux mesures d'exception prévues par la Constitution du 25 novembre 2010 et la loi n° 98-24 du 11 août 1998 portant règlementation de l'état d'urgence.
C'est donc, en application de ces textes que l'état d'urgence a été proclamé dans la Région de Diffa pour la première fois par décret n°2015-073/PRN/PM/ MDN/ MISPD/ ACR/MJ du 10 février 2015. Depuis lors, l'état d'urgence a été prorogé tous les trois (03) mois.
La situation sécuritaire dans cette région demeurant toujours fragile, le présent projet d'ordonnance est pris pour proroger à nouveau l'état d'urgence pour une nouvelle période de trois (03) mois, à compter du 18 septembre 2018.
2.2. Projet d'ordonnance portant prorogation de l'état d'urgence dans les Régions de Tillabéry (Départements de Ouallam, d'Ayorou, de Bankilaré, d'Abala et de Banibangou) et de Tahoua (Départements de Tassara et de Tillia).
Les évènements survenus en Libye ont entrainé l'occupation d'une partie du territoire septentrional de la République du Mali par des groupes terroristes dont les agissements affectent notre pays, notamment dans les régions de Tillabéry et de Tahoua.
Cette situation a conduit depuis mars 2017, à la proclamation de l'état d'urgence et sa reconduction à plusieurs reprises dans cette partie du territoire national.
Face à la persistance des menaces terroristes dans ces deux régions, le présent projet d'ordonnance est pris pour proroger à nouveau cette mesure pour une nouvelle période de trois (03) mois, à compter du 18 septembre 2018.
Ces deux (2) projets d'ordonnances ont été pris en application de l'article 106 de la Constitution et conformément à la loi n° 2018-41 du 05 juin 2018 habilitant le Gouvernement à prendre des ordonnances, pendant l'intersession parlementaire et ce, après avis de la Cour Constitutionnelle.
III. AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de loi portant loi de finances pour l'année budgétaire 2019.
Le projet de loi de finances pour l'année budgétaire 2019, intervient dans un contexte marqué par des perspectives favorables pour notre économie, la mise en œuvre de plusieurs réformes notamment dans le domaine des finances publiques dont celle relative au budget programme, mais également par des préoccupations majeures marquées par la persistance des menaces sécuritaires, la baisse des prix des matières premières, le changement climatique et une démographie galopante.
Il a été élaboré en application de la méthode de budgétisation par programme, conformément à la loi n° 2012-09 du 26 mars 2012, portant loi organique relative aux lois de finances.
Il est bâti sur le Programme de Renaissance II et les priorités et choix stratégiques définis par le Gouvernement, notamment le Plan de Développement Economique et social (PDES 2017-2021) et le Programme Economique et Financier (PEF 2017-2020).
Le projet de loi de finances pour l'année budgétaire 2019, a arrêté le budget général de l'Etat au titre de l'année 2019, en recettes et en dépenses à un montant de deux mille cinquante virgule soixante-seize (2.050,76) milliards de francs CFA, contre mille neuf cent soixante onze virgule quatre-vingt dix-sept (1.971, 97) milliards en 2018, soit une augmentation de soixante dix-huit virgule soixante dix-neuf (78,79) milliards de francs CFA, correspondant à 4% en valeur relative.
Le présent projet de loi sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.
Le Conseil des Ministres a tenu à féliciter le Ministre des Finances et le Ministre Délégué auprès du Ministre des Finances, chargé du Budget ainsi que leur équipe, pour l'efficacité et la rigueur dont ils ont fait montre aussi bien dans l'exécution du budget 2018 que dans le processus de l'élaboration du projet de loi de finances 2019.
IV. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L'INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L'EXTERIEUR.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
4.1. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de l'Accord de financement d'Emploi des jeunes et d'inclusion productive n°3350-NE d'un montant équivalent à vingt millions sept cent mille Droits de Tirage Spéciaux (20 700 000 DTS), signé le 28 juin 2018 à Niamey, entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID), pour accroître les activités génératrices de revenus pour les jeunes dans certaines régions de la République du Niger.
L'Accord de financement objet du présent projet d'ordonnance de ratification a pour objectif d'accroitre les activités génératrices de revenus pour les jeunes dans certaines régions de la République du Niger.
Il sera mis en œuvre à travers trois (03) composantes à savoir, l'inclusion productive des jeunes dans les zones rurales, l'insertion des jeunes dans des activités sectionnées en zones semi-urbaines ainsi que le soutien institutionnel et la gestion de projet.
4.2. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de l'Accord de financement n° IDA-NE d'un montant équivalent à trente-quatre millions quatre cent mille Droits de Tirage Spéciaux (34 400 000 DTS), signé le 28 juin 2018 à Niamey entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID), pour le financement du Projet Développement des Compétences pour la Croissance.
L'Accord de financement objet du présent projet d'ordonnance de ratification a pour objectif d'améliorer l'efficacité de la formation technique à court terme et des programmes d'apprentissage dans les secteurs prioritaires.
Le projet financé par l'accord sera mis en œuvre à travers trois (03) composantes, qui sont : l'amélioration de l'efficacité de la formation, le renforcement des programmes de développement des compétences et d'apprentissage à court terme et le renforcement des capacités institutionnelles et le suivi-évaluation.
4.3. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de la Convention sur la répression des actes illicites dirigés contre l'aviation civile internationale, adoptée en marge de la Conférence internationale de droit aérien, tenue du 30 août au 10 septembre 2010 à Beijing (République Populaire de Chine), sous les auspices de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI).
L'adoption de la Convention objet du présent projet d'ordonnance, fait suite aux préoccupations des Etats membres, relatives aux actes illicites dirigés contre l'aviation civile qui compromettent la sécurité et la sûreté des personnes et des biens, entravent sérieusement l'exploitation des services aériens, des aéroports et de la navigation aérienne et minent la confiance dans la conduite sûre et ordonnée de l'aviation civile.
L'objectif de cette Convention est de renforcer, dans les meilleurs délais, le cadre juridique de la coopération internationale en vue de prévenir et de réprimer par des peines sévères ces actes illicites.
4.4. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de l'Accord de prêt n°2018043/PR NG 2018 20 00, d'un montant équivalent à dix milliards(10 000 000 000 FCFA) de francs CFA, signé le 31 juillet 2018 à Lomé (République du Togo), entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du Projet d'aménagement et du bitumage de la voirie urbaine de Zinder : réhabilitation de la section urbaine de la RN11 en République du Niger.
L'objectif global de l'Accord de prêt, objet du présent projet d'ordonnance de ratification est de contribuer à l'amélioration du cadre de vie des populations et des conditions de transport dans la ville de Zinder.
Il permettra de financer l'aménagement et le bitumage de deux (02) voies traversant la ville de Zinder sur une longueur de 8,43 Km.
Ces quatre (4) projets d'ordonnances ont été pris en application des articles 106 et 169 de la Constitution et conformément à la loi n° 2018-41 du 05 juin 2018 habilitant le Gouvernement à prendre des ordonnances, pendant l'intersession parlementaire et ce, après avis de la Cour Constitutionnelle.
V. AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L'INNOVATION.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de décret modifiant et complétant le décret n°2013-456/PRN/ MES/RI du 1er novembre 2013, portant organisation du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, modifié et complété par le décret n° 2016-348/PRN/MESR/I du 08 juillet 2016.
L'accroissement du nombre d'étudiants et la création de nouvelles universités publiques, ont fait apparaitre beaucoup d'insuffisances quant à l'encadrement des inscriptions, l'orientation et le suivi du parcours académique des étudiants.
Le présent projet de décret a pour objet de modifier l'organisation du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, pour créer au sein de la Direction Générale des Enseignements, une Direction de l'Orientation et du Suivi du Cursus des Etudiants (DOSCE).
Cette nouvelle Direction sera chargée notamment de la coordination et de la supervision des questions relatives à l'orientation, à l'inscription et au Suivi du Cursus des Etudiants.
VI. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :
AU TITRE DU CABINET DU PREMIER MINISTRE.
• Monsieur Hachimou Hassane, est nommé directeur général de l'Autorité de Régulation, de la Communication Electronique et des Postes.
AU TITRE DU MINISTERE DE L'EQUIPEMENT.
• Madame Adjara Toyé Kiépin Idrissa, ingénieur d'état en génie civil, Mle 136272/R, est nommée directrice des études techniques à la direction générale des routes rurales, au Ministère de l'Equipement, en remplacement de Monsieur Awaly Gouzayé appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Matianga Boubacar, ingénieur général des travaux publics et Mines, Mle 59983/A, est nommé directeur des travaux des routes rurales, à la direction générale des routes rurales, au Ministère de l'Equipement, en remplacement de Monsieur Dourhamane Mounkaïla appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Faran Maïga Oumarou, enseignant-chercheur, Mle 04335, est nommé président du conseil d'administration du Centre de Perfectionnement des Travaux Publics (CPTP), au Ministère de l'Equipement.

AU TITRE DU MINISTERE DU TOURISME ET DE L'ARTISANAT.
• Madame Habou Barimo Nafissatou, chef de division d'administration générale, est nommée directrice des marchés publics et des délégations de service public, au Ministère du Tourisme et de l'Artisanat.
AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, DE L'ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L'EDUCATION CIVIQUE.
• Monsieur Kassoum Tamou, inspecteur de l'enseignement primaire, Mle 55425/H, est nommé inspecteur des services en remplacement de Mme Magagi Fatoumata Della Boubacar.
• Monsieur Sani Kané, inspecteur de l'enseignement primaire, Mle 53323/J, est nommé inspecteur des services.
• Monsieur Issa Ali Willy, inspecteur de l'enseignement primaire, Mle 32610/Y, est nommé directeur général de la promotion de la qualité et de la normalisation.
• Monsieur Salhatou Issiakou Boubou, ingénieur génie civil et ressources en eau, Mle 87368/K, est nommé directeur des infrastructures et équipements scolaires (DIES).
• Monsieur Mahamane Tassiou Aboubakar, inspecteur de l'enseignement franco arabe, Mle 77442/L, est nommé directeur de l'enseignement du cycle primaire franco-arabe.
• Madame Abdourahamane Adama Mamane Brah, inspectrice de l'enseignement primaire, Mle 65389/N, est nommée directrice générale de l'Ecole normale de Niamey.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE.
• Monsieur Hamidou Doudou, ingénieur statisticien économiste, Mle 89170/M, est nommé inspecteur des services.
• Monsieur Djibdji Moumouni, directeur administratif, Mle 56851/L, est nommé directeur de la modernisation de l'administration publique et de la réforme administrative.
• Monsieur Soumana Hassane, ingénieur des travaux statistiques, Mle 62420/U, est nommé directeur des études et de la programmation.
AU TITRE DU MINISTERE CHARGE DES RELATIONS AVEC LES INSTITUTIONS.
• Monsieur Mounkaïla Ibrahim, représentant de l'Union des Scolaires Nigériens (USN), est nommé membre du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC), en remplacement de Monsieur Soumana Sambo Housseini.
AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS.
• Madame Roua Aïchatou Belko, directeur administratif, 63216/Y, est nommée inspectrice générale des services.
• Monsieur Sani Amadou, ingénieur général des travaux publics et des mines, Mle 50585/G, est nommé inspecteur des services.
• Monsieur Mounkaïla Daouda, ingénieur principal des travaux publics et mines, Mle 60679/M, est nommé inspecteur des services.
• Madame Tahirou Niandou Samira, directeur administratif, Mle 116833/Z, est nommée inspectrice des services.
• Monsieur Hassane Sadou, directeur administratif, Mle 126137/R, est nommé conseiller technique du Ministre des Transports.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA DEFENSE NATIONALE.
• Le dentiste-colonel-major Ibrahim Moussa Wonkoye, Mle OA/SM, est nommé inspecteur des services à l'Inspection Générale des Services, au Ministère de la Défense Nationale.
AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L'INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L'EXTERIEUR
• Monsieur Léko Ado, conseiller des affaires étrangères, Mle 57756, est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Niger en Inde.
AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENERGIE.
• Madame Mohamed Sidikou Ramatou, est nommée directrice de Cabinet de la Ministre de l'Energie.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.
• Monsieur Bio Adamou, administrateur des assurances, Mle 63625/S, est nommé secrétaire général de l'Agence Centrale de Gestion des Saisies, des Confiscations, des Gels et des Recouvrements d'Avoirs (ACGSCGRA).
AU TITRE DU MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS ET TECHNIQUES.
• Monsieur Saidou Moussa Bagobiri, chargé d'enseignement à la retraite, est nommé président du conseil d'administration du service national de participation, en remplacement de Monsieur Moumouni Mamoudou appelé à d'autres fonctions.
AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES.
• Monsieur Amadou Maman Djimrao, inspecteur principal des douanes, Mle 60552/P, est nommé directeur d'audit et de contrôle interne à la Direction Générale des Douanes.
• Madame Nouhou Mourjanatou, inspectrice principale du trésor, Mle 64175/P, est nommée directrice de l'ordonnancement, de la vérification et de l'apurement à la Direction Générale du Budget.
• Madame Miginyaoua Aïssa Manzo, directeur administratif, Mle 53191, est nommée directrice des études, de la planification et des statistiques fiscales, à la Direction Générale des impôts.
• Monsieur Ali Inoussa, inspecteur principal des contributions diverses, Mle 69920/B, est nommé directeur de la comptabilité, à la Direction Générale des Impôts.
• Monsieur Malam Saley Abdourahamane, inspecteur principal des impôts, Mle 66338, est nommé chef du département des poursuites et des recouvrements à l'Agence Judiciaire de l'Etat, en remplacement de Monsieur Saidou Boubacar.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION.
• Madame Sani Koubra Abdoulaye, cadre de banque, est nommée directrice de l'Agence Nigérienne de Diffusion.
VII.COMMUNICATIONS.
Le Conseil des Ministres a entendu plusieurs communications :
• une (1) communication du Ministre de la Santé Publique relative à l'attribution d'un marché relatif aux travaux de finalisation du Centre National de Lutte contre le Cancer de Niamey lot 1 relatif à l'achèvement des travaux de construction du bunker à cobalt et de la finalisation de celui devant abriter l'accélérateur des particules.
Cette communication est faite à titre d'information en application de l'Arrêté n° 00139/CAB/PM/ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics, qui stipule en son article 11 que « tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxes sur la valeur ajoutée, doit faire l'objet d'une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».
•une (1) communication de la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant sur le projet « 50 millions de femmes ont la parole».
•une (1) communication conjointe du Ministre des Mines et du Ministre du Pétrole relative à la candidature du Niger à l'organisation de la troisième Edition (ECOMOF 2020).
•une (1) communication de la Ministre du Plan sur le niveau de l'Indice de Développement Humain (IDH) 2017 du Niger publié par le PNUD.
L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep

18/09/18


audience-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou s'est entretenu vendredi dernier avec une délégation de la Confédération Africaine de Football (CAF) conduite par le président de ladite institution, M. Ahmad Ahmad. A l'issue cette audience, le nouveau président de la CAF, a dit que la visite officielle auprès des Chefs d'Etats des pays africains est toujours une grande retrouvaille entre la CAF et ces Chefs d'Etats. Pour lui, sans implication des Chefs d'Etat africains il n'y a pas de développement du football africain. Soulignant la particularité de notre continent, il a estimé que le football fait partie de notre vie ; une école qui permet de protéger notre jeunesse et de la stabiliser dans un monde plein de fléaux qui détruisent la jeunesse. Le Président de la CAF a dit avoir échangé avec le Président de la République sur le projet du développement du football au Niger et sur le continent mais aussi sur la décentralisation de la gestion du football africain car elle permettra d'agir vite. Cette rencontre a été une occasion pour cette délégation de saluer les efforts du Niger car notre pays a organisé la CAN des moins de 17 ans et l'engagement du Président de la République dans l'organisation de la CAN des moins de 20 ans en 2019. A ce sujet, le président de la CAF a dit que la CAF ne retire l'organisation d'une compétition à un pays que si seulement si ce dernier ne respecte pas ses engagements, avant de souligner les efforts du Niger dans l'organisation de cette prochaine compétition. Toutefois, il a invité la presse à mener sa propre investigation, tout en exprimant son attachement à celle-ci car récemment ses enquêtes ont aidé la CAF à sanctionner une vingtaine d'arbitres.

Mamane Abdoulaye(onep)

17/09/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, Issoufou Mahamadou, a accordé des audiences, hier à la présidence de la République. Pour la première audience, le Chef de l'Etat a reçu une délégation de la cour des comptes du Sénégal conduite par son Premier président, M. Mamadou Faye. La délégation sénégalaise est allée au palais pour présenter ses condoléances au Président de la République ainsi qu'aux membres de la cour des comptes du Niger suite au décès de M. Saidou Sidibé, Premier président de la cour des comptes du Niger, a dit M. Faye. Il a notamment mis en exergue les valeurs et les qualités du défunt, un homme d'Etat, humble, très ouvert, affirme-t-il et qui a toujours joué le rôle de conciliateur au sein des instances statutaires des cours de l'UEMOA. La délégation était accompagnée du ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Marou Amadou.
prn-summaPeu après le président de la République a reçu M. Fatah Slim Bora, vice-président de la société turque SUMMA qui est actuellement en train d'exécuter les travaux de construction de l'hôtel présidentiel de Niamey et de l'extension et la rénovation de l'aéroport international Diori Hamani. Avec le Chef de l'Etat, M Bora a évoqué plusieurs points dont l'état d'avancement des deux chantiers. Le directeur de l'agence Niger UA-2019, le ministre conseiller à la Présidence Saidil Moctar a expliqué que le Président a marqué toute sa satisfaction sur l'évolution des travaux et a tenu à l'exprimer de vive voix au vice-président de la société tout en lui adressant ses encouragements. Il a notamment réaffirmé la volonté du gouvernement d'accorder toutes les facilités nécessaires afin que l'entreprise poursuive ses travaux dans les meilleures conditions et les terminer dans le délai contractuel requis.
Dans l'après-midi, SEM. Issoufou Mahamadou s'est entretenu avec l'ambassadeur de France au Niger, M. Marcel Escure. Le diplomate français a dit avoir remis une lettre du
Président français Emmanuel Macron relative à la prochaine Assemblée Générale des Nations Unies. La France soutient la force du G 5 Sahel et espère du conseil de sécurité qu'il soutienne cette force également et qu'il la mette sous le chapitre 7 a dit M Escure. Il a en outre évoqué les relations de coopération bilatérale franco nigériennes et plusieurs autres sujets notamment le soutien du Niger à la candidature de la ministre rwandaise des Affaires Etrangères, Mme Louise Mushikiwabo au poste de Secrétaire générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), lors du sommet de l'organisation, en octobre prochain en Arménie.prn-amb

Zabeirou Moussa(onep)

14/09/18



PMLe Premier ministre, Chef du gouvernement, Son Excellence Monsieur Brigi Rafini, a quitté Niamey hier après-midi, à destination d'Accra au Ghana. Dans la Capitale ghanéenne, SE. Brigi Rafini représente le Président de la République Issoufou Mahamadou aux obsèques de l'ancien Secrétaire Général des Nations Unies Kofi Annan.
Le Premier ministre Brigi Rafini est accompagné dans ce déplacement, notamment de M. Mohamed Ibn Chambas, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre ; M. Assoumana Mallam Issa, Ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale ; l'Honorable Député Bachir Sidi Abdoul-Aziz, Président de la Commission des Affaires Etrangères de l'Assemblée Nationale ; M. Hamadou Adamou Souley, Directeur de Cabinet du Premier Ministre.

Onep

13/09/18



g5Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a présidé, le lundi 10 septembre dernier, au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture des travaux de la Conférence régionale sur
« l'impunité, l'accès à la Justice et les Droits de l'Homme dans le contexte de nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel ». Ces assises organisées par le Ministère de la Justice en partenariat avec les Nations Unies, l'UNOWAS, le G5 Sahel, l'Union Africaine, la Commission de la CEDEAO et d'autres partenaires ont regroupé d'éminents décideurs politiques, responsables et Experts du monde judiciaire, représentants d'organisations internationales, gouvernementales et non gouvernementales. Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, les membres du Gouvernements, les représentants des Institutions et plusieurs invités ont pris part à cette cérémonie. A cette occasion, le Président de la République Issoufou Mahamadou a prononcé un discours .
Au paravent le ministre de la Justice, Garde des Sceaux M. Marou Amadou dans son mot de bienvenue s'est félicité du choix des conférenciers qui a-t-il dit, est un hommage au leadership du Président Issoufou Mahamadou pour son engagement personnel dans la défense de la paix et de la sécurité tant au Niger qu'au-delà et à son gouvernement dirigé par SE. Brigi Rafini pour la détermination avec laquelle il œuvre au quotidien pour un Niger stable où règnent la quiétude sociale et la tranquillité publique. M. Marou Amadou a par la suite souhaité que les travaux se déroulent dans la paix et la sérénité et qu'ils débouchent sur des nouvelles aptitudes permettant d'installer définitivement nos nations dans un monde de paix et de sécurité, favorable au développement de nos pays et à l'épanouissement de nos peuples. Il a enfin formulé le vœu qu'avec l'engagement de tous et de chacun, la conférence de Niamey soit l'occasion d'une remobilisation des énergies pour mettre en œuvre les conclusions et recommandations qui en seront issues.
Pour sa part, le représentant du Président de la Commission de la CEDEAO M. Mohamed Diakité a salué la tenue de cette conférence régionale qui permettra aux acteurs de faire un diagnostic lucide et sans complaisance de l'état des droits humains au sein de l'espace de la CEDEAO et plus particulièrement de la situation en matière d'impunité. Il a en effet annoncé que son Institution, dans sa volonté d'assister les Etats membres dans le traitement des menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel dû au manque d'accès à la justice envisage dans le courant de l'année 2019 d'inciter les réseaux des institutions de droits humains et les réseaux des institutions nationales de la Société Civile à réexaminer et adopter deux manuels dont l'un sur l'accès à la Justice et le second sur la Justice Transitionnelle.
Quant à Mme Minata Samaté Céssouma, Commissaire aux Affaires Politiques de l'Union Africaine, elle a salué cette initiative qui, a-t-elle dit, permettra aux acteurs d'échanger des expériences et consolider la paix, la démocratie et les questions de droits de l'Homme en Afrique de l'Ouest et dans la région du Sahel.
Pour sa part, le représentant spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Chef de UNOWAS, Dr Mohamed Ibn Chambas s'est félicité des progrès significatifs enregistrés dans les domaines de la réforme des lois, d'amélioration du cadre normatif, dont la ratification d'instruments régionaux et internationaux.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)

12/09/18



discour-prnMonsieur le Premier Ministre,
Monsieur le Vice-Président de l'Assemblée Nationale,
Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions des pays représentés à la présente rencontre,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Mesdames et Messieurs les Députés Nationaux,
Monsieur le Représentant Spécial du secrétaire Général des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Chef de UNOWAS,
Madame la Représentante du Président de la Commission de l'Union Africaine,
Monsieur le Représentant du Président de la Commission de la CEDEAO,
Monsieur le Secrétaire Permanent du G5-Sahel,
Mesdames et Messieurs les Représentants du Corps diplomatique et Organisations Internationales,
Honorables Chefs Traditionnels et Leaders Religieux,
Mesdames, Messieurs,
La rencontre d'aujourd'hui intervient au lendemain du décès du Premier Président de la Cour des Comptes du Niger, Monsieur Saidou
Sidibé. C'est une dure épreuve pour l'ensemble des institutions de l'Etat qu'il a servies avec dévouement et en particulier pour le corps judiciaire nigérien, au service duquel Monsieur Sidibé aura travaillé jusqu'à son dernier souffle. Je demande à toutes et à tous d'observer une minute de silence pour le repos de son âme. (Minute de silence)
Je vous remercie
Chers Participants,
C'est pour moi un réel plaisir de procéder ce matin à l'ouverture des travaux de la Conférence Régionale sur « l'impunité, l'accès à la Justice et les droits humains dans le contexte des nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel ».
Cette conférence se tient dans un contexte caractérisé par les menaces que constituent, pour notre région, le terrorisme et le crime organisé, ces ennemis sans foi ni loi, ces ennemis qui tuent, pillent et violent, ces ennemis qui sapent la paix et la sécurité dont nos Etats et nos peuples ont tant besoin pour se concentrer sur les questions prioritaires et urgentes du développement économique et social. Les préjudices causés par Boko Haram dans le bassin du lac Tchad, par les autres organisations terroristes dans le Sahel et par les organisations criminelles, notamment du trafic de drogues, d'armes et de migrants sont énormes. Leurs actions sanglantes et brutales ont créé des traumatismes, dans certains cas, irréparables.
Mesdames et Messieurs,
Face à ces nouvelles menaces, nos Etats n'ont eu d'autres choix que de renforcer les capacités opérationnelles et de renseignement de leurs forces de défense et de sécurité. Face à ces menaces sans frontières, nos Etats ont par ailleurs eu l'heureuse initiative de mutualiser leurs moyens, dans le bassin du lac Tchad avec la mise en place de la Force Mixte Multinationale et dans le Sahel avec la mise en place de la force conjointe du G5-Sahel. Néanmoins, face à ces menaces, nos Etats ne se limitent pas à un combat sécuritaire purement militaire : soucieux de consolider la trinité Peuples – Gouvernants – Armées, ils ont intégré, dans leur stratégie, l'Etat de droit, la justice et la lutte contre l'impunité. Ainsi, les Forces de défense et de sécurité du Niger mènent le combat contre le terrorisme et le crime organisé dans le respect du droit international
humanitaire. Les actions civilo-militaires qu'elles entreprennent vont dans ce sens. L'existence d'une composante police au sein des forces opérationnelles reflète également ce souci.
Intégrer le respect des droits humains, la justice et la lutte contre l'impunité dans notre lutte contre le terrorisme et le crime organisé, c'est la stratégie gagnante. Le respect des droits humains est la ligne de démarcation fondamentale entre nous et les terroristes.
Dès lors, vous comprenez aisément pourquoi, ici au Niger, le programme de renaissance, que le Gouvernement met en œuvre depuis 2011, porte au premier plan les questions de justice et de sécurité. Pour nous, la construction d'un Etat de droit est fondamentale. C'est dans cette perspective que des lois ont été adoptées, ces dernières années, contre le terrorisme et le crime organisé, y compris contre la migration clandestine.
Mais cela ne suffit pas : une fois élaborées, les lois doivent être appliquées. Ici intervient la question fondamentale de l'offre de justice tant sur le plan de la couverture du pays en infrastructures que sur celui de la formation et du recrutement des magistrats. En effet, l'impunité peut provenir d'une insuffisance de l'institution judiciaire matériellement incapable d'identifier les coupables et d'appliquer les châtiments. Elle peut aussi avoir pour cause la corruption de la justice ou l'intimidation des juges. Le Gouvernement demeure attentif sur toutes ces questions susceptibles de favoriser l'impunité. Cela s'est traduit notamment par une
réforme ambitieuse dont l'objectif est d'assurer un maillage total du territoire national en infrastructures judiciaires.

Mesdames et Messieurs,
L'impunité c'est « l'absence en droit ou en fait de la mise en cause de la responsabilité pénale des auteurs des violations des droits humains, ainsi que de leurs responsabilités civiles, administratives ou disciplinaires, en ce qu'ils échappent à toute enquête tendant à permettre leur mise en accusation, leur arrestation, leur jugement, et, s'ils sont reconnus coupables, leur condamnation à des peines appropriées y compris à réparer le préjudice subi par leurs victimes ».

Un Gouvernement démocratique qui abdique face à l'impunité lègue à ses citoyens un avenir de corruption et de profonde immoralité, vidant de tout son sens les notions même de démocratie et de paix. Le droit à la justice, le droit à la vérité, le droit à la mémoire et le droit à une réparation sont autant de droits que viole l'impunité. Elle enhardit au crime en conférant aux coupables le sentiment d'être intouchables et
n'encourage pas à l'honnêteté.
La lutte contre l'impunité est d'une importance primordiale dans les travaux de reconstruction des sociétés civiles à la suite des conflits importants. Nous le constatons dans la région de Diffa dans le cadre de notre combat contre Boko Haram. La lutte contre l'impunité contribue à rétablir les valeurs communes d'une société, à affirmer la supériorité du bien sur le mal, de l'ordre sur le chaos. L'impunité est inconciliable avec une paix durable. Les bourreaux, les coupables doivent répondre de leurs actes et être condamnés et les victimes doivent être indemnisées.

Mesdames, Messieurs,
Pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés, objectifs conciliant l'impératif sécuritaire, le besoin de justice et la promotion d'une société respectueuse des droits et devoirs des citoyens, nous nous devons de continuer sans relâche les nombreuses réformes juridiques et institutionnelles qui ont été initiées ici et là et multiplier toutes les occasions de mutualiser nos efforts.
Pour le cas particulier du Niger, les réformes juridiques et institutionnelles, la prise de conscience collective et l'engagement des leaders ont permis à notre pays de faire un bond qualitatif dans l'offre de justice tant sur le plan de la couverture du pays en infrastructures que dans le traitement des affaires.
Je me dois à cet égard de relever, pour le magnifier, que la Justice nigérienne a réussi à relever le défi du jugement des délicates affaires de terrorisme tandis que la Police judiciaire a démantelé à plusieurs reprises et à plusieurs endroits du territoire national des réseaux de trafiquants de drogue et d'armes.
Du côté de la formation des magistrats, c'est le lieu de noter l'élaboration et la mise en œuvre du Manuel des droits de l'Homme à l'usage des magistrats du Niger dont l'avantage est de préparer les magistrats à la prise en charge des affaires, en ayant comme boussole les principes du procès équitable et de la bonne administration de la Justice.
Mesdames et Messieurs,
C'est dire qu'aujourd'hui plus qu'hier, nous demeurons vigilants par rapport aux défis posés par la criminalité transnationale et le terrorisme. Dans le contexte de notre sous-région, les menaces terroristes émanant d'Aqmi, de Boko Haram et d'autres groupes qui leur sont affiliés, et les crimes odieux qu'ils commettent, sur les territoires de nos Etats, nous interpellent ; ils nous appellent à plus de responsabilité, de solidarité, de coopération pour réduire les menaces et assurer notre survie en tant qu'Etat.
Aucun criminel, aucun terroriste ne doit se sentir à l'abri dans notre espace, parce qu'en face, nous aurons été capables d'opposer la cohésion de nos nations, notre engagement ferme et déterminé à défendre nos valeurs et nos aspirations, et surtout notre vision commune de la gestion des questions de sécurité et de justice qui doivent s'inscrire dans une perspective globale. officielsJe lance donc un appel à tous les Etats épris de paix et de sécurité, à une plus grande et plus efficace coopération.
Beaucoup d'efforts ont été fournis par les pays de notre espace commun et les organisations internationales qui soutiennent nos actions. Celles-ci doivent s'intégrer dans la stratégie antiterroriste mondiale qui se veut globale, adoptée par l'Assemblée Générale des Nations Unies dans sa résolution du 20 septembre 2006 et qui proclame : « une action efficace contre le terrorisme et la protection des droits de l'homme sont des objectifs non pas contradictoires mais complémentaires et synergiques».
Mesdames et Messieurs,
Cette conférence est donc, pour toutes les parties prenantes, Etats et partenaires, de la plus haute importance en ce qu'elle nous permettra d'apprécier l'état de mise en œuvre de la Déclaration de Bamako du 4 décembre 2011 dans le contexte de nouvelles menaces à la paix et à la sécurité, de mener une réflexion analytique sur l'impunité, ses défis et pour mieux préserver la paix, la stabilité et la sécurité dans les pays de notre espace, d'explorer des pistes et actions innovantes à même de contribuer à améliorer la gouvernance du secteur de la justice, son indépendance et son impartialité, et enfin, à identifier les mesures d'adaptation des systèmes
judiciaires nationaux aux nouvelles exigences de prévention et de lutte contre les menaces à la paix et à la sécurité.
C'est pourquoi, je vous engage à des réflexions profondes à même d'aboutir à des recommandations pertinentes en phase avec les préoccupations du moment et sur lesquelles nos pays pourront utilement s'appuyer en vue de repenser, le cas échéant, leurs stratégies et leurs actions notamment en matière de lutte contre l'impunité, la protection des droits humains et l'accès de nos concitoyens à une justice juste et diligente.
Tout en souhaitant pleins succès à vos travaux, Je déclare ouverte la Conférence Régionale sur « l'impunité, l'accès à la Justice et les droits humains dans le contexte de nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel ».

Je vous remercie.».

Onep

12/09/18


prn-ministreLe Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a reçu en audience, samedi dernier, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Mme Louise Mushikiwabo. La cheffe de la diplomatie rwandaise, qui est candidate au poste du Secrétaire générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a entrepris une tournée internationale dans le cadre justement de cette candidature avant la tenue du XVIIème sommet de l'OIF à Erevan, la capitale Arménienne en octobre prochain. Elle est donc venue au Niger pour solliciter à nouveau et cela de vive voix, le soutien du Niger même si elle dit avoir déjà été soutenue par les chefs d'Etat africains, membres de cette organisation commune. Soulignant que le Niger et le Rwanda sont des pays amis et leurs présidents Kagamé et Issoufou des frères, Mme Louise Mushikiwabo a indiqué être venue écouter le Président de la République sur ce qui est important pour le Niger au sein de cette organisation.
Le Niger qui est «le village natal» de l'OIF a donc une histoire particulière qu'il faut remettre à sa place, qu'il faut reconstituer et redonner plus de dynamisme à l'organisation au moment où l'on s'achemine vers le cinquantenaire de sa naissance. L'hôte du Président de la République s'est dit très heureuse de constater qu'elle partage les mêmes points de vue avec le Chef de l'Etat notamment sur les questions de l'emploi, de l'immigration, de la Jeunesse et bien d'autres sujets d'importance pour les pays francophones. Mme Mushikiwabo dit repartir confiante avec le sentiment d'avoir poussé une porte déjà ouverte puisque le soutien exprimé d'avance par Niamey est total. « Il fallait bien que je vienne ici écouter le Président Issoufou Mahamadou avec son expérience, avec l'ambition qu'il a pour l'organisation afin que j'en tienne compte dans la formulation de mon propre programme»g5 a-t-elle conclu.
Il faut par ailleurs rappeler que le vendredi 7 septembre dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat S.E Issoufou Mahamadou s'est entretenu, à sa résidence, avec les Commandants entrant et sortant de la Force Conjointe G 5 Sahel, respectivement les Généraux de Division Hanena Ould Sidi et Dacko Didier. A l'issue de cette audience, les deux généraux issus des armées mauritanienne et malienne n'ont pas fait de déclaration. Cette audience s'est déroulée en présence du ministre de la Défense Nationale M. Kalla Moutari et du Chef d'Etat Major Général des Armées le Général de Corps d'Armée Mohamed Ahmed.

Zabeirou Moussa et Hassane Daouda(onep)
10/09/18


decoC'est sous une fine pluie que le ministre de la Défense Nationale M. Kalla Moutari a présidé vendredi dernier, au Poste de Commandement du fuseau centre (qui concerne le Niger ; Burkina Faso et le Mali) de la Force Conjointe G5 Sahel, la cérémonie de décoration du Général de Division Dacko Didier, Commandant sortant de ladite Force. Après la revue des troupes, le ministre de la Défense qui est accompagné par le Chef d'Etat Major Général des Armées a remis au récipiendaire sa distinction au cours une cérémonie sobre.
Au terme de cette cérémonie, le Général de Division Dacko Didier est élevé au grade de Commandeur dans l'ordre du mérite du Niger. Il a reçu cette distinction dans la pure tradition militaire. Dans son allocution au cours de cette cérémonie, le ministre de la Défense Nationale M. Kalla Moutari s'est exprimé en ces termes : «le Général Didier Dacko, premier Commandant de la Force Conjointe du G5 Sahel, vous avez su, par vos capacités intellectuelles, votre expérience militaire et votre connaissance exceptionnelle du terrain, mettre en place les structures du commandement de ladite Force tout en insufflant une coopération dynamique entre les Forces armées des pays composant la Force. Par votre action, vous avez coordonné les exercices et opérations qui ont permis de mettre hors d'état de nuire, plusieurs groupes armés dans l'espace du G5 Sahel, contribuant ainsi à la sécurisation des populations et à l'établissement de la paix dans la zone. Vous avez la reconnaissance du Niger».
La mission principale de cette force est de traquer les terroristes et autres bandes criminelles opérant dans ce vaste espace sahélien qui regroupe le Niger, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Tchad
Hassane Daouda(onep)

10/09/18



Andp-1La formation politique ''Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès'' (ANDP-Zaman Lahiya) a tenu samedi dernier dans la grande salle de l'Académie des Arts Martiaux de Niamey, un congrès extraordinaire électif en présence de 346 sur 529 délégués venus de toutes les régions du Niger et de la diaspora. Au total trois (3) candidatures ont été retenues par la commission permanente des candidatures et vérification des mandats. Il s'agit de M. Moussa Hassane Barazé, M. Mahamane Sani Amadou, M. Ali Seyni Gado. Il faut rappeler que depuis la disparition de l'ancien président de M. Moussa Moumouni Djermakoye, l'intérim de la présidence du parti est assuré par le 1er vice président, M. Sani Ousmane dit Dandijé. A l'issue des assises, les délégués ont porté leur choix sur le candidat, M. Moussa Hassane Barazé pour diriger leur parti.

Sur les trois candidats retenus, l'huissier de justice a constaté l'absence de M. Mahamane Sani Amadou et de M. Ali Seyni Gado. Le quorum étant atteint avec 346 sur 529 délégués, les textes du parti autorisent la tenue des élections. C'est ainsi qu'à la proclamation des résultats, le candidat M. Moussa Hassane Barazé a remporté 339 voix, M. Ali Seyni Gado a eu une (1) voix et M. Mahamane Sani Amadou zéro (0) voix. Il faut signaler que lors du dépouillement, il y a eu trois (3) bulletins nuls et trois (3) bulletins blancs.
Dans son discours de clôture des assises, le nouveau président élu de l'ANDP Zaman Lahiya a tout d'abord rendu un hommage mérité aux militants présents et pour leurs camarades rappelés à Dieu. M. Moussa Hassane Barazé s'est dit honoré de la confiance accordée par les militants en sa personne pour diriger ''le parti de consensus''. « Avec cette approbation que vous avez faite à mon programme de gouvernance, je vous assure de mon engagement à m'investir avec toutes mes capacités pour le rayonnement de l'ANDP-Zaman Lahiya sur l'échiquier politique national. J'agirai comme le président de renouveau du parti ANDP-Zaman Lahiya. Je vais diriger le parti dans la transparence en impliquant toutes les instances des structures de notre formation politique afin d'apporter un profond changement», a-t-il déclaré.andp
M. Moussa Hassane Barazé a en outre dit qu'il mettra en œuvre les axes principaux de son programme à savoir la réconciliation des militantes et militants ; les conditions de bonne gouvernance, la redynamisation des structures du parti ; le relèvement du niveau politique des militants, la récompense des militants les plus méritants ; la création des conditions d'une autonomisation financière du parti ; la dynamisation des structures et le respect de la discipline etc. Il a, en outre, réaffirmé l'appartenance de l'ANDP-Zaman Lahiya à la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN).
Le nouveau président élu a reconnu que leur parti traverse des difficultés touchant sa cohésion, estimant que cela constitue un défi majeur à relever le plus urgemment possible et auquel il s'engagera à trouver des solutions idoines. « Mon engagement est sans équivoque. Je créerai les conditions d'une réconciliation entre les militants dans un esprit de grande camaraderie. J'en appelle à l'union du parti. Je lance en conséquence un vibrant appel à mes ainés Mahamane Sani Amadou, Ali Seyni Gado, Mounkaila Issa, Issaka Moumouni Djermakoye, Ibro Gouala et à tous ceux qui les ont soutenus de revenir afin que dans la cohésion, nous poursuivons l'œuvre de consolidation des acquits de notre grande formation politique», a-t-il lancé, tout en assurant qu'il agira avec probité, responsabilité, humilité et engagement pour la bonne marche du parti.
Auparavant, le président par intérim de l'ANDP-Zaman Lahiya, M. Sani Ousmane dit Dandijé a dans son allocution rendu un vibrant hommage aux délégués qui ont répondu présents aux assises. Il s'est excusé auprès de toutes et tous. « Quant à moi, je vous pardonne. Je vous appelle ensuite à venir travailler dans l'unité et la cohésion pour faire rayonner notre cher parti sur l'échiquier politique national. C'est de notre devoir de maintenir les acquits», a-t-il conclu.

Seini Seydou Zakaria(onep)

10/09/18


panLes travaux de la 3ème conférence parlementaire sur la migration, ont pris fin hier, à l'hémicycle de l'Assemblée nationale place de la concertation. Durant deux jours, les parlementaires venus de plusieurs pays d'Afrique ont mené la réflexion sur le thème: « Promouvoir une migration sûre, ordonnée et régulière : quel rôle pour le parlement y compris dans la mise en œuvre du pacte mondial y relatif ». Les parlementaires ont compris la nécessité de revisiter l'ensemble des dispositions existantes sensées gérer cette migration. La cérémonie de clôture a été présidée par M. Mahamane Elhadj Ali Liman, 2ème vice-président de l'Assemblée nationale du Niger.
Les parlementaires ont longuement échangé sur plusieurs aspects de la migration qui a pris ces dernières années d'autres tournures et ont formulé plusieurs recommandations. Les différentes communications présentées, au cours de cette conférence, par les experts ont édifié les participants sur la perspective de l'élaboration, en décembre prochain, du Pacte mondial sur la migration.
Dans son allocution de clôture, le 2ème vice-président de l'Assemblée nationale du Niger a indiqué que ce pacte mondial relatif à la promotion d'une migration sûre, ordonnée et régulière est une opportunité qui va permettre à la communauté internationale et au continent de jouer pleinement leur rôle dans l'intérêt des migrants, des pays d'origine, des pays de transit et des pays de destination. assemblee-2«L'élaboration d'un tel pacte laisse clairement apparaître que les Etats pris isolément ne peuvent apporter une juste réponse conséquente au phénomène migratoire», a-t-il
déclaré.
En effet, a-t-il poursuivi, le consensus ou le compromis retenu autour des points de divergence orientera la communauté africaine à s'investir davantage dans l'application juste des droits humains à l'égard des migrants et chercher des stratégies favorables à l'application des lois nationales y relatives.
A l'issue de la conférence, l'UPA va mobiliser les parlementaires, en tant qu'acteurs politiques incontournables autour de ce phénomène qui, quoique source d'opportunités pour les pays de destination et les pays d'origine, ainsi que pour les individus, les familles et les communautés qui se pose aujourd'hui comme un défi majeur pour les décideurs à l'échelle africaine et mondiale. L'idée du pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière qui sera très bientôt formellement adopté à
Marrakech au Maroc les 10 et 11 décembre prochain va sûrement contribuer à une meilleure application des normes existantes
couvrant tous les aspects du phénomène de la migration et devrait constituer une opportunité de poursuivre le dialogue entre les Etats pour une migration sûre, ordonnée et régulière.
Pour finir en beauté cette 3ème rencontre, dans l'après-midi, le président de l'Assemblée nationale, SE. Ousseini Tinni a offert un dîner de gala au grand hôtel de Niamey aux participants. La soirée a été animée par le groupe Sohga, la troupe Mamatchi de Zongo et le groupe Algaïta.

Seini Seydou Zakaria(onep)

07/09/18

Politique

Au Conseil des ministres : Adoption de plusieurs projets de textes dont le projet de loi portant loi de finances pour l'…

Au Conseil des ministres : Adoption de plusieurs projets de textes dont le projet de loi portant loi de finances pour l'année budgétaire 2019, équilibré en recettes et en dépenses à 2.050,76 milliards de francs CFA

Le Conseil des Ministres s'est réuni, hier lundi 17 septembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projet...

A la Présidence de la République : Le Président de la République reçoit une délégation de la CAF

A la Présidence de la République : Le Président de la République reçoit une délégation de la CAF

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou s'est entretenu vendredi dernier avec une délégation de la Confédération Africaine de Football (CAF) conduite par le président de ladite institution, M. Ahmad Ahmad. A l'issue cette audience, le nouveau président de la CAF, a dit que la visite officielle auprès des Chefs d'Etats des pays africains est toujours une grande retrouvaille entre la CAF et ces Chefs d'Etats. ...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit plusieurs personnalités

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit plusieurs personnalités

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Issoufou Mahamadou, a accordé des audiences, hier à la présidence de la République. Pour la première audience, le Chef de l'Etat a reçu une délégation de la cour des comptes du Sénégal conduite par son Premier président, M. Mamadou Faye. La délégation sénégalaise est allée au palais pour présenter ses condoléances au Président de la République ainsi qu'aux membres de la cour des comptes du ...

Décès de Kofi Annan, ancien Secrétaire Général des Nations Unies : Le Premier ministre prend part aux obsèques à Accra

Décès de Kofi Annan, ancien Secrétaire Général des Nations Unies : Le Premier ministre prend part aux obsèques à Accra

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, Son Excellence Monsieur Brigi Rafini, a quitté Niamey hier après-midi, à destination d'Accra au Ghana. Dans la Capitale ghanéenne, SE. Brigi Rafini représente le Président de la République Issoufou Mahamadou aux obsèques de l'ancien Secrétaire Général des Nations Unies Kofi Annan.Le Premier ministre Brigi Rafini est accompagné dans ce déplacement, notamment de M. Mohamed Ibn Chambas, Représenta...

Conférence Régionale sur « l'impunité, l'accès à la Justice et les Droits de l'Homme dans le contexte de nouvelles menac…

Conférence Régionale sur « l'impunité, l'accès à la Justice et les Droits de l'Homme dans le contexte de nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel : Pour une Afrique prospère pacifique et dynamique sur la scène in

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a présidé, le lundi 10 septembre dernier, au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture des travaux de la Conférence régionale sur« l'impunité, l'accès à la Justice et les Droits de l'Homme dans le contexte de nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel ». Ces assises organisées par le Ministère de la Justice en partenariat avec les...

Conférence régionale sur l'impunité, l'accès à la justice et les droits humains dans le contexte de nouvelles menaces a …

Conférence régionale sur l'impunité, l'accès à la justice et les droits humains dans le contexte de nouvelles menaces a la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel: "Aucun criminel, aucun terroriste ne doit se sentir à l'abri dans notr

Monsieur le Premier Ministre,Monsieur le Vice-Président de l'Assemblée Nationale,Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions des pays représentés à la présente rencontre,Mesdames et Messieurs les Ministres,Mesdames et Messieurs les Députés Nationaux,Monsieur le Représentant Spécial du secrétaire Général des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Chef de UNOWAS,Madame la Représentante du Président de la Commission...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit la ministre des Affaires étrangères du Rwanda et les Command…

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit la ministre des Affaires étrangères du Rwanda et les Commandants entrant et sortant de la Force Conjointe G 5 Sahel

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a reçu en audience, samedi dernier, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Mme Louise Mushikiwabo. La cheffe de la diplomatie rwandaise, qui est candidate au poste du Secrétaire générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a entrepris une tournée internationale dans le cadre justement de cette candidature avant la tenue du XVIIème sommet ...

Cérémonie de décoration du Commandant sortant de la Force Conjointe G 5 Sahel: Le Général de Division Dacko Didier élevé…

Cérémonie de décoration du Commandant sortant de la Force Conjointe G 5 Sahel: Le Général de Division Dacko Didier élevé au grade de Commandeur dans l'ordre du mérite du Niger

C'est sous une fine pluie que le ministre de la Défense Nationale M. Kalla Moutari a présidé vendredi dernier, au Poste de Commandement du fuseau centre (qui concerne le Niger ; Burkina Faso et le Mali) de la Force Conjointe G5 Sahel, la cérémonie de décoration du Général de Division Dacko Didier, Commandant sortant de ladite Force. Après la revue des troupes, le ministre de la Défense qui est accompagné par le Chef d'Etat Major Général...

Congrès extraordinaire de l'Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP-Zaman Lahiya) : M. Moussa Hassane…

Congrès extraordinaire de l'Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP-Zaman Lahiya) : M. Moussa Hassane Barazé élu président du parti

La formation politique ''Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès'' (ANDP-Zaman Lahiya) a tenu samedi dernier dans la grande salle de l'Académie des Arts Martiaux de Niamey, un congrès extraordinaire électif en présence de 346 sur 529 délégués venus de toutes les régions du Niger et de la diaspora. Au total trois (3) candidatures ont été retenues par la commission permanente des candidatures et vérification des mandats. Il s...

Clôture de la 3ème conférence parlementaire sur la migration à Niamey : Des récommandations pertinentes sur la gestion d…

Clôture de la 3ème conférence parlementaire sur la migration à Niamey : Des récommandations pertinentes sur la gestion de la migration

Les travaux de la 3ème conférence parlementaire sur la migration, ont pris fin hier, à l'hémicycle de l'Assemblée nationale place de la concertation. Durant deux jours, les parlementaires venus de plusieurs pays d'Afrique ont mené la réflexion sur le thème: « Promouvoir une migration sûre, ordonnée et régulière : quel rôle pour le parlement y compris dans la mise en œuvre du pacte mondial y relatif ». Les parlementaires ont compris la n...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electric…

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electricité (NIGELEC) : Boukari Kané, une figure marquante de la NIGELEC

Il est incontestablement celui qui a posé les jalons de la Société Nigérienne de l'Electri...

lundi 10 septembre 2018

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 mi…

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 milliards FCFA injectés pour améliorer et étendre la fourniture d'électricité

Créée en septembre 1968, la Société Nigérienne d'Électricité (NIGELEC) succède à la Saféle...

lundi 10 septembre 2018

Diner de gala de la Nigelec : La société honore se…

Diner de gala de la Nigelec : La société honore ses anciens dirigeants, ses meilleurs agents et clients

A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la Société Nigérienne d'Electricité (Nigele...

lundi 10 septembre 2018

L'air du temps

Tous à la ceinture et au casque !

Tous à la ceinture et au casque !

C'est désormais officiel et c'est d'une grande rigueur : à partir du 1er octobre prochain,...

vendredi 14 septembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.