Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


Intervention-PRN-au-forum-de-ParisMesdames et Messieurs,
Permettez-moi de remercier le Président Emmanuel Macron pour avoir bien voulu honorer le Niger, en nous associant à la célébration du centenaire de l'armistice du 11 Novembre qui avait mis fin à la première guerre mondiale.
Permettez- moi également de saluer l'opportunité et la pertinence de l'organisation d'un forum sur la paix et la sécurité en marge de cet important évènement. En effet, on ne peut trouver meilleure occasion pour discuter d'un tel thème que cette première guerre totale de l'histoire dans laquelle les belligérants se sont affrontés avec des armes nouvelles, dans les airs, sur terre, sur et sous les mers. Les conséquences de cette guerre sur le plan humain (des millions de morts et de blessés), sur le plan matériel et sur le plan financier (ruine et endettement des belligérants) ont été catastrophiques avec à la clé le déclin de tous les belligérants. Comme d'autres guerres avant elles, cette guerre n'a pas amené l'humanité à comprendre et à conclure définitivement que la paix est généralement toujours plus avantageuse que la guerre. Je suis convaincu que même les progrès scientifiques et techniques que certains conflits ont pu permettre auraient été réalisés par l'humanité dans la paix comme beaucoup d'exemples le prouvent. Non seulement une telle leçon n'a pas été tirée mais une autre guerre en a été une des conséquences : la seconde guerre mondiale, conflit le plus meurtrier et le plus destructeur de l'histoire de l'humanité.
Mesdames et Messieurs,
La guerre, dit-on, est la poursuite de la politique (au sens large) par d'autres moyens. En effet, l'histoire de toutes les guerres confirme qu'elles ont toujours été entreprises pour des raisons politique, économique, sociale ou culturelle notamment religieuse. Or ces causes sont permanentes au sein des sociétés ou dans les relations internationales. Par conséquent, pour conjurer les guerres, il faut des institutions étatiques et internationales capables d'imposer la paix et d'assurer la sécurité. C'est certainement pour cette raison qu'à la fin du second conflit mondial, ont été mises en place l'Organisation des Nations-Unies et les institutions de Bretton Woods pour assurer la stabilité et la croissance économiques mondiales d'une part, la paix et la sécurité collectives d'autre part.
Aujourd'hui, nous faisons face à des situations nouvelles : en effet, depuis 1945, des nations nouvellement indépendantes sont nées, la guerre froide qui opposait deux supers-puissances est terminée depuis bientôt trente (30) ans, avec l'apparition de nouvelles puissances (y compris nucléaires) et de pays émergents, le monde est devenu plus multipolaire, le monde connaît une nouvelle révolution industrielle, celle des nouvelles technologies de l'information et de la communication, notre planète est de plus en plus menacée par les conséquences du changement climatique, le défi démographique et les phénomènes migratoires deviennent préoccupants, le conflit israélo-palestinien s'enlise chaque jour davantage, de nouveaux acteurs non étatiques apparaissent désormais dans les conflits qui deviennent de plus en plus asymétriques notamment dans le cas du terrorisme. Par ailleurs, depuis 1945, le monde est devenu plus riche mais les inégalités sont devenues plus fortes : inégalités plus fortes entre pays pauvres et pays riches qui, avec 16% de la population mondiale, disposent de 70% de la richesse mondiale ; inégalités plus fortes à l'intérieur des pays : en Afrique subsaharienne,prn-2 les 10% les plus riches possèdent 54% de la richesse nationale ; les 10% de la planète les plus riches possèderaient 83% de la richesse mondiale tandis que les 62 personnes les plus riches posséderaient l'équivalent du revenu des 3,6 milliards les plus pauvres. Il semble que pendant les 40 dernières années, les 1% les plus riches ont profité deux fois plus de la croissance des revenus que les 50% les plus pauvres. On note aussi que 11% de la population mondiale n'ont pas accès à l'eau potable, une personne sur 7 n'a pas accès à l'électricité, que 800 millions de personnes souffrent de sous-alimentation et que dans les pays pauvres, un enfant a une chance sur 6 de mourir avant l'âge de 5 ans contre une chance sur 165 dans les pays riches. Quand on ajoute à toutes ces statistiques les flux financiers illicites et les capitaux spéculatifs qui circulent dans le monde, nous sommes loin du monde juste et humain que nous voulons.
Mesdames et Messieurs,
Comme nous venons de le voir la situation internationale est devenue très complexe. En particulier tout doit être mis en œuvre pour éviter que la lutte contre le terrorisme soit perçue comme un choc entre civilisations. Huntington a écrit : « les grandes causes de division de l'humanité et les principales sources de conflits seront culturelles. Le choc des civilisations dominera la politique mondiale. Les lignes de fracture entre civilisations seront les lignes de front de l'avenir. ». J'espère qu'il n'en sera pas ainsi. Je fonde l'espoir que pour assurer la paix et la sécurité collectives, pour surmonter les défis qui se posent aujourd'hui à l'humanité, les institutions internationales mises en place en 1945 vont être réformées, sinon même refondées parce qu'elles ne sont plus adaptées aux réalités mondiales actuelles. Elles présentent, en effet, des faiblesses amplifiées, par ailleurs par le recul du multilatéralisme et le retour au protectionnisme. Au Sahel nous en faisons aujourd'hui les frais car, en dépit de la demande pressante des pays membres du G5-Sahel, nous n'arrivons pas à mobiliser la solidarité internationale en vue d'un soutien multilatéral durable à la force conjointe mise en place pour lutter contre le terrorisme et le crime organisé. Pourtant, c'est bien le Conseil de sécurité qui a pris la décision d'intervenir en Libye, ce qui a abouti non seulement à créer une situation de chaos dans ce pays mais aussi à amplifier toutes les menaces auxquelles le Sahel et le bassin du lac Tchad sont confrontés. Aussi, le présent forum sur la paix et la sécurité est-il la tribune idéale pour rappeler à la communauté internationale ses devoirs de solidarité vis-à-vis du Sahel dont les Etats investissent des ressources financières sans rapport avec leur capacité budgétaire pour assurer la paix et la sécurité, ce bien public mondial, face à des menaces sans frontière.
Mesdames et Messieurs,
Que le Sahel ne bénéficie pas pleinement de la solidarité internationale, cela n'est pas dû seulement au recul du multilatéralisme. En vérité, comme nous l'avons déjà dit, les Nations-Unies doivent être réformées. Plus précisément, afin de rendre la gouvernance politique mondiale plus démocratique, le Conseil de sécurité doit être élargi et les prérogatives de l'Assemblée générale renforcées. Le chaos créé en Libye me renforce dans cette conviction de la même façon que l'accroissement des inégalités dans le monde et le défi migratoire me renforcent dans la conviction que le monde a besoin d'une gouvernance économique plus juste. Cela implique la réforme des institutions de Bretton Woods, c'est-à-dire le FMI et la Banque mondiale, sans oublier l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC)
Mesdames et Messieurs,
Permettez-moi de renouveler mes chaleureuses félicitations au Président Emmanuel Macron pour la parfaite organisation de la célébration du centenaire de l'armistice du 11 Novembre mettant fin à la première guerre mondiale et la parfaite organisation du présent forum. Permettez-moi de rappeler que la science démontre et l'expérience historique confirme que la rivalité et la violence sont inscrites dans les gènes de l'homme. Par conséquent, il faut des institutions démocratiques fortes au niveau national comme au niveau international pour imposer la paix et la sécurité dans le monde. Permettez- moi enfin de finir ce plaidoyer par ce mot de Nelson Mandela : « personne ne pourra se reposer en paix tant que des gens seront courbés par le poids de la faim, des maladies, du manque d'éducation, et tant que des millions d'autres personnes à travers le monde vivront dans l'insécurité et la crainte quotidienne.»
Je vous remercie.
13/11/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou accompagné de la Première Dame Dr. Lalla Malika Issoufou, a pris part dimanche matin, 11 novembre 2018, à la commémoration du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale.
À l'invitation du Président de la République française SEM Emmanuel Macron, 98 délégations étrangères dont soixante-dix Chefs d'Etat et de Gouvernement ont assisté, dans la capitale française, à la commémoration du Centenaire de l'Armistice. Avant de se rendre à l'Arc de Triomphe, pour la cérémonie internationale du centenaire de la Première Guerre Mondiale, le couple présidentiel français a accueilli l'ensemble des chefs d'Etat et de Gouvernement et les dirigeants d'organisations internationales, au Palais de l'Elysée, le dimanche matin. A son arrivée à l'Elysée, le couple présidentiel a été accueilli, avec tous les honneurs, par Emmanuel et Brigitte Macron.
A la fin de la cérémonie d'accueil, SEM Emmanuel Macron et ses hôtes se sont rendu ensuite ensemble à la cérémonie de l'Arc de Triomphe. Le Président Macron a prononcé un discours d'une vingtaine de minutes, lors duquel il a insisté sur l'importance du multilatéralisme pour la paix. Il a, entre autres, remercié les nombreuses personnalités étrangères qui ont participé à ce «rassemblement de la fraternité retrouvée», insistant sur le «combat de la paix», «le combat d'un monde meilleur» et «l'amitié entre les peuples». A l'issue de la cérémonie du centenaire, ces différentes personnalités sont revenues au Palais de l'Elysée pour le déjeuner. Outre les dirigeants du monde entier et d'organisations internationales, les ministres, ambassadeurs et Chefs de délégation ont également participé à cette manifestation.
prn-2Quelques jours avant la cérémonie du centenaire de la fin de la Première guerre mondiale, le Chef de l'Etat français avait visité les lieux de bataille dans le Grand Est et les Hauts de France. Ainsi, suivant une «itinérance mémorielle» de six jours, Emmanuel Macron a traversé deux régions, onze départements et dix-sept villes. Samedi après-midi, 10 novembre 2018, le Président français et la Chancelière allemande Angela Merkel ont commémoré ensemble la signature de l'Armistice du 11 novembre, à la clairière de Rethondes, dans l'Oise. Cette convention, rappelle-t-on, a mis fin à la Première Guerre Mondiale qui a couté la vie à des millions de personnes. Les dirigeants français et allemand ont dévoilé une plaque commémorative et ont réaffirmé « la valeur de la réconciliation franco-allemande au service de la paix en Europe. » Réunis dans le wagon de l'Armistice, les deux dirigeants se sont placé côte à côte pour signer ensemble un livre d'or.
Dimanche après-midi, 11 novembre 2018, les Chefs d'Etat et de Gouvernement ainsi que les dirigeants des Organisations Internationales ont participé au Premier Forum de la Paix à la Grande Halle de La Villette (XIXe arrondissement de Paris).
Auparavant, dans la soirée du samedi 10 novembre, SEM Issoufou Mahamadou a pris part, en compagnie de la Première Dame Dr. Lalla Malika Issoufou, à un dîner officiel donné par le Président de la République française, SEM. Emmanuel Macron, et la Première Dame Brigitte Macron, au Musée d'Orsay. Les dirigeants du monde entier et d'organisations internationales,photo-de-famille ont également été conviés à ce dîner organisé dans le cadre de la commémoration du Centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale et du Forum de Paris sur la Paix, à la Grande Halle de La Villette, à Paris. Les agapes ont eu lieu dans l'ancienne salle de bal de l'hôtel de la gare d'Orsay, située à l'étage du musée. Avant de passer à table, les invités du couple présidentiel français ont visité l'exposition Picasso «Bleu et rose», inaugurée en septembre 2018.
Outre la Première Dame, Dr. Lalla Malika Issoufou, le Chef de l'Etat est accompagné, dans ce déplacement, de M. Ouhoumoudou Mahamadou, Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République ; M. Kalla Ankouraou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, et M. Kalla Moutari, Ministre de la Défense Nationale.

Abdourahmane Alilou AP/PRN
12/11/18



PAN-G5-SAHELLe président de l'Assemblée nationale, S.E Ousseini Tinni, poursuit son séjour de travail en terre nigériane où il assiste à la 41ème Conférence et à la 73ème Session de l'Union parlementaire africaine (UPA).
La journée du vendredi 9 novembre a été consacrée à l'adoption de plusieurs résolutions et recommandations ayant trait à l'économie, à la promotion de la scolarisation de la jeune fille, et à la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Ce dernier point a été marqué par un vibrant plaidoyer du président de l'Assemblée afin d'adopter une résolution visant à appeler les Nations Unies à inscrire les missions de la Force conjointe du G5 Sahel sous le Chapitre 7 de l'ONU. Un plaidoyer qui a été favorablement accueilli par l'ensemble des participants à la 73ème
session du comité.
Dans son plaidoyer, S.E Ousseini Tinni a expliqué que la solidarité internationale doit se matérialiser de façon plus poussée à travers un appui de l'ONU à la force du G5 Sahel qui lutte contre le terrorisme au Sahel. Le président de l'Assemblée nationale a dit que «Nous demandons une résolution en faveur d'une mutualisation internationale, c'est-à-dire que la lutte contre le terrorisme particulièrement en Afrique de l'Ouest, soit prise en charge par l'ONU sous le Chapitre 7 que vous connaissez». Il a ajouté que «il se trouve que cette recommandation qui fait la promotion auprès de toute la communauté internationale, rencontre certains problèmes au niveau de l'ONU. Donc nous demandons solennellement à l'assistance, à tous les pays membres de l'UPA, à tous les parlementaires de demander à ce que le financement international de la lutte contre le terrorisme particulièrement en ce qui concerne le G5 Sahel soit effectivement pris en charge au niveau de l'ONU à travers le Chapitre 7 ».
La commission a promis de prendre en compte ce plaidoyer du président de l'Assemblée nationale à travers une recommandation demandant à l'ONU de mettre la mission de la force conjointe du G5 Sahel sous chapitre 7. Ce vibrant plaidoyer du président de l'Assemblée nationale emboite le pas à l'appel incessant adressé par le Président de la
République, S.E Issoufou Mahamadou, afin que la force du G5 Sahel soit inscrite sous chapitre 7, gage de moyens de lutte adéquats susceptibles de donner de résultats plus probants. Une motion de soutien aux pays du G5 Sahel et aux autres pays victimes du terrorisme, a été adoptée par le comité, preuve si besoin est que la mobilisation du président de l'Assemblée nationale, et de la délégation nigérienne, a porté ses fruits.
Il faut noter que deux recommandations notamment pour la création d'un tribunal spécial en Afrique pour juger les cas de terrorisme, et sur la création d'un fonds africain de solidarité aux victimes du terrorisme, ont été adoptées par le comité.

Garé Amadou, AP/AN
12/11/18


pndsLa coordination régionale du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Tarayya) de Niamey a organisé, le samedi 10 novembre dernier à Niamey, un conseil fédéral extraordinaire mixte de lancement et de renouvellement des organisations de base et structures du parti. Ce conseil fédéral dont l'ouverture a été présidée par le coordonnateur régional PNDS Niamey, M. Karidio Mahamadou, a débouché sur la mise en place de nouveaux bureaux de l'Organisation des femmes Tarayya (OFT), de l'Organisation des jeunes Tarayya (OJT) et la désignation de la nouvelle présidente des Roses. Et ce sont Mme Diarra Fatimata Ly ; M. Souleymane Radja et Mme Fati Djibo qui ont été élus respectivement présidents de l'OFT, de l'OJT et des ''Roses''.

C'est dans une salle de conférence archicomble du siège national de PNDS sis au quartier cinéma Zabarkan que se sont déroulés les travaux en présence de plusieurs membres du bureau fédéral du parti, du président fédéral de Niamey, Elh Samaïla Haïtimi Maï Aya et de plusieurs invités. Dans son mot de bienvenue, le président fédéral Pnds –Niamey, s'est félicité de l'organisation de ces assises qui, témoignent de la vitalité de leur parti. Elh Samaïla Haïtimi Maï Aya a réitéré leur soutien au programme de la Renaissance et au Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou. Il a rendu hommage aux responsables nationaux du Pnds pour leur leadership dans la conduite du parti.
Procédant à l'ouverture des assises, le coordonnateur régional Pnds Niamey, M. Karidio Mahamadou a demandé à l'assistance d'observer une minute de silence à la mémoire des militants disparus. Il a également demandé un ''standing ovation'' pour le Président de la République pour les multiples réalisations au profit de la région –capitale Niamey. M. Karidio Mahamadou a, par la suite, mis en garde leurs militants contre un certain nombre de comportements à éviter. « Nous nous sommes toujours insurgés contre tout comportement tendant à diviser le parti. Tous les partis qui ont adopté le clanisme dans leur sein ont volé en éclat. Notre objectif est de gagner, de gagner toujours » a déclaré le coordonnateur régional avant d'appeler les participants à travailler dans la cohésion et le respect pour mettre en place des structures consensuelles.
Après une suspension de quelques minutes, les travaux ont repris avec la vérification des mandats des délégués puis, la présentation des bilans par les anciens bureaux de l'OFT et de l'OJT. Les responsables desdites structures ont tous mis en avant la réussite des réalisations du programme de renaissance, leur participation au combat politique et l'adhésion de nouveaux militants convaincus par les actions du Pnds au pouvoir. Les bilans présentés ont été adoptés par acclamation et les travaux ont continué avec la présentation des nouveaux bureaux mis en place par consensus. C'est ainsi que Mme Diarra Fatimata Ly a été reconduite à la tête de l'OFT-Niamey avec 7 Vice-présidentes. Mme Dan Dobi Hassana Boubacar est Secrétaire générale de l'OFT-Niamey. En tout, le bureau fédéral OFT-Niamey est composé de 118 membres avec 16 conseillères. Quant aux ''Roses'' du parti, elles ont pour présidente Fati Djibo et Ramatou Saybou est Secrétaire générale des ''Roses''.
Pour ce qui est l'Organisation des Jeunes Tarayya (OJT), elle est désormais présidée par M. Souleymane Radja assisté de plusieurs Vice-présidents. Moctar Karidjo est Secrétaire général. Le nouveau président de l'OJT a fait ses études primaires et secondaires à Niamey. Après l'obtention du Bac A8 au LFA de Niamey en 2003, il part poursuivre ses études supérieures à l'Université du Québec à Montréal (Canada) où il sort en 2008 avec une maîtrise en Géographie, option Développement international. Il effectua plusieurs stages de perfectionnement au Canada avant de rentrer au pays en 2011 où il effectua son service civique national au Secrétariat de l'Initiative 3N à la Présidence de la République.
Au plan politique Souleymane Radja a occupé, en 2012, le poste de trésorier général du District n°1 de la sous section Lazaret centre 2 et celui de 2ème Vice-président de la sous section OJT Lazaret centre 2. En 2015, il a occupé le poste de 2ème Secrétaire général de l'OJT Commune 2 à la faveur de l'ouverture des bureaux sollicitée par le Comité exécutif national du Parti. C'est dans la même logique que la section OJT Commune 2 a unanimement porté son choix sur la candidature de Souleymane Radja à la présidence de la fédération OJT-Niamey. Un choix qui a finalement convaincu toutes les sections de Niamey. C'est pourquoi, dans son intervention à l'issue de ses assises, le nouveau président de l'OJT-Niamey a dit mesurer le poids de la confiance placée en lui. Il s'est engagé, à travailler pour perpétuer les idéaux du parti tels que transmis à eux, par leurs aînés. M. Souleymane Radja a, en particulier, demandé à ses camarades de l'OJT, de redoubler d'engagement pour notamment pousser leur parti à de nouvelles victoires lors des futures échéances électorales.

Siradji Sanda(onep)
12/11/18


PHOTO-FAMILLE-UPALe Président de la République fédérale du Nigeria, SEM. Muhamadu Buhari, a procédé hier 8 novembre à l'ouverture de la 41ème conférence de l'Union parlementaire africaine, dans la salle de conférence du parlement de la CEDEAO à Abuja au Nigeria. Les parlementaires vont réfléchir pendant deux jours afin de faire des recommandations sur la question de la sécurité et de la lutte contre le terrorisme, ainsi que sur les aspects liés à la dynamisation et au renforcement de l'économie continentale. Le Président de l'Assemblée nationale et sa délégation étaient pleinement partie prenante des réflexions.
La cérémonie a été marquée par le discours du Président du Nigeria, Muhamadu Buhari qui a exhorté les pays africains à relever les grands défis du moment à travers des partenariats économiques bénéfiques pour le continent. Le Président nigérian a mis en exergue les relations de plus en plus croissantes entre le continent africain et la République populaire de Chine, ainsi que la nécessité pour les pays du continent d'unir les forces pour combattre le terrorisme qui sévit actuellement en Afrique.
Quand au Président de l'UPA, SEM. Cipriano Cassama, il a mis en exergue le rôle prépondérant qu'entendent continuer à jouer les parlementaires africains concernant la gestion de plusieurs questions épineuses que le continent doit résoudre. Il a rappelé les actions déjà menées par l'UPA afin d'apporter sa pierre à l'édifice de construction du continent. Dans le bilan que celui-ci a présenté, toutes les réunions et sessions de l'UPA, ainsi que la situation des finances de l'institution, ont été présentées aux participants.
Lors de ces assises, les parlementaires du continent ont mené plusieurs activités, à savoir la présentation du rapport du Président du comité exécutif, le rapport d'activités du secrétaire général, le rapport du comité des femmes parlementaires, les discussions sur le rôle des parlements dans la lutte contre le terrorisme, les bandes armées et le crime organisé en Afrique, et sur la promotion des investissements privés en tant que facteurs majeurs du développement économique en Afrique.
Lors de leurs travaux, les parlementaires africains vont procéder également à l'élection des membres du comité exécutif et de son bureau (1 président, 3 vice-présidents et un Rapporteur), ainsi qu'à la nomination du nouveau secrétaire général. Il faut rappeler que c'est notre compatriote Idi Gado Boubacar qui a été élu nouveau secrétaire général de l'UPA. La conférence va ainsi procéder à la nomination du nouvel élu conformément aux textes qui régissent l'Union parlementaire africaine.
Garé Amadou,
AP/AN
09/11/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, est arrivé hier après-midi, à Paris, en France, où il participera à la commémoration du Centenaire de l'Armistice Première Guerre Mondiale et au Forum de Paris sur la Paix.
Le Chef de l'Etat est accompagné, dans ce déplacement, de M. Ouhoumoudou Mahamadou, ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Kalla Ankouraou, ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur et M. Kalla Moutari, ministre de la Défense Nationale.
Il faut rappeler qu'à son départ de Niamey dans la matinée, le Chef de l'Etat a été salué par les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique, ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires avant d'être accompagné au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini.
Onep
08/11/18



PAN-UPALe Président de l'Assemblée nationale SE. Ousseini Tinni séjourne depuis lundi dernier à Abuja, capitale fédérale du Nigeria où il prend part aux travaux de la 41ème conférence de l'Union parlementaire africaine (UPA) ainsi qu'à l'ouverture de la 2ème session annuelle Parlement de la session.
Onep
07/11/18



prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou a accordé hier, trois audiences. C'est ainsi qu'il s'est successivement entretenu avec les ambassadeurs des Etats Unis d'Amérique au Niger SE Eric Whitaker, du Royaume d'Arabie Saoudite SE. Turki Ben Naj Abdoulkadir Al Ali et du Royaume du Maroc au Niger SE Allal El Achab.
A l'issue de la première audience (accordée à l'ambassadeur des USA), SE Eric Whitaker a déclaré avoir échangé avec le Chef de l'Etat sur deux points essentiels à savoir d'une part, les conclusions du rapport relatif à l'assassinat de quatre (4) soldats américains et de quatre (4) soldats nigériens dans l'embuscade tendue par des éléments terroristes le 4 Octobre 2017 à Tango Tango, une localité située dans la région de Tillabéry et d'autre part, le soutien du Gouvernement des Etats Unis d'Amérique à la Force conjointe du G5 Sahel. S'agissant du premier point SE Eric Whitaker a indiqué qu'une réunion de briefing sur le rapport s'est tenue à Niamey sous l'égide d'AFRICOM US. L'objectif dudit rapport est de tirer les leçons de ces événements et prendre des dispositions pour que des telles situations ne se reproduisent plus.

Concernant le second point, le diplomate américain a indiqué avoir profité de cette occasion pour réaffirmer l'engagement du Gouvernement des Etats Unis d'Amérique à soutenir la force conjointe du G5 Sahel en tant qu'organisation africaine créée pour répondre aux défis transnationaux en matière de sécurité, d'aide humanitaire et de développement dans une approche globale. SE Eric Whitaker a précisé que le Gouvernement américain apportera comme d'habitude une assistance directe aux pays du G5 Sahel. Ces appuis touchent les domaines de la formation ; de l'équipement et de conseils. Le but est de renforcer les capacités des Institutions chargées de la sécurité afin qu'elles puissent être opérationnelles au sein de la force conjointe du G5 Sahel. Cette audience s'est déroulée en présence du Chef d'Etat-major des Armées le général de Corps d'Armée Ahmed Mohamed.

audience-1Quant à l'Ambassadeur du Royaume d'Arabie Saoudite, il a indiqué avoir échangé avec le Président de la République sur les questions de coopération qui existent entre les deux pays. «J'ai profité de cette occasion pour transmettre au Chef de l'Etat les salutations du Serviteur des deux Saintes Mosquées et du Prince héritier. La République du Niger et le Royaume d'Arabie Saoudite sont liés par des relations d'amitié et de coopération. Donc, il est important de venir voir le Chef de l'Etat pour échanger sur ces relations afin de rechercher des voies et moyens permettant de les renforcer davantage», a relevé SE Turki Ben Naj Abdoulkadir Al Alia à l'issue de l'entretien. Le diplomate saoudien a, en outre, confié que le Président de la République l'a chargé de transmettre aussi ses sincères salutations et vœux de santé et de prospérité au Serviteur des deux saintes Mosquées et au Prince héritier. «Le Président Issoufou Mahamadou a exprimé sa disponibilité à travailler pour le renforcement des relations entre nos deux pays », a-t-il déclaré.
La dernière audience a été accordée à l'ambassadeur du Royaume du Maroc au Niger SE Allal El Achab. A sa sortie d'audience, le diplomate marocain a confié que sa rencontre avec le Chef de l'État s'inscrit dans le cadre du dialogue et des concertations permanentes qui existent entre son pays et le Niger, dans le domaine de la coopération bilatéraleaudience-2, mais aussi sur des questions régionales, continentales et internationales. SE. Allal El Achab a rappelé lors que du sommet Africain qui s'est tenu à Marrakech en 2016, en marge de la COP22, le Niger à travers la personne du Président de la République, a été désigné pour présider la Commission Climat pour la Région Sahel. « Au cours de l'année 2018, plusieurs réunions se sont tenues ici à Niamey auxquelles le Maroc a participé activement. Ces réunions se sont tenues en prélude de la réunion des Chefs d'États qui se tiendra Incha Allah, dans les prochains mois à Niamey», a-t-il dit.
L'ambassadeur du Maroc a souligné que cette dynamique sera continuelle à travers la mutualisation et la conjugaison des efforts pour la Région du Sahel en vue de répondre efficacement aux enjeux du changement climatique et pour la concrétisation des objectives et ambitions pour le développement durable et inclusif de la région. « Le Maroc grâce à l'engagement personnel de Sa Majesté le Roi Mohamed VI apportera son soutien et son expertise pour la réussite de ce grand rendez-vous pour la région et pour le continent», a conclu le diplomate marocain.

Ali Maman (onep)
06/11/18


assembleeLes travaux de la 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018 dite session budgétaire de l'Assemblée nationale se poursuivent à l'hémicycle, place de la concertation. Les députés nationaux ont consacré la journée du samedi dernier à une séance de questions d'actualité avec l'interpellation du ministre d'Etat en charge l'Intérieur et de la Sécurité Publique, M. Bazoum Mohamed ; des ministres Amina Moumouni, en charge de l'énergie ; Massoudou Hassoumi en charge des Finances et Kassoum Moctar en charge de la Jeunesse et des Sports. Les travaux de la séance ont été présidés par SE. Ousseini Tinni, président de ladite institution en présence du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

A l'ouverture de la séance, le président de l'Assemblée nationale a demandé au Secrétaire parlementaire de lire, pour rappeler aux élus nationaux, les dispositions du règlement intérieur qui encadrent le mode de contrôle de l'action gouvernementale. Il en ressort que, les questions d'actualités sont organisées deux samedis sur quatre au cours desquelles, les députés nationaux interpellent des membres du gouvernement pour être éclairés de l'action gouvernementale. Ces questions sont précises et concises avec un caractère spontané et ne sont ni déposées au préalable, ni publiées au journal officiel.
La première question de la journée du samedi 3 novembre 2018 a été adressée au ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la
Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed par le député Soumana Hassane sur la situation d'insécurité dans la région de Tillabéri se traduisant par plusieurs sortes d'actes de criminalité.
Dans son intervention, le ministre en charge de la Sécurité publique a reconnu la persistance de l'insécurité dans certaines zones de la région, mais précise-t-il, la situation est sous contrôle. « Il ya dix (10) jours, je vous en ai informé que la situation est sous contrôle. A la date actuelle, les agissements ont même cessé. Depuis une semaine, nous avons déployé de nombreuses forces qui mènent des opérations salvatrices de protection des citoyens et de leurs biens », a expliqué M. Bazoum Mohamed.
La deuxième question a été posée par le député Bachir Abdoul Aziz Sidi à la ministre de l'Energie, Mme Amina Moumouni, sur la fourniture d'énergie dans la région d'Agadez marquée par des difficultés. Le député a voulu savoir sur les mesures que le gouvernement envisage de prendre pour trouver des solutions à la préoccupation posée.
Dans sa réponse au parlementaire, la ministre Amina Moumouni a apporté des éléments de réponse sur les efforts fournis par le gouvernement pour satisfaire les populations en matière d'énergie. La ministre a rappelé que la ville d'Arlit n'a pas de réserves froides. « Nous avons pu solliciter les sociétés minières pour que la NIGELEC puisse s'approvisionner en énergie électrique. Une convention a été signée de fourniture de deux (2) mégawatt pour la SOMAÏR et la COMINAK. C'est une solution immédiate en cas de besoin. Ceci pourra permettre à la NIGELEC et à la SONICHAR de faire face aux besoins des autres localités, comme Agadez et les délestages seront moins importants », a-t-elle expliqué.
La troisième question d'actualité, posée par le député Mamane Djibo au ministre des Finances, concerne le débat dans le milieu des commerçants sur l'importation et l'exportation de certains produits de consommation dont, il est demandé aux opérateurs économiques d'effectuer le dédouanement dans les régions de destination des marchandises. Le député porteur de la question souhaite des éclaircissements sur cette situation.
En réponse à la question du parlementaire, le ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi, a indiqué que, cette situation a duré. Il ressort que si les commerçants importent des produits, ils doivent les dédouaner là où, ils vont les vendre. « Le dédouanement doit se faire dans le bureau de douane de la région où le produit est écoulé. C'est un principe général. Cette note circulaire existe depuis longtemps. Mais il y a une demande forte de certaines régions, en particulier depuis un an les commerçants nous demandaient de sursoir et nous avons refusé. C'est un principe qu'il faut respecter », a-t-il catégoriquement répliqué.
Enfin, la quatrième question, elle a été posée par le député Adourahmane Oumarou au ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum, relativement à la situation des primes de match des footballeurs de l'équipe national du Niger ''Mena'' qui, selon le député, n'ont pas encore été payées jusqu'à la date de cette interpellation.
En répondant à la question, le ministre en charge des Sports a démenti l'accusation. Selon lui, toutes les primes ont été payées sur instruction du Président de la République, Chef de l'Etat. « De 2016 à la date actuelle, plus de trois milliards ont été investis pour financer le domaine des sports au Niger. Donc, ce ne sont que des rumeurs véhiculées qui font savoir que les primes des joueurs n'ont pas été perçues par les intéressés. Ils ont tous été mis dans leurs droits », a-t-il affirmé.

Seini Seydou Zakaria (onep)
05/11/18


conseil-02-1Le Conseil des Ministres s'est réuni ce jour,vendredi 02 novembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres.
Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

I. AU TITRE DU CABINET DU PREMIER MINISTRE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant affectation des ressources du Fonds d'Investissement pour le Développement au financement du Programme de mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Transition vers la Télévision Numérique Terrestre au Niger au titre de l'exercice 2018.
La loi n° 2018-47 du 12 juillet 2018, portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste, prévoit en son article 44 que 45% du montant des ressources ordinaires du budget de l'ARCEP de l'exercice en cours soient versées dans un compte spécifique à la banque Centrale pour alimenter le Fonds d'Investissement pour le Développement.
Aussi, l'article 45 de la même loi dispose que « chaque année, les modalités de l'utilisation des ressources versées au compte spécifique ouvert dans les livres de la Banque Centrale, pour le compte du Fonds d'Investissement pour le Développement sont fixées par décret pris en Conseil des Ministres sur proposition du Premier Ministre pour le compte de l'année suivante ».
Le présent projet de décret intervient pour satisfaire cette exigence, en affectant des ressources du Fonds d'Investissement pour le Développement au titre de l'exercice 2018, au financement du Programme de mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Transition vers la Télévision Numérique Terrestre au Niger.
II. AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant modalités d'application de la loi n° 2018-40 du 05 juin 2018, portant régime des Contrats de Partenariat Public Privé.
La loi n° 2018-40, portant régime des Contrats de Partenariat Public Privé a été adoptée le 05 juin 2018 dans l'objectif de promouvoir les investissements privés et l'amélioration du climat des affaires au Niger.
En effet, le partenariat public-privé est un outil innovant de financement des projets de développement qui offre des avantages en termes d'exonérations fiscales et de la protection des investissements privés.
Le présent projet de décret a pour objet de fixer les modalités d'application des dispositions des articles 2, 4, 29, 53 et 54 de la loi n° 2018-40 du 05 juin 2018 susvisée.
Il précise entre autres, les seuils des contrats pouvant être passés en Partenariat Public Privé, les conditions dans les lesquelles il peut être procédé à un appel d'offres restreint et institue les évaluations et les audits des Contrats par ladite structure.

III. AU TITRE DU MINISTERE des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

3.1. Projet de loi portant abrogation de la loi n° 2014-30 du 04 juin 2014 autorisant la ratification de la Convention Cadre de crédit n° EXIMNIG001, signée le 30 septembre 2013 à Beijing (République Populaire de Chine), entre le Gouvernement de la République du Niger et la Banque Export-Import de Chine (EXIM-BANK) d'un montant d'un milliard de dollars américains (1 000 000 000 $ US), soit l'équivalent de quatre cent quatre-vingt milliards (480 000 000 000) de francs CFA, relative au financement de divers Projets au Niger.
Le 30 septembre 2013, a été signée, à Beijing (République Populaire de Chine), entre le Gouvernement de la République du Niger et la Banque Export- Import de Chine (EXIM-BANK), une Convention cadre de crédit d'un montant d'un milliard de dollars américains (1 000 000 000$ US) soit l'équivalent de quatre cent quatre-vingt milliards (480 000 000 000) de francs CFA, pour le financement d'un certain nombre d'actions gouvernementales prioritaires.
Cette Convention a été ratifiée par Lettres n°000024/PRN du 16 juin 2014 et sa publication au Journal Officiel de la République du Niger a été autorisée par décret n° 2014-547/PRN/MAE/C/IA/NE du 10 septembre 2014.
Cependant, la Convention n'a pu entrer en vigueur puisque des conditions cumulatives, notamment la signature d'un contrat de vente de brut à l'opérateur chinois et d'une convention portant projets prioritaires à être financés, n'ont pas été remplies.
Le présent projet de loi a pour objet d'abroger la loi autorisant la ratification de ladite Convention cadre d'accords parties.
Il sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.
3.2. Projet de loi autorisant la ratification de l'Accord cadre n°NER-1019 d'un montant équivalent à trente millions de dollars américains (30.000.000 USD), signé le 24 juin 2018 à Riyad (Arabie Saoudite), entre la République du Niger et la Banque Islamique de Développement (BID), pour le financement du projet d'électrification rurale par voie solaire décentralisée en République du Niger.
L'objectif global de l'Accord objet du présent projet de loi de ratification est de renforcer le système de production et de distribution d'énergie électrique dans 14 villages de la région de Dosso et 13 autres de la région de Tahoua.
Le projet vise notamment l'installation de trois (03) centrales solaires d'une capacité totale de 9,3 MWc, d'un réseau de distribution comprenant environ 144 kilomètres de lignes MT et 122 kilomètres de lignes BT, des transformateurs de distribution d'une capacité totale de huit (08) MVA et d'une connexion client à l'aide de compteurs prépayés.
Le coût total du projet est estimé à trente deux millions trente mille dollars américains (32 030 000 USD), composés de trente millions consentis par la Banque à titre de prêt et deux millions trente mille pris en charge par le Gouvernement du Niger au titre de sa contribution à la réalisation du Projet.
Cet Accord entre dans la catégorie des instruments juridiques internationaux dont la ratification nécessite l'adoption préalable d'une loi d'autorisation, conformément à l'article 169 de la Constitution du 25 novembre 2010.
Le présent projet de loi, élaboré à ce titre, sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

IV. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de loi modifiant et complétant la loi n° 61-27 du 15 juillet 1961, portant institution du Code Pénal.
Le présent projet de loi a pour objet d'élargir l'éventail des moyens de lutte du Niger contre le groupe terroriste Boko Haram, en donnant en outre de l'option militaire, la possibilité de réintégration, sans poursuite pénale préalable, de tous les éléments dudit groupe qui font acte de reddition volontaire. Cependant, pour qu'il en soit ainsi, les bénéficiaires ne doivent pas être directement impliqués dans la conception et l'organisation d'actes terroristes d'une part et des indices probants de culpabilité pour génocide, crime de guerre et crime contre l'humanité ne doivent pas être relevés à leur encontre d'autre part.
L'objectif de cette modification du code pénal, est de créer le cadre juridique permettant la réhabilitation et la réinsertion de ces repentis dans le tissu économique et social.
Par ailleurs, le présent projet de loi consacre le droit à l'indemnisation des victimes des actes terroristes dans les conditions fixées par décret pris en Conseil des Ministres.
Le présent projet de loi sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

V. AU TITRE DU MINISTERE DU COMMERCE ET DE LA PROMOTION DU SECTEUR PRIVE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant modalités d'application de la loi n° 2015-24 du 11 mai 2015, déterminant les principes fondamentaux de la protection des consommateurs au Niger.
La loi n° 2015-24 du 11 mai 2015 a fixé les principes fondamentaux régissant le droit de la consommation dans notre pays.
Le présent projet de décret définit les règles découlant de ces principes et vise notamment les objectifs suivants :
- offrir au consommateur nigérien une sécurité optimale sur les biens et services produits localement ou importés ;
- offrir au consommateur une information fiable sur les biens et services pour lui permettre de faire un choix éclairé, avec la possibilité de se rétracter ;
- protéger le consommateur contre les comportements déloyaux des commerçants pouvant lui porter préjudice ;
- renforcer les pouvoirs de constatations et de sanction des autorités administratives et judiciaires pour mieux protéger les droits des consommateurs.

Il fixe par ailleurs, la composition, les attributions et les modalités de fonctionnement de la Commission Nationale pour la Protection des Consommateurs (CNPC), instituée par la loi.

VI. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

6.1. Projet de décret portant création d'un Etablissement Public à caractère Administratif dénommé «Hôpital de l'Amitié Niger-Turquie».
Dans le cadre de la coopération avec la République de Turquie, le Niger a obtenu la construction d'un Hôpital d'une capacité de quarante quatre lits avec des équipements de pointe.
Cet hôpital dédié à la prise en charge des affections de la mère et de l'enfant, permettra de décongestionner la Maternité Issaka Gazoby.
Il sera géré conjointement par les parties nigérienne et turque, conformément au protocole d'accord relatif à l'ouverture, l'exploitation conjointe et le transfert de l'hôpital de l'Amitié Niger-Turquie signé le 20 avril 2018 à Istanbul.

Il a principalement pour mission de :
- servir de centre de référence aux services de gynéco obstétrique et de pédiatrie des formations sanitaires de 2ème niveau ;
- assurer les prestations gynécologiques et pédiatriques de 3ème niveau ;
- assurer les diagnostics santé anténatals.

6.2. Projet de décret portant création d'un Etablissement Public à caractère Administratif dénommé «Hôpital de Référence de Maradi».
Les progrès rapides et constants enregistrés dans le domaine de la médecine, imposent aujourd'hui au Ministère de la santé Publique d'étendre et d'améliorer la qualité de l'offre de soins spécialisés de troisième niveau.
C'est dans cet esprit et conformément au Plan de Développement Sanitaire (PDS) 2017-2021, que le Ministère de la Santé Publique se donne pour ambition de créer toutes les conditions pour une meilleure prise en charge sanitaire, par l'augmentation du nombre d'infrastructures hospitalières de leur capacité d'accueil et un rehaussement du plateau technique, tout en diminuant le coût des évacuations sanitaires. La création de l'hôpital de Référence de Maradi qui vient s'ajouter à l'hôpital Général de Référence de Niamey procède de cette démarche.

Les principales missions assignées à cet hôpital sont de :
- servir de centre de référence aux autres formations sanitaires ;
- dispenser des soins principalement tertiaires aux malades internes et externes ;
- contribuer à l'enseignement en matière de santé à tous les niveaux de formation ;
- contribuer à la recherche dans tous les domaines de santé ;
- concourir aux actions de médecine préventive.

VII. AU TITRE DU MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS ET TECHNIQUES.
7.1. Projet de décret portant modalités d'organisation des enseignements et des formations du secteur de l'Enseignement et de la Formation Techniques et Professionnels.
L'enseignement et la formation techniques et professionnels constituent un véritable carrefour de tous les secteurs de l'économie, impliquant, de ce fait, plusieurs acteurs et partenaires dont les initiatives et les interventions doivent être réglementées pour assurer la cohérence, l'harmonie et l'efficacité du secteur. En effet, ce secteur constitue un véritable levier de développement dans nos pays, en particulier au Niger où la question de l'employabilité des jeunes se pose avec acuité.
Le présent projet de décret pris dans le respect des principes fondamentaux de l'enseignement et de la formation professionnels et techniques fixés par la loi n° 2015-22 du 23 avril 2015 vise, entre autres, à :

- déterminer l'ancrage de la gouvernance et du pilotage de l'EFTP ;
- définir les différents niveaux d'enseignement et de formation et les dispositifs qui les accueillent ;
- préciser les différents modes de la formation initiale ;
- préciser les modes de gestion des établissements et centres d'EFTP, en leur conférant, dans certains cas, une relative autonomie dans leur gestion ;
- permettre le recours à toute personne compétente du public et/ou du privé, pour assurer des missions de formation ou d'encadrement dans le cadre d'une vacation ;
- permettre une meilleure employabilité des jeunes et une satisfaction de la demande économique par la diversification des choix pédagogiques.

7.2. Projet de décret portant institution des certifications professionnelles et déterminant les modalités d'organisation de l'évaluation et de la sanction des formations.
Les certifications professionnelles désignent toutes les formes d'évaluation et de validation attestant de la compétence d'une personne à réaliser une activité professionnelle.
Le présent projet de décret pris en application de la loi n° 2015-22 du 23 avril 2015, déterminant les principes fondamentaux de l'enseignement et de la formation professionnels, crée les certifications professionnelles à savoir :
- les titres de reconnaissance de compétences et de qualifications professionnelles ;
- les diplômes professionnels de base et de niveau moyen.
L'adoption du présent projet de décret vise à terme à instituer :
- un système de reconnaissance et de valorisation des compétences professionnelles, notamment du secteur informel ;
- une lisibilité des compétences nationales et la garantie de la mobilité de la main d'œuvre et des apprenants nigériens ;
- une perméabilité du système de l'enseignement et de la formation technique et professionnels à travers les passerelles entre les diplômes de base et de niveau moyen et les titres de reconnaissance de compétences et de qualifications professionnelles ;
- un système d'évaluation formative et certificative cohérent.

7.3. Projet de décret portant création, missions, organisation et modalités de fonctionnement du Cadre National de Certification des Compétences Professionnelles.
Le cadre national de certification des compétences professionnelles est un instrument de classification des certifications professionnelles en fonction d'un ensemble de critères correspondant à des niveaux déterminés d'éducation et de formation. Il contribue notamment à l'accompagnement de l'évolution des systèmes de l'enseignement et de la formation techniques et professionnels et à l'établissement de la lisibilité et de la transparence des qualifications.
Le présent projet de décret, pris en application des articles 26 et 27 de la loi n° 2015-22 du 23 avril 2015, déterminant les principes fondamentaux de l'enseignement et de la formation professionnels et techniques, vise entre autres ;
- à améliorer la gouvernance des certifications professionnelles à travers la création d'un cadre national de certification des compétences professionnelles qui regroupe les ministères certificateurs et tous les autres intervenants dans les certifications professionnelles ;
- à créer une base nationale de données sur la certification des compétences professionnelles reconnues par l'Etat ;
- à mettre à jour les certifications professionnelles.

7.4. Projet de décret portant modalités d'organisation de l'Apprentissage.
L'apprentissage est un mode de formation professionnelle ayant pour but l'acquisition d'une qualification professionnelle initiale reconnue, permettant l'exercice d'un métier dans les divers secteurs de l'activité économique liés à la production de biens et services.
L'acquisition de cette qualification se fait par l'exécution pratique et progressive des différentes opérations liées à l'exercice du métier considéré et par une formation théorique et technologique complémentaire dispensée dans les structures de formation agréées par le ministère en charge de la formation professionnelle.
Le présent projet de décret vise à permettre le développement d'un apprentissage qui offre l'accès à la fois à une éducation ciblée sur une carrière et centrée sur les compétences et les aptitudes qui rendent l'individu capable de vivre dans différents contextes en mutation, d'agir efficacement et de s'adapter aux mutations professionnelles, le tout dans une gestion de partenariat public privé.

7.5. Projet de décret portant modalités d'organisation de l'Information, de l'Orientation, de l'Accompagnement et de l'Insertion Professionnels.
Le droit au conseil en orientation et à l'information sur les enseignements et les formations, sur l'obtention d'une qualification professionnelle, ainsi que sur les débouchés et les perspectives professionnelles fait partie intégrante du droit à l'éducation et à la formation.
En effet, une bonne gouvernance des activités de l'information de l'orientation et de l'insertion professionnelle contribue à l'efficience des systèmes de formation et du marché du travail et éventuellement à un meilleur retour sur les investissements consentis par l'Etat au secteur de l'éducation et de la formation.
Le présent projet de décret a pour objet d'encadrer ce pan important de l'Enseignement et de la Formation Techniques et Professionnels.

VIII. AU TITRE DU MINISTERE DE L'industrie.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

8.1. Projet de loi déterminant les infractions et sanctions en matière de métrologie au Niger.
Les activités de métrologie sont régies au niveau de l'espace de l'Union Economique et Monétaire Ouest Africain (UEMOA) par le règlement N°08/2014/CM/UEMOA instituant un système harmonisé de métrologie dans les Etats membres.
Les articles 17 et 18 dudit règlement stipulent que chaque Etat membre définit les infractions et fixe les sanctions réprimant les infractions en matière de métrologie.
Le présent projet de loi est pris pour satisfaire cette exigence. Il sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

8.2. Projet de décret accordant le bénéfice des avantages du régime conventionnel du Code des Investissements à la société « DANGOTE CEMENT NIGER SA » pour son activité de production de Ciment à Keita-Tahoua.
Dans le souci d'atteindre son objectif de rehausser le taux de croissance économique, le Gouvernement a initié des réformes structurelles catalyseurs. C'est ainsi que la loi n° 2014-09, portant Code des Investissements a été adoptée le 16 avril 2014, dans le but de favoriser le développement d'activités socioéconomiques, en stimulant l'investissement privé.
C'est conformément aux dispositions de cette loi que la Société DANGOTE CEMENT NIGER SA sollicite le bénéfice des avantages du régime conventionnel du Code des Investissements dans le cadre de son projet de construction d'une cimenterie intégrée pour la production de ciment gris à Keita.
Le projet comprend une usine d'une capacité de 3 000 TPD clinker, capable de produire 4 500 tonnes de ciment gris par jour et une centrale thermique à charbon de 25 MW, pour suppléer l'indisponibilité de puissance suffisante en énergie électrique.
La Société DANGOTE CEMENT NIGER SA investira en cas d'octroi de l'agrément, cent soixante dix-neuf milliards cent cinquante deux millions sept cent seize mille six cent soixante dix francs CFA (179 152 716 670 FCFA ), hors taxes, hors fonds de roulement et à créera sept cent cinquante (750) emplois permanents.

IX. AU TITRE DES SERVICES DU MINISTRE PORTE-PAROLE DU GOUVERNEMENT.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant organisation des services du Ministre Porte-parole du Gouvernement.
Le remaniement du Gouvernement intervenu le 12 juin 2018 a consacré la création d'un département Ministériel dédié à la communication gouvernementale.
Ce département ministériel a pour attributions entre autres de :
- de rendre publiques, les décisions d'importance particulière prises par le Conseil des Ministres ;
- porter à la connaissance de l'opinion publique nationale et internationale, le point de vue du Gouvernement sur toute question ou événement d'importance majeure ;
- informer l'opinion publique sur les activités du Gouvernement, en relation avec les ministres concernés.

Le présent projet de décret a pour objet de doter les services du Ministre Porte-parole du Gouvernement d'un cadre juridique organisationnel approprié, en vue de permettre à ce département ministériel d'accomplir convenablement ses missions.

X. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :
AU TITRE DE LA PRÉSIDENCE DE LA RÉPUBLIQUE.
Les personnalités dont les noms suivent sont nommées membres du conseil d'administration de l'Agence du Barrage de Kandadji (ABK) :
· Monsieur Abdou Djando, cabinet du Président de la République ;
· Madame Mayaki Hadjara Souna, conseillère principale du Premier Ministre au Cabinet du Premier Ministre ;
· Monsieur Saadou Bakoye, secrétaire général du Ministère du Plan ;
· Monsieur Idi Dan Kari, directeur de la dette publique au Ministère des Finances ;
· Monsieur Harouna Ali, secrétaire général adjoint du Ministère de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable ;
· Monsieur Amadou Moussa, directeur général du génie rural au Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage ;
· Monsieur Aliou Aoudi Diallo, conseiller technique de la Ministre de l'Energie ;
· Monsieur Abdou Moumouni Moussa, directeur général des ressources en eau au Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES
· Monsieur Kimba Moumouni Seydou, chargé d'enseignement, Mle 64687/R, est nommé secrétaire général du Gouvernorat de la région de Tillabéri, en remplacement de Monsieur Mounkaïla Zakou, appelé à d'autres fonctions.
· Monsieur Mahamane Laouali Issa, économiste, Mle 136906/K, est nommé président de la délégation spéciale de la ville de Maradi.
· Monsieur Maman Issa Saminou, chargé d'enseignement, Mle 131463/E, est nommé membre de la délégation spéciale de la ville de Maradi.
· Monsieur Mahamane Mansour Laouali, ingénieur principal des travaux publics et mines, Mle 115863/X, est nommé membre de la délégation spéciale de la ville de Maradi.
· Monsieur Mourtala Pacachatou, est nommé membre de la délégation spéciale de la ville de Maradi.
· Monsieur Abarchi Chaïbou, inspecteur principal des impôts, Mle 68615/H, est nommé membre de la délégation spéciale de la ville de Maradi.
· Madame Saadou Habiba, technicienne supérieure en assistanat social, est nommée membre de la délégation spéciale de la ville de Maradi.
· Monsieur Sidi Goumour, commissaire principal de police, Mle 75838, est nommé directeur de la logistique et des infrastructures, à la direction générale de la police nationale.
· Madame Ramatou Boubey Oumarou, commissaire de police, Mle 105005, est nommée directrice des ressources financières, à la direction générale de la police nationale.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA RENAISSANCE CULTURELLE, DES ARTS ET DE LA MODERNISATION SOCIALE.
· Madame Mahamane Assamaou, professeure d'enseignement secondaire, Mle 69297/M, est nommée conseillère technique du Ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.
AU TITRE DU MINISTERE DES MINES.
· Madame Gremah Gagara Mariama, Mle 116521/G, est nommée directrice des ressources humaines, au Ministère des Mines.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L'INNOVATION.

· Monsieur Moussa Moustapha, enseignant-chercheur, Mle 05-002, est nommé doyen de la faculté des sciences de l'éducation (FSE) de l'Université de Tahoua.
· Monsieur Adakal Ousseini, enseignant-chercheur, Mle 199/6, est nommé doyen de la faculté des sciences de la santé à l'Université Dan Dicko Dankoulodo de Maradi.
· Monsieur Harouna Ibrahim, directeur administratif, Mle 53611/T, est nommé directeur de l'orientation et du suivi du cursus des étudiants, au Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

AU TITRE DU MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRES.
· Monsieur Mahamadou Boubacar, chargé d'enseignement, Mle 53 847/P, est nommé conseiller technique du Ministre des Enseignements Secondaires, en remplacement de Monsieur Yéya Dan Inna.
AU TITRE DU MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS ET TECHNIQUES.
· Monsieur Hassane Djingo Issaka, directeur administratif, Mle 77273/K, est nommé secrétaire général du Ministère des Enseignements Professionnels et Techniques.

AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE.
· Monsieur Oumarou Hamidou, inspecteur adjoint de la promotion humaine, Mle 62979/L, est nommé inspecteur des services, au Ministère du Développement Communautaire et de l'Aménagement du Territoire.
· Monsieur Mahamadou Boubacar, gestionnaire des ressources humaines, Mle 73210/J, est nommé directeur des ressources humaines, au Ministère du Développement Communautaire et de l'Aménagement du Territoire.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENERGIE.
· Monsieur Harouna Ibrahim, ingénieur en centrales nucléaires et thermiques, Mle 64595/L, est nommé conseiller technique de la Ministre de l'Energie.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.
· Monsieur Issoufou Alkassoum, magistrat du 3ème grade, 7ème échelon, Mle 79410/V, est nommé directeur des alternatives à l'incarcération et de la réinsertion à la direction générale de l'administration, de la sécurité pénitentiaires et de la réinsertion, au Ministère de la Justice.
Sont nommés membres de la Commission Nationale de Contrôle des Mandataires Judiciaires, en application des dispositions des articles 22 et 23 de la loi n° 2018-24 du 27 avril 2018, portant statut des mandataires judiciaires en République du Niger, les personnalités dont les noms suivent :
· Monsieur Issoufou Danté, représentant du Président de la République ;
· Monsieur Adamou Rabani, représentant du Président de l'Assemblée Nationale ;
· Madame Ramatoulaye Issaka Boulhassane, représentante du Premier Ministre ;
· Madame Moussa Satou, représentante de la Cour des Comptes ;
· Monsieur Laouali Labo, représentant du Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur ;
· Madame Kabo Balkissou Alfa Hassan Sido, représentante du Ministère de la Justice ;
· Monsieur Samaïla Issoufou Naroua, représentant du Ministère de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses ;
· Monsieur Ali Mahamadou Maïga, représentant du Ministère des Finances ;
· Monsieur Elh. Koudizé Yacouba, représentant du Ministère du Commerce et du Secteur Privé ;
· Monsieur Ibrahim Harouna Zakari, représentant du Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation ;
· Monsieur Amadou Mohamadou et Monsieur Bourahima Sidikou Gadé, représentants de l'Ordre National des Experts Comptables et des Comptables Agréés du Niger ;
· Monsieur Hamma Hamadou, représentant de la Chambre de Commerce et d'Industrie du Niger ;
· Cheick Ismaïl Djibrila Karanta, représentant de l'Association Islamique du Niger.

XI. COMMUNICATIONS.
Le Conseil des Ministres a entendu plusieurs communications :
ü Deux (2) communications du Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage :

· la première communication porte sur l'Enquête Prévision et Estimation des Récoltes (EPER REVISEE) ;
· la deuxième communication est relative à l'attribution de cinq (5) marchés publics :

-¬ lot 1 : Travaux de construction d'un seuil radier mixte béton cyclopéen/gabions/terre et d'un aménagement de 10 ha à Goutoumbou (Commune Rurale de Simiri/Département de Ouallam/région de Tillabéry) et travaux de construction d'un seuil mixte gabion/terre et d'un aménagement de 10 ha à Tombo Bana (Commune Urbaine de Loga Départément de Loga/région de Dosso) ;

¬ - lot 2 : Travaux de construction d'un seuil radier mixte béton cyclopéen/gabions/terre et d'un aménagement de 10 ha à Fondobon (Commune Rurale de Tondikiwindi/Département de Ouallam/région de Tillabéry) et travaux de construction d'un seuil radier mixte béton cyclopéen/gabions/terre et d'un aménagement de 10 ha à Tinzaou (Commune Rurale de Tondikiwindi/Département de Ouallam/région de Tillabéry) ;
- lot 3 : Travaux de construction d'un seuil mixte gabion/terre et d'un aménagement de 10 ha à Kokorbé Zara Baba Koira (Commune rurale de Tondikiwindi/département de Ouallam/ région de Tillabéry) et Travaux de construction d'un seuil mixte gabion/terre et d'un aménagement de 10 ha à Kokordo Béri (Commune rurale de Tondikiwindi/département de Ouallam/région de Tillabéry) ;

- lot 5 : Travaux de construction d'un seuil mixte maçonnerie/terre et d'un aménagement de 10 ha à Kaché 2 (Commune rurale d'Allakaye/département de Bouza/région de Tahoua) et travaux de construction d'un seuil mixte maçonnerie/terre et d'un aménagement de 10 ha à Kaché 3 (Commune rurale d'Allakaye/département de Bouza/région de Tahoua) ;

- lot 7 : Travaux de construction d'un seuil mixte maçonnerie/terre et d'un aménagement de 15 ha à Tchintaborak (Commune urbaine d'Aderbisnet/département d'Aderbisnet/région d'Agadez) et travaux de construction d'un seuil mixte gabion/terre et travaux de construction d'un seuil mixte maçonnerie/terre et d'un aménagement de 5 ha à Guermawane (Commune d'Aderbisnet/département d'Aderbisnet/région d'Agadez).

- une (1) communication du Ministre des Finances relative aux conclusions des travaux de la 3ème Revue du Programme Economique et Financier (PEF 2017-2020) avec le Fonds Monétaire International (FMI), qui se sont déroulés du 17 au 30 octobre 2018, le Conseil des Ministres a adopté les conclusions des travaux de ladite Revue.
- une (1) communication conjointe du Ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique et du Ministre de la Communication sur le processus de mise en œuvre de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) au Niger.
- une (1) communication du Ministre de l'Equipement relative à l'attribution d'un marché pour des travaux de construction de l'Ouvrage de Kaoura dans la Ville de Birni N'Konni.
Cette deuxième communication du Ministre de l'Equipement est faite à titre d'information en application de l'Arrêté n° 00139/CAB/PM/ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics, qui stipule en son article 11 que « tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxes sur la valeur ajoutée, doit faire l'objet d'une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».
- Une (1) communication du Ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale relative à l'organisation de la deuxième édition du Forum de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest.
L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.
onep

Politique

Fin du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et gouvernement de l'UA à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Chef de l'Etat…

Fin du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et gouvernement de l'UA à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier dans l'après-midi

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier après midi, en provenance d'Addis-Abeba en Ethiopie où il a pris part, le samedi 17 novembre dernier, aux travaux du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine. Peu avant de quitter la capitale éthiopienne, le Chef de l'Etat a procédé hier matin, en présence de son homologue de la République Fédérale et ...

11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Niger…

11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Niger approuve les propositions des réformes de la Commission de l'UA

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a pris part, le samedi 17 novembre dernier, au 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernements des pays membres de l'Union Africaine. Ce sommet extraordinaire a porté sur la réforme institutionnelle visant à donner plus d'efficacité à l'action de l'organisation. Le Niger a approuvé les propositions faites par la Commission, notamment la structure et l...

Allocution du Président de la République, au 11ème sommet extraordinaire de l'UA

Allocution du Président de la République, au 11ème sommet extraordinaire de l'UA

«Toutes ces réformes doivent concourir à faire de notre organisation et de sa Commission, des structures dynamiques, performantes et orientées vers les résultats» déclare SE. Issoufou MahamadouAprès l'ouverture du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernements, les travaux se sont poursuivis à huit-clos. Au cours, de cette réunion à huis clos, le Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou a prononcé une importa...

Conférence de presse du Président de la CENI : Me Souna Issaka, rassure les parties prenantes de la détermination de la …

Conférence de presse du Président de la CENI : Me Souna Issaka, rassure les parties prenantes de la détermination de la CENI à conduire un processus électoral transparent, crédible et honnête

Le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Me Souna Issaka a animé, le vendredi 16 novembre dernier, une conférence de presse à Niamey. Lors de ces échanges avec les journalistes aussi bien de la presse nationale, qu'internationale, le président de la CENI est revenu sur le démarrage et la mise en œuvre du processus électoral, l'élaboration du fichier électoral biométrique, et sur le recrutement de l'opérate...

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Le Conseil des ministres s'est réuni, hier jeudi 15 novembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de...

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se po…

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se posent à l'institution

Le président de l'Assemblée nationale, S.E Ousseini Tinni, a participé, hier au siège du Parlement de la CEDEAO, à Abuja, à l'ouverture de la 2ème session ordinaire dite session budgétaire de cette institution parlementaire sous régionale. Dans l'allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le Président de l'Assemblée nationale a mis en exergue les multiples initiatives enclenchées par le Parlement de la CEDEAO, ainsi les excellentes ...

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fi…

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fin d'après-midi

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier en début de soirée, en provenance d'Italie où il a pris part à la Conférence internationale sur la Libye qui s'est tenue le mardi 13 novembre dernier à Palerme. Avant l'Italie, le Chef de l'Etat était à Paris en France où, il a, aux côtés d'une soixantaine de Chefs d'Etat et de Gouvernement, assisté aux cérémonies commémoratives du centainaire de...

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conf…

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conférence nationale de réconciliation en Libye

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part hier mardi 13 novembre 2018, à Palerme en Italie, à la Conférence Internationale sur la Libye. Au cours de cette rencontre, le Chef de l'Etat a notamment proposé la tenue d'une "conférence nationale de réconciliation sur un ordre du jour minutieusement préparé." Dans un discours devant les participants à cette rencontre, le Président Issoufou Mahamadou a ...

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du…

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du Sahel, en particulier ceux des pays du G5 Sahel, veulent la fin du chaos libyen», déclare SEM. Issoufou Mahamadou

« Mesdames et Messieurs,Je voudrais saisir cette occasion pour remercier, au nom de la délégation qui m'accompagne et au mien propre, Son Excellence le Premier Ministre Giuseppe Conte, le Gouvernement et le peuple Italiens pour l'accueil chaleureux qui nous a été réservé et pour toutes les dispositions prises pour rendre notre séjour agréable dans cette ville de Palerme. Permettez-moi également de le féliciter pour avoir pris l'initiati...

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationa…

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationale dans le financement de la force conjointe du G5 Sahel

Quelque 70 Chefs d'Etat et de Gouvernement, dont le Président Issoufou Mahamadou ainsi que les dirigeants des Organisations Internationales ont participé le dimanche 11 novembre 2018, au premier Forum de la Paix à la Grande Halle de La Villette (XIXe arrondissement de Paris). Ce forum, organisé à l'initiative de la France, à l'occasion de la commémoration du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale, a été axé sur la paix...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Grosse arnaque à Niamey

Grosse arnaque à Niamey

Des centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs c...

vendredi 16 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.