Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou

 

 

 


discour-2« Excellence Paul Kagamé, Président en exercice de l'Union Africaine
Excellence Mesdames et Messieurs les Chefs d'Etat et de Gouvernement,
Monsieur le Secrétaire Général des Nations Unies
Monsieur le Président de la Commission de l'Union Africaine
Mesdames et Messieurs,
Permettez-moi de remercier la Présidente de la République d'Ethiopie et le Gouvernement Ethiopien pour l'Excellente hospitalité qui nous offerte.C'est un réel plaisir pour moi de prendre part à cette importante réunion dont le thème central est « Investir dans la Santé ».
L'importance de cette thématique n'est plus à démontrer eu égard aux préoccupations de l'heure notamment la réalisation des Objectifs du développement durable, de l'Agenda 2063 et du développement de la couverture sanitaire universelle.

Mesdames et Messieurs,
Les maladies causent fréquemment des milliers de victimes à travers le monde en général et en Afrique subsaharienne en particulier où les épidémies sont les plus concentrées. Avec près de 15% de la population mondiale, la situation sanitaire de l'Afrique Subsaharienne se caractérise par un déficit en infrastructures et équipements de santé, une faible couverture sanitaire, une Insuffisance en Ressources Humaines de qualité et en quantité d'une part et d'autre part parun fort taux de mortalité maternelle et infantile, une forte charge de morbidité avec 60% de cas de VIH, plus de 90% de cas de Paludisme, et une Recrudescence de la Tuberculose dont les 2/3 surviennent dans notre région avec une tendance à la Résistance aux Antimicrobiens.
Cette situation peu reluisante constitue un frein au développement socio-économique de notre région. Avec la faiblesse de l'espérance de vie qu'elle implique, cette situation est une des causes de la faiblesse de l'indice du développement humain sur le continent.Ces défis exigent donc un renouvellement des engagements que les différents Etats de l'Union Africaine avaient pris en 2001 à Abuja, ce qui nécessite une forte mobilisation des ressources internes en faveur de la santé.

Mesdames et Messieurs,
La santé est une des bases sociales du développement. Investir dans la santé c'est donc investir dans le développement. En effet, l'investissement dans la santé est sans nul doute une des clés du progrès pour nos pays en voie de développement.Investir dans la santé c'est assurer le bien-être des populations, c'est lutter contre la pauvreté et réduire les inégalités.Par ailleurs, des citoyens en bonne santé sont des citoyens plus productifs et plus compétitifs, cela rend le retour sur investissement dans la santé très rapide.
Au Niger où, la situation sociodémographique se caractérise par un fort taux d'accroissement démographique annuel de 3,9% (RGP/H 2012), un indice synthétique de fécondité autour de 6 enfants par femme, la sante notamment celle de la reproduction, peut contribuer à la réalisation des conditions de la transition démographique que nous appelons de tous nos vœux.
Dans le secteur de la santé, l'accès aux services et soins de qualité reste une grande préoccupation pour le gouvernement. C'est le lieu de faire-part de notre préoccupation par rapport au poids des couts des médicaments (75%) dans les couts des soins de santé, une réduction des couts de médicaments facilitera l'accès aux soins de santé aux personnes les plus vulnérables.prn-2

Mesdames et Messieurs,
Notre volonté d'investir dans les secteurs sociaux de base en général et dans la santé en particulier, est malheureusement contrariée par les préoccupations sécuritaires liées à la lutte contre le terrorisme et le crime organisé. Néanmoins, on note une augmentation significative du budget alloué à la santé et plusieurs actions sont mises en œuvre par le gouvernement pour promouvoir la santé de la population dont entre autres :
- la gratuité des soins pour les groupes vulnérables notamment les soins curatifs, préventifs et promotionnels aux enfants de 0 à 5 ans et chez la femme, la gratuité de la césarienne, de la Planification Familiale et la prise en charge des cancers gynécologiques y compris la gratuité de la prise en charge du VIH, de la Tuberculose, du Paludisme et des Maladies Tropicales Négligées.
- La mise en œuvre des programmes régionaux et nationaux en vue de la capture du Dividende Démographique à travers l'autonomisation de la femme et de la scolarisation de la jeune fille et son maintien à l'école ;
- La Construction et l'équipement des Infrastructures sanitaires ;
- Le Recrutement du Personnel ;
- L'élaboration d'une stratégie e-santé, action novatrice qui contribuera au renforcement du système national de santé.
Par ailleurs nous investissons beaucoup dans l'agriculture à travers l'initiative 3N (lesNigériens Nourrissent les Nigériens),dans l'éducation, dans l'accès à l'eau et à l'assainissement, ce qui a naturellement une incidence positive sur le secteur de la santé.A ces efforts du Gouvernement du Niger s'ajoutent les appuis des partenaires techniques et financiers dont le Fonds Mondial et GAVI.
Le partenariat entre le Niger et le Fonds Mondial entamé en 2004, a permis de mobiliser plus de 250 millions de Dollars US pour la lutte contre le Sida, la Tuberculose et le Paludisme ainsi que le renforcement du système de santé. D'importants résultats ont été obtenus notamment la mise sous traitement antirétroviral de plus de 12 000 patients, la détection et le traitement d'environ 48 000 patients atteints de tuberculose, la distribution de plus de 15 millions de moustiquaires imprégnées d'insecticides à longue durée d'action communément appelée MILDA.
S'agissant de GAVI, près de 200 Millions de Dollars US ont été mobilisés ces dix dernières années faisant de lui le premier bailleur de la vaccination et un des bailleurs les plus importants de la santé au Niger. Ce soutien apporté a permis d'obtenir des succès majeurs en réduisant la morbidité chez les enfants de moins de 5 ans.Ainsi, grâce à la vaccination le nombre de cas de rougeole est passé de 60,000 par an en 2004 à moins de 1500 aujourd'hui. Nous avons doublé en moins de 10 ans le nombre de vaccins disponibles dans la vaccination de routine et mis en place un réseau "sentinelle" efficace de surveillance épidémiologique qui couvre l'ensemble du territoire.
Je remercie GAVI et le Fonds Mondial pour le soutien qu'il apporte à mon pays et à l'Afrique en général. Permettez-moi aussi de remercier la fondation Bill et Melinda Gates pour leur contribution au financement de la santé notamment celui de la vaccination.

Mesdames et Messieurs,
Pour mieux optimiser les ressources mobilisées, le Gouvernement du Niger a mis en place depuis 2006 un mécanisme de gestion des financements des Partenaires Techniques et Financiers à travers une Approche-Programme, appelé Fonds Commun (FC) d'Appuis à la mise en œuvre du Plan de Développement sanitaire. Près de 250 Millions de Dollars US ont été mobilisés à travers ce mécanisme. A ces importants appuis s'ajoutent également la contribution du secteur privé, des ONG et Associations.

Mesdames et Messieurs,
Je m'engage personnellement à tout mettre en œuvre pour une plus grande mobilisation des ressources publiques internes.Je lance un vibrant appel pour une forte mobilisation de tous les acteurs : Gouvernants, Partenaires Techniques et Financiers, sociétés civiles et le secteur privé, chacun dans son domaine à s'investir plus pour la santé.
Je reste convaincu que l'implication du secteur privé est un atout indispensable pour la promotion du secteur de la santé en Afrique en général et au Niger en particulier.
Je vous remercie ».

onep

 

 

 


prn-1Le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, a procédé, dans la matinée d'hier, au lancement officiel des travaux d'aménagement de la Corniche Yantala. Ce projet constitue un des projets phares du Programme de la Renaissance et propose une vision d'avenir durable étroitement tournée vers la jeunesse de notre pays. Aussi, il permettra aux générations futures nigériennes de disposer d'infrastructures et d'équipements modernes adaptées, en parfaite harmonie avec le contexte physique et historique. Ont pris part à cette cérémonie, le ministre d'Etat en charge de l'Intérieur, M. Bazoum Mohamed assurant l'intérim du Premier Ministre, les membres du Gouvernement, le deuxième vice-président de l'Assemblée Nationale, le Haut Représentant du Président de la République, les représentants des Partenaires Techniques et Financiers, les Chefs des missions diplomatiques, les Chefs traditionnels, les leaders religieux et plusieurs invités.
Ce projet de modernisation de la Corniche et du quartier Kombo, qui va être déménagé, est, a indiqué le Président Issoufou Mahamadou, une nouvelle étape dans la mise en œuvre du Programme Niamey Nyala. Niamey, a indiqué le Chef de l'Etat, a la chance d'être traversée par le fleuve Niger sur 35 Kilomètres. «Comme l'a dit l'Administrateur délégué de la ville, Niamey jusqu'ici a tourné le dos au fleuve et nous avons décidé de faire en sorte que le regard de Niamey soit désormais dirigé sur le fleuve, nous allons aménager les berges du fleuve pour que l'aménagement du fleuve soit intégré à l'aménagement urbain de la Ville de Niamey », a affirmé le Président de la République. « Il s'agit donc de mettre en œuvre une partie de ce programme d'aménagement des berges du fleuve ; les autres phases interviendront plus tard », a conclu SEM. Issoufou Mahamadou.
Faire de la capitale une véritable vitrine...
Selon le ministre de l'Equipement, M. Kadi Abdoulaye, assurant l'intérim de son homologue en charge des Domaines, ces travaux viennent s'ajouter à une longue liste d'investissements dont a bénéficié la ville de Niamey dans le cadre du Programme de la Renaissance. Cela dénote, a-t-il affirmé, d'une vision stratégique des autorités de la 7ème République à faire de Niamey une capitale moderne dont les Nigériens ont toujours rêvé. Il a en outre invité les Nigériens à faire siennes toutes ces réalisations qui font leur fierté et feront certainement celle des générations à venir.
Auparavant, le Gouverneur de la région de Niamey a, dans son mot de bienvenue, magnifié ce projet du Président de la République qui, a-t-il dit, était un vieux rêve et une vieille attente des populations de Niamey. Cette route une fois viabilisée va, a dit M. Issaka Hassane Karanta, non seulement fluidifier la circulation mais aussi permettre à nos populations et aux touristes de visiter les berges du Fleuve Niger dans les meilleures conditions.
Pour sa part, le président de la Délégation spéciale de la ville de Niamey, M. Mouctar Mamoudou, a indiqué que Niamey dispose, de par sa fonction de capitale, de la plus forte concentration d'activités de services, devenant ainsi au plan national la ville la plus attractive et une destination privilégiée de population. Avec un taux de croissance de 4,5%, a-t-il expliqué, ce sont quelques 100 000 nouveaux citadins de plus chaque année. C'est ainsi que Niamey à elle seule regroupe près de 40% de la population urbaine du pays avec une population de plus de 1 500 000 habitants.

A cette forte concentration humaine et d'activité, ajoute le président de la Délégation Spéciale, manquait jadis des services essentiels, notamment des routes pour une meilleure
mobilité, de l'assainissement des espaces publics aménagés, de l'éclairage favorisant l'économie, la sécurité, l'ambiance urbaine, etc. Aujourd'hui affirme M. Mouctar
Mamoudou, la population de Niamey, à son grand bonheur, tend à oublier cette vie dans le gouffre, grâce au Programme Niamey Nyala initié et conduit par les soins du Président de la République. «Le programme Niamey Nyala a su valoriser les atouts et opportunités de développement dont dispose notre chère capitale tout en apportant une réponse aux préoccupations qui assaillent ses habitants», a-t-il soutenu.
En effet, poursuit le président de la Délégation Spéciale de la ville de Niamey, l'aménagement de la Corniche en vue de son intégration dans le tissu urbain est la consécration de la vision du Programme Niamey Nyala, car la ville de Niamey est née du fleuve mais depuis lors, elle lui a tourné le dos ; les berges sont délaissées pour l'ensablement et l'insalubrité ; le fleuve a tendance à devenir une déchetterie. Le présent projet vise, selon lui, à tourner le regard de la ville de Niamey à sa source, à son berceau et réconcilie enfin la fille devenue coquette Niamey et sa mère le fleuve pour une renaissance.

Un projet de modernisation pour la fierté de tous les Nigériens...

prn-2Niamey Nyala, a rappelé M. Mouctar Mamoudou, est une vision de renaissance urbaine pragmatique adressée à un chemin d'aménagement multidimensionnel, technique, social, culturel, historique, économique et environnemental. « La ville de Niamey dispose d'un grand atout qui a favorisé son essor, le fleuve Niger. Cette étendue d'eau naturelle traverse la ville sur une distance de 35 Kilomètres et une exploitation judicieuse de ce fleuve ainsi que de son intégration dans le tissu urbain contribuera assurément à faire rayonner l'image de notre ville à l'échelle internationale», estime
l'Administrateur délégué.
« Il s'agit ici, de réhabiliter dans l'immédiat la route de Kombo qui longe la Corniche sur une distance de 3,36 Kilomètres en une fois deux voies avec un trottoir de 2 mètres de part et d'autre y compris son éclairage afin d'en faciliter l'accès et la traversée. Le cadre sera également viabilisé et déclaré Zone d'Aménagement Concertée (ZAC) ».Une-vue-de-ce-que-sera-la-Corniche-de-Niamey--la-fin-des-travaux
A l'issue de cette réhabilitation, notifie M. Mouctar Mamoudou, l'aménagement consistera à développer des espaces publics de détente, de loisirs, de commerce, de logement, des différents standings comme une urbanisation adaptée, règlementée et exemplaire le long de la Corniche Yantala et à créer une passerelle piétonne qui relie la ville aux abords du fleuve passant par la place des Nations Unies communément appelée la place du Palais des Congrès.
Le président de la Délégation Spéciale a par ailleurs invité la population à prendre soin de ces infrastructures construites à grand frais et lancé un appel à l'endroit des Partenaires Techniques et Financiers, des investisseurs locaux et institutionnels de s'intéresser et investir massivement dans ce projet à fort rendement économique, financier et social et ainsi accompagner le Niger dans ses efforts de développement. Il a enfin annoncé l'organisation très prochainement d'une table ronde en vue de présenter le projet dans tous ses détails et bouclé son financement qui se chiffre à 67 milliards de FCFA dans un partenariat basé sur la plus-value foncière.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)
08/02/19

 

 

 


lettreLe représentant résident de l'Organisation Internationale pour les Migrations au Niger, M. Martin Wyss a présenté, hier matin, la copie figurée de sa lettre de créance, au ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération de l'Intégration Africaine, et des Nigériens à l'Extérieur, M. Kalla Ankouraou. Le représentant de l'OIM était accompagné à cette cérémonie, par deux de ses proches collaborateurs. Ce fut également l'occasion de présenter ces derniers à l'autorité nigérienne pour une meilleure coopération, dans l'exercice de ses fonctions à la tête de l'OIM-Niger. Cette coopération s'avère capitale au regard du rôle stratégique du pays dans la lutte contre la migration irrégulière.

Onep
08/02/19

 

 

 

 

 

 


prn-1Les Chefs d'Etat se félicitent des progrès dans l'opérationnalisation de la Force conjointe et s'engagent à la rendre pleinement opérationnelle dans les meilleurs délais
1. La 5ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d'Etat du G5 Sahel s'est tenue le 5 février 2019 à Ouagadougou, au Burkina Faso, sous la présidence de S.E.M. Issoufou
MAHAMADOU, Président de la République du Niger, Président en exercice sortant du G5 Sahel.
2. Etaient présents à cette Conférence les Chefs d'Etat ci-après : S.E.M. Roch Marc Christian KABORE, Président du Burkina Faso ; S.E.M. Ibrahim Boubacar KEITA, Président de la
République du Mali ; S.E.M. Mohamed OULD ABDEL AZIZ, Président de la République Islamique de Mauritanie ; S.E.M. Issoufou MAHAMADOU, Président de la République du Niger ; S.E.M. Idriss DEBY ITNO, Président de la République du Tchad.
3. La Conférence a enregistré la participation des Institutions et Organisations , sous régionales, régionales et internationales suivantes : l'Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA), l'Autorité de Développement intégré des Etats du Liptako - Gourma (ALG), le Comité Permanent Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS), la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest
(CEDEAO), la Commission de l'Union Africaine (UA), l'Union Européenne (UE), l'Organisation des Nations Unies (ONU) et l'Alliance Sahel.
4. Les Chefs d'Etat, après avoir examiné la situation dans l'espace G5 Sahel, expriment leur profonde préoccupation face à la menace persistante du terrorisme et d'autres formes de criminalité dans la région.
5. Les Chefs d'Etat condamnent fermement tous les attentats terroristes et en particulier ceux survenus récemment au Burkina Faso, au Mali, au Niger et au Tchad et expriment leur solidarité avec les peuples de ces pays.
6. Face à la recrudescence des conflits inter communautaires dans certains pays du G5 Sahel, les Chefs d'Etat appellent les populations à cultiver la tolérance pour une meilleure cohésion sociale et les exhortent à collaborer étroitement avec les Forces de Défense et de Sécurité dans la lutte contre le terrorisme.
7. Les Chefs d'Etat sont préoccupés par la perturbation des activités socio-éducatives conduisant à la fermeture d'écoles dans certains pays du G5 Sahel. Ils ont relevé la nécessité de la prise de mesures fortes pour la reprise des activités scolaires.
8. Relevant le caractère sensible des risques permanents de tension sociale, les Chefs d'Etat appellent les médias à un traitement responsable des informations concernant les attaques terroristes et les conflits inter communautaires
9. Les Chefs d'Etat félicitent les Forces de Défense et de Sécurité pour les efforts et sacrifices consentis et s'inclinent devant la mémoire de ceux d'entre eux tombés au champ d'honneur notamment celle des 11 soldats tchadiens lors de l'attaque terroriste de la base de la MINUSMA d'Aguel Hoc et des soldats burkinabè. Ils présentent leurs condoléances aux familles endeuillées et souhaitent un prompt rétablissement aux blessés.
10. Les Chefs d'Etat réitèrent leur appel à la communauté internationale pour une juste appréciation de l'ampleur régionale et internationale de la crise libyenne et pour une harmonisation des efforts de tous les pays concernés dans la perspective de la réconciliation nationale et de la stabilisation de la Libye.
11. Les Chefs d'Etat lancent un appel à la communauté internationale pour soutenir les efforts du G5 Sahel dans le combat pour la sécurisation et le développement de son espace.
12. Tout en se félicitant du succès de la Conférence sur le Sahel tenue le 23 février 2018 à Bruxelles, les Chefs d'Etat exhortent tous les donateurs à respecter leurs engagements.
13. Les Chefs d'Etat réitèrent leur appel au Conseil de Sécurité des Nations Unies à examiner favorablement leur requête de placer la Force conjointe du G5 Sahel sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies. Ils plaident en faveur d'une coopération plus étroite entre le G5 Sahel et les Nations Unies et saluent, à cet égard, l'engagement et le soutien constants du Secrétaire Général de l'ONU aux efforts du G5 Sahel.
14. Les Chefs d'Etat se félicitent de la réussite de la Conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 sahel pour le financement du Programme d'investissements prioritaires (PIP) première phase 2019-2021, tenue le 06 décembre 2018 à Nouakchott, en République Islamique de Mauritanie. Ils remercient tous les partenaires pour les intentions de financement exprimées et les exhortent à concrétiser leurs engagements.
15. Les Chefs d'Etat se félicitent également de la synergie qui se met en place à tous les niveaux entre le G5 Sahel et l'Alliance Sahel permettant d'assurer la mise en cohérence des projets de l'Alliance avec ceux du Programme d'Investissements Prioritaires.
16. Les Chefs d'Etat saluent l'engagement de l'Union Européenne et de l'Alliance Sahel pour le financement du Programme de développement d'urgence (PDU) et les encouragent à accélérer la mise à disposition des fonds annoncés.
17. Les Chefs d'Etat se félicitent des progrès dans l'opérationnalisation de la Force conjointe et s'engagent à la rendre pleinement opérationnelle dans les meilleurs délais. Ils réaffirment leur volonté de mobiliser davantage de ressources internes à son profit.
18. Après avoir pris connaissance du relevé de conclusions de la 5ème session ordinaire du Conseil des Ministres, tenue à Ouagadougou le 03 février 2019, les Chefs d'Etat :
- Décident de l'implantation du Centre Sahélien d'Analyse des Menaces et d'Alertes Précoces (CSAMAP) à Ouagadougou, à l'image du Collège de Défense à Nouakchott, du Centre Sahélien de Sécurité à Bamako, de l'Académie Régionale à Koundoul, du Centre de Fusion des Renseignements à Niamey.
19. Instruisent :
- le Conseil des Ministres, les Ministres en charge des transports et le Secrétariat Permanent de prendre les dispositions pour la création de la compagnie aérienne sous le format de l'option 5 adopté par les Ministres en charge des transports les 27 et 28 septembre 2018 à N'Djamena, tout en s'assurant de la réalisation d'un audit financier, d'un audit technique et opérationnel et d'un audit des capacités humaines des compagnies existantes;
- le Conseil des Ministres et le Secrétariat Permanent à prendre toutes les dispositions nécessaires pour opérationnaliser le dispositif de suivi des annonces de la Conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds du G5 sahel pour le
financement du Programme d'investissements prioritaires (PIP) ;
- le Conseil des Ministres et le Secrétariat Permanent de prendre les mesures idoines pour l'accélération de la mise en place de l'Académie Régionale de Police à Koundoul au Tchad ;
- le Conseil des Ministres et le Secrétariat Permanent à œuvrer au renforcement des autres instruments du dispositif de défense et de sécurité, notamment le Collège de Défense, le Collège Sahélien de Sécurité et la Plateforme de Coopération en matière de Sécurité ;
- le Conseil des Ministres et le Secrétariat Permanent de réaliser l'étude de faisabilité du projet de Chemin de fer à partir de ressources propres.
20. Les Chefs d'Etat remercient leur frère Son Excellence Monsieur Issoufou MAHAMADOU, Président de la République du Niger, Président en Exercice sortant, pour son engagement constant à la cause du G5 Sahel et pour les avancées remarquables réalisées au cours de son mandat.
21. Les Chefs d'Etat expriment leur profonde gratitude à Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Burkina Faso, au Gouvernement et au peuple burkinabè, pour l'accueil chaleureux et l'hospitalité dont ils ont bénéficié durant leur séjour.
22. Les Chefs d'Etat ont décidé que la Présidence en exercice du G5 Sahel sera assurée par Son Excellence Monsieur Roch Marc Christian KABORE, Président du Burkina Faso, pour l'année 2019.
23. Les Chefs d'Etat ont par ailleurs décidé de tenir leur prochain Sommet ordinaire en février 2020, à Nouakchott, en République Islamique de Mauritanie.
Fait à Ouagadougou,
le 5 Février 2019
Pour la Conférence
S.E.M. Issoufou MAHAMADOU
Président de la République du Niger
Président en Exercice

 

 

 


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, hier en début de soirée, de retour de Ouagadougou (Burkina Faso), où il a pris part aux travaux du 5ème Sommet des Chefs d'Etat du G5 Sahel.
Au cours de ce Sommet, le Président Isssoufou Mahamadou, Président en exercice de G5 Sahel, et ses pairs du Burkina, du Mali, du Tchad et de la Mauritanie, ont échangé sur plusieurs points relatifs aux questions de sécurité et de développement dans la zone sahélienne. S'y ajoutent également de grandes orientations et options stratégiques assignées au G5 Sahel. Il importe de souligner qu'à l'issue des travaux du Sommet, le Président Isssoufou Mahamadou a passé le relai de la présidence en exercice du G5 Sahel à SEM. Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso.
Il ressort du communiqué final issu de ce 5ème Sommet que les Chefs d'Etat ont vivement remercié le Président en exercice sortant du G5 Sahel, SEM. Isssoufou Mahamadou, «pour son engagement constant à la cause du G5 Sahel et les avancées remarquables réalisées au cours de son mandat ». Cette détermination sans faille, dont a fait preuve le Président Issoufou Mahamadou à la tête du G5 Sahel, et qui a permis d'aboutir à des résultats édifiants, a été également soulignée et saluée, lors de la conférence de presse conjointe, par le Président en exercice entrant du G5 Sahel, SEM. Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso. Celui-ci a d'ailleurs clairement exprimé sa volonté de s'inspirer de ce bel exemple d'engagement du Président Issoufou, pour conduire le G5 Sahel à bon port.

SEM. Roch Marc Christian Kaboré, nouveau Président en exercice du G5 Sahel

A son tour le Président Issoufou Mahamadou, après avoir exprimé sa profonde satisfaction relativement aux conclusions issues du Sommet, a rappelé que le G5 Sahel a été créé sur la base de deux préoccupations, à savoir la sécurité et le développement. Il a ensuite donné un aperçu exhaustif sur les avancées réalisées sur le plan de l'opérationnalisation de la force conjointe qui est mise en place sur trois fuseaux qui sont le fuseau Est
(Niger-Tchad), le fuseau centre (Mali-Niger-Burkina Faso) et le fuseau Ouest (Mali-Mauritanie).
Il faut rappeler qu'à l'ouverture des travaux, le Président Issoufou Mahamadou, Président sortant du G5 Sahel, a prononcé une allocution dans laquelle il a réaffirmé sa ferme conviction, ainsi que celle de ses quatre autres homologues des pays du G5 Sahel à aller de l'avant dans le combat contre l'insécurité et pour le développement de nos Etats. « Notre combat pour la paix et la sécurité, dans notre espace, est inséparable de notre lutte pour le développement. Le terrorisme et le crime organisé sont des symptômes. Nous sommes déterminés à nous attaquer à la maladie dont ils sont le reflet : la pauvreté et les inégalités. A terme, c'est non pas les armes, mais l'éradication de celles-ci, qui nous permettra de vaincre définitivement le terrorisme», a-t-il souligné.

Assane Soumana(onep)
06/02/19


discour-prnMesdames et Messieurs,
Depuis le Sommet ordinaire de notre organisation, tenu à Niamey le 6 Février 2018, le terrorisme a fait de nombreuses victimes, civiles et militaires, dans l'espace du G5-Sahel. Ces victimes viennent s'ajouter à celles enregistrées les années précédentes. En leur mémoire, je vous demande d'observer une minute de silence...... Je vous remercie.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Permettez-moi d'exprimer nos sincères remerciements à notre hôte, mon frère et ami Roch Marc Christian Kaboré, Président du Faso, pour l'accueil chaleureux réservé à toutes les délégations participant à ce cinquième sommet ordinaire du G5 Sahel. Permettez moi également de saluer et de remercier nos différents partenaires qui nous honorent de leur présence et qui font preuve d'un engagement remarquable à nos côtés.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Le G5 Sahel a été créé, il y a cinq ans, autour de deux préoccupations majeures : la sécurité et le développement. Le bilan de la mise en œuvre de la feuille de route de la présidence nigérienne du G5 Sahel, centré sur ces deux questions majeures, vient s'agréger aux bilans précédents : ceux des présidences Mauritanienne, Tchadienne et Malienne.
S'agissant de la sécurité, on se rappelle qu'à partir de 2011, la crise libyenne, dans le déclenchement de laquelle les pays du Sahel n'ont aucune responsabilité, a amplifié les menaces des organisations terroristes et criminelles dans notre espace commun. Le terrorisme et le crime organisé n'ont pas de frontière : ils ont non seulement effacé les frontières géographiques entre pays, mais aussi la frontière traditionnelle qui existait entre sécurité intérieure et sécurité extérieure. Conscients de cela et au regard de la faiblesse de nos capacités, nous avons décidé de mutualiser nos moyens en mettant en place la Force-Conjointe du G5-Sahel.
A la prise de la présidence en exercice du G5 Sahel par le Niger, les ressources disponibles pour la première année de son opérationnalisation étaient de 294 millions d'euros pour des besoins de 423 millions d'euros. Une conférence fut convoquée, à Bruxelles, le 23 Février 2018, en vue d'obtenir le complément du financement. Cette conférence fut un grand succès et permit de mobiliser 414 millions d'euros.
En tenant compte des annonces supplémentaires faites après la conférence, les promesses se chiffrent aujourd'hui à 431 millions d'euros environ dont 267 millions effectivement versés. Le fonds fiduciaire créé pour recevoir les contributions des partenaires est opérationnel. C'est le lieu de remercier tous les partenaires pour cette marque de solidarité dont ils ont fait preuve vis-à-vis des populations du Sahel.
Pour rendre cette force opérationnelle, plusieurs autres activités ont été menées par les différents organes du G5 Sahel, notamment le Conseil des Ministres, le Secrétariat permanent et le comité de défense et de sécurité. Repartie en trois fuseaux, le fuseau Est (Tchad-Niger), Centre (Niger-Burkina-Mali) et Ouest (Mali-Mauritanie), je me réjouis de dire que la force conjointe est opérationnelle et a déjà mené plusieurs opérations notamment au niveau du fuseau centre. Je me réjouis également des accords de coopération signés entre cette force et la force Barkhane d'un côté et la MINUSMA de l'autre. Par contre, je regrette que nous ne soyons pas encore parvenus à la placer sous le chapitre 7 de la Charte des Nations-Unies.
Excellences, mesdames et messieurs,
La lutte que nous menons contre le terrorisme et le crime organisé est une lutte pour les droits humains. Voilà pourquoi nous nous efforçons de renforcer les liens entre justice et sécurité. Dans cette perspective, deux conférences ont été organisées le 22 Février 2018 et le 21 Janvier 2019, respectivement à Bruxelles et à Niamey.
C'est dans ce cadre aussi que la composante police, dont le concept est bien intégré dans les architectures sécuritaires de nos Etats, sera bientôt déployée dans les trois fuseaux de la force conjointe, avec des unités d'investigation spécialisées, des brigades prévôtales, des pôles judiciaires spécialisés ainsi que les autres éléments de la chaîne pénale, telle que l'administration pénitentiaire.
C'est le lieu de se féliciter de la mise en place récente, à Niamey, du réseau des Institutions Nationales de Défense des Droits de l'Homme (INDH) du G5-Sahel. Nous attachons beaucoup de prix à cette dimension de notre combat qui nous permet de nous démarquer des actes barbares de l'ennemi tout en consolidant la trinité peuple-Gouvernement et armée dans nos pays respectifs, ce qui permet de prévenir par ailleurs les conflits intercommunautaires que se propose d'exploiter le terrorisme. Les actions civilo-militaires entreprises par nos armées, contribuent certainement à renforcer la confiance des populations vis-à-vis des Etats.
S'agissant des organes de sécurité-défense du G5-Sahel, l'Académie Régionale de Police de N'Djamena est en cours d'opérationnalisation pendant que celle du Collège de Défense du G5 Sahel de Nouakchott est effective. Les activités du Collège Sahélien de Sécurité, quant à elles, ont démarré au mois de Mai 2018 à Bamako. Le centre de fusion des renseignements, installé à Niamey, est lui aussi opérationnel. La Plateforme Régionale de Coopération en Matière de Sécurité et ses démembrements nationaux ont pu commencer leur échange.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Notre combat pour la paix et la sécurité, dans notre espace, est inséparable de notre lutte pour le développement. Le terrorisme et le crime organisé sont des symptômes. Nous sommes déterminés à nous attaquer à la maladie dont ils sont le reflet : la pauvreté et les inégalités. A terme, c'est non pas les armes, mais l'éradication de celles-ci, qui nous permettra de vaincre définitivement le terrorisme.
Avec l'explosion démographique que connaissent nos pays, notre jeunesse, si nous n'arrivons pas à la nourrir, à l'éduquer, à la former, à la soigner et à lui trouver des emplois, aura tendance à céder de plus en plus aux sirènes du terrorisme. Voilà pourquoi, en plus de ce que nous faisons isolément au niveau national, nous avons conçu le Plan d'Investissements Prioritaires du G5-Sahel, validé en Juin 2017 à Bamako, plan qui a pour objectifs
la réalisation d'infrastructures routières, ferroviaires et énergétiques, le renforcement de la gouvernance, de la défense et de la sécurité, la résilience et le développement humain dans les zones frontalières fragiles exposées aux menaces terroristes.
Ce plan était constitué de 105 projets dont le coût global est estimé à environ six (6) milliards d'euros. La première phase de ce plan, couvrant la période 2019- 2021, d'un montant de deux (2) milliards d'euros a fait l'objet de la conférence de coordination des partenaires et bailleurs de fonds le 6 Décembre 2018 à Nouakchott. Cette conférence a permis d'enregistrer 2,4 milliards d'euros d'annonces. Le cadre de suivi de la mise en œuvre de cette première phase a été adopté au conseil des Ministres du G5 Sahel, le 3 Février 2019, ici-même, à Ouagadougou. Par ailleurs, des requêtes ont été déjà transmises à des partenaires pour des projets d'infrastructures routières, les termes de référence de l'étude de faisabilité du projet de chemin de fer reliant les capitales du G5-Sahel sont disponibles tandis que la réflexion sur la création d'une compagnie aérienne commune se poursuit.
S'agissant de la jeunesse et des femmes, couches les plus vulnérables dans le conflit qui nous oppose au terrorisme et au crime organisé, la Stratégie Intégrée de la Jeunesse (SIJ) et son plan d'action sont en cours d'élaboration pendant que la plateforme des femmes a été lancée le 12 Octobre 2018.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Le combat que nous menons contre le terrorisme et le crime organisé est multiforme. Il est non seulement sécuritaire et économique mais aussi idéologique.prn-2 C'est pourquoi nous avons décidé de mettre l'accent sur la prévention. Ainsi nous avons installé, au Niger, le 31 Octobre dernier, l'Antenne Nationale de prévention de la Radicalisation et de l'Extrémisme violent. Je sais que chacun de nos pays dispose de structures similaires mais nous devons organiser la riposte idéologique à l'échelle du G5-Sahel.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Permettez-moi, à nouveau de saluer et de remercier nos partenaires pour leur engagement à nos côtés. J'ai pu, tout au long de mon mandat à la tête de notre organisation, apprécier le niveau de cet engagement à plusieurs reprises notamment à Bruxelles, le 23 Février 2018, à l'occasion de la table ronde sur le financement de la force conjointe et à Nouakchott, le 6 Décembre 2018, à l'occasion de la conférence de coordination des partenaires
sur le financement du Plan d'Investissements Prioritaires (PIP). J'ai pu également le constater, sur le terrain, à travers les actions menées par la Force Barkhane. Je fonde l'espoir que cet engagement se poursuivra et se renforcera davantage et qu'ensemble nous triompherons du terrorisme et du crime organisé.
C'est sur cette note d'espoir que je déclare ouverts les travaux du 5ème Sommet ordinaire du G5-Sahel.
Je vous remercie. ».
Onep
06/02/19


declaLa liste des partis politiques nigériens vient de s'agrandir, suite au lancement officiel, le dimanche 3 février dernier à Niamey, des activités du Parti pour l'Unité, la Solidarité et le Développement (PUSD)-Lokatchi nouvellement créé. Le PUSD est né de l'ambition d'une nouvelle génération d'hommes politiques, qui s'engage avec beaucoup d'énergie pour le développement du pays. Lors de cette cérémonie solennelle de lancement des activités du parti, en présence des représentants de la MRN, du FRDDR, des partis non affilés et ceux des OSC, le président du PUSD Lokatchi M. Maman Rabiou a décrit son parti comme ''un rassemblement moderne de toutes les sensibilités nationales, de toutes les conditions sociales et de tous les âges''.

Cette déclaration de création du PUSD-Lokatchi, fait suite à son Assemblée générale constitutive du 20 Novembre 2018, et annonce l'arrivée du nouveau parti sur l'échiquier politique national en vue des échéances présidentielles de 2021. En effet, le PUSD vient avec une vision sociale intitulée ''Nouvelle ère. De cette dernière découlent des valeurs, des aspirations et des défis traduits en quatre piliers, sous le signe du développement à la base, à savoir une démocratie délibérative, éthique et tournée vers l'avenir ; l'accroissement du potentiel de nos ressources humaines ; la garantie d'une société juste, équitable et stable pour le bien-être de tous et les transitions nécessaires pour bâtir un Etat viable et enviable''. Selon le président du parti, M. Maman Rabiou, le Parti pour l'Unité, la Solidarité et le Développement entend mobiliser toutes les énergies, toutes les ressources humaines, matérielles et financières pour faire du Niger un pays émergent. « Nous sommes convaincus au PUSD, que notre pays pourra atteindre l'émergence, mais à condition qu'on se mobilise dès maintenant pour travailler énergiquement, en mettant à contribution notre énorme potentiel humain. Notre génération a une grande responsabilité. Nous devons engager des réformes profondes, indispensables pour sortir le Niger de la pauvreté », a-t-il précisé.
En ce début du 21ème siècle, le PUSD-Lokatchi s'engage à construire un modèle de société fondé sur les principes universels de la justice sociale. « Evitant tout dogmatisme, le parti propose au peuple nigérien une ligne politique sous-tendue par un programme d'actions concrètes ». Relativement au contexte global du pays et le niveau actuel du développement, le PUSD-Lokatchi estime qu'il faut un système basé sur la solidarité, l'unité et l'inclusion. Par la voix de ses leaders le parti PUSD se dit ouvert à toutes les composantes sociales du pays. Il se proclame une formation politique qui regroupe toutes les nigériennes et tous les nigériens, patriotes et démocrates, sincères et désireux de réaliser l'unité nationale, de combattre toute forme de privilèges ou de particularismes.

Mahamane Chékaré Ismaël(Stagiaire)

06/02/19


prn-1Le Président de la République Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou est arrivé hier dans l'après-midi, à Ouagadougou au Burkina Faso où il participe au 5ème sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement du G5 Sahel qui se tient ce 5 février dans la capitale burkinabè. A son arrivée à l'Aéroport international de Ouagadougou, le Chef de l'Etat a été accueilli par son homologue SE. Rock Marc Christian Kaboré, Président du Faso. Le Chef de l'Etat a reçu les hommages militaires, avant d'être salué par les membres du gouvernement burkinabè ainsi que par plusieurs autres personnalités. Le président Issoufou a aussi reçu un accueil chaleureux de la part des membres de la communauté nigérienne et celle des autres pays membres du G5 Sahel résident au Burkina Faso. Au cours de ce sommet, le Président de la République SE. Issoufou Mahamadou, Président en exercice du G5 Sahel devrait passer le témoin à son homologue burkinabè SE. Rock Marc Christian Kaboré pour poursuivre la mise en œuvre de cette initiative multilatérale pour la sécurité collective et le développement intégré des cinq Etats membres.
Il faut rappeler qu'à son départ de Niamey, le Président Issoufou Mahamadou a été salué par plusieurs personnalités civiles militaires avant d'être accompagné au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini. Le Chef de l'Etat est accompagné dans ce déplacement de M. Mahamadou Ouhoumoudou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République ; M. Kalla Ankouraou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur ; M. Kalla Moutari, ministre de la Défense nationale et Mme Kané Aichatou Boulama, Ministre du Plan.

Onep
05/02/19


cesocL'Ambassadeur de Turquie au Niger, S.E Mustafa Turker Ari a rendu une visite de courtoisie au président du Conseil Economique, Social et Culturel, M. Saley Saidou, le 1er février dernier. Cette visite de prise de contact a permis aux deux personnalités d'échanger sur les attributions et les missions de cette institution nationale.

Au cours de cette visite, le président du CESOC, M. Saley Saidou a longuement échangé avec son hôte sur des questions relatives aux attributions et missions du CESOC. « L'Ambassadeur a pris bonne note tout en promettant qu'il va voir comment on peut appuyer le Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) pour qu'il puisse bien mener sa mission. Et en ce qui nous concerne, nous allons très bientôt nouspréparer pour voir dans quelles conditions on peut élaborer des projets à soumettre à la Coopération turque pour financement afin d'améliorer les actions de notre institution», a dit le président Saley Saidou.
Auparavant, l'Ambassadeur de Turquie au Niger S.E Mustafa Turker Ari a déclaré qu'il est venu rendre au président du CESOC une visite de courtoisie. « Je suis au Niger il y a de cela 20 jours et il est tout à fait naturel pour moi de faire une visite de courtoisie au niveau des institutions nigériennes afin de m'imprégner des activités de ces différentes administrations. J'ai reçu de la part du président du CESOC un briefing sur le fonctionnement, les attributions et les missions de cette structure combien importante dans l'architecture institutionnelle du Niger.
Hassane Daouda (onep)
05/02/19


audience-1Le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou, a reçu dans la journée d'hier dimanche une importante délégation du secteur de l'électricité du Nigeria en mission au Niger sur la question de la fourniture de l'énergie électrique à notre pays. Selon le Président Directeur général de la Société nigériane ''Mainstream Energy Solutions Limited'' qui gère les barrages hydro-électriques de Kaindji et Jaba sur le fleuve Niger et qui est également le bailleur d'énergie électrique à notre pays à travers le partenariat avec la Nigelec, M. Lamu Audu, « cette mission s'impose pour asseoir un meilleur partenariat suite à des réformes profondes opérées par le Gouvernement du Nigeria dont la libéralisation du secteur de l'énergie notamment le passage de plusieurs sociétés du Gouvernement vers le privé. Dans cette coopération de la fourniture de l'électricité du Nigeria au Niger, la Société Mainstream a déjà l'avantage d'entretenir un partenariat fructueux avec la Société nationale Nigelec qui détient déjà 5% des actions de la Société Stream » a-t-il expliqué. « Nous sommes le fournisseur d'énergie pratiquant les plus bas tarifs au Nigeria mais face à de multiples sollicitations dont nous faisons l'objet il était de notre devoir d'engager des consultations avec les autorités nigériennes et la Société Nigelec sur les termes de la continuité de notre partenariat. La délégation comprenait également le Directeur général de la TNC (Transmission Nigeria Corporation) entité gouvernementale nigériane en charge de la répartition de l'énergie électrique produite au Nigeria, M. Ousman Gur Mohamed qui a indiqué que malgré la libéralisation du secteur de l'énergie électrique au Nigeria, ce dernier tient à honorer ses engagements de coopération et de partage dans le domaine de la fourniture de l'énergie électrique avec les pays de la sous-région notamment le Niger. Quant au Directeur général de la Nigelec, M. Khalid Hassan, il a indiqué que cette rencontre a réjoui le Chef de l'Etat qui a marqué son accord pour la continuité du partenariat et a mandaté la ministre de l'Energie et les responsables de la Nigelec « pour conduire les négociations tarifaires pour parvenir à un deal, une bonne offre tarifaire à notre pays ». L'audience s'est déroulée en présence de la ministre de l'Energie, Mme Amina Moumouni.
audience-2Le samedi 2 février dernier, le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a reçu, dans la matinée à sa résidence, M. Hussain Alnowais, Président de l'AMEA Power LLC. A sa sortie de l'audience M. Hussain a expliqué que les infrastructures et les questions de l'énergie étaient au centre de l'entretien. « J'ai été très honoré d'être reçu par le Président de la République avec qui j'ai eu des échanges très fructueux. Je suis admiratif de la vision du Chef de l'Etat et de l'espoir qu'il a pour ce grand et beau pays qui a d'énormes potentialités. Nous, en tant qu'investisseurs nous allons aider et accompagner le Président de la République à accomplir cette vision en investissant dans les domaines des infrastructures, principalement dans le domaine de l'énergie. La vision du Président de la République c'est d'attirer les investisseurs pour investir dans les infrastructures, mais aussi dans l'agriculture en ajoutant de la valeur aux produits agricoles. Il y a le besoin en infrastructures et en énergie, et nous en tant que investisseur nous allons accompagner cette vision », audience-3a déclaré le Président de l'AMEA Power LLC. Cette audience s'est déroulée en présence du Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou et du Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou.
Il faut rappeler que le vendredi 1er février dernier, le Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou a reçu en audience, le président de la Confédération Africaine de Football (CAF), M. Ahmad Ahmad, qui séjourne au Niger, dans le cadre des compétitions de la phase finale de la CAN U20 Niger 2019. A l'Issue de l'audience, le président de l'instance du football africain s'est réjoui de l'entretien que lui a accordé le Président Issoufou Mahamadou. M. Ahmad a ensuite indiqué qu'ils sont venus présenter leur respect au Président de la République en cette veille de la coupe d'Afrique des nations totale U-20 Niger 2019. « C'est une formalité habituelle, ce n'est pas une visite de travail, c'est une visite de courtoisie pour marquer notre respect envers le Chef de l'Etat et à travers lui, envers toute la population du Niger, qu'il a le mandat de représenter», a précisé M. Ahmad. Il a ajouté avoir déjà manifesté la reconnaissance de la CAF à l'endroit du Chef de l'Etat pour son implication personnelle et pour l'engagement du pays dans l'organisation de cette compétition. Cette audience s'est déroulée en présence du ministre Directeur de cabinet du président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, du ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Kassoum Moctar et du président de la Fédération Nigérienne de Football (FENIFOOT), le Colonel-major Djibrilla Hamidou.

Mahaman Bako, Mahamadou Diallo et Ali Maman(onep)
04/02/19

Politique

A la Présidence de la République : Réunion du Conseil de Sécurité autour du Chef de l'Etat Issoufou Mahamadou

A la Présidence de la République : Réunion du Conseil de Sécurité autour du Chef de l'Etat Issoufou Mahamadou

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Chef suprême des Armées, Issoufou Mahamadou a présidé, hier mardi 19 février, à la Présidence, la 4ème réunion du Conseil National de Sécurité, au titre de cette année 2019. Ont pris part à cette rencontre, le ministre d'Etat en charge de l'Intérieur, le Ministre de la Défense nationale, celui des Finances, celui de la Justice, ainsi que les responsables des Forces de Défense et de sécurité...

Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) : Les fonctionnaires des Assemblées nationales du Benin, du Niger et du…

Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) : Les fonctionnaires des Assemblées nationales du Benin, du Niger et du Mali à l'école de l'administration et organisation du travail parlementaire

Le 2ème vice-président de l'Assemblée nationale, M. Mahamane Elhadj Ali Liman, a présidé hier l'ouverture d'une session de formation organisée par l'Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) et l'Université Senghor sur l'administration et l'organisation du travail parlementaire. Durant six (6) jours, la quarantaine de fonctionnaires des Assemblées nationales, venus du Niger, du Benin et du Mali poursuivront un cycle de 33 heures ...

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 15 FEVRIER 2019

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 15 FEVRIER 2019

      Le Conseil des Ministres s'est réuni ce jour, vendredi 15 février 2019, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA ...

Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, procède à la pose de la première pierre du nouvel immeuble du Mini…

Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, procède à la pose de la première pierre du nouvel immeuble du Ministère des Finances : Un joyau pour l'institution et la modernisation de la Capitale

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a procédé hier matin à Niamey, à la pose de la première pierre du nouvel immeuble du Ministère des Finances. Ce building de grand standing au cœur de Niamey, d'un coût global de 25 Milliards de FCFA et de 22 700m² de superficie sera construit sur fonds propres de l'Etat avec l'expertise de la Société turque SUMMA. L'ouvrage entre dans le cadre de la modernisation de n...

Fin de la visite du président de l'Assemblée Nationale à Genève (Suisse) et à Rabat (Maroc) : SEM. Ousseini Tinni a rega…

Fin de la visite du président de l'Assemblée Nationale à Genève (Suisse) et à Rabat (Maroc) : SEM. Ousseini Tinni a regagné Niamey, hier, en début de matinée

Le président de l'Assemblée Nationale, SEM Ousseini Tinni, a regagné Niamey en début de matinée du mercredi 13 février 2019, de retour de Genève, en Suisse, où il a pris part activement aux travaux de la première réunion préparatoire de la 5ème conférence des présidents des parlements de l'Union Interparlementaire (UIP) et pour une visite de travail au parlement Marocain à Rabat du 03 au 12 février 2019.A sa descente d'avion à l'aéropor...

Assemblée nationale/Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération : Séance de travail avec l'ambassadeur de la…

Assemblée nationale/Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération : Séance de travail avec l'ambassadeur de la République de Turquie au Niger

Les députés membres de la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération de l'Assemblée nationale ont tenu, vendredi dernier dans la salle de réunion de ladite commission, une séance de travail avec l'ambassadeur de la République de Turquie au Niger, SE. Mustafa Turker Ari. L'objectif de cette rencontre dirigée par M. Bachir Abdoul Aziz Sidi, président de la Commission, est de discuter sur la coopération, le renforcement de rel...

Fin du 32ème Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA), à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Préside…

Fin du 32ème Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA), à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Président Issoufou Mahamadou, vice-président de l'UA pour la zone Afrique de l'Ouest

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, hier dans l'après-midi, de retour d'Addis-Abeba, en Ethiopie, où il a pris une part active aux travaux du 32ème Sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine. Si ce 32ème Sommet de l'Union Africaine a été marqué par la désignation du Président égyptien, SE. Abdel Fattah Al-Sissi, pour assurer la présidence en exercice de l'Union, ...

Lancement du Programme de promotion d'une alternance démocratique pacifique : Pour une alternance démocratique paisible …

Lancement du Programme de promotion d'une alternance démocratique pacifique : Pour une alternance démocratique paisible et crédible

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), en collaboration avec USAID (Agence Américaine pour le Développement International), NDI (Institut National Démocratique) et IFES (Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux), a procédé, hier à Niamey, au lancement du Programme « Promouvoir une alternance démocratique pacifique à travers des élections libres, transparentes et inclusives ». La cérémonie s'est déroulée en ...

32ème session du Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, à Addis Abeba (Ethiopie) : Examen des …

32ème session du Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, à Addis Abeba (Ethiopie) : Examen des réformes de l'UA et de plusieurs dossiers stratégiques

      Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, prend part aux travaux de la 32ème session du sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, ouverts hier dimanche 10 février 2019, à Addis Abeba Ethiopie. Cette rencontre s'est penchée sur les réformes de l'institution continentale, ainsi que sur l'examen et l'adoption de plusieurs rapports thématiques sur des dossiers stra...

Présentation du Rapport sur l'état des négociations de la ZLECAf soumis à la 32ème : Session ordinaire des Chefs d'Etat …

Présentation du Rapport sur l'état des négociations de la ZLECAf soumis à la 32ème : Session ordinaire des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la Conférence de l'Union Africaine

      « Nous avons maintenant atteint un point décisif dans le processus de réalisation de notre vision d'un marché commun africain. Nous sommes en passe d'entrer dans la phase opérationnelle de ce processus » déclare SE. Issoufou Mahamadou, Champion de l'UA pour la ZLECAf.Excellence Monsieur Paul Kagame, Président en exercice de l'union Africaine,Excellences Mesdames et Messieurs les chefs d'Etats et de Gouvernements,...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.