Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a visité le vendredi 26 octobre dernier, le chantier du 3ème Pont de Niamey ou ''Pont Général Seyni Kountché'' qui va relier le quartier Goudel à la rive droite. Lancés il y a 10 mois, les travaux de ce chantier sont à un taux d'avancement global de 23% pour un délai de 36 mois. L'objet de ce déplacement du Président de la République, est de constater de visu l'évolution des travaux, de recenser les difficultés rencontrées et enfin de s'assurer que cet ouvrage structurant sera réceptionné à la date prévue, en juin 2020.
Selon les techniciens, les caractéristiques du projet sont les suivantes : une plateforme de 23 m, un trottoir de 2,5m, une bordure à gauche de 0,5m, deux voies de véhicules automobiles de 2 X 3,5 m, une bordure à gauche de 0,5 m, un terre-plein central de 2,00 m, une bordure à droite de 0,5m, deux voies de véhicules automobiles de 2X3, 5m, une bordure à droite de 0,5m, un trottoir de 2,5m. La largeur du pont est égale à celle de la plateforme. Les poutres en T en béton précontraint 23X40m simples et continues seront adaptées sur le pont principal d'une longueur de 928m. Le pont de la branche du fleuve d'une longueur de 126m utilisera également des poutres en T en béton précontraint de 6X20m simples et continues. Pour ce qui des voies d'accès, elles auront une longueur de 2 553m et seront constituées d'une chaussée avec une couche de roulement en béton bitumineux. La section de transformation de la route des ambassades qui sont en 4 voies entre le point de départ et le boulevard Askia Mohamed seront élargies en 6 voies doubles sens sur une longueur de 158 m.
L'on comprend aisément l'intérêt qu'accordent les autorités du pays, en particulier le Président de la République dans la réalisation de ce joyau qui reliera Goudel à la route Torodi en passant par le quartier Kourtéré. Une fois réalisée, cette voie rapprochera les deux cotés de la ville, facilitera la circulation dans ce secteur, embellira aussi ce pan de la ville de Niamey sans compter qu'à l'heure actuelle des centaines de jeunes nigériens et chinois travaillent pour la concrétisation de ce rêve.
visite-prnA son arrivée sur le chantier, le Président de la République a trouvé plusieurs personnalités qui l'attendaient dont entre autres, l'Ambassadeur de Chine au Niger, SE Zhang Lijun, le Directeur de cabinet du Président de la République, M. Mahamadou Ouhoumoudou, le ministre de l'Equipement Kadi Abdoulaye, ainsi que les autorités régionales et celles de la Ville de Niamey. La visite a commencé par l'explication des techniciens du schéma de ce pont. Peu après, la délégation s'est rendue sur le site proprement dit pour constater l'évolution des travaux.

A l'issue de cette visite, le Président de la République s'est exprimé en ces termes : «Je suis satisfait de l'évolution des travaux sur ce chantier auquel j'attache une grande importance. Il s'agit d'un investissement important d'environ 51 milliards de FCFA. Le chantier avance normalement et plaise à Dieu nous espérons le réceptionner au mois de juin 2020 »prn-3. Evoquant l'opportunité que cela représente à notre jeunesse, le Président de la République a ajouté que c'est un chantier important qui donne l'occasion de créer des emplois aussi pour les jeunes nigériens. « Il ya près de 300 jeunes nigériens avec leurs collègues chinois qui travaillent sur ce chantier » a déclaré le Président Issoufou Mahamadou. S'agissant des difficultés, le Chef de l'Etat a reconnu qu'il y a quelques une qui lui ont été signalées. « D'abord, il y a la question d'expropriation des populations qu'on doit prendre en main. Et puis pour éviter des retards nous dévons demander à la NIGELEC de rehausser la ligne haute tension au niveau de Goudel » a dit SE Issoufou Mahamadou.
Bref, le Président de la République a conclu en ces termes : «Je suis totalement satisfait de ce que j'ai constaté sur le terrain. L'entreprise chinoise travaille très bien ; elle exécute dans de bonnes conditions le contrat qui la lie aux autorités nigériennes et chinoises. J'espère qu'en fin juin 2020 nous allons inaugurer cette infrastructure extrêmement importante pour la ville de Niamey qui vient s'ajouter comme vous le savez aux autres infrastructures qui ont été réalisées au bénéfice de la population nigérienne ». Pour ce qui est du dédommagement de la population riveraine, le Chef de l'Etat, a assuré que les mesures sont prises. « Les riverains vont être dédommagés comme on l'a fait dans le cadre des autres réalisations qui ont été faites non seulement dans le pays en général et ici à Niamey en particulier», a assuré le Président de la République.

Mamane Abdoulaye(onep)
29/10/18

 

 

 


assembleeLes travaux de la 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018 dite session budgétaire de l'Assemblée nationale se poursuivent à l'hémicycle Place de la Concertation à Niamey. Au cours de la séance plénière du vendredi 26 octobre dernier, les parlementaires ont procédé à l'examen et au vote de deux (2) projets de loi dont celui portant Régime fiscal et douanier spécifique applicable à la Société Nigérienne de Charbon d'Anou Araren (SONICHAR). La séance plénière a été présidée par le 1er Vice-président de l'Assemblée nationale, M. Iro Sani en présence du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.
Le premier projet de loi examiné par les députés est celui autorisant la ratification de l'accord de subvention n° D3420-NE d'un montant équivalent à quatorze millions de Droits de Tirage Spéciaux (14 000 000 DTS), signé le 27 août 2018 à Niamey entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID) pour le financement du projet « données de qualités nécessaires à la prise de décision ». Ce projet, pour lequel, la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération a été saisie sur le fond, s'inscrit dans la catégorie des instruments juridiques internationaux. Il vise à améliorer la qualité, la disponibilité et l'utilisation des statistiques macroéconomiques et sectorielles. Il a été adopté par les députés par 123 voix favorables, zéro (0) voix contre et une (1) abstention. Le projet en question sera mis en œuvre à travers trois (3) composantes à savoir l'amélioration de la qualité des données et usages ; la modernisation et professionnalisation du système statistique national et la gestion et la coordination du projet.
Quant au deuxième projet de loi concernant le régime fiscal et douanier spécifique applicable à la Société Nigérienne de Charbon d'Anou Araren (SONICHAR), il a été étudié, dans le fond, par la Commission des Finances et du Budget. Pour rappel, la SONICHAR a été créée le 28 avril 1975 par l'Etat du Niger et ses partenaires avec un capital social de 19,73 milliards de FCFA dont 69% détenus par l'Etat. Sa principale mission est de répondre aux besoins énergétiques des sociétés minières installées dans la région d'Agadez et à ceux de la NIGELEC. Elle contribue également à des actions sociétales dans la zone. Les parlementaires ont jugé utile après un long débat souvent houleux, d'adopté le texte avec 107 voix favorables, une (1) voix contre et quatre (4) abstentions. Il ressort des débats que, cette reconduction s'avère plus que nécessaire pour créer les conditions de viabilité et de pérennisation de la société. Il s'agit de la reconduction identique des avantages fiscaux et douaniers contenus dans la convention de base à l'exception de certains impôts communautaires créés par les traités sous régionaux et régionaux qui priment sur les lois internes.

Seini Seydou Zakaria(onep)
29/10/18

 

 

 


rencontreLe Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a présidé hier matin dans la salle des Conseils des ministres, une réunion sur le secteur privé. C'était en présence du Premier ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, des membres du gouvernement, et des opérateurs économiques. Le secteur privé, compte tenu de son importance, peut jouer un rôle capital pour le développement économique et social de notre pays. C'est ainsi que l'Etat est à pied d'œuvre pour explorer et mettre en œuvre des stratégies permettant d'inciter les opérateurs économiques pour que le secteur privé puisse apporter sa contribution pour le développement économique et social du Niger. Il est important de souligner que la mise en œuvre du Plan du Développement Economique et Social (PDES) requiert la participation du secteur privé qui est générateur de ressources.
A l'issue de la réunion, le ministre, Conseiller Spécial du Président de la République, M. Alma Oumarou, a d'abord indiqué que le Chef de l'Etat a donné des instructions pour que des réflexions soient menées relativement à la contribution que les opérateurs économiques peuvent apporter pour le développement économique et social de notre pays notamment dans le cadre du PDES. A cet effet, il a précisé que des financements importants ont été mobilisés pour le Niger, mais au regard des enjeux et de l'importance du PDES, il s'avère nécessaire que le secteur privé nigérien apporte sa contribution. C'est dans ce cadre que des réflexions ont été menées autour du Chef du gouvernement. Selon lui, ils sont convenus de voir dans quelle mesure le secteur privé nigérien va apporter sa contribution à travers un fonds d'investissement privé.
En outre, M. Alma Oumarou a noté que le secteur privé aime contribuer au développement de l'économie, mais il est confronté à deux obstacles. Le premier obstacle est relatif au financement du fait qu'au niveau des banques, les taux d'intérêts sont souvent inaccessibles et enfin les partenaires au développement ou tout celui qui veut vous aider, vous demandent au préalable votre apport. Il a, à cet effet, confié avoir abouti à un schéma consistant à mettre en place un fonds qui sera doté d'un capital minimum de 5 milliards à 10 milliards de FCFA. M. Alma Oumarou a déclaré avoir défendu cette vision autour du Président de la République. Il a notifié que des opérateurs économiques se sont engagés à titre individuel à participer à la concrétisation de ce projet en injectant une somme de 500 millions.
Le ministre Conseiller Spécial du Président de la République a ajouté que l'Etat s'est engagé à accorder des facilités au secteur privé pour la réussite de la mise en œuvre de ce fonds. Par ailleurs, pour que ce fonds soit utile à l'Etat en contribuant au développement socioéconomique, dit-il, il faut qu'il soit adossé à des projets concrets. Il a précisé que les projets concrets pour le Niger comme le disait le Président de la République, c'est surtout le secteur agro-industriel. « C'est par l'agriculture que nous avons des avantages comparatifs. Le Président de la République a dit qu'un pays qui ne peut qu'importer, ne fait que s'appauvrir. Nous avons des possibilités au niveau national, il nous manque le financement et l'encadrement », a-t-il déclaré.
Il a ajouté que le gouvernement, la Chambre de Commerce et les partenaires au développement comptent mener des actions dans la formation, la formalisation de l'économie nationale à travers tous les projets qui sont conduits notamment dans l'amélioration du climat des affaires. Le gouvernement fera plus, parce qu'il fera tout pour réduire le coût de production en développant les infrastructures routières, a-t-il poursuivi. M. Alma Oumarou a rassuré que le fonds sera essentiellement privé, le reste ne sera que des contributions. Il a précisé qu'ils ont été instruits de passer de ces études à la concrétisation. Il a préconisé qu'une réunion soit tenue autour du Premier ministre, Chef du gouvernement, avec tous leurs partenaires des huit régions et de la diaspora, afin que ce fonds soit rapidement réuni, et passer au travail consistant à participer aux œuvres de développement socio-économique du Niger.
Laouali Souleymane(onep)
26/10/18


reunionLe Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a présidé hier, dans la salle de réunion du Conseil des ministres, la 18ème réunion du Comité interministériel de suivi et de la mise en œuvre (CIO) du programme de l'Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens). La réunion s'est déroulée en présence du Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, de plusieurs membres du gouvernement, des responsables du Haut-Commissariat à l'initiative 3N et de plusieurs autres acteurs intervenant dans le programme. A l'issue de la réunion, le Ministre, Haut-commissaire à l'initiative 3N, M. Ali Bety a tenu un point de presse pour éclairer l'opinion publique sur les points discutés lors de la rencontre.
Le Ministre, Haut-commissaire à l'initiative 3N a indiqué d'abord que cette rencontre périodique vise à faire le point, au Président de la République, des activités jusque-là menées pour la prise de mesures nécessaires à la bonne marche de l'Initiative. Trois principaux points étaient inscrits à l'ordre du jour de cette 18ème réunion, à savoir le suivi de la mise en œuvre des recommandations du CIO du 12 juillet 2018, la situation de la campagne agro-sylvo-pastorale au 30 septembre et l'état d'avancement des cibles du programme de Renaissance II dans son volet Initiative 3N, au 30 septembre 2018.
Concernant le premier point, relatif à la situation agro-pastorale au 30 septembre 2018, le Haut-Commissaire à l'I3N a indiqué que la pluviométrie a été excédentaire, car le cumul, comparé à celui de l'année dernière est normal à excédentaire sur 95% des postes suivis. Quant au cumul pluviométrique saisonnier, il a oscillé entre 272 et 1157 mm et, est excédentaire sur 54% des postes suivis comparativement à la moyenne sur la période 1981-2010, (30 ans). Au plan agricole, selon M. Béty, les cultures dans leur ensemble (mil, sorgho, niébé et arachide) sont en majorité au stade de maturité sur l'ensemble des régions du pays. L'approvisionnement des marchés est satisfaisant pour presque tous les produits, excepté en sorgho du fait du retard accusé dans sa maturité. Ces prix sont en baisse par rapport à ceux de la même période de l'année passée et de la moyenne des cinq dernières années (respectivement -8%
et -2%).
« Toutefois, la situation phytosanitaire a été marquée par la persistance des infestations dues aux insectes floricoles sur le mil au stade floraison-début grenaison dans une dizaine de départements, et quelques foyers de sautereaux dans les départements de Bosso, de Diffa, de Dakoro, d'Aguié, de Mayahi, de Tessaoua, d'Abalak, de Tchintabaraden, de
Tahoua et de Madaoua. De même, on a signalé des attaques de la chenille mineuse de l'épi du mil dans les départements de Boboye, de Bouza, de Tahoua, d'Ayorou et de Tillabéri et une manifestation d'oiseaux granivores dans les départements de Tahoua, de Malbaza et de Gouré vite maîtrisée», a-t-il précisé. En termes de perspective, avec l'hypothèse haute d'arrêt des pluies au 30 septembre 2018, les pronostics de production au 31 août 2018, font ressortir au plan national des productions attendues de l'ordre de 92%. Au niveau des régions, des productions moyennes à bonnes supérieures à 80 % sont attendues dans toutes les régions sauf celle d'Agadez où la production serait de l'ordre de 68%. Toutefois, 2315 villages répartis au niveau de l'ensemble des régions, soit 19% des villages agricoles sont considérés à risque. Les retards de semis et de croissance enregistrés, les vents de sable, les longues séquences sèches sont autant de facteurs qui sont à la base de cette situation.
Au plan pastoral, la situation est assez bonne dans l'ensemble par rapport à la campagne 2017. « Le pâturage herbacé reste disponible et bien accessible aux animaux dans presque toutes les régions aussi bien en zone agricole qu'en zone pastorale et les stades dominants varient de la maturité à l'assèchement. La situation pastorale dans les enclaves, les jachères et les forêts classées est satisfaisante à l'exception des départements de Torodi et de Say. Aussi, l'abreuvement des animaux s'effectue sans grande difficultés à partir des points d'eau de surface qui sont bien reconstituées et disposent d'un très bon niveau de remplissage. Quant aux zones peu arrosées, l'abreuvement des animaux s'effectue aussi bien au niveau des eaux souterraines qu'au niveau des points de surface », a ajouté le responsable de l'I3N.
La situation d'alimentation du bétail particulièrement difficile durant le deuxième trimestre 2018 a été vite maitrisée par un achat additionnel de 6 000 tonnes par l'Etat sur le fonds FOSEL et une mobilisation des partenaires techniques et financiers. L'état d'embonpoint des animaux varie de passable à bon au niveau de toutes les régions à l'exception de quelques localités situées dans plusieurs départements. Quant à la situation sanitaire du cheptel, elle est bonne, a estimé M. Ali Bety. « Les quelques suspicions de maladies ont été rapidement prises en charge par les services vétérinaires. Il s'agit de suspicions de foyers de pasteurelloses et de parasitoses internes et externes. Ces suspicions ont fait l'objet de prélèvements. Sur les 103 échantillons analysés par le LABOCEL, 83 ont été confirmés. La campagne gratuite de vaccination du cheptel a permis d'obtenir les résultats suivants : 3 321 698 têtes de bovins vaccinés contre la PPCB (Péripneumonie Contagieuse des Bovidés) soit un taux de réalisation de 31% ; 14 168 271 têtes de petits ruminants vaccinés contre la PPR (Peste des Petits Ruminants) soit un taux de réalisation de 61% ; 218 141 têtes de camelins vaccinés contre la pasteurellose soit un taux de réalisation de 26%. La vaccination va se poursuivre pour atteindre le taux de 80% pour la PPCB, 80% pour la PPR et 60% pour la pasteurellose cameline », a-t-il dit.
Par rapport à la recommandation sur les semences, une étude pour la mise en place d'une stratégie d'appui aux systèmes communautaires de production de semences de qualité par la mise en valeur des Centres de Promotion
Rurale (CPR) et des centres régionaux semenciers pour des fins de production communautaire de semences a été réalisée. Cette étude a abouti à l'élaboration d'un programme de production de semences communautaires qui a fait l'objet d'adoption par arrêté n°304/MAG/EL/DIRCAB/SG/DGA du 29 août 2018. La mise en œuvre de cette stratégie est programmée pour 2019. Elle contribuera à partir de 2020 à combler les besoins nationaux en semences. Concernant la recommandation sur l'acquisition d'un avion pour le traitement des champs, l'appareil devrait être acheminé en Août 2018 : « la société ayant exigé le paiement intégral de la facture d'un montant de l'ordre de 635 millions FCFA, la DGPV a demandé au préalable une expertise de l'Agence Nationale de l'Aviation Civile (ANAC) avant le payement. Il est attendu une mission de l'ANAC au Canada pour l'expertise de pré-classification le 07 novembre 2018 après quoi sera activé le processus de payement et la livraison de l'appareil », a précisé M. Bety.
Evoquant les phénomènes exceptionnels, M. Béty a rappelé que des inondations ont été enregistrées dans plusieurs localités du pays, faisant 208 416 personnes sinistrées (soient 27 864 ménages), 45 décès, 34 429 têtes de bétails décimées et 17 389 maisons effondrées). En 2017 à la même période, l'on dénombrait 193 790 personnes sinistrées (27 733 ménages), 54 pertes en vie humaine et 9 267 maisons effondrées. La région de Dosso est la plus touchée, suivie de Zinder, Maradi et Diffa. En matière de réponse, le Gouvernement et ses partenaires ont apporté des appuis divers : 705 tonnes de céréales ; 108 tonnes de lait ; 5 tonnes de sucre ; 3 tonnes d'huile ; 1,25 tonnes de sel et 12,25 millions FCFA en Cash et plusieurs kits de produits pharmaceutiques. Concernant l'appui aux populations sinistrées suite aux inondations, M. Bety a souligné qu'au cours de la période de juillet au 5 septembre 2018, 533,1 tonnes de vivres, dont du mil, du riz et des pâtes alimentaires ont été distribuées à 8.500 ménages soit 59.000 personnes sinistrées. Un appui financier de 11 050 000 FCFA a été mis à la disposition des ménages victimes des inondations dans la région d'Agadez. 14 486 unités de kits composés de couvertures, moustiquaires, nattes et tentes et des produits d'entretien divers ont été également mises à la disposition des ménages sinistrés. Toutefois la reconstruction du capital bétail nécessite l'élaboration d'un projet spécifique à soumettre aux PTF. « Un appui spécifique aux éleveurs ayant perdu leur bétail n'a pas été effectué, et est envisageable dans le cadre des programmes à concevoir», a-t-il notifié.
Concernant la question de la récupération des fonds du sucre Ramadan, le ministre a précisé que la situation de l'opération Sucre Ramadan 2018, au 30 septembre 2018, se résume comme suit : 3 000 tonnes achetées pour une valeur 1 392 500 000 FCFA ; 3120,50 tonnes mises à la disposition de la population, 2 942,23 tonnes vendues pour une valeur de 1 029 780 500 FCFA ; 872 089 875 FCFA, soit un taux de recouvrement de 84,69% ; 178,27 tonnes sont enregistrées comme stock invendu.
Par rapport au 2ème point, M. Béty a indiqué que la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2018 a été bonne voire excédentaire dans certaines régions. Pour lancer la campagne plusieurs ministres ont effectué des visites dans les différentes régions. D'une manière générale, « les missions ont constaté une bonne préparation de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2018 avec la mise en place à temps d'importants
intrants et diverses autres formes d'assistance apportées aux producteurs par l'Etat et les Partenaires Techniques et Financiers ». Selon lui, à la date du 20 juillet 2018, 97,54% des villages suivis ont effectué le semis humides contre 99% en 2017 à la même période. La situation de la campagne suscite assez d'espoir avec le retour des pluies et surtout si les tendances pluviométriques, zoo-sanitaires et phytosanitaires actuellement favorables à une bonne production, se maintiennent jusqu'à la fin normale des cycles des cultures. Les missions ont permis au Gouvernement de disposer d'informations lui permettant d'anticiper sur les dispositions à prendre. « Dans toutes les localités, les Ministres ont exhorté toutes les composantes de la population, notamment les Autorités administratives, les Chefs traditionnels et les Oulémas à implorer Dieu pour qu'Il descende la paix dans notre pays et qu'Il nous gratifie d'un hivernage fécond. En plus, les Ministres ont demandé aux populations d'apporter leurs contributions à la quiétude sociale (en particulier dans le secteur scolaire) et leur soutien aux FDS dans leurs efforts de sécurisation du pays », a rappelé le responsable de l'I3N.
Sur le 3ème point, M. Béty, a indiqué que partout, les
populations ont accueilli favorablement les importantes réalisations du Programme de Renaissance Acte II pour le Niger et ont demandé aux Ministres de transmettre au Président de la République et au Premier Ministre, leur gratitude et leur profonde reconnaissance pour le souci constant qu'ils ont toujours manifesté pour la sauvegarde des intérêts du Niger et des Nigériens, dans tous les domaines de la vie socio-économique, culturelle et politique.

Mahamadou Diallo
25/10/18


audience-prnLe Président de la République, chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou a reçu hier en audience l'Ambassadeur de France au Niger, SE Marcel Escure. A sa sortie d'audience, le diplomate français a confié avoir discuté avec le Chef de l'Etat, de la sécurité régionale, de l'action du G5 Sahel et notamment de la Force conjointe que les Etats du G5 Sahel ont constituée, un bel exemple d'appropriation de la sécurité, avec le soutien d'Etats amis, dont la France. « Nous avons envisagé la planification de prochaines opérations de la Force du G5 Sahel ainsi que les grands échéances de l'organisation, bientôt en conseil des ministres à Niamey ; une réunion de l'alliance Sahel à Niamey et un conseil consacré aux projets de développement en début décembre à Nouakchott » a-t-il précisé. SE Marcel Escure a ajouté qu'ils ont évoqué également au cours de leurs échanges, les questions internationales et en particulier celle sur la Francophonie, dont il s'est félicité de la bonne tenue du sommet de Chefs d'Etat et des gouvernements Francophones à Erevan (Arménie) et la désignation par consensus de la nouvelle Secrétaire générale, la candidate africaine la Rzandaise Louise Mushikiwabo.
Aïchatou Hamma Wakasso(onep)
24/10/18


anifA l'occasion de son 17ième anniversaire, l'Union des Socialistes du Niger, UDSN- Talaka le Bâtisseur a rendu public, le samedi 20 octobre 2018, une déclaration, dans la salle de conférence du Centre Culturel Oumarou Ganda (CCOG) de Niamey. Dans cette déclaration, l'UDSN Talaka le Bâtisseur, par la voix du président de son Comité Exécutif, El Hadj Isoufou Assoumane, s'est prononcé sur la situation sociopolitique et économique du pays.

A l'entame de sa déclaration, le parti UDSN Talaka le Bâtisseur a d'abord adressé ses condoléances les plus émues aux familles endeuillées des Forces de Défense et de Sécurité tombées sur le champ d'honneur, ainsi qu'aux populations victimes des inondations et autres agressions terroristes. «Nous compatissons également aux douleurs des blessés. Nous avons aussi une pensée pour le repos de l'âme de nos camarades disparus, ainsi qu'à ceux qui ont perdu leur vie de par le monde pour le progrès de l'humanité » a déclaré M. Issoufou Assoumane.
Sur le plan sécuritaire, le leader du parti socialiste Talaka le Bâtisseur, estime que l'Afrique a le devoir d'organiser et de mutualiser ses forces de défense et de sécurité, terrestres, maritimes et aériennes pour assurer sa souveraineté. «Cette tutelle des forces étrangères nous rappelle un triste souvenir de l'appétit du colonialisme français à travers l'organisation commune des régions sahariennes (OCRS) dont le but est, la recolonisation et la division des pays du sahel » a–t-il décrié.
Au plan politique « notre idéal est de rassembler tous les Nigériens en une grande famille pour produire, bâtir et construire l'avenir de nos enfants. Cet idéal, nous le partageons avec le Président de la République SE Issoufou Mahamadou qui, aux premières heures de sa prise de pouvoir a fait appel à tous les nigériens de venir à ses cotés pour gérer ensemble l'Etat conformément à la constitution, aux lois et règlements de la République et au programme de la renaissance » A mentionné le président du parti Talaka. « Nous sommes partisans du choix libre de notre peuple de ses dirigeants à travers des élections consensuelles. A cet effet nous saluons et encourageons la reprise du dialogue politique à travers le C.N.D.P.» a ajouté El Hadj Issoufou Assoumane.
Déplorant la concentration des activités économiques à Niamey, en déphasage de l'ambition pour un espace vital, le président du Comité Exécutif de l'UDSN recommande de « déléguer, transférer, déconcentrer les moyens et les ressources nécessaires destinés à chaque région permettant aux opérateurs économiques et entrepreneurs agricoles de faire leurs activités et de se fixer. ». Sur ce même aspect économique, la question monétaire a eu aussi ses appréciations. En effet, le président du parti Talaka conteste de vive voix le Franc CFA, qui est d'après lui, « une monnaie coloniale basée sur la domination économique de l'Afrique. Il faut s'en débarrasser pour l'essor de notre destin » a-t-il plaidé avant d'ajouter, qu'il est aussi temps d'imprimer la souveraineté effective sur nos matières premières afin qu'elles puissent profiter au développement de nos pays.
Par ailleurs l'UDSN Talaka le Bâtisseur a expressément réitéré son soutien à la 7ième République, au regard des pertinentes perspectives de développement, à l'image de l'initiative 3N du Président de la République. Il a également encouragé la politique de l'éducation, en conformité au droit à la formation de la jeunesse, en vue d'assurer un développement socio-économique de qualité. « Nous saluons la création de nouvelles Universités dans toutes les régions, des centres de formation professionnelle, et la professionnalisation de l'enseignement en vue de l'industrialisation du pays » souligne la déclaration.
Cependant, pour le parti UDSN Talaka, la formation professionnelle doit aussi s'adresser aux jeunes de tous les niveaux et à la jeune population carcérale. C'est pourquoi, il exhorte les autorités à intégrer dans les prisons des centres connexes de rééducation et d'apprentissage, pour la réintégration sociale des détenus après leur peine. Les détenus pourront être ainsi, d'utilité publique et générer des revenus leur permettant d'épargner afin de s'éviter la précarité à leur libération. Enfin, le président du Comité Exécutif de l'UDSN Talaka le Bâtisseur a prôné plus d'investissements dans la formation de la jeunesse, car dit-il « c'est le meilleur capital rentable et générateur de croissance équitable ».

Mahamane Chékaré Ismaël
(Stagiaire)

23/1018


panLes travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018 dite session budgétaire de l'Assemblée nationale se poursuivent à l'hémicycle Place de la concertation. C'est ainsi que les députés ont consacré la plénière du samedi dernier à une séance des questions d'actualité avec l'interpellation du ministre de l'Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, M. Magagi Laouan et celui des Finances, M. Massoudou Hassoumi. Les travaux ont été présidés par SE. Ousseini Tinni, président de l'Assemblée nationale en présence du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

D'après le rappel par le secrétaire parlementaire des dispositions du règlement intérieur qui encadre le mode de contrôle de l'action gouvernementale, il convient de noter que, les questions d'actualités sont organisées deux samedis sur quatre au cours desquelles, les députés nationaux interpellent des membres du gouvernement pour être éclairés de l'action gouvernementale. Elles sont précises et concises avec un caractère spontané et ne sont ni déposées au préalable ni publiées au journal officiel.
C'est ainsi que, la première question posée par le député Jalaoul Alkabouss, adressée au ministre Laouan Magagi porte sur les inondations dans la région d'Agadez au cours de la campagne hivernale de 2018 et les dégâts enregistrés. Le député voulait savoir les dispositions humanitaires urgentes prises ou qui seront prises pour atténuer les souffrances des populations sinistrées et si le gouvernement a pensé mettre en place un mécanisme adéquat pour apporter une réponse définitive à ce défi afin que les pluies abondantes ne soient plus synonymes de catastrophes naturelles.
Dans sa réponse à la question du parlementaire, le ministre de l'Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes a reconnu que le Niger a connu cette année des inondations plus que les années précédentes. Cette année, le pays a enregistré 208 416 sinistrés et la région d'Agadez est en 2ème position avec 60.000 sinistrés après celle de Dosso qui a enregistré 63 000. Le ministre Laouan Magagi a rappelé qu'avant la campagne, le gouvernement avec l'appui des partenaires avait pris des dispositions à travers les plans de soutien pour prévoir des appuis à titre de réponses apportées aux populations. « Notre prévision était de 170 000 sinistrés et nous avons enregistré 208 416 », a-t-il déclaré. En ce qui concerne la région d'Agadez, la Banque Mondiale a investi cinq milliards à travers le Projet de Gestion des Risques de Catastrophes et de Développement Urbain (PGRC-DU) dans la région pour venir en appui à la communauté afin d'éviter les catastrophes.
MFLe cas d'Agadez est, selon le ministre, particulier en matière d'inondation. « Il suffit d'avoir 15mm d'eau sur les montagnes de l'Aïr pour qu'il y ait inondation en aval. Parce que c'est sur près de 150 à 200 km que les quantités d'eau sont collectées par des bassins versant et elles viennent surprendre des populations qui habitent dans les vallées. Ces surprises font que les dégâts soient énormes. Face à cette situation, le gouvernement a mis en place un autre projet financé par la Banque Mondiale qui concerne cinq (5) structures du Niger dont mon département ministériel assurant la coordination. Le projet est en train d'expérimenter la prévention et l'alerte. Nous avons également un plan de soutien par le biais duquel, nous avons réglé 50% des besoins en alimentation et en biens non alimentaires. Heureusement, nous n'avons pas eu des dégâts en matière de santé»,M a-t-il expliqué avant de souligner que la région d'Agadez est au centre des préoccupations du gouvernement compte tenu de sa particularité en matière d'inondation.
La deuxième question posée par le député Elhadj Sani Atia et adressée au ministre des Finances porte sur la situation du dédommagement des familles de quelques 270 enfants handicapés dont l'âge varie entre 1 et 15 ans sur 4918 identifiés de la commune de Tibiri Maradi, victimes de malformations osseuses du fait de la consommation d'eau forte en fluor entre 1985 à 2000. En effet rappelle le député, la justice a condamné l'Etat à payer pour chaque enfant, la somme de 2000 000 en raison de 500.000 F par trimestre pour chaque enfants. Mais les familles attendent toujours et c'est pourquoi le député Elhadj Sani Atia, veut savoir qu'est-ce qui bloque le dédommagement des familles de ces enfants.
En réponse à la question, le ministre des Finances, Massoudou Hassoumi, a indiqué que, cette situation a duré. « Je vais vérifier de quoi, il s'agit. Il n'ya pas de raison que la justice tranche une affaire et que le gouvernement ne l'applique pas. Nous n'avons pas de problèmes de ressources pour payer les enfants. Je pense que nous devons retourner et regarder la question afin de prendre des dispositions pour que les enfants rentrent dans leurs droits absolus. Il n'y a pas de raison qu'on ne paye pas. C'est la continuité de l'Etat. Nous allons payer ! », a assuré le ministre des Finances.
Auparavant, les parlementaires ont examiné et adopté le compte rendu sommaire de la séance plénière du lundi 15 octobre 2018 et les modifications à apporter à l'ordre du jour et au calendrier des travaux. Les travaux en séance plénière reprendront le vendredi 26 octobre 2018.

Seini Seydou Zakaria(onep)
22/10/18


coneil-du-19Le Conseil des Ministres s'est réuni ce jour,vendredi 19 octobre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres.
Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

I. AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant approbation du Contrat de partenariat public-privé relatif à la modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani.
Pour la mise en œuvre du Programme de Renaissance acte II, la déclaration de Politique Générale, présentée par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, a prévu le développement des infrastructures de communication, à travers notamment la modernisation des infrastructures aéroportuaires.
Or, la construction et l'équipement des infrastructures aéroportuaires constituent des investissements très lourds que les Etats n'ont pas toujours les moyens de réaliser sur fonds propres.
C'est pour cette raison et eu égard à l'urgence de disposer d'un aéroport qui répond aux exigences du transport aérien, en prélude à l'organisation du sommet de l'Union Africaine prévu en juillet 2019, que le Gouvernement a décidé de réaliser le projet de modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani (AIDH) par voie de partenariat public privé.
Le présent projet de décret est pris conformément aux dispositions de l'article 131 de l'ordonnance n° 2010-23 du 14 mai 2010 portant code de l'aviation civile et à celles de l'article 9.1 de la convention de concession de modernisation dudit aéroport signée avec la société SUMMA, une société de droit turc.

II. AU TITRE DU MINISTERE DES POSTES, des Télécommunications et de l'Economie Numérique.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
2.1. Projet de décret portant orientations, priorités et financement en matière d'accès/service universel aux services des communications électroniques.
L'adoption de la loi n° 2018-45 du 12 juillet 2018, portant règlementation des communications électroniques au Niger et de la loi n° 2018-47 du 12 juillet 2018, portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP) a permis d'apporter les ajustements nécessaires pour permettre au Niger de se conformer aux actes additionnels CEDEAO et aux directives UEMOA sur les communications électroniques, aux fins de contribuer à la création d'un marché commun dans l'espace communautaire.
La mise en œuvre de ces lois nécessite la prise d'actes règlementaires pour parachever le cadre juridique et politique mis en place.
C'est l'objet du présent projet de décret qui détermine les orientations et les priorités en matière d'accès universel aux services des communications électroniques et matérialise les options juridiques et institutionnelles qui découlent des orientations politiques de notre pays, notamment la prise en compte des villages intelligents dans la mise en œuvre de la stratégie d'accès universel.

2.2. Projet de décret portant modalités d'établissement et de contrôle des tarifs des services des communications électroniques.
Le présent projet de décret est pris en application de l'article 35 de la loi n° 2018-45 du 12 juillet 2018, portant règlementation des communications électroniques au Niger.
Il détermine les fonctions de l'autorité de régulation relatives au contrôle des tarifs des services des communications électroniques offerts au public et les modalités applicables par les fournisseurs de services de communications électroniques pour la fixation des tarifs des services qu'ils offrent au public.
Au nombre des innovations qu'apporte le présent projet de décret, on peut citer :
- l'introduction de la notion de rédaction de contrat de services écrit entre les opérateurs et les fournisseurs de services et les utilisateurs ;
- l'introduction de la notion d'opérateur puissant : opérateur considéré comme disposant d'une puissance significative sur le marché, lorsque pris individuellement ou conjointement avec les autres, il se trouve dans une position dominante.

2.3. Projet de décret portant conditions générales d'interconnexion et d'accès.
Le présent projet de décret est pris en application des articles 37 et 38 de la loi n° 2018-45 du 12 juillet 2018, portant règlementation des communications électroniques au Niger.
Il vise entre autres à :
- associer l'ensemble des réseaux et services au sein d'un réseau national nigérien ;
- garantir l'efficacité de ce réseau aux meilleures conditions économiques ;
- assurer le respect des exigences essentielles notamment, la protection de l'environnement et le respect des règles d'urbanisme et d'aménagement du territoire.

Les principales innovations contenues dans ce projet de décret sont :
- le découpage de la boucle locale pour permettre à d'autres opérateurs d'y avoir accès et de développer leurs propres services et favoriser ainsi la diversité d'offres concurrentes de services ;
- la possibilité de délivrer des licences pour les opérateurs mobiles virtuels ;
- l'identification des marchés pertinents pour améliorer l'environnement concurrentiel.
III. AU TITRE DU MinistEre de l'EQUIPEMENT.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

3.1. Projet de décret réglementant la profession et instituant l'Ordre des Ingénieurs en Génie Civil au Niger (OIGCN).
Il n'existe pas au Niger de cadre juridique réglementant la profession d'ingénieur en génie civil.
Ce vide juridique favorise l'accès à la profession des personnes non qualifiées ou d'autres professionnels sans qualification requise dans le domaine.
Le présent projet de décret vient combler ce vide juridique, en réglementant la profession d'ingénieur en génie civil et en instituant un ordre des Ingénieurs en génie civil au Niger.

3.2. Projet de décret déclarant d'utilité publique les voiries urbaines du Programme Zinder Saboua.
Dans le cadre de l'organisation de la fête nationale du 18 décembre 2018, « le Programme Zinder Saboua », composante importante du Programme de Développement Economique et Social (PDES), a prévu la construction de voiries urbaines dans la ville de Zinder, longues de dix-sept virgule deux (17,2) kilomètres.
Le présent projet de décret a pour objet de déclarer d'utilité publique les voiries urbaines du Programme Zinder Saboua, afin de permettre la réalisation des travaux et ce, conformément à la législation en matière d'expropriation.

3.3. Projet de décret portant acte de cessibilité des propriétés à exproprier dans le cadre de la construction du 3ème pont sur le fleuve Niger à Niamey.
Le 3ème pont sur le fleuve Niger à Niamey a été déclaré d'utilité publique par décret n° 2016-019/PRN/ME du 14 janvier 2016.
La construction de cet ouvrage va affecter des propriétés privées, avec dans certains cas, des démolitions d'immeubles bâtis dans la traversée des arrondissements communaux de Niamey I et V, en vue de donner aux voies d'accès l'emprise réglementaire qui varie de 25 à 50 mètres.
Le présent projet de décret a pour objet de déclarer cessibles au profit de l'Etat, les propriétés concernées par l'expropriation dans le cadre des travaux de construction et ce, conformément à la loi n° 61-37 du 24 novembre 1961, réglementant l'expropriation pour cause d'utilité publique et l'occupation temporaire, modifiée et complétée par la loi n° 2008-37 du 10 juillet 2008.

IV. AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENERGIE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
4.1. Projet de décret portant approbation du document de Politique Nationale de l'Electricité (DPNE).
La situation du Niger dans le domaine de l'énergie se caractérise par un accès limité des populations aux différentes formes d'énergies modernes, avec une forte dépendance vis-à-vis de l'extérieur pour la satisfaction de ses besoins énergétiques alors que le pays dispose d'importantes ressources (uranium, charbon minéral, énergie solaire et hydroélectricité avec le fleuve Niger), avec un taux d'accès à l'électricité de 12,22% pour l'année 2017.
L'approbation du Document de Politique Nationale de l'Electricité (DPNE) vise à doter le Niger d'un instrument stratégique du développement du sous-secteur de l'électricité avec pour objectif d'assurer l'électricité pour tous et de valoriser les ressources énergétiques nationales.

4.2. Projet de décret portant approbation de la Stratégie Nationale d'Accès à l'Electricité (SNAE).
La Stratégie Nationale d'Accès à l'Electricité (SNAE) est un outil de mise en œuvre de la Politique Nationale de l'Electricité.
Elle vise à doter le Niger d'un référentiel pour le développement de l'électrification, avec, à l'horizon 2035, un sous-secteur de l'électricité performant et financièrement viable, en vue d'un approvisionnement en électricité fiable, abordable et respectueux de l'environnement.
L'approbation de la Stratégie Nationale d'Accès à l'Electricité (SNAE) a pour but ultime de favoriser l'accès des ménages à l'électricité ainsi que ses usages productifs et sociaux, notamment en zones rurales pour contribuer à la croissance agricole et à la dynamisation et la modernisation du monde rural.
V. AU TITRE DU MINISTERE DU TOURISME ET DE L'ARTISANAT.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant prorogation des mandats des membres des Assemblées Générales Consulaires Nationale et Régionales de la Chambre des Métiers de l'Artisanat du Niger (CMANI).
Par décret n°2018-464/PRN/MT/A du 06 juillet 2018, le Gouvernement de la République du Niger a bien voulu proroger les mandats des membres des Assemblées Générales Consulaires Nationale et Régionales de la Chambre des Métiers de l'Artisanat du Niger (CMANI) dans le but de permettre à cette institution de procéder au renouvellement de ses instances arrivées en fin de mandat.
Il se trouve qu'à la date du 08 octobre 2018, date butoir du délai qui lui a été imparti, la CMANI n'a pas pu renouveler les mandats de ses organes.
Le présent projet de décret est pris pour proroger à nouveau, pour une période de trois (03) mois, les mandats des membres des Assemblées Générales Consulaires Nationale et régionales de la CMANI, en vue de prendre les dispositions nécessaires pour organiser des élections pour le renouvellement de ses organes.

VI. AU TITRE DU MINISTERE de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant organisation du Ministère de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable.
Le décret n° 2018-255/PRN du 12 avril 2018, modifiant le décret n° 2016-572/PRN du 19 octobre 2016, portant remaniement des membres du Gouvernement a élargi les attributions du Ministre de l'Environnement et du Développement Durable en lui confiant des attributions en matière de salubrité urbaine.
Le présent projet de décret intervient pour prendre en compte les nouvelles attributions du Ministre à travers l'organisation de son département ministériel. Il consacre la création d'une Direction Générale de la salubrité urbaine et prend en compte la nouvelle dénomination du Bureau National d'Evaluation Environnementale (BNEE), conformément à l'article 24 de la loi n° 2018-28 du 14 mai 2018, déterminant les principes fondamentaux de l'Evaluation Environnementale.

VII. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :
AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.
· Monsieur BAKABE Mahamane Sani, Chef de Division d'Administration Générale, Mle 59254/P, est nommé secrétaire général de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA).

AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, DE L'ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L'EDUCTION CIVIQUE.
· Madame Hatchabi Kajima Kouriram, linguiste-gestionnaire de l'éducation, Mle 59958/Z, est nommée directrice générale de l'alphabétisation et de l'éducation non formelle.
· Monsieur Mikaël Ahmed, acteur de l'alphabétisation, Mle 62606/E, est nommé directeur des programmes d'alphabétisation et de la formation des adultes, en remplacement de Madame Hatchabi Kajima Kouriram, appelée à d'autres fonctions.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'EQUIPEMENT.
· Monsieur Ibrahim Adoum, inspecteur du travail, Mle 79430/Z, est nommé conseiller technique du Ministre de l'Equipement, en remplacement de Madame Hadiza Seydou Saley.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION.
· Monsieur Ali Seydou, cadre supérieur de l'information, Mle 46715/K, est nommé inspecteur général des services, au Ministère de la Communication.
· Monsieur Arzika Karim, inspecteur principal des impôts, Mle 71939/L, est nommé directeur des ressources financières et du matériel, au Ministère de la Communication.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE.
· Docteur Katambé Abdoul Karim, pharmacien, est nommé directeur général de l'Office National des Produits Pharmaceutiques et Chimiques (ONPPC).
AU TITRE DU MINISTERE DES DOMAINES, DE L'URBANISME ET DU LOGEMENT.
· Monsieur Ousmane Sanda Garba, ingénieur en chef des travaux publics et mines, Mle 58434/K, est nommé directeur général de l'architecture et de la construction, au Ministère des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement.
· Monsieur Mahamadou Abdoul-Aziz, chef de division d'administration générale, Mle 117809/H, est nommé directeur de la législation, au Ministère des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement.

AU TITRE DU MINISTERE DES TRANSPORTS.
· Monsieur Moumouni Moussa, professeur d'enseignement secondaire est nommé président du conseil d'administration de l'ANISER, au Ministère des Transports.
AU TITRE DU MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS PROFESSIONNELS ET TECHNIQUES.
· Monsieur Salifou Hassoumi, ingénieur géomètre principal, Mle 50742/D, est nommé conseiller technique du Ministre des Enseignements Professionnels et Techniques.
AU TITRE DU MINISTERE DE L'ACTION HUMANITAIRE ET DE LA GESTION DES CATASTROPHES.
· Monsieur Zabeirou Alfazazi, Mle 114873/R, est nommé directeur de la législation, au Ministère de l'Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes.

VIII. COMMUNICATIONS.
Le Conseil des Ministres a entendu deux communications :
- une (1) communication du Ministre Directeur de Cabinet du Président de la République relative à l'attribution d'un marché public de travaux de protection mécanique des berges des koris de Gabou et de Famalé.
Cette communication est faite à titre d'information en application de l'Arrêté n° 00139/CAB/PM/ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics, qui stipule en son article 11 que « tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxes sur la valeur ajoutée, doit faire l'objet d'une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».
-une (1) communication du Ministre de l'Emploi, du Travail et de la Protection Sociale sur une rencontre régionale des Ministres du Travail sur la coopération en matière de gestion de la migration de travail qui se tiendra le 28 novembre 2018 à Niamey.
L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

onep


AAAA-cedeaoLe 2e vice-président de l'Assemblée Nationale, M. Liman Ali Mahamadou, a présidé hier matin dans la salle de la Commission des Affaires Economiques et du Plan de l'Assemblée Nationale une séance de travail entre le Réseau parlementaire de lutte contre la Migration Clandestine, la Traite des personnes, l'Apatridie et la Création d'autres Alternatives, et la mission d'information et de sensibilisation sur la migration clandestine du parlement de la CEDEAO, conduite par son président, M. Moustapha Cissé Lo.
En prenant la parole à cette occasion, M. Moustapha Cissé Lo a d'abord rappelé qu'il ressort de la réunion de Praia des recommandations à l'attention de la commission et des Chefs d'Etat, d'entreprendre une sensibilisation à grande échelle sur les enjeux de la migration clandestine ; convoquer une réunion des acteurs concernés sur le sous emploi des jeunes, la stimulation du secteur privé et le financement d'un micro crédit ; renforcer le mécanisme de mise en application des politiques de la CEDEAO relatives à la libre circulation des personnes et des biens ; renforcer le mécanisme communautaire pour l'application des politiques de la CEDEAO sur la corruption, la démocratie, la bonne gouvernance ; promouvoir l'élaboration et la révision des documents de politiques migratoires aussi bien au niveau des pays que de la région ; faciliter la création des réseaux entre les acteurs étatiques et les acteurs non étatiques, les autorités locales, les collectivités locales ; impliquer les ONG et les OSC devant être impliquées dans le processus de prise en charge des questions migratoires, tout comme les élaborateurs des politiques, les parlementaires, les journalistes, les chercheurs ; s'assurer de l'implication de parlementaires dans le contrôle de fonds d'intervention ; organiser des conférences sur la migration africaine avec tous les acteurs concernés aux niveaux des pays et de la sous région, et international.
« Je me réjoui hier après la rencontre avec le Chef de l'Etat qu'il me dise que pour la monnaie unique, vous devez vous autosaisir de ce dossier. Et nous l'avons accepté, à Accra, de discuter de la monnaie unique. Le président Issoufou Mahamadou sera notre invité d'honneur parce que c'est lui qui est à la tête de la Task force au niveau de la CEDEAO. Si on ne prend pas garde et si on ne trouve pas des solutions rapides pour arriver à la monnaie unique, arriver à la Zone de Libre Echange, nous ne faisons que de discours, nous ne trouverons pas des réponses à la migration clandestine », a déclaré M. Moustapha Cissé Lo. Il a noté qu'au cours de cette rencontre, ils vont échanger avec les députés nigériens membres du Réseau en charge de la migration sur diverses questions relatives à la migration.
Pour sa part, la présidente du Réseau parlementaire en charge de lutte contre la Migration , Mme Amina Saminou Laouali , elle a entre autres rappelé les missions de leur réseau, à savoir la sensibilisation et la formation des parlementaires sur la migration, la sensibilisation des populations en vue d'endiguer et régler le phénomène de migration clandestine pour une migration juste et régulière. Elle a souligné que le réseau s'est doté d'un cahier de charges qu'il espère exécuter avec l'aide des partenaires. En effet, elle a indiqué que la première activité du réseau a permis de se rendre à Agadez afin de rencontrer les différents acteurs concernés par la question migratoire.
Selon elle, le réseau se propose, avec l'appui des partenaires, d'organiser au cours de cette session, entres autres, une journée parlementaire sur le thème « enjeux, défis et opportunités de la migration au Niger ». Mme Amina Saminou Laouali a mentionné qu'à l'issue de la journée parlementaire et sur la base des recommandations formulées, il faudra organiser un atelier d'harmonisation et d'élaboration des textes législatifs.
Laouali Souleymane(onep)

19/10/18


audience-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a accordé, hier deux audiences. La première, qui a eu lieu dans la matinée, en présence du ministre Directeur de cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, a été accordée à l'ambassadeur d'Italie au Niger, S.E Marco Prencipe. Ensuite, le Chef de l'Etat a reçu le président du Parlement de la CEDEAO, SE Moustapha Cissé Lo, en présence du Président de l'Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni.
Le diplomate italien a annoncé à sa sortie d'audience avoir remis au Chef de l'Etat la lettre d'invitation du président du Conseil Italien, SE Giusepppe Conté, à la Conférence internationale sur la Libye qui se tiendra à Palerme en Italie, du 12 au 13 novembre 2018. « L'objectif de la Conférence sera de revigorer davantage le processus politique dirigé par l'ONU et d'assurer un soutien total au rôle de médiation de l'Envoyé spécial du Secrétaire général de l'ONU pour la Libye, M. Ghassan Salamé, et à ses efforts pour faciliter un processus politique inclusif sous contrôle libyen. Le dialogue politique est la seule solution en Libye », a déclaré M. Prencipe. Il a ajouté que « la Conférence devrait être l'occasion pour la Communauté Internationale de faire preuve de cohésion, d'unité et de volonté à parler d'une seule voix en soulignant le rôle central de l'ONU ».
Selon M. Prencipe, l'Italie est convaincue qu'il appartient, en premier, au Libyens d'œuvrer à la stabilité leur pays. La Communauté internationale, quant à elle, a-t-il précisé, est invitée à faciliter ce processus en encourageant dans le respect de la souveraineté libyenne, la pleine mise en œuvre du Plan d'Action de M. Ghassan Salamé, également dans le but de préparer et de tenir des élections sûres, crédibles et transparentes. « Une Conférence -avec et pour la Libye-, à laquelle l'Italie souhaiterait que le Niger puisse apporter une contribution déterminante, dans la droite ligne de l'attention qu'accorde le Niger à la Libye », a-t-il dit. Selon le diplomate italien, son pays a donc l'intention de contribuer au processus de stabilisation de la Libye, en organisant cette conférence, en collaboration avec Ghassan Salamé, Envoyé Spécial de l'ONU en Libye. Ainsi, à cette conférence participeront une large représentation des dirigeants libyens et des partenaires internationaux et régionaux.

L'audience avec le Président de la République a été aussi l'occasion pour l'Ambassadeur Italien, de faire un tour d'horizon des principaux dossiers et de la coopération bilatérale «qui est au beau fixe entre nos deux pays». «Le Niger est un pays prioritaire pour l'Italie et notre coopération bilatérale a évolué dans plusieurs domaines tels que la coopération au développement, surtout pour ce qui concerne le programme de développement visant à créer des opportunités d'emploi pour les jeunes, le soutien dans le domaine de la santé, la formation des magistrats nigériens, le soutien dans le domaine de la santé à travers la donation des médicaments et matériels médicaux et le soutien aux nombreux défis sécuritaires auquels le Niger est confrontés». M. Marco Prencipe a dit également avoir profité de l'occasion pour confirmer au Président de la République Issoufou Mahamadou, la volonté de l'Italie de soutenir le Niger et de l'accompagner dans ses politiques de développement économique et social.
Dans l'après-midi, le Chef de l'Etat a reçu le Président du Parlement de la CEDEAO, SE Moustapha Cissé Lo. «Nous sommes ici suite aux recommandations du Parlement de la CEDEAO, notamment par rapport à son Plan d'action que nous sommes en train de dérouler. Nous avons donc visité Agadez pour rencontrer les migrants et les réfugiés qui s'y trouvent», a expliqué M. Lo. Il a ajouté que c'est aussi pour sensibiliser les jeunes africains qui
essayent de passer par le Niger pour rejoindre d'autres horizons, dans des conditions que tout le monde connait. Ainsi, «dans ce sens, j'avais adressé une lettre au Président de la République pour lui demander de me permettre de venir, constater les faits et demander des informations aux Autorités Nigériennes, surtout locales, pour prendre les décisions qui sied. Nous avons donc reçu un avis favorable du Président de la République» s'est-il réjoui. «Nous avons aussi été bien reçus par mon frère et ami, le Président de l'Assemblée nationale», a dit le président du Parlement de la Cedeao.audience
« Nous avons passé deux jours à Agadez. Nous y avons rencontré les Autorités locales, les représentants de l'OIM et du HCR ainsi que les migrants et réfugiés. Nous avons pris bonne note des différentes discussions et échanges. A Agadez nous avons rencontré des couches vulnérables qui tentent de trouver une vie meilleure. Nous avons rencontré des enfants de 13 à 15 ans, des femmes enceintes, qui ont eu à subir des tracasseries énormes», a-t-il relevé. En tant que
responsables, estime le président du Parlement de la CEDEAO, c'est inadmissible de laisser cette situation perdurer. «Nous sommes venus rendre compte au Président de la République et prendre ses conseils avisés. Le Président nous a suggéré des pistes de solutions. Avec tous ces échanges le Parlement va se saisir de la question, réfléchir et faire des propositions qui pourraient résoudre la question. Pour qu'une fois à Abuja, lors du Conseil ordinaire de notre Institution, nous puissions discuter de cette problématique et renvoyer tout cela à une commission ou une commission mixte pour l'année prochaine au Cap vert, pour mieux appréhender la question et inviter toutes les parties prenantes à prendre toutes les dispositions pour mettre fin à cette crise qu'elle soit humaine et socio-économique et même sécuritaire. Nous veillerons au grain avec tous les parlements nationaux pour trouver des réponses à cette préoccupation», a promis Moustapha Cissé Lo.

Mahamadou Diallo
18/10/18

Politique

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Le Conseil des ministres s'est réuni, hier jeudi 15 novembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de...

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se po…

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se posent à l'institution

Le président de l'Assemblée nationale, S.E Ousseini Tinni, a participé, hier au siège du Parlement de la CEDEAO, à Abuja, à l'ouverture de la 2ème session ordinaire dite session budgétaire de cette institution parlementaire sous régionale. Dans l'allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le Président de l'Assemblée nationale a mis en exergue les multiples initiatives enclenchées par le Parlement de la CEDEAO, ainsi les excellentes ...

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fi…

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fin d'après-midi

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier en début de soirée, en provenance d'Italie où il a pris part à la Conférence internationale sur la Libye qui s'est tenue le mardi 13 novembre dernier à Palerme. Avant l'Italie, le Chef de l'Etat était à Paris en France où, il a, aux côtés d'une soixantaine de Chefs d'Etat et de Gouvernement, assisté aux cérémonies commémoratives du centainaire de...

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conf…

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conférence nationale de réconciliation en Libye

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part hier mardi 13 novembre 2018, à Palerme en Italie, à la Conférence Internationale sur la Libye. Au cours de cette rencontre, le Chef de l'Etat a notamment proposé la tenue d'une "conférence nationale de réconciliation sur un ordre du jour minutieusement préparé." Dans un discours devant les participants à cette rencontre, le Président Issoufou Mahamadou a ...

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du…

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du Sahel, en particulier ceux des pays du G5 Sahel, veulent la fin du chaos libyen», déclare SEM. Issoufou Mahamadou

« Mesdames et Messieurs,Je voudrais saisir cette occasion pour remercier, au nom de la délégation qui m'accompagne et au mien propre, Son Excellence le Premier Ministre Giuseppe Conte, le Gouvernement et le peuple Italiens pour l'accueil chaleureux qui nous a été réservé et pour toutes les dispositions prises pour rendre notre séjour agréable dans cette ville de Palerme. Permettez-moi également de le féliciter pour avoir pris l'initiati...

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationa…

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationale dans le financement de la force conjointe du G5 Sahel

Quelque 70 Chefs d'Etat et de Gouvernement, dont le Président Issoufou Mahamadou ainsi que les dirigeants des Organisations Internationales ont participé le dimanche 11 novembre 2018, au premier Forum de la Paix à la Grande Halle de La Villette (XIXe arrondissement de Paris). Ce forum, organisé à l'initiative de la France, à l'occasion de la commémoration du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale, a été axé sur la paix...

Discours prononcé par le Président de la République, au 1er Forum sur la paix à Paris (France) : «Le présent forum est l…

Discours prononcé par le Président de la République, au 1er Forum sur la paix à Paris (France) : «Le présent forum est la tribune idéale pour rappeler à la communauté internationale ses devoirs de solidarité vis-à-vis du Sahel», déclare SE. Issoufou

Mesdames et Messieurs,Permettez-moi de remercier le Président Emmanuel Macron pour avoir bien voulu honorer le Niger, en nous associant à la célébration du centenaire de l'armistice du 11 Novembre qui avait mis fin à la première guerre mondiale.Permettez- moi également de saluer l'opportunité et la pertinence de l'organisation d'un forum sur la paix et la sécurité en marge de cet important évènement. En effet, on ne peut trouver meilleu...

Le Président Issoufou Mahamadou a pris part, hier à Paris, à la commémoration du centenaire de l'Armistice du 11 novembr…

Le Président Issoufou Mahamadou a pris part, hier à Paris, à la commémoration du centenaire de l'Armistice du 11 novembre: Retrouvailles en l'honneur du combat pour la paix et de l'amitié entre les peuples

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou accompagné de la Première Dame Dr. Lalla Malika Issoufou, a pris part dimanche matin, 11 novembre 2018, à la commémoration du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale.À l'invitation du Président de la République française SEM Emmanuel Macron, 98 délégations étrangères dont soixante-dix Chefs d'Etat et de Gouvernement ont assisté, dans la capitale franç...

73ème session du Comité exécutif de l'Union Parlementaire Africaine (UPA), à Abuja (Nigeria) : Plaidoyer de SE Ousseini …

73ème session du Comité exécutif de l'Union Parlementaire Africaine (UPA), à Abuja (Nigeria) : Plaidoyer de SE Ousseini Tinni en faveur du G5 Sahel

Le président de l'Assemblée nationale, S.E Ousseini Tinni, poursuit son séjour de travail en terre nigériane où il assiste à la 41ème Conférence et à la 73ème Session de l'Union parlementaire africaine (UPA).La journée du vendredi 9 novembre a été consacrée à l'adoption de plusieurs résolutions et recommandations ayant trait à l'économie, à la promotion de la scolarisation de la jeune fille, et à la lutte contre le terrorisme et le crim...

Niamey/Conseil fédéral extraordinaire de la coordination régionale PNDS-Tarayya: Mme Diarra Fatimata Ly ; Souleymane Rad…

Niamey/Conseil fédéral extraordinaire de la coordination régionale PNDS-Tarayya: Mme Diarra Fatimata Ly ; Souleymane Radja et Mme Fati Djibo élus respectivement présidents de l'OFT, de l'OJT et des ''Roses''

La coordination régionale du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Tarayya) de Niamey a organisé, le samedi 10 novembre dernier à Niamey, un conseil fédéral extraordinaire mixte de lancement et de renouvellement des organisations de base et structures du parti. Ce conseil fédéral dont l'ouverture a été présidée par le coordonnateur régional PNDS Niamey, M. Karidio Mahamadou, a débouché sur la mise en place de nouveaux...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Grosse arnaque à Niamey

Grosse arnaque à Niamey

Des centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs c...

vendredi 16 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.