Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, hier mardi 2 octobre 2018 en fin d'après-midi, de retour de Conakry où il a effectué une visite de travail et d'amitié de 24 heures.

prn-1Le Chef de l'Etat a assisté le même jour au Stade du 28 septembre à un imposant défilé civil, paramilitaire et militaire marquant le 60ème anniversaire de l'accession de la Guinée à l'indépendance. Outre le Président Issoufou Mahamadou, dix autres Chefs d'Etat ainsi que de nombreux représentants de dirigeants africains ont répondu à l'invitation du Président guinéen, Pr. Alpha Condé, conférant ainsi une dimension panafricaine à cet important évènement.
Les Présidents du Tchad, du Congo, du Togo, de la Mauritanie, du Gabon, du Sénégal, du Mali, du Burkina Faso, du Ghana et du Liberia ont honoré de leur présence ce défilé, qui s'est déroulé dans une atmosphère de grande et belle fête, dans un stade plein à craquerdefil.
A travers l'hymne à la paix et à l'unité nationale, fresque artistique, lâcher de 60 colombes de la paix, chants, danses exécutés par les différents orchestres et ballets
nationaux, les organisateurs des festivités du 60ème anniversaire de l'indépendance de la Guinée ont rendu hommage «aux héros nationaux, aux compagnons de l'indépendance, aux martyrs du colonialisme, aux bâtisseurs de la Nation et aux Pères fondateurs du Panafricanisme».
Lundi, à la veille de ce défilé, le Président guinéen a offert un dîner à ses hôtes dont SEM
Issoufou Mahamadou, une occasion pour les
dirigeants africains d'échanger sur les questions d'actualité africaine et internationale.
Le Chef de l'Etat était accompagné dans ce
déplacement de M. Zakaria Abdourahmane, Ministre Porte-parole du Gouvernement et M. Sani Mahamadou, Directeur de Cabinet Adjoint en Second du Président de la République.
Abdourhamane Alilou
AP/PRN
03/10/18


assembleeLes travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018 dite session budgétaire se poursuivent activement à l'hémicycle, place de la concertation. Hier, les commissions générales permanentes de l'Assemblée nationale ont procédé à la présentation des rapports des missions effectuées pendant l'inter session. Ainsi quatre (4) rapports ont été présentés à l'appréciation de la représentation nationale. La séance plénière a été présidée par SE. Ousseini Tinni, président de l'Assemblée nationale en présence du commissaire du gouvernement.

L'objectif général de ces missions entrant dans le cadre du contrôle de l'action gouvernementale est d'apprécier le niveau d'avancement et l'impact sur la population des actions réalisés par l'Etat et ses Partenaires ainsi que les difficultés éventuelles rencontrées dans l'exécution des travaux. Ces visites permettent aux parlementaires de constater sur le terrain l'état d'avancement des travaux au niveau des régions.
Le premier rapport a été présenté par la Commission des Affaires Economiques et du Plan (CAE/P). Dans ce document, les membres de la mission ont présenté les axes prioritaires de leurs visites dans plusieurs régions du pays à savoir les zones occupées par des projets de construction des routes. Les députés ont formulé des recommandations dans ce rapport, relatives au rôle que jouent les infrastructures routières dans le développement économique de notre pays. A l'issue de la mission, le rapporteur, M. Abdou Issaka a indiqué que, leur commission recommande à l'Assemble nationale d'encourager ces genres de visites de terrain pour le contrôle de l'action gouvernementale conformément à l'article 90 de la Constitution du 25 novembre 2010 et à l'article 30 du règlement intérieur de l'Assemblée nationale à son alinéa7. Au gouvernement il est recommandé de prendre toutes les dispositions nécessaires et urgentes pour un redémarrage effectif des travaux de bitumage de plusieurs routes ; de mettre l'accent sur tous les problèmes d'assainissement constatés et d'encourager les entreprises de droit nigérien à s'impliquer pleinement dans la construction des infrastructures routières ainsi que leur réhabilitation etc.
Quant aux députés de la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération ils ont effectué une mission d'information sur les flux migratoires à la frontière Bénin-Niger et sur les activités du Millenium Challenge Corporation dans la région de Dosso. Ils ont visité le poste de contrôle juxtaposé, la commune de Tanda, les aménagements hydro-agricoles de la commune rurale de Tounga. Dans leur rapport présenté par le député Moumouni Issa, il ressort plusieurs préoccupations. C'est pourquoi, les membres de la mission ont formulé des recommandations et adressé une question écrite au ministre de l'Agriculture et de l'Elevage sur l'accord de financement concernant les aménagements hydro-agricoles des sites visités.
Le troisième rapport a été présenté par les membres de la Commission des Affaires Sociales et Culturelles (CAS/C) qui ont effectué une mission de terrain dans les régions de Tillabéri, Niamey et Dosso où ils ont visité les centres d'éducation, de santé, les directions régionales de la fonction publique et plusieurs autres services sociaux. Dans le rapport, les députés ont formulé des recommandations à l'Assemblée nationale et au gouvernement. En conclusion la mission a permis aux députés d'identifier les problèmes auxquels les populations sont confrontées. Ils ont échangé avec les
populations, les autorités administratives et coutumières, les maires et les techniciens.
Le quatrième rapport de mission présenté, est celui de la Commission de la Défense et la Sécurité. La première partie du rapport est consacrée à la mission interne dans les régions faisant face à des situations d'insécurité et placées sous le régime d'état d'urgence afin d'entreprendre des actions de sensibilisation et d'information parlementaire. La deuxième partie porte sur les missions à l'extérieur du Niger, notamment au Burkina Faso et au Mali.
Seini Seydou Zakaria(onep)
03/10/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, est arrivé, hier lundi en fin d'après-midi, à Conakry, en Guinée, où il effectue une visite de travail et d'amitié.
Dans la capitale guinéenne, le Président Issoufou Mahamadou prend part, aujourd'hui mardi 2 octobre 2018, à un défilé militaire et civil au Stade du 28 septembre, marquant le 60ème anniversaire de l'accession de la Guinée à l'indépendance.
Hier soir, le Président guinéen Pr. Alpha Condé, a offert un dîner à ses homologues Chefs d'Etat, dont SEM Issoufou Mahamadou, et aux différents Chefs de délégation.
A son arrivée à l'Aéroport International de Conakry, le Chef de l'Etat a été accueilli à la passerelle de l'avion présidentiel par son homologue guinéen, Pr. Alpha Condé. Après l'exécution des hymnes nationaux des deux pays, le Président Issoufou Mahamadou a été salué par les hautes autorités civiles et militaires de Guinée ainsi que la communauté nigérienne vivant dans ce pays. Peu après, les deux Présidents ont eu un entretien en tête-à-tête au salon d'honneur de l'aéroport.
Le Chef de l'Etat est accompagné dans ce déplacement de M. Zakaria Abdourahmane, ministre Porte-parole du Gouvernement et M. Mahamadou, Mamane Sani, Directeur de Cabinet Adjoint en Second du Président de la République.
Abdourahmane Alilou AP/PRN
02/10/18


cndp-1Le conseil National de dialogue politique (CNDP) s'est réuni hier sous la présidence du Premier ministre, chef du gouvernement, Président du CNDP, SE Brigi Rafini. La classe politique nigérienne était presque au complet à cette session extraordinaire convoquée par le Premier ministre. Et pour cause une partie de l'opposition politique a répondu présent à l'appel du président du CNDP.

Les acteurs politiques nigériens de la majorité comme de l'opposition avaient eu à échanger lors de cette réunion extraordinaire sur le code électoral, un sujet qui a suscité des polémiques et des débats. C'était le principal ordre du jour de la session, et les acteurs l'avaient abordé de long en large, sans restriction aucune, afin de détecter les points de divergence entre les différentes parties et de trouver le chemin à suivre pour donner au Niger un outil électoral consensuel devant le conduire à des élections crédibles lors des prochains scrutins. Et comme beaucoup de Nigériens l'espéraient, cette réunion a permis de renouer le fil du dialogue car, l'on s'en souvient qu'une partie de la classe politique a justement boycotté le CNDP à cause notamment de cette question du code électoral.
A l'entame de la réunion, le président du CNDP, a rappelé l'ordre du jour tout en soulignant pour le reconnaitre que le code électoral a des dispositions susceptibles d'être revisitées. Le Chef du gouvernement a indiqué que le débat devait se faire sans tabou, estimant que l'objectif est de ramener la sérénité au sein de la classe politique et de réinstaurer la confiance réciproque. Mais aussitôt l'annonce de l'ordre du jour, le représentant des partis non-affiliés a suggéré d'inscrire un point, à savoir la révision du règlement intérieur du CNDP. Proposition dont le représentant de la mouvance pour la renaissance du Niger a reconnu la pertinence mais souhaité le maintien en l'état de l'ordre du jour initial pour une question de respect des principes régissant le CNDP.cndp
Le Président du conseil a lui aussi marqué son accord de principe tout en expliquant qu'une telle question pourrait faire l'objet d'une autre réunion car au regard de son volume le document ne peut être examiné et révisé sans un travail préliminaire, rassurant ainsi les initiateurs. Le cap est remis sur le code électoral. Et le Premier ministre d'indiquer que la réunion est importante et le Président de la République lui accorde un point d'honneur ; lui qui souhaite voir le Niger organiser des élections respectant toutes les normes. En lançant les débats, le président du CNDP a appelé à la bonne volonté de tous les acteurs pour aller à un système fiable et un code consensuel. La composition de la CENI nationale, régionale, départementale et communale ainsi que la nomination des présidents des bureaux de vote, la DI-FEB étaient les principales préoccupations
soulevées par le représentant des partis de l'opposition en l'occurrence, M Koroney Massani du MPN KIishin Kassa.
La majorité, par la voix de son coordonnateur, M Alkassoum Indatou a énuméré les propositions ainsi faites par la MRN. « Cela participe de la bonne volonté des partis de la majorité d'aller de l'avant vers le consensus », a-t-il expliqué. Les débats ont permis aux trois camps de s'accorder sur la nécessité de réviser le code électoral. La réunion a décidé de manière consensuelle de créer un comité tripartie de travail réunissant donc les représentants de la majorité, de l'opposition et des partis non-affiliés pour produire et présenter un rapport comportant des propositions d'amendement du code électoral. Un délai de trois semaines a été donné au comité pour soumettre son rapport à la réunion qui l'examinera avant de le soumettre à l'Assemblée Nationale pour son adoption. Le comité a également été chargé de plancher sur la question du règlement intérieur du CNDP.
A l'issue de la réunion, le Président du CNDP a salué le retour de la sérénité et félicité tous les acteurs pour les débats emprunts de fraternité qui ont marqué la réunion extraordinaire. SE Brigi Rafini a saisi l'occasion pour lancer un appel aux partis n'ayant pas participé à cette session à reprendre leur place au sein de cet organe de dialogue et d'échanges qu'est le CNDP estimant que toutes les préoccupations se rejoignent.
Zabeirou Moussa(onep)
02/10/18


President-Award-NewYork2Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, samedi dernier, de retour de New York, où il a effectué une visite de travail et d'amitié de trois jours. A sa descente de l'avion présidentiel ''Le Mont Greboun'', qui venait de rallier le si long parcours New York-Niamey en vol direct, le Chef de l'Etat a été accueilli à la passerelle par le Premier Ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, puis salué par les présidents des institutions de la République, les membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique, ainsi que plusieurs autres autorités civiles et militaires.
A New York, le Président de la République, SEM. Issoufou Mahamadou a reçu, le jeudi 27 septembre 2018, au cours d'un diner de gala consacrant l'édition 2018 des «Outstanding Leadership Awards», le Prix du Leadership que lui a décerné l'organisation de renom Global Hope Coalition. La cérémonie de remise des prix de cet Outstanding Leadership Awards a rassemblé des centaines de personnalités politiques, du monde des affaires, des intellectuels, etc. Cette prestigieuse distinction, a expliqué la présidente Global Hope Coalition, Mme Irina Bokova, (ex-présidente de l'UNESCO), a été décernée au Président Issoufou Mahamadou en reconnaissance de ses immenses efforts dans la lutte contre l'extrémisme et l'intolérance, et pour sa compassion envers les réfugiés et les migrants.
En recevant ce prix, le Chef de l'Etat a indiqué que ce mérite revient également au gouvernement et au peuple du Niger qui l'ont accompagné et soutenu dans l'accomplissement de cette œuvre combien louable. «Cette reconnaissance, au-delà de ma personne, honore le Gouvernement et le peuple nigériens», a-déclaré SEM. Issoufou Mahamadou. Dans une allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le Président Issoufou Mahamadou a d'abord situé les causes du phénomène migratoire ayant jeté sur les routes des milliers de jeunes africains. « Extrémisme, intolérance, changement climatique, déficit démocratique, inégalités, pauvreté, démographie galopante, sont autant de causes de la migration clandestine», a-t-il souligné.
Le Chef de l'Etat a ensuite expliqué les raisons pour lesquelles notre pays a décidé d'accueillir tous ces jeunes migrants et ces vagues de réfugiés fuyant l'insécurité dans les pays voisins. «Le Niger a décidé, par devoir moral, d'accueillir tous ceux et toutes celles qui ont quitté leurs foyers et leur pays, peu importe leur origine, leur religion, ou leur couleur de peau», a-t-il confié. (Lire en page 3 l'intégralité de l'Allocution prononcée par le Chef de l'Etat).

Il faut souligner qu'en plus du Président Issoufou Mahamadou, plusieurs autres personnalités politiques, intellectuels et autres célébrités ont été distingués par Global Hope Coalition. On peut citer, entre autres, le Président de la République de la Tunisie, Béji Caïd Essebsi, la députée et présidente de la Commission pour les libertés individuelles et l'égalité (Colibe), Bochra Belhaj Hmida, le Premier ministre du Bangladesh, SE. Mme Sheida Hassina, pour la réponse de son gouvernement en faveur des refugiés Rohingya ; le Premier ministre Grec, SE. Alexis Tsipras, sans compter le célèbre Mamadou Gassama, ce jeune sans-papiers malien qui, le 26 mai 2018, entra dans l'histoire à Paris en gravissant quatre étages en trente secondes pour porter secours à un enfant suspendu dans le vide à un balcon.
Dpartement-dEtatIl faut préciser que Global Hope Coalition est un réseau de trois fondations à but non lucratif basées à New York, Zurich et Hong Kong, qui œuvre pour la lutte contre la violence, l'échange entre les civilisations et la tolérance entre les peuples et les cultures. L'organisation ambitionne de créer une plate-forme mondiale pour tisser des liens entre les personnalités qui luttent contre l'extrémisme et l'intolérance à travers le monde.

Cette visite de travail et d'amitié du Président
Issoufou Mahamadou à New York, a été également riche en entretiens fructueux avec plusieurs personnalités américaines et des responsables des institutions internationales. Le-PRN-avec-le-V-prsident-du-MCCC'est ainsi que, le jeudi dans l'après-midi, le Chef de l'Etat a reçu le Sous-
Secrétaire chargé des Affaires Africaines au Département d'Etat américain, l'Ambassadeur Tibor P. Nacy.
Vendredi matin, ce fut au tour du Vice-Président PI du Millennium Challenge Corporation (MCC), M. Thomas J. Kelly, d'être reçu par le Chef de l'Etat. A l'issue de l'audience, M. Thomas J. Kelly a confié que les échanges avec le Chef de l'Etat ont porté essentiellement sur la réforme portant sur l'engrais et la question relative à l'importance de l'entretien des routes au Niger, avec le soutien du MCC. Il a ensuite souligné que le programme MCC au Niger sera poursuivi et accentué dans la droite ligne des accords de partenariat fructueux et sincères qui sont tissés entre le MCC et notre pays.
Assane Soumana,
envoyé spécial(onep)
01/10/18


prn-discourMesdames, messieurs,
Permettez-moi, d'entrée de jeu de féliciter la Global Hope Coalition pour la parfaite organisation de ce dîner de gala. C'est un honneur pour moi de recevoir ce prix du leadership, qui, au-delà de ma personne, honore le gouvernement et le peuple Nigériens. Je voudrais aussi profiter de cette occasion pour féliciter les leaders, héroïnes et héros récompensés ici ce soir pour le combat qu'ils mènent chacun dans leurs pays respectifs.
Permettez-moi aussi de saluer toutes les éminentes personnalités ici présentes et de me réjouir du choix de la lutte contre l'extrémisme et l'intolérance comme thème de la présente rencontre. Ce thème est d'actualité. En effet, il n'existe pas un jour où l'extrémisme et l'intolérance ne font de victime quelque part dans le monde. Ces deux phénomènes ont de multiples visages : le racisme et le terrorisme sont les plus connus.
Mesdames et Messieurs,
Dans le Sahel et dans la région du lac Tchad, l'extrémisme et l'intolérance se présentent sous la forme du terrorisme. Boko Haram, et les autres organisations terroristes y ont fait de la haine et de la violence les priorités de leurs programmes. Ils tuent, violent, oppriment au nom de l'Islam ; or l'Islam est une religion de juste milieu. L'Islam est une religion de tolérance. Les terroristes en donnent de fausses interprétations.
Conscient du fait que l'extrémisme et l'intolérance ont pour cause profonde le déficit démocratique, l'ignorance, les inégalités et la pauvreté, le Gouvernement Nigérien met en œuvre, depuis 2011, un programme dénommé Programme de Renaissance du Niger, qui établit une liaison étroite entre sécurité, démocratie et développement. Certes, le combat contre le terrorisme est, à court terme militaire, mais sur le moyen et le long terme, il faut s'attaquer à ses causes profondes : c'est par la démocratie et le développement économique et social que nous le vaincrons.
Il faut construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes. Construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes, c'est garantir le droit à l'alphabet, droit fondamental, seul capable de permettre au peuple de sortir des ténèbres de l'ignorance. Ici, la scolarisation de la jeune fille, au moins jusqu'à l'âge de 16 ans, occupe une place centrale. Éduquer la jeune fille, c'est éduquer la femme. Éduquer la femme, c'est éduquer la nation.
Construire la paix dans l'esprit des hommes et des femmes, c'est encadrer l'exercice des différents cultes et promouvoir le dialogue inter-religieux. La promotion des droits humains, de l'Etat de droit, constituent d'autres armes : en défendant les droits humains, en évitant l'arbitraire, nous prenons un ascendant moral sur l'ennemi.
Le développement, notamment celui des infrastructures et celui du secteur agricole, la lutte contre la pauvreté et les inégalités, ainsi que la création des opportunités d'emplois, notamment pour les jeunes constituent des armes décisives dans notre combat contre l'extrémisme violent. Ils constituent aussi une arme dans notre lutte contre la migration clandestine, ce drame qui transforme en immenses cimetières nos mers et nos déserts.
Ce drame nous choque. Il nous choque d'autant plus qu'il nous renvoie, par certains de ses aspects, à un passé que nous pensions à jamais révolu : l'esclavage. Voilà pourquoi le Niger a conçu et met en œuvre un plan de lutte contre la migration clandestine, plan qui a permis de réduire le flux de migrants en transit dans notre pays de 90%. Cette lutte contre la migration clandestine, nous la menons pour deux raisons : une raison morale car des jeunes meurent dans cette aventure, et sécuritaire car les passeurs qui vont en Libye avec des migrants reviennent au Niger avec des armes.
Mesdames et Messieurs,
Extrémisme, intolérance, changement climatique, déficit démocratique, inégalités, pauvreté, démographie galopante, sont autant de causes de la migration clandestine. Nous n'y mettrons fin que si nous nous attaquons résolument à ces causes profondes. Permettez-moi d'insister en particulier sur la pauvreté qui se manifeste chez nos jeunes par l'absence de formation et d'emplois.
La création de ces derniers passe nécessairement par l'industrialisation, notamment des pays africains. Dans cette perspective, l'Afrique doit cesser d'être un simple réservoir de matières premières, situation qui non seulement la prive d'emplois dont sa jeunesse a besoin, mais aussi qui y accentue la pauvreté. L'aide publique au Développement est loin de pouvoir compenser les pertes liées à l'échange inégal.
Extrémisme, intolérance, changement climatique, déficit démocratique inégalités, pauvreté, démographie galopante sont aussi à l'origine de l'afflux des réfugiés et des déplacés internes.
Au Niger par exemple, nous accueillons sur notre territoire des centaines de milliers de réfugiés. Dans la région du bassin du Lac Tchad, nous accueillons ceux qui fuient les massacres et les exactions perpétrées par la secte Boko Haram. À l'ouest du pays, nous accueillons les victimes des groupes terroristes qui sévissent au Nord Mali. Il y aussi ceux qui ont fui des conflits en cours dans des régions éloignées comme le Darfour. Le Niger a décidé, par devoir moral, d'accueillir tous ceux et toutes celles qui ont quitté leurs foyers et leur pays, peu importe leur origine, leur religion, ou leur couleur de peau.
Mesdames, Messieurs,
Je sais que tous ceux qui sont présents dans cette salle sont engagés pour les causes que nous défendons. La situation est difficile mais nous n'avons pas le droit de baisser les bras.
Je vous remercie de votre aimable attention. ».

ONEP
01/10/18

 

 

 


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, est arrivé, mercredi dernier, à New York, aux Etats Unis d'Amérique, où il effectue une visite de travail et d'amitié en marge des assises de la 73ème Assemblée Générale de l'Organisation des Nations Unies (ONU).
Aussitôt après son arrivée, à New York, le Chef de l'Etat a entamé le programme de sa visite avec des audiences. C'est ainsi qu'il a reçu le Président du groupe de la Banque Islamique de Développement (BID), M. Bandar Hajjar, puis le Directeur régional du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, M. Mabingue Ngom.
A l'issue de son entretien avec le Chef de l'Etat, le Président de la Banque Islamique de Développement s'est
réjoui d'avoir eu l'opportunité d'échanger avec le Président Issoufou Mahamadou, tout en rappelant que les relations entre le Niger et la BID sont excellentes. «En effet, le montant total des projets en cours, approuvés par la BID pour accompagner le Niger, s'élève à près de 865 millions de dollars US», a-t-il souligné.
«Lors de la Table ronde sur le PDES à Paris, nous avions eu l'opportunité de discuter avec le Président de la République sur ces projets. A cette occasion, nous nous sommes engagés dans le cadre de l'accompagnement que la BID compte apporter dans la mise en œuvre du PDES», a tenu à rappeler M. Bandar Hajjar.
Comme il l'a témoigné, cette audience a été l'occasion de passer en revue les différents projets qui sont en cours d'exécution au Niger sur financement de la Banque Islamique de Développement.
Annonçant que le Président de la République l'a invité à effectuer une visite de travail au Niger, le Président du groupe de la BID a indiqué que c'est avec un immense plaisir qu'il a accepté cette invitation et que sa visite au Niger interviendra très bientôt. « Le Groupe de la BID est totalement engagé pour soutenir le Niger dans le cadre de l'exécution du vaste programme de développement qu'est le PDES», a conclu M. Bandar Hajjar.
Pour sa part, le Directeur régional du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, M. Mabingue Ngom, a indiqué qu'il est venu rendre une visite de courtoisie au Président de la République, « mais surtout pour le féliciter de l'excellent événement qui a été organisé aujourd'hui mercredi à New York, au cœur de l'Assemblée Générale de l'ONU, et qui a été un succès éclatant ».
M. Mabingue Ngom a également souligné que la question du dividende démographique a été évoquée au cours de ses échanges avec le Chef de l'Etat. « Comme vous le savez, c'est le Président Issoufou Mahamadou lui-même qui avait lancé un cri de cœur sur la question du dividende démographique à l'occasion de la visite au Niger du Secrétaire Général de l'ONU, du président de la Banque Mondiale et de la présidente de la Commission de l'Union Africaine, pour que la communauté internationale vienne en appui aux efforts des pays africains en vue de leur permettre de tirer le meilleur profit du dividende démographique. Je crois que trois ans après, il était important pour nous de venir remercier le Président pour cet appel salutaire qui a été à l'origine d'actions concrètes qui sont en train d'aider les pays à avancer méthodiquement vers la capture du dividende démographique. Et le Président a beaucoup apprécié les progrès qui ont été enregistrés, et nous voulons travailler sous son autorité pour continuer à élargir cette initiative aux autres pays du Sahel, et au-delà, à tous les autres pays au sud du Sahara qui ont les mêmes défis évoqués par le Président Isssoufou Mahamadou lors du lancement de cette initiative», a-t-il déclaré.
M. Mabingue Ngom a ajouté qu'il a également saisi l'opportunité de cette audience pour recueillir les conseils avisés du Chef de l'Etat sur les grandes questions sur lesquelles le Fonds des Nations Unies pour la Population travaille. «J'en profite pour exprimer nos appréciations sur le partenariat que nous entretenons avec le Niger, mais également sur les actions de la Première Dame et de sa fondation à l'endroit des filles et des garçons du Niger et de l'Afrique toute entière», a conclu le Directeur régional du Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.
avec-le-DG-de-lUNFPALe jeudi matin, le Président de la République, Chef de l'État, Sem. Issoufou Mahamadou, s'est entretenu avec le Haut Représentant de l'Union Européenne pour les Affaires Étrangères et la Politique de Sécurité, Mme
Frederica Mogherini.
Peu après, le Président Issoufou
Mahamadou a pris part, avec son
homologue du Mali, SEM. Ibrahim Boubacar Keita, à une réunion de l'Internationale Socialiste ayant regroupé des délégations venues des autres coins du monde. Prenant la parole à cette occasion, le Président Issoufou Mahamadou a souligné les valeurs fortes et les idéaux defendus par le socialisme. Ces valeurs, a indiqué SEM. Issoufou Mahamadou, sont celles d'un monde de paix, un monde équitable et un monde de sécurité. Aussi, a-t-il invité les participants à promouvoir et à défendre ces valeurs directrices du projet socialiste.audiece-prn

Assane Soumana, envoyé spécial(onep)

28/09/18

 

 

 


assembleeLes travaux de la 2ème session de l'Assemblée Nationale au titre de l'année 2018 dite session budgétaire se poursuivent activement à l'hémicycle de ladite institution. La séance plénière d'hier matin, présidée par S.E Ousseini Tinni, a été marquée conformément à son ordre du jour par l'examen et l'adoption du projet de compte rendu sommaire de la séance du mardi 25 septembre 2018 et la présentation solennelle par le ministre des Finances Hassoumi Massoudou des grandes articulations du projet de loi de finances pour l'année budgétaire 2019.
Après les observations et les amendements
apportés par la représentation nationale, le premier point de la séance plénière relatif à l'examen et adoption du projet de compte rendu sommaire de la séance du mardi 25 septembre 2018 a été adopté. Ensuite, le président de l'Assemblée Nationale a invité le ministre des Finances à prendre la parole pour présenter aux députés nationaux le contenu du projet de loi de
finances 2019.
Il ressort de cet exposé que le projet de loi de finances pour l'année budgétaire 2019 a été élaboré conformément aux dispositions de la loi du 26 mars 2012, portant loi organique relative aux lois de finances. En outre, le présent projet de loi de finances est conçu sur la base du programme de renaissance acte II et des priorités et choix stratégiques minutieusement définis par le gouvernement dans le document de référence en matière de développement dans notre pays, en l'occurrence le Plan de Développement Economique et Social (PDES 2017-2021) conclu avec le Fonds Monétaire International (FMI).
Ainsi, le budget de l'Etat au titre de l'exercice 2019 a été élaboré dans un contexte international, régional et national marqué par des perspectives favorables pour notre économie, la mise en œuvre de plusieurs reformes, notamment dans le domaine des finances publiques à travers le budget programme, mais également par des préoccupations majeures liées à la persistance des menaces sécuritaires, la baisse des prix des matières premières, le changement climatique et une démographie galopante.
Par rapport à l'environnement international et régional récent, le ministre des finances a précisé que sur la base des perspectives économiques mondiales établies par le FMI en juillet 2018, la croissance de l'économie mondiale s'est consolidée sur les trois dernières années en passant de 3,2% en 2016, 3,7% en 2017 et 3,9% en 2018. Au le plan économique régional, le Produit Intérieur Brut (PIB) connait un rebondissement après une faible croissance due essentiellement à la morosité des cours des matières premières
exportées par les pays. Dans les pays de l'UEMOA, l'activité économique a été dynamique depuis le début de l'année 2017.
S'agissant de l'évolution de l'économie nationale et les perspectives 2018, l'exposé du ministre des finances, M. Massoudou Hassoumi, a fait ressortir que les dernières estimations du produit intérieur brut 2017 indiquent une stabilisation de la croissance économique avec un taux de 4,9%. Le taux de croissance économique sur la période 2015-2017 s'est établi à 4,7% en moyenne. En ce qui concerne les finances publiques et la dette publique, l'exécution des opérations financières de l'Etat sur la période 2015-2017 a été marquée par une gestion du contexte sécuritaire extrêmement difficile au niveau des frontières avec le Nigeria, le Mali et la Libye. Les recettes totales et dons (hors exonérations) ont connu une évolution en dents de scie avec une hausse de 11,9% 2017, une baisse de 8,6 % en 2016 et une hausse de 6,8% en 2015. Le volet finances publiques et dette publique a été expliqué aussi en détail. Les perspectives 2018 relèvent que l'économie devrait enregistrer une croissance de 5,2% contre 4,9% en 2017.

Orientations et choix stratégiques du budget 2019
Le budget de l'Etat au titre de l'année 2019 s'appuie sur les objectifs économiques et sociaux du
gouvernement découlant de la mise en œuvre du nouveau Plan de Développement Economique et Social (PDES 2017-2021). En plus, des choix stratégiques ont été opérés dans le budget 2019 dans le seul objectif de relancer l'économie pour une croissance d'au moins 9% sur la période 2019-2021. En matière de recettes, l'objectif stratégique reste la poursuite de l'amélioration des recettes par l'élargissement de l'assiette, la modernisation de la gestion de l'impôt et des administrations fiscales, ainsi que le renforcement de la gestion de la trésorerie.
Par ailleurs, sur la base des orientations et choix stratégiques, les ressources du budget général au titre de l'année 2019 s'élèvent à un montant de 2.050, 76 milliards de FCFA, contre 1.971, 97 milliards FCFA en 2018, soit une hausse de 78,78 milliards de FCFA en valeur absolue, correspondant à 4 % en valeur relative. Par rapport aux dépenses, les orientations tiennent compte des contraintes des ressources face à des besoins sans cesse croissants et les capacités réelles de mise en œuvre des politiques et stratégies publiques. Il faut signaler que le rapport du
projet de loi de finances 2019 a détaillé également les recettes internes ; les ressources extérieures et les obligations du trésor. S'agissant des comptes spéciaux du
trésor, ils sont évalués en recettes et en dépenses à un montant de 25,08 milliards.

Des nouvelles mesures fiscales
Les propositions du gouvernement par rapport aux nouvelles mesures fiscales concernent les impôts et les taxes. Il s'agit principalement de l'impôt sur les bénéfices (ISB) ; l'impôt synthétique (IS) ; la taxe sur la valeur ajoutée communément appelée TVA ; la Taxe sur les Activités Financières (TAFI) ; la Taxe sur la Terminaison du Trafic International Entrant (TATTIE) et l'inscription des droits fixes pétroliers dans la loi de finances.
Après cette présentation solennelle du projet de loi de finances 2019 par le ministre des Finances à la représentation nationale, le président de l'Assemblée Nationale S.E Ousseini Tinni a suspendu la séance plénière tout en informant l'ensemble des députés qu'elle reprendra du 2 au 3 octobre 2018 avec comme ordre du jour l'examen et l'adoption du projet de compte rendu sommaire de la séance du 27 septembre et la présentation des rapports de missions des commissions générales permanentes.
Hassane Daouda(onep)

28/09/18
s


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou, a quitté Niamey hier 26 septembre dans la matinée, à destination de New York aux Etats Unis où il effectue une visite de travail dans le cadre de la 73ème Assemblée générale des Nations Unies. A son départ de Niamey, le Président Issoufou Mahamadou a été salué par les présidents des institutions de la République, les membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires. Il a ensuite été accompagné au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement
SE. Brigi Rafini. Le Chef de l'Etat est accompagné dans ce déplacement par M. Mahamadou Ouhoumoudou, ministre Directeur de cabinet du Président de la République.

Onep
27/09/18


conseilLe Conseil des Ministres s'est réuni hier, mardi 25 septembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des Ministres.
Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :
I. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
1.1.Projet de décret portant création du Haut Conseil pour l'Investissement au Niger (HCIN).
La création en 2015 du Haut Conseil pour l'Investissement au Niger marque la volonté politique des plus hautes Autorités du Niger à attirer les investisseurs et à faire du secteur privé, le moteur principal de la transformation économique du pays. S'appuyant sur le programme de Renaissance, le Gouvernement a défini parmi ses priorités centrales la poursuite d'une croissance économique basée sur le développement d'un secteur privé fort et concurrentiel.
Cette dynamisation de la croissance économique, nécessite des instruments appropriés. C'est dans ce cadre qu'il est impératif de revoir les missions actuelles du Haut Conseil pour l'Investissement au Niger, pour les conformer aux meilleures pratiques internationales en vue d'attirer davantage d'investissements nationaux et internationaux dans des secteurs structurants et productifs et répondre efficacement à leurs requêtes par une offre pertinente.

Le présent projet de décret, est une révision du décret n° 2015-437/PRN du 11 août 2015, portant création, organisation et attributions du Haut Conseil pour l'Investissement au Niger (HCIN) pour le conformer aux ambitions du Niger pour la promotion des investissements.
1.2. Projet de décret portant création d'un Etablissement Public à caractère Administratif, dénommé Agence Nigérienne de la Promotion des Investissements Privés et des Projets Stratégiques (ANPIPS).
L'Agence Nigérienne de la Promotion des Investissements Privés et des
Projets Stratégiques (ANPIPS), est un établissement public à caractère administratif, chargé de la facilitation et de l'approbation des projets d'investissements ainsi que de la promotion des projets d'investissements et des projets stratégiques au Niger. L'ANPIPS contribuera ainsi à l'instauration d'un cadre incitatif à la réalisation d'investissements
privés et de projets stratégiques au Niger, la mise en œuvre du Code des Investissements, le renforcement de la compétitivité des sociétés installées au Niger, la promotion des projets en Partenariat
Public Privé ainsi que la simplification d'un grand nombre de procédures
administratives afin de transformer le climat des affaires au Niger.
1.3. Projet de décret portant approbation des Statuts de l'Agence
Nigérienne de la Promotion des Investissements Privés et des Projets Stratégiques (ANPIPS).
L'article 17 du décret portant création de cette agence, prévoit que ses Statuts sont approuvés par décret pris en Conseil des Ministres. Le présent projet de décret intervient pour satisfaire cette exigence en dotant l'ANPIPS d'un cadre organisationnel adapté aux ambitions et missions qui lui sont assignées.
II. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
2.1. Projet de décret portant dissolution du Conseil Municipal de la Commune Rurale de Tagazar.
La mission d'inspection et de contrôle conduite par l'Inspection Générale de l'Administration Territoriale (IGAT) au niveau de la Commune Rurale de Tagazar (Département de Balleyara), a fait ressortir plusieurs irrégularités et pratiques frauduleuses émaillant la gestion financière, comptable et foncière, d'une part et fait le constat d'un organe délibérant totalement bloqué et paralysé dans son fonctionnement, d'autre part.
Par rapport à la gestion financière et comptable, on relève entre autres actes irréguliers et frauduleux : un important déficit de caisse ; des dépenses irrégulières ; un endettement excessif de la Commune ; une gestion foncière confuse entachée d'irrégularités diverses.
S'agissant du conseil municipal, le rapport fait le constat de disfonctionnement grave d'un organe totalement bloqué du fait d'une crise prolongée depuis plus d'une année. Cette situation de paralysie qui rend impossible le fonctionnement du conseil municipal s'est traduite entre autres par : la non adoption du budget 2018 de la Commune ; le blocage du financement des interventions des partenaires de la Commune ; la suspension des travaux de deux (2) lotissements pourtant autorisés et rendus exécutoires par le Ministre chargé des Domaines.
Cette situation de blocage, justifie la dissolution de cet organe qui n'arrive plus à délibérer, conformément aux dispositions de l'article 177 du Code Général des Collectivités Territoriales qui stipule que : « lorsque son fonctionnement se révèle impossible, le conseil municipal ou régional peut être dissous. La dissolution est prononcée par décret pris en Conseil des Ministres. ».
2.2. Projet de décret portant révocation des Maires des Communes rurales de Harikanassou, de Tchadoua et de Gothèye et du Maire de la Commune Urbaine de Loga de leurs fonctions.
Les missions d'inspection et de contrôle conduites par l'Inspection Générale de l'Administration Territoriale (IGAT) au niveau de certaines communes des Régions de Dosso, Maradi et Tillabéri ont mis en
évidence plusieurs irrégularités et pratiques frauduleuses émaillant la gestion financière, comptable, administrative et foncière des autorités en charge de ces collectivités territoriales. Les principaux constats dressés par les rapports se présentent comme suit par commune:
1. Au niveau de la Commune Rurale de Harikanassou (Département de Boboye).
Les constats sont : la situation ambiguë et illégale de l'exécutif municipal réduit à la seule personne du Maire adjoint depuis le 06 mai 2015 suite au décès du Maire titulaire ; des dépenses irrégulières ; une gestion foncière non maitrisée, caractérisée par des morcellements des réserves foncières sans l'aval du Ministère en charge des Domaines.
2. Au niveau de la Commune urbaine de Loga.
Les constats font ressortir : une gestion financière et comptable caractérisée par de nombreuses insuffisances et irrégularités, notamment : la tenue irrégulière de la comptabilité de la Commune ; la tenue de quittanciers parallèles par le receveur ; des retraits frauduleux opérés par le Receveur ; un déficit de caisse ; des paiements irréguliers de dépenses ; une gestion foncière illégale.
3. Au niveau de la Commune rurale de Tchadoua (Département d'Aguié).
Le rapport fait ressortir : une gestion financière et comptable caractérisée par plusieurs irrégularités et actes frauduleux à travers : des mandats illégalement payés ; la mauvaise gestion des carnets infalsifiables ; une gestion peu orthodoxe des appuis financiers des partenaires techniques et financiers, à travers une comptabilité parallèle distincte de celle de la Commune.
4. Au niveau de la Commune rurale de Gotheye (Département de Gotheye).
Les conclusions du rapport font ressortir : une comptabilité de la Commune mal ou pas du tout tenue ; un déficit de caisse ; un endettement excessif.
Le présent projet de décret a pour objet de révoquer de leurs fonctions,
Messieurs Oumarou Allo, Abdou Mirou, Yahaya Saadou et Zouzou Niandou, respectivement Maires de la Commune Urbaine de Loga, de la Commune Rurale de Harikanassou, de la Commune Rurale de Tchadoua et de la Commune Rurale de Gotheye.
En outre, ces responsables municipaux, seuls et/ou solidairement avec les receveurs municipaux et toutes autres personnes mises en cause par les rapports doivent rembourser aux communes, les sommes relevées à leur encontre sans préjudice des poursuites pénales encourues.
III. AU TITRE DU MINISTERE DU PETROLE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret fixant les modalités d'application de la loi n°2017-63 du 14 août 2017, portant Code Pétrolier de la République du Niger.
Le régime juridique, fiscal, douanier et de change des activités de prospection, de recherche, d'exploitation et de transport des hydrocarbures est fixé par la loi n° 2007-01 du 31 janvier 2007. La mise en œuvre de cette loi a fait ressortir des insuffisances qui impactent négativement sur la promotion de l'investissement dans le secteur pétrolier. Pour remédier à ces insuffisances et doter le Niger d'un nouveau cadre juridique adéquat, la loi n° 2017-63 du 14 août 2017 a été adoptée. Le présent projet de décret est pris pour en fixer les modalités d'application.
IV. AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L'INNOVATION.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
4.1. Projet de décret portant modification de l'ordonnance n° 99-070 du 20 décembre 1999, portant création d'une Agence Nigérienne des Allocations et des Bourses (ANAB).
L'ordonnance n° 99-070 du 20 décembre 1999, portant création d'une Agence Nigérienne des Allocations et des Bourses (ANAB) a prévu comme organes exécutifs de cette structure le Conseil d'Administration et le Directeur. Cependant, au niveau des statuts de l'agence, des directeurs techniques sont prévus sous l'autorité du directeur. Aussi, par souci de cohérence et pour un bon fonctionnement de la structure, il ya lieu d'ériger la direction de l'agence en direction générale dirigée par un directeur général, assisté par des directeurs techniques. Le présent projet de décret a pour objet de corriger les insuffisances de l'ordonnance n° 99-070 du 20 décembre 1999, portant création d'une Agence Nigérienne des Allocations et des Bourses (ANAB) et ce, après avis de la Cour Constitutionnelle, conformément à l'article 103 de la Constitution.
4.2. Projet de décret modifiant et complétant le décret n°99-542/PCRN/ MES/R/T du 21 décembre 1999, portant approbation des Statuts de l'Agence Nigérienne des Allocations et des Bourses.
Le présent projet de décret a pour objet de corriger certaines insuffisances relevées sur le décret n°99-542/PCRN/MES/R/T du 21 décembre 1999, portant approbation des Statuts de l'Agence Nigérienne des Allocations et des Bourses (ANAB). Il permettra de désengorger l'administration de l'Agence et d'améliorer notamment la qualité du traitement des dossiers de demandes de bourses et d'aide sociale.
V. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :
AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.
• Monsieur Ibrahim Alio Sanda, est nommé membre de la Haute Autorité de Lutte contre la Corruption et les Infractions Assimilées (HALCIA), en remplacement de Madame Maidah Zeinabou, démissionnaire.
AU TITRE DU CABINET DU PREMIER MINISTRE.
• Monsieur Aba Adji Elhadji Hama, est nommé secrétaire général du Commissariat à l'Organisation du Hadj et de la Oumra (COHO).

AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELGIEUSES.
• Monsieur Zakari Garba Amadou, est nommé membre de la Délégation Spéciale de la Ville de Niamey.
AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES.
• Monsieur Bania Mamadou, agent d'encadrement, représentant de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest (BCEAO), est nommé membre de la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF), en remplacement de Monsieur Idi Ali.
VI. COMMUNICATION.
Le Conseil des Ministres a entendu une (1) communication du Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable relative au Second Forum Régional des pays du Sahel qui s'est tenu à Dakar du 28 au 30 août 2018 dans le cadre de l'Initiative Africaine pour la lutte contre la désertification en vue de renforcer la résilience aux changements climatiques au Sahel et dans la Corne de l'Afrique (A.I.C.D). Le Ministre a informé le Conseil que le Forum a attribué au Niger le diplôme de la 1ère meilleure pratique de lutte contre la désertification.

L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep
26/09/18

Politique

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Le Conseil des ministres s'est réuni, hier jeudi 15 novembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de...

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se po…

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se posent à l'institution

Le président de l'Assemblée nationale, S.E Ousseini Tinni, a participé, hier au siège du Parlement de la CEDEAO, à Abuja, à l'ouverture de la 2ème session ordinaire dite session budgétaire de cette institution parlementaire sous régionale. Dans l'allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le Président de l'Assemblée nationale a mis en exergue les multiples initiatives enclenchées par le Parlement de la CEDEAO, ainsi les excellentes ...

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fi…

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fin d'après-midi

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier en début de soirée, en provenance d'Italie où il a pris part à la Conférence internationale sur la Libye qui s'est tenue le mardi 13 novembre dernier à Palerme. Avant l'Italie, le Chef de l'Etat était à Paris en France où, il a, aux côtés d'une soixantaine de Chefs d'Etat et de Gouvernement, assisté aux cérémonies commémoratives du centainaire de...

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conf…

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conférence nationale de réconciliation en Libye

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part hier mardi 13 novembre 2018, à Palerme en Italie, à la Conférence Internationale sur la Libye. Au cours de cette rencontre, le Chef de l'Etat a notamment proposé la tenue d'une "conférence nationale de réconciliation sur un ordre du jour minutieusement préparé." Dans un discours devant les participants à cette rencontre, le Président Issoufou Mahamadou a ...

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du…

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du Sahel, en particulier ceux des pays du G5 Sahel, veulent la fin du chaos libyen», déclare SEM. Issoufou Mahamadou

« Mesdames et Messieurs,Je voudrais saisir cette occasion pour remercier, au nom de la délégation qui m'accompagne et au mien propre, Son Excellence le Premier Ministre Giuseppe Conte, le Gouvernement et le peuple Italiens pour l'accueil chaleureux qui nous a été réservé et pour toutes les dispositions prises pour rendre notre séjour agréable dans cette ville de Palerme. Permettez-moi également de le féliciter pour avoir pris l'initiati...

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationa…

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationale dans le financement de la force conjointe du G5 Sahel

Quelque 70 Chefs d'Etat et de Gouvernement, dont le Président Issoufou Mahamadou ainsi que les dirigeants des Organisations Internationales ont participé le dimanche 11 novembre 2018, au premier Forum de la Paix à la Grande Halle de La Villette (XIXe arrondissement de Paris). Ce forum, organisé à l'initiative de la France, à l'occasion de la commémoration du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale, a été axé sur la paix...

Discours prononcé par le Président de la République, au 1er Forum sur la paix à Paris (France) : «Le présent forum est l…

Discours prononcé par le Président de la République, au 1er Forum sur la paix à Paris (France) : «Le présent forum est la tribune idéale pour rappeler à la communauté internationale ses devoirs de solidarité vis-à-vis du Sahel», déclare SE. Issoufou

Mesdames et Messieurs,Permettez-moi de remercier le Président Emmanuel Macron pour avoir bien voulu honorer le Niger, en nous associant à la célébration du centenaire de l'armistice du 11 Novembre qui avait mis fin à la première guerre mondiale.Permettez- moi également de saluer l'opportunité et la pertinence de l'organisation d'un forum sur la paix et la sécurité en marge de cet important évènement. En effet, on ne peut trouver meilleu...

Le Président Issoufou Mahamadou a pris part, hier à Paris, à la commémoration du centenaire de l'Armistice du 11 novembr…

Le Président Issoufou Mahamadou a pris part, hier à Paris, à la commémoration du centenaire de l'Armistice du 11 novembre: Retrouvailles en l'honneur du combat pour la paix et de l'amitié entre les peuples

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou accompagné de la Première Dame Dr. Lalla Malika Issoufou, a pris part dimanche matin, 11 novembre 2018, à la commémoration du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale.À l'invitation du Président de la République française SEM Emmanuel Macron, 98 délégations étrangères dont soixante-dix Chefs d'Etat et de Gouvernement ont assisté, dans la capitale franç...

73ème session du Comité exécutif de l'Union Parlementaire Africaine (UPA), à Abuja (Nigeria) : Plaidoyer de SE Ousseini …

73ème session du Comité exécutif de l'Union Parlementaire Africaine (UPA), à Abuja (Nigeria) : Plaidoyer de SE Ousseini Tinni en faveur du G5 Sahel

Le président de l'Assemblée nationale, S.E Ousseini Tinni, poursuit son séjour de travail en terre nigériane où il assiste à la 41ème Conférence et à la 73ème Session de l'Union parlementaire africaine (UPA).La journée du vendredi 9 novembre a été consacrée à l'adoption de plusieurs résolutions et recommandations ayant trait à l'économie, à la promotion de la scolarisation de la jeune fille, et à la lutte contre le terrorisme et le crim...

Niamey/Conseil fédéral extraordinaire de la coordination régionale PNDS-Tarayya: Mme Diarra Fatimata Ly ; Souleymane Rad…

Niamey/Conseil fédéral extraordinaire de la coordination régionale PNDS-Tarayya: Mme Diarra Fatimata Ly ; Souleymane Radja et Mme Fati Djibo élus respectivement présidents de l'OFT, de l'OJT et des ''Roses''

La coordination régionale du Parti Nigérien pour la Démocratie et le Socialisme (PNDS-Tarayya) de Niamey a organisé, le samedi 10 novembre dernier à Niamey, un conseil fédéral extraordinaire mixte de lancement et de renouvellement des organisations de base et structures du parti. Ce conseil fédéral dont l'ouverture a été présidée par le coordonnateur régional PNDS Niamey, M. Karidio Mahamadou, a débouché sur la mise en place de nouveaux...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Grosse arnaque à Niamey

Grosse arnaque à Niamey

Des centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs c...

vendredi 16 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.