Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou



officielsLe Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a assisté, le mardi 18 décembre dernier à Zinder, au grand défilé civil et militaire organisé dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République, Zinder Saboua édition 2018. Les festivités se sont déroulées à la tribune officielle érigée pour la circonstance. L'évènement a été marqué par la présence de trois Chefs d'Etat africains. Il s'agit des Présidents Téodoro Obiang N'Guema de la Guinée Equatoriale, Faure Gnassingbé de la République togolaise et Mahammadu Buhari de la République fédérale du Nigéria. On note également la présence du président de l'Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni, des présidents des institutions de la République, des députés nationaux, des membres du gouvernement, des
représentants du corps diplomatique et des organisations internationales, des autorités coutumières ainsi que le public qui s'est fortement mobilisé pour assister à ce grand défilé.

La nouvelle tribune officielle construite dans le cadre du programme Zinder Saboua a accueilli les délégations venues de tout le pays et ceux des pays voisins pour assister aux festivités du 60ème anniversaire de la république. Malgré le dispositif de sécurité trop présent, le public est venu nombreux pour suivre le défilé civil et militaire, ce grand moment de la célébration de la fête de la République du 18 décembre. C'est à bord d'une Jeep militaire et en compagnie du Chef d'Etat-major des Armées, le général de corps d'armée, Ahmed Mohamed, que le Président Issoufou Mahamadou est arrivé à la tribune officielle aux environs de 14 H, heure locale sous une vive acclamation du public.defil
Après l'exécution de l'hymne national, le Chef de l'Etat a procédé à la décoration de plusieurs personnalités pour service rendu à la République. Il s'agit du ministre Rhissa Ag Boula, président de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre 2016 (Agadez Sokni). Il a été élevé à la dignité de Grand officier dans l'ordre national du Niger. Quant au Prof Issoufou Katambé, président du comité d'organisation de la fête tournante du 18 décembre de 2017, (Tahoua Sakola), il a été fait Commandeur dans l'ordre national du Niger. Il y a ensuite feu Ousmane Amadou, journaliste et écrivain qui a été décoré à titre posthume au grade de Commandeur dans l'ordre national du Niger, Mme Laoual Kader Abou Zataka, inspectrice principale des douanes (cheffe de bureau de douane Niamey Route) élevée au grade d'Officier dans l'ordre du mérite du Niger ; Elhadj Hamissou Abdoua, promoteur de l'Entreprise NAFAMA de Zinder (qui a exécuté les travaux de rénovation de l'aéroport de Zinder) élevé au grade de chevalier dans l'ordre du mérite du Niger. Le président de la République a aussi décoré Mme Nana Aichatou Garba dite Délou ou Kara da Kiyachi et Mme Hadiza Garba dite Sourougna, artiste de la troupe théâtrale de l'ORTN, toutes deux élevées au grade d'Officiers dans l'ordre des palmes académiques du Niger. Mme Aicha Maky, cinéaste est élevée quant à elle au grade de chevalier dans l'ordre des palmes académiques du Niger tandis que Mme Zouley Oumakaltoum, agent de santé à la Présidence de la République est décorée à la médaille de bronze de la Santé Publique du Niger.

Après la remise des médailles, le Commandant de zone de défense N°3, le colonel Ibrahim Garba Oumarou a sollicité, auprès du Chef de l'Etat, l'autorisation de débuter le défilé militaire et civil. L'ordre lui en a été donné par le Président de la République. Les populations de la région et leurs hôtes ont ainsi été gratifiées d'un spectacle fort impressionnant avec le passage des différentes unités des Forces de défense et de sécurité. C'est ainsi que le défilé a été ouvert par un détachement des l'Ecole des sous-officiers d'active d'Agadez qui a présenté au public, un mouvement d'ensemble exécuté avec assurance et discipline. Ce fut un spectacle riche en dextérité qui a été ovationné de bout en bout par le public.
Ensuite, les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont présenté un défilé en couleurs et au rythme de la fanfare de la Garde nationale et des Forces Armée Nigériennes. Les différentes composantes des FDS du Niger, dans leurs diversités, des hommes et des femmes au service de la Nation ont défilé à pied, à motos et en voiture avec des démonstrations spectaculaires.
C'est le passage des unités spéciales qui a captivé le plus l'attention du public. Et, il faut dire que les attentes du public du Damagaram et de ses hôtes ont été satisfaites. En effet, tous les différents corps des FDS ont présenté au cours de ce défilé leurs unités spéciales : des hommes et des femmes qui se distinguent de part leur démarche, leur habillement et leurs équipements. C'est ainsi qu'on a découvert entre autres, l'unité spécial anti-braconnage des Eaux et Forêts ; le Groupe d'intervention de la Police nationale (GIPN) ; le Groupe d'intervention de la Garde nationale ; l'Unité spéciale d'intervention et le GARSI, tous deux de la Gendarmerie nationale ; la BSR de Tahoua, les Commandos parachutistes et le BCOS (l'unité anti-terroriste des FAN). Un échantillon d'équipements, dont certains de dernières générations, a été également présenté au public au cours de ce défilé. La cérémonie a pris fin avec le défilé civil qui a vu le passage des différentes couches socioprofessionnelles du Niger ainsi que les ressortissants des pays membres du G5 Sahel et ceux de la
CEDEAO.
Seini Seydou Zakaria, envoyé spécial


prn-messageNigériennes, Nigériens,
Mes Chers Concitoyens,
Le 60è anniversaire de la proclamation de la République du Niger sera célébré à Zinder, cette ville à l'histoire millénaire, cette ville qui fut, pendant 15 ans de 1911 à 1926, 1ère capitale du Niger.
La fête de la République s'associe au symbole que représente Zinder. Elle en accroit le prestige avec de nouvelles infrastructures construites dans le cadre du Programme de Modernisation des Villes que le gouvernement a initié en vue de doter nos capitales régionales d'équipements modernes qui contribueront au mieux-être des populations.
Je suis heureux de voir cette ville à l'histoire si glorieuse, cette ville qui est le siège d'une région si centrale dans le processus historique de l'indépendance de notre pays, bénéficier d'infrastructures modernes, qui confortent son statut et sa vocation. Ainsi, dans le cadre de Zinder-Saboua ce sont près de 50 milliards de FCFA qui ont été investis pour l'embellissement de Zinder, qui a ainsi bénéficié d'infrastructures modernes : travaux de voierie, rénovation de l'aéroport international de Zinder, construction d'une case de passage présidentielle et rénovation de l'ancienne, réhabilitation du stade régional, la construction d'un nouveau centre de presse, rénovation de la maison de la culture, etc.. Rappelons aussi qu'en 2017 la ville de Zinder a bénéficié de la réalisation du nouveau marché Dolé, d'un coût de 13 milliards de FCFA, et qu'en 2016 elle a vu son problème d'eau définitivement résolu à travers la réalisation des installations d'eau potable du Projet Ganaram pour un coût de 20,5 milliards de FCFA. Zinder, sans eau, la fête n' aurait pas été belle ! Entre 2016 et 2018, ce sont donc en tout près de 83,5 milliards de FCFA, qui ont été investis pour améliorer la vie des populations de Zinder. A cela, viendront se rajouter d'autres réalisations pendant les deux années à venir. En particulier, la route Zinder-Tanout qui sera lancée très prochainement. Cette route aura un impact économique, non seulement pour la ville de Zinder mais pour l'ensemble de la région. Elle viendra s'ajouter à la route Zinder-Magaria-Nigéria et Zinder-Mirriah-Guidimouni déjà inaugurées. Le Damagaram doit être fier de toutes ces réalisations car je sais à quel point ses habitants tiennent à leur image, à leur histoire faite de grandeur et de nombreux exploits. Cette image, cette histoire leur commande d' en prendre soin et je sais qu'ils ne failliront pas.
Pour Zinder aujourd'hui, tout comme pour Niamey, Dosso, Maradi, Agadez et Tahoua, hier, le Programme de rénovation des villes a permis de changer le visage de nos grandes villes et créer de nouveaux centres d'intérêt au profit des populations. Par ailleurs, la Banque de l'Habitat du Niger, que j'ai eu le plaisir d'inaugurer le 14 Décembre dernier, en permettant aux Nigériens d'avoir accès à des logements décents, contribuera sans aucun doute à renforcer ce changement.
En 2019 et 2020, incha Allah, viendra les tours des villes de Tillabéri et de Diffa. D'ores et déjà, les comités d'organisation sont à pied d'œuvre pour en assurer le succès.

Mes Chers Concitoyens,
Comme le montrent les programmes de modernisation des villes et d'autres réalisations exécutées par la Renaissance, notre pays est sur la bonne voie. Nous avons le devoir de consolider tous ces acquis, notamment en conjurant l'instabilité institutionnelle qui a fait tant de torts à notre pays comme le prouve notre indice de développement humain. Pour améliorer notre rang dans le classement des nations nous devons toujours rester les manches retroussées et veiller comme le lait sur le feu à la stabilité des institutions démocratiques et républicaines. C'est là une condition sine qua non pour maintenir la constance dans l'effort sur la voie du progrès et du bien-être de notre nation. Voilà pourquoi j'attache tant d'importance à l'organisation consensuelle, inclusive et transparente des prochaines élections qui permettront, pour la première fois dans notre histoire à un président démocratiquement élu de passer pacifiquement le témoin à un autre.
C'est le lieu d'encourager les acteurs politiques de la majorité, de l'opposition et des non affiliés, à poursuivre les échanges qu'ils ont entamés, dans un esprit de dialogue constructif, dans le cadre du Conseil National de Dialogue Politique.
Les premiers résultats issus de leurs discussions sur le Code Electoral et le fonctionnement du CNDP sont encourageants. Je veux croire que ces discussions augurent d'un apaisement au sein de la classe politique. J'invite alors tous les acteurs à poursuivre ce dialogue inclusif dans l'intérêt du peuple Nigérien.
J'engage la Commission Electorale Nationale Indépendante à mettre tout le dispositif nécessaire en place pour que les différentes échéances soient tenues à temps et que ces consultations soient faites en toute transparence.
J'engage le gouvernement à mettre tous les moyens nécessaires à la disposition de la CENI, afin que la tradition d'organisation d'élections pluralistes et libres que le monde entier nous reconnait soit, cette fois-encore, observée au Niger. La confection d'un fichier biométrique, actuellement en cours, y contribuera certainement. La CENI a déjà engagé les audiences foraines en vue de délivrer aux citoyens les documents juridiques nécessaires pour leur inscription sur les listes électorales ainsi que le processus de recrutement de l'opérateur technique pour l'élaboration du dit fichier.

Mes Chers Concitoyens,
Notre peuple ne peut pas connaitre le plein épanouissement que nous lui souhaitons sans sécurité. Aussi, le Gouvernement poursuit-il la lutte engagée contre le terrorisme et le crime organisé sur tous les fronts : militaire, économique et idéologique. Le terrorisme et le crime organisé nous ont déjà fait payer un lourd tribut.
Je pense à ces victimes d'enlèvement notamment dans la région de Diffa. Je pense à toutes ces victimes civiles et militaires. Pour honorer et immortaliser la mémoire de nos soldats tombés au front, nous avons décidé de leur dédier un mémorial afin de perpétuer leur souvenir. Cet hommage viendra s'ajouter à celui que nous leur rendons en poursuivant avec fermeté le combat contre les forces du mal jusqu'à la victoire finale. Oui, la lutte continue. C'est dans cette perspective que les Chefs d'Etat des pays du bassin du Lac Tchad se sont réunis, à N'Djaména le 29 Novembre et à Abuja le 15 Décembre 2018, pour adopter de nouvelles stratégies afin de mieux combattre Boko Haram.
De même, au niveau du G5 Sahel, actuellement sous présidence Nigérienne, nous nous sommes efforcés de mobiliser à la fois les ressources financières nécessaires pour rendre opérationnelle la force conjointe et pour réaliser des actions de développement. Nous avons pris des dispositions pour mieux opérationnaliser la Force conjointe. Depuis le début de l'année 2018, nous avons engagé un important effort pour mobiliser les ressources financières nécessaires. Ainsi, le 23 Février 2018 à Bruxelles, 424 millions d'euros ont été mobilisés au profit de la force conjointe et le 6 Décembre 2018 ; à l'occasion de la réunion de coordination des partenaires à Nouakchott, 2,4 milliards d'euros ont été annoncés pour le financement du Programme d'Investissement Prioritaire (PIP) dont les priorités sont la Gouvernance, la Résilience et le développement humain, la Sécurité et les Infrastructures dans les zones frontalières fragiles. C'est le lieu de remercier tous nos partenaires pour leur soutien à la force du G5 Sahel et à ses projets de développement.

Mes Chers Concitoyens,
Comme de coutume, le Gouvernement a procédé à la pré évaluation de la campagne Agro-Sylvo-Pastorale et Hydraulique 2018-2019. Le bilan céréalier et fourrager est globalement satisfaisant. Des zones déficitaires ont été identifiées et comme les autres années, le gouvernement mettra en place un plan de soutien pour leur venir en aide. En particulier, l'effort sera maintenu sur la maîtrise de l'eau, la défense et la restauration des terres et la maison du paysan, axes prioritaires de l'initiative «3N» .
L'adoption récente du Fonds d'Investissement pour la Sécurité Alimentaire (FISAN) permettra de mettre à la disposition des producteurs un outil de financement de leurs initiatives et la création d'une Agence de Promotion du Conseil Agricole (APCA) facilitera l'accès des producteurs au conseil agricole de qualité.
La Politique Nationale de Sécurité Nutritionnelle et son plan d'action 2019-2021, lancés le 6 décembre 2018 donnent au Gouvernement des pistes d'actions pour attaquer le défi de « la malnutrition zéro d'ici 2021 », qui vient s'adosser à celui de la « faim Zéro ».
L'Initiative 3N, ensemble avec la réalisation du barrage de Kandadji et la mise en œuvre du compact MCC conforteront les paysans quant aux orientations du Gouvernement pour la transformation et la modernisation du monde rural.
Je me félicite des résultats obtenus à la récente table ronde tenue au siège de la Banque Africaine de Développement, à Abidjan, qui a permis de mobiliser 436 millions de dollars US, pour le financement de la 2è phase de réinstallation des populations dans le cadre de la réalisation du barrage de Kandadji. Je tiens à saluer cette forte mobilisation de nos partenaires pour la réalisation d'un des plus grands projets structurants de notre pays.

Mes Chers Concitoyens,
J'ai assisté le 10 Décembre dernier à la réunion d'évaluation à mi-parcours de l'Alliance Globale pour les Vaccins et l'Immunisation (GAVI), en ma qualité de champion du secteur de la vaccination. Grâce à GAVI, ce sont 700 millions d'enfants qui ont été vaccinés et 10 millions de vies sauvées à travers le monde depuis les années 2000. Au Niger, la vaccination a permis de réduire les cas de rougeole de 60,000 par an en 2004 à moins de 1500 aujourd'hui. En moins de 10 ans, le nombre de vaccins disponibles dans la vaccination de routine a doublé. Avec plus de 100 milliards de Francs CFA, GAVI est le premier bailleur de la vaccination et un des bailleurs les plus importants de la santé au Niger. Nous devons soutenir l'initiative de cet important partenaire, car sa cause est noble.

Aussi, m'engagerai-je, au nom des enfants du Niger, dans la campagne de reconstitution de fonds de GAVI pour la période 2021-2025, période sur laquelle cette institution prévoit des programmes ambitieux de vaccination avec le renforcement de la recherche sur de nouveaux vaccins notamment les vaccins thérapeutiques et la vulgarisation du vaccin contre le paludisme, première pathologie mortelle au Niger. La vaccination est un des instruments de la transformation de notre actif démographique en dividende économique. Il s'agit là d'une action cohérente d'avec le Projet Régional pour « l'Autonomisation des Femmes et le Dividende Démographique au Sahel, (SWEDD), notamment d'avec l'objectif de maintenir les jeunes filles à l'école au moins jusqu'à l' âge de 16 ans. Je salue l'engagement pris par les responsables du FIDA, du PAM et de la FAO, lors de leur visite du 15 Août dernier, à nous accompagner dans la réalisation de ce noble objectif.

Mes Chers Concitoyens,
Le 8 Décembre dernier, au Forum Afrique 2018, à Charm El Cheikh en Egypte, les chefs d'Etat présents ont abordé la question des investissements intra-africains. J'ai ainsi eu l'opportunité d'évoquer la signature et la ratification de l'Accord instituant la zone de libre-échange continentale Africaine. L'adoption et la ratification du traité par les Etats Africains évoluent progressivement, laissant espérer une entrée en vigueur rapide de ce traité intégrateur. Ainsi, avec 13 ratifications à ce jour, je suis certain que nous atteindrons rapidement le minimum requis de 22 ratifications, pour enfin procéder au lancement officiel de la ZLECAf en fin juin 2019 à Niamey, en marge du sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine. La Zone de Libre Echange Continentale est un formidable instrument pour accroître entre autres les échanges et les investissements intra africains. Il s'agit d'un tournant historique pour l'Afrique.
En effet, unie, l'Afrique sera plus forte et pourra mieux s'imposer sur la scène internationale. Je suis fier de porter ce programme jusqu' à son aboutissement. Je suis d'autant plus fier, que cet évènement historique prendra place à Niamey qui abritera pour la première fois une rencontre d'une telle envergure. C'est un honneur qui est fait à notre peuple et à notre pays. C'est aussi la consécration de l'offensive diplomatique engagée par le Gouvernement et du leadership affirmé de notre pays sur la scène régionale.
Nous ne devons pas rater ce rendez-vous, l'évolution du niveau des préparatifs de l'événement me laisse croire qu'il n'en sera pas ainsi. Afin de faciliter la mobilité urbaine et d'embellir notre capitale en vue du sommet, plusieurs infrastructures ont été ou sont en cours de réalisation. Parmi ces nouvelles infrastructures, nous pouvons citer la rénovation et la modernisation de l'aéroport international Diori Hamani, la réalisation de la nouvelle voie express, le nouveau centre de conférence international Mahatma Ghandi, l'hôtel Présidentiel et les 15 villas présidentielles. J'encourage l'Agence en charge de l'organisation de cet événement à poursuivre dans la même dynamique, afin que toutes les clauses du cahier de charges soient rigoureusement respectées. Je ne doute pas que le moment venu, tous les nigériens se mobiliseront pour la réussite de l'évènement.
Mes Chers Concitoyens,

Voilà 60 ans que nous sommes en République. Pendant cette période relativement longue, à l' échelle de la vie humaine, notre pays a connu des épreuves. Il en connaît encore, notamment face au terrorisme et au crime organisé. La région de Tillaberi, où sera organisé le 61e anniversaire de la République, frontalière du Mali et du Burkina Faso, en est particulièrement affectée. Je fonde l' espoir que nous créerons les conditions de restaurer la paix et la sécurité sur l' ensemble de notre territoire et en particulier dans cette région afin que le prochain anniversaire s' y déroule dans la joie et l' allégresse.
Dans un an, plaise à Dieu, rendez-vous donc à Tillaberi pour le 61e anniversaire de la République.

Joyeux 60e anniversaire à tous et à toutes !
Que Dieu bénisse le Niger !
Je vous remercie


prn-1Le Sommet Extraordinaire des Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de la Commission du Bassin du Lac Tchad (CBLT) s'est tenu le samedi, 15 décembre 2018 à Abuja, sous la présidence SEM Muhammadu Buhari, Président de la République Fédérale du Nigeria, Président du Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la CBLT.
Ce sommet s'est déroulé en présence également du Président de la République SEM Issoufou Mahamadou, du Président de la République du Tchad, SEM Idriss Deby Itno, du Premier Ministre, Chef du Gouvernement du Cameroun, M. Philemon Yang, représentant le Président Paul Biya et de l'Ambassadeur plénipotentiaire de la République du Bénin au Nigéria, au Cameroun, au Tchad et en RCA.
Dans le communiqué final ayant sanctionné cette rencontre, les dirigeants de la CBLT ont renouvelé leur détermination à lutter contre les terroristes de Boko Haram afin de mettre un terme à l'insurrection. Ils ont réitéré leur engagement à accélérer « le processus de mise en œuvre de la stratégie régionale de stabilisation des zones du bassin du Lac Tchad affectées par la crise de Boko Haram ». Cette stratégie, souligne le communiqué, a été endossée récemment par le Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine.
Les Chefs d'Etat et de Gouvernement se sont accordés sur l'exécution des projets à impact rapide (PIR) dans la limite des moyens disponibles en vue du relèvement rapide des populations affectées par l'insurrection de BokoHaram. Après avoir reconnu le rôle clé joué par les leaders des communautés locales dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, les dirigeants de la CBLT ont convenu «de recourir au soutien de ces leaders pour renforcer la lutte contre le terrorisme. »

Le Sommet a exprimé sa gratitude au Conseil de paix et de sécurité de l'Union Africaine pour avoir renouvelé le mandat annuel de la Force Multinationale Mixte (FMM) pour l'année 2019.
Les Chefs d'Etat et de Gouvernement ont exprimé «leurs vifs et sincères remerciements aux partenaires et à la communauté internationale pour leur appui remarquable et leurs contributions tout en sollicitant leur soutien additionnel à l'endroit de la CBLT/FMM en vue de l'éradication de l'insurrection de Boko Haram et du renforcement de la paix et de la sécurité dans son ensemble.». Ils ont, une fois de plus, demandé à la communauté internationale de maintenir ses efforts contre le terrorisme dans la région. Les dirigeants de la CBLT ont, en outre ; instruit le Comité de Défense et de Sécurité de tenir régulièrement des réunions pour évaluer la situation sécuritaire et les efforts fournis pour mettre fin à l'insurrection.
Dans son discours d'ouverture du Sommet, le Président du Nigeria a indiqué que « la rencontre d'aujourd'hui est la continuité de notre effort conjoint pour aborder les questions de sécurité au sein de la sous-région, après la réunion du 29 novembre 2018 à N'Djamena ». « Votre participation à ce sommet, malgré vos multiples tâches, est une démonstration claire de votre engagement à lutter contre notre ennemi commun Boko Haram et à œuvrer à la restauration de la paix durable et de la sécurité dans la sous-région », a dit SEM Muhhamadu Buhari à l'endroit de ses pairs Chefs d'Etat.
Il a précisé que ce sommet va examiner, à huis clos, le rapport de la réunion du comité défense et sécurité mis en place récemment et qui a rendu son rapport dans le délai. « J'espère qu'avec les recommandations issue de cette conférence, nous allons parvenir à une nouvelle dimension dans la lutte contre Boko Haram et ses affiliés internationaux », a-t-il ajouté. « Nous devons prendre en compte le fait que la croissance durable et le développement de la sous-région dépend de notre effort pour assurer la paix et la stabilité dans la zone », a affirmé le Président en exercice de la CBLT. « Nous devons mettre fin à la crise au sein de la sous-région pour être en mesure d'assurer un développement significatif pour les populations », a-t-il poursuivi. « Nous devons être assidus et engagés dans nos efforts collectifs pour parvenir à la paix et mettre fin au terrorisme et à l'extrémisme violent dans notre sous-région », a souligné le Président Muhammadu Buhari.
Lors du précédent sommet tenu le 29 novembre à N'Djamena, les dirigeants de la CBLT ont exprimé « leur profonde préoccupation face à la recrudescence des attaques contre les différents pays». Ils ont notamment souligné «l'impérieuse nécessité de changer d'approche dans la lutte contre Boko Haram » et ont, à cet effet, pris des décisions dont « celle relative à la coopération opérationnelle», rappelle-t-on.
Répondant à la presse nationale à l'issue de ce sommet, le Ministre de la Défense Nationale a indiqué que cette rencontre est la suite du Sommet Extraordinaire convoqué le 29 novembre 2018 à N'Djamena, au Tchad, par le Président Muhammadu Buhari, Président en exercice de la CBLT. Le Sommet extraordinaire du 29 novembre avait décidé de revoir la stratégie de lutte contre Boko Haram dans le lit du Lac Tchad, a-t-il dit.
Les Chefs d'Etat et de Gouvernement, lors de cette réunion, ont instruit les ministres pour qu'ils convoquent la Réunion du Conseil de Défense et de Sécurité pour traduire en termes d'opérations ce changement de stratégie qu'ils avaient adopté, a précisé M. Kalla Moutari. « C'est ce travail là qui a été fait les 11 et 12 décembre et que nous venons d'entériner avec les Chefs d'Etat », a-t-il ajouté.
Les dirigeants de la CBLT ont donné leur onction pour que le concept d'opérations élaboré par les Chefs d'Etat-major soient mis en exécution dans les semaines à venir, a-t-il poursuivi.sommet-2
A la question de savoir si les décisions prises à l'issue de ce sommet répondent aux attentes du Niger, M. Kalla Moutari a repondu ceci : «Absolument ! Le Niger est le premier à constater que le temps que nous mettons entre deux opérations, Boko Haram se reconstitue et attaque certains pays voisins.».
« Ce qui a pour conséquence aussi l'insécurité à nos frontières. Très tôt, nous avons demandé à ce que le concept d'opérations soit revu, la stratégie révisée et complétée», a-t-il expliqué. « C'est ce que nous avons obtenu lors de la tenue récemment de la réunion du Conseil Extraordinaire», a-t-il affirmé.
« Aujourd'hui, nous avons entériné une stratégie consistant à un mode d'opérations mobile et permanent qui permette d'éradiquer Boko Haram sans lui donner la possibilité de se reconstituer, encore moins la possibilité de se ressourcer à partir des pays qui le fournissent en armes et en argent », a souligné le Ministre de la Défense Nationale. « Tout cela, nous l'avons fait en mettant en rapport la Force Conjointe du G5 Sahel avec la Force Multinationale Mixte du lit du Lac Tchad », a-t-il conclu.
Le Président Issoufou Mahamadou a regagné Niamey samedi soir. Il était accompagné dans ce déplacement, de M. Ouhoumoudou Mahamadou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Kalla Ankouraou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur et M. Kalla Moutari, Ministre de la Défense Nationale.

Abdourahmane Alilou
AP /PRN
17/12/18


assembleeEn marge des travaux de la deuxième session ordinaire au titre de l'année 2018, dite session budgétaire de l'Assemble nationale, les députés ont débattu le 13 décembre à l'hémicycle, sur une question relative au Plan de Développement Economique et Social 2017-2021. Une journée parlementaire organisée par le Ministère du Plan et ses partenaires présidée par le deuxième Vice président de l'Assemblée nationale, M. Liman Ali Mahamadou.
Cette journée d'information parlementaire rentre dans le cadre de l'information des parties prenantes dans le suivi de la mise en œuvre du PDES. Elle a pour objectifs de partager avec les députés nationaux, le Plan de développement économique et social (PDES 2017-2021), son dispositif institutionnel de coordination, de mise en œuvre et de suivi et évaluation et la feuille de route de sa mise en œuvre, de mobiliser les élus nationaux pour une large vulgarisation du PDES 2017-2021 et sa mise en œuvre réussie. En clair, la rencontre a permis aux députés de s'approprier les grandes orientations du Plan de Développement Economique et Social 2017-2021.
On rappelle que le Gouvernement s'est doté d'une Stratégie de Développement Durable et de Croissance Inclusive dénommée SDDCI Niger 2035. L'objectif principal de cette stratégie est de bâtir un pays bien gouverné et pacifique ainsi qu'une économie émergente, fondée sur un partage équilibré des fruits du progrès. Cette SDDCI est opérationnalisée à travers la mise en œuvre d'une série de plans quinquennaux de développement économique et social dont le premier est le PDES 2017-2021. L'objectif principal de ce PDES 2017-2021 est de «contribuer à bâtir un pays pacifique, bien gouverné avec une économie émergente et durable, et une société fondée sur des valeurs d'équité et de partage des fruits du progrès». De façon spécifique, il vise à renforcer la résilience du système de développement économique et social. Le processus d'élaboration du PDES 2017-2021 a été participatif et inclusif.
Les principaux objectifs poursuivis à travers cette démarche participative sont d'instaurer un cadre de dialogue constructif et durable entre les parties prenantes dans une logique de complémentarité, d'améliorer la qualité et la pertinence des stratégies, de développer l'appropriation des stratégies de développement à tous les niveaux, d'accroître la responsabilisation des différents acteurs et de faciliter la mise en œuvre et l'atteinte des résultats escomptés à travers la participation effective des acteurs et le développement des partenariats.
A l'ouverture des travaux, le deuxième Vice-président de l'Assemblée nationale, M. Liman Ali Mahamadou, a expliqué que dans le cadre de la mise en œuvre du PDES 2017-2021, le Ministère du Plan a élaboré, une stratégie de communication qui a pour objectif, de permettre à la population de se l'approprier. « Cette appropriation du PDES 2017-2021 par les populations, est garante d'une adhésion à ses principes ainsi qu'une meilleure mise en œuvre effective de ce dernier », a-t-il ajouté. Et c'est dans cette optique que s'inscrit cette journée parlementaire. Dans la présentation de cette stratégie, la ministre du Plan, Mme. Kané Aïchatou Boulama a expliqué aux élus les différentes articulations du PDES, sa vision et l'opportunité qu'il offre aux Nigériens, en termes de transformation qualitative des indicateurs pour un développement harmonieux du Niger avec le concours de tous.

Mamane Abdoulaye(onep)
17/12/18

 

 

 


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, accompagné de la Première Dame, Dr. Issoufou Lalla Malika, a regagné Niamey, hier en fin d'après-midi, au terme d'une visite de travail et d'amitié de trois jours à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis.
Cette visite a permis aux deux pays de raffermir leur coopération, notamment lors d'un entretien en tête-à-tête, lundi, 10 décembre 2018, entre le Président de la République et Sheikh Mohamed Ben Zaid Al-Nahyan, Prince Héritier d'Abu Dhabi, Ministre de la Défense. A cette occasion, les deux personnalités ont évoqué les principaux dossiers intéressant le Niger et les Emirats Arabes Unis. Par ailleurs, les Ministres des Affaires Etrangères des deux pays ont échangé les documents relatifs à des accords de coopération.

prn-2La desserte de la compagnie EMIRATES, la promotion et la protection des investissements, la gestion des questions humanitaires découlant des actions terroristes à la frontière nigéro-malienne et dans la région du Lac Tchad, les infrastructures routières et énergétiques, la coopération dans les domaines agricole et militaire ont été au centre de cet entretien.
Le mardi 11 décembre 2018, le Président de la République a poursuivi les échanges avec les responsables de plusieurs sociétés des Emirats Arabes Unis. Celles-ci ont réaffirmé leur détermination à travailler avec le Niger dans plusieurs domaines notamment la santé, l'éducation, l'agriculture, l'énergie, la protection de l'environnement et les infrastructures. Toutes ces questions font partie des priorités de développement de notre pays contenues dans le Programme de Renaissance du Niger.
Le Président Issoufou Mahamadou s'est entretenu mercredi à Abu Dhabi avec l'ancien Président de la République française Nicolas Sarkozyprn-sarkozi
En marge de sa visite de travail et d'amitié aux Emirats Arabes Unis, le Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, s'est entretenu mercredi matin, 12 décembre 2018, à Abu Dhabi, avec l'ancien Président de la République française, M. Nicolas Sarkozy.
A l'issue de cet entretien, M. Sarkozy a indiqué à la presse nationale que « le Président Issoufou est quelqu'un pour qui j'ai toujours eu beaucoup d'amitié, beaucoup d'admiration et avec qui j'ai travaillé ». « Et quand j'ai su qu'il était à Abu Dhabi, je lui ai demandé l'honneur qu'il me reçoive », a-t-il-dit. «Ça me faisait plaisir, d'abord pour parler du Niger qui est un pays extrêmement important, et puis pour parler de lui. Je le trouve en pleine forme, plus jeune que
jamais et on a parlé de tout», s'est-il réjoui.
Avant de quitter Abu Dhabi pour la capitale nigérienne, le Chef de l'Etat, accompagné de la Première Dame Dr. Issoufou Lalla Malika, a visité Wahat Al Karama, la Place des Martyrs, dédiée à la mémoire des héros nationaux des Emirats Arabes Unis pour leur sacrifice et en reconnaissance de leur héroïsme. A l'issue de cette visite, le Président de la République a signé le Livre des Condoléances.
Outre la Première Dame, le Chef de l'Etat était
accompagné, dans ce déplacement, de M. Ouhoumoudou Mahamadou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Kalla Ankouraou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur et Dr. Idi Illiassou Mainassara, Ministre de la Santé Publique.

Abdourahmane Alilou AP/PRN
13/12/18

 

 

 


assembleeLes travaux en séance plénière de la deuxième session ordinaire au titre de l'année 2018, dite session budgétaire de l'Assemble nationale se poursuivent à l'hémicycle. Au cours de la séance d'hier, les députés ont examiné et voté le projet de loi portant prorogation de l'état d'urgence dans la région de Diffa par 106 voix favorables, 0 contre, 0 abstention et celui portant prorogation de l'état d'urgence dans la région de Tillabéri et de Tahoua par 112 voix favorables, 0 contre et 0 abstention. Ces travaux ont été présidés par le premier Vice président de l'Assemblée nationale, M. Iro Sani.
A l'ouverture de la séance, la plénière a d'abord examiné et adopté le du projet de compte rendu sommaire de la séance plénière du mardi 10 décembre dernier. Les députés ont examiné et voté le projet de loi portant prorogation de l'état d'urgence dans la région de Diffa pour une période de trois mois allant de la période du 18 décembre 2018 au 17 mars 2019, conformément à la requête du Gouvernement. Peu après, ils ont fait le même exercice concernant le projet de loi portant prorogation de l'état d'urgence dans la région de Tillabéri (départements de Ouallam, Ayerou, Bankilaré, Abala, Banibangou, Say, Torodi et de Téra) et celle de Tahoua (département de Tassara et de Tillia). Tout comme le premier, pour une même période, allant du 18 décembre 2018 au 17 mars 2019 inclus.
L'objectif final de l'état d'urgence est la préservation de la sécurité publique dans la zone concernée. C'est pourquoi, en cas de nécessité, le Gouvernement procède régulièrement à sa prorogation tous les trois mois. Peu avant l'adoption de ces deux textes, les députés ont suivi la lecture de ces projets de loi, puis s'en est suivi le débat à l'issu duquel les présidents des groupes parlementaires ont tous appelé les membres de leurs groupes à voter en faveur de ces deux textes. En effet, ont-ils estimé, au vu de la récurrence et la persistance de l'insécurité et pour un souci du retour définitif de la paix, il est nécessaire d'accorder au gouvernement cette possibilité pour mieux gérer la situation. Par ailleurs, les députés ont salué et encouragé les efforts inlassables que déploie le gouvernement pour endiguer le phénomène, avant de l'inviter à agir davantage notamment au niveau des services sociaux de base, voire des soutiens spéciaux dans ces zones.
Après l'adoption de ces deux textes, le commissaire du Gouvernement, le ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf, a salué les parlementaires pour ce soutien apporté au Gouvernent à travers ce vote unanime. Pour ce qui est des inquiétudes soulevées par les députés, il a rassuré les élus que les Conseils régionaux de sécurité continueront à œuvrer pour faire face aux menaces. Par ailleurs, il a souligné que des progrès ont été enregistrés dans cette lutte car les ennemis n'attaquent plus frontalement nos Forces de Défense et de Sécurité. « Cela voudrait dire que leur capacité de nuisance est réduite. Ils opèrent à travers des actions isolées notamment les embuscades ou enlèvement des innocents » a-t-il dit.
Peu avant la levée de la séance, la Secrétaire parlementaire, Mme Amina Laouali Saminou a, au nom de ses homologues, lu deux déclarations relativement à l'interpellation du Premier ministre représenté par le ministre de la Défense nationale, M. Kalla Moutari sur la situation sécuritaire et celle du ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, M. maman Wazir. Les travaux reprendront vendredi 14 décembre, toutefois, deux journées parlementaires sont prévues ce jeudi. (Lire ci-dessous la déclaration suite à l'interpellation du ministre de la Défense nationale).

Mamane Abdoulaye(onep)

Déclaration de l'Assemblée nationale suite à l'interpellation du ministre de la Défense Nationale
En sa séance plénière du samedi 8 décembre 2018, l'Assemblée nationale a entendu le Ministre de la Défense nationale répondant à une interpellation d'un groupe de députés sur la situation sécuritaire et humanitaire très préoccupante dans la région de Diffa. Cette interpellation est faite conformément aux dispositions de l'article 117, alinéa 1er du Règlement intérieur de l'Assemblée nationale.
Le Commissaire du Gouvernement, en sa double qualité de Ministre de la Défense nationale et représentant de son homologue de l'Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes, empêché, a répondu aux questions articulées autour des points suivants :
• La persistance des attaques et des enlèvements en dépit des efforts consentis par l'État ;
• Les dispositions prises pour retrouver et ramener les 39 femmes et filles de N'Guéléwa ainsi que les 15 jeunes filles enlevées près de Toumour ;
• Les mesures à prendre pour atténuer certains effets négatifs dus à l'état d'urgence, notamment du point de vue économique et des violations des droits humains ;
• Les mesures que le Gouvernement compte prendre pour venir en aide aux populations victimes d'inondations ;
. Les dispositions envisagées par le Gouvernement pour trouver de solutions durables à la récurrence des inondations dues au débordement des eaux de la Komadougou.
Après les réponses apportées par le Ministre et le débat qui s'en est suivi, l'Assemblée nationale est convaincue que la sécurité dans la région de Diffa passe inéluctablement par des actions concertées entre le Gouvernement et les partenaires multilatéraux, d'une part, et la forte implication des populations locales qui ne peut être obtenue qu'à travers la mise en œuvre d'une vraie stratégie de communication en vue d'une franche collaboration avec les Forces de Défense et de Sécurité (FDS), d'autre part.
À l'issue du débat et des éclaircissements complémentaires fournis par le Ministre, il est apparu clairement que malgré :
• les énormes moyens déployés par l'État au titre de la sécurité, beaucoup d'efforts restent à fournir pour endiguer l'insécurité dans la région de Diffa ;
• la présence constante des Forces de Défense et de Sécurité et des forces amies dans la région, des attaques terroristes et des enlèvements des personnes contre rançon sont enregistrés ;
• les dispositions préventives prises, des inondations provoquées par les eaux de la Komadougou sont récurrentes, aggravant ainsi la situation humanitaire déjà précaire dans la région.
Aussi, préoccupée par la persistance des attaques et des enlèvements tous azimuts des femmes et enfants en dépit des efforts consentis par l'État, l'Assemblée nationale estime-t-elle qu'une nouvelle dynamique doit être impulsée afin que la sécurité règne partout au Niger, et particulièrement, dans la région de Diffa dont il est question ici.
Au regard de tout ce qui précède, l'Assemblée Nationale
Recommande au gouvernement de :
* Élaborer et mettre en œuvre une vraie stratégie de communication ayant pour objet d'amener les populations à améliorer leur collaboration avec les FDS pour mieux assurer leur défense et leur sécurité ;
* Prendre les dispositions adéquates pour mettre un terme aux attaques terroristes et aux enlèvements des paisibles citoyens ;
* Prendre des dispositions diligentes et idoines pour ramener toutes les personnes enlevées à N'Guéléwa et à Toumour ;
* Prendre des mesures appropriées en vue de mettre fin non seulement aux violations des droits humains dans les zones en proie à l'insécurité, mais aussi alléger les souffrances des populations sur le plan économique ;
. Prendre, en toute urgence, des dispositions utiles pour aider les populations victimes d'inondations partout dans la région ;
* Créer un cadre de concertation inclusif regroupant les élus nationaux et locaux, les administrateurs, la chefferie traditionnelle, les leaders d'opinion et religieux, les organisations de la société civile et les FDS;
* Reprendre les travaux de construction de la route Diffa – frontière Tchad (route du pétrole) en vue notamment d'accroître l'emploi des jeunes de la région ;
* Redynamiser les comités de paix à tous les niveaux ;
* Procéder à l'évaluation de l'état d'urgence sur le plan économique et social en vue d'atténuer les effets induits par son application ;
* Trouver des solutions durables pour prévenir des inondations causées de façon récurrente par le débordement des eaux de la Komadougou ;
* Superviser et coordonner les activités des humanitaires dans la région de Diffa.
Fait à Niamey
12 décembre 2018


Panel-GAVIPoursuivant sa visite de travail et d'amitié aux Emirats Arabes Unis, le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, Champion International du secteur de la Vaccination, a pris part, hier mardi 11 décembre 2018 à Abu Dhabi, à un Panel des Chefs d'Etat des Pays GAVI. Ce panel intervient dans le cadre d'une réunion d'évaluation à mi-parcours de GAVI, l'Alliance du Vaccin.
L'expérience du Niger, des Emirats Arabes Unis et du Mozambique dans le domaine de la vaccination ainsi que les questions relatives à l'immunisation, la chaine de froid, les prix des vaccins au profit notamment des enfants et la gouvernance politique, ont été entre autres évoqués par les panélistes dont le Président de la République.
Répondant aux questions du modérateur de ce panel, le Chef de l'Etat a dit que la vaccination est l'un des grands succès de la santé publique, affirmant qu'on doit ce succès à GAVI. « Aujourd'hui, dans le monde, les enfants, où qu'ils vivent, ont de plus en plus la possibilité d'accéder de manière équitable aux vaccins », a-t-il expliqué. Il faut encourager GAVI à poursuivre cette noble mission, a-t-il ajouté, précisant qu'il y a des points sur lesquels il faut continuer à agir. Il y a d'abord le co-financement, a-t-il dit, soulignant la nécessité, pour tous les pays bénéficiant des actions de GAVI, de participer au co-financement.
Il faut ensuite réduire les prix des vaccins, demander aux entreprises qui fabriquent ces vaccins de continuer à faire des efforts de réduction des prix, pour qu'ils soient accessibles aux faibles revenus, a insisté le Chef de l'Etat.
«Il faut également continuer à mettre l'accent sur la recherche pour trouver de nouveaux vaccins», a poursuivi le Président de la République. «Nous sommes dans une phase de reconstitution des fonds de GAVI. Il est important que tout le monde se mobilise et le Niger fera partie de la mobilisation», a-t-il conclu.
Cette rencontre s'est déroulée en présence notamment de la Première Dame, Dr. Issoufou Lalla Malika.
Il faut rappeler que, le lundi 10 décembre 2018, dans la soirée, le Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part, toujours à Abu Dhabi, à un diner et une soirée culturelle organisés par GAVI, l'Alliance du Vaccin, en prélude à la réunion du panel des Chefs d'Etat des Pays GAVI.
Dans une allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le Président Issoufou Mahamadou, Champion International du secteur de la Vaccination, a pris l'engagement, devant GAVI et ses partenaires de «porter haut et fort auprès de la Communauté Internationale le plaidoyer en faveur de la vaccination».
GAVI, «un bailleur très important dans le secteur de la vaccination», travaille aux cotés de plusieurs organisations notamment l'UNICEF, l'OMS et la Banque Mondiale.

Abdourahamane Alilou, AP/PRN
12/12/18


discour-prn« Excellence Monsieur l'ancien Président de la République de Tanzanie
Excellence Monsieur le Premier Ministre du Mozambique,
Excellence Madame la Ministre d'Etat pour la coopération internationale des Emirats Arabes Unis,
Excellences Mesdames et Messieurs les Ministres et Ambassadeurs,
Madame la Présidente du conseil d'administration de GAVI,
Mesdames et Messieurs,
Distingués invités,

Mes premiers mots sont pour vous, Excellence Madame la Ministre. Des mots de remerciements envers Son Altesse le Prince Mohammed bin Zayed Al-Nahyan et l'ensemble de son gouvernement. Il ne s'agit pas de ma première visite à Abu Dhabi, c'est toujours un plaisir et un honneur pour moi d'être ici. Cet accueil, particulièrement réussi, témoigne de l'importance que vous accordez à vos hôtes, une tradition ancestrale que vous cultivez avec talent. Au nom de mon pays, et au nom de l'ensemble des invités, merci infiniment.

Permettez-moi de remercier GAVI de m'avoir honoré en me désignant champion d'une noble cause : la vaccination qui permet de sauver des millions de vie dans le monde. Merci à l'Alliance GAVI et à ses partenaires de m'avoir confié cette mission exaltante et de très haute importance. En faisant le plaidoyer en faveur de la vaccination, nous faisons un plaidoyer en faveur de la santé primaire, mais surtout un plaidoyer en faveur des enfants et enfin un plaidoyer en faveur du développement et la croissance inclusive.
La présente revue à mi-parcours de l'Alliance GAVI est une réelle opportunité pour nous tous de faire le point.La-Premier-Dame-Dr-Malika-Issoufou-lors-du-panel
C'est d'abord l'occasion de nous réjouir des succès et surtout de nous en inspirer.
Le modèle de GAVI est un modèle unique et exemplaire! L'assemblée présente ce soir en est le témoin : GAVI réunit un ensemble de parties prenantes engagées pour l'amélioration de la santé des populations à travers l'accélération de l'accès aux vaccins et l'accroissement équitable de la couverture vaccinale dans les pays les plus pauvres du monde.
Permettez-moi de signaler :

En premier lieu, les organisations et pays donateurs, qui grâce à leur engagement financier nous permettent de financer les vaccins et toute la chaine humaine et logistique nécessaire. Avec plus de 100 Milliards de Francs CFA, GAVI est le premier bailleur de la vaccination et un des bailleurs les plus importants de la santé au Niger. Pour cela je ne puis que vous remercier.
Est présent également le secteur privé membre clé de la gouvernance de GAVI : les industriels du médicament ou encore les experts de la logistique ou du conseil, sont des acteurs majeurs de cette alliance. Ce partenariat public-privé a permis une baisse significative des coûts de certains vaccins. Le prix « GAVI » par enfant des 12 vaccins recommandés par l'OMS a été réduit, en passant de 950 US$ à 35 US$. Nous comptons encore sur vous pour garantir la disponibilité des vaccins et maintenir leur accessibilité financière.
Egalement, nous avons les partenaires techniques et stratégiques de l'Alliance GAVI: l'OMS, l'UNICEF, la Banque Mondiale ou le CDC qui nous accompagnent au quotidien par un soutien technique de haut niveau.
Ensuite, les chercheurs et les institutions scientifiques pour qui j'ai une admiration particulière, nous vous remercions pour les avancées et promesses que représentent le vaccin contre le paludisme ou encore contre Ebola. Nous comptons sur vous pour développer de nouveaux vaccins qui pourront, nous l'espérons, permettre de prévenir d'autres maladies comme le sida.
Et enfin, les organisations de la société civile, lien essentiel avec les communautés. Ces organisations informent les communautés, accompagnent le système de santé dans la mise en œuvre des programmes de vaccination, et enfin nous rappellent nos devoirs par des actions de plaidoyer.

Ce soutien a permis d'obtenir des succès majeurs en réduisant la morbidité des enfants. Au Niger, nous avons grâce à la vaccination réduit les cas de rougeole de 60,000 cas par an en 2004 à moins de 1500 cas aujourd'hui. Nous avons doublé en moins de 10 ans le nombre de vaccins disponibles dans la vaccination de routine. Et enfin, pour mieux détecter les épidémies nous avons mis en place un réseau sentinelle de surveillance épidémiologique qui couvre l'ensemble du territoire.
Au niveau international, c'est près de 300 Millions de vie qui ont été sauvées. Ce chiffre est en réalité beaucoup plus élevé car les vaccins ne protègent pas seulement l'individu mais toute la communauté. C'est pourquoi je veux rappeler : Les vaccins c'est la vie !
Mais profitons aussi de cette réunion pour regarder avec humilité, avec honnêteté aussi et avec clairvoyance, ce qu'il nous reste à faire. Vous le savez, les pays du Sahel, le Niger en particulier, doivent faire face à de multiples défis, notamment le défi sécuritaire qui affecte tragiquement notre région depuis des années. Nos systèmes de santé demeurent fragiles, les données sanitaires pas assez fiables et l'accès aux soins insuffisants. En moins de 10 ans, la mortalité infantile a été réduite de moitié. Nous sommes passés de 198 à 98/1000 naissances. C'est encore bien trop élevé.
Notre pays connait encore des épidémies meurtrières, comme récemment la survenue d'une épidémie de choléra dans la région de Maradi. Or comme la présidente du conseil d'administration de GAVI, le Docteur Ngozi l'a rappelé récemment, le choléra est souvent un révélateur des inégalités et de la pauvreté. C'est pour dire qu'il nous reste encore du chemin à parcourir pour sauver la vie de ces enfants.
En tant que chef de l'Etat, je souhaite qu'aucun enfant nigérien ne soit laissé pour compte, et en tant que champion de la vaccination, je souhaite qu'aucun enfant au monde ne soit oublié. Et pour cela, nous avons besoin de l'Alliance GAVI, nous avons besoin de vous. Je connais les ambitions de GAVI. Récemment, après une évaluation approfondie, son conseil d'administration a décidé d'engager des réflexions sur les programmes 2012-2025. Nous restons mobilisés aux cotés de GAVI pour l'accomplissement de cette grande ambition.

Je vous remercie et vous souhaite à toutes et à tous une excellente soirée.

Onep
12/12/18


prn-1Poursuivant sa visite de travail et d'amitié aux Emirats Arabes Unis, le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, s'est entretenu, hier lundi 10 décembre 2018, avec Sheikh Mohamed Ben Zaid Al-Nahyan, Prince héritier d'Abu Dhabi, Ministre des Affaires Etrangères.
Cet entretien a été suivi d'échanges de documents relatifs à des accords, entre, les Ministres des Affaires Etrangères des deux pays d'une part, et les responsables des Chambres de commerce.
Le Prince héritier a ensuite offert un déjeuner au Président de la République et à la délégation qui l'accompagne. Avant de quitter le Palais, le Président Issoufou Mahamadou a signé le Livre d'Or.
Il faut rappeler que SEM Issoufou Mahamadou a entamé cette visite à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, le dimanche 9 décembre 2018, en fin d'après-midi.prn-2
Le Chef de l'Etat est accompagné, dans ce déplacement, de Dr. Issoufou Lalla Malika, Première Dame, M. Ouhoumoudou Mahamadou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Kalla Ankouraou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur et
Dr. Idi Illiassou Mainassara, Ministre de la Santé Publique.
Abdourahamane Alilou, AP/PRN
11/12/18



assembleeLes travaux de la 2ème session ordinaire de l'Assemblée nationale dite Session budgétaire se poursuivent à l'hémicycle Place de la concertation. Au cours de la plénière d'hier, dirigée par le premier Vice président de l'Assemblée nationale le député Iro Sani, les élus nationaux ont procédé à l'examen et au vote de quatre projets de loi.
Ainsi à l'entame des travaux, la plénière a tout d'abord adopté le compte rendu sommaire de la séance plénière du samedi 8 décembre. Aussitôt après, la Commission saisie sur le fond pour les quatre projets de loi à l'ordre du jour de la plénière a présenté son
rapport tandis que les autres commissions générales permanentes ont présenté leurs avis. Les débats ont ensuite été engagés sur le premier projet de loi autorisant la ratification de l'accord de prêt d'un montant maximum n'excédant pas dix millions d'Unité de compte (10.000.000 UC). La convention relative à ce prêt, destiné au financement du Programme d'appui aux réformes et à la résilience économique-phase 2 (PARRE 2) a été signé le 30 novembre 2018 à Abidjan en Côte d'ivoire entre le Niger et le Fond africain de développement (FAD). A l'issue des débats, le projet de loi a été adopté avec 116 voix favorables, zéro contre et zéro abstention.
Le deuxième projet de loi examiné par la plénière est relatif à la ratification du protocole d'accord de don n°5900155014601 d'un montant n'excédant pas l'équivalent de dix millions d'Unités de compte (10.000.000 UC) signé le 30 novembre à Abidjan entre le Niger et la Banque africaine de développement (BAD). Ce don est destiné au financement du PARRE 2. Le projet de loi a été adopté après avoir recueilli 122 voix favorables, zéro contre et zéro abstention.
La plénière a ensuite examiné le projet de loi portant ratification de l'accord de financement composé d'un don n°IDA-D402 d'un montant équivalent à trente-neuf millions cinq cent mille Droits de Tirage Spéciaux (39.500.000 DTS) et d'un crédit n°IDA-6350 d'un montant de quarante-sept millions cinq cent mille Euros (47.500.000€), signé le 7 décembre 2018 à Nouakchott (Mauritanie) entre le Niger et l'Association internationale de Développement. Ce montant est destiné au financement du projet d'appui aux politiques de développement au titre des réformes en faveur de la croissance au Niger. A l'issue des débats, le projet de loi a été adopté avec 128 voix favorables, zéro contre et zéro abstention.
Enfin, la plénière d'hier a examiné et adopté le projet de loi autorisant la ratification de l'Accord-cadre n°NER-1028, composé d'une subvention d'un montant équivalent à douze millions de dollars américains (12.000.000$ US) et d'un prêt d'un montant de vingt-quatre millions quatre cent seize mille Euros (24.416.000€) et de l'accord de mandat n°NER-1028, signé le 16 octobre 2018 à Niamey, entre le Niger et la Banque islamique de développement (BID), pour le financement du projet de renforcement du système de santé avec accent sur les services de santé maternelle, néonatale et infantile au Niger. A l'issue du vote, le projet de loi a été adopté avec 132 voix pour, zéro contre et zéro abstention.
Les travaux en séance plénière reprendront demain.
Siradji Sanda(onep)
11/12/18

Politique

A la Présidence de la République : Réunion du Conseil de Sécurité autour du Chef de l'Etat Issoufou Mahamadou

A la Présidence de la République : Réunion du Conseil de Sécurité autour du Chef de l'Etat Issoufou Mahamadou

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Chef suprême des Armées, Issoufou Mahamadou a présidé, hier mardi 19 février, à la Présidence, la 4ème réunion du Conseil National de Sécurité, au titre de cette année 2019. Ont pris part à cette rencontre, le ministre d'Etat en charge de l'Intérieur, le Ministre de la Défense nationale, celui des Finances, celui de la Justice, ainsi que les responsables des Forces de Défense et de sécurité...

Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) : Les fonctionnaires des Assemblées nationales du Benin, du Niger et du…

Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) : Les fonctionnaires des Assemblées nationales du Benin, du Niger et du Mali à l'école de l'administration et organisation du travail parlementaire

Le 2ème vice-président de l'Assemblée nationale, M. Mahamane Elhadj Ali Liman, a présidé hier l'ouverture d'une session de formation organisée par l'Assemblée Parlementaire de la Francophonie (APF) et l'Université Senghor sur l'administration et l'organisation du travail parlementaire. Durant six (6) jours, la quarantaine de fonctionnaires des Assemblées nationales, venus du Niger, du Benin et du Mali poursuivront un cycle de 33 heures ...

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 15 FEVRIER 2019

COMMUNIQUE DU CONSEIL DES MINISTRES DU VENDREDI 15 FEVRIER 2019

      Le Conseil des Ministres s'est réuni ce jour, vendredi 15 février 2019, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA ...

Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, procède à la pose de la première pierre du nouvel immeuble du Mini…

Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, procède à la pose de la première pierre du nouvel immeuble du Ministère des Finances : Un joyau pour l'institution et la modernisation de la Capitale

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou, a procédé hier matin à Niamey, à la pose de la première pierre du nouvel immeuble du Ministère des Finances. Ce building de grand standing au cœur de Niamey, d'un coût global de 25 Milliards de FCFA et de 22 700m² de superficie sera construit sur fonds propres de l'Etat avec l'expertise de la Société turque SUMMA. L'ouvrage entre dans le cadre de la modernisation de n...

Fin de la visite du président de l'Assemblée Nationale à Genève (Suisse) et à Rabat (Maroc) : SEM. Ousseini Tinni a rega…

Fin de la visite du président de l'Assemblée Nationale à Genève (Suisse) et à Rabat (Maroc) : SEM. Ousseini Tinni a regagné Niamey, hier, en début de matinée

Le président de l'Assemblée Nationale, SEM Ousseini Tinni, a regagné Niamey en début de matinée du mercredi 13 février 2019, de retour de Genève, en Suisse, où il a pris part activement aux travaux de la première réunion préparatoire de la 5ème conférence des présidents des parlements de l'Union Interparlementaire (UIP) et pour une visite de travail au parlement Marocain à Rabat du 03 au 12 février 2019.A sa descente d'avion à l'aéropor...

Assemblée nationale/Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération : Séance de travail avec l'ambassadeur de la…

Assemblée nationale/Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération : Séance de travail avec l'ambassadeur de la République de Turquie au Niger

Les députés membres de la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération de l'Assemblée nationale ont tenu, vendredi dernier dans la salle de réunion de ladite commission, une séance de travail avec l'ambassadeur de la République de Turquie au Niger, SE. Mustafa Turker Ari. L'objectif de cette rencontre dirigée par M. Bachir Abdoul Aziz Sidi, président de la Commission, est de discuter sur la coopération, le renforcement de rel...

Fin du 32ème Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA), à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Préside…

Fin du 32ème Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union africaine (UA), à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Président Issoufou Mahamadou, vice-président de l'UA pour la zone Afrique de l'Ouest

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, hier dans l'après-midi, de retour d'Addis-Abeba, en Ethiopie, où il a pris une part active aux travaux du 32ème Sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine. Si ce 32ème Sommet de l'Union Africaine a été marqué par la désignation du Président égyptien, SE. Abdel Fattah Al-Sissi, pour assurer la présidence en exercice de l'Union, ...

Lancement du Programme de promotion d'une alternance démocratique pacifique : Pour une alternance démocratique paisible …

Lancement du Programme de promotion d'une alternance démocratique pacifique : Pour une alternance démocratique paisible et crédible

La Commission Electorale Nationale Indépendante (CENI), en collaboration avec USAID (Agence Américaine pour le Développement International), NDI (Institut National Démocratique) et IFES (Fondation Internationale pour les Systèmes Electoraux), a procédé, hier à Niamey, au lancement du Programme « Promouvoir une alternance démocratique pacifique à travers des élections libres, transparentes et inclusives ». La cérémonie s'est déroulée en ...

32ème session du Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, à Addis Abeba (Ethiopie) : Examen des …

32ème session du Sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, à Addis Abeba (Ethiopie) : Examen des réformes de l'UA et de plusieurs dossiers stratégiques

      Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, prend part aux travaux de la 32ème session du sommet des Chefs d'État et de Gouvernement de l'Union Africaine, ouverts hier dimanche 10 février 2019, à Addis Abeba Ethiopie. Cette rencontre s'est penchée sur les réformes de l'institution continentale, ainsi que sur l'examen et l'adoption de plusieurs rapports thématiques sur des dossiers stra...

Présentation du Rapport sur l'état des négociations de la ZLECAf soumis à la 32ème : Session ordinaire des Chefs d'Etat …

Présentation du Rapport sur l'état des négociations de la ZLECAf soumis à la 32ème : Session ordinaire des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la Conférence de l'Union Africaine

      « Nous avons maintenant atteint un point décisif dans le processus de réalisation de notre vision d'un marché commun africain. Nous sommes en passe d'entrer dans la phase opérationnelle de ce processus » déclare SE. Issoufou Mahamadou, Champion de l'UA pour la ZLECAf.Excellence Monsieur Paul Kagame, Président en exercice de l'union Africaine,Excellences Mesdames et Messieurs les chefs d'Etats et de Gouvernements,...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.