Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou



assembleeLes travaux en séance plénière de la deuxième session ordinaire de l'Assemblée nationale, dite session budgétaire au titre de l'année 2018 se poursuivent à l'hémicycle place de la Concertation. Hier, les parlementaires ont examiné et voté cinq projets de loi de ratification dont celui relatif à la convention sur la répression des actes illicites dirigés contre l'aviation civile internationale adoptée à Beijing sous les auspices de l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI). La séance plénière a été présidée par le 2ème vice-président de l'Assemblée nationale, M. Mahamadou Liman Elhadji Ali en présence du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des relations avec les institutions, M. Barkaï Issouf.

Le premier texte adopté est un projet de loi de ratification de l'ordonnance n° 2018-14 du 13 août 2018 autorisant la ratification du protocole d'accord
multinational d'un don n°2100155036218 d'un montant maximum équivalant à neuf millions (9 000 000 UC) d'Unités de Compte, signé le 25 juin 2018 à Niamey entre la République du Niger et le Fonds Africain de Développement (FAD) pour le
financement du projet d'interconnexion électrique Nigeria-Niger-Benin-Burkina Faso. Ce projet de loi a été adopté par 103 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Cet accord de don vient compléter les accords de prêt antérieur pour le financement du projet d'interconnexion.
Le second projet de loi porte ratification de l'accord de financement d'emplois des jeunes et d'inclusion productive n°3350-NE d'un montant équivalant à vingt millions sept cent mille (20 700 000DTS) de Droit de Tirage Spéciaux, signé le 28 juin 2018 à Niamey, entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID). Il vise à accroître les activités génératrices de revenus pour les jeunes dans certaines régions du pays. Ce texte a été voté par les parlementaires avec 99 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention.
Les députés sont ensuite passés au vote du projet de loi portant ratification de l'ordonnance n°2018-16 du 17 septembre 2018, autorisant la ratification de l'accord de financement n°IDA-NE d'un montant équivalant à trente-quatre millions quatre cent mille (34 400 000 DTS) de Droit de Tirage Spéciaux, signé le 28 juin 2018 à Niamey entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID) pour le financement du projet de Développement des compétences pour la croissance. Ce texte a été adopté par 96 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Le projet a pour objectif d'améliorer l'efficacité de la formation technique à court terme notamment dans le domaine de la mécanique, de la menuiserie, de la plomberie.
Le quatrième texte est un projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-17 du 17 septembre 2018, autorisant la ratification de la convention sur la répression des actes illicites dirigés contre l'aviation civile internationale, adoptée en marge de la conférence internationale de droit aérien, tenue du 30 août au 10 septembre 2010 à Beijing (République Populaire de Chine) sous les auspices de l'Organisation de l'aviation civile internationale (OACI). Il a été adopté par 95 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. L'objectif global de cette convention est de renforcer le cadre juridique de la coopération internationale afin de prévenir et réprimer les actes illicites dirigés contre l'aviation civile compromettant la sécurité et la sûreté des personnes et des biens.
Enfin c'est avec 107 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention que les députés ont voté le projet de loi portant ratification de l'accord de prêt 2018043/PR NG 2018 20 00, d'un montant équivalant à dix milliards (10 000 000 000 FCFA), signé le 31 juillet 2018 à Lomé (République de Togo), entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD) pour le financement partiel du projet d'aménagement et de bitumage de la voirie urbaine de Zinder : réhabilitation de la section urbaine de la RN11. Cet accord a pour objectif global de contribuer à l'amélioration du cadre de vie des populations et des conditions de transports dans la ville de Zinder. Il vise également l'aménagement et le bitumage de 2x2 voies de traversée de la ville de Zinder pour une longueur de 8,43km et qui constitue la section urbaine de la RN11 qui est un tronçon de l'axe communautaire CU3a du Programme d'Actions Communautaire d'infrastructures de transports routiers (PACITR) de l'UEMOA et un maillon de la route transsaharienne reliant Alger à Lagos.

Seini Seydou Zakaria(onep)
16/10/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey le samedi 13 octobre dernier, en début d'après midi, de retour d'Erevan en Arménie et de Malabo en Guinée Equatoriale. Il faut rappeler que le Chef de l'Etat avait pris part au sommet des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) qui s'est tenu le 11 octobre dernier à Erevan, puis aux festivités du 50ème anniversaire de l'indépendance de la Guinée Equatoriale à Malabo.
A sa descente d'avion à l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Président de la République a été accueilli au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini ; puis salué par les présidents des institutions de la République, les membres du gouvernement et ceux du corps diplomatiques ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires. Le Chef de l'Etat était accompagné dans ce déplacement par Dr Lalla Malika Issoufou, Première Dame ; M. Ouhoumoudou Mahamadou, ministre Directeur de Cabinet du Président de la République ; M. Kalla Ankouraou, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur ; M. Marou Amadou, ministre de la Justice, Garde des Sceaux et Assoumane Mallam Issa, ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale.

Onep
15/10/18


Avec-la-diasporaSur invitation de son ami et frère, le Président de la République de Guinée Equatoriale, M Theodoro Obiang Nguema Nbasogo, le Président de la République Issoufou Mahamadou a séjourné en terre équato-guinéenne du 11 au 13 octobre dernier. SE Issoufou Mahamadou qu'accompagnaient des officiels nigériens est allé partager la joie du peuple frère de ce pays à l'occasion du 50ème anniversaire de l'indépendance, célébré le 12octobre.
C'est dans la nuit du 11 octobre que SE. Issoufou Mahamadou est arrivé à l'aeropuerta Internacional de Malabo en provenance d'Erevan où il a participé au XVIIème sommet de l'OIF. Le chef de l'Etat a été accueilli par le Premier ministre équato-guinéen avec qui il a eu un entretien en tête-à-tête. Le lendemain sous une pluie fine et des rafales de vent, le Président
Issoufou Mahamadou était à la place de l'Indépendance sur la façade maritime de Malabo pour assister au grand défilé, militaire et civil marquant le cinquantenaire de l'indépendance de la
République de Guinée Equatoriale. Sur place le Président de la République et son épouse Dr Lalla Malika Issoufou ont été accueillis et salués par le couple présidentiel NGuema avant le début du défilé qui aura duré au total quatre heures d'horloge.
Malgré les intempéries rien n'a dissuadé le peuple équato-guinéen en particulier sa jeunesse et les membres des communautés étrangères vivant en Guinée équatoriale à se mobiliser pour donner l'éclat qu'il faut à cet évènement si important et particulier pour lequel le Président Nguema a invité de nombreux chefs d'Etats et de gouvernement mais aussi des représentants des armées de certains pays amis. En dépit du temps relativement long qu'il a pris, le défilé a maintenu en haleine toute l'assistance par la qualité du spectacle. Le défilé grandiose a débuté par celui pédestre des forces de défense et de sécurité ainsi que les forces paramilitaires au même moment que celui de la marine équato-guinéenne. Des centaines d'hommes et d'engins ont commencé à passer devant le Président Nguema fièrement débout aux côtés de ses hôtes et sous les applaudissements nourris de l'assistance.
Pendant que la fête battait son plein sur la façade maritime, toute la flotte aérienne équato-guinéenne militaire et civile s'est lancée à l'assaut du ciel faisant parfois oublier les milliers d'hommes et de femmes défilant au sol. Des avions de chasse, les hélicoptères, les aéronefs de transports de troupe, des forces parachutistes de reconnaissance, ceux de la compagnie nationale des transports aériens « CEIBA Intercontinental » et surtout les avions voltigeurs ont captivé l'attention du public. Même si tout le spectacle a été à la hauteur des attentes du public celui des avions voltigeurs a donné un cachet particulier à la fête, pour avoir fait monter le plus l'adrénaline de tout le public. Quatre avions exécutant des gestes parfaits, déchirant le ciel formant des figures géométriques avec des fumigènes ont donné des frissons aux âmes sensibles. Faisant montre d'une dextérité inouïe, d'un talent hors norme, les pilotes équatoguinéens ont offert un spectacle à couper le souffle. Le défilé civil a quant à lui mobilisé toutes les couches socioprofessionnelles et politiques du pays. Les communautés étrangères vivant en Guinée Equatoriale ne sont pas restées en marge de l'évènement en prenant activement part au défilé pour exprimer leur reconnaissance à leur pays d'accueil et d'adoption pour certains.
Lors de son séjour à Malabo, le Président de la République a rencontré les représentants de la diaspora nigérienne résidant en Guinée Equatoriale qui sont allés lui présenter leur civilité et échanger avec lui sur certaines
questions touchant à leurs conditions de séjour en terre équatoguinéene. Dans l'ensemble, ont-ils expliqué au Chef de l'Etat, les Nigériens ont une bonne réputation tant en ce qui est de leurs rapports sociaux qu'avec les autorités. Leur représentant, répondant au nom de Oumarou Hama a toutefois tenu à soumettre quelques doléances. Séance tenante le Président de la République a promis que celles-ci feront l'objet de la plus grande diligence très rapidement, tout en se réjouissant de la cohésion au sein de la diaspora nigérienne en Guinée Equatoriale et leur a demandé de continuer à servir d'ambassadeurs pour leur pays en évitant tout acte ou comportement pouvant nuire à la notoriété du Niger.

Zabeirou Moussa, Envoyé spécial(onep)
15/10/18


assembleeLes travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire de l'Assemblée nationale au titre de l'année 2018 dite session budgétaire se poursuivent activement à l'hémicycle. Le vendredi 12 octobre dernier, les députés ont procédé à l'examen et au vote de cinq (5) projets de loi de ratification d'ordonnances dont celui autorisant l'adhésion du Niger à la convention sur la cybercriminalité. La séance plénière a été présidée par la 5ème vice-présidente de l'Assemblée nationale, Dr. Amina Balla Kalto en présence du Commissaire du gouvernement, le ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

C'est avec 91 voix favorables, contre zéro (0) voix et zéro (0) abstention que le premier projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-09 du 1er août 2018 autorisant l'Adhésion du Niger à la Convention sur la Cybercriminalité, signé le 20 janvier 2003 à Strasbourg par les Etat membres du Conseil de l'Europe et les autres Etats Signataires. En effet, la sécurité du monde est fortement menacée de nos jours par le terrorisme international. Ce phénomène touche de plus en plus les données à caractère informatiques. C'est pour lutter contre cette nouvelle forme de criminalité que la convention de Bucarest a été signée le novembre 2001. La loi vise l'adoption d'une politique pénale commune destinée à protéger la société de la criminalité dans le cyberespace à travers une législation appropriée et par l'amélioration de la coopération internationale.
Le deuxième projet de loi adopté porte ratification de l'ordonnance n°2018-10 du 1er août 2018 autorisant la ratification de la Convention de Crédit N° CNE 1192 01 P d'un montant de seize millions d'Euros (EUR 16 000 000), signée le 04 juin 2018, à Paris (France), entre la République du Niger et l'Agence Française de Développement (AFD), pour le Financement partiel du projet de construction d'une centrale hybride photovoltaïque et thermique à Agadez. Ce projet est adopté par 93 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Le prêt sera mis en œuvre à travers trois composantes à savoir la centrale hybride ; l'assistance à la maîtrise d'ouvrage (AMOA) et l'appui institutionnel ; la réhabilitation du réseau de distribution et l'électrification du hameau voisin de Tibiniten.
Les parlementaires ont ensuite voté par 92 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention le projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-11 du 1er août 2018 autorisant la ratification de l'Accord de Financement composé d'un Don d'un montant équivalent à treize millions neuf cent mille Droits de Tirage Spéciaux ( 13 900 000 DTS) et d'un Crédit d'un montant de seize millions quatre cent mille Euros (16 400 000E), signe le 25 janvier 2018 à Niamey entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID), pour le financement du Projet Régional d'Amélioration des Systèmes de Surveillance des Maladies en Afrique de l'Ouest (REDISSE), Projet du Niger au titre de la Troisième Phase du Projet de REDISSE. Cet accord de financement vise à renforcer la capacité intersectorielle nationale et régionale afin d'assurer une meilleure collaboration en matière de surveillance des maladies pour faire face aux épidémies en Afrique de l'Ouest.
Le quatrième projet de loi adopté par 94 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention est celui portant ratification de l'ordonnance n° 2018-12 du 1er août 2018 autorisant la ratification de l'Accord de prêt n°21001150038698 d'un montant de vingt six millions d'Unités de Compte ( 26 000 000 UC), signé le 25 juin 2018 à Niamey, entre la République du Niger et le Fonds Africain de Développement ( FAD), pour le financement partiel du projet d'interconnexion électrique Nigeria-Niger-Bénin-Burkina Faso. Ce projet vise l'électrification des localités situées dans un rayon de 5 km de part et d'autres des lignes, le renforcement des capacités de l'EEEOA (Système d'Echanges d'Energie Electrique Ouest-Africain) et les activités de gestion du projet. Il sera exécuté à travers les composantes ; infrastructures et transports ; électrification rurale ; appui institutionnel et gestion du projet et mitigation des impacts.
Enfin les députés ont adopté le projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-13 du 13 août 2018 autorisant la ratification de l'Accord de prêt N° 5900150001801 d'un montant de vingt sept millions cinq cent mille Unités de Compte ( 27 500 OOOUC), signé le 25 juin 2018 à Niamey, entre la République du Niger et la Banque Africaine de Développement (BAD), pour le financement partiel du projet d'interconnexion électrique entre le Niger, Nigeria, le Bénin et le Burkina Faso.
Seini Seydou Zakaria(onep)
15/10/18


Photo-de-famille-des-Chefs-dEtat-et-de-gouvernement--louverture-du-SommetLe Président de la République, Chef de l'Etat, S.E.M. Issoufou Mahamadou, à la tête d'une importante délégation, a participé activement au 17ème sommet de l'Organisation internationale de la Francophonie qui s'est tenu le 11 octobre à Erevan, la capitale arménienne. Le sommet organisé sous le thème du «vivre ensemble» a enregistré la participation de tous les pays membres dont de nombreux chefs d'Etat et de gouvernement parmi lesquels le Président français Emmanuel Macron, le Premier ministre canadien Justin Trudeau, le Président Rwandais dont la ministre des Affaires étrangères est candidate au poste de Secrétaire général de l'organisation.
Le continent africain s'est bien présenté à ce sommet avec la participation au niveau présidentiel du Bénin, des Comores, du Congo, du Ghana, de la Guinée Conakry, de Madagascar, du Mali, de la République centrafricaine, du Sénégal et de la Tunisie. La cérémonie officielle d'ouverture du sommet a été lancée par le Premier ministre arménien, M. Nikol Pachinian. L'hôte du sommet, dont le pays est membre de l'OIF depuis une quinzaine d'années, a parlé de la joie immense des Arméniens d'accueillir une telle conférence qui sonne comme la reconnaissance du rôle que peut jouer leur pays pour la francophonie au sein de la région.
L'Arménie, la terre de Charles Aznavour, est heureuse de voir le monde francophone se réunir à Erevan pour parler des valeurs que la langue française véhicule. Nikol Pachinian a rappelé le décès très récent de l'illustre artiste, chanteur d'origine arménienne et grand amoureux de la langue française qui a bercé bien des générations à travers le monde entier pendant plusieurs décennies grâce à ses œuvres musicales notamment. Il a loué les qualités d'homme qui est resté jusqu'à son dernier souffle un ambassadeur et défenseur de l'Arménie.
En rendant hommage à Aznavour, le premier ministre a indiqué que malgré sa mort, il est encore si présent parmi eux avant de demander à l'assistance de saluer sa mémoire par un chaleureux applaudissement plutôt que d'observer une minute de silence. Réitérant à nouveau ses remerciements pour l'honneur fait à son pays d'abriter le sommet, il a magnifié la diversité de la francophonie et ses valeurs de solidarité et de convivialité avant de rappeler que l'Arménie, bien que jeune membre de la francophonie, entend bien apporter sa contribution pour faire rayonner la francophonie de cette région. Pour lui, l'Arménie tire une grande fierté de son appartenance à la francophonie qu'il a qualifiée de vaste espace de coopération, de dialogue et d'échanges dans le respect de la diversité et dans une approche de solidarité autour des valeurs de paix, de développement et de respect des droits de l'homme.

Le Président français Emmanuel
Macron s'est également et très longuement appesanti sur l'artiste franco-arménien Charles Aznavour, Aznavour l'arménien, Aznavour le français, Aznavour l'universel, rappelant son parcours et son combat mais aussi vantant toutes ses qualités d'artiste, d'humoriste, d'humaniste et de défenseur de la cause de son pays d'origine et de la langue française.
Il faut souligner qu'avant même la cérémonie d'ouverture du sommet, le Président Macron a signé de ses mains un coffret de Charles Aznavour devant l'ensemble des chefs d'Etat et de gouvernement à l'issue de la photo de famille immortalisant Erevan 2018. Macron a rappelé l'historique glorieux de l'Arménie, sa culture, sa civilisation s'enracinant dans la profondeur des siècles. Mais il a aussi évoqué les liens qui l'unissent à la France, pays qui accueille des milliers d'arméniens. Pour lui, « prononcer le nom Arménie, c'est faire vibrer la corde de sensibilité.prn-3
Sur la francophonie, le président français a souligné avec force que cette organisation appartient à tous les pays membres, que ni son pays la France ni aucun autre pays n'a de leçon à donner à quiconque. La Francophonie, explique-t-il, est une organisation qui défend des valeurs qu'est la langue française que partagent des centaines de millions de personnes. La langue sera avant la fin du siècle courant forte de plus de sept cent (700) millions de locuteurs, qu'elle est la deuxième langue enseignée à travers le monde, a indiqué le Président Macron pour souligner l'importance voire la nécessité de renforcer les liens.
Le président français a rendu un hommage appuyé à la Secrétaire générale sortante de l'OIF pour son travail remarquable à la tête de l'organisation. Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a adressé ses remerciements aux autorités arméniennes pour avoir bien accueilli et organisé le sommet. Comme les orateurs qui l'ont précédé, il a mis l'accent sur les valeurs de l'OIF, le principe du respect mutuel qui la guide soulignant qu'il n'y a pas de grand ou petit pays au sein de l'OIF. Plusieurs chefs d'Etat et de gouvernement se sont succédé à la tribune pour apporter le message de leurs pays.
Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a prononcé une importante allocution au cours de ce sommet.
(Lire l'intégralité du discours prononcé par le Président Issoufou Mahamadou à la tribune du Sommet).

Zabeirou Moussa, envoyé spécial(onep)
12/10/18


prn-discour«Monsieur le Premier Ministre d'Arménie
Mesdames et Messieurs les Chefs d'Etat et de Gouvernement,
Madame la Secrétaire Générale de la Francophonie,
Mesdames, Messieurs,
Je voudrais exprimer mes remerciements au Gouvernement arménien, qui a bien voulu accueillir les présentes assises du Sommet de la Francophonie, et pour toutes les dispositions qui ont été prises pour faciliter notre séjour ici à Erevan. Je tiens en particulier à féliciter les responsables de cette ville si légendaire d'Erevan, pour la parfaite organisation de notre rencontre.
Je voudrais également féliciter Madame Michaelle Jean et son équipe du Secrétariat de l'Organisation Internationale de la Francophonie, pour la coordination efficace et la bonne préparation de cette XVIIème édition de notre instance.
Je voudrais la remercier pour la visite qu'elle nous a rendue au Niger. Le Niger, berceau de la Francophonie, a toujours porté à cœur et activement contribué à l'évolution et à la transformation institutionnelle et qualitative de notre organisation commune, dont la présence sur les cinq continents en fait aujourd'hui la deuxième organisation intergouvernementale universelle après les Nations Unies.
Le Niger s'associe aux hommages que l'Arménie, la France et le monde entier ont rendu à feu Charles Aznavour, enfant à la fois de la France et de l'Arménie, et monument de la chanson, qui a tant apporté à l'art et à la culture, à travers son immense œuvre, accumulée pendant sa très longue carrière. Grand Ambassadeur de la langue Française, Charles Aznavour devait se produire ici, devant nous, dans cette salle. Et nous attendions, tous, ce moment magique de communion et de partage, qu'il avait le pouvoir de créer en chantant l'amour, la paix et la culture. Sa disparition est une perte immense pour la France, pour l'Arménie, pour le monde de la culture, pour le monde tout court.

Mesdames et Messieurs les Chefs d'Etat et de Gouvernement,
''Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité : source de paix et de prospérité pour l'espace francophone'', thème de notre Sommet, appréhende opportunément les préoccupations et les besoins essentiels des pays membres et, au-delà, ceux de la communauté internationale dans son ensemble.
Ce thème est pour moi l'occasion d'évoquer cinq défis qui sont ceux de mon pays, ceux des pays du Sahel et de beaucoup de nos Etats membres : Le défi sécuritaire, le défi migratoire, le défi démographique, le défi climatique et la crise du système multilatéral.

Mesdames et Messieurs
Il ne peut avoir de prospérité dans l'espace francophone sans paix ni sécurité. Or certains de nos Etats membres sont confrontés aux menaces terroristes et à celles des organisations criminelles. C'est le cas des Etats du Bassin du Lac Tchad et de ceux du Sahel. Ces Etats ont besoin de la solidarité de la communauté Internationale en général et de la communauté francophone en particulier. Le G5 Sahel a mis, en place une Force Conjointe qu'il souhaite voir placer sous le Chapitre 7 de la Charte des Nations Unies. Nous souhaitons également qu'elle ait une source de financement prévisible et pérenne. La communauté Internationale, responsable de la situation créée en Libye ne doit pas se désintéresser de la situation du Sahel qui en est une des conséquences. C'est ici le lieu de souligner la solidarité constante de la France vis-à-vis des peuples du Sahel.
Sans les opérations Serval, puis Barkhane lancées par la France, la situation sécuritaire du Sahel serait pire qu'elle ne l'est aujourd'hui. Je salue donc la détermination avec laquelle le Président Macron se tient à nos côtés. Je salue son soutien non seulement dans le combat sécuritaire mais aussi dans celui, inséparable, du développement économique et social, à travers notamment le lancement de l'initiative Alliance pour le Sahel.

Mesdames et Messieurs
Notre deuxième défi est celui de la migration clandestine. Migration clandestine et terrorisme ont au moins une cause commune : la pauvreté. La communauté Francophone doit se mobiliser pour contribuer à mettre fin au drame auquel nous assistons avec notamment tous ces morts dans le désert et en méditerranée.
La mise en œuvre de l'agenda 2063 de l'Union Africaine, en particulier de la Zone de Libre Echange Continentale, des plans du développement des infrastructures, de l'agriculture et de l'industrie en Afrique sont les bases d'une solution à ce problème.
L'Afrique restera un réservoir de migration clandestine aussi longtemps qu'elle continuera à être un simple réservoir de matières premières. L'industrialisation du Continent est donc un impératif incontournable. D'avantage d'investissements directs des pays francophones développés pourra y contribuer.

Mesdames et Messieurs
Le troisième défi est celui de la
démographie.
Le taux de croissance démographique qu'enregistrent certains Etats annihilent tous leurs efforts de développement économique et social. Notre communauté doit soutenir les efforts des pays qui souhaitent réaliser leur transition démographique à travers le développement des secteurs sociaux de base : l'éducation notamment celle de la jeune fille et la santé notamment celle de la reproduction.
S'agissant de l'éducation, permettez-moi d'insister sur celle de la jeune fille: lui garantir le droit à l'alphabet, la maintenir à l'école au moins jusqu'à l'âge de 16 ans est au centre de nos préoccupations. Cela nous permettra de mettre fin aux mariages et aux grossesses précoces. Pour avoir vu les conditions de vie des jeunes filles victimes de la fistule obstétricale, je comprends ces mots de Victor Hugo : « Qui n'a vu que la misère de l'homme n'a rien vu, il faut voir la misère de la femme ; qui n'a vu que la misère de la femme n'a rien vu, il faut voir la misère de l'enfant.
C'est dire que le Niger souscrit pleinement aux engagements contenus dans la Stratégie de la Francophonie pour la promotion de l'égalité des droits entre les femmes et les hommes et l'autonomisation des femmes et des filles. Aussi, est-il indispensable que nous accordions la priorité qu'il faut aux besoins de la jeunesse, dont le poids démographique, notamment en Afrique, influe de façon décisive sur les politiques publiques. Cette jeunesse est l'atout de l'Afrique dans la compétition pour l'économie de la production qui caractérise le monde aujourd'hui. Le Niger, qui se réjouit des initiatives déjà existantes, est convaincu que nous devrions intensifier les efforts pour réaliser les ambitions que nous avons pour la jeunesse. Nous devons transformer notre actif démographique en dividende économique.

Mesdames et Messieurs
Le défi climatique constitue une autre de nos préoccupations. Nous avons en particulier accueilli avec ferveur la tenue de la Cop 21 et la signature de l'Accord de Paris qui constituent une avancée dans la volonté de la communauté internationale de prendre en charge la question du changement climatique de façon inclusive et durable. Par la suite, la Cop 22 de Marrakech a confirmé cet élan, en particulier pour les pays africains, qui se sont résolument engagés à travailler à mettre en œuvre les engagements convenus au niveau international, avec la création de trois commissions climat pour les diverses sous-régions du continent. Le Niger qui assure la Présidence en Exercice de la Commission dédiée au Sahel est d'ailleurs à pied d'œuvre dans l'exécution du mandat qui lui a été confié, et accueillera en novembre prochain, un sommet des Chefs d'Etat et des partenaires au développement, dans le cadre de l'opérationnalisation des programmes convenus.
Le Niger invite par conséquent les pays membres de la famille francophone à serrer les rangs pour la promotion et la mise en œuvre effective de l'Accord de Paris et des arrangements subséquents, car ils constituent un instrument irremplaçable de multilatéralisme et de réalisation du développement inclusif et durable. Nous devons gérer note planète avec responsabilité. Phaéton, par sa maladresse dans la conduite du char solaire a failli embraser l'univers. Evitons de suivre son exemple.

Mesdames et Messieurs
Le cinquième défi est celui de la crise du système multilatéral. Seule la refondation de ce système nous permettra de faire face de manière solidaire aux quatre défis que je viens d'évoquer. En effet, le système multilatéral, tel qu'il a été institué dans le cadre des Nations Unies traverse une crise majeure avec la remise en cause de ses principes fondamentaux par certains Etats et non des moindres. Des accords ayant fait l'unanimité tels que l'accord de Paris sur le Climat, l'accord sur le nucléaire Iranien, l'accord sur le libre-échange dans le cadre de l'OMC sont dénoncés ou remis en cause. Les pays de l'espace francophone ne doivent pas observer et subir de manière passive ce phénomène. C'est peut être une occasion à saisir pour une véritable refondation de la gouvernance politique et économique mondiale. Nous l'avions toujours dit, la gouvernance politique et économique mondiale actuelle, n'est ni juste, ni équitable, ni démocratique.
La nécessité pour la communauté internationale d'un monde multilatéral et multipolaire, porteur d'une mondialisation profitable à tous, doit nous inciter à contribuer de façon solidaire aux initiatives régionales et mondiales de promotion du développement durable et de lutte contre le changement climatique.
C'est le lieu de montrer notre solidarité au nom des valeurs partagées pour la prospérité et pour la paix.
Je vous remercie de votre attention. ».

12/10/18


assembleeLes travaux en séance plénière de la deuxième session ordinaire, dite session budgétaire de l'Assemblée nationale au titre de l'année 2018, se poursuivent activement à l'hémicycle de la place de la concertation. Hier, les parlementaires ont procédé à l'examen et à l'adoption de cinq (5) textes de projets de loi de ratification dont celui de l'ouverture, exploitation conjointe et le transfert de l'hôpital de l'amitié Niger-Turquie. La séance plénière a été présidée par le président de l'Assemblée nationale, SE. Ousseini Tinni, en présence du ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara et du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

Après un débat houleux, les parlementaires ont procédé au vote du projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-04 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de financement composé d'un Don, d'un montant équivalant à quatre millions cinq cent mille Droits de Tirage Spéciaux (4 500 000 DTS) et d'un Crédit d'un montant de quinze millions neuf cent mille Euros (15900000), signé le 4 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID), pour le financement du projet d'appui régional à l'initiative pour l'irrigation au sahel à 104 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Ce projet a été examiné par la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération.
Le projet comprend trois (3) composantes, à savoir la modernisation du cadre institutionnel, le financement des solutions d'investissements dans l'irrigation et la gestion des connaissances et coordination. Son objectif est d'améliorer la capacité des parties prenantes à développer et gérer l'irrigation et accroître les superficies irriguées dans les pays du sahel conformément à la déclaration adoptée le 31 octobre 2013 dans le cadre du CILSS. Cette déclaration vise à augmenter les superficies irriguées de quatre cent mille (400.000) hectares à un million (1 000 000) d'hectares d'ici 2020, tout en mettant en œuvre les mesures d'accompagnement nécessaires à ce que l'agriculture irriguée, quelle qu'en soit la forme, contribue durablement à la sécurité alimentaire et aux revenus agricoles dans le sahel.
Le deuxième projet de loi, voté par 103 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention est celui de la loi portant ratification de l'ordonnance n°2018-05 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de prêt n° 2016047/PRGN 2018 10 00 d'un montant de quinze milliards (15 000 000 000) de francs CFA, signé le 08 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du Projet de réhabilitation de la route Bella Il-Gaya-Frontière du Bénin (Phase consolidation) et d'aménagement des tronçons Bella II-Sabon Gari et Gaya-Kamba-Frontière du Nigeria. Le projet de loi a pour
objectif global le renforcement et le désenclavement de la région de Dosso à travers le département de Gaya afin de faciliter les échanges économiques et sociaux au niveau national et sous régional. Il vise également le renforcement de la structure et des ouvrages d'art d'assainissement de la route Bella Il-Gaya-Frontière du Bénin sur une longueur d'environ soixante-treize kilomètres (73 km) et l'aménagement des tronçons Bella Il-Sabon Gàri et Gaya-Kamba-Frontière du Nigeria, sur des longueurs respectives de dix kilomètres (10 km) et seize virgule cinq kilomètres (16,5 km).
Le texte de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-06 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de prêt 2016090/PR NG 2018 11 00 d'un montant de douze milliards (12 000 000 000) de francs CFA, signé le 08 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du projet d'électrification rurale par micro centrales hybrides de quarante-sept (47) localités des Régions d'Agadez, de Diffa, de Dosso, de Maradi, de Tahoua, de Tillabéri et de Zinder constituant le troisième projet de loi est voté par 101 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Il a pour objectif de contribuer à accroître le taux d'accès national à l'électricité de 0,67% en 2016 à 2,27% à l'horizon 2018, en améliorant l'accès à l'électricité à quatre-vingt-deux mille (82000) habitants à travers la promotion des énergies renouvelables.
Le projet vise à réduire les émissions de gaz à effet de serre pour un volume compris entre 1,4 et 3,4 tonnes. Il vise également l'électrification des nouveaux villages, situés dans les régions administratives d'Agadez, Diffa, Dosso, Maradi, Tahoua, Tillabéri et Zinder ; il se fera par l'installation de quarante-sept (47) mini-réseaux alimentés par les centrales solaires photovoltaïques hybrides composés des champs solaires, des groupes électrogènes thermiques diesel, des dispositifs de stockage d'énergie (batteries) et des intelligences embarquées permettant le fonctionnement de tous ces éléments de manière coordonnée.
Les parlementaires ont ensuite procédé au vote, par 106 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention, du projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-07 du 06 juillet 2018, autorisant la ratification de l'Accord de prêt 2017008/PR NG 2018 12 00 d'un montant de dix milliards (10 000 000 000) de francs CFA, signé le 08 mai 2018, à Niamey, entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du Projet de renforcement de Résilience de l'agriculture face au changement climatique à travers des techniques modernes d'irrigation. L'objectif général du projet est de contribuer à assurer durablement la sécurité alimentaire par le renforcement des capacités de résilience de l'agriculture face aux changements climatiques au Niger à travers des techniques modernes d'irrigation. Il permet de réduire entre les pertes d'eau d'au moins 80%, et la charge d'exploitation liée à la facture énergétique d'au moins 40% dans les périmètres irriguées bénéficiaires, contribuer à l'amélioration des revenus des exploitations d'au moins 50% en année de croisière sur les sites aménagés, notamment les groupes les plus vulnérables composés de femmes et de jeunes, etc.
Le cinquième projet de loi voté est celui portant ratification de l'ordonnance n° 2018-08 du 1er août 2018, autorisant la ratification du
Protocole relatif à l'Ouverture, l'Exploitation Conjointe et le Transfert de l'Hôpital de l'Amitié Niger-Turquie, signé le 20 avril 2018, à Istanbul (Turquie), entre la République du Niger et la République de Turquie. C'est un hôpital construit à Niamey par la Turquie d'une capacité de 44 lits qui sera géré conjointement par les deux parties pour une durée de trois (3) ans. La gestion sera ensuite transférée à la partie nigérienne si toutes les clauses sont respectées.
L'hôpital disposera d'une autonomie financière complète. Son compte comprend des fonds renouvelables et d'autres revenus. Les députés de la Commission des Affaires Etrangères et de la Coopération ont constaté que la Turquie aura le droit de planifier et d'organiser la fourniture de services de santé efficaces, de qualités durables et accessibles. A cet effet, elle nommera le personnel conformément aux objectifs de gestion et d'activité de l'hôpital. Le coût de gestion annuel de l'hôpital qui est de cinq millions soixante onze mille huit cents (5.071.800) de dollars des Etats-Unis soit environ deux milliards neuf cent six millions cent quarante un mille quatre cents (2.906.141.400) de Francs CFA sera supporté à part égale entre la Turquie et le Niger.
Seini Seydou Zakaria(onep)


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou est arrivé, hier en début de soirée à Erevan (Arménie). Dans la capitale de l'Arménie, le Président Issoufou prend part au 17ème Sommet des Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de la Francophonie. Ce Sommet dont les travaux débutent ce matin même dans la capitale arménienne, a pour thème « Vivre ensemble dans la solidarité, le partage des valeurs humanistes et le respect de la diversité, source de paix et de prospérité ».
L'un des points d'ordre du jour de ce sommet est sans conteste l'élection du Secrétaire général de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), poste auquel la ministre rwandaise des Affaires étrangères Louise Mushikiwabo est candidate face la canadienne d'origine haïtienne, Michaëlle Jean qui achève son premier mandat à la tête de l'Organisation. Cependant, il faut souligner que la candidature de Mme Louise Mushikiwabo a été soutenue par les Etats de l'Union africaine (UA) lors du dernier sommet de ladite organisation qui s'est tenu à Nouakchott (Mauritanie) le 1er juillet dernier. En outre, la ministre rwandaise des Affaires étrangères a bénéficié d'un autre soutien de taille, celui de la France, exprimé par le président Emmanuel Macron qui était d'ailleurs présent au sommet de l'UA à Nouakchott
A son départ de l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Chef de l'Etat a été salué par les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires. Il a ensuite été accompagné au pied de la passerelle par le Premier ministre Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini. Le Président Issoufou Mahamadou est accompagné dans ce déplacement par Dr Lalla Malika Issoufou, Première Dame ; M. Ouhoumoudou Mahamadou, ministre Directeur de Cabinet du Président de la République ; M. Kalla Ankouraou, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur ; M. Marou Amadou, ministre de la Justice, Garde des Sceaux et Assoumane Mallam Issa, ministre de la Renaissance culturelle, des Arts et de la Modernisation sociale.
Siradji Sanda(onep)
11/10/18


assemblee-Les travaux en plénière de la 2ème session ordinaire de l'Assemblée nationale au titre de l'année 2018 dite session budgétaire, se poursuivent à l'hémicycle. Au cours de la séance plénière d'hier, les députés ont procédé à l'examen et au vote de quatre (4) textes de projets de loi de ratification d'ordonnances portant prorogation de l'Etat d'urgence dans les régions de Diffa, de Tillabéri et de Tahoua. La séance a été présidée par le 2ème Vice-président de l'Assemblée nationale, M. Liman Ali Mahamane en présence du commissaire du gouvernement, ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

Sur les quatre (4) projets de loi de ratification, portent sur la prorogation de l'état d'urgence dans la Région de Diffa. Il s'agit du projet de loi n° 2018-02 du 13 juin 2018
qui a recueilli 111 voix favorables, contre zéro (0) voix et zéro (0) abstention et du projet de loi portant ratification de l'ordonnance n° 2018-19 du 17 septembre 2018, qui, lui a recueilli 127 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Selon la commission de la Défense et de la Sécurité saisie sur le fond, la lutte contre la secte terroriste Boko-Haram semble enregistrer un résultat positif au plan stratégique du fait de la raréfaction des sources et des moyens dont cette organisation terroriste dispose. Cependant, les terroristes peaufinent toujours d'autres stratégies pour trouver des moyens par la prise d'otage des personnes, sans doute préalablement ciblées, en fonction des moyens potentiels qu'ils pourraient mobiliser pour recouvrer leur liberté. Cette situation ne peut laisser indifférent l'État et c'est pourquoi il fait recours régulièrement aux mesures d'exception que lui offre la Constitution telles que l'Etat d'urgence.
C'est pourquoi, la Commission de la Défense et de la Sécurité estime qu'il y a lieu de prendre au sérieux cette nouvelle donne pour éviter le cercle vicieux qui pourrait avoir comme résultat le renforcement des ressources de Boko-Haram et par voie de conséquence le renforcement sa capacité de
nuisance. Selon cette commission, l'ordonnance n°2018-02 du 13 juin 2018, l'Etat d'urgence proclamé par la loi n° 2018-01 du 15 mars 2018 a été prorogé pour une durée de trois (3) mois pour la période du 18 juin au 17 septembre 2018. Au terme de l'article 2, alinéa 2 de la loi n°2015-07 du 10 avril 2015, modifiant et complétant la loi n° 98-24 du 11 août 1998, portant réglementation de l'Etat d'urgence, la proclamation de l'état d'urgence au-delà de quinze (15) jours ne peut être autorisée que par une loi pour une durée de trois (3) mois renouvelable.
Les deux autres projets de loi ratification d'ordonnances portent quant eux sur la prorogation de l'état d'urgence dans les régions de Tillabéri (départements de Ouallam, d'Ayorou, de Bankilaré, d'Abala et de Banibangou) et de Tahoua (département de Tassara et de Tillia). Le premier projet N°2018-03 du 13 juin 2018, a recueilli 127 voix favorables pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention tandis que le second n°2018-20 du 17 septembre 2018 a obtenu 124 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention.
Dans son exposé des motifs, la Commission de Défense et de Sécurité a rappelé que depuis le début de cette situation d'insécurité dans ces zones, le gouvernement a toujours pris des mesures visant à sécuriser les populations et leurs biens dans les zones concernées. Selon toujours la commission Défense et Sécurité, on constate une certaine accalmie dans toutes ces régions particulièrement au niveau des départements de Tassara et Tillia où il n'a pas été enregistré d'attaques depuis plusieurs mois. Cette accalmie est due aux mesures d'exception consécutives à l'Etat d'urgence proclamé et prorogé tous les trois mois afin de contenir les velléités des terroristes. Par contre, dans la région de Tillabéri (Départements de Ouallam, d'Ayorou, de Bankilaré, d'Abala et de Banibangou), on assiste malheureusement à la persistance de l'insécurité. Les parlementaires ont déploré la situation d'insécurité persistante dans la région de Tillabéri et ont salué également la promptitude et la diligence avec lesquelles les Forces de Défense et de Sécurité réagissent face aux différentes attaques afin de mieux sécuriser les populations et leurs biens.
Il faut enfin noter qu'en ce qui concerne le fondement juridique des mesures d'exception prises par le gouvernement, il y a lieu de se référer à l'avis de la Cour Constitutionnelle qui affirme que le projet d'ordonnance portant prorogation de l'état d'urgence dans la région de Diffa est conforme à la Constitution.

Seini Seydou Zakaria(onep)

11/10/18


conseilLe Conseil des Ministres s'est réuni hier, mardi 09 OCTOBRE 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :
I. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret relatif au dispositif institutionnel de lutte contre le sida et les hépatites :
Le présent projet de décret est pris en application du décret n°2018-448/PRN du 29 juin 2018, portant approbation du Plan Stratégique National de lutte contre les IST/VIH/SIDA (PSN 2018-2022) qui a prévu la mise en place d'un dispositif de lutte contre le Sida et les hépatites. En effet, malgré une séroprévalence faible dans la population (0,4% en 2012), le Niger s'est engagé dans l'atteinte de la cible n°3 des ODD à travers le PSN 2018-2022, à savoir : « d'ici à 2030, mettre fin à l'épidémie de sida, à la tuberculose, au paludisme, combattre l'hépatite, les maladies transmises par l'eau et les autres maladies transmissibles.
Pour mettre fin à l'épidémie du sida, le PSN 2018-2022 a entrepris de réformer le dispositif institutionnel de lutte contre le sida créé en 2002. L'audit de ce dispositif en mai 2018, a permis de constater que le dispositif organisationnel et institutionnel parait trop fragmenté, rendant tout effort de coordination et d'harmonisation difficile. Le présent projet de décret est pris pour corriger ces lacunes, à travers la création des organes d'orientation, de coordination et de suivi et évaluation et la mise en place d'un organe de mise en œuvre qu'est le Programme National de Lutte contre le Sida et les Hépatites (PNLSH).

II. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L'INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L'EXTERIEUR
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de loi autorisant la ratification de l'Accord de subvention n°D3420-NE d'un montant équivalent à quatorze millions de Droits de Tirage Spéciaux (14 000 000 DTS), signé le 27 août 2018 à Niamey, entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID), pour le financement du projet «données de Qualité nécessaires à la prise de Décision»
L'Accord de subvention objet du présent projet de loi de ratification a pour objectif d'améliorer la qualité, la disponibilité et l'utilisation des statistiques de qualité nécessaires à la prise de décision. Il sera mis en œuvre à travers trois (03) composantes à savoir, l'amélioration de la qualité de données et d'usage, la modernisation et la professionnalisation du Système Statistique National et la gestion et la coordination du projet. Cet Accord entre dans la catégorie des instruments juridiques internationaux dont la ratification nécessite l'adoption préalable d'une loi d'autorisation, conformément à l'article 169 de la Constitution du 25 novembre 2010. Le présent projet de loi, élaboré à ce titre, sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.
III. AU TITRE DU MINISTERE DES MINES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :
3.1 Projet de décret portant Approbation et Publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la Société AID ENERGY NIGER pour le permis de recherches « KOSSA 1 », pour or et substances connexes, Région de Tillabéry, Département de Téra ;

3.2 Projet de décret portant Approbation et Publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la Société AID ENERGY NIGER pour le permis de recherches « KOSSA 2 », pour or et substances connexes, Région de Tillabéry, Département de Téra ;

3.3 Projet de décret portant Approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la société AID ENERGY NIGER pour le permis de recherches « DISSILAK 13 », pour or et substances connexes, Région d'Agadez, Département de Bilma ;

Ces trois (03) projets de décrets ont pour objet, l'approbation et la publication au Journal Officiel de la République du Niger de trois (03) Conventions Minières entre la République du Niger et la société AID ENERGY NIGER, pour la recherche d'or et de substances connexes sur les périmètres des permis «KOSSA 1» et« KOSSA 2», Région de Tillabéry, Département de Téra et du permis «DISSILAK 13», Région d'Agadez, Département de Bilma.
La société AID ENERGY NIGER, est une société à Responsabilité Limitée (SARL) dont le siège social est fixé à Niamey. Elle s'engage à investir dans les trois (03) ans suivant la signature de ces conventions, un montant minimum égal à trois millions cinq cent trente cinq mille (3 535 000) dollars US pour le permis« KOSSA 1 », deux millions sept cent quarante mille (2 740 000) dollars US pour le permis« KOSSA 2 » et trois millions sept cent vingt cinq mille (3 725 000) dollars US, pour le permis « DISSILAK 13 », pour mettre en évidence des cibles et mener toute activité nécessaire au développement de ces cibles afin de prouver l'existence de gisements d'or et de substances connexes.
En cas d'attribution desdits permis, les retombées immédiates attendues sont entre autres :
- les recettes provenant des droits fixes, les redevances superficiaires annuelles, la taxe différentielle, les droits d'enregistrement, de timbre, d'immatriculation et de publicité foncière, les impôts sur les revenus, la redevance statistique, la TVA et la taxe unique sur les contrats d'assurance ;
- la création d'emplois ;
- la contribution au développement local des communes dans lesquelles elle conduira ses activités, en participant au financement des infrastructures collectives pour un montant de cinquante mille (50 000) dollars US par an et par permis.

3.4 projet de décret portant Approbation et Publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la Société ZIJING HECHUANG Science and Techology Development Company LTD pour le permis de recherches « TOULOUK 3 », pour uranium et substances connexes, Région d'Agadez, Département de Tchirozérine.

3.5 projet de décret portant Approbation et Publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la Société ZIJING HECHUANG Science and Techology Development Company LTD pour le permis de recherches « TERZEMAZOUR 4», pour uranium et substances connexes, Région d'Agadez, Département de Tchirozérine.

Ces deux (02) projets de décrets ont pour objet, l'approbation et la publication au Journal Officiel de la République du Niger de deux (02) Conventions Minières entre la République du Niger et la société ZIJING HECHUANG Science and Techology Development Company LTD pour la recherche d'uranim et substances connexes sur les périmètres des permis « TOULOUK 3 » et « TERZEMAZOUR 4», Région d'Agadez, Département de Tchirozérine.
La société ZIJING HECHUANG Science and Techology Development Company LTD, est une société de droit chinois, avec un capital de cinq millions (5 000 000) de yuan. Elle s'engage à investir dans les trois (03) ans suivant la signature de ces conventions, un montant minimum égal à deux millions neuf cent dix sept mille (2 917 000) dollars US pour le permis« TOULOUK 3» et un montant total de deux millions (2 000 000) de dollars US pour le permis« TERZEMAZOUR 4» pour mettre en évidence des cibles et mener toute activité nécessaire au développement de ces cibles afin de prouver l'existence de gisements d'uranium et de substances connexes.
En cas d'attribution desdits permis, les retombées immédiates attendues sont entre autres :
- les recettes provenant des droits fixes, les redevances superficiaires annuelles, la taxe différentielle, les droits d'enregistrement, de timbre, d'immatriculation et de publicité foncière, les impôts sur les revenus, la redevance statistique, la TVA et la taxe unique sur les contrats d'assurance ;
- la création de trente cinq (35) emplois ;
- la contribution au développement local des communes dans lesquelles elle conduira ses activités, en participant au financement des infrastructures collectives pour un montant de trente mille (30 000) dollars US par an et par permis.

3.6 Projet de décret portant Approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la société DANGOTE CEMENT NIGER SA pour le permis de recherches « ELMEKI 5 » pour charbon et substances connexes dans le Département de Tchirozérine, Région d'Agadez

3.7 Projet de décret portant Approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la société DANGOTE CEMENT NIGER SA pour le permis de recherches « IKAKAN » pour charbon et substances connexes dans le Département de Keita, Région de Tahoua ;

3.8 Projet de décret portant Approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la société DANGOTE CEMENT NIGER SA pour le permis de recherches « TEBARAM 2 » pour charbon et substances connexes dans les Départements de Tahoua et Tillia, Région de Tahoua ;

3.9 Projet de décret portant Approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la société DANGOTE CEMENT NIGER SA pour le permis de recherches « TIZIGERT » pour charbon et substances connexes dans le Département d'Ingall, Région d'Agadez

Ces quatre (04) projets de décrets ont pour objet l'approbation et la publication au Journal Officiel de la République du Niger de quatre (04) Conventions Minières entre la République du Niger et la société DANGOTE CEMENT NIGER SA, pour la recherche de charbon et substances connexes sur les périmètres des permis : « ELMEKI 5 » et « TIZIGERT » Région d'Agadez, Département de Tchirozérine, « IKAKAN», Région de Tahoua, Département de Keita, et « TEBARAM 2» Région de Tahoua, Départements de Tahoua et de Tillia.
La société DANGOTE CEMENT NIGER SA est une société de droit nigérien, avec un capital de dix millions (10 000 000) de francs CFA. Elle s'engage à investir dans les trois (03) ans suivant la signature de ces conventions, un montant minimum égal à deux millions (2 000 000) de dollars US, pour chacun des permis, pour mettre en évidence des cibles et mener toute activité nécessaire au développement de ces cibles afin de prouver l'existence de gisements de charbon et substances connexes.
En cas d'attribution desdits permis, les retombées immédiates attendues sont entre autres :
- les recettes provenant des droits fixes, les redevances superficiaires annuelles, la taxe différentielle, les droits d'enregistrement, de timbre, d'immatriculation et de publicité foncière, les impôts sur les revenus, la redevance statistique, la TVA et la taxe unique sur les contrats d'assurance ;
- la création de dix (10) emplois ;
- la contribution au développement local des communes dans lesquelles elle conduira ses activités, en participant au financement des infrastructures collectives à hauteur de cinquante mille (50 000) dollars US par an et par permis.

3.10 Projet de décret portant Amodiation du périmètre « ARTOIS NORD » à la Société des Mines de l'Aïr (SOMAÏR).
Le présent projet de décret a pour objet l'amodiation du périmètre « ARTOIS NORD », situé dans la Région d'Agadez, département d'Arlit, à la Société des Mines de l'Aïr (SOMAÏR). L'objectif de cette amodiation est de transférer tous les droits et de toutes les obligations de la société Orano Mining, à la SOMAÏR, à l'exception des droits spécifiques liés à la concession du périmètre « ARTOIS NORD ».
3.11 Projet de décret portant acte de cessibilité des propriétés à exproprier dans le cadre des travaux de construction de la cimenterie de Keita.

Le décret n°2014-273/PRN/ MMDI a déclaré d'utilité publique, les travaux de mise en œuvre du projet de cimenterie de Keita, dans la région de Tahoua, commune urbaine de Keita. Le présent projet de décret à pour objet, de rendre cessibles les propriétés à exproprier dans le cadre desdits travaux, pour permettre au promoteur d'entrer en possession des terrains concernés en vue de la réalisation du projet de construction de la cimenterie de Keita.

IV. AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENERGIE
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret déclarant d'utilité publique la centrale solaire de 20MWc sur le site de Gorou Banda à Niamey.
Le présent projet de décret a pour objet de déclarer d'utilité publique la centrale solaire photovoltaïque de 20MWc qui sera installée sur le site de la centrale thermique de Gorou Banda. Le projet de construction de ladite centrale permettra de diversifier les sources de production d'énergie et de réduire les coûts d'exploitation en substituant à une partie de la production thermique diesel, l'énergie solaire dont le coût est plus compétitif et de contribuer à la satisfaction de la demande et à l'amélioration de la qualité du service public de l'énergie électrique.

V. MESURES NOMINATIVES
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :
AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES
• Monsieur Emini Ahmed est nommé préfet du département de Tchirozérine, en remplacement de Monsieur Habou Mahaman, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Habou Mahaman, est nommé préfet du département de Torodi en remplacement de Monsieur Ibrahim Moussa, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Bokli Najim est nommé préfet du département de Tillia en remplacement de Monsieur Emini Ahmed, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Fougou Boukar, est nommé préfet du département de N'Guigmi en remplacement de Monsieur Issoufou Sido Abdou, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Issoufou Sido Abdou, est nommé préfet du département de Goudoumaria, en remplacement de Monsieur Fougou Boukar, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Ibrahim Abbalélé, est nommé préfet du département de Birni N'Konni, en remplacement de Monsieur Mounkaïla Sorka, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Mounkaïla Sorka, est nommé préfet du département de Dogondoutchi, en remplacement de Monsieur Hamidou Diaouga, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Hamidou Diaouga, est nommé préfet du département de Gaya, en remplacement de Monsieur Illa Ousmane, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Illa Ousmane, est nommé préfet du département de Boboye en remplacement de Monsieur Ibrahim Abbalélé, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Saley Djigo est nommé préfet du département de Guidan Roumdji, en remplacement de Monsieur Sahabi Assoumane, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Sahabi Assoumane, est nommé préfet du département de Bouza, en remplacement de Monsieur Saley Djigo, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Sadou Oumarou, est nommé préfet du département de Kollo en remplacement de Monsieur Ali Soumaïla Ibrahim, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Assoumane
Alassane, instituteur, Mle 31223, est nommé préfet du département d'Abala en remplacement de Monsieur Soumana Issaka, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Soumana Issaka, est nommé préfet du département de Ouallam en remplacement de Monsieur Sadou Oumarou, appelé à d'autres fonctions.
•Monsieur Harou Issoufou Chaïbou est nommé préfet du département d'Aguié, en remplacement de Monsieur Ameslamine Khamiss, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Hassane Idrissa, professeur d'enseignement secondaire, Mle 53892/N, est nommé préfet du département d'Ayorou en remplacement de Monsieur Jando Rechy Ag Alher appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Ousmane Maïkassoua, instituteur, Mle 74643/V, est nommé préfet du département de Belbédji, en remplacement de Monsieur Harou Issoufou Chaïbou, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Bachir Malam Oumarou, est nommé préfet du département de Tanout en remplacement de Monsieur Moussa Sayabou, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Moussa Sayabou est nommé préfet du département de Kantché en remplacement de Monsieur Bachir Malam Oumarou, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Ameslamine
Khamiss, est nommé préfet du département d'Aderbissanat, en remplacement de Monsieur Bokli Najim, appelé à d'autres fonctions.
• Monsieur Alahassane Abouba, chargé d'enseignement, est nommé président de la Délégation Spéciale de la Commune rurale de Tagazar.
• Madame Hadiza Sabou Zakou, licenciée en gestion- comptabilité, est nommée membre de la délégation spéciale de la Commune rurale de Tagazar.
• Monsieur Amadou Mamane, conseiller pédagogique à la retraite, est nommé membre de la délégation spéciale de la Commune rurale de Tagazar.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE
• Monsieur Abdoulaye Soumana Amadou, directeur administratif, Mle 110981/K, est nommé directeur des alternatives à l'incarcération et de la réinsertion, au Ministère de la Justice.
• Monsieur Issa Wassey, magistrat du 1er grade, 1er échelon, Mle 63474/F, est nommé secrétaire permanent du Conseil Supérieur de la Magistrature, au Ministère de la Justice.
• Madame Abdourahamane Amina Moussa, magistrat du grade exceptionnel, 1er échelon, Mle 65107/K, est nommée directrice générale de l'Agence Nationale de l'Assistance Juridique et Judiciaire (ANAJJ), au Ministère de la Justice.

AU TITRE DU MINISTERE DU COMMERCE ET DE LA PROMOTION DU SECTEUR PRIVE
• Monsieur Ali Sani, inspecteur central des contributions diverses, Mle 112136/M, est nommé directeur des marchés publics et des délégations de service public, au Ministère du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé.
AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, DE L'ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L'EDUCATION CIVIQUE
• Monsieur Assoumane
Mamane, inspecteur de l'enseignement primaire, Mle 33809/Y, est nommé directeur général de l'Ecole Normale de Maradi.
• Monsieur Khamisse Cherfedine, chargé d'enseignement, Mle 62624/G, est nommé directeur général de l'Ecole Normale de Dosso.
• Monsieur Issa Issiakou, inspecteur de l'enseignement primaire, Mle 33206/M, est nommé directeur général de l'Ecole Normale de Tahoua.
• Monsieur Mahaman Laouali Boukari, inspecteur de l'enseignement primaire, Mle 74631/J, est nommé directeur général de l'Ecole Normale de Magaria.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L'INNOVATION

• Madame Lamine Yaroh Fatimé, conseillère pédagogique, est nommée inspectrice des services, au Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.
• Monsieur Elhadji Anounou
Yacoubou, inspecteur pédagogique, Mle 47574/X, est nommé directeur général de l'Agence Nigérienne des Allocations et des Bourses, au Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE
• Docteur Zoubeida Mayaki, pharmacienne, Mle 74292/M, est nommée directrice générale du Centre National de Transfusion Sanguine (CNTS), au Ministère de la Santé Publique.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA RENAISSANCE CULTURELLE, DES ARTS ET DE LA MODERNISATION SOCIALE
• Monsieur Tahé Abdoulahi, économiste statisticien, est nommé directeur des études et de la programmation, au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.
• Monsieur Moustapha Salifou Abdoussalam, Mle 112927/W, est nommé directeur des ressources humaines, au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.
• Madame Madel Idari, est nommée inspectrice des services, au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME ADMINISTRATIVE

• Docteur Mounkaïla Ali, inspecteur du travail, est nommé conseiller technique de la Ministre de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.
• Monsieur Neino Boubé Mahamadou, directeur administratif, Mle 115510/V, est nommé directeur général de la Fonction Publique, au Ministère de la Fonction Publique et de la Réforme Administrative.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA FEMME ET DE LA PROTECTION DE L'ENFANT
• Monsieur Ali Mahaman Maïga, chargé d'enseignement, Mle 63915/C, est nommé Secrétaire Général Adjoint du Ministère de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, en remplacement de madame Fati Lankondé.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENVIRONNEMENT, DE LA SALUBRITE URBAINE ET DU DEVELOPPEMENT DURABLE

• Colonel Alassane Makadassou, ingénieur des eaux et forêts, Mle 70959/A, est nommé secrétaire général du Ministère de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable.
• Colonel-major Bila Maïna, ingénieur des eaux et forêts, Mle 58203/U, est nommé directeur général des eaux et forêts, chef de corps, au Ministère de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable.

VI. COMMUNICATION.

Le Conseil des Ministres a entendu une (1) communication du Ministre du Développement Communautaire et de l'Aménagement du Territoire portant sur le prix « International Award in Excellence and Quality » décerné à l'Agence Nigérienne du Volontariat pour le Développement (ANVD) et qui lui a été remis le 23 septembre 2018 au cours du 32ème Congrès International de la Qualité qui a lieu à Francfort en Allemagne par Business Initiative Directions (BID).

L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep

10/10/18

Politique

Visite de travail et d'amitié du Président de la République aux Emirats Arabes Unis : SEM Issoufou Mahamadou s'est entre…

Visite de travail et d'amitié du Président de la République aux Emirats Arabes Unis : SEM Issoufou Mahamadou s'est entretenu, hier, avec le Prince héritier d'Abu Dhabi

Poursuivant sa visite de travail et d'amitié aux Emirats Arabes Unis, le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, s'est entretenu, hier lundi 10 décembre 2018, avec Sheikh Mohamed Ben Zaid Al-Nahyan, Prince héritier d'Abu Dhabi, Ministre des Affaires Etrangères.Cet entretien a été suivi d'échanges de documents relatifs à des accords, entre, les Ministres des Affaires Etrangères des deux pays d'une part, et les...

Assemblée nationale : Adoption de quatre projets de loi de ratification

Assemblée nationale : Adoption de quatre projets de loi de ratification

Les travaux de la 2ème session ordinaire de l'Assemblée nationale dite Session budgétaire se poursuivent à l'hémicycle Place de la concertation. Au cours de la plénière d'hier, dirigée par le premier Vice président de l'Assemblée nationale le député Iro Sani, les élus nationaux ont procédé à l'examen et au vote de quatre projets de loi.Ainsi à l'entame des travaux, la plénière a tout d'abord adopté le compte rendu sommaire de la séance ...

Interpellation : Le ministre de la Défense nationale et celui en charge des Domaines devant les députés

Interpellation : Le ministre de la Défense nationale et celui en charge des Domaines devant les députés

Il faut rappeler qu'au cours de la plénière du samedi 8 décembre 2018, les députés au titre de la région de Diffa ont interpellé le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE Birgi Rafini, représenté par le ministre de la Défense, M. Kalla Moutari sur la situation sécuritaire et humanitaire très préoccupante de la région. Le Ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, M. Waziri Maman est aussi interpelé par la députée, Hannato...

Visite de travail et d'amitié du Président de la République aux Emirats Arabes Unis : SEM Issoufou Mahamadou est arrivé …

Visite de travail et d'amitié du Président de la République aux Emirats Arabes Unis : SEM Issoufou Mahamadou est arrivé hier en fin d'après-midi à Abu Dhabi

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, est arrivé hier dimanche en fin d'après-midi, 9 décembre 2018, à Abu Dhabi, aux Emirats Arabes Unis, où il effectue une visite de travail et d'amitié.A son arrivée à l'Aéroport International d'Abu Dhabi, le Président de la République a été accueilli au pied de la passerelle de l'avion présidentiel par le Ministre de la Santé des Emirats Arabes Unis, M. Moheer Al Khil...

Forum Afrique 2018 à Charm El Cheikh, en Egypte : Le Président Issoufou Mahamadou a pris part au Forum

Forum Afrique 2018 à Charm El Cheikh, en Egypte : Le Président Issoufou Mahamadou a pris part au Forum

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, est arrivé le vendredi soir, 7 décembre 2018, à Charm EL Cheikh, en Egypte, où il a pris part au Forum Afrique 2018 qui s'est tenu les samedi et dimanche derniers.Avant l'Egypte, le Chef de l'Etat SEM Issoufou Mahamadou, Président du G5 Sahel, était à Nouakchott, en Mauritanie, où il avait présidé jeudi, 6 décembre 2018, la Conférence de Coordination des Partenaires ...

«Si le panafricanisme politique a dominé le 20ème siècle, le panafricanisme économique dominera le 21ème siècle», déclar…

«Si le panafricanisme politique a dominé le 20ème siècle, le panafricanisme économique dominera le 21ème siècle», déclare SEM. Issoufou Mahamadou, Président de la République, Champion de la ZLECAf

« Excellences Messieurs les Chefs d'État et de Gouvernement ;Excellence, Monsieur Moussa Faki Mahamat, Président de la Commission de l'Union africaineMesdames et Messieurs ;Je tiens à féliciter les autorités Egyptiennes, tout particulièrement le Président Abdel Fattah Al Sissi, pour avoir bien voulu accueillir ce forum Afrique 2018. Je voudrais aussi remercier et féliciter l'Agence régionale de l'investissement du COMESA (RIA) et le Min...

Assemblée nationale : Adoption du budget 2019, équilibré en recettes et en dépenses, à 2 050 757 744 384 FCFA

Assemblée nationale : Adoption du budget 2019, équilibré en recettes et en dépenses, à 2 050 757 744 384 FCFA

Les travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018, dite session budgétaire de l'Assemblée nationale se sont poursuivis. Vendredi dernier tard dans la soirée, les parlementaires ont procédé à l'adoption du projet de Loi des Finances 2019 déterminant le budget général de l'Etat, arrêté en recettes et en dépenses au montant de 2 050 757 744 384 FCFA. Le budget a été voté par 129 voix pour, 33 voix contre ...

SEM Issoufou Mahamadou préside le Sommet du G5 Sahel à Nouakchott, en Mauritanie : Des annonces de financement de plus d…

SEM Issoufou Mahamadou préside le Sommet du G5 Sahel à Nouakchott, en Mauritanie : Des annonces de financement de plus de deux milliards d'euros

La Conférence de Coordination des Partenaires et Bailleurs de fonds du G5 Sahel pour le Financement du Programme d'Investissements Prioritaires s'est tenue jeudi, 6 décembre 2018, à Nouakchott, en Mauritanie, sous la Présidence de SEM Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président en exercice du G5 Sahel.Le Sommet s'est déroulé en présence notamment des Présidents de la Mauritanie, SEM Mohamed Ould Abdel Aziz, du Tchad, SEM I...

« Investir dans le Sahel, plus spécifiquement dans ce noyau géostratégique de cinq pays, c'est contribuer indubitablemen…

« Investir dans le Sahel, plus spécifiquement dans ce noyau géostratégique de cinq pays, c'est contribuer indubitablement à la stabilité et à la prospérité de l'Afrique et du monde », déclare SEM. Issoufou Mahamadou

«Excellences Messieurs les Chefs d'État et de Gouvernement,Mesdames et Messieurs les membres de gouvernements et responsables d'institutions,Chers partenaires et amis du Sahel,Distingués invités,Mesdames, MessieursMes premiers mots sont pour mon frère et ami, le Président Mohamed Ould Abdel Aziz, pour le Gouvernement et le peuple frère de Mauritanie, auxquels j'exprime la gratitude de l'ensemble des quatre autres pays du G5 Sahel pour l...

Assemblée nationale : Adoption de quatre (4) projets de texte dont celui portant abrogation de la loi autorisant la rati…

Assemblée nationale : Adoption de quatre (4) projets de texte dont celui portant abrogation de la loi autorisant la ratification de la Convention Cadre de crédit avec EXIM-BANK

Les parlementaires ont successivement, hier au cours des travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018 dite session budgétaire, procédé à l'examen et au vote de quatre (4) projets de texte dont celui portant abrogation de la loi n°2014-30 du 04 juin 2014 autorisant la ratification de la Convention Cadre de crédit n° EXIMNIG001, signée le 30 septembre 2013 à Beijing d'un montant d'un milliard de dollars...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Demandez une Bourse d’études Australia Awards

australieFaites une différence
Demandez une Bourse d'études Australia Awards

Avez-vous le potentiel d'être un futur leader contribuant au développement durable du Niger ? Postulez dès maintenant pour obtenir une éducation de classe mondiale et devenez un chef de file de l'industrie ayant des liens étroits avec l'Australie.
L'appel à candidatures pour les bourses d'études Australia Awards - Africa pour étudier en Australie est ouvert du 1er septembre au 3 décembre 2018. Les candidatures peuvent être envoyées via http://www.australiaawardsafrica.org/.Australia Awards - Africa est un programme de bourses prestigieux qui contribue au leadership africain et au développement des capacités humaines depuis les années 1960.
Le programme offre des formations post-universitaires à court terme et des diplômes de Masters à des pro¬fessionnels nigériens de niveau intermédiaire ou supérieur, couvrant l'ensemble des frais.
Les anciens étudiants reviennent de leurs études avec les compétences, les connaissances et les réseaux nécessaires pour contribuer au développement durable de leur pays. En outre, ils rejoignent une commu¬nauté mondiale d'anciens étudiants ayant des liens permanents entre l'Afrique et l'Australie.Le processus de candidature est ouvert et concurrentiel, offrant des chances égales à toutes les personnes éligibles, quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et leur handicap.
Les candidats doivent avoir un minimum de compétence en anglais équivalant à un score global IELTS de 5,0.
Plus d'information:
• Les professionnels éligibles occupant des postes de niveau intermédiaire ou supérieur peuvent postuler à l'adresse suivante : www.australiaawardsafrica.org
• Pour en savoir plus sur les études en Australie, visitez : https://www.studyinaustralia.gov.au

Des séances d'information gratuites auront lieu à Niamey, au centre de conférences du Grand Hôtel tous les vendredis en novembre.

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Installation de la saison. froide au Niger : …

Installation de la saison. froide au Niger : "Il fera moins froid cette année'', selon l'ingénieur météorologue Ousman Baoua

La saison des pluies a définitivement plié ses bagages pour donner place à l'harmattan qui...

vendredi 30 novembre 2018

De la nécessité de protéger les enfants contre les…

De la nécessité de protéger les enfants contre les maladies liées au froid

La période de froid est en train de s'installer progressivement au Niger et particulièreme...

vendredi 30 novembre 2018

La friperie, leader du marché pour le choix des vê…

La friperie, leader du marché pour le choix des vêtements contre le froid

En cette fin de mois de novembre, les populations de Niamey changent leurs habitudes vesti...

vendredi 30 novembre 2018

L'air du temps

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Cancer, tension, diabète, ulcères....Voilà des pathologiesspécifiques qui, il y a quelques...

vendredi 7 décembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.