Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


decoC'est sous une fine pluie que le ministre de la Défense Nationale M. Kalla Moutari a présidé vendredi dernier, au Poste de Commandement du fuseau centre (qui concerne le Niger ; Burkina Faso et le Mali) de la Force Conjointe G5 Sahel, la cérémonie de décoration du Général de Division Dacko Didier, Commandant sortant de ladite Force. Après la revue des troupes, le ministre de la Défense qui est accompagné par le Chef d'Etat Major Général des Armées a remis au récipiendaire sa distinction au cours une cérémonie sobre.
Au terme de cette cérémonie, le Général de Division Dacko Didier est élevé au grade de Commandeur dans l'ordre du mérite du Niger. Il a reçu cette distinction dans la pure tradition militaire. Dans son allocution au cours de cette cérémonie, le ministre de la Défense Nationale M. Kalla Moutari s'est exprimé en ces termes : «le Général Didier Dacko, premier Commandant de la Force Conjointe du G5 Sahel, vous avez su, par vos capacités intellectuelles, votre expérience militaire et votre connaissance exceptionnelle du terrain, mettre en place les structures du commandement de ladite Force tout en insufflant une coopération dynamique entre les Forces armées des pays composant la Force. Par votre action, vous avez coordonné les exercices et opérations qui ont permis de mettre hors d'état de nuire, plusieurs groupes armés dans l'espace du G5 Sahel, contribuant ainsi à la sécurisation des populations et à l'établissement de la paix dans la zone. Vous avez la reconnaissance du Niger».
La mission principale de cette force est de traquer les terroristes et autres bandes criminelles opérant dans ce vaste espace sahélien qui regroupe le Niger, le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie et le Tchad
Hassane Daouda(onep)

10/09/18



Andp-1La formation politique ''Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès'' (ANDP-Zaman Lahiya) a tenu samedi dernier dans la grande salle de l'Académie des Arts Martiaux de Niamey, un congrès extraordinaire électif en présence de 346 sur 529 délégués venus de toutes les régions du Niger et de la diaspora. Au total trois (3) candidatures ont été retenues par la commission permanente des candidatures et vérification des mandats. Il s'agit de M. Moussa Hassane Barazé, M. Mahamane Sani Amadou, M. Ali Seyni Gado. Il faut rappeler que depuis la disparition de l'ancien président de M. Moussa Moumouni Djermakoye, l'intérim de la présidence du parti est assuré par le 1er vice président, M. Sani Ousmane dit Dandijé. A l'issue des assises, les délégués ont porté leur choix sur le candidat, M. Moussa Hassane Barazé pour diriger leur parti.

Sur les trois candidats retenus, l'huissier de justice a constaté l'absence de M. Mahamane Sani Amadou et de M. Ali Seyni Gado. Le quorum étant atteint avec 346 sur 529 délégués, les textes du parti autorisent la tenue des élections. C'est ainsi qu'à la proclamation des résultats, le candidat M. Moussa Hassane Barazé a remporté 339 voix, M. Ali Seyni Gado a eu une (1) voix et M. Mahamane Sani Amadou zéro (0) voix. Il faut signaler que lors du dépouillement, il y a eu trois (3) bulletins nuls et trois (3) bulletins blancs.
Dans son discours de clôture des assises, le nouveau président élu de l'ANDP Zaman Lahiya a tout d'abord rendu un hommage mérité aux militants présents et pour leurs camarades rappelés à Dieu. M. Moussa Hassane Barazé s'est dit honoré de la confiance accordée par les militants en sa personne pour diriger ''le parti de consensus''. « Avec cette approbation que vous avez faite à mon programme de gouvernance, je vous assure de mon engagement à m'investir avec toutes mes capacités pour le rayonnement de l'ANDP-Zaman Lahiya sur l'échiquier politique national. J'agirai comme le président de renouveau du parti ANDP-Zaman Lahiya. Je vais diriger le parti dans la transparence en impliquant toutes les instances des structures de notre formation politique afin d'apporter un profond changement», a-t-il déclaré.andp
M. Moussa Hassane Barazé a en outre dit qu'il mettra en œuvre les axes principaux de son programme à savoir la réconciliation des militantes et militants ; les conditions de bonne gouvernance, la redynamisation des structures du parti ; le relèvement du niveau politique des militants, la récompense des militants les plus méritants ; la création des conditions d'une autonomisation financière du parti ; la dynamisation des structures et le respect de la discipline etc. Il a, en outre, réaffirmé l'appartenance de l'ANDP-Zaman Lahiya à la Mouvance pour la Renaissance du Niger (MRN).
Le nouveau président élu a reconnu que leur parti traverse des difficultés touchant sa cohésion, estimant que cela constitue un défi majeur à relever le plus urgemment possible et auquel il s'engagera à trouver des solutions idoines. « Mon engagement est sans équivoque. Je créerai les conditions d'une réconciliation entre les militants dans un esprit de grande camaraderie. J'en appelle à l'union du parti. Je lance en conséquence un vibrant appel à mes ainés Mahamane Sani Amadou, Ali Seyni Gado, Mounkaila Issa, Issaka Moumouni Djermakoye, Ibro Gouala et à tous ceux qui les ont soutenus de revenir afin que dans la cohésion, nous poursuivons l'œuvre de consolidation des acquits de notre grande formation politique», a-t-il lancé, tout en assurant qu'il agira avec probité, responsabilité, humilité et engagement pour la bonne marche du parti.
Auparavant, le président par intérim de l'ANDP-Zaman Lahiya, M. Sani Ousmane dit Dandijé a dans son allocution rendu un vibrant hommage aux délégués qui ont répondu présents aux assises. Il s'est excusé auprès de toutes et tous. « Quant à moi, je vous pardonne. Je vous appelle ensuite à venir travailler dans l'unité et la cohésion pour faire rayonner notre cher parti sur l'échiquier politique national. C'est de notre devoir de maintenir les acquits», a-t-il conclu.

Seini Seydou Zakaria(onep)

10/09/18


panLes travaux de la 3ème conférence parlementaire sur la migration, ont pris fin hier, à l'hémicycle de l'Assemblée nationale place de la concertation. Durant deux jours, les parlementaires venus de plusieurs pays d'Afrique ont mené la réflexion sur le thème: « Promouvoir une migration sûre, ordonnée et régulière : quel rôle pour le parlement y compris dans la mise en œuvre du pacte mondial y relatif ». Les parlementaires ont compris la nécessité de revisiter l'ensemble des dispositions existantes sensées gérer cette migration. La cérémonie de clôture a été présidée par M. Mahamane Elhadj Ali Liman, 2ème vice-président de l'Assemblée nationale du Niger.
Les parlementaires ont longuement échangé sur plusieurs aspects de la migration qui a pris ces dernières années d'autres tournures et ont formulé plusieurs recommandations. Les différentes communications présentées, au cours de cette conférence, par les experts ont édifié les participants sur la perspective de l'élaboration, en décembre prochain, du Pacte mondial sur la migration.
Dans son allocution de clôture, le 2ème vice-président de l'Assemblée nationale du Niger a indiqué que ce pacte mondial relatif à la promotion d'une migration sûre, ordonnée et régulière est une opportunité qui va permettre à la communauté internationale et au continent de jouer pleinement leur rôle dans l'intérêt des migrants, des pays d'origine, des pays de transit et des pays de destination. assemblee-2«L'élaboration d'un tel pacte laisse clairement apparaître que les Etats pris isolément ne peuvent apporter une juste réponse conséquente au phénomène migratoire», a-t-il
déclaré.
En effet, a-t-il poursuivi, le consensus ou le compromis retenu autour des points de divergence orientera la communauté africaine à s'investir davantage dans l'application juste des droits humains à l'égard des migrants et chercher des stratégies favorables à l'application des lois nationales y relatives.
A l'issue de la conférence, l'UPA va mobiliser les parlementaires, en tant qu'acteurs politiques incontournables autour de ce phénomène qui, quoique source d'opportunités pour les pays de destination et les pays d'origine, ainsi que pour les individus, les familles et les communautés qui se pose aujourd'hui comme un défi majeur pour les décideurs à l'échelle africaine et mondiale. L'idée du pacte mondial pour une migration sûre, ordonnée et régulière qui sera très bientôt formellement adopté à
Marrakech au Maroc les 10 et 11 décembre prochain va sûrement contribuer à une meilleure application des normes existantes
couvrant tous les aspects du phénomène de la migration et devrait constituer une opportunité de poursuivre le dialogue entre les Etats pour une migration sûre, ordonnée et régulière.
Pour finir en beauté cette 3ème rencontre, dans l'après-midi, le président de l'Assemblée nationale, SE. Ousseini Tinni a offert un dîner de gala au grand hôtel de Niamey aux participants. La soirée a été animée par le groupe Sohga, la troupe Mamatchi de Zongo et le groupe Algaïta.

Seini Seydou Zakaria(onep)

07/09/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier en début de soirée, en provenance de Beijing (République Populaire de Chine) où il a prit part aux travaux du Forum Chine-Afrique sur la Coopération. A sa descente d'avion à l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Président Issoufou Mahamadou a été accueilli au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef de gouvernement, SE. Brigi Rafini, avant d'être salué par les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernement et ceux du Corps diplomatique ainsi que par plusieurs personnalités civiles et militaires.
Le Chef de l'Etat était accompagné dans de ce déplacement de la Première Dame Hadjia Aïssata Issoufou ; de M. Foumakoye Gado, ministre du Pétrole ; de M. Kalla Ankouraou, ministre des Affaires étrangères, de la Coopération, de l'Intégration africaine et des Nigériens à l'extérieur ; de Mme Kané Aïchatou Boulama, ministre du Plan ; de M. Sadou Seydou, ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur privé ; de Mme Amina Moumouni, ministre de l'Energie et de Mme Ousseini Hadizatou Yacouba, Directrice de Cabinet Adjointe du Président de la République.
Il faut rappeler qu'en marge de ce forum, s'est tenue une journée du Niger ou ''Niger Business day'' au cours de laquelle le Chef de l'Etat s'est adressé aux investisseurs chinois pour les inviter à venir investir au Niger. Aussi au cours de ces échanges plusieurs membres du gouvernement ont intervenu pour présenter, chacun dans son secteur, les potentialités dont regorge notre pays ainsi que les opportunités qu'il offre aux investisseurs désireux d'investir au Niger. En outre, la délégation nigérienne a eu plusieurs entrevues avec des partenaires déjà installés au Niger comme la CNPC et avec d'autres qui aspirent venir dans notre pays.
Siradji Sanda(onep)

6/09/18


conseilEn application de l'article 73 de la Constitution, le Premier Ministre a reçu du Président de la République, une délégation de pouvoirs pour la présidence d'un Conseil des Ministres. C'est ainsi que, Son Excellence, Monsieur BRIGI RAFINI, Premier Ministre, Chef du Gouvernement a présidé hier mercredi 5 septembre 2018, un Conseil des Ministres dans la salle habituelle du Conseil de Cabinet.

Après examen du point inscrit à son ordre du jour, le Conseil a pris la décision suivante :
AU TITRE DU MINISTERE DE L'AGRICULTURE ET DE L'ELEVAGE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant création, missions et composition de l'Observatoire du Marché des Engrais au Niger, en abrégé OMEN.
La nécessité de la création d'un Observatoire du Marché des Engrais au Niger, en abrégé OMEN, découle du constat que l'agriculture au Niger est devenue de plus en plus dépendante des sols de moins en moins fertiles. Les terres agricoles perdent en moyenne 377.000 tonnes d'éléments nutritifs qui ne sont pas compensés faute d'accès aux engrais nécessaires.
En effet, l'analyse du système actuel a mis en évidence le coût élevé des engrais, un programme de subvention à faible ciblage des nécessiteux, le retard dans la livraison des engrais, le tout entrainant une incapacité à atteindre les objectifs globaux assignés par le Gouvernement. Il ressort par ailleurs que la moyenne de consommation d'engrais au Niger s'établit à 3 kg/ha/an, pour une moyenne africaine de 12 kg/ha/an, alors que les besoins du Niger sont estimés à 20 kg/ha/an, soit 200.000 tonnes d'engrais par an, la moyenne annuelle d'importation des engrais sur les 10 dernières années, s'établit entre 20.000 et 30.000 tonnes, soit 10% à 15% seulement des besoins potentiels.
C'est donc pour faire face à ces défis notamment dans le cadre de l'Initiative 3N et dans la perspective de la mise en œuvre de l'important programme Compact du Niger que le Gouvernement a entrepris la réforme du secteur des engrais. Ainsi, par décret n°2018-046/PRN/MAG/EL du 12 janvier 2018, le plan de réforme du secteur des engrais au Niger a été adopté. La mise en œuvre de cette réforme prévoit la création de deux organes dont un Observatoire du Marché des Engrais au Niger (OMEN). Cet important organe regroupant les principaux acteurs du secteur des engrains a pour principales missions, la veille et la régulation des approvisionnements et de la distribution des engrais au Niger.

L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence, Monsieur le Premier Ministre a levé la séance.

Onep
6/09/18


decoL'Ambassadeur du Sénégal au Niger S.E Abdou Khadir AGNE est en fin de mandat dans notre pays. En pareille circonstance, le diplomate sénégalais a été fait Commandeur dans l'ordre du mérite du Niger. C'est la ministre Déléguée aux Affaires étrangères, chargé de l'Intégration Africaine Mme Lamido Ousseini Salamatou Bala Goga qui lui a remis la médaille au cours d'une cérémonie organisée mardi dernier, dans le jardin du ministère des Affaires Etrangères, devant un parterre d'invités dont des députés nationaux ; des membres du gouvernement ainsi que la grande famille du corps diplomatique.

Unis par l'histoire, le Niger et le Sénégal mènent des actions communes dans divers domaines d'intérêt majeur pour les deux peuples respectifs. Pour la ministre déléguée chargée de l'Intégration africaine la coopération entre les deux pays touche plusieurs domaines dont l'enseignement supérieur et les télécommunications. Dans cette optique, le Niger et le Sénégal mutualisent leurs efforts dans le cadre de l'Ecole Supérieur Multinationale des Technologies (EMST). '' Je voudrais vous dire combien j'ai apprécié vos efforts en vue de tenir la deuxième session de la commission mixte de coopération entre nos deux pays, 31 ans après la première session en octobre prochain'', a relevé Mme Lamido Ousseini Salamatou Balla Goga, avant d'ajouter que S.E Abdou Khadir AGNE est un homme dont la discrétion et la courtoisie ont contribué à tisser des liens solides tant au sein de la communauté diplomatique de Niamey
qu'entre les Présidents Issoufou Mahamadou et Macky Sall.
Visiblement ému par cette distinction et surtout par le fait de quitter le Niger après avoir tissé beaucoup de relations, l'ambassadeur du Sénégal au Niger a rendu hommage au président de la Cour des Comptes rappelé à Dieu le 31 Août dernier. « Au Niger, je n'ai point été traité comme un ambassadeur mais comme un digne fils du pays. Rouvrir une représentation diplomatique du Sénégal au Niger, après 29 ans d'absence a été pour moi un honneur singulier que m'ont fait les autorités sénégalaises, mais surtout celles nigériennes qui ont eu foi et confiance en ma personne alors que j'occupais les fonctions de Consul honoraire. A un moment de l'histoire, des circonstances particulières ont commandé la fermeture d'une représentation diplomatique du Sénégal au Niger. Chemin faisant, cette posture ne s'expliquait plus. En réalité, les destins communs ne pouvaient plus être examinés qu'à travers le prisme d'une intégration politique. Pour le Sénégal, le Niger est devenu le carrefour incontournable du Sahel'', a souligné S.E Abdou Khadir AGNE.
L'ambassadeur du Sénégal de préciser que les autorités sénégalaises examinent entre autres projets, la création d'un forum économique nigéro-sénégalais qui regroupera les principaux acteurs économiques des deux pays (chambres de commerce et patronats) afin d'augmenter le flux de leurs échanges commerciaux) qui il faut le regretter sont a un niveau inacceptable pour deux pays membres du même espace économique et ayant chacun des avantages comparatifs certains à faire valoir. Sur le plan culturel, l'ambassadeur du Sénégal au Niger a indique que l'idée d'une semaine culturelle du Sénégal au Niger est déjà en gestation. « Mon pays souhaite également renforcer sa coopération sécuritaire avec le Niger car, il faut bien le reconnaitre, le verrou sécuritaire de la sous-région se trouve dans ce pays, et j'ai coutume de dire que la première ceinture de sécurité du Sénégal n'est ni au Mali ni au Burkina Faso mais bel et bien au Niger. L'instabilité du Niger impacterait certainement sur celle de ses voisins immédiats mais elle aurait des échos négatifs au Sénégal » a déclaré SE Abdou Khadir AGNE. Même s'il est géographiquement éloigné du Niger, le Sénégal, estime l'ambassadeur AGNE, ne peut dans le contexte géostratégique qui prévaut au Sahel, s'enorgueillir de cet éloignement au point d'être invulnérable aux menaces qui fragilisent les fondements de nos Etats. Au plan judiciaire, les deux pays discutent à travers les experts des deux ministères de la Justice sur la migration irrégulière.
Hassane Daouda(onep)
6/09/18



prn-caticEn visite de travail à Pékin dans le cadre du Forum Chine-Afrique de coopération (FOCAC), le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a accordé, hier, une série d'audience à des personnalités.
C'est ainsi que le Chef de l'Etat s'est d'abord entretenu avec le Vice-président de l'Entreprise CATIC, M. Suzhi Wei. Peu après, le Président de la République a reçu la Directrice Générale de l'entreprise BOCCOM International Mme Wong Shiu.
Au titre de la 3e audience, le Chef de l'Etat SE Issouou Mahamadou a reçu l'Administrateur, Directeur Général de l'entreprise Startimes M. Gu Xun. A sa sortie d'audience, M. Gu Xun a déclaré avoir présenté au Chef de l'Etat les principales activités de son entreprise en Afrique. L'administrateur de Startimes a noté que cette présentation a été appréciée par le Chef de l'Etat. prn-DGA cet effet, il a indiqué avoir fait le compte rendu de ce que Startimes veut réaliser au Niger dans le cadre d'une contribution et d'un partenariat avec le gouvernement nigérien pour la
modernisation du secteur audio-visuel ainsi que la construction d'un nouveau système de communication informatique au Niger. « Startimes est engagée à travailler au Niger pour accompagner le gouvernement et le peuple nigérien à aller plus loin dans le secteur de l'audio-visuel» a-t-il assuré.
interLe Chef de l'Etat a enfin reçu le Président de la Banque Africaine de Développement (BAD) M. Akinwumi Adesina. A sa sortie de l'entrevue, le président de la BAD a déclaré qu'il était venu saluer le Chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou pour son engagement dans le cadre de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine. En effet, il a confié avoir également discuté avec le Chef de l'Etat du projet Kandadji concernant l'irrigation et l'électricité. « Le Président de la République a, au cours de cet entretien, mis un accent particulier entre autres sur les projets de construction des infrastructures routières sur lesquels il compte beaucoup» a déclaré M. Akinwumi Adesina. Il dit aussi avoir échangé avec le Chef de l'Etat sur la question relative à la construction d'un champ solaire dans la zone sahélienne d'une capacité de 10.000 mégawatts qui va traverser toutes les zones sahéliennes.prn-bad «Ce qui va contribuer à l'industrialisation des pays sahéliens et à la transformation des zones rurales, et réduire l'exode rural et la migration » a estimé M. Akinwumi Adesina.

Laouali Souleymane Envoyé Spécial(onep)

05/09/18



Discours«Excellences Mesdames et Messieurs,
Je voudrais, avant tout propos, exprimer mes sincères remerciements au Gouvernement chinois pour l'accueil très chaleureux qui m'a été réservé ainsi qu'à la délégation qui m'accompagne.
Je salue le Président Cyril Ramaphosa pour la qualité de son leadership et je voudrais, Monsieur le Président Xi Jinping, vous féliciter pour les succès sans cesse croissants qu'enregistre votre pays sur les plans politique, économique et social.La Chine est aujourd'hui la première puissance commerciale mondiale et la deuxième puissance économique. Les résultats obtenus, grâce aux réformes politiques et économiques, sont évidents. Deng Xiaoping avait raison de dire : « si elle peut augmenter la production, l'agriculture privée est tolérable ; peu importe que le chat soit noir ou blanc, pourvu qu'il attrape les souris ». Ainsi, la priorité absolue a été donnée, non pas à la lutte des classes, mais à la croissance économique en vue d'éradiquer la pauvreté. Avec vous M. le Président XI Jinping, «le socialisme à la chinoise de la nouvelle ère» permet de partager le bonheur chinois au reste de l'humanité, appliquant ainsi le dicton chinois qui stipule que «le bonheur n'est réel que lorsqu'il est partagé».
Excellences Mesdames et Messieurs,
La pertinence du thème du présent forum « Construire ensemble une communauté de destin sino-africaine encore plus solide» est évidente et l'initiative du Gouvernement de la République Populaire de Chine, de l'inscrire dans le cadre du projet « une ceinture, une route» l'est encore d'avantage. La Chine est le premier partenaire commercial de l'Afrique depuis 2009. Le montant des échanges, qui était de 170 milliards de dollars US en 2017, atteindra 400 milliards de dollars en 2020. Créé en 2000, le forum de coopération Chine-Afrique traduit notre souci commun de promouvoir un partenariat gagnant-gagnant. Les réalisations effectuées en Afrique dans le cadre de ce partenariat ont indéniablement contribué à l'amélioration des conditions de vie des populations africaines en créant progressivement les bases d'une croissance forte et inclusive. Ainsi, depuis la rencontre de Johannesburg, des avancées ont été enregistrées dans les secteurs des infrastructures, des ressources humaines et de l'industrie, à travers la mise en œuvre des dix programmes proposés par le Président Xi Jinping.
Le Niger souhaite une intensification de la coopération en matière d'industrialisation. L'Afrique doit en effet cesser d'être un simple réservoir de matières premières. C'est là une condition essentielle pour éradiquer la pauvreté, offrir des emplois à sa jeunesse et mettre fin au drame actuel de la migration clandestine. Les huit (8) initiatives évoquées hier par le Président Xi Jinping dans son discours d'ouverture du forum répondent à ces préoccupations : il s'agit de renforcer la coopération en matière de capacités de production industrielle, d'infrastructures, du commerce et de l'investissement, de l'environnement, des ressources humaines, de la santé, de la culture, de la paix et de la sécurité.
Ces huit initiatives sont conformes aux principes et objectifs majeurs de la politique de la Chine en Afrique : entretenir une amitié sincère et traiter d'égal à égal, assurer les avantages réciproques en vue d'un développement partagé, se prêter mutuellement soutien et agir en étroite coordination, apprendre mutuellement et explorer en commun les voies du développement. Par ailleurs, le Niger se félicite de l'annonce faite par le Président Xi Jinping de consacrer, pendant les 3 prochaines années, soixante (60) milliards de dollars US pour le financement de ces huit initiatives.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
La grande vision mobilisatrice que porte l'Afrique et autour de laquelle toutes nos énergies demeurent mobilisées, c'est l'Agenda 2063. Un pas décisif dans la mise en œuvre de cet agenda vient d'être franchi avec la ZLECAf, mais pour que le succès soit pérenne, il faut garantir la stabilité, la paix et la sécurité. A cet égard, l'engagement de la Chine aux côtés de l'Union Africaine pour la mise en œuvre de l'initiative du partenariat de coopération Chine-Afrique pour la paix et la sécurité, qui vient s'ajouter aux cadres bilatéraux de coopération, est à saluer. Nous sommes tous conscients que sans sécurité, il n'y a ni commerce, ni développement. C'est le lieu ici d'attirer l'attention du présent forum sur le sujet crucial de la lutte contre le terrorisme, une menace mondiale qui nécessite une riposte mondiale. Au Sahel comme dans le Bassin du Lac Tchad, nous nous battons contre cette menace. Dans le bassin du lac Tchad, la force mixte multinationale mise en place par le Cameroun, le Niger, le Nigéria et le Tchad mène une lutte implacable contre Boko Haram.
Dans le Sahel, les pays du G5-Sahel (le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad) ont mis en place une force conjointe qui a besoin d'un mandat sous le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies et de source de financement pérenne. Nous souhaitons que la Chine, membre permanent du Conseil de Sécurité, soutienne la requête introduite auprès du Conseil de Sécurité dans ce sens. Par ailleurs, le G5-Sahel, conscient que le développement est à terme l'outil par excellence de lutte contre le terrorisme, a conçu un Plan d'Investissement Prioritaire qui fera l'objet d'une réunion de coordination des partenaires en décembre prochain à Nouakchott en Mauritanie. Au nom du G5-Sahel, j'invite notre partenaire, la Chine, à participer à cette importante rencontre.
Excellences, Mesdames et Messieurs,
Sur le plan bilatéral, la Chine est le premier investisseur au Niger. Je salue les investisseurs chinois dans le domaine de l'énergie (lignes électriques, uranium, pétrole), dans les domaines des infrastructures routières et de télécommunications, dans le secteur de l'eau, etc. Un accroissement des investissements dans ces différents secteurs est attendu à l'avenir, ainsi que leur extension à de nouveaux secteurs comme le chemin de fer, les logements sociaux, l'agro-industrie, les matériaux de construction, etc. Par ailleurs, beaucoup de sociétés chinoises participent à la réalisation de projets structurants du programme de renaissance du Niger.
Aussi, réaffirmons-nous le grand intérêt du Niger et sa foi dans les relations si spéciales qui le lient à la Chine. Les engagements pris par nos deux pays lors de ma récente visite officielle confirment cette volonté empreinte d'une amitié solide. C'est pourquoi, nous ne doutons point du succès du présent Sommet Chine - Afrique au regard des perspectives nouvelles offertes par la montée en puissance de notre coopération. Je félicite enfin, mon frère le Président Macky Sall prochain Co-président de notre Forum.
Vive la coopération sino-africaine.
Je vous remercie de votre attention »

Onep

05/09/18



pan« Honorables Sénateurs et Députés ;
Distingués invités, Mesdames et Messieurs ;
Je voudrais, au nom de la Représentation nationale du Niger, dire à l'ensemble de nos hôtes la joie que nous avons à les accueillir à Niamey pour cette troisième conférence sur la migration qui se tient après celles de Rabat et de
Djibouti. Qu'il me soit également permis de remercier très chaleureusement l'Union Parlementaire Africaine, l'Union Interparlementaire et l'Organisation Internationale pour les Migrations pour l'honneur qu'ils font à notre pays et à son Parlement d'organiser à Niamey cette importante conférence.
Pour notre part, nous voulons croire qu'il ne s'agit pas d'un choix fortuit en raison de la brulante actualité au Niger de son thème principal. C'est pourquoi nous avons accédé à la demande de l'UPA avec fierté et empressement. En effet, pour notre pays où naguère les mouvements migratoires étaient saisonniers, la migration est devenue une problématique centrale parmi les questions nationales majeures.
Comme vous le savez, le Niger est récemment devenu un véritable carrefour de départ de jeunes africains vers des horizons jadis inhabituels comme l'Europe. D'aucuns ont même parlé de notre pays en termes de nœud migratoire, principalement en raison de sa position géographique. Pays charnière entre le Maghreb et l'Afrique noire, il est devenu, ces dix dernières années, une terre de transit en direction de l'Algérie et de la Libye, étapes ultimes vers l'Europe. Il s'agit pour lui d'un défi de type nouveau qu'il doit relever dans un contexte économique et sécuritaire découlant de facteurs exogènes qui lui imposent rigueur et vigilance.
Monsieur le Président, ce défi est d'autant plus grand que la migration a changé de nature : longtemps pratiquée comme mode de résilience entre deux saisons, elle devient progressivement un objectif de vie pour une jeunesse de plus en plus nombreuse qui ne recule devant aucun danger pour rejoindre ce pays de cocagne qui hante ses rêves. Dès lors, c'est une préoccupation de premier plan pour les pouvoirs publics qui doivent agir pour éviter que la jeunesse ne devienne la proie de réseaux maffieux de passeurs et autres trafiquants d'êtres humains.
Monsieur le Président, distingués participants, malheureusement, malgré toutes les précautions que prennent nos pays, les organisations maffieuses marquent des points et le trafic d'êtres humains continuent et se développent comme au cours de ces temps tragiques que tous les africains ne demandent qu'à oublier !Cette malheureuse situation rend toute sa pertinence au thème de cette troisième conférence, ''promouvoir une migration sûre, ordonnée et régulière : quel rôle pour le Parlement y compris dans la mise en œuvre du pacte mondial y relatif''. Il me semble que cela revient à définir les voies et moyens permettant d'éviter que la migration ne devienne un spectre qui effraie migrants et populations des pays de transit et d'accueil.
Monsieur le Président, nous le savons tous, au-delà de son aspect sociologique, la migration est un facteur économique majeur comme en témoigne les statistiques de l'Organisation Internationale pour les Migrations qui nous rappellent qu'en 2016, sur une population mondiale de 7 milliards d'habitants, il y avait un milliard de migrants. Il va sans dire que ces chiffres sont aujourd'hui dépassés en raison notamment de certains facteurs démographiques et des crises multiformes que connaissent les principales régions de départ de migrants avec notamment, la persistance du terrorisme, les conflits frontaliers, les mauvaises récoltes ...
En définitive, Monsieur le Président, la migration vue dans son aspect global est un phénomène humain des plus ordinaires ; elle a toujours existé et elle continuera à exister parce qu'elle est utile voire indispensable à l'économie, à la culture, à la régulation de la paix internationale. Pourvu que l'on en maîtrise tous les paramètres.

Il faudrait notamment que par l'intervention des pouvoirs publics, des acteurs non étatiques, l'on arrive à créer des conditions de sûreté qui en éviterait les dérives que les actualités nous rappellent bien trop souvent. Ces dérives sont si importantes que l'on vient à croire que migration est toujours synonyme d'opérations clandestines, de louches trafics, d'invasions de hordes barbares...
A mon sens, il faut combattre ces dérives en mutualisant les moyens de lutte à l'échelle de la communauté internationale. Par-dessus tout, il faut lutter contre cet aspect clandestin de la migration qui condamne à la mort dans le désert ou en mer de milliers de jeunes gens, en enrichissant des trafiquants sans foi ni loi.
Je pense qu'une des solutions consistera à renforcer la législation pénale pour criminaliser le trafic de migrants. Il me semble que c'est à ce premier niveau qu'intervient le Parlement, dans le cadre de la première de ses missions, la mission législative. Il faut en effet, plus que jamais, encadrer le fait migratoire afin que l'impact attendu sur les économies de départ et d'arrivée soit des plus significatifs.
En matière de contrôle de l'action du pouvoir exécutif, le parlement devra s'assurer que le Gouvernement dispose d'une politique migratoire efficace parce que reposant sur une règlementation des plus complètes et transparentes.
Dans le cadre de sa mission de représentation il reviendra au député d'entreprendre des actions de proximité auprès de la jeunesse afin de persuader les candidats à la migration clandestine qu'il s'agit d'un dangereux mirage.
Au niveau international, le Parlement, dans le cadre de la diplomatie parlementaire, devra encourager la mutualisation des efforts des pays concernés pour notamment organiser des contrôles vigilants au niveau des frontières les plus exposées comme celles des pays riverains du Sahara. Il me semble que nos pays devront également organiser une traque transnationale vigilante des réseaux de passeurs en surveillant particulièrement les ports d'embarquement et les lieux clandestins d'hébergement des candidats à la migration.
Bien évidemment, il sera nécessaire de mobiliser des ressources financières, à la hauteur de l'enjeu. Il faudra ainsi financer des projets et programmes de développement économique et social susceptibles de maintenir les jeunes dans leurs terroirs d'origine.
Au Niger, les autorités, en premier lieu le Président de la République, SEM Issoufou Mahamadou, sont en train de s'investir pleinement pour réunir ces différents moyens. Le Président de la République est ainsi en passe de devenir le champion de la lutte contre l'immigration clandestine. Récemment, il devait justifier sa motivation à travers les propos suivants : « La première raison est morale parce que le dirigeant africain que je suis, trouve insupportable que des milliers d'Africains viennent mourir dans le désert et en Méditerranée. Mais aussi le Niger est fortement engagé pour des raisons sécuritaires, parce que les passeurs qui amènent les migrants en Libye reviennent au Niger avec des armes, cela nous pose donc un problème de sécurité».
Monsieur le Président, distingués participants, tout le thème de votre débat se résume dans ces propos : il faut promouvoir une migration sûre ordonnée et régulière ; c'est un impératif d'avenir pour notre jeunesse, c'est un enjeu économique d'importance, c'est surtout une problématique transversale où diplomatie et coopération judiciaire s'entremêlent pour éliminer les trafics illicites en tous genres. Dans cette occurrence, le député et le Parlement se doivent d'être aux avant-postes et jouer de leurs prérogatives et de leur leadership pour agir en complément des efforts des gouvernements, au niveau national comme dans un cadre multilatéral.
Monsieur le Président, au-delà des députés et des Parlements, l'Afrique tout entière doit se mobiliser pour créer les conditions d'une migration utile, une migration humaine. Il est en effet, grand temps qu'il soit mis fin à ces spectacles dégradants où nos enfants, notre avenir, sont exposés devant les caméras du monde entier, errant de port en port méprisés et violentés ! Il est grand temps que cesse ce cauchemar de cadavres anonymes rejetés par la mer, au gré des vagues, sur des plages désolées des littoraux méditerranéens. Nous sommes tous interpellés, autorités comme citoyens.
A cet égard, je souhaite que tous les parlements africains ratifient le futur pacte mondial pour des migrations sûres, ordonnées et régulières que les Nations-Unies viennent de finaliser et qui sera très bientôt soumis à l'adoption de tous les pays.
Pour ma part, j'estime que ce pacte sera l'outil qui nous aidera à mieux organiser la gouvernance du phénomène migratoire à l'échelle mondiale, pour mieux accompagner la circulation des biens et des capitaux.
Monsieur le Président, je ne vais pas garder plus longtemps la parole de peur d'anticiper sur vos débats que je souhaite des plus francs, des plus riches et surtout des plus concrets afin que l'on se dise que la rencontre de Niamey a été une réussite. Avec ce souhait et en renouvelant à nos hôtes la plus cordiale des bienvenues à Niamey, je déclare ouverte la 3ème conférence africaine sur la migration.
Je vous remercie. »

Onep

05/09/18



photo-de-familleSéjournant en République Populaire de Chine, le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a pris part hier après midi au Grand Palais du Peuple à la cérémonie d'ouverture du Sommet de Beijing 2018 du Forum sur la Coopération Sino-Africaine (FOCAC). La cérémonie a été placée sous la co-présidence du Président de la République Populaire de Chine SE Xi Jinping et le Président Sud Africain Matamela Cyril Ramaphosa. A son arrivée au Grand Palais du Peuple, le Chef de l'Etat a été accueilli par son homologue chinois SE Xi Jinping.
Plus d'une cinquantaine de délégations pays venues du continent africain ; des organisations internationales comme l'ONU ; des institutions régionales et sous-régionales d'intégration (comme l'Union africaine, la CEDEAO, la CEMAC, SADC, etc.) prennent part à ce grand rendez-vous entre l'Empire du Milieu et le continent africain. La coopération au développement, les échanges commerciaux, les questions de sécurité, la dette et les investissements sont entre autres sujets au centre des échanges lors de ce FOCAC 2018.
prn-2Dans le discours qu'il a prononcé à l'ouverture du Sommet de Beijing 2018 sur la Coopération Sino-Africaine, le Président de la République Populaire de Chine s'est d'abord penché sur les principales articulations de la coopération entre la Chine et l'Afrique. Il a également mis un accent sur les réalisations de l'Initiative ''la Ceinture et la Route'' avant de proposer la création d'une communauté de destin plus étroite entre la Chine et l'Afrique. Le Président chinois a par la suite annoncé que son pays appliquera huit (8) initiatives importantes visant le développement partagé entre la Chine et l'Afrique.photo-de-famille-2 Le Président chinois a précisé que ces projets seront réalisés grâce à un soutien financier de son pays à hauteur de 60 milliards de dollars US. Il a également annoncé que la Chine annulera la dette de certains pays africains.
Pour sa part, le Président sud africain SE Matamela Cyril Ramaphosa a salué les relations excellentes de coopération sino-africaine et du FOCAC.

Laouali Souleymane, Envoyé Spécial(onep)

04/08/18

Politique

Fin du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et gouvernement de l'UA à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Chef de l'Etat…

Fin du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et gouvernement de l'UA à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier dans l'après-midi

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier après midi, en provenance d'Addis-Abeba en Ethiopie où il a pris part, le samedi 17 novembre dernier, aux travaux du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine. Peu avant de quitter la capitale éthiopienne, le Chef de l'Etat a procédé hier matin, en présence de son homologue de la République Fédérale et ...

11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Niger…

11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernement de l'Union Africaine à Addis-Abeba (Ethiopie) : Le Niger approuve les propositions des réformes de la Commission de l'UA

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a pris part, le samedi 17 novembre dernier, au 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernements des pays membres de l'Union Africaine. Ce sommet extraordinaire a porté sur la réforme institutionnelle visant à donner plus d'efficacité à l'action de l'organisation. Le Niger a approuvé les propositions faites par la Commission, notamment la structure et l...

Allocution du Président de la République, au 11ème sommet extraordinaire de l'UA

Allocution du Président de la République, au 11ème sommet extraordinaire de l'UA

«Toutes ces réformes doivent concourir à faire de notre organisation et de sa Commission, des structures dynamiques, performantes et orientées vers les résultats» déclare SE. Issoufou MahamadouAprès l'ouverture du 11ème sommet extraordinaire des Chefs d'Etat et de gouvernements, les travaux se sont poursuivis à huit-clos. Au cours, de cette réunion à huis clos, le Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou a prononcé une importa...

Conférence de presse du Président de la CENI : Me Souna Issaka, rassure les parties prenantes de la détermination de la …

Conférence de presse du Président de la CENI : Me Souna Issaka, rassure les parties prenantes de la détermination de la CENI à conduire un processus électoral transparent, crédible et honnête

Le président de la Commission Électorale Nationale Indépendante (CENI), Me Souna Issaka a animé, le vendredi 16 novembre dernier, une conférence de presse à Niamey. Lors de ces échanges avec les journalistes aussi bien de la presse nationale, qu'internationale, le président de la CENI est revenu sur le démarrage et la mise en œuvre du processus électoral, l'élaboration du fichier électoral biométrique, et sur le recrutement de l'opérate...

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Au Conseil des ministres : Examen et adoption de plusieurs projets de textes

Le Conseil des ministres s'est réuni, hier jeudi 15 novembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de...

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se po…

Ouverture de la 2ème session ordinaire du Parlement de la CEDEAO : S.E Ousseini Tinni met en exergue les défis qui se posent à l'institution

Le président de l'Assemblée nationale, S.E Ousseini Tinni, a participé, hier au siège du Parlement de la CEDEAO, à Abuja, à l'ouverture de la 2ème session ordinaire dite session budgétaire de cette institution parlementaire sous régionale. Dans l'allocution qu'il a prononcée à cette occasion, le Président de l'Assemblée nationale a mis en exergue les multiples initiatives enclenchées par le Parlement de la CEDEAO, ainsi les excellentes ...

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fi…

Fin de la mission du Président de la République en France et en Italie : Le Chef de l'Etat a regagné Niamey, hier, en fin d'après-midi

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier en début de soirée, en provenance d'Italie où il a pris part à la Conférence internationale sur la Libye qui s'est tenue le mardi 13 novembre dernier à Palerme. Avant l'Italie, le Chef de l'Etat était à Paris en France où, il a, aux côtés d'une soixantaine de Chefs d'Etat et de Gouvernement, assisté aux cérémonies commémoratives du centainaire de...

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conf…

Conférence Internationale sur la Libye, à Palerme (Italie) : Le Président Issoufou Mahamadou propose la tenue d'une conférence nationale de réconciliation en Libye

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a pris part hier mardi 13 novembre 2018, à Palerme en Italie, à la Conférence Internationale sur la Libye. Au cours de cette rencontre, le Chef de l'Etat a notamment proposé la tenue d'une "conférence nationale de réconciliation sur un ordre du jour minutieusement préparé." Dans un discours devant les participants à cette rencontre, le Président Issoufou Mahamadou a ...

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du…

Discours du Président de la République à la Conférence internationale de Palerme (Italie) sur la Libye : «Les peuples du Sahel, en particulier ceux des pays du G5 Sahel, veulent la fin du chaos libyen», déclare SEM. Issoufou Mahamadou

« Mesdames et Messieurs,Je voudrais saisir cette occasion pour remercier, au nom de la délégation qui m'accompagne et au mien propre, Son Excellence le Premier Ministre Giuseppe Conte, le Gouvernement et le peuple Italiens pour l'accueil chaleureux qui nous a été réservé et pour toutes les dispositions prises pour rendre notre séjour agréable dans cette ville de Palerme. Permettez-moi également de le féliciter pour avoir pris l'initiati...

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationa…

Le Chef de l'Etat au 1er Forum de Paris pour la Paix : Le Président Issoufou plaide pour plus de solidarité internationale dans le financement de la force conjointe du G5 Sahel

Quelque 70 Chefs d'Etat et de Gouvernement, dont le Président Issoufou Mahamadou ainsi que les dirigeants des Organisations Internationales ont participé le dimanche 11 novembre 2018, au premier Forum de la Paix à la Grande Halle de La Villette (XIXe arrondissement de Paris). Ce forum, organisé à l'initiative de la France, à l'occasion de la commémoration du centenaire de l'Armistice de la Première Guerre Mondiale, a été axé sur la paix...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Grosse arnaque à Niamey

Grosse arnaque à Niamey

Des centaines de millions envolées dans la nature dans le ciel gris de Niamey, plusieurs c...

vendredi 16 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.