Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou

Communiqué du Secrétariat général du Gouvernement

Publié dans Politique


signatureLe Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, a signé hier un décret portant clôture d'une Session extraordinaire de l'Assemblée Nationale. Aux termes de ce décret, la Session Extraordinaire de l'Assemblée Nationale ouverte le lundi 25 juin 2018 est close le lundi 9 juillet 2018.

Onep
10/07/18


panOuverte le 25 juin dernier, la première session extraordinaire de l'Assemblée nationale au titre de l'année 2018, a pris fin hier. La cérémonie de clôture présidée par SE. Ousseini Tinni, s'est déroulée à l'hémicycle Place de la Concertation en présence du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed assurant l'intérim du Premier ministre, des présidents des institutions de la République, des membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique, des représentants des organisations internationales accrédités au Niger et de plusieurs invités. Dans le discours qu'il a prononcé à cette séance plénière, le président de l'Assemblée nationale s'est félicité du sens de responsabilité et de la qualité du travail abattu par les parlementaires durant ces deux semaines de session. Les travaux sur le débat d'orientation budgétaire ont permis aux députés d'avoir un aperçu d'ensemble sur l'économie nigérienne, en ses potentialités comme en ses défis.
Discours de SEM Ousseini Tinni à l'occasion de la clôture de la 1ère Session Extraordinaire de l'Assemblée Nationale au titre de l'année 2018
Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Honorables collègues Députés,
Mesdames et Messieurs,
Nous arrivons à la fin de cette première session extraordinaire alors que notre pays porte le deuil de certains de ses enfants. En effet, tout récemment encore, certains de nos vaillants soldats sont tombés sur les rives du Lac Tchad, morts pour la patrie, morts pour notre liberté, morts pour que continue à vivre le Niger !
Pour tous ces soldats, lâchement arrachés à l'affection de leurs familles depuis le début de cette guerre absurde, je vous demande, à tous, de vous lever pour observer un moment de recueillement... (Je vous remercie).
Chers collègues, après ce douloureux devoir de mémoire, je voudrais très sincèrement vous féliciter et vous remercier cordialement pour le travail que nous avons abattu en si peu de temps. Il faut le dire, pendant ces deux semaines, nous avons été fort assidus. En effet, outre les deux principaux points de notre ordre du jour dont je parlais à l'ouverture de cette session, nous avons dû examiner des projets de loi aussi volumineux que les deux textes se rapportant à la communication électronique. Cependant, nous avons fait œuvre utile, car il s'agissait de permettre à notre pays de tenir ses engagements communautaires, particulièrement dans le cadre de la création d'un marché commun des Technologies de l'Information et de la Communication dans l'espace CEDEAO, et surtout de l'aider à entrer de plain-pied dans l'ère du numérique.
D'autres textes non moins importants ont également retenu notre attention: c'est notamment la loi minière et le réajustement de la dernière révision constitutionnelle.
Mais comme vous le savez, nous nous sommes plus amplement focalisés sur le Débat d'Orientation Budgétaire et la rectification de la loi de finances en cours.assemblee
Pour ce qui est du Débat d'Orientation Budgétaire, je peux, sans verser dans l'autosatisfaction, dire que cette année, notre travail fut de grande qualité ! En commissions comme en plénière, les députés ont minutieusement examiné le document principal mis à leur disposition. Cela leur a été d'une grande utilité car, d'une clarté accessible à tous, ce document leur a permis d'avoir un aperçu d'ensemble sur l'économie nigérienne, en ses potentialités comme en ses défis.
Pour ce qui est des potentialités, elles sont fort nombreuses : c'est le sous-sol d'une richesse abondante et diversifiée; ce sont des terres agricoles fertiles comme les plaines de l'Hirazer ; c'est l'innombrable cheptel composé des espèces des plus diverses; c'est une jeunesse fougueuse prête à s'investir dans les grands chantiers de la construction nationale!
Mais, le document nous fait également comprendre que face à ces potentialités, les défis qu'il faut relever, pour que ces atouts ne restent pas virtuels, restent immenses ! Il s'agit notamment de la lutte contre le changement climatique, de la maîtrise de la croissance démographique, de la restructuration du système éducatif, de la modernisation de notre agriculture et de la promotion d'une culture citoyenne.
Chers collègues, notre débat aura été riche, car il a soulevé toutes ces questions, il nous aura surtout servi de miroir où était apparu notre pays dans toute sa réalité. Ce pays est grand, il est volontaire, il est courageux ! Mais comme cela est apparu dans nos débats, tel un bateau sous la tempête, il est obligé de toujours rester sur le qui-vive pour maintenir son point d'équilibre. Cela est d'autant plus évident qu'aux défis que nous venons d'évoquer, il faut ajouter la contrainte majeure que constitue le terrorisme qui détourne nos modestes ressources des destinations prioritaires pour le développement.
Cependant, rendons grâce au Tout Puissant, notre bateau est toujours à flot et, plaise à Dieu, il le restera car, le Président de la République et le Gouvernement y veillent sans relâche !
Distingués invités, Mesdames et Messieurs, point n'est besoin d'être laudatif pour reconnaître le grand mérite du Président ISSOUFOU MAHAMADOU de maintenir notre pays dans une stabilité économique et financière, dans un contexte marqué par les risques inhérents à l'environnement international et aux caprices de la nature qui sont aussi importants les uns que les autres. Qu'il s'agisse des crises financières, de la chute des cours des produits primaires, qu'il s'agisse de l'hydre terroriste, ou des aléas climatiques, l'on peut aisément penser que notre survie tient du miracle !
Mais, point de miracle, plutôt de la détermination, plutôt du sang froid et de la responsabilité pleinement assumée !
Chers collègues, est-ce être laudatif que de reconnaitre le mérite lorsqu'il saute aux yeux ? Est-ce être laudatif que de rendre grâce à ceux qui nous évitent de sombrer dans un contexte aussi périlleux que celui des pays du Sahel aujourd'hui ? Est-ce être laudatif que de dire que notre pays, naguère confondu avec un de ses voisins, est aujourd'hui cité en exemple grâce à une diplomatie aussi audacieuse qu'efficace ?
Vous êtes les mieux placés pour savoir que notre institution, tout en félicitant les uns et les autres quand cela s'impose, ne manque aucune occasion de contrôler l'action du Gouvernement chaque fois que nécessaire.
Chers collègues, lorsque cela s'impose, vous savez exiger que des correctifs soient portés à telles ou telles orientations données aux affaires de notre pays ; ce fut le cas avec la commission d'enquête parlementaire sur l'Université de Niamey, c'est toujours le cas à l'occasion des missions de terrain qu'entreprennent les commissions générales permanentes. Donc, lorsqu'il faut reconnaitre et saluer les actions positives, faites-le en toute liberté et sans ambages !
Pour me répéter, laissez-moi dire que le Débat d'Orientation, outre les questions purement économiques et financières, nous a rendu le grand service de mieux comprendre les perspectives heureuses de notre pays et tous les défis auxquels il fait face! Mon souhait le plus ardent, est que tous les acteurs publics soient au même niveau d'information que les députés, afin qu'un sursaut collectif nous permette de franchir, sans danger, tous les écueils qui jalonnent notre chemin.
Distingués invités, chers collègues, s'agissant de la rectification de la loi de finances 2018, comme je le disais à l'entame de nos assises, il faut se féliciter qu'une fraction importante des ressources additionnelles escomptées serve à réduire significativement la dette intérieure. Ce sera ainsi plus de vingt-deux milliards qui seront injectés dans le secteur privé national. Nul doute qu'il faut en escompter un effet d'entrainement certain sur l'ensemble de l'économie nationale.
A propos de la dette, il convient de rappeler que, plus que son volume, c'est de sa qualité et de l'emploi qui en est fait qu'il faut se préoccuper ! En effet, emprunter et investir pour produire des richesses, voilà ce qui est utile pour le pays. Par contre, toute dette qui ne génère pas les conditions de son remboursement est, à terme, dangereuse. Fort heureusement, au Niger, tous les différents indicateurs financiers rassurent quant à la pertinence de notre endettement. Si nos concitoyens sont assez régulièrement informés des ratifications des accords de prêt par l'Assemblée Nationale, tout autant, ils constatent sur le terrain les immenses travaux que l'Etat engage.
Distingués invités, pour finir, je voudrais souhaiter que la campagne agricole qui démarre aboutisse à d'excellents résultats qui nous permettent de conforter nos prévisions économiques. Je voudrais également souhaiter que les citoyens, comme les pouvoirs publics, anticipent sur la forte probabilité d'inondation dans certaines régions de notre pays! Avec ces souhaits et en remerciant le personnel de l'Assemblée Nationale et la presse pour leur appréciable contribution à la réussite de nos travaux, je déclare close la première session extraordinaire de l'Assemblée Nationale au titre de l'année 2018.

Vive la République,
Vive le Niger,

Onep
10/07/18


conseilLe Conseil des Ministres s'est réuni le vendredi 06 juillet 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur ISSOUFOU MAHAMADOU, Président de la République, Président du Conseil des Ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :
I. AU TITRE DU MINISTERE DU PETROLE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

1.1. Projet de décret portant approbation de la renonciation à l'Autorisation Exclusive d'Exploitation pour hydrocarbures des gisements de Gouméri, Sokor et Agadi.

1.2. Projet de décret portant approbation de la renonciation à l'Autorisation Exclusive d'Exploitation pour hydrocarbures dénommée AEE Phase II Agadem.
La mise en développement conjointe des gisements compris dans l'Autorisation Exclusive d'Exploitation « AEE n°1 » (Gouméri, Sokor et Agadi ), l'AEE n° II et dans la demande de l'AEE n° III au sein d'une seule AEE, dénommée « la Grande AEE » a nécessité la modification de certaines stipulations du Contrat de Partage de Production.
Ce fut l'objet du décret n° 2018-403/PRN/MPe du 13 juin 2018, portant approbation de l'avenant n°4 au Contrat de Partage de Production relatif au Bloc Agadem signé le 02 juin 2008 et du décret n° 2018-404/PRN/MPe du 13 juin 2018 portant attribution de l'Autorisation Exclusive d'Exploitation dénommée « Grande AEE » au Contractant du CPP Agadem signée le 02 juin 2008, dont l'entrée en vigueur est conditionnée à la renonciation aux AEE n° I et n° II.
Ces deux projets de décrets ont pour objet d'approuver cette renonciation.

II. AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret relatif au récépissé d'entrepôt et au Warrant.
Le financement par warrantage est une pratique qui se fait à travers une avance de fonds consentie par une banque sur la base d'un stock de marchandises placées en garantie dans un magasin de stockage, le remboursement du crédit étant conditionné par la vente de ces marchandises.
Cette pratique a connu un succès remarquable au Niger. Cependant, il a été relevé quelques facteurs limitatifs à sa pérennité, en particulier la dégradation de la majorité des magasins par manque de moyens d'entretien et l'absence d'un cadre juridique approprié et favorable au développement de cette activité d'entreposage et du financement agricole.
Le présent projet de décret vient combler ce vide juridique et permettre d'une part de corriger les insuffisances relevées, notamment le risque de contrepartie auquel les banques et les systèmes financiers décentralisés sont exposés et d'apporter des améliorations à la pratique actuelle du warrantage au Niger d'autre part.

III. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L'INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L'EXTERIEUR.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

3.1. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de l'Accord de financement composé d'un Don d'un montant équivalent à quatre millions cinq cent mille Droits de Tirage Spéciaux (4 500 000 DTS) et d'un Crédit d'un montant de quinze millions neuf cent mille Euros (15 900 000 €), signé le 4 mai 2018 à Niamey entre la République du Niger et l'Association Internationale de Développement (AID), pour le financement du projet d'appui régional à l'initiative pour l'irrigation au Sahel.
L'Accord de financement objet du présent projet d'ordonnance a pour objectif d'améliorer la capacité des parties bénéficiaires à développer et gérer l'irrigation et à accroître les superficies irriguées suivant une approche régionale basée sur les solutions d'investissement, dans les pays participants du sahel conformément à une déclaration adoptée le 31 octobre 2013, dans le cadre du CILSS.
Le projet financé par l'Accord, sera mis en œuvre à travers trois composantes à savoir : la modernisation du cadre institutionnel, le financement des solutions d'investissement dans l'irrigation et enfin la gestion des connaissances et la coordination du projet.

3.2. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de l'Accord de prêt n° 2016047/PR GN 2018 10 00 d'un montant de quinze milliards (15 000 000 000) de francs CFA, signé le 08 mai 2018 à Niamey entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du Projet de réhabilitation de la route Bella II-Gaya-Frontière du Bénin (Phase consolidation) et d'aménagement des tronçons Bella II-Sabon Gari et Gaya-frontière du Nigéria.
L'objet du présent Accord est le financement du projet de renforcement de la structure et des ouvrages d'art et d'assainissement de la route Bella II-Gaya-Frontière du Bénin et Gaya-Kamba-Frontière du Nigéria, sur des longueurs respectives de 20 et 16,5 km.
L'objectif global de ce projet est le désenclavement des départements de Dosso et de Gaya, afin de faciliter les échanges économiques et sociaux au niveau national et sous régional.

3.3. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de l'Accord de prêt n° 2016090/PR NG 2018 11 00 d'un montant de douze milliards de francs CFA (12 000 000 000 FCFA), signé le 08 mai 2018 à Niamey (Niger) entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du projet d'électrification rurale par micro centrales hybrides de quarante-sept (47) localités des régions d'Agadez, de Diffa, de Dosso, de Maradi, de Tahoua, de Tillabéry et de Zinder.
Le présent Accord a pour objectif de contribuer à accroître le taux d'accès national à l'électricité en améliorant l'accès à l'électricité des ménages, à travers la promotion des énergies renouvelables.
Il permettra d'améliorer les conditions socio-économiques des populations des quarante-sept (47) localités concernées par le projet et participera à la création d'emplois.

3.4. Projet d'ordonnance autorisant la ratification de l'Accord de prêt n° 2017008/PR NG 2018 12 00 d'un montant de dix milliards (10 000 000 000 FCFA) de francs CFA, signé le 08 mai 2018 à Niamey entre la République du Niger et la Banque Ouest Africaine de Développement (BOAD), pour le financement partiel du projet de renforcement de la Résilience de l'agriculture face au changement climatique à travers des techniques modernes d'irrigation.
Le présent Accord de prêt a pour objectif de contribuer à assurer durablement la sécurité alimentaire.
Il vise notamment à réduire les pertes d'eau d'au moins 80% et la charge d'exploitation liée à la facture énergétique d'au moins 40% dans les périmètres irrigués bénéficiaires et à assurer la durabilité des aménagements et la valorisation de la production à travers le renforcement des capacités et l'organisation des producteurs dans la zone d'influence du projet.
Ces quatre (04) projets d'ordonnances ont été pris dans le cadre de la loi n° 2018-41 du 05 juin 2018, habilitant le Gouvernement à prendre des ordonnances pendant l'intersession parlementaire et ce, après avis de la Cour Constitutionnelle.

IV. AU TITRE DU MINISTERE DE LA COMMUNICATION.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant création d'un Etablissement Public à caractère Administratif, dénommé « Agence Nigérienne de Diffusion » (AND).
L'Agence Nigérienne de Diffusion est un organisme issu de la restructuration de l'Office de Radiodiffusion Télévision du Niger dans le cadre de la migration vers la radiodiffusion numérique.
Cette structure expérimentale a pour missions d'assurer le multiplexage, le transport et la diffusion des programmes des services de communication audiovisuelle sur tout le territoire national.
Le présent projet de décret vise à satisfaire les prescriptions des textes nationaux et communautaires et à formaliser le choix du Gouvernement dans la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de Migration vers la Télévision Numérique Terrestre (TNT).

V. AU TITRE DU MINISTERE DE L'EQUIPEMENT.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant approbation des statuts du Fonds d'Entretien Routier « FER ».
Le présent projet de décret est pris en application des dispositions de l'article 11 de la loi n° 2017-37 du 22 mai 2017, portant création d'un établissement public de financement dénommé « Fonds d'Entretien Routier » (FER) qui dispose que les statuts dudit établissement sont approuvés par décret pris en Conseil des Ministres.
Le FER, dénommé jadis Caisse Autonome de Financement et d'Entretien Routier (CAFER) a entre autres missions : le recouvrement des ressources affectées à l'entretien du réseau routier national et le paiement des prestations conformément au manuel de procédure et aux programmes adoptés par le Conseil des Routes.
Le Fonds d'Entretien Routier est un outil de promotion et de développement de l'entretien routier de deuxième génération dont les principes de base sont : l'autonomie de gestion, l'intervention directe du secteur privé dans son administration, la perception directe des redevances et le financement aussi bien de l'entretien routier courant que de l'entretien routier périodique.
L'approbation des statuts du FER permettra à cette structure de disposer du cadre réglementaire nécessaire à l'accomplissement de ses missions.

VI. AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENERGIE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de loi portant régime fiscal et douanier spécifique applicable à la Société Nigérienne de Charbon d'ANOU ARAREN (SONICHAR SA).

La Société Nigérienne de Charbon d'Anou Araren (SONICHAR S.A), créée le 28 avril 1975, avait pour mission de réaliser et d'exploiter un projet de production d'énergie électrique à partir d'une centrale thermique fonctionnant au charbon, afin d'alimenter principalement les sociétés minières.
Cette unité industrielle satisfait effectivement les besoins en énergie des sociétés minières installées dans la zone Nord du Niger et de la NIGELEC pour ses clients de cette zone et contribue ainsi à la réalisation de l'indépendance énergétique et à la promotion de l'économie nationale. Elle assure la prise en charge médicale des populations, contribue à la lutte contre la désertification par la promotion de l'usage du charbon minéral à des fins domestiques et à la résorption du chômage des jeunes dans la zone Nord.
C'est en cela que la SONICHAR est considérée comme une entreprise à caractère stratégique très affirmé qui bénéficie d'une Convention d'Etablissement signée le 1er septembre 1977, lui accordant un régime fiscal privilégié, qui arrive à terme en 2018.
Le présent projet de loi est pris afin d'octroyer un régime fiscal et douanier spécifique à la SONICHAR en assurant sa viabilité financière pour lui permettre de continuer ses missions, au regard de son rôle stratégique.
Ce projet de loi sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

VII. AU TITRE DU MINISTERE DE LA SANTE PUBLIQUE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

7.1. Projet de décret modifiant et complétant le décret n° 96-456/PRN/MSP du 28 novembre 1996, portant régime des prestations fournies par les hôpitaux nationaux.
La modification du décret n° 96-456/PRN/MSP du 28 novembre 1996, portant régime des prestations fournies par les hôpitaux nationaux a pour objet d'y insérer un article relatif à la prise en charge sanitaire de certaines personnalités.

7.2. Projet de décret modifiant et complétant l'annexe au décret n° 2017-050/PRN/MSP du 25 janvier 2017, portant approbation des statuts de l'Hôpital Général de Référence.
Le présent décret a pour objet de modifier l'alinéa 2 de l'article 14 de l'annexe au décret n° 2017-050/PRN/MSP du 25 janvier 2017, portant approbation des statuts de l'Hôpital Général de Référence.
Il est pris pour conformer les dispositions dudit alinéa à celles du décret n° 86-120/PCMS/MTEP/SEM du 11 septembre 1986, portant approbation des statuts types des établissements publics à caractère administratif.

VIII. AU TITRE DU MINISTERE DU TOURISME ET DE L'ARTISANAT.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant prorogation des mandats des membres des Assemblées Générales Consulaires Nationales et Régionales de la Chambre des Métiers de l'Artisanat du Niger (CMANI).
Le mandat des membres des Assemblées Générales Consulaires Nationale et Régionales de la Chambre des Métiers de l'Artisanat du Niger (CMANI) arrive à son terme le 08 juillet 2018, sans qu'il ait été pris des dispositions pour le renouvellement des organes dans le délai réglementairement fixé.
L'objet du présent projet de décret est de proroger le mandat des membres des Assemblées Générales Consulaires Nationale et régionales de la CMANI pour trois (03) mois, en vue d'organiser des élections départementales, régionales et nationales, dans le souci de respecter la légalité et la bonne gouvernance dans cette institution.

IX. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INDUSTRIE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

9.1. Projet de décret accordant le bénéfice des avantages des dispositions spéciales du Code des Investissements à la société « FUTURA - SA », pour l'activité de construction et d'équipement de quarante quatre (44) villas de grand standing (Résidences Goggodou) à Niamey sur un terrain de 37 186 m2.
La société « FUTURA-SA » est une Société Anonyme au capital de cinquante millions (50.000.000) de francs CFA dont le siège social est fixé à Niamey.
Elle a sollicité l'agrément au bénéfice des dispositions spéciales du Code des Investissements pour la construction et l'équipement de quarante quatre (44) villas de grand standing (Résidences Goggodou) à Niamey sur un terrain de 37 186 m².
La société « FUTURA-SA » s'engage à investir quatre milliards trois cent quarante sept millions six cent dix mille (4.347.610.000) francs CFA hors taxes et hors fonds de roulement et à créer vingt-neuf (29) emplois permanents dans le cadre de ce projet.

9.2. Projet de décret accordant le bénéfice des avantages des dispositions spéciales du Code des Investissements à la société « Immobilière Horizon - SARLU », pour la construction et l'équipement d'un immeuble de haut standing de huit (8) niveaux à usage commercial, dénommé le « Kawar » à Niamey.
La société « Immobilière Horizon - SARLU » est une Société à Responsabilité Limitée Unipersonnelle au capital d'un million (1.000.000) de francs CFA dont le siège social est fixé à Niamey.
Elle a sollicité l'agrément au bénéfice des dispositions spéciales du Code des Investissements, pour la construction et l'équipement d'un immeuble de haut standing de huit (8) niveaux, à usage commercial dénommé le « Kawar » à Niamey.
La société « Immobilière Horizon - SARLU » s'engage à investir cinq milliards trois cent douze millions cinq cent vingt mille neuf cent soixante deux (5 312 520 962) francs CFA hors taxes et hors fonds de roulement et à créer vingt (20) emplois permanents.

X. MESURES NOMINATIVES.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.

• Monsieur Tanimou Daouda, est nommé président de la délégation spéciale de la Commune rurale de Gollé.
• Monsieur Boureima Souley, instituteur, Mle 6577/B, est nommé membre de la délégation spéciale de la Commune rurale de Gollé.
• Monsieur Hassane Marou, juriste, est nommé membre de la délégation spéciale de la Commune rurale de Gollé.

AU TITRE DU MINISTERE DES
FINANCES.

• Monsieur Mahaman Balarabé Ibrahim, ingénieur statisticien économiste, Mle 69912, est nommé directeur du parc automobile national et du garage administratif, au Ministère des Finances.

• Madame Oumarou Zali Idé, directeur administratif, Mle 55081/Z, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers à la Présidence de la République, au Secrétariat Général du Gouvernement et Structures rattachées.

• Madame Mahamane Haoua, directeur administratif, Mle 59683/M, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, au Ministère des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur.
• Monsieur Idi Maman, inspecteur principal du trésor, Mle 60001/F, est nommé contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, au Ministère de l'Hydraulique et de l'Assainissement et Structures rattachées.
• Madame Mahamane Yamba Sahia, inspectrice centrale du trésor, Mle 60058/Z, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, au Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, volet Agriculture et Services rattachés.
• Madame Djibo Zeinabou Elhadji Abouba, inspectrice principale du trésor, Mle 62976, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, au Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, volet Elevage et Services rattachés et actes du personnel dudit Ministère.
• Madame Moussa Zeinabou Seyni, inspectrice principale du trésor, Mle 66282, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, au Ministre de la Jeunesse et des Sports, au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, au Ministère de l'Entreprenariat des Jeunes et Structures rattachées.
• Madame Yaou Ouma Khaltouma, inspectrice centrale du trésor, Mle 72157/M, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, à l'Institut National de la Statistique (INS).
• Madame Ali Fatouma Harouna Hima, inspectrice principale du trésor, Mle 63045, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, à l'INRAN, l'IPDR et l'ONAHA.
• Madame Balla Aïchatou Maman Issaka, inspectrice centrale du trésor, Mle 115007/D, est nommée contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, de l'Agence du Barrage de Kandadji, du Haut Commissariat à l'Initiative 3N, de la HALCIA et de la Haute Autorité à la Consolidation de la Paix.
• Monsieur Yahaya Amadou, directeur administratif, Mle 58239/G, est nommé contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, de l'Hôpital de Lamordé.
• Monsieur Chaïbou Abou, directeur administratif, Mle 87215/S, est nommé contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, de l'Hôpital Général de Référence.
• Madame Gamatié Fourétou Saidou Yarou, directeur administratif, Mle 63606/N, est nommée contrôleur des marchés publics et des
engagements financiers, de LANSPEX, de l'ONPPC et de la SONIPHAR.
• Monsieur Boubacar Elh. Dioffo, inspecteur principal du trésor, Mle 44145/Y, est nommé contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, de la Caisse Autonome de Retraite du Niger (CARENI).
• Monsieur Haya Ousseini, inspecteur principal du trésor, Mle 66286/P, est nommé contrôleur des marchés publics et des engagements financiers, au Programme d'Appui pour une Education de Qualité (PAEQ).

AU TITRE DU MINISTERE DE LA PROMOTION DE LA FEMME ET DE LA PROTECTION DE L'ENFANT.

• Madame Tikhamarine Mahaman Sala Djamila, inspectrice adjointe de la promotion humaine, Mle 65067/U, est nommée conseillère technique de la Ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant.
• Madame Issoufou Adama Kaou, professeur de l'enseignement secondaire, Mle 67317/N, est nommée inspectrice des services, au Ministère de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant.

AU TITRE DU MINISTERE DES ENSEIGNEMENTS SECONDAIRES.

• Madame Samba née Babaro Halimatou, conseillère en gestion des ressources humaines, Mle 58152/Z, est nommée directrice de la promotion de la scolarisation des filles, au Ministère des Enseignements Secondaires.
• Monsieur Mahaman Malam Lawali, inspecteur principal des impôts, Mle 85156/E, est nommé directeur des marchés publics et des délégations de service public, au Ministère des Enseignements Secondaires.

XI. COMMUNICATIONS.
Le Conseil des Ministres a entendu plusieurs communications :

• une (1) communication du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République relative au Contrat pour la réalisation des travaux de construction du barrage de Kandadji (Lot 1-génie civil, équipements hydromécaniques et installation électrique générale du barrage).

Cette communication est faite à titre d'information en application de l'Arrêté n° 00139/CAB/PM/ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics, qui stipule en son article 11 que « tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxes sur la valeur ajoutée, doit faire l'objet d'une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».

• une (1) communication du Ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation sur l'organisation de la Session 2018 du baccalauréat qui aura lieu à partir du mercredi 11 juillet 2018.

La même communication annonce la tenue à Niamey du 07 au 18 juillet 2018, de la 40ème Session ordinaire des Comités Consultatifs Interafricains (CCI) du Conseil Africain et Malgache pour l'Enseignement Supérieur (CAMES).

• une (1) communication du Ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique sur les délibérations du Conseil des Ministres extraordinaire des pays membres de l'Ecole Supérieure Multinationale de Télécommunications de Dakar (Sénégal) - ESMT.

Au cours de ce Conseil des Ministres, notre compatriote Monsieur Moussa Saley Adamou a été élu au poste de Directeur Général de l'ESMT pour un mandat de quatre (4) ans et la présidence du Conseil des Ministres a été confiée au Niger pour la période 2018-2020.

• une (1) communication du Ministre du Développement Communautaire et de l'Aménagement du Territoire sur le bilan annuel des interventions des ONG/AD pour l'année 2017.

• une (1) communication de la Ministre Déléguée auprès du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, chargée de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur relative à la célébration de l'entrée en vigueur de l'Accord de la ZLECAf.

Lors de la 31ème Session ordinaire de la Conférence de l'Union Africaine tenue, à Nouakchott, du 1er au 02 juillet 2018, l'Accord portant sur la Zone de Libre-échange Continental Africaine a enregistré de nouvelles adhésions. Cinq (5) Etats à savoir l'Afrique du sud, le Burundi, le Lesotho, la Namibie et la Sierra Leone ont signé ledit Accord portant ainsi à quarante-neuf (49) le nombre des Etats signataires.

Plusieurs Etats-membres ont d'ores et déjà ratifié cet Accord.
Au vu de sa portée historique et du rôle central joué par Son Excellence Monsieur le Président de la République dans la conduite de ce processus, la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement a décidé de célébrer avec toute la solennité requise l'entrée en vigueur de cet Accord lors de la Session qui se tiendra à Niamey du 30 juin au 1er juillet 2019.
A cette occasion, tous les Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine seront invités à participer.
Hommage du Conseil des Ministres à Monsieur BOUKARI ADJI, ancien Premier Ministre, ancien Ministre des Finances et ancien Vice-gouverneur de la BCEAO, rappelé à Dieu le mercredi 04 juillet 2018.
Le Conseil des Ministres a rendu un hommage mérité pour les éminents services rendus à la Nation nigérienne par l'illustre disparu.
Les membres du Conseil des Ministres ont exprimé toute leur compassion en rappelant les qualités d'homme d'Etat compétent, plein de sagesse, d'humanisme et d'humilité de feu BOUKARI ADJI.
Ils adressent leurs condoléances les plus émues à sa famille éplorée et souhaitent que son âme repose en paix.
L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep

09/07/18



SE-Brigi-Rafini-avec-le-premier-ministre-turc-sortantLe Premier Ministre, Chef du gouvernement, SE Brigi Rafini, séjourne depuis le dimanche 8 juillet à Ankara, en Turquie. Dans la capitale turque, le Chef du gouvernement
assiste, aujourd'hui même 9 juillet, à la cérémonie d'investiture du président Erdog'an récemment reconduit dans ses fonctions de Président de la République de Turquie. En rappel, M. Recep Tayyip Erdogan a obtenu un peu plus 56% des voix face à son principal opposant, M. Muharren Ince.
Peu après son arrivée à l'aéroport international Atta Turc où il a été accueilli par le Vice-gouverneur d'Ankara et l'adjoint au maire de la ville d'Ankara, le Premier Ministre Brigi Rafini a été reçu en audience par son homologue turc Binali Yildimir. Au centre de l'entretien la coopération entre nos deux pays.

Traoré Daouda Amadou
CT/AP/PM

09/07/18


prn-1Dans la perspective de l'organisation de la 33ème conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine qui se tiendra à Niamey en juillet 2019, les autorités nigériennes multiplient les actions visant à transformer la capitale du Niger afin qu'elle puisse répondre aux exigences d'un rendez-vous continental. C'est dans ce contexte que le Président de la République, Chef de l'Etat, S.E Issoufou
Mahamadou a procédé hier 5 juillet 2018, sur le site de l'aéroport, à la pose de la première pierre des travaux de rénovation et de modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani de Niamey. En effet, la plateforme aéroportuaire constitue la première infrastructure à travers laquelle un voyageur aérien peut découvrir un pays. C'est dire que la réalisation d'un tel projet est un défi majeur pour le Niger. La cérémonie de lancement de ce projet gigantesque s'est déroulée en présence du Président de l'Assemblée Nationale, S.E Ousseini Tinni; du Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini ; du président Directeur Général (PDG) de la Société turque SUMMA, chargée des travaux, M. Salim Bora ; des représentants des organisations internationales ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires.
Les travaux de rénovation et de modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani de Niamey sont exécutés par SUMMA, sous la forme de contrat de Partenariat Public Privé (PPP), pour un coût global de 101 milliards de FCFA dans un délai d'un an. Cette dernière va, selon les clauses du contrat, construire un aéroport moderne à
Niamey qu'elle exploite au bout de trente (30) ans avant de le remettre en bon état de fonctionnement à l'Etat du Niger sans aucune contrepartie. Après avoir posé la première pierre des travaux de rénovation et de modernisation de l'aéroport de Niamey, le Président de la République, Chef de l'Etat S.E Issoufou Mahamadou a rappelé que Niamey va accueillir au mois de juillet 2019, le sommet de l'Union Africaine. '' Cela veut dire que Niamey sera la capitale de toute l'Afrique. Par conséquent, il faut que Niamey soit belle, propre en la dotant d'infrastructures à la hauteur de l'événement.
C'est dans cette perspective que nous avons décidé de rénover et de moderniser l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey. Mais, il n'y a pas que l'aéroport. Nous avions lancé il y a quelques semaines, les travaux de la voie express qui reliera l'Aéroport Diori Hamani au centre ville. Avec la même société, nous allons lancer demain 6 juillet 2018, les travaux de construction d'un hôtel présidentiel cinq (5) étoiles sis à l'ex direction générale des douanes'', a annoncé le Président Issoufou qui, d'ailleurs, s'est réjoui de cette cérémonie avant d'espérer que les travaux vont être réalisés dans le délai imparti. Ce qui est possible dans la mesure où la société choisie a eu à relever des défis de ce genre dans plusieurs pays africains.
Intervenant au cours de cette cérémonie, le ministre des Transports, M. Karidjo Mahamadou a décrit l'état dans lequel se trouve l'actuel aéroport international Diori Hamani de Niamey avant de justifier le contexte de sa rénovation. En effet, les infrastructures de l'aéroport international de Niamey et particulièrement celles de l'aérogare n'ont guère évolué depuis sa mise en exploitation le 18 février 1972. Par voie de conséquence, les installations aéroportuaires de Niamey se trouvent dans un état de dégradation avancé malgré les multiples efforts consentis pour les maintenir en état de fonctionnement. Les travailleurs et autres usagers des lieux, plus que quiconque s'en offusquaient : l'aéroport de la Capitale était tout simplement vétuste. D'où la nécessité d'agir pour permettre à notre pays de suivre la marche du monde surtout que la réhabilitation de l'aéroport de Niamey s'inscrit dans le programme de renaissance. C'est dire que c'est une promesse à laquelle le Président tenait tant pour répondre à un double objectif à savoir : l'enjeu économique et de souveraineté pour le pays et la tenue à Niamey du sommet de l'Union Africaine en 2019. En parlant de la société en charge d'exécuter les travaux de ce projet d'une telle envergure, le ministre Karidjo a précisé que le choix porté sur la société SUMMA se justifie par le fait qu'elle présente l'assurance réelle d'être actuellement active en Russie, en Tunisie, en Roumanie ; au Venezuela ; en Guinée Equatoriale ; au Congo ; au Sénégal ; au Rwanda et à Khartoum. En outre, les travaux programmés dans le cadre de ce projet sont entre autres : la construction et l'équipement d'une nouvelle aérogare passagers à deux niveaux (R+1) ; l'extension de l'aire de stationnement, avec au moins dix (10) nouveaux postes de stationnement gros porteurs et la construction de voies de circulation ; le prolongement de la piste de 800 m au plus tard le 31 mars 2021 ; la construction d'une voie de circulation parallèle à la piste pour relier les deux premières réalisées ; la rénovation des chaussées aéronautiques et le renforcement de l'aire de mouvement actuelle; la construction d'un nouveau terminal fret disposant également d'installations frigorifuges et d'une salle de palettisation ; la rénovation de l'actuel terminal passagers comprenant notamment le centre médical et le centre directeur des opérations d'urgence ; la construction et l'équipement d'un nouveau pavillon présidentiel doté d'un parking automobile ; une voie d'accès dédiée depuis la RN1 ; un accès direct au bloc technique par la route de service à réaliser ; une aire de stationnement d'au moins deux avions dont un avion gros porteur ; l'aménagement des salons des membres du gouvernement, des députés nationaux , du corps diplomatique. Une fois ce projet réalisé, '' il fera plus bon de visiter Niamey, et l'on aura tant et tant de regrets à quitter la Capitale Niamey et son bel aéroport international Diori Hamani '', a dit le ministre Karidjo sur un ton poétique.prn-2
Pour sa part, le président directeur général de la société SUMMA, M. Salim Bora présent pour la circonstance, a indiqué que le défi est certes de taille, mais il sera surmonté pour la simple et bonne raison que sa société a fait ses preuves ailleurs avec des délais de rigueur qui n'atteignaient pas celui de ce projet, objet de la présente cérémonie. L'importance d'un projet de ce genre, c'est qu'il permet à d'autres acteurs nationaux et internationaux de s'intégrer. C'est en ce sens que ce type de projet devient le symbole d'un partenariat global international. Bref, tous les acteurs qui ont la volonté de faire un centre de commerce vont se retrouver dans ce projet. M. Salim Bora a enfin rassuré le Président de la République quant à la réussite du projet.
Auparavant, le gouverneur de la région de Niamey, M. Issaka Hassane Karanta, a indiqué que la rénovation et la modernisation de l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey découlent des orientations stratégiques des autorités de la 7eme République. Le Président de la République, Chef de l'Etat, S.E Issoufou Mahamadou qui a décidé de faire de Niamey, la capitale, la vitrine de la croissance économique retrouvée du Niger et un pôle majeur de développement. Ce projet contribuera sans nul doute au renforcement des capacités et à l'amélioration de la qualité des services au profit des Nigériens. '' Je suis convaincu que le désenclavement d'un pays vaste et sans littoral ainsi que le rapprochement des populations nigériennes avec l'extérieur passe par le développement de la desserte aérienne et l'existence d'infrastructures aéroportuaires appropriées répondant aux normes techniques et esthétiques pour la satisfaction des voyageurs locaux et étrangers'', a relevé le gouverneur de la région de Niamey.
Outre la projection d'un film documentaire, il a été aussi présenté au Président de la République au cours de cette cérémonie, la maquette du projet avec une explication détaillée du fonctionnement du futur joyau. Le clou de la cérémonie a été incontestablement le dévoilement de la stèle qui immortalise la date de lancement des travaux et les acteurs majeurs ayant contribué à l'aboutissement du projet.
Hassane Daouda(onep)

06/07/18


assembleeLes travaux en séance plénière de la première session extraordinaire au titre de l'année 2018 se poursuivent à l'hémicycle. Au cours de la séance d'hier, les parlementaires ont successivement procédé à l'examen et au vote de trois projets de textes. Il s'agit du projet de loi portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP) ; le projet de loi modifiant la loi n°2006-26 du 09 août 2006 portant modification de l'ordonnance n°93-16 du 02 mars 1993, portant loi minière et le projet de loi modifiant les articles 91 et 114 de la Constitution. La séance plénière a été présidée par le 1er vice président de l'Assemblée nationale, M. Iro Sani en présence du ministre des Mines, M. Hassane Barazé Moussa, du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des relations avec les institutions, M. Barkaï Issouf.
Le premier projet, portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP) a été adopté par 141 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Ce projet de loi est introduit par le gouvernement dans le cadre d'une harmonisation communautaire des législations nationales au sein de la CEDEAO et de l'UEMOA relativement aux technologies de l'information et de la communication (TIC). Il s'agit notamment de six directives de l'UEMOA adoptées le 23 mars 2006 et six actes additionnels de la CEDEAO pris le 19 janvier 2007. Pour rappel, cette question a été traitée au Niger à travers l'ordonnance 99-45 du 26 octobre 1999 portant réglementation des télécommunications et tout récemment par la loi 2012-70 du 31 décembre 2012 portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Télécommunications et de la Poste (ART/P). C'est cette dernière loi qui doit être révisée pour son adaptation aux actes additionnels et aux directives communautaires de la CEDEAO et de l'UEMOA en vue de la création d'un marché commun des TIC.
Le projet de loi introduit des innovations portant sur le choix du concept «Communications électroniques» en lieu et place de «télécommunications ». Il y a également l'institution d'un code d'éthique ainsi que l'énumération de cas de fautes lourdes pouvant entraîner la révocation de certains membres de l'Autorité de Régulation ; la suppression des deux postes de directeurs sectoriels pour éviter des conflits de compétence avec le Directeur Général ; la prolongation de la durée du mandat des membres du Conseil National de Régulation de 2 à 3 ans etc.
Il faut noter que, l'ARCEP est une autorité administrative juridique distincte et fonctionnellement indépendante, de toute structure assurant la fourniture de réseau, d'équipements ou de services de communications électroniques et de la poste ainsi que de toute autre organisation intervenant dans les secteurs régulés.
Quant au second projet de loi modifiant la loi n°2006-26 du 09 août 2006 portant modification de l'ordonnance n°93-16 du 02 mars 1993, portant loi minière. C'est un texte de loi d'exonération sur les taxes des entreprises multinationales. Il a été adopté avec 111 voix pour, 22 contre et zéro (0) abstention. Ses textes modificatifs subséquents ont été adoptés pour exonérer de la Taxe sur la Valeur Ajoutée (TVA) à l'importation, les produits des sociétés d'exploitation minière ou de carrières qui sont destinés à l'exportation.
La modification apportée à l'article 93 de la loi minière ne concerne que les titulaires de permis d'exploitation. Lors de l'examen du projet de texte, les parlementaires ont constaté que les sociétés et entreprises d'exploitation qui, malgré la disponibilité de certains produits équivalents fabriqués et vendus localement à des conditions compétitives de prix, de qualité, de garantie et de délai de livraison, sont exclues du bénéfice des exonérations de droits de douanes. Les députés ont salué la préférence accordée aux matières premières du Niger qui permet leur écoulement, de réduire la pauvreté et de booster l'économie nationale. Ils ont jugé pertinentes les nouvelles dispositions introduites qui permettront, entre autres de réduire les tensions de trésorerie ; d'alléger les dettes de l'Etat en ce qui concerne les arriérés d'impôts à rembourser ; de rendre plus compétitifs nos produits sur le marché international.
Selon le ministre des Mines le projet de loi adopté par les députés ne fait que formaliser une pratique déjà connue dans la fiscalité en ce qui concerne le recouvrement de la TVA sur les produits importés et entrant dans le système d'exploitation des sociétés pour la fabrication de biens destinés à l'exportation.
Le troisième projet de loi modifiant les articles 91 et 114 de la Constitution à lui été voté par 164 voix pour, Zéro (0) contre et Zéro Abstention. Pour rappel cet article 91 de la Constitution consacre la tenue chaque année, de deux sessions ordinaires dont la première pour une durée de quatre-vingt-dix (90) jours et la deuxième pour soixante (60) jours, a déjà fait l'objet d'une modification à son alinéa 2 suite à une proposition de loi initiée par la Commission des Finances et du Budget au cours de la première session ordinaire au titre de l'année 2018.
Cette proposition de loi visait à porter la durée de la 2ème session ordinaire à quatre-vingt-dix (90) jours afin de permettre à la représentation nationale de disposer suffisamment de temps pour le traitement de la loi de finances et de la loi de règlement. C'est ainsi que, l'article 91 (nouveau) 2ème alinéa est reformulé comme suit : « La seconde session, dite session budgétaire, s'ouvre la dernière semaine du mois de septembre et ne peut excéder quatre-vingt-dix (90) jours ». Quant à l'Article 114 (nouveau) les 1er et 3ème alinéas modifiés sont reformulés ainsi qu'il suit ; Alinéa 1er : « l'Assemblée Nationale est saisie du projet de loi de finances au plus tard le 1er octobre ; le projet de loi de finances doit prévoir les recettes nécessaires à la couverture intégrale des dépenses ». Le 3ème alinéa reformulé stipule que : « Si l'Assemblée Nationale ne s'est pas prononcée à la fin de la session budgétaire, les dispositions du projet de loi de finances peuvent être mises en vigueur par ordonnance ».

Seini Seydou Zakaria(onep)

06/07/18


prn-1La 31ème session ordinaire de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de l'Union Africaine (UA) a examiné dimanche et lundi d'importantes questions qui sont au centre des préoccupations des peuples africains, s'est réjoui le Président de la République SEM Issoufou Mahamadou.

Répondant à la presse nationale et internationale lundi en fin d'après-midi, le Chef de l'Etat a, après avoir rappelé le thème du Sommet à savoir '' la lutte contre la corruption'', déclaré qu'il faut mener une lutte implacable contre la corruption si on veut créer le progrès au profit de l'ensemble des populations africaines. « Des conclusions ont été tirées et j'espère que les différents Etats membres vont faire un bon usage des mesures préconisées après les débats que nous avons eus sur le thème du sommet», a dit SEM Issoufou Mahamadou.
La conférence a également abordé la question de la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf). « Des progrès ont été enregistrés », a indiqué le Chef de l'Etat. 44 pays sur 55 avaient signé, en mars 2018 à Kigali, l'accord sur la ZLECAf. Et à l'occasion de ce sommet, cinq nouveaux pays ont signé l'Accord dimanche : l'Afrique du Sud, la Sierra Leone, la Namibie, le Lesotho et le Burundi. « Au-delà des signatures, l'important c'est surtout les ratifications qui sont en cours et je pense que très rapidement on va rassembler le minimum de ratifications (22) qui puissent permettre l'entrée en vigueur de l'Accord », a dit le Champion de l'Union Africaine pour la ZLECAf. A ce jour, six pays dont le Niger ont déposé leurs instruments de ratification.
Ce dossier évolue rapidement, les Chefs d'Etat ont pris la ferme détermination de faire avancer la ZLECAf, a ajouté le Chef de l'Etat. « C'est un grand pas pour l'Afrique, vers l'intégration du continent, le développement économique et social dans la mesure où la ZLECAf va unifier le marché africain qui est actuellement un marché fragmenté», a souligné le Président de la République. «Nous avons dépassé, depuis le 21 mars 2018, le point de non-retour en ce qui concerne ce grand rêve de l'Afrique. Ce qui nous reste à faire, c'est d'avancer vite et bien. Par conséquent, battons-nous avec confiance, n'ayons pas peur de prendre des risques si nécessaire et créons la dynamique qui nous permettra d'accroître le commerce intra-africain, de parvenir à l'industrialisation, de créer plus de perspectives d'emploi pour nos populations, notamment les jeunes, ainsi que d'instaurer la paix et la sécurité durables fondées sur la prospérité continentale», a affirmé SEM Mahamadou Issoufou, lors de la présentation de son rapport d'étape dimanche devant les chefs d'Etat de l'Union Africaine.discour
A noter que le Chef de l'Etat est accompagné dans ce déplacement de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou Mahamadou, du Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, M. Kalla Ankouraou, du Ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M. Marou Amadou, du Ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur Privé, M. Sadou Seydou, du Ministre de l'Environnement, de la Salubrité Urbaine et du Développement Durable, M. Almoustapha Garba, du Ministre de la Santé Publique Dr. Idi
Illiassou Mainassara et de la
Ministre Déléguée auprès du
Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, chargée de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur Mme Salamatou Bala Goga.
Abdourahmane Alilou AP/PRN

04/07/18


Le-prsident-Issoufou-entour-des-prsidents-Macron--gauche-et-Mohamed-Abdel-Aziz--droite-rpondant--la-presse-peu-aprs-la-cloture-du-sommetLe Sommet Extraordinaire du G5 Sahel, ouvert lundi 2 juillet 2018 en fin d'après-midi à Nouakchott, a pris fin le même jour dans la soirée en prenant notamment « des décisions très fortes » pour que, « assez rapidement, la Force conjointe soit totalement opérationnelle ». D'autres décisions dont le déploiement d'une offensive diplomatique ont également été prises « pour rendre plus opérationnelle » la mobilisation des ressources.
Cette rencontre, organisée en marge du 31ème Sommet de l'Union Africaine (UA), a regroupé autour du Président du G5 Sahel, SEM Issoufou Mahamadou, les quatre autres Chefs d'Etat du G5 Sahel et le Président français Emmanuel Macron.
Lors d'un point de presse à l'issue de ce sommet, le Président Issoufou Mahamadou, ayant à ses côtés les Présidents français et mauritanien SEM Mohamed Ould Abdel Aziz, a tenu à remercier, au nom de l'ensemble des dirigeants du G5 Sahel, SEM Emmanuel Macron qui a bien voulu accepter de participer à cette réunion. « Le Président Macron nous a toujours soutenu sur tous les plans, notamment dans la lutte contre le terrorisme dans l'espace du G5 Sahel et dans la mobilisation des ressources pour le développement de nos pays», s'est réjoui le Chef de l'Etat.
La rencontre, tenue au Collège de Défense du G5 Sahel (Ecole de guerre) a examiné essentiellement deux sujets à savoir l'opérationnalisation de la Force conjointe du G5 Sahel et le Programme d'Investissement Prioritaire. En ce qui concerne l'opérationnalisation de la Force conjointe, le sommet a pris « des décisions très fortes pour que, assez rapidement, la Force conjointe soit totalement opérationnelle», a indiqué le Président Issoufou Mahamadou. Cette force est déjà opérationnelle, mais la rencontre a pris des mesures pour que les bataillons qui manquent soient rapidement mis en place au niveau des Etats, a-t-il précisé, ajoutant que des décisions ont également été prises au niveau du Commandement. « Nous avons aussi pris la
décision de reconstruire très rapidement le Quartier Général de la Force Conjointe qui a été détruit récemment par les terroristes à Sévaré (Mali)», a annoncé SEM Issoufou Mahamadou.
Au sujet du concept d'opérations, l'Etat-major de la Force Conjointe va mener une réflexion afin que les interventions sur le terrain soient plus efficaces. La réunion s'est concentrée également sur la mobilisation des ressources et une offensive diplomatique sera déployée par le Secrétariat Permanent du G5 Sahel et les Etats membres pour mobiliser effectivement les ressources annoncées en février dernier à Bruxelles lors d'une réunion avec les partenaires, a-t-il dit. Des conventions vont être signées pour rendre plus opérationnelle cette mobilisation des ressources. « Nous avons convenu de poursuivre le plaidoyer en vue de mettre la Force du G5 Sahel sous le chapitre 7 de la Charte des Nations Unies, ce qui permettra de régler le problème de financement pérenne de la Force conjointe », a-t-il indiqué.
En ce qui concerne le Programme d'Investissement Prioritaire dans l'espace du G5 Sahel, le Sommet a décidé « d'intervenir très rapidement dans les zones fragiles, dans les zones frontalières ». Des projets ont déjà été identifiés par le Secrétariat Permanent qui, en rapport avec l'Alliance pour le Sahel, va s'atteler à leur réalisation dans les zones fragiles qui sont sous la menace des terroristes. Il s'agit de soutenir les populations de ces zones en mettant à leur disposition les infrastructures sociales de base : éducation, santé, accès à l'eau, etc., a expliqué le Président Issoufou Mahamadou. «Nous allons convoquer, le 6 décembre 2018 à Nouakchott, une réunion de coordination pour examiner les différents projets », a-t-il conclu.
Abdourahmane Alilou
AP/PRN

04/07/18



signatureLes Etats Unis d'Amérique célèbrent le 4 juillet prochain, le 242ème anniversaire de leur indépendance. A cette occasion, le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a adressé un message de félicitations à son homologue américain Donald Trump. Le message est ainsi libellé :
« Monsieur le Président,
Le 242ème anniversaire de l'indépendance des Etats Unis d'Amérique constitue pour le peuple nigérien et moi-même, une heureuse occasion d'adresser à Votre Excellence nos plus vives félicitations.
Le Niger se félicite de la qualité de la coopération existant entre nos deux pays, qui adresse si opportunément les priorités du gouvernement nigérien dans ses efforts pour la promotion de son développement économique et social. Les concertations entre les services compétents de nos deux pays ont indubitablement permis une meilleure préparation et, par conséquent une stratégie plus efficace de lutte contre le terrorisme et l'insécurité, qui restent des défis préoccupants pour la région du Sahel.
En vous réitérant ma volonté de travailler avec vous pour développer un partenariat encore plus conséquent dans tous les domaines d'intérêt commun, je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'assurance de ma très haute considération ».

Onep
04/07/18


panLes travaux en séance plénière de la première session extraordinaire au titre de l'année 2018 de l'Assemblée nationale se poursuivent à l'Hémicycle Place de la Concertation. Hier les parlementaires ont successivement voté, le projet de loi portant réglementation des communications électroniques et le projet de loi modifiant et complétant la loi n°2018-41 du 05 juin 2018 habilitant le gouvernement à prendre des ordonnances. Les travaux de la séance plénière ont été présidés par M. Iro Sani, premier Vice-président de l'Assemblée nationale, en présence du ministre des Postes, des télécommunications et de l'Economie Numérique, M. Sani Maïgochi et du commissaire du gouvernement, le ministre chargé des Relations avec les Institutions, M. Barkaï Issouf.

Le premier texte de loi examiné par les députés a été le du projet de loi portant réglementation des communications électroniques. A l'issue des débats, ce projet de loi a été adopté par 139 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Ce projet de loi vise selon le ministre Sani Maïgochi à réadapter le cadre juridique des Technologie de l'Information et de la Communication (TIC) aux mutations technologiques et économiques intervenues au cours de ces dernières années. Il vise également à prendre en compte la convergence technologique entre les télécommunications classiques, l'audiovisuel et l'informatique d'où le vocable de communications électroniques. « Il permettra à l'Etat du Niger de satisfaire à l'engagement de transposition en Droit national des textes communautaires sur les TIC qu'il a ratifiés, tant au niveau régional qu'au niveau international », a-t-il expliqué.
En effet, a-t-il ajouté, aux termes de l'article 19 de l'Acte Additionnel de la CEDEAO
A/SA 1/01/07, relatif à l'harmonisation des politiques et du cadre règlementaire du secteur des TIC, l'engagement des Etats consiste à prendre toutes les dispositions pour adapter leurs droits nationaux sectoriels audit Acte additionnel, deux (2) ans au plus tard après la date d'entrée en vigueur. « Le délai accordé aux Etats étant épuisé depuis février 2009, il est apparu nécessaire de reprendre cette loi sectorielle pour honorer cet engagement du Niger. « Le présent projet de loi apporte donc les adaptations et les corrections nécessaires pour permettre au Niger de se conformer aux Actes Additionnels de la CEDEAO et aux Directives de l'UEMOA sur les TIC. C'est pourquoi, ce projet de textes vise aussi à apporter des réponses à certaines insuffisances constatées lors de l'application des textes », a-t-il souligné.
Le ministre en charge des Télécoms a par ailleurs indiqué que tous les acteurs ont été impliqués dans le processus d'élaboration du présent projet de loi. « C'est un travail inclusif depuis le début avec la création d'un Comité Ad hoc par le Ministre chargé du secteur en 2016. Ce comité composé de tous les acteurs concernés (MP/T/EN, SGG, Cabinet du Premier Ministre, ARTP, Opérateurs Télécoms, etc.) a élaboré la première mouture des textes et a officiellement remis son rapport » a rappelé le ministre Sani Maigochi. Par la suite un comité technique chargé de la relecture du cadre juridique et institutionnel du secteur des télécommunications au Niger, un second Comité a été mis en place pour réactualiser les travaux du premier comité afin de les mettre en conformité avec les orientations du Gouvernement et les préoccupations des autres acteurs.
Ainsi au vu des dispositions prises par le gouvernement et au regard des réponses apportées par le ministre en charge de l'Economie Numérique, les parlementaires ont, à l'issue des débats, estimé que ce projet de loi vient renforcer la réglementation d'un secteur en perpétuelle mutation afin de mieux l'adapter aux contextes communautaire et international.
Quant au second projet de loi modifiant et complétant la loi n°2018-41 du 05 juin 2018 habilitant le gouvernement à prendre des ordonnances, il voté par 136 voix pour, zéro (0) contre et zéro (0) abstention. Pour rappel, cette loi a été votée au cours de la dernière session ordinaire au titre de 2018. En effet, le gouvernement souhaite à présent compléter les domaines concernés par les accords d'intégration régionale et continentale qui ne figurent pas dans la loi adoptée, notamment en ce qui concerne la Zone de Libre Echange Continentale Africaine (ZLECAf). Cette modification a consisté à insérer dans le texte de la loi 2018-41 un 5ème point portant sur les précédant accords.
Seini Seydou Zakaria(onep)
04/07/18

Politique

2ème session ordinaire du Conseil national du dialogue politique (CNDP) : Des échanges fructueux autour du processus éle…

2ème session ordinaire du Conseil national du dialogue politique (CNDP) : Des échanges fructueux autour du processus électoral

La 2ème session ordinaire du Conseil national du dialogue politique (CNDP), au titre de l'année 2018, s'est tenue le vendredi 21 septembre dernier à la Primature, sous la présidence du Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, président du CNDP. Cette rencontre, dont l'objectif est de faire le point sur l'état d'avancement du processus électoral, a enregistré la présence des partis politiques de la majorité et une partie...

Le Président de la République a pris part, à Bamako, au défilé militaire à l'occasion de la Fête de l'Indépendance du Ma…

Le Président de la République a pris part, à Bamako, au défilé militaire à l'occasion de la Fête de l'Indépendance du Mali : Nous allons consolider la paix et la sécurité dans l'espace du G5 Sahel, a déclaré le Président Issoufou Mahamadou

Le Président de la République, Chef de l'État, SEM Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, samedi dernier, de retour de Bamako, au Mali, où il a assisté le même jour à un imposant défilé militaire et civil organisé sur l'Avenue du Mali sise à Hamdallaye ACI.SEM Issoufou Mahamadou, également Président du G5 Sahel, a assisté à ce défilé organisé dans le cadre de la célébration du 58ème anniversaire de l'accession du Mali à l'indépendance, «...

Communiqué du Secrétariat général du Gouvernement : Le Chef de l'Etat signe un (1) décret, portant inscription au tablea…

Communiqué du Secrétariat général du Gouvernement : Le Chef de l'Etat signe un (1) décret, portant inscription au tableau d'avancement et nomination au grade au sein des FAN

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou a signé un (1) décret, portant inscription au tableau d'avancement et nomination au grade au sein des Forces Armées Nigériennes.Aux termes de ce décret, est inscrit au tableau d'avancement complémentaire au titre de l'année budgétaire 2018 et nommé au grade supérieur, l'Officier des Forces Armées Nigériennes dont le nom suit, pour compter du 1er oc...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit le Secrétaire Exécutif de la Commission Mixte Nigéro-Nigéria…

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit le Secrétaire Exécutif de la Commission Mixte Nigéro-Nigériane de coopération et le Haut Représentant du Président de la République du Burkina Faso

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE Issoufou Mahamadou a accordé, hier, deux audiences. Pour la première audience, le Président Issoufou Mahamadou a reçu le Secrétaire Exécutif de la Commission Mixte Nigéro Nigériane de coopération, l'Ambassadeur Rabiu Akaou. A l'issue de l'audience, l'Ambassadeur Rabiu Akaou a déclaré avoir échangé avec le Chef de l'Etat sur plusieurs questions d'intérêts communs. Selon lui, les échanges o...

Présentation des lettres de créance au Palais de la Présidence : Quatre nouveaux ambassadeurs accrédités au Niger

Présentation des lettres de créance au Palais de la Présidence : Quatre nouveaux ambassadeurs accrédités au Niger

Le Président de la République, Chef de l'Etat, S.E.M. Issoufou Mahamadou a reçu, hier dans la matinée, les lettres de créance de quatre nouveaux ambassadeurs accrédités dans notre pays. Au cours d'une cérémonie solennelle à la Présidence de la République, le Président Issoufou Mahamadou a d'abord reçu les lettres de créance de SE Monsieur Jorge Jose Hadad Capote, en qualité d'Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la Républiq...

A l'Assemblée nationale : SE Ousseini Tinni reçoit une délégation d'investisseurs allemands

A l'Assemblée nationale : SE Ousseini Tinni reçoit une délégation d'investisseurs allemands

Le Président de l'Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni a reçu hier matin en audience, une délégation d'investisseurs allemands. A l'issue de l'audience, le représentant de cette délégation allemande, M. Henrik Shliekera a expliqué le but de cette entrevue. « Nous sommes un groupe d'investisseurs allemands qui intervient dans le domaine de la santé, de l'éducation, des infrastructures et de l'humanitaire. Nous sommes venus au Niger sur...

Diplomatie : Le Ministre des Affaires Etrangères reçoit les copies figurées de deux ambassadeurs

Diplomatie : Le Ministre des Affaires Etrangères reçoit les copies figurées de deux ambassadeurs

Le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, M. Kalla Ankaraou a reçu hier les copies figurées de SEHussein GaafarMohamed Adam, Ambassadeur Extraordinaire et Plénipotentiaire de la République du Soudan au Niger.Juste après, ce fût au tour de SE Denisa Elena Jonete, Ambassadeur, Cheffe de la Délégation de l'Union Européenne auprès de la République du Niger de présenter...

Au Conseil des ministres : Adoption de plusieurs projets de textes dont le projet de loi portant loi de finances pour l'…

Au Conseil des ministres : Adoption de plusieurs projets de textes dont le projet de loi portant loi de finances pour l'année budgétaire 2019, équilibré en recettes et en dépenses à 2.050,76 milliards de francs CFA

Le Conseil des Ministres s'est réuni, hier lundi 17 septembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projet...

A la Présidence de la République : Le Président de la République reçoit une délégation de la CAF

A la Présidence de la République : Le Président de la République reçoit une délégation de la CAF

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou s'est entretenu vendredi dernier avec une délégation de la Confédération Africaine de Football (CAF) conduite par le président de ladite institution, M. Ahmad Ahmad. A l'issue cette audience, le nouveau président de la CAF, a dit que la visite officielle auprès des Chefs d'Etats des pays africains est toujours une grande retrouvaille entre la CAF et ces Chefs d'Etats. ...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit plusieurs personnalités

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit plusieurs personnalités

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Issoufou Mahamadou, a accordé des audiences, hier à la présidence de la République. Pour la première audience, le Chef de l'Etat a reçu une délégation de la cour des comptes du Sénégal conduite par son Premier président, M. Mamadou Faye. La délégation sénégalaise est allée au palais pour présenter ses condoléances au Président de la République ainsi qu'aux membres de la cour des comptes du ...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electric…

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electricité (NIGELEC) : Boukari Kané, une figure marquante de la NIGELEC

Il est incontestablement celui qui a posé les jalons de la Société Nigérienne de l'Electri...

lundi 10 septembre 2018

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 mi…

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 milliards FCFA injectés pour améliorer et étendre la fourniture d'électricité

Créée en septembre 1968, la Société Nigérienne d'Électricité (NIGELEC) succède à la Saféle...

lundi 10 septembre 2018

Diner de gala de la Nigelec : La société honore se…

Diner de gala de la Nigelec : La société honore ses anciens dirigeants, ses meilleurs agents et clients

A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la Société Nigérienne d'Electricité (Nigele...

lundi 10 septembre 2018

L'air du temps

L'IDH en questions

L'IDH en questions

Le verdict du rapport sur le rapport mondial de développement humain pour l'année 2017 est...

vendredi 21 septembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.