Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


panLe président de l'Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni a présidé hier, l'ouverture des travaux de la session extraordinaire au titre de l'année 2018. Cette session sera consacrée à la délibération et l'adoption de plusieurs projets de loi dont celui du Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle (DPBEP 2019-2021) et le projet de loi portant règlementation des communications électroniques au Niger. La cérémonie d'ouverture s'est déroulée en présence du Premier ministre, SE. Brigi Rafini, des présidents des institutions de la République, des membres du Gouvernement et ceux du Corps diplomatique. Dans son discours d'ouverture, le Président de l'Assemblée nationale, a rappelé que l'un des points de l'ordre du jour n'est pas une surprise, car il participe à l'agenda législatif annuel depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi régissant les lois de finances. Pour SE. Ousseini Tinni, le débat d'orientation budgétaire est une affaire de tous. Il a appelé ses collègues députés à participer à l'exercice pour aider le pays à mieux capitaliser les avantages du budget-programme. (Lire ci-dessous intégralité du discours du Président de l'Assemblée Nationale).

«Mon ardent désir est que nous travaillons encore beaucoup mieux que l'année dernière, quand l'exercice nous était entièrement nouveau», déclare SE. Ousseini Tinni
Excellence Monsieur le Premier Ministre, Chef du Gouvernement,
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement,
Honorables collègues Députés,
Mesdames et Messieurs,
Quelques jours à peine, après la longue session parlementaire que nous avions clôturée avec enthousiasme, voici que nous nous retrouvons à nouveau dans cet hémicycle pour répondre à l'appel du devoir, remettant à plus tard nos rendez-vous champêtres !
Mais, chers collègues, je sais que c'est avec le cœur guilleret que vous vous remettez à l'ouvrage en raison de l'importance de l'ordre du jour qui nous ramène à l'Assemblée nationale. Cependant, faut-il le rappeler, l'un des points de cet ordre du jour n'est pas une surprise car il participe de l'agenda législatif annuel depuis l'entrée en vigueur de la nouvelle loi régissant les lois de finance. Vous l'aurez devinez, il s'agit du débat d'orientation budgétaire.
Comme vous le savez, c'est l'une des étapes les plus importantes de notre cycle budgétaire. Il a pour objet principal d'impliquer le parlement en amont du montage du projet de budget, dès le stade des travaux préparatoire. Il se déroule autour des grandes lignes de ce projet même s'il ne s'agit encore que d'esquisses qui doivent être affinées, grâce notamment aux recommandations que vous ne manquerez pas de formuler.officiels
Chers collègues, le débat qui s'ouvrira bientôt sera notre deuxième expérience en la matière ; puisse-t-il nous permettre de mieux maîtriser les techniques de cet exercice afin que les recommandations de cette année fassent œuvre utile et permettent au Gouvernement d'ajuster ses prévisions au gré de l'intérêt national.
Mon ardent désir est que nous travaillions encore beaucoup mieux que l'année dernière quand l'exercice nous était entièrement nouveau. Chers collègues, je veux donc pouvoir compter sur chacun d'entre vous pour que l'importante documentation mise à notre disposition soit examinée, avec toute l'attention nécessaire. Je souhaite, avant tout, éviter que ce débat ne sombre dans une certaine routine. Ce serait fort dommageable à l'objectif de rationalité poursuivi par la nouvelle réforme des finances publiques. Ne pensons surtout pas que le débat d'orientation budgétaire est une affaire exclusive de la Commission des Finances et du Budget. Il nous concerne tous, participons-y avec entrain pour faire beaucoup mieux qu'en 2017 et aider ainsi notre pays à mieux capitaliser les avantages du budget-programme.
Chers collègues, distingués invités, l'autre point important de notre ordre du jour est assurément l'examen du projet de loi portant première rectification à la loi de finances 2018. L'élaboration de ce projet est pour le Gouvernement et pour tous nos concitoyens un sujet de grande fierté. C'est, en effet, un gage de bonne gestion car il est d'abord motivé par l'arrivée annoncée d'importants appuis budgétaires de la part de certains de nos partenaires extérieurs, appuis qui sont autant d'encouragements à la rigueur avec laquelle nos deniers publics sont gérés ; ensuite, il intervient pour prendre en compte des recettes additionnelles, résultat des efforts exceptionnels de mobilisation des ressources internes. Côté dépenses, il faut se féliciter de l'heureuse initiative du Gouvernement d'affecter les ressources nouvelles à l'apurement de la dette intérieure, initiative qui ne manquera pas d'impacter positivement sur la croissance.
C'est le lieu, au nom de la Représentation nationale, de féliciter le Gouvernement pour avoir maintenu le cap des réformes entamées au cours de l'exercice 2018. Il faut vivement espérer que d'autres signes d'encouragement s'en viennent nous conforter dans la décision courageuse que nous avions prise d'impulser les changements qu'il faut à notre système fiscal et dans l'amélioration de la qualité des dépenses publiques. A nos compatriotes je me permets de rappeler que la mise en œuvre d'une réforme est toujours douloureuse mais, que la différer, lorsqu'elle est incontournable, débouche toujours sur des catastrophes majeures ; de même, en arrêter le cours au premier obstacle relève d'une irresponsable démagogie ; les générations actuelles comme les prochaines ne le pardonneraient jamais !
Pour autant, il ne s'agit nullement de verser dans un certain dogmatisme dans l'exécution des réformes ; il faut toujours se réserver les marges de manœuvre nécessaires aux ajustements qu'appelle l'évolution des faits économiques et sociaux. C'est certainement ainsi qu'il faut comprendre les modifications de certaines des mesures fiscales contenues dans la loi de finances 2018 que le Gouvernement a jugées utiles de soumettre à l'examen de l'Assemblée nationale. C'est tout à son honneur !
Chers collègues, devant les conséquences positives de l'exécution de la loi de finances 2018, notamment l'amélioration des recettes internes, je vous exhorte à continuer à apporter au Gouvernement un soutien appuyé à sa politique économique et financière. Bien évidemment, je sais que je n'ai nul besoin de vous rappeler à votre devoir de vigilance s'agissant de la mission de contrôle de l'action gouvernementale qui vous incombe.
Dans cet ordre d'idées, malgré le caractère extraordinaire de la présente session, je vous encourage instamment à user de chacun des moyens de contrôle que nos textes fondamentaux mettent à votre disposition. Il en va de la solidité de notre édifice démocratique. Je sais également que nos partenaires du Gouvernement y souscriront de bonne grâce comme à leur habitude. A chacun donc des deux pôles de notre gouvernance de jouer efficacement le jeu de la séparation des pouvoirs consacrés par notre Constitution ! J'ai la certitude qu'il en sera toujours ainsi. Pour l'heure, je déclare ouverte la première session extraordinaire de l'Assemblée nationale au titre de l'année 2018.
Vive la République,
Vive le Niger,

Je vous remercie.

Onep

26/06/18


conseilLe Conseil des Ministres s'est réuni, le vendredi 22 juin 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :

I. AU TITRE DU CABINET DU PREMIER MINISTRE.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de loi portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Communications Électroniques et de la Poste (ARCEP).

Le présent projet de loi est pris conformément à l'article 19 de l'acte additionnel CEDEAO A/SA 1/01/07 du 19 janvier 2007, relatif à l'harmonisation des politiques et du cadre règlementaire du secteur des TIC.
Il apporte les ajustements nécessaires pour permettre au Niger de se conformer aux actes additionnels CEDEAO et aux directives UEMOA aux fins de contribuer à la création d'un marché commun des technologies de l'information et de la communication dans l'espace communautaire.

On peut noter parmi les principales innovations :

- l'institution d'un code d'éthique ainsi que l'énumération des cas de fautes lourdes pouvant entrainer la révocation de membres fautifs des organes de l'ARCEP ;
- la suppression des deux (02) postes de Directeurs sectoriels (Poste et Télécommunications) pour éviter les conflits de compétence ;
- le relèvement de la durée du mandat des membres du Conseil National de Régulation de deux (02) à trois (03) ans renouvelable une fois afin de se conformer aux usages ;
- l'interdiction aux membres du CNRCEP et au Directeur Général de l'ARCEP d'exercer un emploi pendant deux (2) ans dans les entreprises des secteurs régulés après cessation de leurs fonctions et l'institution en contrepartie d'une indemnité fixée par décret pris en Conseil des Ministres.
- le renforcement du pouvoir de sanction de l'ARCEP en lui donnant la possibilité de réduire la durée et/ou l'étendue de la licence et de l'autorisation, le retrait et la suspension de la licence étant réservés au Gouvernement.

Ce projet de loi sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

II. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret modifiant et complétant le décret n° 2016-344/PRN/MI/SP/D/ACR du 08 juillet 2016, portant organisation du Ministère de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses.

Le présent projet de décret intervient afin que désormais l'organisation et le fonctionnement de l'Inspection Générale de l'Administration Territoriale (IGAT), ainsi que les attributions de ses responsables soient fixés par décret pris en Conseil des Ministres à l'instar de l'Inspection Générale des Finances (IGF).

Il vise à doter l'Inspection Générale de l'Administration Territoriale (IGAT), de textes de base conformes au cadre normatif international en matière d'inspection, de contrôle et d'audit et aux directives de l'UEMOA relatives à la gestion des finances publiques, mais aussi d'une meilleure organisation interne et d'un personnel qualifié.

III. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret déterminant les modalités de création, de fonctionnement, de financement et d'inspection des centres d'accueil et de protection des victimes de la traite des personnes.
Les victimes de la traite des personnes et des pratiques assimilées subissent de multiples violations des droits de l'homme dans un contexte où il est difficile de leur apporter une assistance adaptée à leurs véritables besoins et de lutter efficacement contre ces pratiques.

Pour remédier à cette situation, l'ordonnance n° 2010-86 du 16 décembre 2010 a prévu en son article 57, la création des centres d'accueil ainsi que la détermination des modalités de leur fonctionnement, de leur financement et de leur inspection par décret pris en Conseil des Ministres.

La mise en place de ces centres contribuera à renforcer les capacités des organisations locales à apporter aux victimes de la traite des personnes et des pratiques analogues une assistance de proximité répondant à leurs besoins et permettra aussi au Gouvernement d'honorer les engagements internationaux auxquels il a souscrit.

IV. AU TITRE DU MINISTERE DES DOMAINES, DE L'URBANISME ET DU LOGEMENT.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret déclarant d'utilité publique et désignant à l'expropriation les zones se trouvant dans l'emprise de la mise en œuvre du Projet Goudel IV et du Programme d'Urgence pour le Renforcement du Système d'Alimentation en Eau Potable de la Ville de Niamey.

La mise en œuvre du Projet Goudel IV et du Programme d'urgence pour le renforcement du Système d'Alimentation en Eau Potable de la ville de Niamey va impacter des zones d'habitation, des infrastructures publiques et privées, des jardins et des commerces.
L'objet du présent projet de décret est de déclarer d'utilité publique la mise en œuvre du Projet et du Programme et de désigner à l'expropriation les propriétés concernées par lesdites activités.

V. AU TITRE DU MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DE L'ECONOMIE NUMERIQUE.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de loi portant règlementation des communications électroniques au Niger.

Le Niger, à l'instar des autres pays membres de la CEDEAO et de l'UEMOA, s'est engagé à travers l'adoption, le 23 mars 2006, de six (06) directives UEMOA et le 19 janvier 2007 de six (6) actes additionnels CEDEAO, à créer un marché commun des Technologies de l'Information et de la Communication (TIC) de l'espace communautaire.

L'article 19 de l'acte additionnel CEDEAO A/SA 1/01/07 du 19 janvier 2007, relatif à l'harmonisation des politiques et du cadre règlementaire du secteur des TIC stipule que : « les Etats membres prennent toutes les dispositions pour adapter leurs droits nationaux sectoriels audit acte additionnel, deux (02) ans au plus tard après la date d'entrée en vigueur ».

Les principales innovations apportées sont notamment :

- la prise en compte de la convergence technologique intervenue dans le secteur par la consécration des termes « communications électroniques », en lieu et place du terme « télécommunications » ;

- la fixation de nouveaux objectifs politiques en cohérence avec les orientations communautaires et nationales ;
- la dévolution de la compétence de gestion du nom de domaine internet national « .ne» à l'autorité de régulation ;
- l'institution du principe de sanction d'office, sans mise en demeure, après une récidive en matière de contrôle des tarifs ;
- la possibilité offerte aux opérateurs partie à un litige, établis dans des Etats différents de la CEDEAO et de l'UEMOA, d'opter pour la saisine de l'autorité de régulation de l'un ou de l'autre Etat membre et la possibilité de faire recours auprès de leurs instances judiciaires.

Le présent projet de loi intervient donc pour satisfaire à cette exigence communautaire.
Il sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.
VI. AU TITRE DU MINISTERE DE L'EQUIPEMENT
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

6.1. Projet de décret déclarant d'utilité publique la Voie
Express de Niamey.
Dans le cadre du Programme Niamey Nyala, il est prévu la construction de diverses infrastructures. Parmi ces ouvrages figure la construction d'une voie express devant relier l'Aéroport International Diori Hamani au Centre ville de Niamey, d'une longueur de neuf virgule six (9,6) kilomètres.
La construction de cette voie entrainera des démolitions d'immeubles publics et privés dans la traversée de son tracé.
Le présent projet de décret a pour objet de déclarer d'utilité publique la voie express de Niamey afin de permettre l'expropriation des immeubles concernés.

6.2. Projet de décret portant acte de cessibilité des propriétés à exproprier dans le cadre des travaux du Programme « Tahoua Sakola ».
Dans le cadre du Programme « Tahoua Sakola » et conformément au Programme de Développement économique et Social (PDES) qui prévoit la modernisation des villes, des travaux de construction de voiries et des travaux connexes, ont été entrepris dans la ville de Tahoua.
Ces travaux de construction, déclarés d'utilité publique suivant le décret n° 2017-656/PRN/ MEQ/MF du 28 juillet 2017, ont affecté des propriétés privées, avec dans certains cas des démolitions d'immeubles bâtis dans la traversée de la ville de Tahoua en vue de restaurer l'emprise de la route et ce, afin de respecter les normes de construction.
Le présent projet de décret a pour objet de rendre cessibles les propriétés désignées à l'expropriation dans le cadre desdits travaux.

VII. AU TITRE DU MINISTERE DES MINES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

7.1. projet de décret portant Approbation et publication au Journal Officiel de la Convention Minière entre la République du Niger et la société GOLD MAYONANT PRODUCTION NT SARL, pour le permis de recherches « DARBOUNDEY » pour Or et substances connexes, Région de Tillabéry, Département de Gotheye.

7.2. projet de décret portant Approbation et publication au Journal Officiel de la Convention Minière entre la République du Niger et la société GOLD MAYONANT PRODUCTION NT SARL, pour le permis de recherches « DAR ES SALAM » pour Or et substances connexes, Région de Tillabéry, Département de Gotheye.
La société GOLD MAYONANT PRODUCTION NT SARL, est une Société à Responsabilité Limitée dont le siège social est établi à Niamey, avec un capital de dix millions (10 000 000) de francs CFA.
Elle s'engage à investir dans les trois (03) ans suivant la signature de ces conventions, un montant minimum égal à deux millions deux cent trente mille (2 230 000) dollars US pour chacun des permis, pour mettre en évidence des cibles et mener toute activité nécessaire au développement de ces cibles afin de prouver l'existence de gisement d'or et substances connexes et à financer des projets de développement communautaires dans cette région.
Ces deux (02) projets de décrets ont pour objet, l'approbation et la publication au Journal Officiel de la République du Niger des deux (02) Conventions Minières entre la République du Niger et la société GOLD MAYONANT PRODUCTION NT SARL pour la recherche d'or et substances connexes sur les périmètres des permis « DARBOUNDEY » et « DAR ES SALAM 3 », Région de Tillabéry, Département de Gotheye.

7.3. Projet de loi portant modification de l'ordonnance n° 93-16 du 02 mars 1993, portant loi minière.

Le présent projet de loi a pour objectif de consacrer l'exonération à la base de la TVA pour les produits miniers destinés à l'exportation par la modification de l'article 93 (nouveau) de l'ordonnance n° 93-16 du 02 mars 1993, portant loi minière.

Ce projet de loi sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

VIII. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INDUSTRIE.

Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret accordant le bénéfice des avantages des dispositions spéciales du Code des Investissements à la société « Eco-Gaz-Niger SA » pour son activité de transport, d'enfûtage et de distribution de Gaz domestique à Niamey et à l'intérieur du Niger.
La société « ECO-GAZ-NIGER SA » est une Société Anonyme au capital de vingt millions (20.000.000) FCFA dont le siège social est fixé à Niamey.

Elle a sollicité l'agrément au bénéfice des dispositions spéciales du Code des Investissements pour le transport, l'enfûtage et la distribution de gaz domestique à Niamey et à l'intérieur du Niger

La société « ECO-GAZ-NIGER SA » s'engage à investir douze milliards cinq cent trente millions huit cent vingt-cinq mille huit cent soixante-onze (12 530 825 871) FCFA hors taxes et hors fonds de roulement et à créer deux cent quarante-un (241) emplois permanents.
Ce projet contribuera, en outre, à la protection de l'écosystème en réduisant le recours au bois de chauffe.

IX. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.
• Monsieur Ado Makama, chargé d'enseignement, Mle 51699/B, est nommé président de la délégation spéciale de la Commune rurale de Dogo.
• Madame Aïchatou Elhadji Inoussa Harou, Mle 108956/H, est nommée membre de la délégation spéciale de la Commune rurale de Dogo.
• Monsieur Gali Ado, Mle 82435/L, est nommé membre de la délégation spéciale de la Commune rurale de Dogo.

AU TITRE DU MINISTERE DU DEVELOPPEMENT COMMUNAUTAIRE ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE.
• Monsieur Abdou Labo Mahamane Hamissou, docteur en sciences économiques, Mle 136697/T, est nommé directeur des organisations non gouvernementales et des associations de développement, au Ministère du Développement Communautaire et de l'Aménagement du Territoire.
AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT SUPERIEUR, DE LA RECHERCHE ET DE L'INNOVATION.
• Monsieur Issaka Laouali, directeur administratif, Mle 112112/D, est nommé directeur des marchés publics et des délégations de service public, au Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.
• Monsieur Tarno Balla Tambary, est nommé président du conseil d'administration de l'Office National des Examens et Concours du Supérieur, au Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation.
AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.
• Monsieur Ibrah Mahamadou Sani, représentant du barreau, est nommé président du conseil d'administration de l'Agence Nationale de l'Assistance Juridique et Judiciaire (ANAJJ), au Ministère de la Justice.

X. COMMUNICATIONS.
Le Conseil des Ministres a entendu deux (2) communications :
• Une (1) communication conjointe du Ministre du
Commerce et de la Promotion du Secteur Privé et du Ministre du Pétrole sur les mesures prises pendant la maintenance de la société de raffinage de Zinder (SORAZ).
• Une (1) communication du
Ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation sur le marché relatif à l'achèvement des travaux de construction d'un amphithéâtre de 1000 places à la Faculté des Sciences et Techniques de l'Université Abdou Moumouni de Niamey.

Cette communication est faite à titre d'information en application de l'Arrêté n°00139/CAB/PM/ ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics, qui stipule en son article 11 que « tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxes sur la valeur ajoutée, doit faire l'objet d'une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».

L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep
25/06/18


signatureLe Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou a signé, hier, un décret portant ouverture d'une Session Extraordinaire de l'Assemblée nationale.

Aux termes de ce décret, une Session Extraordinaire de l'Assemblée nationale, est ouverte le lundi 25 juin 2018, en vue de délibérer sur les points suivants :
1. Document de Programmation Budgétaire et Economique Pluriannuelle (DPBEP 2019-2021) ;
2. Projet de loi portant première rectification de la loi N°2017-82 du 28 novembre 2017, portant loi de finances pour l'année budgétaire 2018 ;
3. Projet de loi portant modification des articles 91 et 114 de la Constitution du 25 novembre 2010
4. Projet de loi modifiant et complétant la loi n°2018-41 du 5 juin 2018, habilitant le gouvernement à prendre des ordonnances ;
5. Projet de loi portant réglementation des communications électroniques au Niger ;
6. Projet de loi portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP).

Onep
22/06/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier après midi, de retour de Rome en Italie où il a effectué une visite de travail et d'amitié. A son arrivée à l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Chef de l'Etat a été accueilli au pied de la passerelle par le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, avant de recevoir les honneurs militaires et d'être salué par les présidents des institutions de la République, les membres du gouvernement et ceux du corps diplomatique ainsi que plusieurs personnalités civiles et militaires venues l'accueillir.prn-2
Avant de quitter la capitale italienne, le Chef de l'Etat a signé le livre d'Or de l'aéroport militaire de Rome. Il faut par ailleurs noter que le président Issoufou était accompagné au cours de ce déplacement par la Première Dame, Hadjia Aissata Issoufou ; le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba ; le ministre Directeur de cabinet du Président de la République, M. Mahamadou Ouhoumoudou et le Haut-Commissaire à l'Initiative 3N, M. Ali Béty.
ONEP
21/06/18



la-cour-constitutionnelle«La Cour constitutionnelle statuant en matière électorale, en son audience publique du dix-neuf juin deux mil dix-huit, tenue au palais de ladite Cour, a rendu l'arrêt dont la teneur suit:
LA COUR
Vu la Constitution;
Vu la loi organique n° 2012-35 du 19 juin 2012 déterminant l'organisation, le fonctionnement de la Cour constitutionnelle et la procédure suivie devant elle;
Vu la loi organique n° 2017-64 du 14 août 2017 portant Code électoral du Niger;
Vu l'arrêt n° 012/CC/ME du 16 mars 2016 portant validation et proclamation des résultats définitifs des élections législatives du 21 février 2016, rectifié par l'arrêt n° 013/CC/ME du 17 mars 2016 ;
Vu la requête de Monsieur le Vice-président de l'Assemblée nationale en date du 7 juin 2018 ;
Vu l'ordonnance n° 16/PCC du 8 juin 2018 de Madame le Président désignant un Conseiller- rapporteur;
Vu les pièces du dossier;
Après audition du Conseiller-rapporteur et en avoir délibéré conformément à la loi;
EN LA FORME
Considérant que par lettre n° 000062/V-PAN en date du 7 juin 2018, enregistrée au greffe de la Cour le 8 juin 2018 sous le n° 16/greffe/ordre, Monsieur le Vice-président de l'Assemblée nationale, agissant au nom et pour le compte du bureau de ladite institution, saisissait la Cour constitutionnelle aux fins de constater la déchéance de Monsieur Hama Amadou de son siège de député ainsi que son remplacement d'office par son suppléant, Monsieur Garba Hima, conformément aux dispositions des articles 8, 143 et 147 du Code électoral;
Considérant qu'aux termes de l'article 120 alinéa 1er de la Constitution, «La Cour constitutionnelle est la juridiction compétente en matière constitutionnelle et électorale.» ;
Considérant que l'article 147 alinéas 1 et 2 de la loi organique n° 2017-64 du 14 août 2017 portant Code électoral du Niger dispose: « Tout député dont l'une des conditions d'inéligibilité est établie en cours de mandat ou qui est frappé d'une condamnation emportant déchéance, est déchu de plein droit de sa qualité de membre de l'Assemblée nationale.
La déchéance est constatée par la Cour constitutionnelle à la requête du bureau de l'Assemblée nationale ou de tout candidat ou groupes de partis politiques ayant présenté un candidat ou une liste de candidats dans les circonscriptions électorales concernées.» ;
Considérant que l'article 53 alinéas 1 et 2 de la loi organique n° 2012-35 du 19 juin 2012 déterminant l'organisation, le fonctionnement de la Cour constitutionnelle et la procédure suivie devant elle dispose: «En cas de décès, de démission, d'empêchement définitif d'un député au cours de la législature, ainsi que dans le cas de démission du député de son parti politique, il est remplacé d'office par son suppléant.
La vacance est constatée par la Cour constitutionnelle saisie à cet effet par le bureau de l'Assemblée nationale.» ;
Qu'au regard des dispositions sus-rapportées la requête est recevable et la Cour compétente pour statuer;
AU FOND
Considérant que par arrêt n°012/CC/ME du 16 mars 2016 portant validation et proclamation des résultats définitifs des élections législatives du 21 février 2016, rectifié par l'arrêt n°013/CC/ME du 17 mars 2016, Monsieur Hama Amadou a été déclaré élu député, ensemble avec son suppléant, Monsieur Garba Hima ;
Considérant que Monsieur le Vice-président de l'Assemblée nationale, agissant au nom et pour le compte du bureau de ladite institution, demande à la Cour constitutionnelle de constater la déchéance de Monsieur Hama Amadou de son siège de député ainsi que son remplacement d'office par son suppléant, Monsieur Garba Hima, conformément aux dispositions des articles 8, 143 et 147 du Code électoral;
Considérant que l'article 143 de la loi organique n° 2017-64 du 14 août 2017 portant Code électoral du Niger dispose: « Sont éligibles à l'Assemblée nationale, les nigériens des deux (2) sexes âgés de vingt et un (21) ans au moins et jouissant de leurs droits civils et politiques et qui ne sont dans aucun des cas d'incapacité prévus à l'article 8 de la présente loi.
Les listes des partis politiques, des groupements de partis politiques, ainsi que celles des candidats indépendants doivent obligatoirement comporter, au moins 75 % de candidats titulaires au moins du Brevet d'Etudes du Premier Cycle (BEPC) ou de son équivalent et 25 %, au plus, de ceux ne remplissant pas cette condition.
Dans ce quota, les circonscriptions spéciales sont intégrées dans les régions dont elles relèvent» ;
Considérant qu'aux termes de l'article 8 de ladite loi, « Ne peuvent être inscrits sur la liste électorale:
-les individus condamnés définitivement pour crime et non réhabilités;
-les individus condamnés définitivement pour délit à une peine d'emprisonnement ferme égale ou supérieure à un (1) an et non réhabilités;
-ceux qui sont déclarés en faillite et ayant fait l'objet d'une condamnation pour banqueroute
frauduleuse et non réhabilités;
-les internés et les interdits.
N'empêchent pas l'inscription sur une liste électorale les condamnations avec sursis telles que prévues à l'article 38 du code pénal et les condamnations pour délit d'imprudence hors le cas de délit de fuite concomitant.» ;
Considérant que l'article 147 de la loi organique n° 2017-64 du 14 août 2017 portant Code électoral du Niger dispose: « Tout député dont l'une des conditions d'inéligibilité est établie en cours de mandat ou qui est frappé d'une condamnation emportant déchéance, est déchu de plein droit de sa qualité de membre de l'Assemblée nationale.
La déchéance est constatée par la Cour constitutionnelle à la requête du bureau de l'Assemblée nationale ou de tout candidat ou groupes de partis politiques ayant présenté un candidat ou une liste de candidats dans les circonscriptions électorales concernées. Le député déchu est remplacé d'office par son suppléant.
S'il s'agit du suppléant en exercice, il est pourvu au siège vacant par un des candidats figurant sur la liste présentée aux dernières élections par le parti, le groupement des partis ou les indépendants, sur proposition de la structure concernée.
La Cour constitutionnelle, saisie par le bureau de l'Assemblée nationale, constate cette attribution. Si le député déchu est élu dans une circonscription spéciale, il est remplacé par son suppléant. Si c'est le suppléant qui est déchu, il est pourvu au siège vacant par une nouvelle élection. L'élection est organisée, dans les deux (2) mois suivant la constatation de la déchéance.
Dans tous les cas, la déchéance est constatée par la Cour constitutionnelle à la requête du bureau de l'Assemblée nationale ou de tout candidat ou groupes de partis politiques ayant présenté un candidat ou une liste de candidats dans les circonscriptions électorales concernées.» ;
Considérant qu'il ressort de l'arrêt n°31/17 rendu le 13 mars 2017 par la chambre correctionnelle de la Cour d'appel de Niamey que Monsieur Hama Amadou a été déclaré coupable des faits de recel d'enfants, de complicité de faux en écriture publique et de complicité de déclarations mensongères ayant provoqué l'insertion dans des actes publics ou authentiques d'énonciations contraires à la vérité, d'usage de faux et, en répression, a été condamné à la peine d'un (1) an d'emprisonnement ferme;
Considérant que sur pourvoi en cassation formé contre l'arrêt n° 31/17 du 13 mars 2017 de la chambre correctionnelle de la Cour d'appel de Niamey, la chambre criminelle de la Cour de cassation a, suivant arrêt n°18-025/CC/CRIM du 11 avril 2018, déclaré « le prévenu Hama Amadou déchu de son pourvoi pour non production de dispense avec ou sans caution de se mettre en état» ;
Considérant ainsi que la condamnation à la peine d'un (1) an d'emprisonnement ferme prononcée contre Monsieur Hama Amadou est devenue définitive;
Considérant que la déchéance suite à une condamnation telle que prévue par l'alinéa 1er de l'article 147 de la loi organique n° 2017-64 du 14 août 2017 portant Code électoral du Niger découle de l'application des dispositions des articles 143 et 8 de la même loi;
Considérant qu'au regard des développements ci-dessus Monsieur Hama Amadou se trouve frappé d'une condamnation emportant déchéance et est, de ce fait, déchu de plein droit de sa qualité de membre de l'Assemblée nationale;
Considérant qu'il ressort de l'alinéa 3 de l'article 147 de la loi organique n°2017-64 du 14 août 2017 portant Code électoral du Niger que le député déchu est remplacé d'office par son suppléant;
Considérant qu'au regard de tout ce qui précède, il y a lieu de constater la déchéance de Monsieur Hama Amadou de sa qualité de membre de l'Assemblée nationale et de dire, par conséquent, qu'il est remplacé d'office par son suppléant, Monsieur Garba Hima ;
PAR CES MOTIFS
•Reçoit la requête de Monsieur le Vice-président de l'Assemblée nationale;
•Constate la déchéance de Monsieur Hama Amadou de sa qualité de membre de l'Assemblée nationale;
•Dit qu'il est remplacé d'office par son suppléant, Monsieur Garba Hima ;
•Dit que le présent arrêt sera notifié au Président de l'Assemblée nationale et publié au Journal officiel de la République du Niger.
Ainsi fait, jugé et prononcé par la Cour constitutionnelle les jour, mois et an que dessus, où siégeaient Madame Abdoulaye DIORI Kadidiatou LY, Président, Messieurs Oumarou NAREY, Vice-président, Oumarou IBRAHIM, IlIa AHMET, Issaka MOUSSA et Madame SAMBARE Halima DIALLO, Conseillers, en présence de Maître Nouhou SOULEY, Greffier.

Onep
21/06/18



prn-1Au troisième jour de sa visite de travail et d'amitié à Rome, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a été reçu, hier matin, par le Président du Conseil Italien, M. Giuseppe Conté.
A son arrivée au Palais Chigi (lire Kigui), nom du cabinet du président du Conseil italien, le Chef de l'Etat a été accueilli par le Président du Conseil, avant de passer en revue un détachement militaire qui lui rendait les honneurs. Les deux personnalités ont ensuite eu un entretien en tête-tête, puis une séance d'échange élargie aux délégations des deux pays.
Il faut noter que d'après l'organisation politique de l'Italie, le président du Conseil a le rang de Premier ministre. Il est le chef du gouvernement et dirige à ce titre, la politique générale du gouvernement et en est responsable. Même s'il existe un président de la République, les pouvoirs exécutifs sont détenus par le Premier ministre, le président ayant un rôle plutôt protocolaire. L'actuel président du Conseil italien, M. Giuseppe Conté a pris fonction le 1er juin 2018.
Le Chef de l'Etat est accompagné au cours de cette rencontre par le ministre d'Etat ministre, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba, le ministre Directeur de cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou ; l'ambassadeur du Niger en Italie, Mme Ingadé Hadiza Noma Kaka et le Haut commissaire à l'Initiative 3N, M. Ali Béty.

Siradji Sanda, Envoyé spécial(onep)

20/06/18



Le-PR-entour-du-DLe Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou, président en exercice du G5 Sahel, a pris part, hier matin à Rome, à une réunion de haut niveau sur le Sahel, organisée dans le cadre de la Session annuelle du Conseil d'administration du PAM. Invité d'honneur de cette session, le Président Issoufou Mahamadou a prononcé un discours dans lequel il a décliné sa vision sur la lutte contre la pauvreté, la faim et l'insécurité alimentaire. Cette vision est résumée dans l'initiative 3N, que d'aucuns ont estimé qu'elle peut servir de modèle à l'ensemble du Sahel. « En luttant contre la pauvreté et l'insécurité alimentaire, nous luttons aussi contre l'immigration clandestine, l'insécurité et le terrorisme», a déclaré le Chef de l'Etat devant les ambassadeurs et les délégués des pays membres du PAM.
Dans leurs propos introductifs, le président du Conseil d'administration du PAM et le Directeur exécutif de la même Agence onusienne, ont exprimé leur joie de recevoir le président Issoufou à cette session qui durera quatre jours. D'après le président du Conseil d'administration du PAM, cette session aura à examiner une quarantaine de documents. Pour sa part, le Directeur exécutif du PAM a souligné l'approche pragmatique du Chef de l'Etat sur les questions de lutte contre la pauvreté, sur la sécurité et la résilience. « Le partenariat avec le Niger et avec le G5 Sahel sera un modèle pour les autres régions. Nous allons tout faire pour que ce partenariat serve de modèle pour les Nations Unies»,a déclaré M. David Beasley.

Dans son intervention à l'ouverture de cette réunion de haut niveau sur le Sahel, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, Président en exercice du G5 Sahel, a exposé les principaux axes de l'Initiative 3N, les principaux résultats engrangés avec sa mise en œuvre, mais aussi les défis et les perspectives qui se présentent au Niger et au Sahel. Le Chef de l'Etat a salué les interventions du PAM dans le Bassin du Lac Tchad et à la frontière Niger-Mali, où le terrorisme et l'insécurité menacent la survie des populations. Le Président Issoufou a été vivement ovationné par les délégués à la session.Le-PR-recoit-un-Un-certificat-du-PAM Et son discours a suscité beaucoup d'intérêt et réactions chez les délégués.
Pour le représentant de l'Agence du NEPAD-Union Africaine, le discours du Chef de l'Etat constitue un appel non seulement pour le Sahel, mais aussi pour toute l'Afrique. « Vous avez souligné les défis qui nous attendent. Ces défis ne peuvent être relevés qu'avec la transformation structurelle de l'Agriculture », a déclaré l'ambassadeur Haladou Salha. Pour sa part, l'ambassadrice du Bénin a rappelé, une phrase célèbre prononcée en 2011 par le président Issoufou qui disait que « la sécurité alimentaire, c'est la sécurité tout court ». « Cette assertion est une vérité évidente, au regard des extrémismes auxquels la faim et la pauvreté poussent les jeunes. Nous saluons le partenariat avec le PAM, mais il nous faut mobiliser les ressources pour faire face à ces défis », estime la représentante du Bénin à cette session annuelle.
Et ce n'est pas seulement les représentants africains qui sont convaincus par cette vision du Président Issoufou Mahamadou. « L'intervention du Président du Niger est une source d'inspiration pour nous. C'est pourquoi, la France fait du Sahel, une priorité, partage les inquiétudes du président Issoufou », a confié le délégué de la France, qui salue le partenariat avec le PAM. La France met en œuvre, avec d'autres
partenaires, notamment la République Fédérale d'Allemagne, l'Union Européenne, " une stratégie Sahel". Devant les arguments développés par le Chef de l'Etat, le délégué de la Suisse, a eu pour réaction, de demander au Président Issoufou, ce qu'attend le Niger des partenaires et des donateurs. Il en va de même pour les représentants de l'Irlande et du Canada qui, se sont dit intéressés par les idées du Chef de l'Etat pour inverser la tendance de la situation au Sahel.
En réaction aux contributions et aux questions posées par les différents intervenants, le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou a rappelé les priorités qui lui tiennent à cœur dans le cadre du partenariat pour lutter contre la pauvreté et la faim. Il s'agit souligne-t-il de la scolarisation de la jeune fille ; la maitrise de l'eau pour l'irrigation ; l'opérationnalisation effective de toutes les Maisons du paysan et la restauration des terres. (Lire, ci-dessous, l'intégralité du discours du Président Issoufou à l'ouverture de la Réunion de Haut niveau sur le Sahel)
Siradji Sanda,
Envoyé spécial(onep)
19/06/18


discour«Monsieur le Président du Conseil d'Administration du Programme Alimentaire Mondial,
Mesdames et Messieurs les Membres du Conseil d'Administration
Monsieur le Directeur Exécutif du Programme Alimentaire Mondial
Je tiens à remercier le Président du Conseil d'Administration du Programme Alimentaire Mondial, Monsieur Zoltan Kalman ainsi que les éminents membres du Conseil pour l'invitation qui m'a été adressée, pour prendre part à la présente session du Conseil. Je tiens également à remercier le Directeur Exécutif, Monsieur David Beaseley, que j'ai eu l'honneur de recevoir tout récemment au Niger. Son bilan élogieux en tant que gouverneur de la Caroline du Sud, fait de lui l'homme qu'il nous faut aujourd'hui à la tête de notre organisation.

Mesdames et Messieurs,

J'ai lancé dès 2011, au début de mon premier mandat, l'Initiative 3N les « Nigériens Nourrissent les Nigériens » au Niger, afin que désormais sécheresse ne soit plus synonyme de famine au Niger. Une des priorités majeures du programme de renaissance, l'initiative 3N couvre cinq axes :
Le premier axe porte sur l'accroissement et la diversification des productions agro-sylvo-pastorales et halieutiques. Cet axe prévoit l'accroissement des productions sous-irrigation et des cultures de décrue, l'accroissement et la diversification de la production des cultures pluviales, la sécurisation des systèmes de productions animales à cycle long et à cycle court, la gestion durable des terres et des écosystèmes, la valorisation des produits forestiers non ligneux. Il s'agit ici de maitriser l'eau, de disposer des engrais, des semences améliorées et autres intrants, de protéger le capital productif à travers les actions de défense et de restauration des terres dégradées.
Le deuxième axe est relatif à l'approvisionnement régulier des marchés ruraux et urbains en produits agricoles et agro-alimentaires. Cet axe concerne la promotion de la transformation des produits agro-sylvo-pastoraux, des produits halieutiques, des produits ligneux et non ligneux, l'amélioration des infrastructures et des circuits de commercialisation y compris l'exportation, l'élaboration et la mise en œuvre d'une politique de commercialisation de ces produits.
Le troisième axe concerne l'amélioration de la résilience des groupes vulnérables face aux changements climatiques et aux crises et aux catastrophes. Il s'agit de prévenir et gérer les changements climatiques, les crises et les catastrophes, d'améliorer la capacité des ménages et des communautés à la base face aux situations de déficit de production agricole ou pastorale à travers l'amélioration de l'efficacité des mécanismes d'anticipation et de coordination des interventions d'urgence et l'élaboration d'un plan de risques intégrant divers types de risques auxquels font face les producteurs, les ménages et les communautés.
L'amélioration de l'état nutritionnel des nigériens en constitue le quatrième axe. Cet axe prévoit la promotion d'un modèle de consommation alimentaire équilibré, une bonne hygiène de vie, la réduction de la prévalence des différentes formes de malnutrition, la prise en charge efficace de la malnutrition aiguë, le renforcement du dispositif de contrôle sanitaire des denrées alimentaires, le renforcement du système national de surveillance nutritionnelle. L'animation, la coordination et l'impulsion des reformes en constituent le cinquième axe.
Grâce à la mise en œuvre de l'Initiative 3N, il n'y a pas eu de famine au Niger depuis 2011. Le PIB Agricole a connu une croissance moyenne annuelle de 9% sur la période 2011-2015. C'est ainsi que le Niger avait pu accélérer l'atteinte des Objectifs du millénaire, notamment les OMD 1 & 7, puis l'atteinte des objectifs de réduction de 50% du nombre de nigériens en insécurité alimentaire avant terme (2012).Ces résultats ont valu à l'Initiative 3N le témoignage de la FAO, qui lui a décerné des Attestations de réussite, Rome 2013 et 2015, ainsi que le 3e prix de la meilleure politique d'avenir par le Word Futur Council (WFC) en collaboration avec l'Organisation des
Nations Unies pour la Lutte Contre la Désertification (UNCCD) en 2017, dans la catégorie « restauration des terres dégradées et lutte contre la pauvreté ».
La pauvreté étant essentiellement rurale au Niger (3 pauvres sur quatre vivent en milieu rural), la mise en œuvre de l'initiative 3 N a contribué à réduire le nombre de nigériens vivant en dessous du seuil de pauvreté de 63% en 2011 à 44% en 2016. Notre objectif pour 2021 est de baisser ce taux à 31% et de réaliser « la faim zéro au Niger ». Pour ce faire, des plans d'investissement sont en cours de mise en œuvre avec un accent particulier mis sur la maitrise de l'eau, la maison du paysan offrant les intrants aux producteurs ainsi que la défense et la restauration des terres, secteurs pour lesquels nous n'avons pas couvert malheureusement la totalité des besoins de financement.
Outil de lutte contre la pauvreté, l'Initiative 3N est par conséquent un instrument de lutte contre la migration clandestine, un instrument de lutte contre le terrorisme. En effet la liaison entre ces fléaux et la pauvreté sont connus. Véritable révolution verte, l'Initiative 3N est aussi un instrument de lutte contre le changement climatique.

Mesdames et Messieurs,
Comme vous l'aurez constaté les axes de l'initiative 3N sont conformes aux ODD. L'Initiative 3N porte à la fois sur les solutions d'urgence et les solutions structurelles c'est-à-dire à la fois sur les questions humanitaires et sur les questions de développement. Les solutions d'urgence, comme nous le montre l'expérience, coûtent plus chères que les solutions structurelles. Les solutions curatives, c'est bien mais les solutions préventives c'est mieux. C'est sur cette vision que nous travaillons avec tous nos partenaires notamment avec le PAM. Avec le PAM nous cherchons à la fois à sauver et à changer des vies, c'est-à-dire à remplir l'agenda humanitaire et, assurer le développement.
Sauver des vies, c'est ce que nous faisons avec le PAM depuis 1968. Au départ le PAM intervenait dans l'alimentation scolaire, l'assistance alimentaire en situation d'urgence et la nutrition. Après les grandes périodes de sécheresses qu'a connues le Niger, il a été jugé nécessaire d'étendre les activités du PAM pour prendre en compte les préoccupations résultant, en particulier de la restauration de l'environnement, la lutte contre la désertification, la production agro-sylvo-pastorale et halieutique, la protection sociale ainsi que la gouvernance.
A partir de 2012 la stratégie du PAM et ses modalités d'intervention ont évolué et se sont adaptées au contexte et au paysage institutionnel du Niger. Ainsi le PAM s'est véritablement engagé à mener toute une gamme d'activités en lien avec les programmes stratégiques élaborées par les institutions publiques dans le cadre de la prise en charge de la Malnutrition Aigüe Modérée (MAM), de la protection infantile, de la nutrition des adolescentes, des achats locaux d'aliments, de la stratégie de transferts monétaires prévisibles pour les ménages chroniquement vulnérables et également dans la réalisation d'importantes études comme celles qui ont porté sur le Coût de la faim (Cost of Hunger) et sur l'Agriculture Intelligente face au Climat/AIC, etc.
D'autres actions importantes menées sont relatives à la mise en place et l'animation de cadres de concertation multi-acteurs sur le terrain et au financement des actions liées à l'approche « Communes de convergence ». Le PAM a aussi contribué à l'adhésion de notre pays aux processus internationaux SUN (scaling Up Nutrition ou Mouvement pour le renforcement de la nutrition), REACH (Renew Effort Against Child Hunger and Under-nutrition) et Défi Faim Zéro.
Le PAM est présent dans le bassin du Lac Tchad où les violences liées au conflit avec Boko Haram ont engendré le déplacement des milliers des personnes. Cette crise a déstabilisé la région de Diffa précipitant aussi les populations locales dans une grande vulnérabilité. La frontière avec le Mali fait également l'objet d'une
déstabilisation croissante. Le PAM fournit une assistance alimentaire dans ces zones pour venir en aide aux victimes des conflits, les réfugiés, déplacés, retournés et les populations
locales hôtes.
Pour changer les vies, le PAM travaille avec le Gouvernement à travers tout le Niger afin que les populations deviennent plus résistantes aux chocs, notamment climatiques, qui menacent les capacités des agriculteurs et les moyens de subsistance. C'est ainsi que le PAM met en œuvre un paquet intégré incluant plusieurs activités complémentaires dans les communes identifiées comme prioritaires et qualifiées de commune de convergence. Permettez-moi de mentionner spécialement, ici, les actions que le PAM dédie à la nutrition et à l'éducation des adolescentes jusqu'à l'âge de 19 ans. Ces actions contribuent à la création des conditions de la transition démographique dans un pays où la population croit de manière exponentielle. Ces actions constituent un élément important de l'opération qui crée le pont entre l'humanitaire et le développement et qui s'articule autour de trois piliers :
- La mise en œuvre d'un paquet intégré d'interventions visant le renforcement de la résilience au niveau du terrain;
- Le développement des capacités ;
- Le développement des partenariats stratégiques.
Tout récemment, en début 2017, la collaboration entre le Niger et le PAM a été élargie à l'exercice de la revue stratégique Faim Zéro en cohérence avec les politiques et stratégies nationales adoptées par le Niger et avec l'Objectif de
Développement Durable n°2 (ODD-2).
Mesdames et messieurs,
S'agissant de la situation alimentaire actuelle au Niger, le gouvernement a élaboré pour 2018 un plan de réponse à l'insécurité alimentaire qui vise à (i) améliorer l'accès aux aliments pour les ménages vulnérables et à l'aliment de bétail pour le cheptel, (ii) renforcer la résilience et protéger les moyens d'existence des ménages fragiles, (iii) contribuer à la réduction de la morbidité et la mortalité liées à la malnutrition et (iv) améliorer le suivi-évaluation et la coordination des interventions. L'objectif chiffré est de venir en aide à 1 624 000 personnes en situation d'insécurité alimentaire sévère en période de soudure et hors soudure. Le coût total des interventions a été évalué à près de 300 millions d'Euros soit environ 200 milliards de francs CFA à mobiliser. Ceci traduit l'importance des défis de mobilisation de ressources pour l'assistance aux populations vulnérables.
Mesdames et messieurs,
Aujourd'hui, les populations nigériennes ont pris conscience de la nécessité de maitriser leur destin. Elles sont activement engagées dans les activités de production et de transformation du monde rural et de l'économie rurale. Elles avancent par le travail dans ces choix politiques et stratégiques du Niger.
Je voudrais au nom du peuple nigérien remercier le PAM pour son engagement à ses côtés, engagement que le Directeur Exécutif a encore réaffirmé à l'occasion de sa récente visite au Niger, en réaffirmant sa détermination à travailler en étroite collaboration avec les autorités Nigériennes pour la mobilisation de ressources nécessaires à la sortie durable du pays de l'insécurité alimentaire et nutritionnelle et le renforcement de la résilience des populations.

Mesdames et messieurs,
Je voudrais renouveler ici, notre appréciation pour le partenariat exemplaire qui lie les pays du Sahel à votre institution. En effet, nulle part ailleurs les missions du PAM n'auront trouvé la pleine mesure de
leur pertinence qu'au Sahel, compte tenu des défis structurels auxquels cette région est confrontée et dont les causes, si diverses, proviennent notamment des contraintes géographiques, démographiques, climatiques, socioéconomiques et sécuritaires.
Les pays membres du G5 Sahel sont convaincus que nous sommes en ce moment à un tournant historique. En effet, il apparait clairement que la volonté politique pour enclencher un changement positif au Sahel est réelle, tant du côté du leadership des pays membres du G5 Sahel, que du côté de nos amis et partenaires. Il nous faut donc saisir ce momentum et réaliser rapidement des avancées décisives dans la mise en œuvre des initiatives pour ramener la paix et la sécurité ainsi que pour accélérer le développement multisectoriel de la région sahélo-saharienne. Sur le plan sécuritaire, nous sommes déjà sur la bonne voie avec la mise en place de notre Force Conjointe.
Sur le plan du développement, outre les initiatives individuelles des pays membres, le G5 Sahel a conçu un Programme d'Investissements Prioritaires (PIP), issu de sa Stratégie pour le Développement et la Sécurité (SDS) et veut rendre rapidement palpable pour nos populations, la volonté de transformation positive graduelle de l'espace Sahel. Ce plan en quatre axes dont un axe relatif à la résilience et au développement humain, fera l'objet d'une table ronde des partenaires le 6 décembre prochain à Nouakchott en Mauritanie.
D'autres initiatives importantes relatives au développement et à la résilience des populations du Sahel sont en cours. C'est le cas pour la commission climat de zone Sahel mise en place en marge de la COP 22, présidée par le Niger et regroupant 17 pays de l'Afrique de l'Ouest, du Centre et de l'Est. Le processus de l'opérationnalisation de cette commission qui a été validée, devrait conduire, avant la fin de l'année 2018, à l'élaboration et à l'adoption d'un Plan d'Investissements Climatiques pour la période 2018 – 2030, assorti d'un Plan d'Investissement prioritaire 2018 - 2020. Les 3 et 4 Novembre 2018, se tiendra a Niamey un sommet des chefs d'Etat et de gouvernements de cette commission, suivi d'une table ronde pour le financement du Plan d'investissement.
C'est également le cas pour la Conférence Internationale sur la Désertification et l'Economie Verte que mon pays s'apprête-t-il à organiser, avec l'appui de certains partenaires dont l'Organisation Internationale de la Francophonie. Cette conférence a pour but de contribuer à mobiliser des appuis supplémentaires pour la mise à l'échelle de bonnes pratiques capitalisées dans ces
domaines.
Les pays du Sahel seraient heureux de compter le PAM parmi les partenaires clés pour la réussite de ces initiatives si importantes pour le développement et la résilience de leurs populations. Avec l'appui du PAM et des autres partenaires nous sommes convaincus que les défis qui accablent les populations du Sahel ne seront bientôt qu'un lointain souvenir.
Je vous remercie »
onep

19/06/18


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, se trouve depuis hier à Rome, en Italie, où il effectue une visite de travail et d'amitié. A son arrivée dans la capitale italienne, le Chef de l'Etat a été accueilli par des autorités italiennes et l'ambassadeur du Niger en Italie, SE. Mme Ingadé Hadiza Noma Kaka, ainsi qu'une forte communauté nigérienne vivant dans ce pays. Quelques instants après, le Président de la République a rencontré à l'hôtel Rome Cavalieri A Waldorf Astoria Resort, la communauté nigérienne vivant en Italie.
La rencontre s'est déroulée en présence du ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba, du ministre Directeur de cabinet du Président de la République, M. Mahamadou Ouhoumoudou, du Haut-Commissaire à l'Initiative 3N, M. Bety, de la première Dame, Hadjia Aïssata Issoufou, et de l'ambassadeur du Niger en Italie, SE. Mme Ingadé Hadiza Noma Kaka.

Plusieurs questions relatives à la vie nationale ainsi qu'aux préoccupations de la diaspora étaient au centre des échanges. Ils ne sont pas très nombreux, les Nigériens qui vivent en Italie. « Nous n'avons pas de statistiques définitives ; on en compte moins d'une centaine à Rome. Cependant, il ya beaucoup d'autres qui vivent depuis plus d'une décennie dans les autres régions du pays », a confié SE. Mme Ingadé Hadiza Noma Kaka.
Cependant, ces compatriotes de la diaspora sont attachés à l'évolution du pays et même disposés à y apporter leurs contributions. En effet, l'une des préoccupations qu'ils ont évoquées au cours de ces échanges, est relative à l'accès au crédit et au transfert d'argent. D'après les représentants de l'Association des Nigériens qui résident en Italie, les principaux problèmes auxquels, ils font face sont les difficultés pour le renouvellement des passeports et celles pour le transfert d'argent et l'accès aux crédits pour ceux qui veulent investir au pays. En effet, le transfert d'argent coûte cher. Ce qui, explique-t-il limite les ardeurs de ceux qui veulent investir au pays. « C'est pourquoi, nous avons sollicité le chef de l'Etat de nous aider à résoudre la question des passeports et celle de la gestion du capital de la diaspora », a confié M. Kané Annour Ibrahim, chargé de Coopération à l'ambassade du Niger en Italie et porte parole de l'Association des Ressortissants Nigériens en Italie (ARNI).
Les ressortissants nigériens vivant en Italie, sont sortis confiants de cette rencontre avec le Chef de l'Etat. « Le Président de la République nous a rassuré que le gouvernement mettra tout en œuvre pour essayer de régler ce problème », a confié M. Kané Annour Ibrahim, précisant que le Chef de l'Etat leur a prodigué de sages conseils. « Il nous a informé de tout ce qu'il est en train de faire pour le Niger.prn-2 Notre devoir, nous de la diaspora, c'est de soutenir notre pays. Nous devons apporter notre contribution dans le cadre du développement du pays à travers par exemple la création des écoles, des aménagements hydroagricoles, amener des ONG italiennes au Niger», a déclaré le Porte-parole de l'ARNI, qui dit souhaiter organiser très bientôt un éductour au Niger pour amener des ONG italiennes qui travaillent en Afrique à comprendre les préoccupations des populations et des autorités.
Il faut noter qu'au cours cette visite de travail, plusieurs activités sont à l'agenda du Chef de l'Etat, dont des rencontres avec le Président du Conseil Italien, le Directeur exécutif du PAM, le Directeur général de la FAO, la Vice présidente du FIDA. De même le Président Issoufou Mahamadou interviendra à la session du PAM et prendra part à la célébration du centenaire de Nelson Mandela.
Siradji Sanda,envoyé spécial(onep)
18/06/18


nigerA l'occasion de la célébration de la fête de l'Aïd El Fitr, le Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, a reçu plusieurs messages de vœux et de félicitations émanant de plusieurs personnalités, dont des Chefs d'Etat, des Responsables des Organisations Internationales, ainsi que des ambassadeurs du Niger.

Messages de vœux adressés à Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou par des Chefs d'Etat :
-Le Président des Etats-Unis, Son Excellence Monsieur DONALD TRUMP;
-Le Président de la République de France, Son Excellence Monsieur EMMANUEL MACRON ;
-Le Président de la République du Togo, Son Excellence Monsieur FAURE GNASSINBE ESSOZIMNA;
-Le Président de la République de Turquie, Son Excellence Monsieur RECEP TAYYIP ERDOGAN;
-Le Président de la République Fédérale du Nigéria, Son Excellence Monsieur MUHAMMADU BUHARI ;
-Le Président de la République Islamique d'Iran, Son Excellence Monsieur HASSAN ROHANI ;
-Le Président de la République du Pakistan, Son Excellence Monsieur MAMNOON HUSSAIN ;
-Le Président de la République d'Algérie, Son Excellence Monsieur ABDELAZIZ BOUTEFLIKA ;
-Le Roi du Maroc, Sa Majesté MOHAMED VI ;
-Le Roi d'Arabie Saoudite, Sa Majesté SALMANE BEN ABDELAZIZ AL SAOUD;
-Le Prince Héritier et Vice-Premier Ministre du Royaume d'Arabie Saoudite, Sa Majesté MOHAMMED BEN SALMAN AL SAOUD;
-Le Président du Burkina Faso, Son Excellence Monsieur ROCK MARK CHRISTIAN KABORE

l Message de vœux adressés à Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, par les Responsables des Organisations Internationales
-Le Président de la Commission de l'Union Africaine, Monsieur MAHAMAT FAKI ;
-Le Chef Exécutif de l'Agence du Nouveau Partenariat pour le Développement de l'Afrique (NEPAD), Monsieur IBRAHIM ASSANE MAYAKI;
-Le Secrétaire Général de la Communauté des Etats Sahélo-Sahariens (CEN SAD);
-L'Ambassadeur Représentant de l'Union Africaine en République Démocratique du Congo, Monsieur ABDOULAYE ABARY;
-Le Représentant Directeur général de la Banque Sahélo-Saharien pour l'Investissement et le Commerce (BSIC), Monsieur ALI OUMAR AL MOCTAR;

Messages de vœux adressés à Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, par les Ambassadeurs du Niger

-De l'Ambassadeur du Niger au Togo, Madame FADJIMATA SIDIBE DIOULA;
-De l'Ambassadeur du Niger au Ghana, Dr ALHOUSSEINI OUSMANE;
-De l'Ambassadeur, Représentant Permanent du Niger auprès des Nations Unies, Monsieur ABDALLAH WAFI;
-De l'Ambassadeur du Niger à Paris, ADO ELHADJI ABOU;
-De l'Ambassadeur du Niger en Turquie, Madame SALOU ADAMA GAZIBO;
-De l'Ambassadeur du Niger au Bénin, Madame SANDI SAHADI ;
-De l'Ambassadeur du Niger à Tripoli, Monsieur MOULOUL ALHOUSSEINI;
Du Consul Général du Soudan, Monsieur AGADA GARBA ;

Onep

18/06/18

Politique

Au Conseil des ministres : Adoption de plusieurs projets de textes dont le projet de loi portant loi de finances pour l'…

Au Conseil des ministres : Adoption de plusieurs projets de textes dont le projet de loi portant loi de finances pour l'année budgétaire 2019, équilibré en recettes et en dépenses à 2.050,76 milliards de francs CFA

Le Conseil des Ministres s'est réuni, hier lundi 17 septembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres.Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :I. AU TITRE DE LA PRESIDENCE DE LA REPUBLIQUE.Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projet...

A la Présidence de la République : Le Président de la République reçoit une délégation de la CAF

A la Présidence de la République : Le Président de la République reçoit une délégation de la CAF

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE Issoufou Mahamadou s'est entretenu vendredi dernier avec une délégation de la Confédération Africaine de Football (CAF) conduite par le président de ladite institution, M. Ahmad Ahmad. A l'issue cette audience, le nouveau président de la CAF, a dit que la visite officielle auprès des Chefs d'Etats des pays africains est toujours une grande retrouvaille entre la CAF et ces Chefs d'Etats. ...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit plusieurs personnalités

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit plusieurs personnalités

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Issoufou Mahamadou, a accordé des audiences, hier à la présidence de la République. Pour la première audience, le Chef de l'Etat a reçu une délégation de la cour des comptes du Sénégal conduite par son Premier président, M. Mamadou Faye. La délégation sénégalaise est allée au palais pour présenter ses condoléances au Président de la République ainsi qu'aux membres de la cour des comptes du ...

Décès de Kofi Annan, ancien Secrétaire Général des Nations Unies : Le Premier ministre prend part aux obsèques à Accra

Décès de Kofi Annan, ancien Secrétaire Général des Nations Unies : Le Premier ministre prend part aux obsèques à Accra

Le Premier ministre, Chef du gouvernement, Son Excellence Monsieur Brigi Rafini, a quitté Niamey hier après-midi, à destination d'Accra au Ghana. Dans la Capitale ghanéenne, SE. Brigi Rafini représente le Président de la République Issoufou Mahamadou aux obsèques de l'ancien Secrétaire Général des Nations Unies Kofi Annan.Le Premier ministre Brigi Rafini est accompagné dans ce déplacement, notamment de M. Mohamed Ibn Chambas, Représenta...

Conférence Régionale sur « l'impunité, l'accès à la Justice et les Droits de l'Homme dans le contexte de nouvelles menac…

Conférence Régionale sur « l'impunité, l'accès à la Justice et les Droits de l'Homme dans le contexte de nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel : Pour une Afrique prospère pacifique et dynamique sur la scène in

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a présidé, le lundi 10 septembre dernier, au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture des travaux de la Conférence régionale sur« l'impunité, l'accès à la Justice et les Droits de l'Homme dans le contexte de nouvelles menaces à la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel ». Ces assises organisées par le Ministère de la Justice en partenariat avec les...

Conférence régionale sur l'impunité, l'accès à la justice et les droits humains dans le contexte de nouvelles menaces a …

Conférence régionale sur l'impunité, l'accès à la justice et les droits humains dans le contexte de nouvelles menaces a la paix et à la sécurité en Afrique de l'Ouest et au Sahel: "Aucun criminel, aucun terroriste ne doit se sentir à l'abri dans notr

Monsieur le Premier Ministre,Monsieur le Vice-Président de l'Assemblée Nationale,Mesdames et Messieurs les Présidents des Institutions des pays représentés à la présente rencontre,Mesdames et Messieurs les Ministres,Mesdames et Messieurs les Députés Nationaux,Monsieur le Représentant Spécial du secrétaire Général des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel, Chef de UNOWAS,Madame la Représentante du Président de la Commission...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit la ministre des Affaires étrangères du Rwanda et les Command…

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat reçoit la ministre des Affaires étrangères du Rwanda et les Commandants entrant et sortant de la Force Conjointe G 5 Sahel

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a reçu en audience, samedi dernier, la ministre des Affaires étrangères du Rwanda, Mme Louise Mushikiwabo. La cheffe de la diplomatie rwandaise, qui est candidate au poste du Secrétaire générale de l'Organisation Internationale de la Francophonie (OIF), a entrepris une tournée internationale dans le cadre justement de cette candidature avant la tenue du XVIIème sommet ...

Cérémonie de décoration du Commandant sortant de la Force Conjointe G 5 Sahel: Le Général de Division Dacko Didier élevé…

Cérémonie de décoration du Commandant sortant de la Force Conjointe G 5 Sahel: Le Général de Division Dacko Didier élevé au grade de Commandeur dans l'ordre du mérite du Niger

C'est sous une fine pluie que le ministre de la Défense Nationale M. Kalla Moutari a présidé vendredi dernier, au Poste de Commandement du fuseau centre (qui concerne le Niger ; Burkina Faso et le Mali) de la Force Conjointe G5 Sahel, la cérémonie de décoration du Général de Division Dacko Didier, Commandant sortant de ladite Force. Après la revue des troupes, le ministre de la Défense qui est accompagné par le Chef d'Etat Major Général...

Congrès extraordinaire de l'Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP-Zaman Lahiya) : M. Moussa Hassane…

Congrès extraordinaire de l'Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès (ANDP-Zaman Lahiya) : M. Moussa Hassane Barazé élu président du parti

La formation politique ''Alliance Nigérienne pour la Démocratie et le Progrès'' (ANDP-Zaman Lahiya) a tenu samedi dernier dans la grande salle de l'Académie des Arts Martiaux de Niamey, un congrès extraordinaire électif en présence de 346 sur 529 délégués venus de toutes les régions du Niger et de la diaspora. Au total trois (3) candidatures ont été retenues par la commission permanente des candidatures et vérification des mandats. Il s...

Clôture de la 3ème conférence parlementaire sur la migration à Niamey : Des récommandations pertinentes sur la gestion d…

Clôture de la 3ème conférence parlementaire sur la migration à Niamey : Des récommandations pertinentes sur la gestion de la migration

Les travaux de la 3ème conférence parlementaire sur la migration, ont pris fin hier, à l'hémicycle de l'Assemblée nationale place de la concertation. Durant deux jours, les parlementaires venus de plusieurs pays d'Afrique ont mené la réflexion sur le thème: « Promouvoir une migration sûre, ordonnée et régulière : quel rôle pour le parlement y compris dans la mise en œuvre du pacte mondial y relatif ». Les parlementaires ont compris la n...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electric…

Cinquantenaire de la Société Nigérienne d'Electricité (NIGELEC) : Boukari Kané, une figure marquante de la NIGELEC

Il est incontestablement celui qui a posé les jalons de la Société Nigérienne de l'Electri...

lundi 10 septembre 2018

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 mi…

Les grands projets de la NIGELEC : Environs 552 milliards FCFA injectés pour améliorer et étendre la fourniture d'électricité

Créée en septembre 1968, la Société Nigérienne d'Électricité (NIGELEC) succède à la Saféle...

lundi 10 septembre 2018

Diner de gala de la Nigelec : La société honore se…

Diner de gala de la Nigelec : La société honore ses anciens dirigeants, ses meilleurs agents et clients

A l'occasion de son cinquantième anniversaire, la Société Nigérienne d'Electricité (Nigele...

lundi 10 septembre 2018

L'air du temps

Tous à la ceinture et au casque !

Tous à la ceinture et au casque !

C'est désormais officiel et c'est d'une grande rigueur : à partir du 1er octobre prochain,...

vendredi 14 septembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.