Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


signatureLe Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou a signé deux (2) décrets, portant inscription et nomination au sein des Forces Armées Nigériennes et de la Gendarmerie Nationale, au titre de l'avancement normal pour l'année 2018.

Aux termes du premier décret, est inscrit au tableau d'avancement complémentaire au titre de l'avancement normal pour l'année 2018 et nommé au grade supérieur, le Médecin Sous-lieutenant des Forces Armées Nigériennes dont le nom suit, pour compter du 1er octobre 2018.

Au Grade de Médecin-lieutenant

Le Médecin Sous-lieutenant :

ALASSANE IBRAHIM ATTAHER Mle OA/SM

Aux termes du second décret, sont inscrits au tableau d'avancement complémentaire au titre de l'année budgétaire 2018 et nommés au grade supérieur, les Aspirants de la Gendarmerie Nationale dont les noms suivent, pour compter du 1er octobre 2018.

Au Grade de Sous-lieutenant

Le Aspirants :

SOUMANA YAYE DIOFFO Mle 4223
HAROUNA AMADOU GARBA Mle 4001
ABOUBACAR MOUDI ABDOU Mle 4310
HAMA MOUSSA HASSANE Mle 4424
ADAMOU HASSOUMI Mle 4908
HASSANE DJIBO IBRAHIM Mle 5165
SOUMAILA NOMA MAHAMADOU Mle 5695
YAHAYA ALI ADAMOU Mle 7183

Onep


mpn-1L'arène de lutte traditionnelle de Niamey a servi de cadre le 29 décembre dernier à la tenue du congrès de la refondation, couplé au 3ème anniversaire du Mouvement Patriotique du Niger (MPN-Kiishin Kassa). Ils étaient nombreux, hommes et femmes aux couleurs rouge et or du parti, à répondre à l'appel de leur leader Ibrahim Yacouba, ce qui tend à prouver que le parti est intact malgré les rumeurs relatives à son affaiblissement. L'ouverture des travaux du congrès ont été dirigés par le président en exercice du parti en présence des représentants des partis amis et alliés et de plusieurs invités.
Dans son allocution, le président du MPN Kiishin Kassa M. Ibrahim Yacoubou a tenu tout d'abord à saluer les militants du parti pour la confiance et leur mobilisation qui ont fait de l'évènement une réussite. Il a fait une mention spéciale aux jeunes et aux femmes du parti ce qu'il est aujourd'hui. Selon lui l'attachement des militants au parti ainsi que l'amour qu'ils lui vouent, ont constitué un solide système immunitaire qui lui aura garanti une stabilité remarquable, malgré les multiples tentatives de déstabilisation.mpn-2
Le président Ibrahim Yacoubou a ensuite rassuré ses militants que le parti MPN-Kiishin Kassa va réussir dans ses actions pour montrer qu'il est possible de se mettre ensemble pour se défendre et construire l'avenir. Car, « ce que l'union n'a pas pu construire, la division le détruira », a-t-il martelé avant de souhaiter aux militants et militantes, un joyeux anniversaire et un bon déroulement du congrès.
Il faut noter qu'au cours de la cérémonie d'ouverture, les représentants des partis de l'opposition ont prononcé des allocutions axées sur cette refondation et sur la révision du code électoral. Ils ont exprimé leur soutien au MPN tout en réaffirmant leur engagement à mener des actions qui cadrent avec le slogan MPN-Kiishin Kassa pour la réalisation d'un rassemblement pour le changement au Niger.

Seini Seydou Zakaria(onep)

02/01/19


prn-1« Nous avons progressé en 2018 et nous progresserons, plaise à Dieu, en 2019 », déclare SEM. Issoufou Mahamadou.
« NIGERIENNES,
NIGERIENS,
MES CHERS CONCITOYENS,
Je suis heureux de vous présenter, pour la huitième fois, mes vœux de nouvel an. Un regard rétrospectif, sur ces huit années passées ensemble, me fait penser à ce que disait le poète : « Si tu vas devant toi pour aller devant toi, C'est bien ; l'homme se meut, et c'est là son emploi ; C'est en errant ainsi, c'est en jetant la sonde qu'Euler trouve une loi, que Colomb trouve un monde.... Les hommes en travail sont grands des pas qu'ils font ; leur destination, c'est d'aller, portant l'arche......, c'est d'être en marche ; et cette marche, avec l'infini pour flambeau,.... C'est le progrès. Jamais l'homme ne se repose .... ».
Oui, jamais l'homme ne se repose et notre ambition c'est d'aller de l'avant, d'aller devant nous, en faisant ne serait-ce que des petits pas, de faire des progrès chaque jour, chaque semaine, chaque mois et chaque année. Une nation se construit dans la durée, à travers la solidarité des générations dont chacune a sa mission. La mission de notre génération est de mettre en œuvre, sans relâche, les priorités du programme de renaissance.
Notre mission, je n'ai de cesse de le rappeler, est de faire renaître le Niger sur le plan culturel, d'en assurer la sécurité, d'en consolider et d'en stabiliser les institutions démocratiques, d'en équiper le territoire avec des infrastructures routières, ferroviaires, énergétiques, de télécommunication, d'en moderniser les villes, d'en nourrir les populations, d'en assurer l'éducation, la formation et la santé des enfants, d'en assurer l'alimentation en eau. Notre mission est, en fin, de créer des emplois abondants pour notre jeunesse. C'est à cette mission que nous nous sommes employés depuis 2011. En particulier, c'est à cette mission que nous nous sommes employés en 2018. C'est à cette mission que nous nous emploierons en 2019.
MES CHERS CONCITOYENS,
Nous avons progressé en 2018 et nous progresserons, plaise à Dieu, en 2019. En effet sur le plan économique, notre pays a enregistré un taux de croissance économique de 5,2%, taux nettement au-dessus de la moyenne de 3% pour l'ensemble des pays de la CEDEAO et du taux de 3,7% pour l'économie mondiale. Cette croissance relativement forte est engendrée par une bonne production agricole, avec la mise en œuvre de l'Initiative 3N ainsi que par les investissements dans des projets structurants.
Ayant évoqué le bilan de la campagne agricole à l'occasion du message à la nation du 18 Décembre dernier, permettez-moi de ne pas y revenir. S'agissant des projets structurants, permettez-moi de rappeler qu'au cours de l'année 2018, nous avons inauguré l'échangeur Diori Hamani et ses voies d'accès, la route Balléyara- Loga, la route Zinder-Magaria- Frontière avec le Nigéria, la centrale solaire de Malbaza. Les travaux de modernisation de la ville de Zinder, dans le cadre du projet Zinder Saboua, ont permis de fêter le 60ème anniversaire de la République dans la joie et l'allégresse.
Les travaux de construction des routes Tchadoua-Mayahi, Ballayara-Filingué qui s'ajoute au tronçon Filingué-Sanam, Madaoua- Bouza-Keita-Tamaské, ceux de l'hôpital de référence de Maradi et de l'hôpital de l'amitié Nigero-Turque ainsi que ceux de la Télévision Numérique Terrestre (TNT) sont terminés, tandis que ceux des routes Maradi-Madarounfa- frontière avec le Nigéria, Arlit-Assamaka-frontière avec l'Algérie, Agadez- embranchement Ingall, Illéla-Bagaroua, du pont Djibo Bakary à Farié, du troisième pont Seyni Kountché à Niamey, de la modernisation de l'aéroport Diori Hamani, de la voie express aéroport de Niamey centre-ville, de l'Hôtel présidentiel, du centre de conférence Mahatma Gandi sont en cours. L'année 2018 a vu par ailleurs le lancement des travaux de l'usine de traitement d'eau de Goudel, du programme millenium Challenge qui comprend des aménagements Hydro-agricoles, les routes Dosso-Béla et Margou-Gaya.
Pour 2019, il est prévu une croissance de 6,5%. L'année 2019 verra le plein redémarrage des travaux du barrage de Kandadji, la reprise des travaux de la route Diffa-N'Guigmi- Frontière Tchad, le lancement des travaux des routes Tahoua-Tamaya-embranchement Ingall, Agadez-Arlit, Zinder-Tanout, Tahoua-Sanam, Loga-Doutchi-Fontière avec le Nigéria, Tamaské-Kalfou-Tahoua, Doutchi- Konni, de la corniche Yantala, d'aménagement de la vallée de la culture, de l'hôtel du Ministère des Finances, des centrales solaires d'Agadez et de Gorou Banda et ceux de la modernisation de la ville de Tillabéry dans le cadre du projet Tillabéry Tchandalo. Nous mettrons tout en œuvre pour lancer la route Banibangou- Balléyara programmée dans le cadre du Plan d'Investissement Prioritaire (PIP) du G5 Sahel
Le taux de croissance moyen pour les cinq prochaines années est estimé à 7%. Parmi les secteurs structurants porteurs de cette croissance, il y a le secteur pétrolier qui recevra quatre (4) milliards de dollars US d'investissement en 2019 et 2020.
MES CHERS CONCITOYENS,
Comme nous venons de le voir, notre pays est partout en chantier. La mise en place des fondations de son émergence est en cours. Gouvernement met tout en œuvre pour que la croissance économique, qui en résulte soit durable. C'est pour cette raison que nous poursuivons les actions de modernisation de notre économie, ce qui nécessite un cadre macro-économique sain. C'est fort de cette conviction que le Gouvernement a poursuivi, en 2018, la mise en œuvre du programme de réformes appuyé par la facilité élargie de crédit du FMI.
Les évaluations successives conduites par cette institution et les autres partenaires techniques et financiers confirment la marche de notre pays vers un cadre macro-économique sain, propice au progrès économique et social. Ainsi, le déficit budgétaire est progressivement réduit et pourrait être en dessous de 3% en 2020. Le taux d'inflation de 2,9% en 2018, reste en deçà de la norme UEMOA de 3% et ce malgré les mesures de correction fiscale adoptée en 2018. Il sera de 2,4% en 2019, année au cours de laquelle, les mesures et réformes engagées seront poursuivies avec des objectifs encore plus ambitieux.
Ces réformes et mesures porteront sur l'informatisation des régies financières, la réforme de la fonction publique, la réforme et la rationalisation des établissements publics, un recours accru aux PPP excluant les contributions financières et garanties publiques, une meilleure transparence des finances publiques ainsi que la bancarisation des paiements publics et l'inclusion financière dont la stratégie vient d'être révisée par le Gouvernement. L'amélioration du climat des affaires, entreprise les années précédentes, poursuivie en 2018, sera renforcée en 2019 car l'ambition du Gouvernement est de faire du secteur privé, national et étranger, un puissant moteur de la croissance économique. C'est le lieu de noter l'énorme effort d'apurement des arriérés intérieurs réalisé par le Gouvernement au cours de l'année 2018 : cent neuf (109) milliards, tout paiement confondu, ont été payés aux opérateurs économiques.
MES CHERS CONCITOYENS,
Le Gouvernement met tout en œuvre pour que la croissance soit inclusive. Il met tout en œuvre pour en redistribuer les fruits à travers l'impôt. Il met tout en œuvre pour éliminer la pauvreté et réduire les inégalités, notamment en investissant dans l'éducation, la formation, et la santé. Les budgets 2018 et 2019 reflètent bien notre préoccupation relative à une bonne redistribution des fruits de la croissance.
En 2018, le secteur de l'éducation a connu des réformes importantes qui permettront d'en améliorer la qualité. Pour honorer sa promesse relative à l'école gratuite et obligatoire jusqu'à l'âge de seize (16) ans, le Gouvernement a distribué des fournitures scolaires et poursuivi la construction des classes. Le Gouvernement a poursuivi ses efforts en vue de protéger la scolarisation de la jeune fille. Il a engagé une vaste campagne de sensibilisation pour mettre fin au scandale des mariages et grossesses précoces. C'est le lieu de saluer et d'encourager les chefs traditionnels et religieux ainsi que les partenaires pour leur contribution décisive à cette campagne. Enfin, dans le secteur de l'éducation, le Gouvernement s'attaque à un défi majeur, celui de l'accroissement rapide de l'espérance de vie scolaire qui permettra d'accroître la durée de vie scolaire moyenne, facteur responsable de la faiblesse de notre indice de développement humain.
S'agissant de la santé, nous notons avec satisfaction l'amélioration de l'espérance de vie. Dans ce secteur, le Gouvernement a continué à mettre l'accent sur la prévention à travers le renforcement de la vaccination de routine, sur l'approvisionnement en médicaments, sur la construction de centres de santé intégrés (CSI), de centres hospitaliers dont l'hôpital de référence de Maradi et l'hôpital de l'amitié nigéro-turque évoqués plus haut.
Grâce aux actions du Gouvernement dans les secteurs de l'éducation et de la santé, les conditions de la transition démographiques sont en train d'être progressivement réunies. Nous notons déjà une réduction du taux de fécondité qui passe de 7,6 à 6 enfants par femme. C'est le lieu de rappeler que 75% de notre population ont un âge inférieur à 25 ans. C'est un atout formidable pour l'avenir mais c'est aussi une menace. Pour que cela soit un atout il faut que nous transformions cet actif démographique en dividende économique.prn-2 C'est le sens de la politique nationale de population élaborée et mise en œuvre par le Gouvernement.
MES CHERS CONCITOYENS,
Nos institutions démocratiques, se sont davantage consolidées en 2018. Elles ont pu faire face au défi sécuritaire dans une région où la sécurité demeure une préoccupation majeure. J'ai eu déjà à évoquer cette question centrale, dont la persistance freine nos actions de développement, à l'occasion de mon message à la nation, le 18 Décembre dernier. Je voudrais, juste, mettre à profit la présente occasion pour renouveler mes encouragements et mes félicitations aux forces de défense et de sécurité pour le professionnalisme avec lequel elles accomplissent leur mission. Je fonde l'espoir que les sacrifices qu'elles consentent dans la défense de la patrie seront sanctionnés par une victoire écrasante et définitive contre l'ennemi en 2019.
Nos institutions ont aussi pu faire face à certaines poussées de fièvre inévitables dans toute démocratie. A ces occasions, j'ai pu noter que la plupart des manifestants, favorables aux manifestations pacifiques dans le respect des lois, ont fait preuve de maturité politique, ne confondant pas démocratie, ce pouvoir du peuple qui s'exprime raisonnablement et avec responsabilité dans les urnes, avec ochlocratie, cette forme dégradée de la démocratie, ce pouvoir de la foule qui s'exprime passionnément et aveuglement dans la rue, entraînant destructions et chaos. C'est le lieu de féliciter le Gouvernement et les partenaires sociaux pour la qualité du dialogue qu'ils ont entretenu, tout au long de l'année 2018. Je fonde l'espoir que ce dialogue sera renforcé en 2019.
MES CHERS CONCITOYENS,
Cette année, à l'occasion de la fête, commémorant la date de la proclamation de la République, à Zinder, la jeunesse nigérienne a rivalisé d'ingéniosité, de créativité et de talent, avec l'organisation du concours dénommé e-takara. Il en a été de même pour la compétition de Plan d'Affaires organisé par la chambre de commerce et de l'industrie.
Plus de quatre mille (4000) jeunes y ont participé et les lauréats primés ont reçu six cent cinquante-cinq (655) millions de FCFA. Je me félicite de l'engouement que ces concours, qui ont vocation à révéler, célébrer et valoriser le génie créateur de nos jeunes, ont suscité.
Notre ambition de faire du Niger un hub de l'innovation est en train de faire son chemin. Les jeunes démontrent, chaque jour qui passe, leur capacité à apporter des réponses actuelles et innovantes aux problèmes socio-économiques de notre pays. L'innovation technologique est un vecteur de la croissance économique. A tous ces jeunes, j'adresse un message d'espoir, notre pays a besoin d'eux, de leur génie, de leur contribution dans la construction de la nation.
MES CHERS CONCITOYENS,
L'année qui s'annonce est celle où notre pays aura l'occasion d'accueillir la Conférence de l'Union Africaine. Conformément aux traditions et coutumes qui sont les nôtres, je ne doute pas que vous recevrez nos hôtes avec une légitime fierté et une hospitalité qui n'a jamais fait défaut en pareille circonstance. Les infrastructures dont se dote notre pays, afin d'accueillir dignement nos hôtes, permettront de renforcer sa compétitivité dans l'accueil d'évènements internationaux.
Je sais que vous attendez avec impatience la tenue de ce sommet qui sera l'occasion de constater l'entrée en vigueur de l'Accord sur la Zone de Libre Echange Continentale Africaine. D'autres rencontres continentales majeures précéderont cet important sommet : il s'agit de la Coupe d'Afrique de Football des jeunes de moins de 19 ans et du Sommet Climat de la Région du Sahel. Ces deux évènements seront une répétition en vue du Sommet de l'Union Africaine.
MES CHERS CONCITOYENS,
Ainsi que vous pouvez le constater, l'année 2019 s'annonce sous de bons auspices
Bonne et heureuse année à toutes et à tous !
Que Dieu bénisse le Niger et son peuple
JE VOUS REMERCIE.


conseilLe Conseil des Ministres s'est réuni le vendredi 28 décembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des Ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris plusieurs décisions.

I. AU TITRE DU MINISTERE DES FINANCES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant adoption du Document de la Stratégie Nationale de Finance Inclusive Révisée et de son Plan d'Actions.
Le diagnostic sur la pauvreté au Niger établi en 2012 a fait ressortir la nécessité de disposer d'un système financier adapté aux besoins des populations pauvres, traditionnellement exclues du système bancaire classique. Cette situation a amené le Gouvernement à adopter le 29 juillet 2015, une Stratégie Nationale de Finance Inclusive (SNFI).
Suite à l'adoption de cette Stratégie, le contexte de l'inclusion financière a fortement changé notamment avec l'adoption par la BCEAO d'une Stratégie Régionale d'Inclusion Financière en 2016, pour le compte des huit (8) Etats de l'UEMOA. C'est en vue de s'aligner à cette Stratégie Régionale de la Banque Centrale des Etats de l'Afrique de l'Ouest et de prendre en compte tous ces changements que le Gouvernement du Niger à travers le Ministère des Finances a décidé d'actualiser la stratégie existante dans le but d'apporter des améliorations plus conséquentes à l'environnement financier et bancaire.
L'objectif spécifique de cette stratégie révisée vise à permettre aux populations exclues du système bancaire classique et à celles qui sont économiquement vulnérables, d'accéder à des services financiers diversifiés, innovants, de qualité et à moindre coût permettant, par conséquent, d'améliorer substantiellement le taux de bancarisation qui est de 6,3% et celui des Systèmes Financiers Décentralisés qui est de 10%.

II. AU TITRE DU MINISTERE DE LA JUSTICE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant organisation du Ministère de la Justice.
L'organisation du Ministère de la Justice telle qu'elle ressort du décret n° 2017-10 du 06 janvier 2017, ne répond plus aux exigences actuelles notamment celles résultant des recommandations du groupe de travail en charge de l'initiative présidentielle pour l'amélioration de la Gouvernance sécuritaire (SGI) concluant à la réorganisation du département de la communication au sein des ministères en charge de la Justice, de la Défense et de l'Intérieur d'une part, et la directive n° 03/2012/CM/UEMOA du 29 juin 2012 portant sur la comptabilité des matières d'autre part.
Le présent projet de décret est une refonte totale du décret actuel portant organisation du Ministère de la Justice en vue de prendre en compte les recommandations ci-dessus évoquées. Cette refonte permettra en outre la création d'une cellule de coopération judiciaire et d'entraide pénale rattachée au Cabinet du Ministre dont les missions seront entre autres, la centralisation et la transmission des demandes d'extradition et d'entraide pénale internationale, ainsi que le transfèrement des détenus condamnés dans le cadre des accords de coopération judiciaire.

III. AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, DE L'ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L'EDUCATION CIVIQUE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret modifiant et complétant le décret n° 2016-352/PRN/MEP/A/PLN/EC du 08 juillet 2016, portant organisation du Ministère de l'Enseignement Primaire, de l'Alphabétisation, de la Promotion des Langues Nationales et de l'Education Civique.
L'Etat du Niger s'est engagé résolument dans le processus de transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux collectivités territoriales. Les domaines concernés sont ceux de l'éducation, de la santé, de l'hydraulique et de l'environnement, conformément au décret du 26 janvier 2016, portant transfert des compétences et des ressources de l'Etat aux communes. Relativement au secteur de l'éducation, cinq (05) compétences sont transférées à savoir : la construction et l'entretien des infrastructures scolaires ; l'équipement des infrastructures scolaires ; l'acquisition et la gestion des fournitures scolaires et des matériels pédagogiques et ludo-éducatifs ; l'élaboration de la carte scolaire ; le recrutement et la gestion des enseignants contractuels.
Le présent projet de décret est pris dans le cadre de la mise en œuvre effective de ce processus de transfert des compétences afin d'adapter le cadre organisationnel dans le domaine de l'éducation.

IV. AU TITRE DU MINISTERE DES DOMAINES, DE L'URBANISME ET DU LOGEMENT.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant déclassement d'une portion du domaine public de voirie dans la ville de Niamey.

Le plan du lotissement de la cité « UA 1 » initié par l'Agence Nationale pour l'Organisation de la Conférence de l'Union Africaine au Niger en 2019, prévoit la construction de 15 villas de haut standing. Lors de l'implantation de l'aménagement, les bornes de certaines parcelles se sont retrouvées dans la voie publique. Pour rendre possible la prise en compte de cette portion du domaine public de voirie et permettre la création des titres fonciers sur toutes les parcelles en bordure de ladite voie, son déclassement du domaine public de voirie au domaine privé de l'Etat s'avère nécessaire. C'est l'objet du présent projet de décret.

V. AU TITRE DU MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DE L'ECONOMIE NUMERIQUE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret déterminant les modalités de rémunération du trafic des communications internationales entrant à destination du Niger.
Dans le cadre de sa politique de libéralisation progressive du secteur des télécommunications, l'Etat et ses partenaires ont consenti d'énormes efforts, tant du point de vue des infrastructures que des services, afin d'assurer le développement d'une économie numérique au Niger. Les réformes engagées cette année dans le secteur ont permis l'adoption de la loi n° 2018-45 du 12 juillet 2018, portant règlementation des communications électroniques au Niger et de la loi n° 2018-47 du 12 juillet 2018, portant création, organisation et fonctionnement de l'Autorité de Régulation des Communications Electroniques et de la Poste (ARCEP).
L'adoption de ces deux (2) lois a permis d'une part, à notre pays de se conformer aux textes communautaires de la CEDEAO et de l'UEMOA, et d'autre part, de promouvoir le développement de l'économie numérique pour faire contribuer davantage le secteur à la mobilisation des ressources au profit de l'Etat. C'est pourquoi, aux termes de l'article 321 de la loi n° 2018-79 du 17 décembre 2018, portant loi de finances pour l'année budgétaire 2019, il a été institué au profit du budget de l'Etat, une Taxe sur la Terminaison du Trafic International Entrant (TATTIE). Le présent projet de décret détermine la rémunération de la destination Niger avec ou sans transit et les modalités de sa répartition.

VI. AU TITRE DU MINISTERE DES MINES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les projets de textes ci-après :

6.1. Projet de décret portant approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la Société COMINAK pour le périmètre « EBBA ».

6.2. Projet de décret portant approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la Société COMINAK pour les périmètres « Akouta et Akola ».

6.3. Projet de décret portant approbation et publication au Journal Officiel de la République du Niger de la Convention Minière entre la République du Niger et la Société SOMAÏR pour les périmètres « Arlette, Tassa-N'Taghalgué, Tamou Est et Artois Nord ».

Les trois Conventions, objet des présents projets de décrets ont été négociées conformément aux dispositions du règlement communautaire n° 18/2003/CM/UEMOA du 22 décembre 2003, portant code minier communautaire et de l'ordonnance n° 93-016 du 02 mars 1993 portant loi minière. Les précédentes Conventions arrivant à terme le 31 décembre 2018, les présents projets de Conventions interviennent pour définir le nouveau cadre régissant les relations entre la République du Niger et les deux (02) sociétés minières dans le cadre de l'exploitation des périmètres concernés.

VII. AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENERGIE.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté le projet de décret portant approbation de la convention de concession de l'activité du service public de production de l'énergie électrique entre l'Etat du Niger et la SONICHAR-SA.
Au Niger, les activités de production, de transport et de distribution de l'énergie électrique sont exercées par la NIGELEC, sous le régime de concession, avec une dérogation accordée à la SONICHAR-SA dans la région d'Agadez, pour la production de l'énergie électrique qu'elle vend à la NIGELEC et aux sociétés minières d'Arlit. L'activité de service public de production d'énergie électrique assurée par la SONICHAR-SA est régie par la Convention d'Etablissement signée le 1er septembre 1977, qui arrive à son terme en fin 2018. Le présent projet de décret vise non seulement à renouveler cette convention, mais aussi à doter la SONICHAR-SA d'un outil juridique conforme au nouveau Code de l'électricité dans le cadre de la concession de l'activité du service public de production de l'énergie électrique entre l'Etat du Niger et ladite société.

VIII. MESURES NOMINATIVES.
Le Conseil des Ministres a examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.

• Monsieur Oumarou Aboubacar, directeur administratif, Mle 87075/W, est nommé directeur des marchés publics et des délégations de service public, au Ministère de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses en remplacement de Monsieur Ibrahim Issa admis à faire valoir ses droits à la retraite.

AU TITRE DU MINISTERE DES DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L'INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L'EXTERIEUR.

• Monsieur Abarry Abdou, cadre supérieur des Affaires Etrangères, est nommé représentant permanent du Niger auprès des Nations Unies à New York.

• Monsieur Abdallah Wafy est nommé ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Niger auprès des Etats Unis d'Amérique.

• Madame Seydou Mariama, cadre supérieur des Affaires Etrangères, est nommée ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire du Niger en Afrique du Sud.

• Madame Fatima Djibo Sidikou est nommée ambassadeur extraordinaire et plénipotentiaire de la République du Niger auprès de la République du Sénégal.

• Professeur André Salifou est nommé ambassadeur itinérant.

• Professeur Hassana Alidou, Ph.D, est nommée ambassadeur itinérant.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENSEIGNEMENT PRIMAIRE, DE L'ALPHABETISATION, DE LA PROMOTION DES LANGUES NATIONALES ET DE L'EDUCATION CIVIQUE.

• Monsieur Hassane Saïdou, inspecteur de l'enseignement primaire, Mle 53113/Y, est nommé directeur de l'enseignement du cycle primaire classique.

AU TITRE DU MINISTERE DES POSTES, DES TELECOMMUNICATIONS ET DE L'ECONOMIE NUMERIQUE.

• Monsieur Abdou Omar, maîtrise en finance banque, Mle 114830/D, est nommé directeur des marchés publics et des délégations de service public, au Ministère des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique.

AU TITRE DU MINISTERE DE L'ENERGIE.

• Monsieur Yagi Hakimi Salifou, ingénieur en électricité et électronique, Mle 117091/J, est nommé secrétaire général adjoint du Ministère de l'Energie.

AU TITRE DU MINISTERE DE LA RENAISSANCE CULTURELLE, DES ARTS ET DE LA MODERNISATION SOCIALE

• Monsieur Moussa Harou, Mle 59292/W, est nommé secrétaire général en remplacement de Monsieur Oumarou Moussa, admis à faire valoir ses droits à la retraite.

• Monsieur Abdourahamane Goni Boulama, Mle 115845/V, est nommé secrétaire général adjoint.

• Madame Fatima Djiré, administratrice culturelle, Mle 60430/D, est nommée conseillère technique du Ministre en remplacement de Monsieur Danladi Adamou, appelé à d'autres fonctions.

• Monsieur Danladi Adamou, Mle 50882/S, est nommé directeur général du patrimoine culturel et de la promotion des loisirs, au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.

• Madame Zakari Halimatou, juriste, Mle 116835/B, est nommée directrice de la législation, au Ministère de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale.

IX. COMMUNICATIONS.

Le Conseil des Ministres a entendu plusieurs communications :

• une (1) communication du Ministre d'Etat, Ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses sur la situation de la Ville de Niamey.

A l'installation de la Délégation Spéciale en août 2017, la Ville de Niamey était dans une situation très peu reluisante tant au plan social, administratif qu'économique.

Pour répondre dans l'urgence à tous ces problèmes, le Président de la Délégation Spéciale a, dès sa prise de fonction, multiplié les contacts tant avec le personnel de la ville qu'avec la population à travers les leaders d'opinions, les organisations féminines, les organisations des jeunes et les partenaires techniques et financiers.

Cinq (05) thématiques ont été définies et chacun des cinq (05) Délégués Spéciaux devaient prendre en charge une thématique autour des problèmes qui assaillent la population.

Aujourd'hui, on peut affirmer sans complaisance que les résultats sont satisfaisants sur tous les plans. Niamey a su relever le défi de la renaissance avec des ressources humaines et matérielles bien gérées, des ressources financières mobilisées et dépensées de manière efficace et responsable, une ville plus saine et un effort dans le sens de la sécurisation et de la discipline de la population.

Ainsi, la ville de Niamey mobilise actuellement soixante-dix (70) millions de francs de ressources propres par semaine contre le montant dérisoire d'une dizaine de millions mobilisé jusqu'en mi-août 2017.

De l'installation de la Délégation Spéciale en mi-août 2017 au 31 décembre 2017, un montant d'un milliard sept cent soixante onze millions neuf cent cinquante neuf mille huit cent vingt trois (1 771 959 823) francs a été mobilisé en ressources propres de la Ville.

Au 30 novembre 2018, les recettes propres mobilisées sont de deux milliards quatre cent soixante millions cent quatre vingt quatre mille six cent trente sept (2 460 184 637) francs.

• une communication du Ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique sur la situation actuelle de Niger Poste et sa contribution à l'inclusion financière au Niger.

Née de la transformation de l'ONPE en 2005, Niger Poste est une société d'Etat concessionnaire de service public universel (distributeur de Courrier et Colis). Elle offre des services financiers à travers notamment, les transferts d'argent, les paiements de factures et les Comptes Courants Postaux (CCP). En plus des réformes institutionnelles entreprises par le Ministère de tutelle, d'intenses efforts sont en cours de déploiement à l'interne au niveau de Niger Poste. C'est ainsi qu'une nouvelle stratégie de marketing et de gouvernance a été mise en place en 2017. Un Plan stratégique basé sur trois (3) axes, à savoir : la confiance, l'innovation et la proximité a été élaboré ayant pour objectif principal de booster le chiffre d'affaires de ladite Société.

Grâce à la mise en œuvre de cette nouvelle stratégie, le chiffre d'affaires prévisionnel a considérablement augmenté, passant de 900 millions en 2017 à 3,2 milliards en 2018. Ce résultat est dû aux performances de la Société sur certains produits notamment : le transfert d'argent dont le volume a doublé, le paiement de factures qui place Niger Poste comme numéro 1 des partenaires de la NIGELEC, la Logistic Post où Niger Poste est le partenaire exclusif de l'organisation de l'UA 2019 dans le cadre de la construction du nouvel aéroport, de l'hôtel présidentiel, du centre de conférences, de l'hôtel royal continental, etc.

D'autre part, le Ministère des Finances a retenu Niger Poste comme le partenaire exclusif pour la bancarisation des contractuels de l'Etat ; un flux d'au moins soixante-dix mille (70.000) contractuels sera géré par cette Société. D'autres projets innovants sont en cours de déploiement visant entre autres, à renforcer la position d'acteur majeur et incontournable de l'inclusion financière au Niger de la Société. Il s'agit notamment de : partenariat « village intelligent » (extension du réseau) ; accelPost (accélérateur de projets portés par les jeunes) ; déploiement d'une plateforme de transfert d'argent propre à la Poste ; digitalisation des services financiers (wallet...) ; déploiement d'un logiciel pour les opérations postales (Post@lia) et d'un logiciel de comptabilité analytique ; déploiement de la 1ère plateforme e-commerce Kaomini dans tout le pays et à l'international.
Le Conseil des Ministres tient à féliciter le Président de la Délégation Spéciale de la Ville de Niamey et le Directeur Général de Niger Poste ainsi que leurs collaborateurs, pour les efforts inlassables et la détermination dont ils ont fait montre pour la dynamisation et la viabilisation de leurs institutions respectives.
• une (1) communication du Ministre du Tourisme et de l'Artisanat relative au Contrat de Partenariat Public-Privé entre l'Etat du Niger et le groupe BRAVIA Hôtels sur la rénovation et la gestion de l'Hôtel Gaweye.

L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep

 

 

 


PMLe Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, a convié hier matin, dans la salle de banquet de la primature, les Secrétaires Généraux, leurs adjoints et les Inspecteurs Généraux de Services (IGS) des ministères à une rencontre d'échanges. Cette dernière qui intervient à l'orée de l'année 2019 vise essentiellement à chercher ensemble les voies et moyens permettant d'insuffler une dynamique nouvelle au sein de l'appareil administratif nigérien. Le diagnostic de l'administration publique a relevé malheureusement un certain nombre de comportements qui freinent la performance de l'administration et par effet d'entrainement annihilent l'efficacité de l'action gouvernementale. C'est dire que la présente réunion d'échanges espère amorcer la relance irréversible d'une administration publique nigérienne à même de répondre aux préoccupations fondamentales de l'Etat qui sont celles de servir le peuple nigérien.
Cette rencontre s'est déroulée en présence de la ministre de la Fonction Publique et de la Reforme administrative, Mme Kaffa Rakietou Christelle Jackou, du Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat ; de l'Inspecteur Général de la Gouvernance Administrative et du Coordonnateur de la Cellule d'Analyses des Politiques Publiques et de l'Evaluation de l'Action Gouvernementale. Cet exercice a été certes fastidieux pour avoir duré trois heures d'horloge, mais il a permis quand même d'écouter et d'entendre les uns et les autres autour d'une préoccupation commune qui est celle du développement du Niger à travers le travail.
En guise d'introduction, le Premier ministre, Chef du gouvernement, a précisé que le Niger a instauré il y a quelques années le système de la planification de son développement. C'est à ce titre que le gouvernement de la 7ème République s'est toujours doté d'un Plan de Développement Economique et Social. Dans la même veine, le gouvernement a adopté beaucoup de reformes dont la principale est incontestablement l'institution du budget programme. Toutefois, la réussite du Plan de Développement Economique et Social et les reformes engagées par le gouvernement ne sauraient être effectives sans une administration efficace et compétitive. Mais à l'épreuve des faits, le constat est tout simplement dramatique. L'administration publique nigérienne donne une image déplorable. Par conséquent, '' vous êtes les premiers (les secrétaires généraux) à être interpellés. Qu'est-ce qui se passe ? Des années et années, on déplore des mauvaises pratiques dans notre administration notamment l'inefficacité ; l'absentéisme ; les retards ; le peu de performance, etc. en dépit des compétences recrutées dans la fonction publique et de l'acquisition d'équipements. Nous ne sentons pas cette dynamique en continu en termes de résultats de façon globale'', a relevé le Premier ministre.
C'est là le tableau lamentable de l'administration publique du Niger. C'est dire qu'il appartient donc à la tête pensante (les secrétaires généraux) des ministères de changer cette image. '' Nous avions à l'époque demandé à toutes les administrations de se ressaisir en instaurant un système de contrôle et de suivi. Un moment, les instructions semblaient donner satisfaction. Mais aussitôt après, on est retombé dans les mêmes pratiques'', a rappelé le Premier ministre avant d'insister sur le fait qu'il est tenu conformément à la responsabilité qui est la sienne de répondre à son cahier de charge en remettant l'administration au travail. Cet exercice est valable pour chacun de nous en fonction de la responsabilité dont il est investi. '' Je souhaite qu'il y ait un regain de prise de conscience au niveau des plus hauts responsables que vous êtes'', a estimé le Chef du gouvernement tout en ajoutant qu'il faut un changement profond et irréversible dans le comportement à l'objectif recherché.
Quant au Haut Commissaire à la Modernisation de l'Etat, M. Amadou Saley Oumarou, l'Inspecteur Général de la Gouvernance Administrative Yahouza Issoufou et le coordonnateur de la Cellule d'Analyses des Politiques Publiques et de l'Evaluation de l'Action Gouvernementale (CAPEG), M. Abdoulahi Garba, ils ont tour à tour pris la parole pour expliquer le dysfonctionnement de l'appareil administratif public nigérien sur la base des rapports et des échanges lors des réunions.
A l'issue de ces échanges interactifs, le Premier ministre, Chef du gouvernement, a demandé au Haut commissaire à la Modernisation de l'Etat et au Coordonnateur de la CAPEG d'élaborer la synthèse de cette rencontre en intégrant les recommandations y afférentes.

Hassane Daouda(onep)

 

 

 


dossoLa deuxième session ordinaire du parlement des jeunes au titre de l'année 2018 a débuté ses travaux le lundi 24 décembre dernier à Dosso. Pendant quatre jours, les jeunes parlementaires se pencheront sur des questions d'intérêt. Il s'agit notamment de la mise en œuvre des recommandations faites à l'Etat du Niger sur la Convention sur les droits de l'enfant (CDE) et la Convention africaine sur les droits et le bien être de l'enfant (CADBE), l'entreprenariat comme palliatif aux problèmes d'emploi des jeunes ; le trafic des humains : le cas particulier des enfants et des jeunes. Les débats porteront aussi sur le dispositif national de la sécurité alimentaire ; défis et perspectives avec la Haut Commissariat à l'Initiative 3N et l'initiation des jeunes aux techniques de la rédaction administrative.

La cérémonie d'ouverture a été placée sous le haut patronage de la présidente du parlement des jeunes Mlle Yasmina Aboubacar Yacouba en présence du 3ème vice-président de l'Assemblée Nationale M. Ayouba Hassane, du président du réseau parlementaire nigérien sur les questions relatives aux parlements des jeunes et la protection de l'enfant M. Idrissa Maidagi, des députés nationaux, des autorités administratives de Dosso et de nombreux invités.
Dans le discours d'ouverture de la session, la présidente du parlement des jeunes a indiqué que le parlement des jeunes constitue une parfaite illustration d'un cadre d'apprentissage pédagogique de la démocratie qui éveille et cultive chez les jeunes, l'esprit de paix et de tolérance. L'année en cours a souligné MlleYasmina Aboubacar est, comme toutes les autres, pleine de défis. C'est pourquoi elle a formulé les vœux que leurs efforts soient couronnés de succès dans leurs études. Elle devait par la suite suggérer que soit engagée une réflexion sur la problématique de la participation des jeunes non scolarisés à la vie publique. A cet effet, elle a espéré trouver compréhension et soutien des plus hautes autorités de notre pays.
Pour sa part, le 3ème Vice-président de l'Assemblée Nationale M. Ayouba Hassane a rassuré les jeunes parlementaires de la disponibilité de l'Assemblée Nationale à les accompagner dans leur quête d'information et de formation pendant et après leur mandat. A cet effet, il s'est réjoui de la création de l'association des anciens députés juniors au sein de laquelle ils auront à capitaliser et à développer les expériences acquises au profit de leurs jeunes frères. M. Ayouba Hassane a invité les jeunes parlementaires à accompagner l'Etat au moyen de la sensibilisation pour l'entretien des importants investissements réalisés, à l'occasion de la fête tournante du 18 décembre à Zinder, au profit de la jeunesse nigérienne.
Parlant de la sécurité, le 3ème vice-président de l'Assemblée nationale a adressé les félicitations et le soutien de l'Assemblée Nationale aux forces de défense et de sécurité qui mènent quotidiennement un combat permanent contre les forces du mal et a adressé, au nom de l'institution et des jeunes parlementaires, les condoléances de la représentation nationale aux familles endeuillées. M. Ayouba Hassane a espéré que des discussions et échanges sortiront des recommandations pertinentes allant non seulement dans le sens de la poursuite de l'amélioration des conditions de vie et d'étude des jeunes mais aussi dans le sens de la responsabilisation et de la sensibilisation de la jeunesse nigérienne face au phénomène de la migration clandestine.
Quant au président du réseau parlementaire en charge des jeunes M. Idrissa Maidagi, il s'est appesanti sur la mission du réseau qui est d'œuvrer dans le cadre de la mobilisation et la participation de notre jeunesse à l'œuvre de construction nationale, au respect des valeurs et des droits de l'enfant, des libertés fondamentales et des pratiques démocratiques.
Au cours de leur mandat de deux ans a indiqué M. Idrissa Maidagi, les jeunes parlementaires se réunissent deux fois par an en sessions ordinaires pendant le mois d'août et décembre pour discuter des sujets d'intérêt général concernant la jeunesse et se familiariser avec les actions engagées par les plus hautes autorités nationales. Il s'agit pour eux a-t-il précisé de s'initier à la procédure législative et à la conduite des débats parlementaires et connaitre les concepts qui sous-tendent les pratiques démocratiques et sociales. Le parlement des jeunes demeure donc une source de formation véritable pour cette frange de la population en vue de la préparer à assurer ses devoirs dans l'œuvre de l'édification nationale. Auparavant, le gouverneur de la région e Dosso M. Moussa Ousmane et le maire de la commune urbaine de Dosso M. Idrissa Issoufou se sont réjouis de la tenue, dans la cité des Djermakoyes, de cette session ordinaire.
Mahamane Amadou
ANP-ONEP/Dosso
26/12/16


prn-1Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, le samedi 22 décembre dernier, de retour d'Abuja, au Nigeria, où il a pris part aux travaux de la 54ème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d'Etat et de Gouvernement de la Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Ce sommet a été ouvert le même jour dans la matinée, sous la présidence de SEM Muhammadu Buhari, Président de la République Fédérale du Nigeria et Président en exercice de la CEDEAO.

Ce sommet, présidé par SEM. Muhammadu Buhari, Président de la République Fédérale du Nigeria et Président en exercice de la CEDEAO, a été sanctionné par un communiqué final dans lequel les dirigeants ouest africains ont pris des décisions spécifiques relatives à l'approfondissement du processus d'intégration économique et monétaire et à la consolidation de la paix et de la sécurité régionale.
Les Chefs d'Etat de la CEDEAO ont, dans ce communiqué, salué la qualité des rapports soumis ainsi que la pertinence des recommandations relatives à l'approfondissement du processus d'intégration économique et monétaire et à la consolidation de la paix et de la sécurité régionale.
Pour conforter les résultats atteints dans ces domaines, la conférence a pris un certain nombre de décisions spécifiques notamment celle exhortant les Etats membres à poursuivre les efforts de diversification de leurs économies ainsi que la mise en place de politiques spécifiques en faveur des filières porteuses de croissance. La conférence a pris acte, entre autres, des progrès réalisés dans la mise en œuvre du programme de la monnaie unique de la CEDEAO.

Il faut rappeler que la cérémonie d'ouverture a été marquée par l'allocution de bienvenue de SEM Muhammadu Buhari, suivie de celles du Président de la Commission de la CEDEAO M. Jean-Claude Kassi Brou et du Représentant spécial du Secrétaire Général des Nations-Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS), Dr Mohamed Ibn Chambas.
Au cours de cette rencontre d'une journée, les dirigeants ouest-africains se sont penchés sur les questions politiques, économiques, sociales, culturelles et institutionnelles. Ils ont ainsi examiné une série de rapports relatifs à la situation politique en Guinée-Bissau, au Togo et dans la région, à la Task force présidentielle sur le Schéma de libéralisation des échanges commerciaux de l'organisation régionale, à la monnaie unique communautaire et aux infrastructures. Ils ont aussi apprécié le rapport final de la 41ème réunion ordinaire du Conseil de médiation et de sécurité, celui de la 81ème session ordinaire du Conseil des ministres de la CEDEAO, de même que le rapport annuel 2018 du Président de la Commission de la CEDEAO.
Ces différents documents ont été ensuite présentés lors d'une session à huis clos, qui a débuté après la cérémonie officielle d'ouverture.
La signature des actes et décisions de la Communauté notamment l'accession du Cap Vert au programme du corridor Praia-Dakar-Abidjan avec l'introduction du volet maritime ; la lecture de la Déclaration politique sur la position commune de la CEDEAO sur le retour des biens culturels en Afrique; le choix de la date et du lieu du 55ème sommet ordinaire sont également inscrits à l'ordre du jour de la rencontre d'Abuja. A noter qu'une Table ronde sur l'interconnexion énergétique pour le développement durable en Afrique s'est tenu dans l'après-midi, en marge de ce sommet.
prn-2A l'ouverture des travaux du Sommet, le Président Buhari a dit que « le fait que nous nous retrouvions ici est un témoignage éloquent de notre détermination collective à agir en faveur de l'intégration de la sous-région ouest africaine ». Le Président du Nigeria a ensuite salué les progrès significatifs enregistrés par la communauté au cours des dernières années en particulier dans les domaines de la gouvernance politique, de la paix et de la sécurité, ainsi que dans les domaines économique et social. « Ces réalisations font de la CEDEAO un bon exemple des communautés économiques régionales sur notre continent », a-t-il affirmé. « Des avancées importantes ont été faites grâce à notre effort collectif en vue de la résolution des crises politique et institutionnelle en Guinée Bissau», a-t-il indiqué.
«Dans le cadre de notre solidarité régionale, a ajouté SEM Buhari, nous avons aidé les gouvernements du Togo et du Mali à trouver des solutions aux problèmes politique et sécuritaire tout en agissant également sur les défis sécuritaires auxquels certaines localités de notre sous-région étaient confrontées.» « Nous avons également apporté un appui et une assistance électorale à plusieurs pays et avons agi de façon proactive à neutraliser certains conflits potentiels à travers une diplomatie préventive afin que ces crises n'éclatent », s'est réjoui le Président en exercice de la CEDEAO.
« Malgré ces succès, la CEDEAO reste confrontée à de nombreux défis. La sous-région continue à connaitre des difficultés dans les domaines de l'économie, de la gouvernance, de la paix, de la sécurité et de l'humanitaire », a-t-l souligné. Rappelant que les idéaux nobles de la CEDEAO ne seront pas réalisables sans la paix et la sécurité, SEM Buhari a indiqué que c'est pour cette raison qu'il a décidé de faire de la question de la paix et de la sécurité les thèmes essentiels de sa présidence. SEM Muhammadu Buhari s'est dit heureux d'affirmer que « nos efforts ont commencé à produire des fruits puisque nous avons été en mesure notamment de faire tomber les tensions, de restaurer la confiance dans certains pays en particulier en Guinée Bissau, au Togo et au Mali ».
En ce qui concerne le terrorisme et l'extrémisme violent, le Président. Buhari a indiqué que « ces menaces appellent de notre part une réaction collective si nous voulons véritablement les éliminer toutes, de façon efficace et définitive.» Après avoir indiqué que « notre détermination à créer une sous-région stable et en sécurité doit se fonder sur l'existence d'une organisation forte et capable», le Président en exercice de la CEDEAO a appelé « tous les Etats membres à payer leur prélèvement communautaire en temps opportun. »rencontre
Le Chef de l'Etat est accompagné, dans ce déplacement, de M. Ouhoumoudou Mahamadou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Massoudou Hassoumi, Ministre des Finances, M. Kalla Ankouraou, Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur et Mme Lamido Ousseini Salamatou Bala Goga, Ministre Déléguée auprès du Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, chargée de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur.

Abdourahmane Alilou AP/PRN


conseilLe Conseil des ministres s'est réuni, hier jeudi 20 décembre 2018, dans la salle habituelle des délibérations, sous la présidence de Son Excellence, Monsieur Issoufou Mahamadou, Président de la République, Président du Conseil des ministres. Après examen des points inscrits à son ordre du jour, le Conseil a pris les décisions suivantes :
I. AU TITRE DU CABINET DU PREMIER MINISTRE.
Le Conseil des ministres a examiné et adopté les projets de textes
ci-après :
1.1. Projet de loi portant statut autonome des enseignants permanents de l'Ecole Nationale d'Administration.
Pour leur permettre d'accomplir efficacement leurs missions d'enseignement et de recherche, les enseignants permanents de l'ENA ont bénéficié d'un statut autonome, adopté par ordonnance n°92-034 du 14 août 1992.
Cependant, cette ordonnance s'est limitée à annoncer la création du statut autonome renvoyant la substance de ce statut à un décret d'application, en contradiction avec les dispositions de l'article 99 de la Constitution.
Le présent projet de loi intervient pour doter les enseignants permanents de l'ENA, d'un statut autonome en conformité avec les dispositions de l'article 99 de la Constitution qui énonce que la loi fixe les règles concernant les statuts autonomes.

Il sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

1.2. Projet de décret portant approbation des Statuts de l'Ecole Nationale d'Administration (ENA).

Le présent projet de décret est pris en application de l'article 11 de la loi n° 2005-17 du 13 juin 2005, érigeant l'Ecole Nationale d'Administration (ENA), en Ecole Nationale d'Administration et de Magistrature (ENAM), modifiée et complétée par le décret n° 2018-841/PRN/PM du 30 novembre 2018.

Il vise à doter l'ENA d'un cadre juridique et organisationnel lui permettant d'accomplir convenablement ses missions.

Les présents statuts de l'ENA précisent essentiellement les points suivants :
­- le changement de la dénomination de l'Ecole ;

­- le recentrage des missions de l'Ecole pour tenir compte de la création de l'Ecole de Formation Judiciaire du Niger tout en prévoyant la perspective de création de nouvelles filières ;
- la prise en compte de la formation initiale et continue des agents des collectivités territoriales ;
­- la précision des diplômes requis pour accéder aux filières de formation du cycle de spécialisation du niveau II et à celles du niveau III.

II. AU TITRE DU MINISTERE DE L'INTERIEUR, DE LA SECURITE PUBLIQUE, DE LA DECENTRALISATION ET DES AFFAIRES COUTUMIERES ET RELIGIEUSES.

Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de loi portant prorogation de l'état d'urgence dans les départements de Tillabéri et de Gothèye (Région de Tillabéri).

Depuis un certain temps, les départements de Tillabéri et de Gothèye font l'objet d'attaques organisées, perpétrées par des groupes terroristes, mettant en péril l'ordre public et la sécurité des personnes et des biens.

Pour faire face à cette situation, les autorités publiques ont dû recourir aux mesures prévues par l'article 68 de la Constitution du 25 novembre 2010, en période de crise sécuritaire.

C'est ainsi que l'état d'urgence a été proclamé dans ces localités par décret n°2018-873/PRN/MISPD/ACR du 07 décembre 2018.
Aussi, devant la persistance de cette menace, le présent projet de loi a pour objet de proroger cette mesure pour une nouvelle période de trois (03) mois.

Ce projet de loi sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

III. AU TITRE DU MINISTERE DES AFFAIRES ETRANGERES, DE LA COOPERATION, DE L'INTEGRATION AFRICAINE ET DES NIGERIENS A L'EXTERIEUR

Le Conseil des ministres a examiné et adopté le projet de loi portant ratification de la Convention de Crédit N° CNE1187 01 U d'un montant maximum en principal de vingt-trois millions cinq cent mille Euros (23 500 000 €), signée le 31 octobre 2018 à Niamey, entre la République du Niger et l'Agence Française de Développement (AFD), pour le financement partiel du Projet de construction d'une centrale solaire photovoltaïque de 20 MWc minimum sur le plateau de Gorou Banda (Niamey).

L'objectif global de la Convention, objet du présent projet de loi est de faciliter l'accès à l'énergie à la population de la ville de Niamey et de ses environs, grâce à la construction d'une centrale solaire photovoltaïque de 20 MWc au moyen d'une ligne de 20 kv d'environ 700 m.

Le projet sera mis en œuvre à travers deux (02) composantes, à savoir : la centrale solaire photovoltaïque d'une part et l'assistance à la maîtrise d'ouvrage et l'appui institutionnel d'autre part.

Le présent projet de loi sera transmis à l'Assemblée Nationale pour adoption.

IV. MESURES NOMINATIVES.

Le Conseil des Ministres a
examiné et adopté les mesures individuelles suivantes :

AU TITRE DU MINISTERE DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS.

• Monsieur Idé Moussa, inspecteur de la Jeunesse et des Sports, Mle 38586/T, est nommé conseiller technique du Ministre de la Jeunesse et des Sports.

• Monsieur Altiné Ari Ambouta, inspecteur de l'Education populaire de la Jeunesse et des Sports, Mle 50890/S, est nommé Inspecteur Général des Services au Ministère de la Jeunesse et des Sports.

AU TITRE DU MINISTERE DES MINES.

• Monsieur Salissou Soulé, ingénieur géophysicien, est nommé conseiller technique du Ministre.

V. COMMUNICATIONS.

Le Conseil des Ministres a entendu trois (3) communications:

• une (1) communication du Ministre d'Etat, Ministre de l'Agriculture et de l'Elevage sur la mission ministérielle de pré-évaluation de la campagne agro-sylvo-pastorale et hydraulique 2018-2019 qui a eu lieu du 19 novembre au 03 décembre 2018.

• une (1) communication du Ministre de la Santé Publique relative à l'attribution d'un marché public pour l'acquisition d'un appareil d'Imagerie par Résonnance Magnétique (IRM) au profit de l'Hôpital Général de Référence de Niamey (HGR).

• une (1) communication du Ministre de l'Action Humanitaire et de la Gestion des
Catastrophes relative à l'attribution d'un marché public pour l'acquisition, l'installation et la formation des utilisateurs de mille soixante douze (1072) pompes solaires dans les Régions de Tahoua et d'Agadez dans le cadre de la mise en œuvre du Mécanisme de Riposte Immédiate (MRI) dans ces deux (2) Régions.

La communication du Ministre de la Santé Publique et celle du Ministre de l'Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes sont faites à titre
d'information en application
de l'Arrêté n°00139/CAB/ PM/ARMP du 24 juillet 2017 fixant les seuils dans le cadre de la passation des marchés publics, qui stipule en son article 11 que « tout marché public dont le montant est égal ou supérieur à cinq cent millions (500.000.000) de francs CFA, hors taxe sur la valeur ajoutée, doit faire l'objet d'une communication en Conseil des Ministres de la part de la personne responsable du marché, après approbation ».

L'ordre du jour étant épuisé, Son Excellence Monsieur le Président de la République a levé la séance.

Onep


assembleeLes travaux en séance plénière de la 2ème session ordinaire au titre de l'année 2018 dite session budgétaire se sont poursuivis, hier matin à l'hémicycle de l'Assemblée nationale sous la présidence du premier vice-président, M. Iro Sani. Deux propositions de Lois étaient au menu des discussions, à savoir la proposition de loi modifiant et complétant la loi N° 2006-12 du 15 mai 2006 relative à la lutte Anti-tabac (54 articles) et le second projet de texte portant proposition de loi sur l'alimentation scolaire (23 articles).
A l'ouverture des travaux, le compte-rendu sommaire de la séance plénière du vendredi 14 décembre a été adopté. Peu après s'en est suivie la lecture des deux projets de lois en question. A ce sujet, c'est la Commission des Affaires Sociales et Culturelles (CAS/C) qui a été saisie au fond pour les deux questions. Le premier texte porte sur la révision de la Loi N° 2006-12 du 15 Mai 2006 relative à la lutte antitabac pour prendre en compte les insuffisances constatées afin de l'adapter au contexte national et international et de jeter ainsi les bases d'une mise en œuvre efficace et effective.
Les membres de cette commission ont recommandé au Gouvernement de prendre toutes les dispositions qui s'imposent pour la mise en œuvre effective des textes législatifs et réglementaires relatifs à la lutte antitabac au Niger, d'intensifier les campagnes de sensibilisation pour mieux expliquer aux populations les dangers liés à la consommation du tabac et de rendre opérationnelle la police sanitaire. En conclusion, la dite commission a recommandé le renvoi de ce texte. Après quelques interventions, la plénière a décidé de l'ajourner.
Le second projet de texte portant proposition de loi sur l'alimentation scolaire (23 articles) a également subi le même traitement. L'Assemblée nationale compte ainsi écrire à la Cour Constitutionnelle pour statuer sur ce projet de loi.
C'est ainsi que les deux propositions de lois sont renvoyées pour une seconde lecture, le temps de permettre aux parlementaires de voir un peu plus clair. Les travaux reprennent ce vendredi martin.
Mamane Abdoulaye(onep)



officielsLe Président de la République, Chef de l'Etat, SEM. Issoufou Mahamadou, a assisté, le mardi 18 décembre dernier à Zinder, au grand défilé civil et militaire organisé dans le cadre de la célébration du 60ème anniversaire de la proclamation de la République, Zinder Saboua édition 2018. Les festivités se sont déroulées à la tribune officielle érigée pour la circonstance. L'évènement a été marqué par la présence de trois Chefs d'Etat africains. Il s'agit des Présidents Téodoro Obiang N'Guema de la Guinée Equatoriale, Faure Gnassingbé de la République togolaise et Mahammadu Buhari de la République fédérale du Nigéria. On note également la présence du président de l'Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni, des présidents des institutions de la République, des députés nationaux, des membres du gouvernement, des
représentants du corps diplomatique et des organisations internationales, des autorités coutumières ainsi que le public qui s'est fortement mobilisé pour assister à ce grand défilé.

La nouvelle tribune officielle construite dans le cadre du programme Zinder Saboua a accueilli les délégations venues de tout le pays et ceux des pays voisins pour assister aux festivités du 60ème anniversaire de la république. Malgré le dispositif de sécurité trop présent, le public est venu nombreux pour suivre le défilé civil et militaire, ce grand moment de la célébration de la fête de la République du 18 décembre. C'est à bord d'une Jeep militaire et en compagnie du Chef d'Etat-major des Armées, le général de corps d'armée, Ahmed Mohamed, que le Président Issoufou Mahamadou est arrivé à la tribune officielle aux environs de 14 H, heure locale sous une vive acclamation du public.defil
Après l'exécution de l'hymne national, le Chef de l'Etat a procédé à la décoration de plusieurs personnalités pour service rendu à la République. Il s'agit du ministre Rhissa Ag Boula, président de l'organisation de la fête tournante du 18 décembre 2016 (Agadez Sokni). Il a été élevé à la dignité de Grand officier dans l'ordre national du Niger. Quant au Prof Issoufou Katambé, président du comité d'organisation de la fête tournante du 18 décembre de 2017, (Tahoua Sakola), il a été fait Commandeur dans l'ordre national du Niger. Il y a ensuite feu Ousmane Amadou, journaliste et écrivain qui a été décoré à titre posthume au grade de Commandeur dans l'ordre national du Niger, Mme Laoual Kader Abou Zataka, inspectrice principale des douanes (cheffe de bureau de douane Niamey Route) élevée au grade d'Officier dans l'ordre du mérite du Niger ; Elhadj Hamissou Abdoua, promoteur de l'Entreprise NAFAMA de Zinder (qui a exécuté les travaux de rénovation de l'aéroport de Zinder) élevé au grade de chevalier dans l'ordre du mérite du Niger. Le président de la République a aussi décoré Mme Nana Aichatou Garba dite Délou ou Kara da Kiyachi et Mme Hadiza Garba dite Sourougna, artiste de la troupe théâtrale de l'ORTN, toutes deux élevées au grade d'Officiers dans l'ordre des palmes académiques du Niger. Mme Aicha Maky, cinéaste est élevée quant à elle au grade de chevalier dans l'ordre des palmes académiques du Niger tandis que Mme Zouley Oumakaltoum, agent de santé à la Présidence de la République est décorée à la médaille de bronze de la Santé Publique du Niger.

Après la remise des médailles, le Commandant de zone de défense N°3, le colonel Ibrahim Garba Oumarou a sollicité, auprès du Chef de l'Etat, l'autorisation de débuter le défilé militaire et civil. L'ordre lui en a été donné par le Président de la République. Les populations de la région et leurs hôtes ont ainsi été gratifiées d'un spectacle fort impressionnant avec le passage des différentes unités des Forces de défense et de sécurité. C'est ainsi que le défilé a été ouvert par un détachement des l'Ecole des sous-officiers d'active d'Agadez qui a présenté au public, un mouvement d'ensemble exécuté avec assurance et discipline. Ce fut un spectacle riche en dextérité qui a été ovationné de bout en bout par le public.
Ensuite, les Forces de défense et de sécurité (FDS) ont présenté un défilé en couleurs et au rythme de la fanfare de la Garde nationale et des Forces Armée Nigériennes. Les différentes composantes des FDS du Niger, dans leurs diversités, des hommes et des femmes au service de la Nation ont défilé à pied, à motos et en voiture avec des démonstrations spectaculaires.
C'est le passage des unités spéciales qui a captivé le plus l'attention du public. Et, il faut dire que les attentes du public du Damagaram et de ses hôtes ont été satisfaites. En effet, tous les différents corps des FDS ont présenté au cours de ce défilé leurs unités spéciales : des hommes et des femmes qui se distinguent de part leur démarche, leur habillement et leurs équipements. C'est ainsi qu'on a découvert entre autres, l'unité spécial anti-braconnage des Eaux et Forêts ; le Groupe d'intervention de la Police nationale (GIPN) ; le Groupe d'intervention de la Garde nationale ; l'Unité spéciale d'intervention et le GARSI, tous deux de la Gendarmerie nationale ; la BSR de Tahoua, les Commandos parachutistes et le BCOS (l'unité anti-terroriste des FAN). Un échantillon d'équipements, dont certains de dernières générations, a été également présenté au public au cours de ce défilé. La cérémonie a pris fin avec le défilé civil qui a vu le passage des différentes couches socioprofessionnelles du Niger ainsi que les ressortissants des pays membres du G5 Sahel et ceux de la
CEDEAO.
Seini Seydou Zakaria, envoyé spécial

Politique

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat préside la réunion du Conseil Supérieur de la Défense Nationale

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat préside la réunion du Conseil Supérieur de la Défense Nationale

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Chef Suprême des Armées, SE Issoufou Mahamadou a présidé, le vendredi 19 Avril dernier au Palais de la Présidence, une réunion du Conseil Supérieur de la Défense Nationale.(23/04/2019)

Conférence-débat sur le bilan de 8 années de mise en œuvre du Programme de la Renaissance : «Les 8 années du Programme d…

Conférence-débat sur le bilan de 8 années de mise en œuvre du Programme de la Renaissance : «Les 8 années du Programme de Renaissance ont véritablement posé les fondations de la poursuite de la construction accélérée du Niger», déclare le Premier min

Après les Organisations Socioprofessionnelles, lundi dernier, le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini, a présenté, mardi 17 avril dernier, le bilan de 8 années de mise en œuvre du Programme de Renaissance du Président de la République, aux membres du Corps diplomatique et aux Représentants des Organisations internationales accrédités au Niger. C'était lors d'une conférence-débat, au cours de laquelle, chiffres, et ima...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'État préside le Conseil National Sécurité

A la Présidence de la République : Le Chef de l'État préside le Conseil National Sécurité

Le Président de la République, Chef de l'État, SE. Issoufou Mahamadou a présidé, hier dans la matinée, la réunion du Conseil national de Sécurité. Cette instance regroupe autour du Chef de l'Etat, le Premier ministre, Chef du gouvernement ; les ministres en charge de l'Intérieur et de la Sécurité publique ; de la Défense nationale ; de la Justice ; des Affaires étrangères et de la Coopération ; des Finances ainsi que les hauts responsab...

Rencontre d'échange entre le Gouvernement et les organisations socioprofessionnelles sur le bilan des huit années de mis…

Rencontre d'échange entre le Gouvernement et les organisations socioprofessionnelles sur le bilan des huit années de mise en œuvre du Programme de Renaissance : «Dans tous les secteurs les indicateurs ont connu une progression substantielle», déclare

Le Premier ministre, Chef du gouvernement S.E Brigi Rafini a convié lundi dernier dans l'après-midi, à Niamey, l'ensemble des organisations socioprofessionnelles pour une rencontre d'échanges et de partage autour du bilan des huit années de mise en œuvre du Programme de Renaissance. L'exercice est certes fastidieux, mais il répond à deux impératifs majeurs dans un état de droit à savoir : la rédition des comptes au peuple et la permanen...

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat préside la réunion du Conseil national de sécurité

A la Présidence de la République : Le Chef de l'Etat préside la réunion du Conseil national de sécurité

Le Président de la République, Chef de l'Etat SE. Issoufou Mahamadou a présidé hier matin, au palais de la Présidence, la réunion du Conseil national de sécurité. Cette instance présidée par le Chef de l'Etat, regroupe le Premier ministre, Chef du gouvernement, les ministres en charge de la Sécurité publique ; de la Défense nationale ; de la Justice ; des Affaires étrangères et de la Coopération ; des Finances ainsi que les hauts respon...

Le ministre d'Etat Mohamed Bazoum sur TV5 Afrique: «Nous ne sommes pas prêts à ce qu'on nous donne des leçons (...), il …

Le ministre d'Etat Mohamed Bazoum sur TV5 Afrique: «Nous ne sommes pas prêts à ce qu'on nous donne des leçons (...), il est plus aisé de faire des critiques que de penser aux problèmes auxquels nous sommes confrontés», estime Mohamed Bazoum

En marge de sa participation à la réunion des ministres de l'Intérieur des pays du G7, sur la lutte contre le terrorisme et la migration, le ministre d'Etat, en charge de l'Intérieur, M. Mohamed Bazoum, candidat investi du PNDS-Tarayya, pour les présidentielles de 2021, a accordé, le 4 avril dernier, un entretien à la chaîne française TV5 monde. Dans le franc-parler, qu'on lui reconnaît, le candidat Mohamed Bazoum a répondu aux nombreus...

Interview exclusive de SEM. Issoufou Mahamadou, Président de la République, à l'occasion de ses huit années à la magistr…

Interview exclusive de SEM. Issoufou Mahamadou, Président de la République, à l'occasion de ses huit années à la magistrature suprême du Niger : «Durant ces huit dernières années, nous avons mobilisé et dépensé 10.000 milliards de francs CFA dans le

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a accordé, le samedi 6 avril dernier, un entretien exclusif à la Télévision nationale à l'occasion du huitième anniversaire de son accession à la tête de l'Etat du Niger. Au cours de cet entretien, le Chef de l'Etat a fait le bilan de la mise en œuvre de son programme de gouvernance dénommé ''Programme de Renaissance du Niger'' qu'il met en œuvre depuis le 7 avril 20...

Session extraordinaire du Conseil national du dialogue politique (CNDP) : Le Chef du gouvernement se réjouit de l'état d…

Session extraordinaire du Conseil national du dialogue politique (CNDP) : Le Chef du gouvernement se réjouit de l'état d'avancement de l'élaboration du fichier biométrique électoral

Le Premier ministre, Chef du gouvernement SE. Brigi Rafini, président du Conseil National du Dialogue Politique (CNDP), a présidé, vendredi 5 avril dernier, une session extraordinaire dudit Conseil. Cette session a été convoquée à la demande du groupe des partis non affiliés, qui fait suite à celle écrite et motivée, d'un des trois (3) groupes des partis politiques reconnus. L'ordre du jour comprenait notamment l'adoption du compte rend...

Investiture de SE. Macky Sall, Président réélu de la République du Sénégal : Le Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, …

Investiture de SE. Macky Sall, Président réélu de la République du Sénégal : Le Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, y a pris part

Le Président de la République, Chef de l'État SEM Issoufou Mahamadou a regagné Niamey, hier soir, de retour de Dakar au Sénégal où il a participé, le mardi 2 Avril, à l'investiture du Président Macky Sall réélu pour un second mandat. Le Président Issoufou Mahamadou a pris part à cette cérémonie aux côtés de plusieurs de ses pairs africains. En marge de ce déplacement, le Chef de l'État a eu des entretiens avec plusieurs personnalités.C'...

Cérémonie d'investiture du président élu du Sénégal, SEM Macky Sall : Le Chef de l'Etat a quitté Niamey, hier, pour la c…

Cérémonie d'investiture du président élu du Sénégal, SEM Macky Sall : Le Chef de l'Etat a quitté Niamey, hier, pour la capitale sénégalaise

Le Président de la République, Chef de l'Etat, Son Excellence Monsieur Issoufou Mahamadou, a quitté Niamey, hier après-midi, à destination de Dakar au Sénégal où il participe le 2 avril à la cérémonie d'investiture du président élu, Son Excellence Monsieur Macky Sall.A son départ à l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey, le Chef de l'Etat a été salué par les présidents des Institutions de la République, les membres du gouvernem...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Canicule : Les effets de la chaleur sur l'organism…

Canicule : Les effets de la chaleur sur l'organisme et les aliments à privilégier

Un corps en bonne santé maintient sa température interne autour de 37 degrés Celsius. Cepe...

jeudi 25 avril 2019

Planification familiale au Niger : Des avancées, m…

Planification familiale au Niger : Des avancées, malgré quelques insuffisances

Le séjour au Niger de la caravane des bailleurs du Partenariat de Ouagadougou (PO) prend f...

jeudi 25 avril 2019

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

L'air du temps

Chassez le naturel, il revient au galop...

Chassez le naturel, il revient au galop...

Ce n'est pas de gaité de cœur de le constater et de le dire. Hélas, tout semble montrer qu...

jeudi 25 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.