Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Kadidjatou Moumouni, présidente de l'Association nationale des albinos du Niger : «Nous voulons une société inclusive, qui prend en compte la question des droits des personnes atteintes d'albinisme en vue de leur inclusion sociale»


IMG-20180613-WA0015Dans beaucoup de sociétés, l'albinisme demeure encore un sujet de curiosité. La méconnaissance de ce problème de santé a conduit à des actes souvent cruels sur les personnes souffrant d'albinisme. Au Niger, même si la discrimination est moins prononcée contre les albinos, ceux-ci font toutefois face des difficultés certaines. Depuis 2013, l'Association nationale des albinos du Niger, essaie de trouver des solutions aux difficultés auxquelles ils font face. Dans cet entretien, Mme Kadidja Moumouni, s'exprime sur les ambitions de l'organisation ainsi que sur les activités prévues dans le cadre de la 4ème édition de la journée internationale de sensisibilisation à l'albinisme célébrée ce 13 juin.
Mme Kadidja, vous êtes présidente de l'association des albinos, pourquoi une association des albinos au Niger ?
L'association nationale des albinos du Niger a été créée en fin 2013 (parce que nous avons obtenu notre arrêté d'agrément en fin 2013) et nous avons commencé nos activités en 2014. L'association a été créée pour essayer de rechercher des solutions aux difficultés auxquelles font face les personnes vivant de l'albinisme. Nous avons été guidés par la nécessité de nous retrouver autour d'un cadre pour réunir nos forces et chercher ensembles des solutions aux problèmes que nous rencontrons ; pour relever les barrières auxquelles nous faisons face. Des barrières qui résultent effectivement de l'interaction entre les difficultés liées à l'albinisme et la société.

On sait que dans certaines sociétés, les albinos sont victimes de préjugés et même d'actes répréhensibles comme la sorcellerie, est-ce le cas au Niger ? Et quelles sont les principales difficultés auxquelles ils font face ?
Heureusement, au Niger ça va ; Alhamdullillah. Je peux affirmer avec réserve que dans la société nigérienne, nous ne connaissons pas ces genres d'actes graves. Mais nous ne pouvons toutefois ignorer qu'il y'a des cas isolés. Par exemple en 2015, on a enregistré l'enlèvement d'un jeune homme atteint d'albinisme âgé de 21 ans au quartier Dar-es-salam. Ce garçon n'a jamais été retrouvé jusqu'à ce jour. C'est donc le lieu de mentionner un cas très récent qui s'est passé au Mali où une fille atteinte d'albinisme Ramata Diarra, âgée seulement de cinq (5 ans) a été assassinée le 13 mai passé. Si on prend en compte tous ces paramètres, je pense qu'on est en droit d'émettre des inquiétudes quant à la situation des albinos. Toutefois, il faut se féliciter qu'au niveau de la société nigérienne, nous n'avons pas des cas d'attaques et d'atteintes systématiques à la vie des personnes souffrant d'albinisme. Les difficultés que nous avons au Niger, sont surtout celles liées à la protection sociale.

Qu'en est-il de la prise en charge des albinos au Niger ?
Nous avons des réels problèmes au niveau de la prise en charge sanitaire. Il n'ya pas de dispositions particulières pour la prise en charge des personnes souffrant d'albinisme au niveau de nos services de santé. Il n'y a pas un cadre formel par rapport à la prise en charge de l'albinisme au Niger. C'est vrai que le ministère de Tutelle qui est le ministre de la Population, nous apporte des appuis ponctuels en crèmes solaires. Nous appliquons ces crèmes sur les parties exposées pour nous protéger lorsque nous nous retrouvons au soleil. Malheureusement, par rapport à la prise en charge par rapport au traitement ou à la prévention du cancer de la peau, il n'ya pas de dispositions particulières formelles. C'est pourquoi, notre association travaille avec une clinique privée (clinique Zana), une clinique dermatologique qui nous appuie dans le cadre de la prévention du cancer de la peau en organisant des consultations dermatologiques, en faisant la cryothérapie pour pouvoir éliminer des plaies cancéreuses.

Ce 13 juin prochain, on célèbre la 4ème édition de la Journée internationale de sensibilisation à l'albinisme, quel est le sens et quel en est l'objectif recherché ?
Il faut savoir que cette journée a été instituée en 2014 par une résolution des Nations Unies et la 1ère édition a été célébrée en 2015. En fait, à travers cette journée, il s'agit de sensibiliser les populations, les Etats pour mieux faire connaître l'albinisme. En effet, beaucoup de personnes croisent des albinos ; elles voient juste la peau ''blanche'', différente de la leur, mais elles ignorent ce qui se cache derrière cette peau différente. Cette journée vise à sensibiliser les communautés sur ce qu'est l'albinisme, sur les différentes difficultés que rencontrent les albinos. C'est aussi une occasion de mieux faire connaître la situation des personnes atteintes d'albinisme sur le plan des droits humains. C'est également dans le but d'amener les organisations en charge des personnes atteintes d'albinisme pour pouvoir faire le plaidoyer auprès des Etats, des organismes des Nations Unies et auprès de tous les autres partenaires au développement pour les amener à avoir un regard beaucoup plus positif et à s'intéresser à la question de l'albinisme et aux droits des personnes atteintes d'albinisme ; à prendre en compte les préoccupations de ces personnes dans les programmes de développement.

Quelles sont les activités programmées et quelles en sont les cibles ?
Pour cette édition 2018, il y'aura d'abord le lancement des activités placé sous les auspices de madame la ministre de la Population. Nous aurons ensuite toute une série d'activités qui va des émissions débats radiotélévisées à des activités de sensibilisation sur l'albinisme en passant par une séance de consultations dermatologiques avec la clinique Zana, notre partenaire. Les groupes cibles, c'est toute la population afin qu'elle comprenne mieux la réalité de l'albinisme et la situation des albinos.

Depuis la 1ère édition de cette journée, avez-vous observé une avancée en termes de perception de l'albinisme au Niger ?
Je pense que oui, parce que dès la première édition, nous avions eu à organiser des activités de sensibilisation principalement à l'endroit des enseignants. Je vous avoue que quand nous avions organisé cette activité, il y avait beaucoup d'enseignants qui ignoraient la réalité de l'albinisme. Il y'avait pourtant des enseignants qui tenaient des élèves albinos dans leurs classes, mais ils ignoraient les problèmes que ces enfants rencontrent. Nous avions alors ciblé les écoles qui accueillent des enfants albinos. Mais depuis lors, ces enseignants ont une autre perception de l'albinisme et accordent plus d'attention aux élèves albinos. Avec la sensibilisation, nous amenons de plus en plus la communauté à mieux comprendre l'albinisme et aussi les difficultés liées à l'albinisme, mais aussi et surtout les capacités et tout le potentiel dont disposent les personnes vivant avec l'albinisme, parce qu'il ne faut pas seulement voir l'aspect négatif des choses.

Quelles sont vos attentes à l'issue de ces activités ?
Notre première attente, c'est d'abord d'amener l'Etat, à travers tous les ministères en charge de la question (ministères de la Santé ; de la Population ; de la Justice ; de l'Education et de la Formation professionnelle) ; les organismes des Nations Unies dont l'OMS, l'UNICEF, l'UNFPA, l'UNICEF ainsi que les ONGs internationales et tous les acteurs intervenant dans le domaine du handicap, à s'intéresser à la question de l'albinisme. Nous espérons amener tous ces acteurs à prendre en compte la promotion et la protection des personnes atteintes d'albinisme au Niger. Notre objectif, est d'avoir une société inclusive, une société qui prend en compte la question des droits des personnes atteintes d'albinisme en vue de leur inclusion sociale.

Réalisée par Siradji Sanda,(onep)

15/06/18

Société

Commémoration du centenaire de l'armistice de la 1ère guerre Mondiale 14-18 : Hommage aux soldats tombés sur les champs …

Commémoration du centenaire de l'armistice de la 1ère guerre Mondiale 14-18 : Hommage aux soldats tombés sur les champs de bataille

Il y a de cela un siècle que la raison triompha sur la guerre avec la signature historique le 11 novembre 1914 par les belligérants, de l'armistice marquant ainsi la fin du premier conflit mondial. A Niamey, la commémoration du centenaire de l'armistice a eu lieu hier à la place du monument (Sis en face de l'ex petit marché) dédié aux Morts de cette horrible guerre. La cérémonie commémorative a été co-présidée par l'Ambassadeur de la Fr...

Séjour du président de l'Assemblée nationale à Abuja : SE. Ousseini Tinni reçoit en audience une délégation de ressortis…

Séjour du président de l'Assemblée nationale à Abuja : SE. Ousseini Tinni reçoit en audience une délégation de ressortissants nigériens au Nigeria

Le Président de l'Assemblée nationale, S.E OUSSEINI Tinni a reçu hier 11 novembre en audience à Abuja où il séjourne, une délégation de ressortissants nigériens vivant au Nigeria conduite par le Vice-président M. Ousmane Mohamed. L'audience s'est déroulée en présence de l'Ambassadeur du Niger au Nigeria, SE. Alat Mogaskiya. A l'issue de leur entretien, le Vice-président des ressortissants nigériens vivant au Nigeria a indiqué avoir écha...

7ème session de l'Assemblée générale de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA) : P…

7ème session de l'Assemblée générale de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA) : Promouvoir l'inclusion financière à travers le métier de la garantie

Le ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi a présidé le vendredi 9 novembre dernier, dans les locaux du Fonds de Solidarité Africain (FSA) à Niamey, la 7ème session de l'Assemblée générale de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA). Cette instance a pour objectif principal d'examiner et adopter le budget de l'exercice 2019 ainsi que le rapport d'activités 2018-2019. L'APIGA est une association q...

Célébration du 6ème anniversaire d'EUCAP Sahel Niger : Des expositions édifiantes organisées en marge de la cérémonie

Célébration du 6ème anniversaire d'EUCAP Sahel Niger : Des expositions édifiantes organisées en marge de la cérémonie

La mission civile de l'Union Européenne, EUCAP Sahel Niger, a célébré hier matin, dans ses locaux, l'anniversaire de sa 6ème année de déploiement au Niger. Plusieurs ministres conduits par le Premier ministre, Chef du Gouvernement, Son Excellence Brigi Rafini, ont pris part à cette cérémonie, ainsi que des hauts gradés des forces de défense et de sécurité et des membres du Corps Diplomatique. Après la cérémonie officielle, le Premier mi...

Me Ali Sirfi Maiga prend part aux travaux de l'AOMF : Le 10ème congrès procèdera à la formation des Médiateurs

Me Ali Sirfi Maiga prend part aux travaux de l'AOMF : Le 10ème congrès procèdera à la formation des Médiateurs

Le Médiateur de la République, Me Ali Sirfi Maiga, est depuis le lundi 5 novembre 2018, à Bruxelles en Belgique où il prend part au 10ème Congrès de l'Association des Ombudsman et Médiateurs de la Francophonie (l'AOMF) prévu du 6 au 9 novembre 2018 sur le thème : «L'AOMF 1998-2018 : 20 ans au service des Médiateurs et de l'Etat de droit ».Au menu des travaux de ce 10ème Congrès qui se tiennent dans les bâtiments du Parlement de la Fédér...

Point de presse du président du CSC à l'issue des travaux de répartition du fonds d'aide à la presse au titre des années…

Point de presse du président du CSC à l'issue des travaux de répartition du fonds d'aide à la presse au titre des années 2016 et 2017 : "C'est la dernière fois que le fonds est distribué de manière directe", assure le président du CSC

Le président du Conseil Supérieur de la Communication, Dr Sani Kader, a tenu, hier matin au siège du CSC, un point de presse relatif aux principales conclusions des travaux du Conseil Supérieur de la Communication sur la répartition du fonds d'aide à la presse au titre des années 2016 et 2017. Au total, le montant à répartir au titre des deux années 2016 et 2017 s'élève à deux cent quatre-vingt-dix millions cinq cent mille (290.500.000 ...

Séminaire Gouvernemental : Echanges sur les questions de l'emploi et du Projet « pipeline rural » de la région de Diffa

Séminaire Gouvernemental : Echanges sur les questions de l'emploi et du Projet « pipeline rural » de la région de Diffa

Le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini a présidé, hier, dans la salle du Conseil, les travaux d'un séminaire gouvernemental axé principalement sur le Projet « pipeline rural » de la région de Diffa et la problématique des emplois. Les travaux se sont déroulés en présences des membres du Gouvernement, du Secrétaire général du Gouvernement et de plusieurs responsables des ministères sectoriels.A l'issue des travaux qui...

Assemblée nationale/Commission des Affaires étrangères et de la Coopération : Séance de travail avec l'ambassadeur de la…

Assemblée nationale/Commission des Affaires étrangères et de la Coopération : Séance de travail avec l'ambassadeur de la République Populaire de Chine au Niger

Les parlementaires membres de la Commission des Affaires étrangères et de la coopération de l'Assemblée nationale ont eu, mardi dernier dans l'après-midi à la salle de réunion de ladite commission, une séance de travail avec l'ambassadeur de la République Populaire de Chine au Niger, SE. Zhang Lijun.L'objectif de cette rencontre dirigée par M. Bachir Abdoul Aziz Sidi, président de ladite Commission, est de discuter sur la coopération di...

Session des femmes parlementaires de l'Union parlementaire africaine (UPA) : La question de la scolarisation de la jeune…

Session des femmes parlementaires de l'Union parlementaire africaine (UPA) : La question de la scolarisation de la jeune fille au cœur des discussions

Le comité des femmes parlementaires de l'Union parlementaire africaine a tenu ses assises hier 7 novembre 2018 dans la salle de conférence du parlement de la CEDEAO. Le projet de résolution à l'ordre du jour des travaux est celui de la promotion de la scolarisation de la jeune fille comme moyen efficace de lutte contre les mariages précoces en Afrique. Le parlement nigérien était représenté par les députés membres de la section féminine...

Zinder : Le président du Comité d'organisation de Zinder Saboua rencontre les Oulémas

Zinder : Le président du Comité d'organisation de Zinder Saboua rencontre les Oulémas

Le Président du Comité d'organisation de Zinder Saboua, M. Mansour Hadj Dodo a rencontré, le mardi 06 octobre dernier, les Oulémas de la Ville de Zinder qui organisent des prêches réguliers. Mansour Hadj Dado leur a notifié qu'ils vont, sur recommandations du Président de la République, S.E. Issoufou Mahamadou, bénéficier d'installations à domicile et au niveau des écoles coraniques dans le cadre de l'électrification de la Ville par pan...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Tenir le cap et aller de l'avant...

Tenir le cap et aller de l'avant...

Pouvait-on rester là et assister, impassible, à la sinistre cascade des pertes en vies hum...

vendredi 9 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.