Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Entretien avec l'ancien Directeur des Eaux et Forêts, et ancien Secrétaire général du Ministère en charge de l'Environnement : «Si les autorités politiques ont trouvé que l'arbre est un sujet de préoccupation dans notre zone au point de lui consacrer


inviteChaque année, le Niger célèbre le 3 août, l'anniversaire de son indépendance. Depuis quelle date cet anniversaire a-t-il été couplé à la plantation des arbres, et quelle est la philosophie qui sous-tendait cette initiative des autorités de l'époque ?
La fête de l'arbre a été célébrée pratiquement depuis notre indépendance en 1960. D'ailleurs même avant cette date, tous les pays membres de la FAO (organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'Agriculture) avaient été sensibilisés par cette institution internationale au cours des années 50, afin qu'ils consacrent au moins une journée symbolique pour la promotion de l'arbre. En effet, on a constaté depuis les années 30, une amorce de la diminution du couvert végétal, notamment dans les pays où la population a nettement augmenté, avec son corollaire de consommation de bois et de dégradation du couvert végétal. Donc si jamais rien n'est fait pour compenser la ponction de ce bois, les formations boisées allaient disparaître complètement. Voilà pourquoi la FAO a fait instituer cette fête de l'arbre. Cette fête, la plupart des pays l'ont couplée avec un événement important. Et l'événement important de l'époque pour nous à partir de 1960, ne peut être mieux que notre jour d'indépendance. Voilà pourquoi l'anniversaire de notre indépendance est devenu, chaque année, le jour du démarrage de la plantation massive car par un heureux hasard de calendrier, c'est une date favorable à la plantation d'arbres. Rituel désormais respecté par chaque chef de l'Etat. Les services compétents transportent sur les lieux de la cérémonie des plants distribués gratuitement et ce dans tous les chefs lieux de départements et arrondissements (actuellement régions et départements respectivement). Et la semaine qui suit est également consacrée à la promotion de l'Arbre, ce qui permet à tout le monde de se consacrer à la plantation. Le choix du 3 août pour reboiser abondamment trouve sa justification empirique d'abord, puis scientifique par les résultats de recherches dans le domaine, qui ont démontré qu'à partir de la mi-juillet, il pleut régulièrement. Il a même été établi qu'à partir du 10 juillet toute hauteur de pluie qui dépasse 20ml est bonne pour une plantation.
Avec l'avènement des militaires au pouvoir en 1974, Cette pratique de plantation d'arbres le 3 août a été observée. Le Président Kountché a non seulement respecté cela, mais en a fait en définitive le seul cérémonial du 3 août au point de dénommer la fête de l'indépendance « fête de l'arbre ». Ce qui, en son temps avait primé sur les autres manifestations de réjouissances tels que les défilés et autres parades de démonstrations.
Vous qui avez dirigé le service des Eaux et Forêts à une certaine époque, comment vous vous y prenez pour organiser cette fête de l'arbre ? Est-ce que vous aviez toujours eu les moyens qu'il faut pour l'organiser ?
Si les autorités politiques ont trouvé que l'arbre est un sujet de préoccupation dans notre zone au point de lui consacrer une date symbolique, c'est parce que l'arbre c'est la vie, et ce n'est pas rien. De 1960 à nos jours, une fête de l'arbre se prépare longtemps à l'avance, depuis la mise en place des différents budgets. Si on veut réussir une foresterie de masse, il faut bien que cette masse ait les moyens de faire le maximum. Quand j'ai commencé à travailler en 1966 j'ai trouvé cette pratique. Toutes les entités administratives disposaient alors de budgets votés à cet effet ; ainsi les collectivités adoptaient les fiches d'opérations dans les sessions de COTEAR, de COTEDEP, ou au
niveau des communes. Au niveau central, le Fonds National d'Investissement finançait une partie de la production des pépinières et du reboisement. Donc cette fête était sérieusement préparée. Et les autorités y veillaient.
Avec la mise en place des Samarias, on a pu mobiliser des grandes foules pour réaliser des plantations importantes. Seulement l'efficacité laissait souvent à désirer parce que après la plantation les arbres n'étaient pas sécurisés puisque souvent exposés à la boulimie du bétail ou à la déprédation d'origine humaine (fer et feux) . C'était cela le souci majeur du forestier. Je m'en vais vous raconter une anecdote y relative. « Au terme d'une cérémonie de plantation présidée par le Général Kountché, (dans la Ceinture verte, entre la route de Filingué et celle de Ouallam), ce dernier, visiblement satisfait du grand espace reboisé me dit : alors, tu dois être content avec tous ces arbres. Je lui ai répondu : oui mais je suis surtout inquiet Monsieur le Président. Il me dit comment ça inquiet ? Je lui ai répondu Monsieur le Président, dans un mois, si jamais vous revenez par là, vous n'allez pas être content. Parce que s'il n'y a pas de gardien ni de clôture, cela risque d'annihiler tous les efforts mobilisés ce jour autour de votre personne. Il m'a alors dit qu'il faut tout faire pour éviter cet échec et sans délai. Il a ainsi instruit les ministères compétents pour nous permettre d'acheter le matériel de clôture et de recruter deux gardiens. C'est comme cela qu'on a pu sauver ces plantations.
L'implantation de la Ceinture Verte remonte à 1964-1965 au moment où j'avais à peine fini le lycée. Cette Ceinture Verte là, a survécu tant que les autorités ont veillé sur elle. L'application du code forestier était rigoureuse et le fraudeur craignait l'épée de Damoclès. La crainte de la férule dissuadait toutes formes de velléités. Mais avec le temps les choses ont changé, et malheureusement depuis le temps même du Général Seyni Kountché. Il s'est par exemple laissé piéger par les riverains de la forêt classée de l'aviation qui commençait juste après la cité des Douanes. Le stratagème a été classique : suite à une bonne pluie nocturne, très tôt, les riverains en ont emblavé une partie. Les forestiers se sont opposés à la poursuite des travaux champêtres et le Président par eux sollicité, a été sensible et a demandé qu'ils soient autorisés juste pour l'année en cours. On connait la suite.
C'est le même scénario pour la Ceinture verte qui a été dégradée par des personnes n'ayant souvent rien à voir avec les droits coutumiers y relatifs. J'ai été témoin d'une attitude permissive d'un ministre en visite dans ce patrimoine. Il s'est opposé à ce que les forestiers sanctionnent un bucheron trouvé en flagrant délit de coupe d'arbres, mis de main d'homme, dans une forêt classée. Les forestiers, moi compris, étions découragés. On ne peut pas préserver un patrimoine national avec les sentiments. Allez dans un pays comme le Burkina Faso. Les textes sont appliqués avec rigueur, ce qui fait que tous leurs écosystèmes sont intacts. Le décideur doit avoir à l'esprit et en permanence, le souci de l'équilibre écologique, car tout se tient. Il est beaucoup plus facile de préserver ce dont la nature nous a légué que de courir derrière une reconstruction coûteuse, aléatoire et hasardeuse. Toutes les personnes âgées vous diront que la brousse a disparu. C'est une triste réalité.
Comment préserver ? Je suis retraité depuis bientôt 18 ans, je sais que mes jeunes frères (voire enfants) des services compétents, sont animés de bonne volonté. Avec les moyens adéquats, ils feront du bon travail et sauveront ce qui peut l'être puis reconstruiront une bonne partie. Par ailleurs ils sont bien outillés sur les plans législatif et réglementaire. Si on satisfait un optimum de leur requête, ils feront preuve d'efficacité j'en suis certain.
Est-ce que vous pouvez nous parler de l'apport de ces plantations d'arbres qui se font le 3 août de chaque année, pour le couvert végétal de notre pays ?
Les services chargés du reboisement, depuis leur création qui remonte à 1938, ont beaucoup fait. Que ce soit de 1960 à 1974 ou de 1974 à 1991 ou encore de 1991 à nos jours je pense que les décideurs eux mêmes essaient de faire le maximum pour la sauvegarde de la nature et plus singulièrement pour la promotion de l'arbre. Mais le domaine de l'Environnement est tellement vaste et immensément complexe qu'il est plus délicat qu'il ne le parait. Voyez- vous, si vous cultivez un jardin, vous avez de quoi maitriser votre culture, par irrigation. Avec les arbres, c'est plus compliqué, car vous ne comptez que sur la pluie du Bon Dieu. Si après votre plantation il se passe une longue période de sécheresse, tout est compromis. Si après 95% de reprise il n'y a que 30 à 40 % seulement qui survivent à la saison sèche, c'est une campagne pratiquement perdue. Il faut reprendre tout ou partie de la plantation à la campagne prochaine. Voilà pourquoi on recherche à « coller » la plantation avec la bonne période humide donc proche du 3 août période où le « malka » s'installe. Ce sont des petits détails de ce genre qui font qu'on réussit ou on rate des bonnes réalisations.
Une bonne campagne de reboisement, c'est une bonne prévision, une bonne préparation, une bonne exécution, un bon suivi ; le tout sous la bénédiction du créateur.

Propos recueillis par Oumarou Moussa(onep)

06/08/18

Société

Lancement officiel du rapport final de l'étude « coût de la faim au Niger » : Les coûts annuels associés à la sous nutri…

Lancement officiel du rapport final de l'étude « coût de la faim au Niger » : Les coûts annuels associés à la sous nutrition chez l'enfant sont estimés à 289,7 milliards de FCFA, selon le rapport

L'étude de l'incidence sociale et économique de la sous-nutrition chez l'enfant, conduite un an durant, par le Comité National de pilotage dirigé par le Haut-Commissaire à l'Initiative 3N (les Nigériens Nourrissent les Nigériens), est à son terme, au Niger. Le rapport final de l'analyse a été officiellement lancé hier matin, à Niamey, par le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage M. Albadé Abouba, représentant le Pre...

Au Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : M. Saley Saïdou, le nouveau président de l'Institution prend fonctio…

Au Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) : M. Saley Saïdou, le nouveau président de l'Institution prend fonction

Nommé à l'issue du Conseil des Ministres du 30 novembre dernier, le tout nouveau président du Conseil Economique Social et Culturel (CESOC), M. Saley Saidou a pris officiellement fonction hier matin au siège de ladite institution sis au quartier Boukoki de Niamey. La cérémonie de passation de charges a eu lieu entre le président par intérim, M.Akoli Daouel et le nouveau président en présence de plusieurs membres de l'institution, et des...

Message du président de la CNDH relatif à la Journée Internationale des Droits de l'Homme : «Les principes inscrits dans…

Message du président de la CNDH relatif à la Journée Internationale des Droits de l'Homme : «Les principes inscrits dans la DUDH sont tout aussi pertinents aujourd'hui qu'ils l'étaient en 1948», estime Pr Khalid Ikhiri

A l'instar des autres pays, le Niger a célébré hier 10 décembre 2018, le 70ème anniversaire de la Journée Internationale des Droits Humains sous le thème « Défendez vos Droits, Stand-Up 4 Human rights ». A cette occasion, le président de la Commission Nationale des Droits Humains (CNDH) Pr. Khalid Ikhiri a choisi Dosso pour livrer son message.Cette commémoration est faite non seulement en reconnaissance de la vision éclairée des bâtisse...

Journée internationale des Droits de l'Homme : « Le combat pour la Justice et la dignité reste celui de tous et de chacu…

Journée internationale des Droits de l'Homme : « Le combat pour la Justice et la dignité reste celui de tous et de chacun», déclare le Ministre Marou Amadou

A l'instar de la communauté internationale, notre pays a, respectivement, célébré les 9 et 10 décembre derniers la journée internationale de lutte contre la corruption et celle dédiée aux Droits de l'Homme. A cette double occasion, le ministre de la Justice, Garde des Sceaux, M MarouAmadou a livré un message à la communauté nationale.Dans ce message, qui marque le 15ème anniversaire de la journée internationale de lutte contre la corrup...

Le Président Issoufou Mahamadou rencontre la communauté nigérienne résidant en Egypte

Le Président Issoufou Mahamadou rencontre la communauté nigérienne résidant en Egypte

Le Président de la République, Chef de l'Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a rencontré, le samedi 8 décembre 2018, à Charm El Cheikh, la communauté nigérienne séjournant en Egypte.Au cours de cette rencontre qui s'est déroulée en présence notamment de la Première Dame Hadjia Aissata Issoufou Mahamadou, le Chef de l'Etat a évoqué les huit priorités contenues dans le Programme de Renaissance du Niger. Le Président IssoufouMahamadou s'est réjo...

Visite de l'ambassadeur de Chine au Niger à l'ONEP : S.E Zhang Lijun remet un lot de matériels de travail à l'Office

Visite de l'ambassadeur de Chine au Niger à l'ONEP : S.E Zhang Lijun remet un lot de matériels de travail à l'Office

L'Office National d'Edition et de Presse (ONPE), a reçu le vendredi 7 décembre dernier, la visite de l'Ambassadeur de la République Populaire de Chine au Niger, S.E Zhang Lijun. Accueilli à l'entrée de l'Office par le Directeur Général, M. Zakari Alzouma Coulibaly, entouré de son staff administratif et technique, l'Ambassadeur a visité différents services de l'établissement et s'est longuement entretenu avec ses dirigeants. Il a félicit...

Dosso/Transports : 4ème réunion annuelle des cadres du Ministère des Transports

Dosso/Transports : 4ème réunion annuelle des cadres du Ministère des Transports

C'est sous le thème « Modernisation du secteur des transports, enjeux et perspectives» qui s'est ouverte hier à Dosso la 4ème réunion annuelle des cadres du ministère des transports. Pendant trois jours que dureront les travaux, les cadres du ministère des transports feront des analyses critiques et sans complaisance de la marche de leur ministère. L'occasion leur sera aussi donnée de faire le bilan de leurs activités menée. Ils auront ...

Atelier CNPC-NP/Acteurs sociaux : Mettre en contact la CNPC-NP avec les fournisseurs locaux

Atelier CNPC-NP/Acteurs sociaux : Mettre en contact la CNPC-NP avec les fournisseurs locaux

Un atelier d'échanges entre la société chinoise CNPC-NP et les acteurs sociaux locaux s'est tenu hier à l'Hôtel Soluxe de Niamey. L'ouverture des travaux a été présidée par le ministre du Pétrole, M. Foumakoye Gado en présence des responsables du ministère du Pétrole, de ceux de la CNPC-NP et de plusieurs partenaires de la société chinoise, qui exploite le pétrole nigérien. Dans son mot introductif, le ministre Foumakoye Gado a indiqué ...

Journée Africaine des Télécommunications et des Tics : Des outils incourtournables pour révolutionner la société

Journée Africaine des Télécommunications et des Tics : Des outils incourtournables pour révolutionner la société

Le Niger célèbre aujourd'hui 7 décembre, la Journée Africaine des Télécommunications. A cette occasion, le ministre des Postes, des Télécommunications et de l'Economie Numérique, M. Sani Maigochi, a livré un message dans lequel il a magnifié les actions salvatrices menées par les autorités nigériennes faisant du développement de ces secteurs une de leurs priorités. Le thème retenu cette année est «renforcer les capacités d'innovation da...

Rencontre d'échanges entre le Gouvernement et la Secrétaire générale de l'ONU chargée des questions de nutrition : Le go…

Rencontre d'échanges entre le Gouvernement et la Secrétaire générale de l'ONU chargée des questions de nutrition : Le gouvernement du Niger s'engage à investir dans la nutrition à travers une politique

En mission de travail à Niamey, la Sous-secrétaire générale de l'ONU, Mme Gerda Verburg, également coordonnatrice du mouvement SUN (Scaling Up Nutrition) a eu hier matin, une rencontre d'échange hier matin, avec le gouvernement dans la salle de banquet de la Primature. Cette rencontre présidée par le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini a été l'occasion pour les autorités nigériennes de présenter, à leur hôte, la Pol...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

Demandez une Bourse d’études Australia Awards

australieFaites une différence
Demandez une Bourse d'études Australia Awards

Avez-vous le potentiel d'être un futur leader contribuant au développement durable du Niger ? Postulez dès maintenant pour obtenir une éducation de classe mondiale et devenez un chef de file de l'industrie ayant des liens étroits avec l'Australie.
L'appel à candidatures pour les bourses d'études Australia Awards - Africa pour étudier en Australie est ouvert du 1er septembre au 3 décembre 2018. Les candidatures peuvent être envoyées via http://www.australiaawardsafrica.org/.Australia Awards - Africa est un programme de bourses prestigieux qui contribue au leadership africain et au développement des capacités humaines depuis les années 1960.
Le programme offre des formations post-universitaires à court terme et des diplômes de Masters à des pro¬fessionnels nigériens de niveau intermédiaire ou supérieur, couvrant l'ensemble des frais.
Les anciens étudiants reviennent de leurs études avec les compétences, les connaissances et les réseaux nécessaires pour contribuer au développement durable de leur pays. En outre, ils rejoignent une commu¬nauté mondiale d'anciens étudiants ayant des liens permanents entre l'Afrique et l'Australie.Le processus de candidature est ouvert et concurrentiel, offrant des chances égales à toutes les personnes éligibles, quels que soient leur sexe, leur appartenance ethnique et leur handicap.
Les candidats doivent avoir un minimum de compétence en anglais équivalant à un score global IELTS de 5,0.
Plus d'information:
• Les professionnels éligibles occupant des postes de niveau intermédiaire ou supérieur peuvent postuler à l'adresse suivante : www.australiaawardsafrica.org
• Pour en savoir plus sur les études en Australie, visitez : https://www.studyinaustralia.gov.au

Des séances d'information gratuites auront lieu à Niamey, au centre de conférences du Grand Hôtel tous les vendredis en novembre.

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Installation de la saison. froide au Niger : …

Installation de la saison. froide au Niger : "Il fera moins froid cette année'', selon l'ingénieur météorologue Ousman Baoua

La saison des pluies a définitivement plié ses bagages pour donner place à l'harmattan qui...

vendredi 30 novembre 2018

De la nécessité de protéger les enfants contre les…

De la nécessité de protéger les enfants contre les maladies liées au froid

La période de froid est en train de s'installer progressivement au Niger et particulièreme...

vendredi 30 novembre 2018

La friperie, leader du marché pour le choix des vê…

La friperie, leader du marché pour le choix des vêtements contre le froid

En cette fin de mois de novembre, les populations de Niamey changent leurs habitudes vesti...

vendredi 30 novembre 2018

L'air du temps

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Ces ''maladies des riches'' qui ne font plus de quartier

Cancer, tension, diabète, ulcères....Voilà des pathologiesspécifiques qui, il y a quelques...

vendredi 7 décembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.