Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Litige entre le Niger et la Société Africard Les deux parties optent pour un règlement à l'amiable



point-de-presseLe dossier judiciaire entre la Société Africard et le Niger qui a longtemps défrayé la chronique aussi bien au plan national qu'international avec la saisie de quelques biens de l'Etat du Niger a connu son épilogue. En effet, les deux parties ont librement opté pour un règlement à l'amiable de cette affaire qui n'a que trop duré à travers un protocole d'accord transactionnel signé le 27 juin 2018. C'est le directeur général de l'Agence Judiciaire de l'Etat, M. Maidagi Mainassara, entouré de deux avocats du Niger dans cette affaire en l'occurrence Me Illo Issoufou, avocat au Barreau du Niger et l'ancien bâtonnier du Benin Me Gabriel Archange Dossou, qui l'a annoncé lors d'un point de presse aminé samedi dernier à Niamey.
La procédure judiciaire a été à la fois longue et difficile pour le Niger et la société Africard concernant le litige qui les opposait. Le feuilleton judiciaire remonte à 2012 lorsque l'Etat du Niger à travers le ministre de l'Intérieur de l'époque avait décidé d'annuler la convention pour la production de passeport biométrique et électronique. Lors de ce point de point presse, le directeur général de l'Agence Judiciaire de l'Etat a d'abord relaté les faits du début jusqu'à l'aboutissement de la signature par les deux parties d'un protocole d'accord transactionnel précisant les concessions réciproques que les deux parties se sont mutuellement consenties, et ce sans aucune reconnaissance de responsabilité d'une quelconque partie.
Le contenu du protocole d'accord transactionnel qui vient mettre définitivement fin au litige
Selon le directeur général de l'Agence Judiciaire de l'Etat, M. Maidagi Mainassara, les deux parties ont effectivement convenu d'un certain nombre d'engagements pris de part et d'autre. Pour la République du Niger, elle s'engage entre autres : pour solde de tout compte, à payer à Africard Co LTD la somme de 5.000.000 d'euros à titre de règlement forfaitaire, transactionnel et définitif du litige, somme qui s'ajoute à celle de 3.300.000 d'euros déjà perçue par la société Africard le 1er septembre 2016 au titre de l'accord amiable partiel. Le règlement de cette indemnité transactionnelle, a dit le directeur général de l'Agence Judiciaire de l'Etat, doit se faire par virement bancaire sur le CARPA du conseil d'Africard au plus tard 30 jours après la signature du protocole d'accord transactionnel. Par ailleurs, il faut préciser que les 5.000.000 d'euros ont été virés le 19 juillet 2018. Au total, la République du Niger a payé plus de 8 millions d'euros, soit un peu plus de 5 milliards FCFA au lieu de 24 milliards quelques poussières que réclamait au 10 avril 2018 la société Africard.
Au plus tard quinze (15) jours après l'accomplissement complet des formalités de mainlevée et d'extinction de l'intégralité des mesures d'exécution, l'Etat du Niger s'est engagé à se désister de sa constitution de partie civile dans le cadre de la procédure pénale pendante devant le tribunal de grande instance Hors Classe de Niamey et le cas échéant à se désister de toute autre plainte et constitution de partie civile n'importe où dans le monde en relation avec le présent litige. Sur ce point, la République du Niger s'est désistée de sa constitution de partie civile devant le doyen des Juges d'instruction de Niamey par lettre en date du 27 juillet 2018 et reçue le même jour au cabinet du doyen des Juges d'instruction. L'Etat du Niger s'engage enfin à ne pas déposer plainte ou à ne pas se constituer partie civile contre Africard, ni d'un quelconque de ses dirigeants, associés, salariés, ses conseils ou le tiers financeur du litige devant toute juridiction n'importe où dans le monde en relation avec le présent litige.
Quant à la société Africard, elle s'engage à donner mainlevée, à ses frais, de l'intégralité des mesures d'exécution qu'elle a engagées sur des biens et avoirs de quelque nature que ce soit, de la République du Niger dans le cadre du présent litige, qu'elles soient dénoncées ou non. Dans ce cadre, les conseils d'Africard ont déjà communiqué au conseil de la République du Niger près de 70 procès-verbaux de mainlevée de saisies. Pour ce qui est des immeubles saisis à Paris, le directeur général de l'Agence Judiciaire de l'Etat a rappelé que la République du Niger avait déjà obtenu la mainlevée des saisies à la suite de plusieurs décisions rendues par le Tribunal de grande instance de Paris. S'agissant de l'immeuble de New York, les formalités ont été déjà faites tandis que pour les immeubles de Paris, les formalités seront introduites incessamment auprès des services compétents français.
Expressément et irrévocablement pendant une durée de trente (30) jours après la signature du protocole d'accord, et sans limitation de durée si l'indemnité transactionnelle est payée et en tout état de cause sous réserve des points 6.2 et 6.3 relatifs à la portée de la transaction, Africard s'est engagée à ne procéder à aucune nouvelle mesure ou procédure d'exécution ou de contrainte, quelle qu'elle soit, sur un quelconque bien ou avoir de la République du Niger, en quelque pays ce soit, en lien avec le présent litige, au titre des sentences arbitrales ou de toutes décisions donnant effet aux sentences arbitrales, ni à chercher à se faire payer une quelconque sommes en lien avec les mesures d'exécution auprès d'un quelconque tiers, ni à réaliser aucune des mesures d'exécution.
En outre, les deux parties se sont engagées, lorsque l'intégralité des mesures d'exécution auront été levées ou retirées, à prendre les dispositions nécessaires pour mettre fin dans les meilleurs délais aux procédures en cours selon les modalités prévues dans le protocole d'accord transactionnel.
Rappel sur une procédure longue, difficile et couteuse pour les deux parties
Suite à la résiliation de la convention par la République du Niger, la société Africard, en application de l'article 25 de ladite convention, a introduit le 8 avril 2013 une demande d'arbitrage devant la Cour Commune de justice et d'Arbitrage (CCJA) de l'OHADA dont le siège se trouve à Abidjan en Côte d'Ivoire. Le 9 juin 2014, l'arbitre unique a rendu une sentence jugeant abusive et fautive la résiliation de la convention par la République du Niger et ordonnant la désignation d'un expert pour évaluer le préjudice subi par Africard. A cet effet, le cabinet Deloitte Cote d'Ivoire a été désigné. C'est ainsi que le 6 décembre 2014, une sentence finale a été rendue par l'arbitre unique condamnant la République du Niger à payer à Africard les sommes ci-après : 44.740.781 FCFA au titre d'indemnisation du préjudice de pertes subies ; 15.440.533.316 FCFA au titre d'indemnisation du préjudice de manque à gagner et 1.000.000.000 FCFA à titre de dommages et intérêts pour le préjudice moral, le tout assorti d'un taux d'intérêt annuel de 13%.
A ce chapelet de préjudices cités, vient s'ajouter la somme de 156.747.299 FCFA au titre de frais de procédure que la République du Niger a été également condamnée à payer au titre, soit une somme totale de 15.652.021.396 FCFA. Mais, à la date du 10 avril 2018, la société Africard réclamait la somme de 24.432.095.960,46 FCFA en principal intérêts et frais. Le 12 février 2015, la République du Niger a introduit un recours en contestation de validité de la sentence rendue devant la CCJA, lequel recours a été rejeté par le CCJA suivant l'arrêt du 14 juillet 2016. Le 26 janvier 2015, Africard a obtenu l'exequatur de la sentence sus-indiquée par ordonnance du président du Tribunal de grande instance de Paris. Et le 27 septembre 2016, la "United States district Court for the district of Columbia" prononça aussi une décision rendant la même sentence exécutoire sur le territoire des Etats Unis.
Munie de l'ordonnance d'exequatur et de la décision rendue à Washington, Africard a pratiqué diverses mesures et procédures forcée sur des biens (meubles et immeubles) et avoirs de la République du Niger tant en France qu'aux Etats Unis. Voyant sa souveraineté écorchée, le Niger a introduit le 10 janvier 2017 un recours en révision devant la CCJA à l'encontre des deux sentences arbitrales et de l'arrêt du 14 juillet 2016 en invoquant une fraude commise au cours de la procédure d'arbitrage. Le 12 avril 2018, la CCJA a prononcé un arrêt ouvrant une procédure de révision de l'arrêt du 14 juillet 2016. Par la suite le Niger a engagé toutes les procédures lui permettant de bien se défendre dans cette affaire aussi bien à Paris qu'aux Etats Unis. C'est ainsi qu'une demande d'arbitrage a également été introduite par la République du Niger le 7 février 2017 auprès de la Cour d'Arbitrage de la Chambre de Commerce Internationale de Paris afin d'obtenir l'annulation de l'accord amiable partiel signé le 30 juillet 2016 sur le fondement de la fraude reprochée à Africard.
Les deux conseils de la République du Niger en l'occurrence Me Illo Issoufou, avocat au Barreau du Niger et l'ancien bâtonnier du Benin, Me Gabriel Archange Dossou ont également pris la parole pour d'abord montrer la délicatesse du dossier et comment le Niger s'est défendu jusqu'à parvenir à un règlement à l'amiable de cette affaire. Pour expliquer davantage cette affaire, les deux conseils ont fait référence à l'adage qui dit qu'un mauvais arrangement vaut mieux qu'un bon procès. En effet, le Niger a commencé à voir le bout du tunnel dans cette affaire avec la détection de la fraude qui a pu aider la société a obtenir cette sentence sur la base de laquelle elle se permettait sans gêne de mettre en mal la souveraineté de l'Etat du Niger. « Voilà comment le Niger a pu renverser la vapeur jusqu'à l'aboutissement d'un règlement à l'amiable à travers un protocole d'accord transactionnel. Et au regard des dispositions du code civil, ce litige relèvera désormais du passé », a conclu Me Gabriel Archange Dossou.

Hassane Daouda (onep)

13/08/18

Société

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Mi…

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Ministère de la Santé Publique : Des lots de produits antipaludéens d'une valeur de 2,5 milliards de Francs CFA offerts par les Etat

Sous le haut parrainage de la Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou, marraine de la lutte contre le paludisme au Niger, le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara, a réceptionné hier dans l'après-midi à l'entrepôt de l'ONPPC, situé au quartier Niamey 2000 sur la route de Fillingué des mains de la sous-secrétaire adjointe aux affaires africaines des Etats-Unis d'Amérique, Mme Whitney Baird, des produits pharmaceutiqu...

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyal…

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyali sollicitée pour soutenir la création d'un réseau des Premières Dames

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tatali Iyali s'est entretenu, hier matin avec une délégation du Comité Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) conduite par le Secrétaire Exécutif PhD. Djimé Adoum. La délégation du CILSS est allée solliciter le soutien de la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou pour la création d'un Réseau des Premières Dames dans le cadre de la lutte pour ...

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pay…

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pays ciblés par le projet

      Face à l'insécurité alimentaire récurrente dans les pays du sahel avec comme corollaire la malnutrition chronique chez les enfants qui constituent l'avenir de la région, le projet «Mobiliser des Entreprises Sahéliennes pour des Réponses Innovantes et à large Echelle contre la Malnutrition (MERIEM)» entend s'appuyer sur le secteur privé des trois pays que sont : le Niger ; le Burkina Faso et le Mali pour apporter ...

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potent…

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potentialités de la région

Un mois après sa prise de fonction dans le pays, l'Ambassadeur de Turquie au Niger, SEM. Mustafa Ari Turker, vient d'effectuer une visite de travail de 48 heures à Maradi. Cette visite est la deuxième qu'il effectue à l'intérieur du pays, après celle de Tahoua il y a quelques jours.S'exprimant sur le mobile de sa visite dans la capitale du Katsina et du Gobir, le diplomate Turc a indiqué qu'il s'agit de venir à la découverte du Niger pr...

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Tarka ? Ce nom veut dire en Tamacheq défaire ses bagages pour un campement. Le fondateur du Village de Belbédji s'appelle Oumena venu du Damergou avec sa jument au corps parsemé de mouches rougeâtres.Ce sont ces dernières qui ont pris la dénomination de Belbédji crée en 1937.''Le premier puits foncé pour la création de Tarka a vu le jour en 1890 investi par la tribu Mouzgou (maraboutique) qui se réclame ancêtres du Chef de Canton actuel...

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'a…

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 : Plusieurs thématiques au menu des débats dont le changement climatique, la sécurité alimentaire et les défis de la dém

Les travaux de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 ont débuté hier au Palais des congrès de Niamey. Au cours de cette session, les conseillers discuteront des thèmes portant sur le changement climatique, la sécurité alimentaire, les défis de la démographie, l'introduction de l'éducation sexuelle dans l'enseignement secondaire, les technologies de l'information et de la...

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au…

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au service de la transformation du monde rural : enjeux et défis de la sécurité alimentaire et énergétique », thème retenu

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou a parrainé hier au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables. Cette rencontre organisée par le Réseau Femmes, Sciences et Technologies du Niger a enregistré la présence des membres du gouvernement, dont le Ministre d'Etat, en charge de l'agriculture et de l'élevage, du secrétaire exécutif du CILSS, des...

Réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population : Relever le défi de la maîtrise de la c…

Réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population : Relever le défi de la maîtrise de la croissance démographique

La ministre de la Population, Dr Amadou Aissata a procédé hier matin à Niamey, à l'ouverture de la réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population. L'objectif de cette réunion est de créer les conditions d'un partenariat dynamique et concerté entre les ministères et les Partenaires au développement. La réunion s'est déroulée en présence des ministres concernés par cette question notamment celui en charge ...

Coopération parlementaire entre le Niger et la République islamique d'Iran : Consultation médicale et don des médicament…

Coopération parlementaire entre le Niger et la République islamique d'Iran : Consultation médicale et don des médicaments au CEG VII de Niamey

Dans le cadre de la coopération parlementaire entre le Niger et la République islamique d'Iran, le groupe d'Amitié Niger-Iran a organisé à l'occasion du 40e anniversaire de la Révolution Islamique Islamique d'Iran, une consultation médicale au CEG VII de Niamey. Il s'est agi à travers cette action de consulter les élèves de cet établissement scolaire, le personnel administratif et d'encadrement et leur offrir gratuitement par la même oc...

Agadez : agriculture; Les terres irriguées, une source de richesses et de moyens d'auto-suffisance alimentaire

Agadez : agriculture; Les terres irriguées, une source de richesses et de moyens d'auto-suffisance alimentaire

L'agriculture irriguée constitue l'une des activités des populations de la région d'Agadez. Dans le cadre de l'Initiative 3N, l'Etat a apporté des appuis multiformes aux producteurs. Les principales cultures pratiquées sont l'oignon, la pomme de terre, le blé, le maïs, les épices et les agrumes etc.L'évolution des superficies emblavées et des productions obtenues, atteste de la progression des cultures. Selon l'EPTIN, la région d'Agadez...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.