Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Mme Binta Fatouma KALME, Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique : « Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique et s'engagent résolument à nous accompagner »


inviteL'Institut Africain d'Informatique (IAI) est un Etablissement inter-Etats d'enseignement supérieur spécialisé dans le domaine de l'informatique. Créé, à Fort-Lamy, actuel N'Djamena, au Tchad, le 29 janvier 1971, par les Chefs d'Etat et de Gouvernement des pays membres de l'Organisation Commune Africaine et Malgache (OCAM), par Résolution N°33/AEFT/ Fort-Lamy du 29 janvier 1971, l'IAI est un outil d'intégration régional et un centre d'excellence technologique avec le statut d'Organisme International. Avec son siège à Libreville, au Gabon, l'IAI compte trois représentations nationales dans ses pays membres, à savoir, l'IAI-Cameroun, l'IAI-Niger et l'IAI-Togo. L'institution se dote d'un Conseil d'Administration, d'une Direction Générale, d'un Comité scientifique, d'un Conseil de Perfectionnement, d'un Conseil des Professeurs et d'un Comité d'Etudiants.
En mission de travail au Niger, la Directrice Générale de cette prestigieuse école de formation des cadres supérieurs des pays
africains, Mme Binta Fatouma KALME a accordé, à notre journal, cette interview dans laquelle, elle a relevé l'importance de cette école pour les pays africains.
Mme, vous êtes la Directrice Générale de l'Institut Africain d'Informatique (IAI) qui a son siège à Libreville au Gabon. Une école qui forme des cadres supérieurs des pays africains dans plusieurs domaines en lien avec l'Informatique. Pouvez vous parler davantage de cette Institution Académique Africaine, à nos
lecteurs.

Merci beaucoup pour cette opportunité que vous avez bien voulu nous offrir pour informer davantage les africains sur l'Institut Africain d'Informatique (IAI). L'institut est créé par les Etats membres de l'OCAM, à savoir, le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, la Côte d'Ivoire, le Gabon, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo. Il a pour mission de contribuer au développement d'une véritable économie numérique de ses Etats membres par la formation des compétences, le transfert des technologies et la valorisation, une recherche innovante d'envergure internationale et la diffusion du savoir dans le domaine du numérique. Pour ce faire, l'IAI forme des cadres dans plusieurs domaines de formation dont entre autres, Ingénieur des Travaux (BAC+5), avec les diplômes de Licence en Informatique ou ingénieur des travaux (BAC+3) et la Maitrise en Informatique appliquée à la Gestion des Entreprises (BAC+4 et 5) ; Ingénieur de Conception en Informatique (BAC+5), avec des diplômes de Master Conception de Système d'Informatique, Master Informatique et Management des Entreprises et Master Administration Réseau et Télécom.
Notre vision, à l'IAI, c'est de mettre en œuvre une gouvernance performante et un modèle économiquement viable adapté au contexte mondial de l'éducation ; être un centre d'élite pour la formation et la recherche dans le domaine du numérique ; être un centre d'élite de la production et de la vulgarisation de technologie ; érigé l'IAI en un centre de catégorie 2 de l'UNESCO et faire de l'IAI un bras séculier du CAMES pour la formation dans le domaine des technologies.

Quelles sont les conditions et les modalités d'admission dans cette école ?

Pour être admis à l'IAI, les candidats sont soumis à un concours national, que chaque pays membre organise. A l'issu de ce concours, seul les quatre premiers sont retenus pour être admis à l'IAI. Mais en fonction des besoins, chaque pays est libre de choisir jusqu'à 15 meilleurs premiers à l'issu du concours.
Toutefois, dans le souci de faire de l'IAI une école panafricaine, les inscriptions ont été ouvertes depuis quelques années à tous les étudiants africains qui désirent étudier dans l'institut. C'est pour dire que l'IAI est aujourd'hui ouvert à toutes les nationalités et à tous les Etats africains. Ainsi, une plateforme de concours en ligne a été créée en 2017 pour permettre à tous ceux qui le souhaitent d'étudier à l'IAI.
Cette ouverture est née du constat, que ces derniers temps, les résultats des admissions sur dossier ne sont pas bons, donc il faut donner la chance aux candidats des autres pays de s'inscrire à l'IAI. Les concours en ligne sont organisés en fonction des pays dans des campus numériques ou autres centres numériques bien identifiés par la tutelle.

Vous avez pris fonction en Novembre 2016, quelles ont été vos priorités ? Et quelles sont les actions que vous avez réalisées en fonction de votre cahier de charges ?

J'étais venu avec un plan d'actions à très court, moyen et long terme. Donc les priorités, étaient les plans à très courts termes où il fallait l'application effective des accords du siège, concernant les prises en charge de l'eau et l'électricité, les enlèvements des ordures et le traitement des eaux usées, la sécurité des biens et des personnes, la sécurité incendie. En plus de ces priorités pour l'accord du siège, il fallait délocaliser l'IAI le temps de la restructuration. Pour cette délocalisation, il fallait trouver un site de transition. C'est dans cette démarche que l'Institution International Barth et Jean de l'actuelle Présidente de la Cour Constitutionnelle du Gabon, a accepté de nous accueillir. Il fallait aussi trouver la qualité au niveau des enseignements et pour cela, j'avais décidé de délocaliser une école d'ingénieur d'Europe avec laquelle nous avons les mêmes programmes et qui dispose des enseignants de qualité. Cela permettra à nos enseignants de renforcer leur capacité pour assurer la formation de nos étudiants. Les priorités, c'est aussi d'assurer la mobilisation des ressources, c'est-à-dire, effectuer le recouvrement des frais de scolarité des étudiants.

Au regard de cette présentation, on comprend que la tâche n'est pas du tout facile. Comment avez vous réussi la réalisation de toutes ces activités ?
Pour ce qui est des actions, il reste beaucoup à faire faute de ressources, notamment financières et humaines. Nous avons beaucoup évolué dans la recherche du partenariat.

Quelles sont les difficultés auxquelles vous avez fait face et comment comptez-vous leur trouver des solutions ?

Les difficultés sont entre autres, la résistance au changement, l'insuffisance des ressources financières. Aujourd'hui nous sommes dans un blocage puisque nous avons traversé une année blanche, nous n'avons pas encore fait la rentrée de cette année. Nous pensons que la rentrée peut être effective avec les moyens qu'on peut mobiliser d'ici là et je pense que les Etats doivent faire les efforts pour que les cours reprennent. C'est un cri de cœur que je lance, et je pense que les Etats peuvent faire un effort pour sauver cette
jeunesse. La nouvelle réforme de l'IAI rentre dans le programme de la renaissance de l'Institut. Les Etats doivent le comprendre. Il faut que les Etats membres comprennent cette nécessité de l'intégration et de l'appropriation du numérique à tous les niveaux quel que soit le domaine d'activité et s'engagent résolument à nous accompagner.

Vous êtes une femme à la tête d'une institution inter étatique, est-ce qu'il y a des difficultés particulières auxquelles vous étiez confrontée du fait de votre statut de femme ?

Je n'ai rencontré aucune difficulté dans l'exercice de mes missions en tant que femme. D'abord chef d'une mission diplomatique, un statut respecté et honoré. J'ai été très bien accueilli au Gabon par toutes les autorités et par l'ensemble de mes collaborateurs. Je ne pense pas avoir rencontré une difficulté en fonction de mon statut de femme.

Le domaine de la science et de la technologie a tendance à être dominé par les hommes et cela commence dès la formation. Y a-t-il des dispositions spécifiques prises par l'école pour encourager les filles à s'orienter vers la technologie ?

Oui, cela fait partie de mon plan d'action. J'avais programmé d'encourager les filles à venir à l'IAI à travers un programme de prise en charge par l'école d'une fille par pays membre de l'IAI. Nous avons aussi une stratégie de communication que nous comptons mettre en œuvre à travers laquelle nous sensibilisons les filles pour les encourager à venir se former à l'IAI.

Quelles sont les perspectives de l'Institut ?
Les perspectives de l'IAI, c'est la renaissance de l'institut. Nous avons une nouvelle mission. Il nous faut un nouveau modèle économique parce qu'on ne peut plus continuer à compter sur les frais des scolarités. A la base, les étudiants qui sortaient de l'IAI, allaient directement servir leurs Etats. Mais aujourd'hui, on constate que les étudiants qui sortent, servent, à 90%, les opérateurs en charge du numérique et c'est la raison pour laquelle il faut changer le modèle économique pour faire participer tous les opérateurs en charge du numérique à la formation de ces étudiants. Cela fait partie d'ailleurs de leur cahier de charges où le fonds d'accès universel prévoit des formations dans le domaine des TIC (Techniques de l'Information et de la Communication). Les perspectives sont énormes, il nous faut un nouveau local, un cadre de norme universelle, des programmes adaptés au contexte...

Réalisé par Ali Maman(onep)
18/01/19

Société

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Mi…

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Ministère de la Santé Publique : Des lots de produits antipaludéens d'une valeur de 2,5 milliards de Francs CFA offerts par les Etat

Sous le haut parrainage de la Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou, marraine de la lutte contre le paludisme au Niger, le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara, a réceptionné hier dans l'après-midi à l'entrepôt de l'ONPPC, situé au quartier Niamey 2000 sur la route de Fillingué des mains de la sous-secrétaire adjointe aux affaires africaines des Etats-Unis d'Amérique, Mme Whitney Baird, des produits pharmaceutiqu...

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyal…

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyali sollicitée pour soutenir la création d'un réseau des Premières Dames

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tatali Iyali s'est entretenu, hier matin avec une délégation du Comité Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) conduite par le Secrétaire Exécutif PhD. Djimé Adoum. La délégation du CILSS est allée solliciter le soutien de la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou pour la création d'un Réseau des Premières Dames dans le cadre de la lutte pour ...

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pay…

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pays ciblés par le projet

      Face à l'insécurité alimentaire récurrente dans les pays du sahel avec comme corollaire la malnutrition chronique chez les enfants qui constituent l'avenir de la région, le projet «Mobiliser des Entreprises Sahéliennes pour des Réponses Innovantes et à large Echelle contre la Malnutrition (MERIEM)» entend s'appuyer sur le secteur privé des trois pays que sont : le Niger ; le Burkina Faso et le Mali pour apporter ...

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potent…

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potentialités de la région

Un mois après sa prise de fonction dans le pays, l'Ambassadeur de Turquie au Niger, SEM. Mustafa Ari Turker, vient d'effectuer une visite de travail de 48 heures à Maradi. Cette visite est la deuxième qu'il effectue à l'intérieur du pays, après celle de Tahoua il y a quelques jours.S'exprimant sur le mobile de sa visite dans la capitale du Katsina et du Gobir, le diplomate Turc a indiqué qu'il s'agit de venir à la découverte du Niger pr...

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Tarka ? Ce nom veut dire en Tamacheq défaire ses bagages pour un campement. Le fondateur du Village de Belbédji s'appelle Oumena venu du Damergou avec sa jument au corps parsemé de mouches rougeâtres.Ce sont ces dernières qui ont pris la dénomination de Belbédji crée en 1937.''Le premier puits foncé pour la création de Tarka a vu le jour en 1890 investi par la tribu Mouzgou (maraboutique) qui se réclame ancêtres du Chef de Canton actuel...

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'a…

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 : Plusieurs thématiques au menu des débats dont le changement climatique, la sécurité alimentaire et les défis de la dém

Les travaux de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 ont débuté hier au Palais des congrès de Niamey. Au cours de cette session, les conseillers discuteront des thèmes portant sur le changement climatique, la sécurité alimentaire, les défis de la démographie, l'introduction de l'éducation sexuelle dans l'enseignement secondaire, les technologies de l'information et de la...

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au…

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au service de la transformation du monde rural : enjeux et défis de la sécurité alimentaire et énergétique », thème retenu

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou a parrainé hier au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables. Cette rencontre organisée par le Réseau Femmes, Sciences et Technologies du Niger a enregistré la présence des membres du gouvernement, dont le Ministre d'Etat, en charge de l'agriculture et de l'élevage, du secrétaire exécutif du CILSS, des...

Réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population : Relever le défi de la maîtrise de la c…

Réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population : Relever le défi de la maîtrise de la croissance démographique

La ministre de la Population, Dr Amadou Aissata a procédé hier matin à Niamey, à l'ouverture de la réunion de mise en place du cadre de concertation sur la question de population. L'objectif de cette réunion est de créer les conditions d'un partenariat dynamique et concerté entre les ministères et les Partenaires au développement. La réunion s'est déroulée en présence des ministres concernés par cette question notamment celui en charge ...

Coopération parlementaire entre le Niger et la République islamique d'Iran : Consultation médicale et don des médicament…

Coopération parlementaire entre le Niger et la République islamique d'Iran : Consultation médicale et don des médicaments au CEG VII de Niamey

Dans le cadre de la coopération parlementaire entre le Niger et la République islamique d'Iran, le groupe d'Amitié Niger-Iran a organisé à l'occasion du 40e anniversaire de la Révolution Islamique Islamique d'Iran, une consultation médicale au CEG VII de Niamey. Il s'est agi à travers cette action de consulter les élèves de cet établissement scolaire, le personnel administratif et d'encadrement et leur offrir gratuitement par la même oc...

Agadez : agriculture; Les terres irriguées, une source de richesses et de moyens d'auto-suffisance alimentaire

Agadez : agriculture; Les terres irriguées, une source de richesses et de moyens d'auto-suffisance alimentaire

L'agriculture irriguée constitue l'une des activités des populations de la région d'Agadez. Dans le cadre de l'Initiative 3N, l'Etat a apporté des appuis multiformes aux producteurs. Les principales cultures pratiquées sont l'oignon, la pomme de terre, le blé, le maïs, les épices et les agrumes etc.L'évolution des superficies emblavées et des productions obtenues, atteste de la progression des cultures. Selon l'EPTIN, la région d'Agadez...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.