Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Dossier

 

 

 


d-1Les spécialistes en hydrologie et les populations riveraines du fleuve Niger savent très bien qu'il existe deux périodes de crue par an pour cette ressource naturelle. La première est celle que les hydrologues appellent la crue locale qui intervient justement pendant la saison des pluies et la seconde a lieu durant la saison froide. La dernière crue est liée aux précipitations tombées dans le haut bassin (Guinée) où le fleuve Niger prend d'ailleurs sa source. Mais en dépit des deux apports importants en eau que le fleuve Niger reçoit chaque année, on constate que ces dernières années l'assèchement du fleuve est extrêmement sévère en période de décrue au point où les plus pessimistes se demandent même si cette ressource en eau n'allait pas disparaitre au fil des années. En effet, à la grande surprise des spécialistes et des populations qui vivent le long du fleuve Niger, la crue guinéenne est venue cette année déjouer les connaissances empiriques des riverains se trouvant dans des quartiers comme Gamkalé, Saga, l'île de Neni Gougou, la corniche Yantala bas, etc. Autant dire que la situation actuelle du fleuve Niger remet sur la table de discussion la problématique du changement climatique.
Les populations riveraines du fleuve Niger à Niamey sont sur le qui-vive ces derniers jours. Et pour cause : la crue exceptionnelle du fleuve. De l'alerte jaune, on est passé à celle dite orange depuis le 3 janvier 2019. L'alerte orange est fixée à 580 cm et correspond ainsi à un débit de 2127 m3/s. M. Sombo Modibo est un exploitant d'un jardin au quartier Gamkalé de Niamey. La crue du fleuve reste inoubliable dans sa mémoire parce que son espace d'exploitation a été envahi par les eaux.
Il était 12 h 30 mn ce 5 février 2019 lorsque nous nous rendions aux jardins de ce quartier dont l'essentiel des cultures de contre saison pratiquées par les exploitants sont la salade, le chou et la tomate. Quelques jours après le repiquage de la salade, M. Sombo Modibo s'est réveillé pour constater les dégâts. L'absence de la digue de protection à cet endroit précis vient de causer des dégâts énormes aux jardiniers de la zone. En effet, sur le lieu du désastre, l'intéressé n'était pas présent. C'est plutôt Idi Amadou, également exploitant et voisin à Sombo Modibo, victime de la crue exceptionnelle du fleuve qui nous relate avec peine l'ampleur du sinistre. ''Le jardin de Sombo a été littéralement englouti par la furie des eaux du fleuve. Il est contraint à se rabattre sur la pêche pour subvenir aux besoins quotidiens de sa famille'', a relevé M. Idi Amadou. Bien que le jardin qu'il exploite avec son ami ait été épargné de l'inondation, Idi donne la mine d'une victime, histoire de compatir à la douleur ressentie par son voisin Sombo.
En dépit de la catastrophe qui a frappé à la porte de son voisin immédiat, Idi Amadou continue de mener son activité de laquelle il tire l'essentiel de son revenu annuel. '' Je quitte la maison juste après la prière de l'aube pour joindre mon jardin. J'y reste jusqu'au crépuscule. Maintenant, je suis en train de faire le désherbage aux planches de la salade. J'ai déjà commencé à vendre aux clients. Ces derniers viennent jusqu'au niveau des jardins pour acheter en gros'', a expliqué M. Idi avant d'ajouter qu'il fait un chiffre d'affaires de 100.000F par campagne. C'est dire que les cultures de contre saison constituent une activité qui nourrit son homme. C'est la raison pour laquelle Idi a lancé un appel pressent à l'endroit de l'Etat pour qu'il engage les travaux d'aménagement de la digue de protection qui constitue le seul rempart entre les cultures de contre saison et les eaux du fleuve.
La montrée des eaux n'a pas seulement affecté les activités saisonnières. Elle a aussi porté un coup dur à l'une des activités principales qui se pratiquent le long du fleuve Niger. Il s'agit surtout de la pêche. M. Souley Saley est un pêcheur depuis une trentaine d'années. Il vient tout juste de descendre de sa pirogue après avoir minutieusement installé son filet à l'épervier. Il affirme n'avoir jamais vu cette montée spontanée des eaux liée aux apports de la crue guinéenne. En outre, la crue du fleuve entrave curieusement aussi la pratique normale de la pêche. Pourquoi ? Parce que la crue guinéenne charrie ou expédie la jacente d'eau qui empêche aux poissons de respirer convenablement à fortiori de pouvoir circuler librement.
Selon Souley Saley, le volume d'eau enregistré par le fleuve à cause du haut bassin doit convaincre l'ensemble des riverains et les spécialistes et chercheurs en hydrologie que le fleuve est véritablement ensablé. C'est pourquoi, il ne pourra plus contenir les eaux pendant la période de crue. '' Nous qui sommes toujours sur le fleuve savons que le fleuve n'a plus sa profondeur d'antant'', a souligné M. Souley Saley.
Tout comme les riverains du fleuve au quartier Gamkalé, les populations de Saga s'inquiètent aussi. Certes, la digue de protection du coté des cultures rizicoles tient bon sur plusieurs kilomètres mais une partie située à la station de pompage des rizières reste fragile. D'où la nécessité d'engager le plus vite possible des travaux de renforcement de la protection de la digue pour éventuellement éviter l'envahissement par les eaux d'une bonne partie des cultures rizicoles de Saga. Les riziculteurs comme Idi Hamadou et Abdoulaye ne cessent de nous dire de prendre bonne note de leurs préoccupations. Elles se résument à la réhabilitation des canaux de passage des eaux qui alimentent les rizicultures ; le colmatage des endroits où la digue est fragile et une meilleure valorisation de la filière riz du Niger.
Si au quartier Gamkalé ce sont des cultures de contre saison qui sont submergées par la crue du fleuve, à Saga, ce sont les rizicultures qui sont menacées ; tandis qu'au quartier Yantala bas, c'est plutôt des habitations et certains services publics qui sont à risque d'inondation. En plus, la montée des eaux a débordé pour dévaster plusieurs cultures de contre saison. Nana Balkissa Karimou est une habitante de la corniche Yantala Bas. Elle précise que la nuit, tous les riverains sont attentifs au bruit des eaux. ''Nous faisons très attention à la crue de cette année qui, à l'évidence, est exceptionnelle. Nous n'avons nulle part où aller se refugier le temps que l'eau se retire sinon la crue est particulièrement inquiétante cette année'', a relevé Nana Balkissa Karimou.

Par Hassane Daouda(onep)
08/02/19

 

 

 

Publié dans Dossier
Écrit par
En savoir plus...

Société

Communique du Ministère de l'Intérieur relatif à l'attaque de la position de la Garde nationale du Niger à Chétima Wango…

Communique du Ministère de l'Intérieur relatif à l'attaque de la position de la Garde nationale du Niger à Chétima Wangou

      Le vendredi 15 février 2019 aux environs de 18 heures des éléments lourdement armes de la secte Boko Haram a bord des véhicules dont un engin blinde ont attaque la position de la garde nationale de Chetima wangou.La riposte des éléments de la garde nationale du Niger a permis de repousser l'ennemi âpres un combat acharne ;Le bilan de cette attaque est le suivant :- Côté amis: sept (07) morts et six (06) blesses p...

Visite du Premier ministre à la 8ème foire des maraichers de la région d'Agadez à Niamey : SE Brigi Rafini encourage et …

Visite du Premier ministre à la 8ème foire des maraichers de la région d'Agadez à Niamey : SE Brigi Rafini encourage et félicite les producteurs maraîchers

Le Premier ministre, SE. Brigi Rafini, accompagné d'une forte délégation composée des membres du gouvernement, des responsables municipaux de la capitale et des cadres du Ministère de l'Agriculture et de l'Elevage, a visité, le 16 février dernier, l'un des sites de la 8ème foire des maraîchers de la région d'Agadez à Niamey, installé à la Place Toumo. Etaient également présent lors de cette visite, l'Ambassadeur Chef de la Délégation de...

Lancement officiel du projet PARIIS-NE : Plus de 25 milliards de francs CFA pour le développement de l'irrigation dans l…

Lancement officiel du projet PARIIS-NE : Plus de 25 milliards de francs CFA pour le développement de l'irrigation dans les régions d'Agadez, de Dosso, de Tahoua et de Tillabéry

Le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba, a procédé le 15 février dernier à Niamey, au lancement officiel de la section nigérienne du Projet d'appui régional à l'initiative pour l'irrigation au Sahel, PARIIS-NE. Ce projet, né de l'appel à l'action pour le développement de l'irrigation dans l'espace sahélien lancé par six (6) pays, intervient dans un contexte particulièrement difficile pour les Etat...

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Mi…

La Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou parraine une cérémonie de remise de don de médicaments et moustiquaires au Ministère de la Santé Publique : Des lots de produits antipaludéens d'une valeur de 2,5 milliards de Francs CFA offerts par les Etat

Sous le haut parrainage de la Première Dame, Hadjia Aissatou Issoufou, marraine de la lutte contre le paludisme au Niger, le ministre de la Santé Publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara, a réceptionné hier dans l'après-midi à l'entrepôt de l'ONPPC, situé au quartier Niamey 2000 sur la route de Fillingué des mains de la sous-secrétaire adjointe aux affaires africaines des Etats-Unis d'Amérique, Mme Whitney Baird, des produits pharmaceutiqu...

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyal…

La Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou rencontre une délégation du CILSS : La présidente de la Fondation Tattali Iyali sollicitée pour soutenir la création d'un réseau des Premières Dames

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tatali Iyali s'est entretenu, hier matin avec une délégation du Comité Inter-Etats de Lutte contre la Sécheresse dans le Sahel (CILSS) conduite par le Secrétaire Exécutif PhD. Djimé Adoum. La délégation du CILSS est allée solliciter le soutien de la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou pour la création d'un Réseau des Premières Dames dans le cadre de la lutte pour ...

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pay…

Lancement officiel du projet MERIEM : Apporter des solutions innovantes pour prévenir la malnutrition dans les trois pays ciblés par le projet

      Face à l'insécurité alimentaire récurrente dans les pays du sahel avec comme corollaire la malnutrition chronique chez les enfants qui constituent l'avenir de la région, le projet «Mobiliser des Entreprises Sahéliennes pour des Réponses Innovantes et à large Echelle contre la Malnutrition (MERIEM)» entend s'appuyer sur le secteur privé des trois pays que sont : le Niger ; le Burkina Faso et le Mali pour apporter ...

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potent…

Maradi/ Visite de travail de l'Ambassadeur de Turquie au Niger : Toucher du doigt les réalités culturelles et les potentialités de la région

Un mois après sa prise de fonction dans le pays, l'Ambassadeur de Turquie au Niger, SEM. Mustafa Ari Turker, vient d'effectuer une visite de travail de 48 heures à Maradi. Cette visite est la deuxième qu'il effectue à l'intérieur du pays, après celle de Tahoua il y a quelques jours.S'exprimant sur le mobile de sa visite dans la capitale du Katsina et du Gobir, le diplomate Turc a indiqué qu'il s'agit de venir à la découverte du Niger pr...

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Développement communautaire : Les ambitions du chef de canton de Tarka

Tarka ? Ce nom veut dire en Tamacheq défaire ses bagages pour un campement. Le fondateur du Village de Belbédji s'appelle Oumena venu du Damergou avec sa jument au corps parsemé de mouches rougeâtres.Ce sont ces dernières qui ont pris la dénomination de Belbédji crée en 1937.''Le premier puits foncé pour la création de Tarka a vu le jour en 1890 investi par la tribu Mouzgou (maraboutique) qui se réclame ancêtres du Chef de Canton actuel...

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'a…

Cérémonie d'ouverture de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 : Plusieurs thématiques au menu des débats dont le changement climatique, la sécurité alimentaire et les défis de la dém

Les travaux de la première Session ordinaire du Conseil Economique, Social et Culturel (CESOC) au titre de l'année 2019 ont débuté hier au Palais des congrès de Niamey. Au cours de cette session, les conseillers discuteront des thèmes portant sur le changement climatique, la sécurité alimentaire, les défis de la démographie, l'introduction de l'éducation sexuelle dans l'enseignement secondaire, les technologies de l'information et de la...

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au…

Ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables : «La science au service de la transformation du monde rural : enjeux et défis de la sécurité alimentaire et énergétique », thème retenu

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou a parrainé hier au Palais des Congrès de Niamey, l'ouverture de la deuxième édition du symposium sur la sécurité alimentaire et les énergies renouvelables. Cette rencontre organisée par le Réseau Femmes, Sciences et Technologies du Niger a enregistré la présence des membres du gouvernement, dont le Ministre d'Etat, en charge de l'agriculture et de l'élevage, du secrétaire exécutif du CILSS, des...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Département de Magaria : La préservation de l'envi…

Département de Magaria : La préservation de l'environnement gage de développement durable

Avec une superficie de 7 903 km2, Magaria est l'un des départements les plus riches en mat...

vendredi 15 février 2019

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le…

"La sécurité est aujourd'hui garantie dans le département", affirme le préfet : M. le préfet, pouvez-vous nous faire succinctement la présentation de votre entité administrative ?

Nous vous remercions de l'intérêt que vous accordez à notre département à savoir le départ...

vendredi 15 février 2019

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et…

Le numérique au Niger : Promouvoir le numérique et accélérer le progrès social

Certes le fossé qui existe entre les pays dits développés et ceux du tiers monde est grand...

mardi 12 février 2019

L'air du temps

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Saint Valentin : au cœur de l'espièglerie juvénile

Hier, jeudi 14 février 2019, les jeunes ont célébré la fête de la Saint-Valentin dédiée au...

vendredi 15 février 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.