Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou

anonce-tREPUBLIQUE DU NIGER
MINISTERE DU PLAN
DIRECTION GENERALE DE LA PROGRAMMATION DU DEVELOPPEMENT
Projet d'appui au Climat des Affaires et à la Compétitivité (PCA/C)
ACCORD DE DON N°TFOA0809
Unité d'Exécution du Projet

SERVICE DE CONSULTANTS :Recrutement d'une Assistance technique à la
Société Sahélienne de Financement (SAHFI SA)

SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D'INTERET

La République du Niger a obtenu un Don de l'Agence Danoise de Développement (DANIDA) administré par la Banque Mondiale pour financer le coût du Projet d'Appui au Climat des Affaires et à la Compétitivité (PCA/C), et a l'intention d'utiliser une partie de ce financement pour effectuer des paiements éligibles au titre du marché relatif au recrutement d'une Assistance technique à la Société Sahélienne de Financement (SAHFI SA).

La passation du Marché sera conforme aux règles et procédures d'éligibilité de la Banque mondiale

Objectif de la mission

L'objectif global de la mission d'Assistance technique est d'appuyer SAHFI SA à améliorer son offre de garanties de financement pour soutenir le financement des PME intervenant sur les chaînes de valeur agricoles. L'assistance technique apportera son appui pour la mise en place du fonds de garantie prévu dans le cadre du PECEA pour contribuer à l'atteinte des objectifs de l'Engagement 2 du programme.

De façon spécifique les objectifs assignés à l'assistance technique sont les suivants :
• Appuyer la mise en place du fonds de garantie des PME agricoles et sa gestion en fiducie,
• Accompagner la révision du plan d'affaires de SAHFI SA pour prendre en compte le nouveau fonds de garantie et son mode de gestion,
• Accompagner l'animation commerciale de SAHFI SA auprès des banques et plus spécifiquement du fonds de garantie des PME agricoles,
• Développer des outils d'analyse et d'appréciation du risque sur les PME de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles,
• Renforcer les capacités des banques partenaires de SAHFI SA sur le crédit agricole,
• Assister SAHFI SA à promouvoir ses relations avec d'autres Partenaires Techniques et Financiers pour la gestion de fonds de garantie pour les PMEA,
• Appuyer le reportage avec l'unité de gestion du PRACC,
• Préparer un plan de sortie ou de transfert qui permettra la clôture du PECEA car il s'agit d'un don à l'Etat du Niger,
• Apporter des appuis conseil sur l'ensemble des activités de SAHFI SA

Résultats attendus

Les principaux résultats attendus de la mission sont les suivants :
• Appuyer la révision du plan d'affaires de SAHFI SA et intégrer la gestion fiduciaire du fonds de garantie ;
• Appuyer la mise en place de la gestion du fonds de garantie en fiducie ;
• Mettre en place des outils d'animation pour favoriser l'utilisation du fonds de garantie par les banques ;
• Développer des outils d'analyse et d'appréciation du risque sur les PME de la transformation et de la commercialisation des produits agricoles ;
• Apporter des appuis conseil sur l'ensemble des activités de SAHFI SA

L'Assistance technique se déroulera sur une période de neuf (9) mois sous la forme de plusieurs missions d'appui directement au siège de SAHFI SA. Les besoins sont estimés à 75 jours homme sur toute la période.

Profil du prestataire

Pour cette prestation d'Assistance technique, il est recherché un cabinet, bureau d'études spécialisé dans le financement bancaire des PME et de l'agriculture en Afrique sub-saharienne.
Il est attendu du prestataire des connaissances dans le financement bancaire, avec un focus sur la mise en place de mécanismes de garantie bancaire. Le prestataire devra également justifier de connaissances sur le mode de fonctionnement des PME. Sa connaissance du Niger et de la réglementation bancaire de l'UMOA sera très appréciée.
Le prestataire devra justifier d'expériences réussies sur des missions similaires d'assistance technique à des institutions financières de garantie ou plus largement à des institutions de financement en Afrique sub-saharienne.

Le prestataire pourra proposer aux plus deux consultants selon les besoins de la mission.

Le soumissionnaire devra constituer une équipe d'un ou de deux consultants avec l'expertise suivante :
• Expérience et compétences en banque et finance avec une expérience sur le financement des PME agricoles et de l'agroalimentaire en Afrique sub-saharienne ;
• Expérience en assistance technique auprès d'institutions financières ou dans des projets et programmes de renforcement du secteur financier ;
• Expérience dans des pays en voie de développement ou émergeants en matière de financement du monde rural et agricole, financement des PME et financement de la microfinance ;
• Expérience opérationnelle de mise en place de politiques, méthodes, outils et procédures dans les domaines de la gestion des risques des PME, la mise en place de fonds de garantie et de cautionnement ;
• Expérience pratique de la formation d'agents des institutions financières ;
• Bonne connaissance de la réglementation bancaire de l'UMOA ;
• Très bonne maîtrise de la langue française orale et écrite.

Le Coordonnateur de l'Unité d'Exécution du Projet d'Appui à la Compétitivité et à la Croissance invite les candidats éligibles à manifester leur intérêt pour fournir les services décrits ci-dessus. Les consultants/firmes intéressés doivent fournir les informations indiquant qu'ils sont qualifiés pour exécuter la mission (brochures, références concernant l'exécution de contrats analogues, expérience dans des conditions semblables, etc.).

Un Consultant sera sélectionné suivant les procédures décrites dans les directives : Sélection et Emploi de Consultants par les Emprunteurs de la Banque Mondiale, édition janvier 2011 révisée en juillet 2014. Le mode de passation qui sera utilisé pour le recrutement du consultant est la sélection basée sur les Qualifications du Consultant (QC).

Les Consultants intéressés peuvent obtenir des informations supplémentaires à l'adresse ci-dessous de 8 heures à 17 heures 30 minutes du lundi au jeudi et de 8 heures à 13 heures les vendredis.

Les manifestations d'intérêt doivent être soumises au plus tard le 15 Mai 2019 à 17 heures 30 minutes à :

UNITE D'EXECUTION DU PROJET D'APPUI A LA COMPETITIVITE ET A LA CROISSANCE (PRACC), AVENUE DE LA RADIO, BP. : 223, NIAMEY, NIGER, Téléphone : +227 20 75 23 34/37
A L'ATTENTION DE
MONSIEUR LE COORDONNATEUR DU PRACC
Email : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. ET Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 Plnire 6839Le président de l'Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni, a présidé hier à l'hémicycle de l'Assemblée nationale la poursuite des travaux de la séance plénière de la première session ordinaire au titre de l'année 2019 dite session des lois. La journée d'hier a été consacrée à l'examen et à l'adoption du projet de loi modifiant l'ordonnance n°2010-77 du 09 décembre 2010 portant régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, culturel et technique. Les travaux de la séance plénière se sont déroulés en présence du commissaire du gouvernement, le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'innovation, M. Yahouza Sadissou.

Le projet de loi modifiant l'ordonnance n°2010-77 du 09 décembre 2010 portant régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, culturel et technique est examiné et adopté par les députés avec 135 voix pour, vingt huit (28) contre et (2) abstentions. Ce projet de loi est initié dans le cadre des réformes globales engagées par le gouvernement dans le secteur de l'Education, notamment dans le sous-secteur de l'Enseignement Supérieur. En effet, la législation en vigueur au Niger consacre l'élection des recteurs et vice-recteurs comme mode de gouvernance des universités publiques. «A l'épreuve des faits, ce mode est apparu peu efficace pour l'atteinte des objectifs assignés aux universités publiques. Les responsables élus ne disposant pas toujours de l'autorité nécessaire dans la gouvernance de leurs entités et sont pris en otage par leur électorat», a expliqué le ministre en charge de l'Enseignement Supérieur.
«Le gouvernement est plus que jamais déterminé à imprimer les reformes dans les systèmes éducatifs et particulièrement l'Enseignement Supérieur. Notre système de l'enseignement supérieur est véritablement malade, nous avons la responsabilité de créer les conditions pour le remettre sur les rails pour l'intérêt de notre jeunesse. Cette loi qui vient d'être adoptée est le point de départ de ce vaste chantier de réformes», a-t-il dit.
L'adoption de cette loi peut amener des grincements des dents au niveau du Syndicat National des Enseignants Chercheurs du Supérieur (SNECS). Selon le ministre, il n'y aura aucune division entre la structure et le gouvernement parce que le SNECS est un partenaire privilégié. « La loi est adoptée et nous sommes tenus à la respecter. Certes, le syndicat a d'autres points de revendication et nous allons l'appeler pour discuter des points qui n'ont pas fait l'objet d'adoption, notamment la question de leur droit statutaire en souffrance. Enfin, nous allons appeler tous les acteurs pour réfléchir sur les contours de ces réformes dont ils ne sont pas contre», a-t-il expliqué.

Seini Seydou Zakaria (ONEP)
(19/04/2019)


PM-retourLe Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Brigi Rafini, a regagné Niamey, hier en début d'après-midi, en provenance d'Abidjan en Côte d'Ivoire où il a représenté le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, au Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (WE-FI) du 17 au 18 avril dernier. A sa descente d'avion, le Premier ministre a été accueilli par le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, avant d'être salué par les membres du Gouvernement.

(19/04/2019)


PM SommetLe Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Brigi Rafini, a regagné Niamey, hier en début d'après midi, en provenance d'Abidjan en Côte d'Ivoire où il a représenté le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, au Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (WE-FI) du 17 au 18 avril dernier. A sa descente d'avion, le Premier ministre a été accueilli par le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, avant d'être salué par les membres du Gouvernement.
À l'occasion de ce 1er Sommet régional de l'Initiative de financement en faveur des femmes entrepreneures (We-Fi), le Premier ministre, Chef du gouvernement, SE. Brigi Rafini, s'est joint à d'autres dirigeants de plusieurs pays, des responsables de banques multilatérales de développement, des cadres du secteur privé, des femmes entrepreneures ainsi que des représentants des pays contributeurs à l'Initiative, pour échanger sur les mesures concrètes de soutien aux petites et moyennes entreprises dirigées par des femmes en Afrique de l'Ouest.
Organisé par l'Initiative We-Fi en
collaboration avec la Banque africaine de développement, la Banque islamique de développement et le Groupe de la Banque mondiale, ce Sommet qui a réuni plus de 400 dirigeants publics et privés, s'est achevé sur un appel conjoint à l'action incitant les pouvoirs publics et les acteurs privés à engager rapidement des réformes et des mesures d'envergure pour aider les femmes entrepreneures à surmonter les entraves persistantes, financières et autres, à leur activité.
Selon les termes de cette déclaration commune, les dirigeants présents au Sommet sont unanimes à reconnaitre que les femmes occupent « une place économique essentielle, très présentes dans les activités indépendantes en Afrique, dont profitent largement leurs familles, leurs communautés et leurs pays». Aussi, se disant sensibles aux difficultés empêchant la pleine participation des femmes à l'économie, les participants insistent sur les nombreux obstacles qu'elles rencontrent pour accéder« aux financements, aux marchés, à la technologie ou aux programmes d'accompagnement et de renforcement des capacités. En interdisant à ces entrepreneures d'exprimer tout leur potentiel, ces entraves pénalisent la croissance économique et la lutte contre la pauvreté en Afrique. ».
A cet égard, les dirigeants présents au Sommet ont appelé les gouvernements à engager des réformes politiques et réglementaires pour améliorer l'accès des femmes chefs d'entreprise aux services financiers, aux marchés publics et aux infrastructures sous-tendant l'économie numérique. Ils ont également plaidé pour la levée rapide des entraves au travail et à la mobilité des femmes et pour l'égalité des droits de propriété.
Conscients de l'importance de la collaboration entre secteur public et secteur privé, les dirigeants soulignent la place essentielle des acteurs privés et des organisations de la société civile pour améliorer l'accès des femmes au capital, aux marchés, à l'acquisition de compétences numériques, aux dispositifs d'accompagnement et aux réseaux d'affaires. Ils plaident par ailleurs en faveur d'une collecte et d'une communication plus efficaces de données, publiques et privées, ventilées par sexe afin de mieux mesurer l'impact des réformes engagées sur les femmes entrepreneures.
Le Premier ministre est accompagné dans ce déplacement par le ministre d'Etat, ministre de l'Agriculture et de l'Elevage, M. Albadé Abouba, du ministre du Commerce et de la Promotion du Secteur privé, M. Sadou Seydou, de la ministre de la Promotion de la Femme et de la Protection de l'Enfant, Mme Elback Adam Zeinabou, et de la Directrice de cabinet adjointe en second du Premier ministre, Mme Yahaya Saadatou Mallam Barmou.
Assane Soumana (ONEP)
(19/04/2019)


ProcureurSuite à la manifestation des scolaires dans les rues de Niamey, ayant provoqué le saccage des biens publics et privés, une centaine d'élèves ont été interpelés. Au titre du dédommagement des préjudices causés, enregistrés et évalués par la justice à 7 725 000 FCFA, la somme versée par les parents des élèves s'élève à 7 325 000 FCFA. A cet effet, lors du point de presse qu'il a animé, hier matin à son bureau, le Procureur Général de la République, M. Chaibou Samna, a fait le point de l'affaire, avant d'attirer l'attention de la population, la jeunesse en particulier, sur la responsabilité civile dans les circonstances de manifestation.
Après l'appel lancé, par voie de communiqué, donnant droit aux victimes de la manifestation scolaire des élèves de Niamey, du 9 Avril 2019, à se déclarer au niveau de la Police Judiciaire (PJ) et se faire évaluer les préjudices subis, la communauté urbaine de la ville s'est révélée avec un bilan lourd d'environ 6 700 000 FCFA. Les dégâts ont porté notamment sur la voirie, à travers la brulure des pneus; la destruction de divers objets d'embellissement des rues.
La justice a dû faire une évaluation des préjudices par commune. «En fonction des interpellation qui ont été faites, le montant a été reparti de façon équitable, par commune», indique le procureur. Il a aussi été enregistré au niveau d'une station d'essence, où des produits ont été emportés, un pillage chiffré à 215 000 FCFA.
D'autre part, plusieurs personnes physiques sont touchées par les actes de vandalisme de cette journée. Le Procureur de la République a cité les cas du président du Tribunal et d'une employée de l'UNICEF dont les véhicules ont été saccagés. Pour chacun des deux, le dommage correspond à 300 000 FCFA. Ce qui totalise, à ce jour, les dégâts à 7 725 000 FCFA.
En dehors de cet aspect financier, M. Chaibou Samna trouve le niveau de violence des faits indescriptible. C'est ainsi que la justice a donc demandé à tous les parents et tuteurs des élèves interpelés à se présenter, en vertu de la responsabilité qui leur incombe de réparer les dommages.
Le Procureur de la République a noté l'attitude compréhensive des parents, qui a permis de recueillir le montant de 7 325 000 FCFA en vue de la réparation. S'agissant du manquant de 300 000 FCFA, dit-il, il incombe à la structure des élèves. Aucun des élèves n'est détenu aujourd'hui. Et les trois badauds infiltrés dans la marche, qui ont été pris par les forces de l'ordre sont renvoyés à leurs familles respectives.
« Ce que nous voulons à travers cela, c'est d'inculquer le respect des biens publics, chèrement acquis ». M. Chaibou Samna appelle aussi au sens de responsabilité civile relativement aux biens privés. « Les manifestations violentes sont à bannir. Ce sont des comportements inacceptables », a-t-il déclaré. Le Procureur de la République réaffirme que de telles pratiques sont répréhensibles, conformément aux sanctions prévues par la loi.

Mahamane Chékaré Ismaël (Stagiaire)
(19/04/2019)


Visite-PRN1Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, a effectué hier très tôt le matin, une visite sur le chantier de rénovation et de modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani de Niamey. L'objectif de cette visite est d'aller s'enquérir l'état d'avancement des travaux qui ont été lancés par lui-même, le 5 Juillet 2018. Le Chef de l'Etat était accompagné dans cette visite par le ministre Directeur de Cabinet du Président de la République, M. Ouhoumoudou Mahamadou, du ministre des Domaines, de l'Urbanisme et du Logement, M. Waziri Maman, celui de l'Equipement, M. Kadi Abdoulaye, de l'Ambassadeur de Turquie au Niger, SE Mustafa Türker Ari, du gouverneur de la région de Niamey M. Issaka Assane Karanta, du président de la Délégation Spéciale de Niamey, M. Mouctar Mamoudou et de plusieurs techniciens.

Le Chef de l'Etat et la délégation qui l'accompagne ont visité le nouveau terminal qui a pris une belle forme. Le Président Issoufou a trouvé, sur le chantier, une équipe de travailleurs dynamiques à pied d'œuvre pour que l'ouvrage soit livré dans le délai requis. Sur place, le Chef de l'Etat a reçu d'amples explications de la part des responsables et des techniciens de la société turque SUMMA, en charge de l'exécution des travaux et les responsables de l'Agence Nationale de l'Aviation Civile (ANAC). Le Président de la République a visité tous les compartiments du nouveau Terminal, le parking et le fret. Il s'est ensuite rendu au niveau du nouveau salon présidentiel en construction. Il a visité les principaux compartiments de l'ouvrage avant de se rendre sur la nouvelle piste en rénovation d'un linéaire de 4000m sur 45m de largeur.
A l'issue de la visite, le Président de la République a tout d'abord rappelé sous forme d'anecdote une conversation qu'il a eue avec un diplomate en poste au Niger en 2011 à qui il avait demandé ses impressions sur le Niger. Ce à quoi il a répondu «le Niger est un pays où il ne se passe rien. «Je suis sûr qu'aujourd'hui, il ne donnera pas la même réponse. Parce que le Niger change et se transforme dans tous les domaines. Le gouvernement a investi dans tous les secteurs dont les infrastructures, les routes, l'énergie, les télécommunications et les infrastructures aéroportuaires. Je voudrais rappeler que nous avons engagé la modernisation de quatre aéroports à savoir Niamey, Zinder, Maradi et Tahoua. Nous sommes en train de créer un nouvel aéroport à Tillabéri. Vous voyez en huit ans, rien que dans le secteur des infrastructures aéroportuaires, des réalisations ont été accomplies par le gouvernement», a déclaré SE. Issoufou Mahamadou.
En ce qui concerne, l'exécution des travaux, le Chef de l'Eta s'est réjoui de l'atmosphère qu'il a perçue sur le chantier. « Je suis totalement satisfait de l'évolution des travaux qui vont finir conformément à l'engagement pris par la société turque SUMMA, le 11 juin 2019. Il n'y a aucun reproche à la qualité des travaux. Nous avons là un bel aéroport dont les capacités sont renforcées avec une capacité de parking d'une soixantaine d'avions. C'est extrêmement important. En effet, l'exécution du chantier a créé 1500 emplois aux jeunes. C'est pourquoi, je félicite l'entreprise SUMMA pour avoir rempli son contrat, en ce qui concerne le chantier de l'aéroport. Et et c'est la même société qui construit l'hôtel présidentiel qui sera livré le 12 juin 2019. Je pense qu'il y'aura d'autres chantiers à lancer avec la même société », a confié le Président de la République.Visite-PRN2
Pour sa part, le directeur général de l'ANAC, Elhadji Ayaha Ahmed, a remercieé le Chef de l'Etat pour cette visite, mais surtout pour cette belle infrastructure. Pour lui, c'est une véritable révolution, parce que tous les aéroports du Niger sont aux normes et que l'image du Niger dans le domaine aéronautique est très positive. Parlant du chantier, Elhadji Ayaha Ahmed affirme que les travaux sont à un taux d'exécution de 85% et l'infrastructure sera inaugurée le 11 juin 2019. «Actuellement des opérations se déroulent sur les travaux déjà réalisés sur le chantier» a-t-il expliqué avant de préciser que l'aéroport international Diori Hamani de Niamey répond aux normes recommandées par l'Organisation de l'Aviation Civile Internationale (OACI) et les institutions internationales de l'aviation civile. «Nous avons un très bon rang. Par exemple sur le plan de la sureté, nous avons un taux de supervision de la sécurité de 42% en 2011. Aujourd'hui le taux est de 84%. Les mêmes proportions de la sureté qui tournait au tour de 43 à 44% de la même date est aujourd'hui de 90 à 95%. Ça veut dire que notre aéroport a vraiment sa place au niveau de la communauté africaine et parmi les meilleurs. D'ailleurs, il est le 7ème qui est certifié en Afrique» s'est réjoui le DG de l'ANAC.
Auparavant sur la route de l'aéroport, le Président de la République a effectué un arrêt devant la Cour de Cassation où le président de la Délégation spéciale de la ville de Niamey lui a montré une esplanade arborée aménagée sur 4 hectares. Il lui a également présenté des espaces libérés en face de l'aéroport. «Les quartiers environnants de l'aéroport ont besoin d'espaces de jeu et de loisir qui seront aménagés au profit des populations», déclaré M. Mouctar Mamoudou. Tous ces travaux améliorent l'image de la capitale. «C'est une joie pour la ville de Niamey et le Niger entier. Pour cela, toute la population de Niamey remercie le Président de la République pour ce grand projet structurant pour notre pays», a-t-il conclu.
Seini Seydou Zakaria (ONEP)
(18/04/2019)


PlnireLes travaux de la 1ère session ordinaire de l'Assemblée nationale dite session des lois se poursuivent à l'hémicycle Place de la concertation à Niamey. Au cours de la plénière d'hier, présidée par SE. Ousseini Tinni, président de l'Institution, les députés ont examiné et adopté les modifications apportées à l'ordre du jour et au calendrier des travaux de cette session.
Il faut rappeler que peu après la plénière, s'est tenue toujours sous la présidence de SE Ousseini Tinni, la conférence des présidents qui, a procédé à l'examen et à l'adoption du compte rendu sommaire de la séance plénière du lundi 15 avril dernier.
Les travaux en plénière reprennent ce jeudi matin 18 avril avec un seul point à l'ordre du jour à savoir l'examen du projet de loi modifiant l'ordonnance N°2010-77 du 09/12/2010 portant Régime général des Etablissements publics à caractère scientifique, culturel et technique.

(18/04/2019)


Atelier-MdiatureLe Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la Sécurité ( DCAF) a organisé, hier matin à Niamey, un atelier de lancement de la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes ouverts aux usagers du service public en cas d'abus par le personnel des institutions de sécurité. C'est le Médiateur de la République, Me Ali Sirfi Maiga, qui a procédé, l'ouverture de cet atelier en présence du Médiateur de Togo, Mme Nana Houa et de la Ministre de la Fonction Publique et de la réforme administrative Mme Kaffa Rakiatou Christelle Jackou, de l'ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne au Niger, SE. Hermann Nicolaï et de plusieurs invités.

Dans son discours, Me Ali Sirfi Maiga a indiqué que le document, fruit du partenariat entre l'institution du Médiateur de la République et le Centre pour la Sécurité, le développement et l'Etat de droit (DCAF) est un outil à l'usage de tout citoyen victime d'abus ou d'inconduite de la part des personnels de service de sécurité. Il présente les différentes voies de recours et les mécanismes de plaintes qui s'offrent aux citoyens en cas de manquements à leurs droits de la part d'agents chargés de sécurité. En effet a-t-il poursuivi, le plus souvent, les usagers du service public ignorent les instruments juridiques et juridictionnels qui sont à leur disposition et par lesquels ils peuvent saisir une autorité publique pour des manquements qui portent atteinte à leur droit.
Me Ali Sirfi Maiga a ajouté que la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes se veut un outil de travail qui répertorie et dresse, de façon simple et cohérente, les institutions civiles et militaires qui, de par les textes qui les instituent ou les organisent ont la mission d'écouter, de recevoir, d'enquêter, de traiter et de sélectionner le cas d'abus d'inconduite commis par le personnel des services de sécurité publique. « C'est donc un guide de justiciable qui est victime d'un abus ou d'une inconduite et qui attend de se faire entendre sous le fondement du principe conventionnel et constitutionnel du droit à la justice » a précisé le Médiateur de la Republique.
Selon la représentante du DCAF, Anne Bennett, le Centre de Genève pour la Gouvernance du Secteur de la Sécurité (DCAF) a eu, depuis 2014, le privilège de travailler étroitement avec un grand nombre d'intervenants au Niger. « Les résultats atteints dans le cadre de la collaboration nous encouragent à poursuivre et à approfondir notre engagement pour les deux ans à venir. Nous sommes reconnaissantes envers tous nos partenaires formels et informels pour leur présence et leur engagement dans le cadre de cette activité. Nous tenons à réaffirmer le soutien du DCAF dans cette dynamique de collaboration et de concertation » a-t-elle indiqué.
Pour sa part, l'ambassadeur de la République Fédérale d'Allemagne au Niger, SE. Hermann Nicolaï, c'est un honneur de participer à cet atelier organisé par le DCAF sur une question au centre de la bonne gouvernance du secteur public et de la sécurité. « Pour l'Allemagne c'est un grand honneur d'être associée à tout ce processus de réforme au Niger. Depuis quelques années nous sommes un partenaire fort sur toutes les questions de sécurité. L'équipement, l'entrainement avec les FDS tout cela est sans valeur s'il n y a pas d'accompagnement dirigé vers la bonne gouvernance » a estimé le diplomate allemand.

Yacine Hassane
Issaka Mahamadou Almoubarak (Stagiaire)
(18/04/2019)


Pose-pierreLa Direction de la Surveillance du Territoire (DST) aura bientôt un nouveau siège. La cérémonie de lancement des travaux dudit siège s'est déroulé hier matin au niveau du commissariat de troisième arrondissement sous les auspices du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed. La construction de ce bâtiment s'inscrit dans le cadre d'un projet plus vaste visant à renforcer les capacités de la Police aux frontières et au niveau central. Aussi la construction de ce bâtiment s'inscrit dans le cadre du Projet HASKE DST, financé par le Département d'Etat des Etats-Unis à hauteur de 2,9 millions de dollars US. L'on notait à cette cérémonie, la présence de l'ambassadeur des Etats-Unis au Niger, du Chef de Mission de l'OIM au Niger, du Directeur général de la Police nationale et de plusieurs invités.
Ce nouveau siège de la DST qui sera construit sur plus d'un hectare, comprendra quatre bâtiments : un bâtiment dédié à l'accueil et à l'orientation du public, un bâtiment conçu pour l'accueil et le traitement des demandes de titres et documents de voyages, un bâtiment administratif principal accueillant l'ensemble des services et un bâtiment annexe logeant les services opérationnels. L'ensemble du site comprendra 60 bureaux équipés, une salle de réunion de 50m², une cafétéria, une salle de formation à l'utilisation des systèmes PISCES et MIDAS, un centre d'archivage de 130m², une salle radio et une salle abritant les serveurs informatiques de la DST et un parking visiteurs. L'ensemble du site a été pensé pour faciliter l'accueil des visiteurs, favoriser la coordination entre les services et répondre aux normes de sécurité nationales et internationales.
En lançant les travaux de construction de ce nouveau complexe dédié à la DST, le ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses a indiqué que la réalisation de ces travaux s'inscrit dans le cadre du projet HASKE DST dont l'objectif principal est de renforcer les capacités de la Police aux frontières et au niveau central. «Ce projet est mis en œuvre par la mission de l'OIM au Niger et est financé par le Gouvernement Américain à travers le Bureau International des Stupéfiants et de l'Application de la Loi du Département d'Etats-Unis», a-t-il expliqué. Pour le ministre Bazoum la construction de ce nouveau siège vise à répondre à plusieurs défis auxquels fait face la Direction de la Surveillance du Territoire, défis identifiés au cours d'un audit global de fonctionnement de ladite Direction conduit en 2018 par un comité mis en place à cet effet.
Le premier de ces défis ainsi relevé par l'audit, consiste à permettre à la DST de remplir plus efficacement et dans les meilleures conditions les missions qui lui sont assignées. « Il s'agit entre autres de la sécurisation des frontières et la surveillance du territoire ; le contrôle aux frontières notamment les flux migratoires ; la lutte contre la migration irrégulière, le trafic illicite de migrants, la traite des personnes, la fraude documentaire ; la délivrance des titres et documents de voyage », a-t-il rappelé. « Le deuxième défi est d'améliorer les capacités opérationnelles de la DST à accueillir, orienter, conseiller et répondre avec efficacité aux demandes des usagers», a-t-il poursuivi. Par ailleurs, le ministre d'Etat en charge de l'Intérieur a relevé que la construction de ce nouveau siège au profit de la DST en parfaite harmonie avec la Stratégie Nationale de Sécurité Intérieure adoptée en 2017 ainsi que le Plan de Développement Quinquennal de la Police Nationale.
En effet, la Stratégie Nationale de Sécurité Intérieure a, selon le ministre Bazoum, listé parmi les faiblesses structurelles des forces de sécurité intérieures du Niger « la vétusté et l'insuffisance des infrastructures » et prévoit en réponses de « renforcer les capacités opérationnelles des FDS en les dotant d'un cadre de travail répondant aux normes de motivation professionnelle». En outre, la construction d'un nouveau siège pour la DST «est emblématique de la qualité et de la pertinence de la coopération entre le Niger et les Etats-Unis dans le domaine de la sécurité intérieure », a-t-il ajouté.
Pour sa part, l'ambassadeur des Etats-Unis, SE Eric P. Whitaker a dit que les USA, par le biais du Bureau des Affaires Internationales de Stupéfiants et d'Application de la Loi du Département d'Etat et en coopération avec l'OIM, se réjouissent de pouvoir travailler avec leurs partenaires nigériens et en vue les aider à renforcer la gestion et la sécurité des frontières au Niger et dans tout le Sahel. «Dans un paysage caractérisé par des défis complexes, ces efforts communs renforcent la sécurité et créent un meilleur avenir pour le Niger », a-t-il indiqué. De son coté, le Chef de Mission de l'OIM au Niger, M. Martin Andreas Wyss a déclaré que le futur siège de la DST a été conçu sur la base des recommandations de l'audit général tantôt évoqué par le ministre. « Il sera le reflet du savoir-faire Nigérien. En effet, les plans ont été dessinés par le Cabinet d'architecte nigérien CAUBA et la construction sera confiée à une entreprise nigérienne », a-t-il ajouté.
Dans son mot de bienvenue, le Directeur Général de la Police Nationale, le Commissaire Général de la Police M. Boubacar Souley a estimé que le lancement de cette activité marque une étape importante du processus de renforcement des capacités opérationnelles de la Police Nationale en matière de sécurisation des personnes et des biens. « Elle se déroule dans un contexte sécuritaire caractérisé par la persistance d'actes terroristes dans certaines parties de notre pays surtout les bandes frontalières endeuillant du coup les familles, entrainant le déplacement des personnes et provoquant une certaine psychose dans le rang des paisibles citoyens » a-t-il rappelé. Le Commissaire Général de Police Boubacar Souley s'est réjoui du soutien qu'apporte de l'Agence Onusienne en charge de l'Immigration pour renforcer les capacités de la Police Nationale à travers le Projet Haské DST. Notons que la cérémonie a pris fin avec la remise des prix à trois agents de police qui se sont distingués. Il s'agit respectivement M. Abdourak Zakari, (qui a un ordinateur et une palette graphique), M. Souley Ousmane Sandi et M. Jouloud Z. Zangui qui ont reçu chacun une palette graphique.

Mamane Abdoulaye (ONEP)
(18/04/2019)


Vaccination-MalikaLa Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tattali Iyali a procédé hier matin à l'école primaire du quartier Abidjan, la poursuite de la campagne de vaccination contre la méningite à méningocoque A au Niger, entamée depuis le 5 mars dernier à Niamey. L'objectif de l'activité est de toucher certains enfants qui n'ont pas été vaccinés lors de la campagne générale. Ce soutien de la fondation Tattali Iyali est octroyé par l'Association solidarité pour le service humanitaire avec 2.500 doses. La cérémonie s'est déroulée en présence du ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Maïnassara et son staff technique, de l'épouse du Premier ministre, Mme Brigi Assalo et de plusieurs invités.
Intervenant à cette occasion, la Première Dame Dr Lalla Malika Issoufou a souligné que la méningite est une maladie qui constitue un problème majeur de santé publique au Niger. Son élimination de façon durable nécessite l'engagement et la détermination de tous. C'est pourquoi la Première Dame et présidente de la Fondation Tattali Iyali a lancé un appel aux parents pour amener leurs enfants qui n'ont pas bénéficié de la vaccination pendant la campagne pour se rattraper.
La présente campagne va sans nul doute contribuer à réduire la morbidité et la mortalité liées à la méningite à méningocoque A dans cette zone où d'après les enquêtes, que certains enfants n'ont pas été vaccinés lors de la campagne générale. Il s'agit aussi d'éliminer les épidémies de méningite à méningocoque A. Selon le ministre de la Santé Publique la vaccination concerne des personnes âgées de 1 à 29 ans.
Le ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Mainassara a souligné que la campagne de rattrapage prouve à suffisance que l'engagement international pris par le Niger, pour l'élimination des méningites à méningocoque A dans le monde d'ici 2020 demeure une réalité. « Le Niger a fait une avancée significative dans la lutte contre la méningite. Ces huit dernières années, nous n'avons pas connu de flambée d'épidémie et mieux cette année le gouvernement a pris des dispositions pour vacciner toute la cible. Près de dix milliards ont été investis pour organiser la campagne qui a touché près de sept millions d'enfants cibles ayant également reçu une dose contre la rougeole pour une cible de cinq millions d'enfants », a-t-il expliqué.

Dr Idi Illiassou Mainassara s'est dit très fier d'avoir assisté à cette opération qui va permettre aux enfants qui ont manqué la vaccination de rattraper. « Cette action de la fondation de la Première Dame accompagne le gouvernement et va permettre aux enfants d'étudier dans les conditions confortables surtout avec cette forte chaleur et minimiser la survenue des cas sporadiques au niveau des différents quartiers», a-t-il dit.

Seini Seydou Zakaria (ONEP)
(17/04/2019)

Société

SERVICE DE CONSULTANTS : Recrutement d’une Assistance technique à la Société Sahélienne de Financement (SAHFI SA)

SERVICE DE CONSULTANTS : Recrutement d’une Assistance technique à la Société Sahélienne de Financement (SAHFI SA)

REPUBLIQUE DU NIGERMINISTERE DU PLANDIRECTION GENERALE DE LA PROGRAMMATION DU DEVELOPPEMENTProjet d'appui au Climat des Affaires et à la Compétitivité (PCA/C)ACCORD DE DON N°TFOA0809Unité d'Exécution du ProjetSERVICE DE CONSULTANTS :Recrutement d'une Assistance technique à laSociété Sahélienne de Financement (SAHFI SA)SOLLICITATION DE MANIFESTATIONS D'INTERETLa République du Niger a obtenu un Don de l'Agence Danoise de Développement (DA...

Assemblée nationale : Adoption de la loi sur le régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, cul…

Assemblée nationale : Adoption de la loi sur le régime général des Etablissements publics à caractères scientifique, culturel et technique

Le président de l'Assemblée nationale, SE Ousseini Tinni, a présidé hier à l'hémicycle de l'Assemblée nationale la poursuite des travaux de la séance plénière de la première session ordinaire au titre de l'année 2019 dite session des lois. La journée d'hier a été consacrée à l'examen et à l'adoption du projet de loi modifiant l'ordonnance n°2010-77 du 09 décembre 2010 portant régime général des Etablissements publics à caractères scient...

Fin du Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (WE-FI), à Abidjan (Côte d'Iv…

Fin du Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (WE-FI), à Abidjan (Côte d'Ivoire) : SE. Brigi Rafini a regagné Niamey, hier

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Brigi Rafini, a regagné Niamey, hier en début d'après-midi, en provenance d'Abidjan en Côte d'Ivoire où il a représenté le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, au Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (WE-FI) du 17 au 18 avril dernier. A sa descente d'avion, le Premier ministre a été accueilli par le ministre Directeur de Cabinet d...

Le Premier ministre a pris part au Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (…

Le Premier ministre a pris part au Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (WE-FI), à Abidjan (Côte d'Ivoire) : Des réformes pour soutenir et promouvoir les PME dirigées par des femmes en Afrique de l'Ouest

Le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE. Brigi Rafini, a regagné Niamey, hier en début d'après midi, en provenance d'Abidjan en Côte d'Ivoire où il a représenté le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, au Sommet Régional sur l'Initiative de Financement en faveur des Femmes Entrepreneures (WE-FI) du 17 au 18 avril dernier. A sa descente d'avion, le Premier ministre a été accueilli par le ministre Directeur de Cabinet d...

Point de presse du procureur de la République relatif à la manifestation des scolaires : Les parents des élèves interpel…

Point de presse du procureur de la République relatif à la manifestation des scolaires : Les parents des élèves interpellés assument leurs responsabilités et versent intégralement 7 325 000 FCFA en réparation des dégâts commis

Suite à la manifestation des scolaires dans les rues de Niamey, ayant provoqué le saccage des biens publics et privés, une centaine d'élèves ont été interpelés. Au titre du dédommagement des préjudices causés, enregistrés et évalués par la justice à 7 725 000 FCFA, la somme versée par les parents des élèves s'élève à 7 325 000 FCFA. A cet effet, lors du point de presse qu'il a animé, hier matin à son bureau, le Procureur Général de la R...

Visite du Président de la République sur le chantier de rénovation et de modernisation de l'Aéroport international Diori…

Visite du Président de la République sur le chantier de rénovation et de modernisation de l'Aéroport international Diori Hamani de Niamey : «Je suis totalement satisfait de l'évolution des travaux», déclare SE Issoufou Mahamadou

Le Président de la République, SE Issoufou Mahamadou, a effectué hier très tôt le matin, une visite sur le chantier de rénovation et de modernisation de l'Aéroport International Diori Hamani de Niamey. L'objectif de cette visite est d'aller s'enquérir l'état d'avancement des travaux qui ont été lancés par lui-même, le 5 Juillet 2018. Le Chef de l'Etat était accompagné dans cette visite par le ministre Directeur de Cabinet du Président d...

Assemblée nationale : Adoption de l'ordre du jour et du calendrier modifiés de la première session ordinaire

Assemblée nationale : Adoption de l'ordre du jour et du calendrier modifiés de la première session ordinaire

Les travaux de la 1ère session ordinaire de l'Assemblée nationale dite session des lois se poursuivent à l'hémicycle Place de la concertation à Niamey. Au cours de la plénière d'hier, présidée par SE. Ousseini Tinni, président de l'Institution, les députés ont examiné et adopté les modifications apportées à l'ordre du jour et au calendrier des travaux de cette session.Il faut rappeler que peu après la plénière, s'est tenue toujours sous...

Atelier de lancement de la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes ouverts aux usagers du service pub…

Atelier de lancement de la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes ouverts aux usagers du service public : Outiller les participants pour recevoir, écouter et traiter les plaintes des usagers en cas d'abus par le personnel des inst

Le Centre de Genève pour la gouvernance du secteur de la Sécurité ( DCAF) a organisé, hier matin à Niamey, un atelier de lancement de la cartographie des voies de recours et mécanisme de plaintes ouverts aux usagers du service public en cas d'abus par le personnel des institutions de sécurité. C'est le Médiateur de la République, Me Ali Sirfi Maiga, qui a procédé, l'ouverture de cet atelier en présence du Médiateur de Togo, Mme Nana Hou...

Pose de la Première Pierre de la Construction des Nouveaux Bureaux de la Direction de la Surveillance du Territoire : Am…

Pose de la Première Pierre de la Construction des Nouveaux Bureaux de la Direction de la Surveillance du Territoire : Améliorer le cadre du travail et renfoncer les capacités opérationnelles de la Police nationale

La Direction de la Surveillance du Territoire (DST) aura bientôt un nouveau siège. La cérémonie de lancement des travaux dudit siège s'est déroulé hier matin au niveau du commissariat de troisième arrondissement sous les auspices du ministre d'Etat, ministre de l'Intérieur, de la Sécurité publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed. La construction de ce bâtiment s'inscrit dans le cadre...

Poursuite de la campagne de vaccination contre la méningite à méningocoque A : La Fondation Tattali Iyali organise une s…

Poursuite de la campagne de vaccination contre la méningite à méningocoque A : La Fondation Tattali Iyali organise une séance de rattrapage à Niamey

La Première Dame, Dr Lalla Malika Issoufou, présidente de la Fondation Tattali Iyali a procédé hier matin à l'école primaire du quartier Abidjan, la poursuite de la campagne de vaccination contre la méningite à méningocoque A au Niger, entamée depuis le 5 mars dernier à Niamey. L'objectif de l'activité est de toucher certains enfants qui n'ont pas été vaccinés lors de la campagne générale. Ce soutien de la fondation Tattali Iyali est oc...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la …

Tresses traditionnelles nigériennes : Derrière la beauté, se cache toute une symbolique

Au-delà de la beauté artistique et visuelle, la tresse symbolise une forme d'expression po...

jeudi 18 avril 2019

Tresse traditionnelle

Tresse traditionnelle

La tresse traditionnelle a longtemps été un des métiers les plus reconnus à la femme nigér...

jeudi 18 avril 2019

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance ac…

Santé et sécurité au travail : Peu d'importance accordée à la question

La problématique traite de la protection des travailleurs contre les maladies, les acciden...

jeudi 4 avril 2019

L'air du temps

Endiguer le banditisme urbain

Endiguer le banditisme urbain

Il y a environ une semaine, la Police Nationale a une fois de plus mis hors d'état de nuir...

jeudi 18 avril 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.