Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Tinni Abdou


messageA l'instar des autres pays du monde, le Niger célèbre aujourd'hui 14 novembre, la Journée mondiale de lutte contre le Diabète. A cette occasion, le ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Mainassara a livré hier matin, un message dans lequel il a invité toute la population à se mobiliser pour se faire dépister dans les différents sites prévus à cet effet. Le thème retenu pour cette journée est : « Famille et Diabète ».
Dans son message, le Ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Mainassaraa précisé que le 14 Novembre est une opportunité offerte chaque année pour sensibiliser les familles et les communautés sur comment et pourquoi les personnes deviennent diabétiques, comment le prévenir ainsi que son traitement et son suivi lorsque cette maladie s'installe. Le diabète est l'une des maladies chroniques non transmissibles les plus répandues dans le monde. « Ces dernières années, le diabète est une maladie qui affecte de plus en plus de personnes dans le monde. C'est un fléau qui guette beaucoup de familles » a déploré Dr Idi Illiassou Mainassara. Le ministre de la Santé Publique a expliqué que le diabète se traduit par un taux élevé de glucose dans le sang. Il se manifeste entre autres par une émission très fréquente d'urine, la soif intense, la fatigue intense, l'amaigrissement, les infections répétées, mais dans la majorité des cas ces signes sont absents et le diabète est découvert de façon fortuite ou à l'occasion d'une complication.
Pourtant, plus la maladie est diagnostiquée et traitée tôt, plus les chances de prévenir les complications sévères sont élevées. Par conséquent a estimé le ministre Maïnassara, il est urgent de pouvoir diagnostiquer la maladie et fournir des soins appropriés aux personnes atteintes de diabète. « La sensibilisation et le dépistage s'imposent à travers des manifestations comme lors de la journée mondiale de lutte contre le diabète célébrée le 14 novembre de chaque année » a déclaré le ministre de la Santé publique. Dr Idi Illiassou Mainassara a ajouté que la Fédération Internationale de Diabète (FID) a estimé qu'en 2017, quatre millions de décès annuels étaient attribuables au diabète, soit plus que ceux causés par le VIH/Sida, la tuberculose et le paludisme réunis. « Le diabète affecte de manière disproportionnée les pays à revenu faible ou intermédiaire, dans lesquels sont les ¾ des personnes atteintes de diabète » a-t-il dit.
En plus d'avoir un impact économique important sur les pays et leurs systèmes de santé nationaux, le diabète représente une charge financière majeure pour les individus et leurs familles en raison du cout de l'insuline et d'autre médicaments et fournitures indispensables pour le diabète. « Au Niger, la prévalence actuelle du diabète est une des plus élevées de la sous-région (4,3%). C'est pourquoi les plus hautes autorités du pays ont fait de la lutte contre les maladies et en particulier les maladies non transmissibles comme le diabète une des priorités du Programme de la renaissance » a souligné Dr Idi Illiassou Mainassara. La sensibilisation et le dépistage s'imposent à travers des activités telles que l'organisation de la journée mondiale de lutte contre le diabète. C'est dans ce cadre que le Ministère, en collaboration avec les ONG, SOS Diabétiques Niger, Forum Santé Niger (FORSANI) et Lion'S Club Niamey espoir, célèbre ce 14 novembre 2018 la journée Mondiale de lutte contre le diabète. A cet effet, plusieurs activités sont prévues. Il s'agit d'après le ministre Idi Illiassou Mainassara, des conférences pluridisciplinaires sur le diabète ; des séances de dépistage de diabète qui auront lieu sur les places publiques des 5 communes de Niamey et des chefs-lieux des régions du pays ; une campagne de sensibilisation sur le diabète et l'hypertension artérielle à travers la distribution de 600 guides d'alimentation pour les personnes diabétiques et hypertendues.

Yacine Hassane
14/11/18

Santé : L'angine de poitrine

Publié dans Société


santAu nombre des maladies du cœur et des vaisseaux, il y a ce qu'on appelle l'angine de poitrine. C'est une affection cardiaque à ne pas confondre, bien entendu, avec l'angine tout court qui, elle, est une inflammation de la gorge.

L'angine de poitrine que les spécialistes des maladies du cœur appellent aussi ''angor'', est un syndrome caractérisé par des crises douloureuses d'origine cardiaque, que la personne ressent au niveau de la poitrine en avant du cœur. Les cardiologues disent qu'elle est due à une insuffisance de l'apport en oxygène au niveau du cœur et ceci par rapport aux besoins de cet organe. Les praticiens distinguent « l'angor » survenant après un effort, et « l'angor » spontané survenant au repos.
Quels peuvent être les symptômes de l'angine de poitrine ?
D'abord il faut retenir que l'angine de poitrine est caractérisée par la douleur. C'est un signe caractéristique. Les spécialistes expliquent que cette douleur renferme deux (2) formes : l'angine de poitrine d'effort et l'angine de poitrine spontanée. C'est ainsi que pour l'angine de poitrine d'effort, la douleur est déclenchée par un effort physique plus ou moins important (marche à pied, course, rapports sexuels) ; ou aussi par un état de stress de l'organisme comme par exemple, une émotion forte, la peur, l'énervement. Il peut également arriver que cette douleur se déclenche en période de digestion, tout simplement !
La douleur de l'angine de poitrine d'effort, peut être typique : elle siège au milieu de la poitrine et irradie dans les mâchoires, l'épaule et le bras gauche jusqu'aux quatrième et cinquième doigts. Elle est violente comme une griffe enserrant la poitrine avec une sensation d'angoisse et de mort imminente. Elle est très brève, disparaissant à l'arrêt de l'effort.
Les spécialistes du cœur et des vaisseaux sanguins expliquent que c'est une douleur qui cède rapidement, quelques minutes après la prise d'un produit appelé la trinitrine, un dérivé nitré de la glycérine. La douleur de l'angine de poitrine qui se déclenche à l'effort, n'est pas forcément associée à une gêne respiratoire, ni à des palpitations du cœur. Cependant, cette douleur peut aussi revêtir une forme atypique : ainsi elle peut siéger au niveau de l'estomac, dans le dos, dans le bras ou dans les deux bras. Son intensité peut être atténuée à type de simple gêne, de brûlure ou de difficulté respiratoire brutale qu'on appelle dyspnée.
La deuxième forme de l'angine de poitrine c'est l'angine de poitrine spontanée. Elle survient pour un effort minime de la vie quotidienne (exemple toilette) ou la nuit pendant le sommeil. Les spécialistes soulignent que cette forme d'angine, témoigne de lésions sévères. Elle peut être isolée ou associée à des crises d'effort.
Comment se fait le diagnostic de l'angine de poitrine ?
Les techniciens des affections du cœur expliquent que « le diagnostic est fortement suspecté sur la clinique lorsque la crise douloureuse est atypique. L'électrocardiogramme peut montrer des modifications caractéristiques ». Ils précisent cependant qu'un électrocardiogramme normal ne permet pas d'éliminer le diagnostic d'une angine de poitrine. La coronarographie consiste à injecter un produit opaque aux rayons X dans les artères, permettant de la visualiser sur une radiographie. Quant à l'électrocardiogramme, c'est un examen consistant en l'enregistrement de l'activité électrique du cœur et permettant de contrôler son bon fonctionnement ''. Le diagnostic de l'angine de poitrine doit aussi inclure une radiographie du thorax. Et, de manière générale, tous ces examens, nous disent les techniciens, permettent de poser le diagnostic et d'éliminer les autres causes de douleurs thoraciques. A retenir enfin que le traitement de l'angine de poitrine est médical et que, le cardiologue est le technicien le plus habileté à ce sujet.
Issaka Saïdou(onep)
14/11/18


zder-sabaou-1La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, Mme Lamido Ousseini Salamatou Bala Goga a réceptionné hier des mains de l'Ambassadeur de la République démocratique et populaire d'Algérie au Niger, SE. Baallal Azzouz, un don de cinq bus offerts par le gouvernement algérien au Niger pour accompagner l'organisation des festivités du 60ème anniversaire de la proclamation de la République du Niger qui se tiendra le 18 décembre prochain dans la ville de Zinder. Cet appui symbolise la qualité de la coopération bilatérale. La cérémonie s'est déroulée en présence du ministre de l'Industrie, M. Mallam Zaneidou Amirou, du président du comité d'organisation de ''Zinder Saboua'', du ministre Mansour Hadj Dado et ses proches collaborateurs ainsi que les représentants de la l'Ambassade d'Algérie au Niger.

En réceptionnant cette importante contribution du gouvernement algérien, la ministre Mme Lamido Ousseini Salamatou Bala Goga a, au nom du Président de la République, Chef de l'Etat, SE. Issoufou Mahamadou, exprimé sa profonde gratitude au gouvernement algérien pour ce geste combien important. Elle a souligné que cet appui matérialise le bon partenariat et la coopération entre l'Algérie et le Niger. « Ce don contribuera à appuyer la mise en œuvre du programme ''Zinder Saboua'', un programme devant permettre à la capitale du Damagaram de bénéficier d'importantes réalisations pour son embellissement», a-t-elle déclaré.
La ministre Lamidou Salamatou Bala Goga a ensuite assuré que le comité d'organisation de ''Zinder Saboua'' utilisera les cinq Bus pour assurer le transport des invités de marque au cours de la fête tournante du 18 décembre 2018. Ces bus seront déployés plus tard à un usage public de l'Etat. La ministre, a en outre, salué l'engagement personnel ainsi que, le dynamisme de l'Ambassadeur algérien au Niger concourant à la consolidation des excellentes relations existantes entre les deux pays.
En remettant le don à la ministre, l'Ambassadeur de la République démocratique et populaire d'Algérie au Niger, a déclaré que son pays veut bien partager ce grand moment de communion nationale qu'est la fête de 18 décembre 2018 à Zinder. Ce geste s'inscrite dans le cadre de la solidarité traditionnelle bien établie qui existe entre les deux pays depuis de longues dates. SE. Baallal Azzouz a rappelé que depuis les fêtes, d'Agadez Sokni et de Tahoua Sakola, le gouvernement algérien avait apporté sa contribution dans l'organisation. « Cette année, le gouvernement algérien est présent pour la fête de ''Zinder Saboua'' avec l'octroi de cinq Bus VIP de 50 places pour le transport des invités. Ces Bus, de fabrication algérienne, sont équipés de tous les conforts possibles », a-t-il souligné avant de préciser que, ces bus ont été transportés d'Algérie jusqu'à Agadez sur des porte-chars.

Seini Seydou Zakaria (onep)

14/11/18


ouvertureLes activités entrant dans le cadre de la 11ème édition de la Semaine mondiale de l'Entreprenariat ont été lancées hier matin au Palais des Sports de Niamey sous le patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement SE Brigi Rafini. Des activités qui visent à explorer les opportunités et à identifier les obstacles auxquels sont confrontés les jeunes entrepreneurs afin de leur trouver des solutions idoines à travers des échanges et des partages d'expériences. Au Niger, la célébration de cette semaine est placée sous le thème «Jeunes Entrepreneurs et Agrobusiness ». Pour conforter le combat de ces acteurs économiques qui œuvrent inlassablement dans le développement du pays, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement SE Brigi Rafini a visité les stands du Forum de l'Entreprenariat des jeunes initiés par le Ministère de tutelle. Une cinquantaine d'acteurs sont venus exposer ce qu'ils font dans le domaine notamment de l'agro-alimentaire, de la bijouterie, de la parfumerie, de la cosmétique, de la construction et de l'apprentissage du savoir à travers des grandes écoles et instituts dont l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information de la Communication (IFTIC).
Les membres du
Gouvernement, les opérateurs économiques, les jeunes entrepreneurs ont répondu massivement présent pour soutenir cette cause noble, celle de voir les jeunes diplômés ou non participer activement à la transformation économique du Niger grâce à l'entreprenariat. Des animations musicales, des sketches dédiés à l'activité entrepreneuriale ont marqué les temps forts de cette cérémonie d'ouverture devant une foule immense acquise à la cause. Après les allocutions d'ouverture, le Ministre de l'Entreprenariat des Jeunes M. Ibrahim Issifi Sadou et son homologue du Commerce et de la Promotion du secteur privé M. Sadou Seydou ont procédé à la coupure du ruban inaugural invitant le public à visiter les stands d'expositions.
Répondant à une question des journalistes de l'IFTIC qui ont dressé un plateau à cet effet, le Premier ministre, Chef du gouvernement SE Brigi Rafini, a souligné les efforts entrepris par son Gouvernement au profit des jeunes notamment par la mise en place de véritables opportunités de création d'entreprises innovantes pour les jeunes. « Venir assister et observer c'est une façon de vous accompagner, de vous motiver à avoir des activités dans tous les domaines. Nous sommes en train de récolter les fruits de toutes les initiatives de ces jeunes; cette génération s'active dans toutes les filières et cela est encourageant » a-t-il dit. Le Chef du gouvernement a salué le rôle important joué par l'Institut de Formation aux Techniques de l'Information et de la Communication (IFTIC) dans la formation des jeunes aux métiers de la communication.
Pour lui le thème retenu pour cette édition est plein de sens car la construction du Niger est dans les mains des jeunes. « Il faut entreprendre pour être à la hauteur des enjeux » dit-il, car ajoute le chef du gouvernement, les attentes sont fortes. Attirant l'attention des jeunes sur les priorités dans le secteur de l'Agriculture, principal levier de l'économie nigérienne, le Premier ministre a demandé aux jeunes de travailler et d'entreprendre. «Il ne s'agit pas d'être des commis, il s'agit d'aller sur le terrain de la production ; le Niger doit se construire seulement avec des Nigériens. Pour cela, ils doivent être des grands producteurs. A travers notre politique en matière de sécurité alimentaire, nous pensons et nous en sommes sûrs que les jeunes Nigériens peuvent nourrir les Nigériens» a déclaré SE. Brigi Rafini avant d'inviter les jeunes à se lancer dans le domaine entrepreneurial pour que notre pays puisse booster sa production et sa croissance économique.
Le Ministre de l'Entreprenariat des jeunes M. Ibrahim Issifi Sadou a, en livrant ses impressions à la fin de la visite des stands, loué les actions des plus hautes autorités de ce pays pour avoir fait de l'entreprenariat des jeunes et de la résolution des problèmes du chômage, une de leurs priorités. « Nous avons tout un dispositif pour créer un environnement favorable pour la création d'entreprises. Nous avons la maison de l'entreprise, l'Agence Nigérienne pour la Société de l'Information (ANSI), le Centre Incubateur des Petites et Moyennes Entreprises du Niger (CIPMEN) et bien d'autres qui soutiennent les jeunes porteurs de projets et qui renforcent les capacités des jeunes entrepreneurs dans plusieurs domaines » a-t-il souligné. La célébration de la Semaine mondiale de l'Entreprenariat, a-t-il dit, a pour objectif d'accompagner la promotion de l'entreprenariat et contribuer à l'amélioration du climat des affaires. Le Ministre Issifi a réaffirmé la disponibilité du Gouvernement à appuyer les jeunes porteurs des projets, appelant tous les jeunes à s'investir pleinement dans l'activité entrepreneuriale.
Le Président de l'Association Nigérienne des Jeunes Entrepreneurs M. Kané
Kadaouré Habibou a félicité et encouragé les organisateurs de cet évènement combien important pour les jeunes. Il a magnifié les progrès réalisés par le Gouvernement à travers le Ministère de l'Entreprenariat des Jeunes avant de relever la qualité des
rapports qu'entretient le secteur privé avec l'administration publique dans l'optique d'améliorer les indicateurs de performance économique de notre pays. Cette Association est un cadre fédérateur des énergies entrepreneuriales jeunes au Niger, à travers laquelle, les jeunes sont résolument engagés, organisés et mobilisés autour de la cause.
«Ces jeunes, a-t-il expliqué, portent désormais des entreprises formelles, innovantes et compétitives sur le marché national et international. Ils animent le secteur privé national, ils représentent et défendent valablement le pays lors des rencontres internationales orientées sur les questions du secteur privé souvent à leurs frais et au sacrifice d'un excellent plan de carrière mérité au seul profit des initiatives privées» a soutenu M. Kané Kadaouré Habibou. Le président de l'Association des jeunes entrepreneurs a, tout en saluant les efforts entrepris dans ce sens, souligné quelques problèmes persistants. Il a cité, entre autres problèmes, les difficultés d'accès aux financements pour les jeunes entrepreneurs, les taux d'intérêt très élevés dans les établissements de crédit, l'accès difficile à la commande publique à cause essentiellement des critères exigés, les impressions fiscales inappropriées.
Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)
13/11/18


remiseLa ministre de la Défense de la République Fédérale d'Allemagne, Mme Ursula Von Der Leyen, est arrivée à Niamey le dimanche 11 novembre dernier pour réaffirmer la volonté de son pays de maintenir une coopération durable avec le Niger dans les domaines de la sécurité et du développement. Elle a été accueillie à sa descente d'avion par le ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari. La ministre fédérale a mis à profit cette visite pour remettre officiellement à son homologue nigérien, en présence du Chef d'État Major des armées, le Général de Corps d'Armée Ahmed Mohamed, le premier lot de véhicules et matériels militaires offerts par l'Allemagne au profit des Forces de défense et de sécurité du Niger.

Après un tête-à-tête au salon d'honneur de l'Aéroport international Diroi Hamani de Niamey, le ministre de la Défense Nationale et son invitée ont assisté à une cérémonie officielle de remise de 10 véhicules et de matériels militaires offerts par l'Allemagne et destinés aux Forces de défense et de sécurité nigériennes. A cette cérémonie, le ministre de Défense Nationale, M. Kalla Moutari, a énuméré les appuis de l'Allemagne au Niger dans les domaines de la formation, de l'équipement et du génie militaire. En effet, la République Fédérale d'Allemagne accompagne le Niger dans le développement et lui témoigne son soutien dans le cadre de l'importante lutte que la région a engagée contre l'extrémisme violent et le trafic en tout genre. « Je voudrai ici vous féliciter personnellement, Madame la ministre, pour la dynamique que vous avez impulsée à cette coopération », a dit le Kalla Moutari à son homologue d'Allemagne.
Soulignant que les besoins du Niger sont nombreux et pressants en matière de mobilité, le ministre Kalla Moutari a indiqué que le Niger compte, en plus de ses efforts propres, sur la coopération allemande et sur la solidarité européenne en vie de relever les défis qui assaillent le pays et le Sahel. Sans ce soutien, prévient le Ministre Kalla Moutari, « nos pays seront obligés d'investir plus dans la sécurité au détriment des secteurs de développement ; ce déséquilibre ainsi créé, ne peut qu'être fatal pour la Démocratie ».

Pour sa part, la ministre de la Défense de la République Fédérale d'Allemagne, Mme Ursula Von Der Leyen, a rappelé que le Niger et l'Allemagne sont liés par l'intérêt qu'ils portent à une région du Sahel stable, dans laquelle les populations peuvent vivre et travailler sans craindre pour leurs vies et pour leurs biens. Elle s'est réjouie de la bonne coopération qui existe entre les deux pays pour le renforcement des capacités des forces armées nigériennes. « Dans un pays aussi vaste que le Niger, la mobilité est une condition essentielle au succès du travail des éléments de protection des frontières, des policiers et des militaires », a affirmé Mme Ursula Von Der Leyen. L'engagement de l'Allemagne, a-t-elle ajouté, continue de s'inscrire dans l'approche global de l'Union Européenne basé sur les efforts diplomatiques et la politique de développement économique et militaire.

La mobilité des troupes est devenue une priorité pour les autorités du Niger et un enjeu majeur dans la lutte contre le terrorisme, les trafics de drogue et de migrants et le grand banditisme. L'appui de l'Allemagne, partenaire traditionnel du Niger, contribue a renforcer les forces de défense et de sécurité dans leur mission de protection des personnes et de leurs biens.

Souleymane Yahaya (Stagiaire)
13/11/18


atelierLe Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a organisé hier au Palais des Congrès de Niamey, en collaboration avec le projet SHENZHEN-UNESCO, un atelier de validation du Projet des textes sur la création d'une Agence Nationale d'Assurance Qualité de l'Enseignement Supérieur et la Recherche (ANAQ EnSuRe). C'est le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, M. Yahouza Sadissou qui a présidé la cérémonie d'ouverture de cette rencontre en présence du représentant du Bureau régional de l'UNESCO à Dakar ; des recteurs des Universités publiques ; des fondateurs des établissements d'enseignement supérieur privés et de plusieurs participants

Dans son allocution d'ouverture, le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation M. Yahouza Sadissou a d'abord indiqué que la qualité dans l'enseignement supérieur constitue un axe majeur du Programme de Renaissance initié par le Président Issoufou Mahamadou qui, fait de la qualité une exigence dans tous les ordres d'enseignement. Les textes de l'Agence Nationale d'Assurance Qualité de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche qui font l'objet de cette rencontre doivent selon M. Yahouza Sadissou faire ressortir la recherche de la qualité, non pas comme une finalité en soit, mais plutôt comme un outil indispensable à l'Etat du Niger, pour d'une part, établir la qualité dans les enseignements supérieurs et les recherches offerts au Niger, et d'autre part, assurer la permanence de cette qualité au sein de son système éducatif supérieur.
Ces textes doivent également tenir compte du choix stratégique fait par le gouvernement, de faire de l'enseignement supérieur et de la recherche, des leviers tangibles pour amorcer la croissance économique et la compétitivité au Niger. Pour ce faire, explique le ministre en charge de l'Enseignement Supérieur, il est indispensable d'apporter des améliorations dans la qualité des programmes d'étude et aussi, la qualité des établissements qui les dispensent. « C'est ainsi seulement, que l'enseignement supérieur et la recherche joueront pleinement leurs rôles de moteur du développement de notre pays » a-t-il estimé. En effet ajoute le ministre Yahouza, la démocratisation de l'enseignement supérieur a eu pour corollaire, la massification des effectifs, ce qui a engendré en retour, l'affluence d'institutions d'enseignement supérieur publics et privés, à travers tout le pays, et à travers la sous-région ouest-africaine.
Ce foisonnement des établissements d'enseignement et de formation supérieur, bien que vivement encouragé par l'Etat, doit se poursuivre a-t-il précisé dans un cadre adéquat balisé, pour que les attentes de la population et du pays, y trouvent satisfaction. Ainsi, poursuit M. Yahouza Sadissou, en l'espace de deux décennies, l'environnement de l'enseignement supérieur privé du Niger est passé de deux institutions pionnières en enseignement supérieur privé, à 139 aujourd'hui et beaucoup de nouvelles demandes d'autorisation de création et d'ouverture des établissements d'enseignement supérieur privé ont été enregistrées. De même en l'espace de six (6) ans, le nombre de nos Universités Publiques est passé d'une, à huit. L'Agence Nationale d'Assurance Qualité de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, ANAQ-EnSuRe, est donc conçue comme un nouvel organe chargé d'assurer la qualité des établissements publics et privés d'une part, et de veiller à la qualité et à la conformité des programmes, des filières, des enseignements, et des recherches qui s'y déroulent d'autre part. Son rôle principal sera donc d'accompagner et de renforcer, les institutions d'enseignement supérieur et de recherche, dans l'exécution de leur mission, à travers la régulation et la surveillance permanente du sous-secteur de l'Enseignement supérieur et de la recherche
Au paravent, le Point focal du projet SHENZHEN-UNESCO, Pr Amadou Boureima a porté à la connaissance des participants, les activités effectuées par le projet en 2018, et celles prévues en 2019. Pour le représentant du Bureau régional de l'UNESCO, M. Ouattara Youssouf, la mise en place d'un dispositif national d'assurance qualité de l'enseignement supérieur au Niger, va contribuer au développement de son enseignement supérieur car, précise-t-il, l'assurance qualité pratiquée selon les normes et les exigences est un outil précieux pour l'amélioration des services et de la gouvernance des institutions supérieures et de recherche et même du système tout entier.
Quant au représentant des recteurs des Universités Publiques, M. Saïdou
Mamadou, il a énuméré leurs attentes vis-à-vis de l'ANAQ-EnSuRe. Il s'agit entre autres de fournir des références, voire des normes permettant de distinguer les situations bonnes et acceptables de celles inacceptables en ce qui concerne à la fois les secteurs publics et privés ; d'établir la confiance des parties prenantes concernant la qualité des diplômes du supérieur ; qu'elle constitue une référence permettant d'entraîner les établissements vers une dynamique d'amélioration des pratiques et de permettre de créer la confiance, nécessaire à la reconnaissance mutuelle des diplômes, afin de stimuler la mobilité intra-région et aussi vers l'extérieur.

Aïchatou Hamma Wakasso(onep)
13/11/18


La-dlgation-officielle-dans-une-salle-de-classe-peu-aprs-linauguration-du-CEGLe ministre des Enseignements secondaires M. Sanoussi El hadji Samro a procédé, le vendredi 9 novembre dernier, la réception puis l'ouverture officielle de deux collèges d'enseignements généraux (CEG) à Rididi et à Inkafi Birawa dans la commune de Bambeye, département de Tahoua. Ces infrastructures ont été construites sur fonds propres du député national Samaila Maïka avec la contribution de la diaspora. La cérémonie s'est déroulée en présence de plusieurs personnalités civiles et militaires.
La construction des infrastructures scolaires est d'une importance capitale pour la promotion de l'enseignement dans un pays. Et cela l'honorable député Samaila Maïka l'a bien compris ; c'est pourquoi il a entrepris et réalisé, avec l'aide de la diaspora, la construction et l'équipement de ces deux collèges d'enseignements généraux. Le premier CEG, celui de Rididi est constitué d'un bloc de trois classes et le second à Inkafi Birawa est composé de cinq classes et deux latrines. Le coût total de ces deux infrastructures est estimé à plus de 29 millions de francs CFA dont plus de 20 millions à titre de contribution personnelle du député Samaila Maïka.
C'est pourquoi le ministre des Enseignements secondaires qu'accompagne le gouverneur de la région de Tahoua M. Moussa Abdourahmane à la tête d'une forte délégation s'est rendu à Rididi et à Inkafi Birawa pour d'une part réceptionner ces infrastructures et d'autre part lancer l'ouverture de ces deux collèges. Sur place, le ministre Sanoussi El hadji Samro, le gouverneur de la région de Tahoua, le député Samaila Maïka et la délégation qui les accompagne ont fait le tour des différentes classes construites pour s'apprécier le travail exécuté. A cette occasion le chef de village de Rididi, le maire de la commune de Bambeye et le représentant du chef de canton de Bambeye et celui du préfet de Tahoua ont salué ce geste du député Samaila Maïka et de la diaspora.
Les différents intervenants ont également salué les appuis des autorités de la 7ème République dans tous les domaines pour l'amélioration des conditions de vie de leurs populations. Ils ont enfin lancé un appel à l'endroit des parents d'élèves pour qu'ils scolarisent leurs enfants notamment les filles. Abordant dans le même sens le gouverneur de la région de Tahoua a, lui aussi, remercié les généreux donateurs. « Maika n'est pas à son premier geste, entant que gouverneur je peux vous dire, qu'au delà de la commune de Bambeye, Samaila Maika intervient presque dans toute la région de Tahoua. Au nom de la population de Tahoua je le remercie » a déclaré le gouverneur Moussa Abdourahmane.
En lançant officiellement l'ouverture de ces deux collèges d'enseignements généraux le ministre des Enseignements secondaires M. Sanoussi El hadji Samro a rappelé les multiples appuis que le député Maika ne cesse d'apporter dans le domaine éducatif tout en appelant les bonnes volontés à lui emboîter le pas. «Vous et vos amis de la diaspora vous avez investi plus de 60 millions dans le secteur de l'enseignement secondaire sans parler des autres secteurs à savoir la santé, et l'hydraulique. Nous vous encourageons énormément. Au nom du gouvernement et au nom Président de la République SE. Issoufou Mahamadou, nous vous disons merci » a déclaré le ministre des Enseignements secondaires. C'est donc pour tous ces efforts en faveur de l'école
Nigérienne que le ministre
Sanoussi El hadji Samro a décerné, au nom du gouvernement, un témoignage officiel de satisfaction à l'honorable député national Samaila Maika pour services rendus à la Nation.
Abdou Abdourahmane
ONEP-Tahoua

13/11/18


visiteIl y a de cela un siècle que la raison triompha sur la guerre avec la signature historique le 11 novembre 1914 par les belligérants, de l'armistice marquant ainsi la fin du premier conflit mondial. A Niamey, la commémoration du centenaire de l'armistice a eu lieu hier à la place du monument (Sis en face de l'ex petit marché) dédié aux Morts de cette horrible guerre. La cérémonie commémorative a été co-présidée par l'Ambassadeur de la France au Niger, S.E Marcel Escure et le ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari en présence du Chef d'Etat-major général des Armées, le Général de Corps d'Armée Ahmed Mohamed ; des autorités régionales ; des anciens combattants du Niger ; du président de l'association des Chefs traditionnels du Niger le Sultan de Dosso Djermakoye Mai-Danda Seydou ; du corps diplomatique ; des officiers supérieurs nigériens et français ainsi que des élèves du prytanée militaire et du lycée La Fontaine.

La célébration du centenaire de l'armistice été marquée par l'observation d'une minute de silence à la mémoire des 18 millions de victimes de cette guerre ; l'exécution des hymnes nationaux du Niger et de la France par les élèves du prytanée militaire et du lycée La Fontaine ainsi que des hommages rendus par les élèves aux victimes, à travers des poèmes décrivant le champ de bataille ; l'horreur ; la tristesse et le chagrin des familles des victimes de cette guerre mondiale. Bref, les hommages lus par ces élèves sont très émouvants tant sur l'intonation que sur le contenu qui évoque l'ampleur de la violence du conflit. L'ambassadeur de France au Niger, S.E Marcel Escure et le ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari ont déposé chacun une gerbe de fleur à la mémoire des soldats tombés sur le champ de bataille au cours de cette terrible guerre.
Ensuite, le Colonel Catteau a lu le message du Président du français Emmanuel Macron qui décrit le champ de bataille avant d'évoquer le grand soulagement de son pays après la signature de l'armistice qui sonna la fin des combats fratricides d'un conflit meurtrier. «Un siècle que l'armistice du 11 novembre 1914 est venu mettre un terme aux combats fratricides de la première guerre mondiale. A cet affrontement interminable nation contre nation, peuple contre peuple. Avec ses tranchées pleines de boue, et de larmes. Ses orages de feu et d'acier qui grondaient par tous les temps et déchiraient les ciels les plus calmes. Ses champs de bataille éventrés et la mort omniprésente. Le 11 novembre 1918, un grand soupir de soulagement traverse la France. Depuis Compiègne où l'Armistice a été signé à l'aube, il se propage jusqu'aux champs de bataille. Enfin, après quatre interminables années de bruit et de fureur, de nuit et de terreur, les armes se taisent sur le front occidental » souligne le message.
Par ailleurs, le même message rappelle qu'on constate le gâchis et on éprouve d'autant plus le deuil. « Nous sommes réunis dans nos communes, devant nos monuments aux morts, pour rendre hommage et dire notre reconnaissance à tous ceux qui nous ont défendu hier mais aussi à ceux qui nous défendent aujourd'hui, jusqu'au sacrifice de leur vie. Nous nous souvenons de nos poilus, morts pour la France. De nos civils, dont beaucoup ont aussi perdu la vie. De nos soldats marqués à jamais dans leur chair et dans leur esprit. De nos villages détruits, de nos villes dévastées. Nous nous souvenons aussi de la souffrance et de l'honneur de tous ceux qui ont quitté leur terre et sont venus d'Afrique, du Pacifique et d'Amérique sur ce sol de France qu'ils n'avaient jamais vu et qu'ils ont pourtant vaillamment défendu. Nous nous souvenons de la souffrance et de l'honneur des dix millions de combattants de tous les pays qui ont été envoyés dans ces combats terribles. Nous sommes aussi unis en ce jour dans la conscience de notre histoire et dans le refus de sa répétition. Car le siècle qui nous sépare des terribles sacrifices des femmes et des hommes de 14-18 nous a appris la grande précarité de là Paix. Nous savons avec quelle force, les nationalismes, le totalitarisme, peuvent emporter les démocraties et mettre en péril l'idée même de civilisation. Vigilance ! Tel est le sentiment que doit nous inspirer le souvenir de l'effroyable hécatombe de la Grand Guerre », souligne le message du président Macron.

Hassane Daouda (onep)
12/11/18


rencontre-panLe Président de l'Assemblée nationale, S.E OUSSEINI Tinni a reçu hier 11 novembre en audience à Abuja où il séjourne, une délégation de ressortissants nigériens vivant au Nigeria conduite par le Vice-président M. Ousmane Mohamed. L'audience s'est déroulée en présence de l'Ambassadeur du Niger au Nigeria, SE. Alat Mogaskiya. A l'issue de leur entretien, le Vice-président des ressortissants nigériens vivant au Nigeria a indiqué avoir échangé avec le président de l'Assemblée nationale sur plusieurs sujets touchant la vie de la communauté nigérienne vivant au Nigeria. Une communauté nigérienne qui vit, du reste, en parfaite symbiose avec les habitants de la République fédérale du Nigeria. M. Ousmane Mohamed a confié que le président de l'Assemblée nationale les a exhortés à se doter d'une pièce d'identité nationale nigérienne, gage d'une meilleure citoyenneté et d'une vie paisible dans un pays étranger. Le président de l'Assemblée nationale leur a rappelé que les pièces d'État civil sont gratuites et qu'un processus de délivrance de ces pièces est actuellement en cours au Niger. « Sans pièces d'identité, on ne peut rien faire » a-t-il indiqué à l'endroit des membres de l'association des Nigériens vivant au Nigeria. M. Ousmane Mohamed a, en outre, confié que le président de l'Assemblée nationale les a déconseillés de chercher à s'impliquer dans le processus électoral au Nigeria avec la perspective des élections prévues en février dans ce pays. « Ces élections ne vous concernent pas. Évitez de prendre part à cette compétition qui est souvent à hauts risques dans ce pays». L'ambassadeur du Niger au Nigeria, SE. Alat Mogaskiya a abondé dans le même sens en exhortant les Nigériens vivant au Nigeria à se procurer une pièce d'identité nationale nigérienne. Il faut également souligner que l'ambassadeur du Niger au Nigeria a offert, hier le samedi 10 novembre dernier, un dîner de gala à l'honneur du président de l'Assemblée nationale et sa délégation.

Garé Amadou, AP/AN

12/11/18


AGLe ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi a présidé le vendredi 9 novembre dernier, dans les locaux du Fonds de Solidarité Africain (FSA) à Niamey, la 7ème session de l'Assemblée générale de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA). Cette instance a pour objectif principal d'examiner et adopter le budget de l'exercice 2019 ainsi que le rapport d'activités 2018-2019. L'APIGA est une association qui se veut un cadre d'échanges et de concertation entre les institutions membres et surtout de promotion du métier de garantie. La cérémonie d'ouverture de cette assemblée générale s'est déroulée en présence de la présidente en exercice de l'Association, Mme Naka G. DE Souza ; du directeur général du Fonds de Solidarité Africain, M. Ahmadou Abdoulaye Diallo ainsi que plusieurs invités.

Le métier des institutions membres de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA) joue un rôle important dans l'écosystème du financement des économies des Etats concernés. Ces économies sont caractérisées par un faible niveau de bancarisation, un accès limité aux services financiers de qualité et surtout, de contraintes majeures pour l'accès aux crédits destinés à financer l'investissement ou à financer d'autres activités génératrices de revenus. « Le chemin reste long pour atteindre un niveau d'accès à ces financements qui nous permettrait d'affirmer, sans nous voiler la face, que nos populations bénéficient d'une situation satisfaisante en termes d'inclusion financière. Nous attendons donc de vos Institutions qu'elles jouent encore plus efficacement le rôle pour lequel elles ont été créées » a déclaré le ministre des Finances, M. MassoudouHassoumi, en ouvrant les travaux de cette assemblée générale. Il devait aussi saluer la pertinence et l'opportunité des chantiers de l'Association que la Présidente a annoncés. Il s'agit entre autres : de l'amélioration des outils et des modes d'intervention ; la normalisation de la profession ; l'harmonisation de leurs règles prudentielles, et la promotion d'une meilleure compréhension du métier de la garantie.
Auparavant, la présidente en exercice de l'APIGA, Mme Naka G. De Souza a relevé que l'atteinte des objectifs assignés à l'organisation passe par la recherche d'une plus grande synergie entre les institutions de garantie ; les autorités monétaires ; les institutions de développement, l'Organisation pour l'Harmonisation en Afrique du Droit des Affaires [OHADA) et surtout les institutions Financières afin de contribuer au financement des entreprises évoluant dans le champ d'intervention de l'APIGA. « C'est pour vous dire que notre association se veut un maillon essentiel dans la chaîne de financement des économies de nos Etats » a-t-elle souligné. L'APIGA a donc le devoir, d'œuvrer aux côtés des banques pour l'amélioration inclusive de l'accès des entreprises aux financements, en l'occurrence les PME. « Nos échanges devraient permettre d'appréhender la complexité du financement des PME et de l'inclusion financière afin de pouvoir servir les opérateurs économiques et les populations de nos Etats dans un contexte économique dont les prévisions indiquent que l'Afrique subsaharienne restera l'une des régions les plus dynamiques du monde. L'investissement public dans les infrastructures, la hausse de la production agricole et l'essor soutenu du secteur des services devraient tirer la croissance de nos économies », a indiqué la présidente en exercice de l'APIGA.
Pour sa part, le directeur général du Fonds de Solidarité Africain, M. Ahmadou Abdoulaye Diallo a noté que l''organisation d'un événement comme celui-ci, constitue l'aboutissement d'un travail collectif impliquant différents acteurs provenant de diverses institutions et opérant à partir de lieux éloignés les uns des autres. M. Ahmadou Abdoulaye Diallo a, par ailleurs, rappelé que l'APIGA est aujourd'hui âgée d'une décennie. Le travail abattu par les hommes et les femmes au cours de cette décennie a permis de poser les bases institutionnelles de cette association. « Nous devons à présent nous attaquer de façon résolue aux principaux chantiers qui découlent de sa mission », a proposé le directeur général du FSA.

Hassane Daouda (onep)
12/11/18

Société

Message du Ministre de la Santé Publique à l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le Diabète : Dr Idi Illiass…

Message du Ministre de la Santé Publique à l'occasion de la Journée Mondiale de lutte contre le Diabète : Dr Idi Illiassou Maïnassara invite les populations à se faire dépister

A l'instar des autres pays du monde, le Niger célèbre aujourd'hui 14 novembre, la Journée mondiale de lutte contre le Diabète. A cette occasion, le ministre de la Santé publique, Dr Idi Illiassou Mainassara a livré hier matin, un message dans lequel il a invité toute la population à se mobiliser pour se faire dépister dans les différents sites prévus à cet effet. Le thème retenu pour cette journée est : « Famille et Diabète ».Dans son m...

Santé : L'angine de poitrine

Santé : L'angine de poitrine

Au nombre des maladies du cœur et des vaisseaux, il y a ce qu'on appelle l'angine de poitrine. C'est une affection cardiaque à ne pas confondre, bien entendu, avec l'angine tout court qui, elle, est une inflammation de la gorge.L'angine de poitrine que les spécialistes des maladies du cœur appellent aussi ''angor'', est un syndrome caractérisé par des crises douloureuses d'origine cardiaque, que la personne ressent au niveau de la poitr...

Réception d'un don algérien au Ministère des Affaires étrangères : Cinq Bus flambant neufs pour appuyer le programme ''Z…

Réception d'un don algérien au Ministère des Affaires étrangères : Cinq Bus flambant neufs pour appuyer le programme ''Zinder Saboua''

La ministre déléguée auprès du ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l'Intégration Africaine et des Nigériens à l'Extérieur, Mme Lamido Ousseini Salamatou Bala Goga a réceptionné hier des mains de l'Ambassadeur de la République démocratique et populaire d'Algérie au Niger, SE. Baallal Azzouz, un don de cinq bus offerts par le gouvernement algérien au Niger pour accompagner l'organisation des festivités du 60ème anniver...

Semaine mondiale de l'Entreprenariat des jeunes Edition 2018 : Le Premier ministre encourage les jeunes entrepreneurs à …

Semaine mondiale de l'Entreprenariat des jeunes Edition 2018 : Le Premier ministre encourage les jeunes entrepreneurs à persévérer dans le domaine

Les activités entrant dans le cadre de la 11ème édition de la Semaine mondiale de l'Entreprenariat ont été lancées hier matin au Palais des Sports de Niamey sous le patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement SE Brigi Rafini. Des activités qui visent à explorer les opportunités et à identifier les obstacles auxquels sont confrontés les jeunes entrepreneurs afin de leur trouver des solutions idoines à travers des échanges et des ...

Visite de la ministre de la Défense de la République fédérale d'Allemagne au Niger : Volonté commune de renforcer la coo…

Visite de la ministre de la Défense de la République fédérale d'Allemagne au Niger : Volonté commune de renforcer la coopération dans le domaine de la sécurité

La ministre de la Défense de la République Fédérale d'Allemagne, Mme Ursula Von Der Leyen, est arrivée à Niamey le dimanche 11 novembre dernier pour réaffirmer la volonté de son pays de maintenir une coopération durable avec le Niger dans les domaines de la sécurité et du développement. Elle a été accueillie à sa descente d'avion par le ministre de la Défense Nationale, M. Kalla Moutari. La ministre fédérale a mis à profit cette visite ...

Atelier de validation du Projet des textes relatifs à la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche : Vers l…

Atelier de validation du Projet des textes relatifs à la qualité de l'enseignement supérieur et de la recherche : Vers la mise en place effective d'une Agence Nationale Assurance qualité

Le Ministère de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation a organisé hier au Palais des Congrès de Niamey, en collaboration avec le projet SHENZHEN-UNESCO, un atelier de validation du Projet des textes sur la création d'une Agence Nationale d'Assurance Qualité de l'Enseignement Supérieur et la Recherche (ANAQ EnSuRe). C'est le ministre de l'Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l'Innovation, M. Yahouza Sadisso...

Tahoua : Réception de deux CEG construits par le député Samaila Maïka et les ressortissants de la région dans la commune…

Tahoua : Réception de deux CEG construits par le député Samaila Maïka et les ressortissants de la région dans la commune de Bambèye

Le ministre des Enseignements secondaires M. Sanoussi El hadji Samro a procédé, le vendredi 9 novembre dernier, la réception puis l'ouverture officielle de deux collèges d'enseignements généraux (CEG) à Rididi et à Inkafi Birawa dans la commune de Bambeye, département de Tahoua. Ces infrastructures ont été construites sur fonds propres du député national Samaila Maïka avec la contribution de la diaspora. La cérémonie s'est déroulée en p...

Commémoration du centenaire de l'armistice de la 1ère guerre Mondiale 14-18 : Hommage aux soldats tombés sur les champs …

Commémoration du centenaire de l'armistice de la 1ère guerre Mondiale 14-18 : Hommage aux soldats tombés sur les champs de bataille

Il y a de cela un siècle que la raison triompha sur la guerre avec la signature historique le 11 novembre 1914 par les belligérants, de l'armistice marquant ainsi la fin du premier conflit mondial. A Niamey, la commémoration du centenaire de l'armistice a eu lieu hier à la place du monument (Sis en face de l'ex petit marché) dédié aux Morts de cette horrible guerre. La cérémonie commémorative a été co-présidée par l'Ambassadeur de la Fr...

Séjour du président de l'Assemblée nationale à Abuja : SE. Ousseini Tinni reçoit en audience une délégation de ressortis…

Séjour du président de l'Assemblée nationale à Abuja : SE. Ousseini Tinni reçoit en audience une délégation de ressortissants nigériens au Nigeria

Le Président de l'Assemblée nationale, S.E OUSSEINI Tinni a reçu hier 11 novembre en audience à Abuja où il séjourne, une délégation de ressortissants nigériens vivant au Nigeria conduite par le Vice-président M. Ousmane Mohamed. L'audience s'est déroulée en présence de l'Ambassadeur du Niger au Nigeria, SE. Alat Mogaskiya. A l'issue de leur entretien, le Vice-président des ressortissants nigériens vivant au Nigeria a indiqué avoir écha...

7ème session de l'Assemblée générale de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA) : P…

7ème session de l'Assemblée générale de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA) : Promouvoir l'inclusion financière à travers le métier de la garantie

Le ministre des Finances, M. Massoudou Hassoumi a présidé le vendredi 9 novembre dernier, dans les locaux du Fonds de Solidarité Africain (FSA) à Niamey, la 7ème session de l'Assemblée générale de l'Association Professionnelle des Institutions de Garantie d'Afrique (APIGA). Cette instance a pour objectif principal d'examiner et adopter le budget de l'exercice 2019 ainsi que le rapport d'activités 2018-2019. L'APIGA est une association q...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Chapeau Nigelec !

lundi 10 septembre 2018

Editorial : Chapeau Nigelec !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances…

Ingall : Entre cauchemars de la route et ambiances de la Cure salée

Dans le langage des routiers nigériens, l'expression ''éviter les nids de poule'' est bien...

vendredi 26 octobre 2018

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdu…

Yashi à Ingall : Une pratique ancestrale qui perdure encore !

7 heures le matin au quartier Aghafey de Ingall. Les visiteurs sont curieux d'assister à u...

vendredi 26 octobre 2018

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure salée : Un véritable espace marchand aussi

La Cure Salée ne se limite pas seulement à la jouissance culturelle des communautés nomade...

vendredi 26 octobre 2018

L'air du temps

Tenir le cap et aller de l'avant...

Tenir le cap et aller de l'avant...

Pouvait-on rester là et assister, impassible, à la sinistre cascade des pertes en vies hum...

vendredi 9 novembre 2018

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.