Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

Interview d'une enseignante engagée pour les filles, Mme Omar Hajia Hassia SCOFI Tahoua: « Quand on est décidé et mobilisé, on obtient les meilleurs résultats »


d-3Mme, vous êtes agent de la Direction départementale des Enseignements Secondaires (DDES) Tahoua 1 et surtout point focal de la scolarisation des jeunes filles (SCOFI) Tahoua I. Quelle est la contribution de la SCOFI à la lutte contre le mariage des enfants ?
Dans la région de Tahoua, c'est presque ancré dans les us et coutumes. Les jeunes filles sont données en mariage très tôt. Généralement, vers l'âge de 10-12 ans, la fille est déjà réservée pour un prétendant. C'est le problème auquel nous sommes confrontés, nous, partenaires de l'école, et plus particulièrement nous qui luttons pour la scolarisation de la jeune fille et son maintien à l'école. Le problème est préoccupant en milieu rural comme en milieu urbain. Le cas le plus récent ici en ville est celui d'une fille qui était en classe de 5ème au CEG 4 de Tahoua. Ses parents l'avaient « réservée » depuis qu'elle était au CM1, alors qu'elle était âgée d'environ 11 ans, à un prétendant établi au Ghana. En décembre dernier, au retour des élèves du congé pour l'organisation du festival Tahoua-Sakola, nous avons constaté que la fille en question ne fréquentait plus les cours.
Nous avons mené des investigations à travers une des mères éducatrices, que nous avions formées à cet effet, pour contacter les parents de la fille et savoir ce qui se passait. Quelle fut notre surprise d'apprendre qu'elle avait étémariée et qu'elle se trouvait chez son mari au Ghana. C'était un coup monté, car pour couvrir cette entreprise, sa maman était venue au collège pour retirer un certificat de scolarité expliquant à l'administration qu'elle voulait un transfert scolaire pour sa fille. Nous, SCOFI, nous avons jugé cela intolérable et fortement préjudiciable à l'avenir de cette fille, qui avait de bons résultats au collège et qui était loin d'être consentante.
Nous avons entrepris toutes les négociations, avec sa famille au niveau de Tahoua et avec son mari dont nous nous sommes procuré le numéro, au Ghana. Très vite, nous avons compris que la mère n'y était pour rien et qu'elle avait même peur de la réaction de son mari qui menaçait de la répudier. Le compromis qu'on voulait trouver à l'amiable était de persuader le mari de laisser revenir la fille continuer sa scolarité jusqu'à la 3ème au moins. Il a rejeté cette offre et, plus grave, quand sa jeune femme lui a présenté un certificat de scolarité dans l'espoir qu'il l'inscrive dans une école au Ghana, il lui a dit qu' il ne l'a pas épousée pour qu'elle poursuive des études mais pour qu'elle s'occupe des enfants de sa première épouse qui, eux, sont scolarisés au Ghana et dont certains ont presque l'âge de leur jeune marâtre. Devant cette situation révoltante, j'ai menacé, au téléphone, de porter cette affaire devant la justice, en lui expliquant qu'au Ghana, le Niger a une représentation diplomatique capable de mobiliser la police pour le rechercher. Il a pris la menace au sérieux et a renvoyé sa jeune femme au pays. Elle a repris le chemin de l'école et la rentrée prochaine elle passe en 4ème.

On peut donc considérer que la situation est en train de changer à travers la mobilisation des partenaires et la gouvernance de l'école ?
Pendant longtemps, nous étions impuissants à empêcher des situations comme celle de retrait des jeunes filles de l'école pour les donner en mariage. Mais depuis le récent décret signé par le Président de la République qui protège la jeune fille en milieu scolaire, nous avons le meilleur argument juridique pour agir. Je salue également la mobilisation des structures partenaires telles que les Mères Educatrices, qui font un important travail de veille et d'alerte sur la scolarité des jeunes filles et leur présence assidue à l'école. Quand on est décidé et mobilisé, on obtient les meilleurs résultats.
Avez-vous un appel à lancer à l'endroit des parents des jeunes filles sur ce sujet ?
Je dis aux parents des élèves et surtout des jeunes filles scolarisées que le maintien de leurs enfants le plus longtemps à l'école est de leur intérêt. Nous nous ne sommes pas là contre tel ou tel mais pour l'avenir de leurs enfants et de ce pays. De toutes les façons, il y a un temps pour l'école et il y a un autre pour le mariage. Il y a un âge où on ne peut pas forcer une fille ou lui imposer un mari qu'elle n'a pas choisi. Notre souhait, à travers notre mobilisation en faveur de l'école, n'est pas de nous opposer aux parents des élèves mais de les convaincre qu'il n'y a pas meilleur destin pour leur progéniture que l'école, qui donne à chacun la meilleure chance pour la vie. Donc nous allons continuer le combat pour la sensibilisation des uns et des autres à la cause de l'école.
Propos recueillis par
Mahaman Bako

12/10/18

Sport

Ouverture de la Saison sportive des Forces Armées Nigériennes : "Pour toute armée qui se veut efficace, le sport es…

Ouverture de la Saison sportive des Forces Armées Nigériennes : "Pour toute armée qui se veut efficace, le sport est primordial" selon le commandant de bataillon des sports

Le commandant de la Circonscription Militaire de Niamey, le Colonel-major Oumar Doro a procédé le 11 janvier dernier au lancement de la saison sportive 2019 des Forces Armées Nigériennes (FAN). La cérémonie du lancement qui a regroupé les éléments des FAN ainsi que ceux des Forces de Défense et de Sécurité, s'est déroulée en présence de Chef d'Etat-major Particulier du Président de la République, le Chef d'Etat-major de l'Armée de Terre...

1er Séminaire des entraineurs d'Elites du Niger : Analyse sans complaisance des maux qui minent le football nigérien

1er Séminaire des entraineurs d'Elites du Niger : Analyse sans complaisance des maux qui minent le football nigérien

Le président de la Fédération Nigérienne de Football (FENIFOOT), le Colonel-major Djibrilla Hima Hamidou, a présidé hier matin, la cérémonie d'ouverture du 1er séminaire des entraineurs d'Elites du Niger au Centre National Technique de la FENIFOOT. Ce séminaire a été placé sous le thème :« Analyse Technique de la Pratique du Football d'Elites et impact sur les résultats des équipes engagées en compétition inter-club de la CAF et des équ...

Dosso/Lutte traditionnelle : Accueil populaire réservé au champion national 2019 Kadri Abdou dit Issaka Issaka

Dosso/Lutte traditionnelle : Accueil populaire réservé au champion national 2019 Kadri Abdou dit Issaka Issaka

Les populations de la région de Dosso sont sorties très tôt le vendredi 4 janvier dernier pour réserver un accueil des grands jours à Kadri Abdou dit Issaka Issaka, champion national de lutte traditionnelle édition 2019. Commerçants, transporteurs, conducteurs de kabou-kabou, scolaires, bref, toutes les populations de la cité des Djermakoye ont attendu jusqu'en début d'après-midi pour ne pas rater ce rendez-vous historique.C'est à parti...

Fin, hier, à Tillabéri de la 40e édition du Sabre National de lutte traditionnelle : Kadri Abdou dit Issaka Issaka, sacr…

Fin, hier, à Tillabéri de la 40e édition du Sabre National de lutte traditionnelle : Kadri Abdou dit Issaka Issaka, sacré champion national

Le nouveau roi des arènes est connu depuis hier après-midi à l'arène Naroua Sanou de Tillabéri à l'issue de la finale de la 40ème édition du Sabre National de la lutte traditionnelle ayant opposé Kadri Abdou dit Issaka Issaka de Dosso à Noura Hassane également de Dosso. Au bout de 4 minutes 14 secondes de combat, Issaka Issaka disposa du jeune Noura Hassane, remportant ainsi, pour la 3ème fois, le Sabre National. Précisons que la finale...

40ème édition du Sabre National de lutte traditionnelle : La région de Dosso, championne avant la finale !

40ème édition du Sabre National de lutte traditionnelle : La région de Dosso, championne avant la finale !

      La 40ème édition du Sabre National est entrée dans ses phases terminales de la plus belle manière, avec des prestations alléchantes, qui tranchent d'avec les arrangements connus lors des rencontres inter régions. Sur les 12 lutteurs qui ont franchi la 2ème phase de la compétition, il ne reste que quatre invaincus à l'issue des huitièmes et quarts de finales disputés respectivement dans la matinée et la soirée d'h...

Dernière journée des rencontres inter régionales du Sabre national de lutte traditionnelle : 12 invaincus abordent les p…

Dernière journée des rencontres inter régionales du Sabre national de lutte traditionnelle : 12 invaincus abordent les phases finales

Les compétions de la 40ème édition du Sabre National de lutte traditionnelle se poursuivent dans l'aire de combat de l'arène Naroua Sanou de Tillabéry. Les rencontres entre les régions ont pris fin hier dans la discipline et le fair-play. Dans la matinée, les combats ont opposé Tahoua à Niamey, puis Maradi à Agadez. Dans la soirée Tillabéry a affronté Zinder, tandis que Dosso et Diffa ont fermé la manche.L'arène Naroua Sanou continue à ...

5ème journée des compétions de la 40ème édition du Sabre National : Plus que 13 lutteurs dans la course au prestigieux s…

5ème journée des compétions de la 40ème édition du Sabre National : Plus que 13 lutteurs dans la course au prestigieux sabre

Les pugilats se poursuivent dans l'arène des Jeux de Lutte Traditionnelle Naroua Sanou de Tillabéry. Les chutes s'enchainent et certaines plus spectaculaires que les autres. Cependant après quatre journées de prestations, la 5ème journée a malheureusement été marquée par des arrangements observés par les avertis du sport roi au Niger et même par les simples les spectateurs. Un constat confirmé par la commission des combats truqués et pa...

Poursuite des compétitions de la 40e édition du Sabre National : Les combats font rage à l'arène de Tillabéri

Poursuite des compétitions de la 40e édition du Sabre National : Les combats font rage à l'arène de Tillabéri

L'Arène des jeux Traditionnels Naroua Sanou de Tillabéry vibre depuis le 25 décembre dernier au rythme des confrontations entrant dans le cadre de la 40e édition du Sabre National dans la discipline et le fair-play. A l'issue de la première journée des compétitions, 42 lutteurs sont déjà éliminés de la course. Les rencontres de la deuxième journée ont d'abord opposé dans la matinée Maradi à Diffa, puis Niamey-Dosso. Dans la soirée, Taho...

Première journée des compétitions de la 40ème édition du Sabre National : Le champion en titre rassure, de grands favori…

Première journée des compétitions de la 40ème édition du Sabre National : Le champion en titre rassure, de grands favoris déjà hors course

Les compétitions de la 40ème édition du Sabre National ont débuté hier matin à l'Arène Naroua Sanou de Tillabéry avec à l'affiche des prestations riches en technique. La première journée des compétions a enregistré la participation massive du public de la région de Tillabéri ayant effectué le déplacement pour apprécier les vives confrontations au menu du jour. Celles-ci ont opposé dans la matinée Niamey à Agadez, Diffa à Tahoua ; et dan...

Ouverture hier de la 40ème édition du Sabre National : C'est parti pour 10 jours de compétitions

Ouverture hier de la 40ème édition du Sabre National : C'est parti pour 10 jours de compétitions

La 40ème édition du Sabre national de lutte traditionnelle a été officiellement lancée hier après-midi par ministre de la Jeunesse et des Sports, M. Moctar Kassoum à l'Arène Naroua Sanou de Tillabéry. La cérémonie d'ouverture du plan grand événement sportif et culturel national s'est déroulée dans une ambiance empreinte de chaleur et de fraternité en présence du Haut Représentant du Président de la République Elhadji Seini Oumarou, des ...

AG/ONU

Editorial

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

lundi 17 décembre 2018

EDITORIAL : Salut, le bâtisseur !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice a…

Tillabéri, la capitale du fleuve : Terre propice aux cultures de contre saison et au pâturage

La région de Tillabéri compte 31 aménagements hydro agricoles dont 30 pour la production d...

vendredi 11 janvier 2019

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la …

Au bord du Djoliba : Les riverains menacés par la crue

De l'autre côté de la rive, qui sert comme une sorte de gare fluviale reliant les localité...

vendredi 11 janvier 2019

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la…

La gomme arabique du Niger : Vers la relance de la filière

La filière de la gomme arabique a connu dans les années 60 et ce jusqu'en 1980, un essor s...

jeudi 10 janvier 2019

L'air du temps

Notre identité, nos valeurs ancestrales

Notre identité, nos valeurs ancestrales

«Un peuple sans culture est un peuple sans âme », disait l'écrivain nigérian Anthony Biako...

vendredi 11 janvier 2019

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.