Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

TOURISME AU NIGER : PROBLEMES ET PERSPECTIVES

photo affiche M Zalio-300x200Le Niger devient de plus en plus un pays d’attraction touristique avec 63.000 visiteurs étrangers en 2006. Les activités touristiques généraient des revenus estimés à 32 Milliards de francs CFA équivalant à 1,7% du PIB, et des emplois permanents estimés à plus de 8700. Les infrastructures d’accueils sont au nombre de 87 hôtels toutes catégories confondues qui totalisent 2023 chambres.

Une forte prise de conscience est en cours quant au rôle de la culture et du tourisme dans le développement durable et la lutte contre la pauvreté, notamment à travers la conservation et la valorisation du patrimoine, l’art et l’artisanat.

La région d’Agadez jouit d’une grande notoriété sur le marché du tourisme international pour la qualité et la diversité de son potentiel culturel, préhistorique et touristique. Elle constitue un véritable creuset de cultures et de civilisations depuis la préhistoire, dont l’influence a été très importante pour l’ensemble des communautés socio-culturelles et ethniques de l’espace nigérien. C’est la région où est attestée la présence la plus ancienne de l’homme avant qu’elle ne devienne l’un des foyers de la découverte de l’agriculture, de la céramique et de l’élevage.

Aujourd’hui cette région offre de multiples sites paléontologiques, archéologiques et historiques ; cependant, l’animation socio-culturelle d’Agadez est très réduite par manque de moyens même si on observe depuis la fin de la rébellion armée, vers le milieu des années 90, un regain d’activités économiques dû au dynamisme des populations locales et du gouvernement. Ce dynamisme a favorisé la création de nouveaux projets dont la proposition de classement de la vieille ville d’Agadez au patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO.

En 2007, voilà qu’une nouvelle insurrection touarègue entrava l’espoir qui renait dans le Nord et à la fin de cette dernière en 2009 nous assistons à la recrudescence du terrorisme international dans la sous-region avec le mouvement dénommé Al Qaida Islamique au Maghreb (AQMI).

v Les différents pôles touristiques au Niger

Ø La région d’Agadez
Le pôle principal d’attraction touristique est la région d’Agadez compte tenu de la qualité et de la diversité de son potentiel culturel, préhistorique et touristique. Elle constitue un véritable creuset de cultures et de civilisations depuis la préhistoire. Son influence a été très marquante pour l’ensemble des communautés de l’espace nigérien. La réserve naturelle nationale de l’Aïr et du Ténéré recèle de nombreuses peintures et gravures rupestres. L’artisanat y est florissant, la vieille ville d’Agadez attire de nombreux touristes lors de sa fête du Bianou, et d’autres fêtes traditionnelles comme la « Cure salée ».

Ø La région du fleuve
Le deuxième pôle touristique se situe dans la région du fleuve Niger avec notamment le parc W, qui fait l’objet d’études en raison de son statut de réserve de biosphère, de nombreux sites archéologiques et ethnologiques et le Musée national de Niamey.

Ø Pôle du centre-est, autour de Zinder
Le troisième pôle, à développer, se situe au centre et à l’est du pays autour notamment de la vieille ville de Zinder, des traditions des Peuls et de la culture Kanouri et Toubou.

v Les avantages du tourisme au Niger

Le Nord du Niger regorge des potentialités touristiques et des curiosités (Les ruines de Djado et d’Assodé, les oasis, les anciennes villes comme Agadez, le Ténéré…)

L’activité touristique c’est non seulement la clientèle, c’est-à-dire les voyageurs qui sont des « blancs », puis les agences touristiques, les hôtels, les artisans, les populations et les sites cibles.

Elle est conditionnée par ses éléments dont le plus important est la sécurité des touristes, s’y ajoute les infrastructures d’accueil, la sécurité de la zone et l’hospitalité des populations la variété des surprises culturelles mais aussi celle de la nature.

La publicité et l’efficacité du service, mais aussi la satisfaction des touristes, la publicité à l’extérieur, organisation des grandes festivités d’envergure, culturelles (festivals) et des expositions et foires.

Le tourisme fait rentrer des devises, il fait employer une bonne partie de la population (artisans, guides, chauffeur, chameliers, auberge, hôtels… et contribue au rayonnement de la zone.

Le tourisme fait promouvoir l’échange culturel, la communication entre les peuples et attire des donateurs (ONG et associations).

Situation actuelle du tourisme au Niger
La situation actuelle du tourisme est marquée par l’insécurité dans les zones touristiques en particulier et qui est l’œuvre des bandits et de l’AQMI.

Les entraves à l’activité touristique sont nombreuses, liées à l’insuffisance des infrastructures, l’impraticabilité de certaines pistes et l’insécurité résiduelle citée ci haut (terrorisme) sans évoquer le manque de formation de certains acteurs du secteur.

Quelles perspectives ? Que faire ?

Pour restaurer le tourisme dans notre pays, l’Etat doit :

Renforcer la sécurité dans toutes les zones touristiques avec le concours des populations locales et ses partenaires ;
Restaurer d’abord la quiétude sociale, ensuite organiser des activités de sensibilisation (foires) pour installer la confiance extérieure ;
Instituer un tourisme écologique et utilitaire qui permettrait la promotion de la culture nigérienne à l’étranger et qui fasse la valorisation des sites.
Améliorer le réseau routier du pays, notamment les axes frontaliers qui favorisent le développement du tourisme inter-Etats à travers les circuits à destinations multiples en Afrique de l’Ouest ;
La modernisation des aéroports internationaux Diori Hamani de Niamey et Mano Dayak d’Agadez ;
Valoriser les déserts du Tal et du Termit ;
Faciliter l’accès et les excursions au Parc du W.
Les perspectives pour le retour à la paix définitive

Tourisme

TOURISME AU NIGER : PROBLEMES ET PERSPECTIVES

TOURISME AU NIGER : PROBLEMES ET PERSPECTIVES

Le Niger devient de plus en plus un pays d’attraction touristique avec 63.000 visiteurs étrangers en 2006. Les activités touristiques généraient des revenus estimés à 32 Milliards de francs CFA équivalant à 1,7% du PIB, et des emplois permanents estimés à plus de 8700. Les infrastructures d’accueils sont au nombre de 87 hôtels toutes catégories confondues qui totalisent 2023 chambres. Une forte prise de conscience est en cours quant au...

AG/ONU

Editorial

Audiences

Dossier

A la découverte du village de Tapoa : Un village t…

A la découverte du village de Tapoa : Un village touristique riche de sa biodiversité

Jadis un petit village habité par les gourmantchés, Tapoa est aujourd'hui un camp forestie...

vendredi 11 août 2017

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune…

Le marché hebdomadaire de Alambaré dans la Commune Rurale de Tamou : Un carrefour de brassage entre plusieurs ethnies et peuples de différents pays

Situé à environ 15 km du chef-lieu de la Commune rurale de Tamou, département de Say, le v...

vendredi 11 août 2017

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les f…

Transformation de l'arachide à Dosso : Quand les femmes développent l'industrie du ''tigadigué''

Pâte d'arachide, le tigadégué est beaucoup utilisé dans la cuisine au Niger, particulièrem...

vendredi 28 juillet 2017

L'air du temps

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit la ''Pilule'' et le chicha, vive le wifi-club !

Exit les escapades démentielles à la ''Pilule'' et les virées dans les lieux vaporeux des ...

vendredi 15 septembre 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.