Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

PROMOTION DES INDUSTRIES CULTURELLES AU NIGER : LA CONVENTION DE L'UNESCO APPUIE L'INITIATIVE

Dans le cadre d'une réflexion avec l'équipe de l'Agence de Promotion des Entreprises et industries Culturelles(APEC) pour élaborer une stratégie de formation et une stratégie d'appui aux entreprises culturelles du Niger, deux experts de l'UNESCO ont récemment séjourné au Niger. A l'issue de leurs travaux, ces experts de l'UNESCO ont noté qu'il ya au Niger un intérêt et une réelle attente, de la part des artistes d'une part, mais également des entrepreneurs, à l'endroit de l'Agence de promotion des entreprises et industries culturelles. Ils espèrent voir des actes concrets susceptibles d'améliorer leur situation.


L'APEC, qui est l'Agence de Promotion des Entreprises et industries Culturelles, a été créée en 2009 par le gouvernement du Niger à travers une loi d'orientation relative à la culture. Selon son Directeur général, M. Oumarou Moussa, que nous avons rencontré, « la mission de l'APEC est la dynamisation de l'entreprenariat artistique et culturel, et la promotion de la création des entreprises culturelles au Niger.

Cette mission découle d'un certain nombre d'objectifs, dont les plus importants sont entre autres, de redynamiser l'entreprenariat artistique et culturel, y compris l'entreprenariat féminin ; de contribuer à la professionnalisation des entrepreneurs culturels à travers la formation professionnelle continue ; de faciliter la participation des entreprises dans les foires, les festivals, les salons internationaux des entreprises culturelles ; de collecter, produire et diffuser des informations qui touchent aux questions des entreprises culturelles au niveau de la sous région et au niveau international ; de délivrer les cartes professionnelles et les licences d'entrepreneurs culturels ; et d'accompagner les porteurs de projets dans la recherche de financements au niveau des banques et autres établissements financiers.

Le Directeur général de l'APEC précise qu'à travers ces objectifs, ils ont essayé de traduire en activités certaines préoccupations telles que la formation professionnelle : « Nous avons démarré en 2011 cette formation. En 2012, nous avons réalisé cinq sessions de formation à l'intention des entrepreneurs culturels et du personnel de l'APEC. Dans le domaine de l'accompagnement technique, nous avons accompagné dix porteurs de projets tout au long de l'année. Actuellement nous sommes vers la fin du processus, et d'ici fin décembre, les dix projets qui ont été élaborés et accompagnés par l'APEC, vont être transmis au niveau des banques pour financement. Dans le cadre du partenariat stratégique, l'APEC, grâce à ses efforts, a abouti à travers le ministère de la Jeunesse des Sports et de la Culture, à la signature de deux conventions avec l'UNESCO et l'OIF.
Dans le cadre de l'accès des entreprises culturelles au Niger, nous sommes entrain d'élaborer un projet d'organisation de la première foire des entreprises culturelles au Niger qui aura lieu en 2013. Nous avons également organisé des conférences, et bien d'autres activités de communication », a indiqué M. Oumarou Moussa. Dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, qui est un document approuvé par l'institution internationale en 2005, et que le gouvernement du Niger a signé et ratifié, M. Oumarou Moussa a précisé « q'une mission d'assistance technique composée d'experts de l'UNESCO séjourne régulièrement au Niger depuis trois mois. Suite à cette ratification, le gouvernement du Niger s'est engagé à poursuivre des politiques culturelles ayant un compromis avec le développement. Grâce à cette ratification il peut bénéficier d'un soutien international pour sa mise en œuvre.

Cette convention parle de l'importance de la diversité culturelle qui existe dans chaque Etat, et qu'il doit y avoir des politiques de protection et de promotion de cette diversité afin d'assurer que la population ait accès aux biens culturels et qu'elle puisse tirer profit de la diversité des expressions culturelles telles que la production d'éditorial, la production audio visuelle, la production musicale, la production de mode, pour générer de l'emploi et de la richesse ».
Selon l'expert Jordi Balta la convention sur la diversité des expressions culturelles est liée de très près à l'affirmation des industries culturelles. « Et les industries culturelles sont les secteurs de production liés au contenu de nature artistique ou créatif mais qui sont produit à travers des processus industriels de production et reproduction, distribution etc. », a-t-il ajouté. Quant à M. Francisco D'Almeida, il a indiqué que depuis plusieurs décennies, les moyens de communications de masse, que sont la radio, la télévision, et l'industrie de la musique, marquent une tendance à la hausse continue. Il relève que « dans les échanges, il y a de plus en plus de contenu de films qui sont diffusés internationalement. Un groupe du Niger qui fait une très bonne musique ou un cinéaste du Niger qui fait un film remarquable ; ce film peut être diffusé en Corée, au Japon ou en Australie ou ailleurs grâce aux médias. Donc ce secteur de la vie culturelle de toutes les sociétés a pris une importance croissante qui a été prise en compte dans l'activité de tous les Etats dans le cadre de leurs politiques culturelles, et en premier lieu de l'UNESCO qui est l'agence des Nations Unies chargée des questions d'éducation de sciences et de cultures. » Par industries culturelles, il faut entendre des domaines comme le cinéma, le livre, la musique enregistrée, etc., qui font l'objet de reproduction en grande quantité et qui ont besoin d'un grand marché pour pouvoir rentabiliser l'investissement.
Selon M. Francisco D'Almeida, ces industries ont pour particularité de donner lieu à la production de service : Un journal, c'est un service ; une radio, c'est un service ; une chaîne de télévision, c'est un service qui diffuse des contenus qui portent l'identité d'un pays. C'est extrêmement important, pour d'abord permettre à une population de se reconnaître dans ces récits, dans ces images, d'entendre parler de soi, de se raconter nos histoires. Deuxièmement a-t-il poursuivi, cela crée des économies et des emplois. Cela crée des emplois non seulement pour les filières elles mêmes, mais pour d'autres filières encore. C'est ce qu'on appelle l'effet secondaire, l'effet tertiaire ; et il y a même un effet quaternaire ; parce que ce sont des secteurs dont l'activité à une incidence sur d'autres secteurs économiques. M. Franscico D'Almeida a conclu en disant que des études économiques ont montré que ce sont là des secteurs qui ont un impact économique très fort en terme de nombre d'emplois créés, et en terme de contributions à la balance commerciale. L'APEC entend bien œuvrer dans ce sens, en faisant des industries culturelles de véritables moyens de lutte contre le chômage et la pauvreté. Pour cela, elle a en perspective un programme d'activités bien étoffé, qu'elle va dérouler dans les semaines et mois à venir pour le rayonnement du Niger à travers son industrie culturelle.

Culture

Art et Culture dans le département de Gaya : Ousmane Bourey dit Alpha Blondy, la nouvelle star de la ''Toumba''

Les activités récréatives et culturelles sont le fort des communautés sédentaires. Dans le département de Gaya, jeunes-filles et garçons ne jurent que par la ''toumba'' pour les chaudes soirées au village ou dans les Maisons de la Culture. Pratiquement, toutes les zones du département ont leur propre groupe musical de ''toumba''.La ''toumba'', c'est l'instrument local de percussion par excellence. Le plus souvent, il est fabriqué locale...

Portrait de l'artiste Daoudou Douroumbou dit ''Maïgourmi'' : Un chasseur-artiste plein de talents et bien inspiré

Assis sur une natte sous un grand arbre, l'air fatigué, Daoudou Douroumbou avait à ses côtés un sac contenant des produits traditionnels. Ce chasseur de 81 ans est né dans le village de Fadama, dans l'actuel département de Tibiri. Il était vêtu ce jour-là d'une tenue traditionnelle et coiffé d'un bonnet, le tout bicolore, noir et blanc. Le bonnet a été fabriqué de ses propres mains, décoré de cauris et de poils blancs tirés de la queue ...

Le chanteur traditionnel M. Abdoulaye Harouna dit ''Ayouba Gna'' : Une belle voix qui se fait entendre dans la zone du B…

Connu pour sa forte potentialité en eau et l'extraction du natron, le département de Boboye détient aussi des richesses culturelles comme en témoigne ce célèbre chanteur traditionnel du village de Donoudibi, situé à quelques encablures de la ville de Birni N'Gaouré, sur la route de Kiota. Abdoulaye Harouna dit '' Ayouba Gna'' est en effet un passionné de la culture. Agé aujourd'hui de 44 ans, la carrière de cette célébrité malheureuseme...

Répertoire culturel de la Région de Dosso : Un patrimoine riche et varié

La région de Dosso est connue pour ses prouesses dans le domaine de la culture pendant les années 80 grâce à ses brillantes participations aux différents festivals de la jeunesse. Plusieurs fois première en danses et en ballets, cette réputation a permis à la région de se voir attribuer la thématique ''danse d'inspiration traditionnelle'' pour les festivités du 18 décembre.M. Yissoufou Boubacar, directeur régional de la Culture, des Art...

Le «kountché harey» : Un rythme traditionnel zarma

Le ''kountché harey'' est un instrument de musique traditionnel qui joue plusieurs rôles dans cette communauté zarma de Loga. L'attachement de la population à cet instrument est très fort. Seyni Bagajo, 58 ans, un des plus anciens de la famille des joueurs de Kountché harey de Loga présente l'instrument, ses origines, son rôle et sa fonction sociale dans cette communauté.Le ''kountché harey'' est un instrument de musique traditionnelle ...

4ème et dernière nuit des compétitions du festival de ballets et danse de création et d'inspiration : Le public une fois…

4ème et dernière nuit des compétitions du festival de ballets et danse de création et d'inspiration : Le public une fois encore égayé par les artistes

Depuis le début des compétitions de la première édition du festival de ballets et danses de création et d'inspiration, la Maison des Jeunes et de la Culture (MJC) Garba Loga de Dosso ne désemplit pas. Au 4ème et dernier jour des compétitions, les gradins étaient encore pleins comme un œuf, et le spectacle était aussi au rendez-vous.Plusieurs artistes et groupes musicaux se sont succédés sur les planches de la maison de la MJC Garba Loga...

Fête du 18 décembre à Dosso : Un spectacle saisissant lors de la cérémonie d'ouverture

Fête du 18 décembre à Dosso : Un spectacle saisissant lors de la cérémonie d'ouverture

Placée sous le haut patronage du Premier ministre, chef du gouvernement, la cérémonie solennelle de lancement des festivités entrant dans le cadre de la commémoration du 56ème anniversaire de la proclamation de la République, a été cette année riche en ambiance. La mobilisation était aussi au rendez-vous. Députés, membres du gouvernement, représentants du corps diplomatique, autorités administratives et coutumières de la région de Dosso...

Début des compétitions culturelles de la 1ère édition du festival de ballets et danses de création et d'inspiration

Début des compétitions culturelles de la 1ère édition du festival de ballets et danses de création et d'inspiration

La région de Dosso, a désormais son activité thématique culturelle décentralisée, avec le lancement le 12 décembre dernier à la Maison des Jeunes, de la Culture, des arts et loisirs Garba Loga de Dosso par le ministre de la Culture, M. Ousmane Abdou de la 1ère édition du festival de Ballets et danses de création et d'inspiration.Le choix de la région pour être le siège de l'activité thématique culturelle décentralisée du festival de bal...

Première édition du marché de Noël : Une initiative qui vise à promouvoir les créateurs dans plusieurs domaines

Première édition du marché de Noël : Une initiative qui vise à promouvoir les créateurs dans plusieurs domaines

Le Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) Jean Rouch de Niamey organise, depuis ce matin, la première édition d'une grande rencontre des promoteurs et créateurs dénommé Marché de Noël. C'est une initiative qui vise à réunir les artisans, les stylistes et bien d'autres promoteurs pour une grande exposition-vente. C'est ce qui a fait l'objet d'une conférence de presse hier matin dans le petit auditorium du Centre Culturel Franco-Nigérien....

Réception d'équipements au Ministère de la Culture, des Arts et des loisirs : Environ 65 millions de francs CFA pour le …

Réception d'équipements au Ministère de la Culture, des Arts et des loisirs : Environ 65 millions de francs CFA pour le renforcement des capacités des Maisons de la Culture et des Centres des jeunes

Le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs, M. Ousmane Abdou, a réceptionné samedi dernier, à Niamey, un important lot d'équipement d'une valeur d'environ 65 millions de francs CFA destiné aux Maisons de la Culture et des centres des jeunes des régions de Zinder, Maradi et Niamey. Ce matériel a été offert par le projet « Développement des Maisons de la Culture au Niger : espace vivant de valorisation du patrimoine culturel et de...

AG/ONU

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Albadé Abouba : Pas à pas sur les chantiers de pro…

Pour réussir le pari d'une bonne mise en œuvre de l'ambitieux programme dénommé Dosso Sogh...

mercredi 17 décembre 2014

Interview du Gouverneur de la Région de Dosso : ''…

Monsieur le gouverneur, Dosso s'apprête à accueillir les festivités entrant dans le cadre ...

mercredi 17 décembre 2014

M. Hima Mounkaïla, président du conseil régional d…

M. le président présentez-nous le conseil régional de DossoLe Niger a fait de la décentral...

mercredi 17 décembre 2014

L'air du temps

Le 18 décembre

Le 18 décembre

La reprise des festivités de la ''fête tournante du 18 décembre'', instituée en 2006, et i...

jeudi 11 décembre 2014

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.