Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

PROMOTION DES INDUSTRIES CULTURELLES AU NIGER : LA CONVENTION DE L'UNESCO APPUIE L'INITIATIVE

Dans le cadre d'une réflexion avec l'équipe de l'Agence de Promotion des Entreprises et industries Culturelles(APEC) pour élaborer une stratégie de formation et une stratégie d'appui aux entreprises culturelles du Niger, deux experts de l'UNESCO ont récemment séjourné au Niger. A l'issue de leurs travaux, ces experts de l'UNESCO ont noté qu'il ya au Niger un intérêt et une réelle attente, de la part des artistes d'une part, mais également des entrepreneurs, à l'endroit de l'Agence de promotion des entreprises et industries culturelles. Ils espèrent voir des actes concrets susceptibles d'améliorer leur situation.


L'APEC, qui est l'Agence de Promotion des Entreprises et industries Culturelles, a été créée en 2009 par le gouvernement du Niger à travers une loi d'orientation relative à la culture. Selon son Directeur général, M. Oumarou Moussa, que nous avons rencontré, « la mission de l'APEC est la dynamisation de l'entreprenariat artistique et culturel, et la promotion de la création des entreprises culturelles au Niger.

Cette mission découle d'un certain nombre d'objectifs, dont les plus importants sont entre autres, de redynamiser l'entreprenariat artistique et culturel, y compris l'entreprenariat féminin ; de contribuer à la professionnalisation des entrepreneurs culturels à travers la formation professionnelle continue ; de faciliter la participation des entreprises dans les foires, les festivals, les salons internationaux des entreprises culturelles ; de collecter, produire et diffuser des informations qui touchent aux questions des entreprises culturelles au niveau de la sous région et au niveau international ; de délivrer les cartes professionnelles et les licences d'entrepreneurs culturels ; et d'accompagner les porteurs de projets dans la recherche de financements au niveau des banques et autres établissements financiers.

Le Directeur général de l'APEC précise qu'à travers ces objectifs, ils ont essayé de traduire en activités certaines préoccupations telles que la formation professionnelle : « Nous avons démarré en 2011 cette formation. En 2012, nous avons réalisé cinq sessions de formation à l'intention des entrepreneurs culturels et du personnel de l'APEC. Dans le domaine de l'accompagnement technique, nous avons accompagné dix porteurs de projets tout au long de l'année. Actuellement nous sommes vers la fin du processus, et d'ici fin décembre, les dix projets qui ont été élaborés et accompagnés par l'APEC, vont être transmis au niveau des banques pour financement. Dans le cadre du partenariat stratégique, l'APEC, grâce à ses efforts, a abouti à travers le ministère de la Jeunesse des Sports et de la Culture, à la signature de deux conventions avec l'UNESCO et l'OIF.
Dans le cadre de l'accès des entreprises culturelles au Niger, nous sommes entrain d'élaborer un projet d'organisation de la première foire des entreprises culturelles au Niger qui aura lieu en 2013. Nous avons également organisé des conférences, et bien d'autres activités de communication », a indiqué M. Oumarou Moussa. Dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, qui est un document approuvé par l'institution internationale en 2005, et que le gouvernement du Niger a signé et ratifié, M. Oumarou Moussa a précisé « q'une mission d'assistance technique composée d'experts de l'UNESCO séjourne régulièrement au Niger depuis trois mois. Suite à cette ratification, le gouvernement du Niger s'est engagé à poursuivre des politiques culturelles ayant un compromis avec le développement. Grâce à cette ratification il peut bénéficier d'un soutien international pour sa mise en œuvre.

Cette convention parle de l'importance de la diversité culturelle qui existe dans chaque Etat, et qu'il doit y avoir des politiques de protection et de promotion de cette diversité afin d'assurer que la population ait accès aux biens culturels et qu'elle puisse tirer profit de la diversité des expressions culturelles telles que la production d'éditorial, la production audio visuelle, la production musicale, la production de mode, pour générer de l'emploi et de la richesse ».
Selon l'expert Jordi Balta la convention sur la diversité des expressions culturelles est liée de très près à l'affirmation des industries culturelles. « Et les industries culturelles sont les secteurs de production liés au contenu de nature artistique ou créatif mais qui sont produit à travers des processus industriels de production et reproduction, distribution etc. », a-t-il ajouté. Quant à M. Francisco D'Almeida, il a indiqué que depuis plusieurs décennies, les moyens de communications de masse, que sont la radio, la télévision, et l'industrie de la musique, marquent une tendance à la hausse continue. Il relève que « dans les échanges, il y a de plus en plus de contenu de films qui sont diffusés internationalement. Un groupe du Niger qui fait une très bonne musique ou un cinéaste du Niger qui fait un film remarquable ; ce film peut être diffusé en Corée, au Japon ou en Australie ou ailleurs grâce aux médias. Donc ce secteur de la vie culturelle de toutes les sociétés a pris une importance croissante qui a été prise en compte dans l'activité de tous les Etats dans le cadre de leurs politiques culturelles, et en premier lieu de l'UNESCO qui est l'agence des Nations Unies chargée des questions d'éducation de sciences et de cultures. » Par industries culturelles, il faut entendre des domaines comme le cinéma, le livre, la musique enregistrée, etc., qui font l'objet de reproduction en grande quantité et qui ont besoin d'un grand marché pour pouvoir rentabiliser l'investissement.
Selon M. Francisco D'Almeida, ces industries ont pour particularité de donner lieu à la production de service : Un journal, c'est un service ; une radio, c'est un service ; une chaîne de télévision, c'est un service qui diffuse des contenus qui portent l'identité d'un pays. C'est extrêmement important, pour d'abord permettre à une population de se reconnaître dans ces récits, dans ces images, d'entendre parler de soi, de se raconter nos histoires. Deuxièmement a-t-il poursuivi, cela crée des économies et des emplois. Cela crée des emplois non seulement pour les filières elles mêmes, mais pour d'autres filières encore. C'est ce qu'on appelle l'effet secondaire, l'effet tertiaire ; et il y a même un effet quaternaire ; parce que ce sont des secteurs dont l'activité à une incidence sur d'autres secteurs économiques. M. Franscico D'Almeida a conclu en disant que des études économiques ont montré que ce sont là des secteurs qui ont un impact économique très fort en terme de nombre d'emplois créés, et en terme de contributions à la balance commerciale. L'APEC entend bien œuvrer dans ce sens, en faisant des industries culturelles de véritables moyens de lutte contre le chômage et la pauvreté. Pour cela, elle a en perspective un programme d'activités bien étoffé, qu'elle va dérouler dans les semaines et mois à venir pour le rayonnement du Niger à travers son industrie culturelle.

Culture

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Ouverture officielle de la 25ème édition du Fespaco : C'est parti pour la course à l'étalon d'or de Yennega

Le Clap d'ouverture de la 25ème édition du Festival Panafricain du Cinéma et de la Télévision de Ouagadougou (Fespaco) a été donné par le président du Faso, Sem Roch Marc Christian Kaboré dans l'après-midi du 25 février au stade municipal de Ouagadougou. Placé sous le thème "Formation et métiers du cinéma et de l'audiovisuel'', l'édition 2017 du festival met à l'honneur la Côte d'Ivoire, pays invité d'honneur. Ce pays qui marque sa prés...

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Portrait d'Artiste : Hassane Boukary, artiste engagé pour la promotion de la paix

Habillé d'un costume traditionnel nigérien, l'artiste tenait entre ses mains une canne en bronze en forme de vipère. Souriant et très ouvert, Hassane Boukary surnommé « Nounou » est auteur compositeur. Il avait débuté le métier d'artiste depuis son jeune âge. « J'ai embrassé la musique par amour, je ne l'ai pas hérité. Aucun membre de ma famille n'est chanteur », a-t-il déclaré. Selon lui, à travers la musique, il pense apporter sa cont...

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourism…

Point de presse du ministre du Tourisme et de l'Artisanat sur la tenue du Festival de l'Air : Pour la relance du tourisme au Niger

C'est en prélude à la 12ème édition du Festival de l'Air, qui est un grand événement touristique pour le Niger en général et particulièrement pour la région d'Agadez, que le ministre du Tourisme et de l'Artisanat M. Ahmed Boto a animé samedi dernier, dans la salle de réunions dudit ministère, un point presse pour le lancement des préparatifs de ce rendez vous. Le festival de l'Air, édition 2017 est prévu du 10 au 12 mars prochain à Ifer...

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Théâtre : « La petite orange de ma mère » de Mamane M.I. Zeinabou : Sexe, sueur, salive et sang

Le monologue, « la petite orange de ma mère » est une pièce écrite, mise en scène et jouée par Mamane Malam Issoufou Zeinabou, étudiante en master2 Arts du spectacle à la Faculté des Lettres et Sciences Humaine (FLSH) de l'Université Abdou Moumouni de Niamey (UAM). La pièce a été jouée la nuit du 27 janvier 2017 sur la scène « plein air », échafaudée dans l'enceinte de la FLSH, à l'occasion de la journée événement de la filière Arts du ...

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Rétrospective 2016/ Secteur de la Culture : La Renaissance culturelle en marche

Année électorale, 2016 a surtout brillé, au plan culturel, par trois actes majeurs : le choix du Président de la République, Chef de l'Etat, de « Promouvoir la renaissance culturelle » au rang de premier « axe prioritaire » de son second mandat (2016-2021), sa décision de dédier un ministère plein à cette Renaissance culturelle et à la Modernisation sociale et la déclinaison de cette volonté politique dans la Déclaration de Politique Gé...

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur re…

Mission du ministre de la renaissance culturelle dans la région de Dosso : Identifier les sites historiques pour leur revalorisation

Après avoir pris part à la 38ème édition du sabre national tenue à Tahoua, le ministre de la Renaissance Culturelle, des Arts et de la Modernisation Sociale, Porte-parole du gouvernement M. Assoumana Malam Issa a effectué une visite de travail dans les régions de Tahoua et Dosso. L'objectif de ce déplacement et d'identifier les sites historiques de ces deux régions.Dans la région de Dosso, la délégation ministérielle s'est rendue à Loug...

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Arts et culture : Portrait de Ibrahim Abdou dit Bagobiri, artiste chanteur

Rien ne prédestinait Ibrahim Abdou à devenir chanteur. Né il y a environ 51 ans à Dangouna (village situé à dix kilomètres de Dan Daji dans le département d'Illéla, région de Tahoua), il vint à Niamey où, faute de mieux, il intégra la Samaria de Banizoumbou dans laquelle il joua trois ballets et effectuera ses toutes premières tournées à Ouallam et Téra dans l'actuelle région de Tillabéri. C'était sous le régime militaire de feu le Géné...

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Dosso/Culture : Haoua Capochichi, artiste et enseignante

Issue d'une famille d'artistes, Janette Haoua Capochichi est arrivée dans la musique dans les années 1999 avec l'appui de son grand frère Roger le moine, lui-même artiste musicien. Elle rejoindra par la suite le groupe Toubal où elle apprit à faire le chœur avec feu Dargné Gadeyzé.Ayant acquis assez d'expériences, cette jeune femme de 36 ans fit sortir en 2001 son premier album intitulé Sodjaï Wandiya autrement dit la copine des militai...

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pa…

Interview de notre compatriote Amadou Ousmane, auteur du livre ''Notre ami Kérékou'' : ''Afin que l'Histoire n'oublie pas Kérékou...''

M. Amadou Ousmane, vous êtes un écrivain bien connu au Niger, mais presque pas au Bénin. Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?Je suis un fonctionnaire des Nations Unies à la retraite. J'ai servi 10 ans dans les missions de paix des Nations Unies au Burundi, comme Chef de l'Information et Porte-parole. J'ai aussi servi comme Chargé de Communication au National Democratic Institute (NDI) à Niamey et à Bujumbura. Avant cela, dans mon...

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Agadez /Soirées culturelles d'Agadez Sokni : La jeunesse nigérienne en redemande

Dans toutes les festivités commémoratives, les soirées culturelles ont toujours été des moments privilégiés pour réconcilier la jeunesse nigérienne avec sa culture. Agadez Sokni n'a pas dérogé à cette règle. Les nuits culturelles ont attiré et conquis un public majoritairement juvénile assoiffé de spectacles. Quant aux artistes musiciens d'Agadez comme ceux venus des 4 coins du Niger, ils ont donné le meilleur d'eux-mêmes.Les groupes mu...

AG/ONU

Editorial

Editorial : Pari gagné !

lundi 9 janvier 2017

Editorial : Pari gagné !

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bo…

Utilisation du gaz domestique : L'entretien des bouteilles et la sécurité des équipements

Depuis que le Niger est devenu pays producteur et exportateur de pétrole, les populations ...

jeudi 23 février 2017

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Proprété des bouteilles : à qui la faute ?

Le Niger a initié, depuis les années 90, un programme national de l'énergie domestique, po...

jeudi 23 février 2017

Des utilisateurs témoignent

Des utilisateurs témoignent

Mme Aïssa ZakariJ'utilise les bouteilles de gaz depuis plusieurs années. Je possède en réa...

jeudi 23 février 2017

L'air du temps

Assainir l'école

Assainir l'école

L'actualité de ces dernières semaines est en train de se cristalliser autour de l'école ni...

jeudi 23 février 2017

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.