Le Sahel

pub_bann
A+ A A-

PROMOTION DES INDUSTRIES CULTURELLES AU NIGER : LA CONVENTION DE L'UNESCO APPUIE L'INITIATIVE

Dans le cadre d'une réflexion avec l'équipe de l'Agence de Promotion des Entreprises et industries Culturelles(APEC) pour élaborer une stratégie de formation et une stratégie d'appui aux entreprises culturelles du Niger, deux experts de l'UNESCO ont récemment séjourné au Niger. A l'issue de leurs travaux, ces experts de l'UNESCO ont noté qu'il ya au Niger un intérêt et une réelle attente, de la part des artistes d'une part, mais également des entrepreneurs, à l'endroit de l'Agence de promotion des entreprises et industries culturelles. Ils espèrent voir des actes concrets susceptibles d'améliorer leur situation.


L'APEC, qui est l'Agence de Promotion des Entreprises et industries Culturelles, a été créée en 2009 par le gouvernement du Niger à travers une loi d'orientation relative à la culture. Selon son Directeur général, M. Oumarou Moussa, que nous avons rencontré, « la mission de l'APEC est la dynamisation de l'entreprenariat artistique et culturel, et la promotion de la création des entreprises culturelles au Niger.

Cette mission découle d'un certain nombre d'objectifs, dont les plus importants sont entre autres, de redynamiser l'entreprenariat artistique et culturel, y compris l'entreprenariat féminin ; de contribuer à la professionnalisation des entrepreneurs culturels à travers la formation professionnelle continue ; de faciliter la participation des entreprises dans les foires, les festivals, les salons internationaux des entreprises culturelles ; de collecter, produire et diffuser des informations qui touchent aux questions des entreprises culturelles au niveau de la sous région et au niveau international ; de délivrer les cartes professionnelles et les licences d'entrepreneurs culturels ; et d'accompagner les porteurs de projets dans la recherche de financements au niveau des banques et autres établissements financiers.

Le Directeur général de l'APEC précise qu'à travers ces objectifs, ils ont essayé de traduire en activités certaines préoccupations telles que la formation professionnelle : « Nous avons démarré en 2011 cette formation. En 2012, nous avons réalisé cinq sessions de formation à l'intention des entrepreneurs culturels et du personnel de l'APEC. Dans le domaine de l'accompagnement technique, nous avons accompagné dix porteurs de projets tout au long de l'année. Actuellement nous sommes vers la fin du processus, et d'ici fin décembre, les dix projets qui ont été élaborés et accompagnés par l'APEC, vont être transmis au niveau des banques pour financement. Dans le cadre du partenariat stratégique, l'APEC, grâce à ses efforts, a abouti à travers le ministère de la Jeunesse des Sports et de la Culture, à la signature de deux conventions avec l'UNESCO et l'OIF.
Dans le cadre de l'accès des entreprises culturelles au Niger, nous sommes entrain d'élaborer un projet d'organisation de la première foire des entreprises culturelles au Niger qui aura lieu en 2013. Nous avons également organisé des conférences, et bien d'autres activités de communication », a indiqué M. Oumarou Moussa. Dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de l'UNESCO sur la diversité des expressions culturelles, qui est un document approuvé par l'institution internationale en 2005, et que le gouvernement du Niger a signé et ratifié, M. Oumarou Moussa a précisé « q'une mission d'assistance technique composée d'experts de l'UNESCO séjourne régulièrement au Niger depuis trois mois. Suite à cette ratification, le gouvernement du Niger s'est engagé à poursuivre des politiques culturelles ayant un compromis avec le développement. Grâce à cette ratification il peut bénéficier d'un soutien international pour sa mise en œuvre.

Cette convention parle de l'importance de la diversité culturelle qui existe dans chaque Etat, et qu'il doit y avoir des politiques de protection et de promotion de cette diversité afin d'assurer que la population ait accès aux biens culturels et qu'elle puisse tirer profit de la diversité des expressions culturelles telles que la production d'éditorial, la production audio visuelle, la production musicale, la production de mode, pour générer de l'emploi et de la richesse ».
Selon l'expert Jordi Balta la convention sur la diversité des expressions culturelles est liée de très près à l'affirmation des industries culturelles. « Et les industries culturelles sont les secteurs de production liés au contenu de nature artistique ou créatif mais qui sont produit à travers des processus industriels de production et reproduction, distribution etc. », a-t-il ajouté. Quant à M. Francisco D'Almeida, il a indiqué que depuis plusieurs décennies, les moyens de communications de masse, que sont la radio, la télévision, et l'industrie de la musique, marquent une tendance à la hausse continue. Il relève que « dans les échanges, il y a de plus en plus de contenu de films qui sont diffusés internationalement. Un groupe du Niger qui fait une très bonne musique ou un cinéaste du Niger qui fait un film remarquable ; ce film peut être diffusé en Corée, au Japon ou en Australie ou ailleurs grâce aux médias. Donc ce secteur de la vie culturelle de toutes les sociétés a pris une importance croissante qui a été prise en compte dans l'activité de tous les Etats dans le cadre de leurs politiques culturelles, et en premier lieu de l'UNESCO qui est l'agence des Nations Unies chargée des questions d'éducation de sciences et de cultures. » Par industries culturelles, il faut entendre des domaines comme le cinéma, le livre, la musique enregistrée, etc., qui font l'objet de reproduction en grande quantité et qui ont besoin d'un grand marché pour pouvoir rentabiliser l'investissement.
Selon M. Francisco D'Almeida, ces industries ont pour particularité de donner lieu à la production de service : Un journal, c'est un service ; une radio, c'est un service ; une chaîne de télévision, c'est un service qui diffuse des contenus qui portent l'identité d'un pays. C'est extrêmement important, pour d'abord permettre à une population de se reconnaître dans ces récits, dans ces images, d'entendre parler de soi, de se raconter nos histoires. Deuxièmement a-t-il poursuivi, cela crée des économies et des emplois. Cela crée des emplois non seulement pour les filières elles mêmes, mais pour d'autres filières encore. C'est ce qu'on appelle l'effet secondaire, l'effet tertiaire ; et il y a même un effet quaternaire ; parce que ce sont des secteurs dont l'activité à une incidence sur d'autres secteurs économiques. M. Franscico D'Almeida a conclu en disant que des études économiques ont montré que ce sont là des secteurs qui ont un impact économique très fort en terme de nombre d'emplois créés, et en terme de contributions à la balance commerciale. L'APEC entend bien œuvrer dans ce sens, en faisant des industries culturelles de véritables moyens de lutte contre le chômage et la pauvreté. Pour cela, elle a en perspective un programme d'activités bien étoffé, qu'elle va dérouler dans les semaines et mois à venir pour le rayonnement du Niger à travers son industrie culturelle.

Culture

Remise du prix de l'espoir du Festival de Films Documentaires de Blitta (FESDOB 2014) : Le film ''La merveilleuse et mys…

Remise du prix de l'espoir du Festival de Films Documentaires de Blitta (FESDOB 2014) : Le film ''La merveilleuse et mystérieuse croix d'Agadez'' primé lors du FESDOB

Du 6 au 9 novembre 2014, s'est tenu à Lomé, le Festival de Films Documentaires de Blitta (FESDOB) qui a eu pour thème : « rôle du film documentaire dans la réalisation des OMD». Le Niger qui était représenté à cette rencontre culturelle régionale par une étudiante en journalisme de l'IFTIC, Mme Charifatou Paraiso a remporté le prix de l'espoir du documentaire court métrage. C'est un film documentaire de 13mn intitulé, ''la merveilleuse ...

Festivals de Films de Yaoundé (Cameroun) et de Toronto (Canada) : Etudiants en films documentaires, à vos marques !

Festivals de Films de Yaoundé (Cameroun) et de Toronto (Canada) : Etudiants en films documentaires, à vos marques !

Il se passe beaucoup de choses sur le plan cinématographique hors de nos frontières. Fort heureusement, nous pouvons participer et même briller à plusieurs festivals de cinéma comme ceux de Yaoundé au Cameroun et de Toronto au Canada. De quoi s'agit-il ? Passons en revue ces deux rendez-vous.La capitale camerounaise, Yaoundé, accueillera, du 15 au 18 avril 2015, la 2ème édition de son Festival Panafricain de Films École. Les œuvres pouv...

Culture : La Fabrique des Cinémas du monde lance un Appel à films

Dans le cadre des préparatifs de l'édition 2015 du célèbre festival de Cannes, la Fabrique des cinémas du monde vient de lancer un appel à candidatures pour « faire rencontrer des projets de films avec des professionnels qui pourraient les financer (coproducteurs, fonds d'aide au cinéma) ». La date limite de cet appel est le lundi 8 décembre 2014 et la Fabrique ne reçoit pas plus de 120 projets. Avis donc aux réalisateurs nigériens inté...

Vient de paraître : «Les traces de ma mémoire» de Boubacar Hama Beïdi

Vient de paraître : «Les traces de ma mémoire» de Boubacar Hama Beïdi

Le Centre Culturel Franco-Nigérien (CCFN) a servi de cadre, mercredi dernier, de cadre pour la présentation d'une œuvre autobiographique de M. Boubacar Hama Beïdi. C'est l'auteur lui-même qui a procédé à la présentation de son œuvre : « Les traces de ma mémoire » ; un livre qui retrace les souvenirs d'un instituteur nigérien. C'était en présence de sa famille, de plusieurs amis et connaissances ainsi que des promotionnaires et anciens c...

Binta Torodo : Celle qui représente fièrement le Niger à «Island Africa Talent»

Binta Torodo : Celle qui représente fièrement le Niger à «Island Africa Talent»

Lancé depuis le 24 octobre dernier, la nouvelle chaîne A+ des programmes africains du Groupe Canal Plus en Afrique sub-saharienne ne cesse de drainer son audimat. Et pour cause, avec le lancement de la chaîne, une émission hebdomadaire « Island Africa Talent », un programme de divertissement de qualité et rassembleur qui met en compétition les candidats de 12 pays. Il s'agit bien évidement d'un concours de chants dont la vocation est de...

Cérémonie de remise officielle de la parcelle destinée à la construction de la maison de l'artiste : Œuvrer pour l'épano…

Cérémonie de remise officielle de la parcelle destinée à la construction de la maison de l'artiste : Œuvrer pour l'épanouissement des acteurs culturels

Le ministre de la Culture, des Arts et des Loisirs M. Ousmane Abdou a procédé, le weekend dernier à Niamey, à la remise officielle de l'acte de cession d'une parcelle destinée à accueillir la maison de l'artiste. A travers cet acte, le ministre confirme la volonté des autorités nationales à œuvrer pour la promotion et l'épanouissement des acteurs culturels en général et des musiciens en particulier dans notre pays. Cette cérémonie s'est...

Lancement du projet « Renforcement des capacités pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel » au Niger : Valor…

Lancement du projet « Renforcement des capacités pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel » au Niger : Valorisation du patrimoine culturel immatériel

Le secrétaire général du Ministère de la Culture, des Arts et des Loisirs, M. Maï Moustapha Fernand a présidé, ce matin au Centre Culturel Oumarou Ganda, la cérémonie du lancement du projet, «Renforcement des capacités pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel » au Niger. Un projet soutenu par le Royaume d'Espagne et l'UNESCO qui vise à promouvoir et à valoriser le patrimoine culturel des pays membres de l'UNESCO. La cérémoni...

Conférence de presse au CCFN/JR sur le programme de fin d'année 2014 : Annonce des activités programmées pour la période…

Conférence de presse au CCFN/JR sur le programme de fin d'année 2014 : Annonce des activités programmées pour la période de novembre à décembre

Comme à l'accoutumée, le Centre Culturel Franco Nigérien/Jean Rouch (CCFN/JR) a organisé, une conférence de presse ce matin, pour rendre public son programme bimestriel qui sera exécuté au cours de la période de novembre à décembre 2014. Cette rencontre s'est tenue dans le grand auditorium du Centre et a été présidé par le directeur du CCFN/JR, M. Jean Paul Durin en présence de la chargée de production, conseillère artistique, Mme Pauli...

Portrait de l'artiste Yacouba Adamou alias Yac Bi : La coqueluche du public niaméen

Portrait de l'artiste Yacouba Adamou alias Yac Bi : La coqueluche du public niaméen

Yacouba Adamou, plus connu sous le sobriquet de Yac Bi, est le chanteur à la mode à Niamey. Né le 10 novembre 1989 à Niamey et son père étant décédé peu de temps après la naissance de Yac Bi, ce fut à sa mère qu'incomba l'avenir du bambin qu'elle inscrivit à l'école Bandabari 2 de la capitale. « J'ai été dégoûté par l'école lorsque, ayant été félicité pour mon admission au certificat d'études, j'appris que c'était un homonyme à moi, de ...

Festival « Adjra » ou carrefour des sonorités d'Afrique : Adjra promet de financer un clip de la chanson "Al Hadj…

Festival « Adjra » ou carrefour des sonorités d'Afrique : Adjra promet de financer un clip de la chanson "Al Hadj" de Mamane Barka

Le festival « Adjra» qui célèbre la création musicale du Bénin et d'Afrique s'est déroulé du 4 au 11 août 2014 à Sê (Bénin) situé à une cinquantaine de kilomètres de la Capitale Cotonou sur la route de la ville historique de Ouidah. Cette importante rencontre d'échanges culturels se rapportant à la musique et à l'artisanat se veut un évènement panafricain propre au rapprochement des peuples et à la promotion des traditions locales qui m...

AG/ONU

L'invité de Sahel dimanche

Audiences

Dossier

Entretien avec M. Balla Paté, président du Conseil…

Entretien avec M. Balla Paté, président du Conseil régional de Maradi : «C'est un véritable coup d'accélérateur qu'on vient de donner à l'économie régionale, voire nationale, à travers l'inauguration de ce grand marché moderne de Maradi»

M. le président, le Conseil régional est l'une des institutions les plus mal connues de la...

vendredi 14 novembre 2014

Interview de Monsieur Ayouba Moussa, président du …

Interview de Monsieur Ayouba Moussa, président du Conseil de Ville de Maradi : ''Nous sommes convaincus qu'avec ce nouveau marché, nos opérateurs économiques seront fixés à Maradi, au lieu de partir ailleurs pour s'approvisionner en marchandises qu'i

Monsieur le président, vous êtes à la tête du Conseil de ville de Maradi. Pouvez-vous nous...

vendredi 14 novembre 2014

Les avis des opérateurs économiques : Elhadj Oumar…

Les avis des opérateurs économiques : Elhadj Oumarou Laouali Gago, président du syndicat des commerçants de Maradi

''Permettez-moi, au nom de tous les opérateurs économiques de Maradi, de remercier très ch...

vendredi 14 novembre 2014

L'air du temps

La saison froide, et déjà les ennuis

La saison froide, et déjà les ennuis

Ces derniers temps, le banditisme a repris d'un cran au sein de la capitale. La semaine de...

vendredi 21 novembre 2014

Newsletter

© Le portail dynamique de l'information au Niger | conception jourdain-informatique.