Journée Internationale de la Sage-Femme Edition 2021 : Le ministre de la santé rend hommage au Sages femmes pour leur dévouement auprès des familles dans un contexte de pandémie et d’insécurité

Société
Spread the love

Sharing is caring!

A l’instar de plusieurs pays du monde, le Niger célèbre aujourd’hui 5 mai 2021 la Journée Internationale de la Sage-Femme. Le thème de cette année est « les chiffres parlent d’eux-mêmes, investissons dans les Sages-femmes». En prélude à cette journée, le ministre de la Santé publique, de la Population et des Affaires sociales Dr Idi Illiassou Mainassara a livré, hier matin, un message dans lequel il a rendu hommage à la sage-femme et a rappelé, au grand public, le précieux rôle qu’elle joue dans l’amélioration de la santé maternelle, néonatale et infantile.

Dans son message, le ministre en charge de la Santé a indiqué que le thème de cette année rappelle la nécessité de plaider en faveur des investissements dans les soins de pratique sage-femme de qualité partout dans le monde ; soins qui, selon le ministre, amélioreront de fait la santé sexuelle, reproductive, maternelle, néonatale, infantile et adolescente.

«Le thème de cette année est tout à fait opportun puisqu’il coïncide avec la sortie du rapport 2021 sur l’état de la pratique sage-femme dans le monde. Codirigé par l’UNFPA, l’OMS et l’ICM, le rapport 2021 fournit des données probantes actualisées et une analyse détaillée sur l’impact des sages-femmes dans les résultats de santé maternelle et néonatale et le retour sur investissement dans les sages-femmes», a souligné le ministre de la santé, Dr Idi Illiassou Mainassara. Selon lui, les sages-femmes jouent un rôle crucial dans l’amélioration de la qualité des soins maternels et néonatals, et dans la fin des décès maternels et néonatals évitables, ainsi que pour atteindre les ODD 3.1 (réduire le ratio de mortalité maternelle mondiale à moins de 70 pour 100.000 accouchements en vie d’ici 2030).

Aussi, a-t-il ajouté, ce thème cadre avec les objectifs du Programme de la Renaissance acte III de SE Mohamed Bazoum, Président de la République, Chef de l’Etat et de son Gouvernement. En effet, a poursuivi le ministre, il cadre aussi avec les missions de son département ministériel qui est fortement engagé dans le combat pour la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la promotion de la santé de la reproduction et le droit du couple mère enfant.

«Comme vous le savez, le grand défi reste la répartition inégale des sages-femmes. Car, ces dernières sont toujours concentrées dans les centres urbains au détriment de la zone rurale. C’est pourquoi, nous avons décidé, en collaboration avec nos partenaires sociaux de mieux repartir le personnel de santé, toutes catégories confondues», a indiqué le ministre de la Santé publique. En outre, l’amélioration de la qualité de la formation de base, la conscientisation des agents, la réglementation de la profession restent également autant de défis auxquels l’Association des sages-femmes et le Ministère s’efforcent de relever.

Le ministre de la Santé Publique, de la Population et des Affaires Sociales a saisi cette occasion pour adresser ses salutations et exprimer ses pensées à toutes les sages-femmes du Niger, particulièrement celles qui étaient restées auprès des familles nigériennes et des réfugiées dans les régions de Diffa, de Tahoua et le Nord Tillabéry en dépit de la pandémie de la Covid 19 et du  contexte sécuritaire assez difficile ces dernières années.

 Aminatou Seydou Harouna(onep)