Journée Mondiale du Développement des Compétences des Jeunes : Promouvoir les compétences et renforcer les capacités des jeunes

Société
Spread the love

Sharing is caring!

La cheffe de section d’éducation de l’Unicef par intérim, Mme Salamatou Himou, a présidé le jeudi 15 juillet dernier à Niamey, l’ouverture des travaux de la journée mondiale du développement des compétences des jeunes. L’objectif de cette rencontre est de sensibiliser les jeunes nigériens aux questions d’acquisition des compétences générales «soft skills» et les doter de compétences pour l’emploi, le travail décent et l’entreprenariat.

Dans son mot introductif, la cheffe de section d’éducation de l’Unicef par intérim Mme Salamatou Himou, a rappelé que le Niger est un pays vaste, avec 14 millions d’opportunités pour accompagner le développement du pays. Selon Mme Salamatou Hima, le pays regorge de 14 millions d’enfants et de jeunes de moins de 18 ans. Des jeunes qui ont des souhaits et des rêves pour eux-mêmes, leurs familles et aussi leur pays.

Elle a également indiqué que, plus de 50% des enfants d’âge scolaire n’ont pas la chance d’aller à l’école et d’acquérir les compétences nécessaires pour saisir les opportunités de changer leur vie et le futur de leur pays.

Mme Salamatou Himoua par la suite expliqué que des chiffres et des conclusions du rapport de l’étude sur les enfants et les adolescents en dehors de l’école (EADE) menée en 2018 font ressortir que 53% d’enfants âgés de 7 à 16 ans sont déscolarisés. Aussi, ajoute-t-elle, les disparités se présentent en défaveur des enfants ruraux dont 60% sont en dehors de l’école, ainsi que des filles dont 56% ne fréquentent pas l’école.

La situation est inquiétante déplore Mme Salamatou Himou, surtout au regard de la croissance démographique qui constitue une entrave substantielle à la progression des taux de scolarité. Pour elle, dans un pays comme le Niger dont la population est composée de 60% des jeunes, la seule et ferme volonté est d’apporter le renouveau qui constitue une grande partie de la solution et aussi la qualité des compétences de ces derniers.

Farida Ibrahim Assoumane(onep)