L’air du temps : Actes de barbarie à Tillia et à Banibangou

L'air du temps
Spread the love

Sharing is caring!

Alors que l’émotion restait encore bouillante dans le cœur des Nigériens à la suite de la cruelle attaque perpétrée, le lundi 15 mars 2021, dans la zone de Banibangou (région de Tillabéri) où 58 innocents ont été sélectionnés, puis froidement abattus, une autre tragédie encore plus poignante survint, la même semaine le dimanche 21 mars dernier, dans la zone de Tillia, dans la région de Tahoua. Là aussi, l’ombre de la mort a plané dans le ciel de la contrée, plongeant ainsi le Niger entier dans une profonde consternation doublée d’indignation.

En effet, les faits tels qu’ils se sont déroulés dans les vastes terres arides de la zone Tillia dépassent l’entendement : alors que les paisibles éleveurs vaquaient à leurs occupations en toute quiétude, une horde de motards armés jusqu’aux dents, tels ces ténébreux personnages qu’on voit dans les films de la série ‘’Mad Max’’, surgit de nulle part en assombrissant l’horizon, tant ils étaient nombreux et hargneux. La suite, on la connait ! Tirant sur tout ce qui bouge, les assaillants prirent les nomades sans défense dans leur viseur, les abattant lâchement et sans faire de quartier entre les adultes, les enfants et les vieillards. Ils ont osé le faire dans plusieurs campements nomades, dans les localités d’Intazayene, de Woursanat et de Bakorat. Le bilan officiel donne 137 morts et plusieurs troupeaux de bétail emportés (d’autres sources parlent de plus de 200 morts). Quoi qu’il en soit, ce fut un vrai massacre. Un carnage de plus !…

La question que tout le monde se pose aujourd’hui, c’est de savoir quelle est la motivation profonde de ces terroristes qui, ces derniers temps, ont décidé de tourner leurs armes contre les populations civiles. Deux choses l’une : soit, les pseudo-djihadistes, après s’être heurtés à la bravoure et à la puissance de feu de nos vaillantes forces de défense et de sécurité, ont décidé de se tourner vers les civils qui sont des cibles plus faciles ; soit, ils se sont transformés en vulgaires bandits dont la seule motivation est de tuer les paysans et les nomades pour s’accaparer de leurs biens. L’attaque de Tillia, à l’issue de laquelle plusieurs milliers de têtes de bétail ont été emportés, tend à prouver une telle hypothèse.

Mais l’on peut aussi soupçonner quelques velléités de prospection de nouveaux espaces de prédilection dans un contexte où la zone dite des ‘’trois frontières’’ est en passe de devenir une citadelle imprenable, avec le déploiement massif des forces du G5 Sahel soutenues par le ‘’féroce’’ contingent tchadien qui vient de s’installer dans la zone de Téra. Dans un cas, comme dans l’autre, ces récents actes de barbarie perpétrés contre des civils sans défense, résonnent comme des actes de désespoir. Et, parce que ce sont des civils innocents qui périssent, ces actes ignobles ne feront que conduire ces ‘’zombies’’ vers une fin rapide et inexorable de leur aventure.

Assane Soumana(onep)