L’air du temps : Cérémonies funéraires à Niamey : ces dépenses qui accablent

L'air du temps
Spread the love

Sharing is caring!

A Niamey comme dans beaucoup d’autres  villes du Niger, difficile  aujourd’hui de faire la différence entre une cérémonie  de baptême ou de mariage et une cérémonie funéraire. Dans les deux cas, on prépare abondamment  à manger et pas n’importe quels mets. On mange, on boit,  on cause de tout et de rien pendant des heures  sous des bâches soigneusement installées à cet effet. Cela  se comprend aisément quand il s’agit de célébrer  un mariage ou de  baptiser un nouveau-né. Mais de plus en plus, ces ‘’bamboulas’’sont en train d’être organisés aussi lors des cérémonies funéraires.  Malgré les prêches, on constate en effet que le phénomène prend de l’ampleur à Niamey. Pire, il attriste davantage les personnes frappées par le deuil  qui, outre la perte de leur parent, sont contraintes de faire des dépenses souvent exorbitantes pour acheter de la nourriture aux visiteurs. Avec les différents mets ainsi que les boissons préparés et distribués en guise de petit déjeuner, de déjeuner et même de dîner, beaucoup trouvent une belle occasion pour se…gaver. Où est la compassion ? S’en suivent les interminables causeries sur tous les sujets sauf celui relatif à la nouvelle situation de la personne qui vient de quitter ce bas monde. Rarement des pensées pour elle ou pour soi-même puisque toute âme goûtera incontestablement à la mort.

Fatouma Idé(onep)