L’air du temps : Ces actes qui trahissent la mémoire d’Houphouët-boigny

L'air du temps
Spread the love

Sharing is caring!

Décidément, la bêtise humaine est sans limite. Il a suffi d’un simple fake-news, une vidéo bêtement remise au jour et sortie de son contexte, pour réveiller les démons de la violence dans les rues d’Abidjan. Le coup d’envoi de ce qu’on peut appeler ‘’la chasse aux nigériens’’ est parti du quartier Abobo, fief des ténébreux ‘’microbes’’, ces jeunes loubards à la machette facile, pour se répandre dans d’autres quartiers d’Abidjan, comme Yopougon, Angré, Riviera 2, Anono, ainsi dans d’autres villes comme Anyama et Daloa, etc.

La personne (une dame, semble-t-il) qui a pris sur elle la responsabilité de s’adonner à la mauvaise manipulation de cette monstrueuse vidéo est sans doute une adepte de…Lucifer ! Comme diraient les Ivoiriens, ‘’Dieu est Grand, mais le diable n’est pas petit’’. En soutenant, à tort, mais mordicus que les bourreaux qu’on voit sur la vidéo en question sont des soldats nigériens et que leurs victimes ne sont autres que des ressortissants ivoiriens lancés sur les routes de l’émigration via le Sahara nigérien, cette dame était manifestement animée d’une volonté diabolique de livrer les ressortissants nigériens vivant en Côte d’Ivoire à la vindicte populaire. Et voilà, elle a semé la zizanie avec les graines de la haine et de la xénophobie et elle a récolté la violence aveugle.

Le temps d’une folie vengeresse, avant de réaliser que nous sommes dans le scénario d’un gros mensonge, comme on en trouve à foison sur les réseaux sociaux, le mal est déjà fait : plusieurs nigériens grièvement blessés et d’importants biens matériels vandalisés ou détruits ! Sans compter les immenses traumatismes…

Ces actes sont d’une gravité inouïe ! D’autant plus que ça se passe en Côte d’Ivoire, le pays de Feu Félix Houphouët-boigny. Ce dernier, c’est le cas de le rappeler, a eu le mérite de bâtir la Nation ivoirienne sur le piédestal de la paix, de la fraternité et de la solidarité entre les ivoiriens eux-mêmes, mais également avec les autres fils d’Afrique. Inspiré par le grand rêve panafricaniste de son époque, et profondément imbibé et respectueux des valeurs de la légendaire hospitalité africaine qui veut que l’étranger soit toujours traité et adulé comme un roi, le Père fondateur de la Côte d’Ivoire a su faire de son pays cette paisible terre d’accueil devenue la destination de choix pour les ressortissants des pays d’Afrique. Avec toute cette flambée de violence contre la communauté nigérienne, en cette journée fatidique du mercredi 19 mai 2021, on peut être sûr que ‘’le Vieux’’ s’est mille fois retourné dans sa tombe, tant ces exactions trahissent sa mémoire, lui qui a toujours été soucieux d’inculquer au peuple ivoirien des valeurs et des idéaux qui placent la paix et la fraternité entre les hommes au-dessus de tout. 

Quel gâchis ! Entre Ivoiriens et Nigériens, cela n’aurait jamais pu arriver. Car, en vérité, les deux peuples partagent la même aspiration à vivre ensemble dans la paix. Ce qui fait qu’en Côte d’Ivoire, tout comme au Niger, ils ont toujours vécu en parfaite symbiose, dans la fraternité et le respect mutuel.

Assane Soumana(onep)