L’air du temps : Parcours du combattant pour les parents d’élèves

L'air du temps

Depuis quelques jours, l’on peut observer une ambiance de branle-bas général autour des librairies, des stands de vente de sacs et autres fournitures scolaires, ainsi que des écoles. Quoi  de plus normal ? Nous sommes à la veille de la rentrée des classes. L’affluence est surtout apparente au niveau des établissements privés où les parents se bousculent aux portions pour chercher à caser leurs progénitures.

Dans certains établissements, sans doute pour  monter la surenchère, on vous dira que les classes convoitées ont déjà fait le plein des effectifs. Il faudra alors pour les parents engager d’abord des négociations, prier et supplier s’il faut afin d’obtenir l’accord de principe. Ensuite on peut aborder la question la plus cruciale, celle se rapportant aux charges à supporter : il y a d’abord les frais d’inscription, les frais de la tenue scolaire, les lots de fournitures à acheter, et le ‘’plat de résistance’’ qui est le versement des frais scolaires !

Et c’est loin d’être terminé. Car, il y a aussi les exigences des enfants qui aspirent à vivre en toute beauté ces instants de retrouvailles avec les amis. Et pour ça aussi, il faut encore mettre la main à la poche : habits,  chaussures, sacs et autres gadgets, tous de bonne qualité ! Dans certains cas, l’achat des moyens de locomotion (vélo, moto et même voiture) s’imposent aux parents ne pouvant pas assurer, pour des raisons de contrainte ou par simple convenance, la rude corvée du transport des élèves à l’école. Pour les plus nantis, l’achat d’une moto ou d’une voiture pour faciliter le trajet qui mène à l’école à leur progéniture relève du simple goût du prestige.

Avec tout ce cortège de dépenses, vous comprenez bien que, ces derniers temps, l’atmosphère est chargée de pesanteurs pour les pères de famille pris dans les tourbillons des dépenses liées aux préparatifs de la rentrée scolaire. Et, la particularité de ces dépenses, c’est qu’elles sont diverses, coûteuses, incompressibles et doivent être payées en cash et sans délai. Assurément, un motif réel de stress pour les pères et mères de famille dont les revenus sont limités. Pour ces derniers, la rentrée des classes s’apparente à une épreuve du parcours du combattant, voire une sorte d’examen de passage…

Assane Soumana(onep)