Lancement conjoint hier du Plan de Soutien et du Plan de Réponse  Humanitaire 2020 pour le Niger : Des outils de planification stratégique pour atténuer les souffrances des populations vulnérables

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Premier ministre Chef du Gouvernement SE Brigi Rafini a présidé, hier matin dans la Salle des Banquets de la Primature, la cérémonie de lancement conjoint du Plan de Réponse Humanitaire et du Plan de Soutien du Gouvernement du Niger pour l’année 2020. C’était en présence des membres du gouvernement, et des partenaires techniques et financiers.

 

Dans son mot introductif (dont nous publions l’intégralité en page 3), le Premier ministre, Chef du gouvernement SE Brigi Rafini a déclaré que «pour répondre efficacement à l’ensemble de ces défis, il faut plus que de la volonté; nous aurons besoin d’engagement à la hauteur de l’ampleur des défis; des engagements qui se traduisent de façon concrète sur le terrain».

Auparavant, le ministre de l’Action Humanitaire et de la Gestion des Catastrophes M. Laouan Magagi a rappelé que chaque année, le gouvernement élabore un plan de soutien pour aider les populations vulnérables du pays à l’issue de l’évaluation finale de la campagne agro-sylvo-pastorale et halieutique du pays. Parallèlement la communauté humanitaire quant à elle présente le plan de réponse humanitaire du pays. L’année 2019-2020 est caractérisée par une campagne agro-sylvo-pastorale morose due à la sécheresse dans certaines localités ainsi que les inondations. Selon le ministre de l’Action humanitaire, notre pays a connu cette année deux crues exceptionnelles notamment celle du fleuve Niger et celle de la Komadougou Yobé. Face à cette situation, le Chef de l’Etat a instruit le gouvernement en vue d’élaborer un plan intérimaire d’urgence allant du mois de Novembre à Mars pour que cette situation exceptionnelle soit prise en charge.

Ce sont près de 20 milliards qui ont été programmés dont près de 10 milliards 140 millions programmés en urgence pour la région de Diffa. Le ministre Laouan Magagi. a, par ailleurs, notifié que la loi de finances 2019 a été rectifiée pour tenir compte de cette préoccupation. A cet effet 2,6 milliards relevant des efforts propres du gouvernement ont été mobilisés pour faire face à cette situation. Cela a permis dit-il, de contenir la situation.

Pour sa part, le Coordonnateur humanitaire par intérim Mme Alessandra Morelli a indiqué qu’en 2019, les financements humanitaires obtenus ont atteint 59% de fonds requis contre une moyenne de 53% pour l’ensemble des pays du Sahel au cours de trois dernières années à savoir 2017, 2018, 2019. C’est dire qu’il est observé une tendance à la baisse des financements au cours de ces trois dernières années. «Dans un contexte comme celui du Niger où les besoins sont en constante augmentation, cette réduction de financement nous pousse à appeler à la générosité des bailleurs de fonds bi et multilatéraux afin que ceux-ci redoublent d’efforts pour financer les projets humanitaires du plan de réponse humanitaire 2020» a-t-elle déclaré avant de mentionner que des ressources à la hauteur des fonds requis pour financer le plan de réponse humanitaire 2020 seront nécessaires pour contribuer à alléger les souffrances des populations qui sont dans le besoin d’assistance humanitaire, installées dans les zones affectées par la crise.

En outre, Mme Alessandra Morelli a souligné que le Plan de Réponse Humanitaire qui vient d’être lancé compte au total 156 projets pour 2020 contre 209 projets en 2019 pour un budget total requis et réajusté précisément à 399.985.185 millions de dollars US contre 383 millions de dollars US en 2019, soit une hausse de 39%. La Coordonnatrice humanitaire par intérim a notifié que ce plan vise à venir en aide  à 3,2 millions de personnes dans le besoin en 2020 contre 2,3 millions en 2019. Ce chiffre, précise-t-elle prend en compte les personnes déplacées internes, les retournées, les réfugiées, les personnes vulnérables vivant au sein des communautés hôtes ainsi que d’autres populations vulnérables. Mme Alessandra Morelli devait ajouter que la mise en œuvre des activités prévues dans ce plan de réponse dépendra en grande partie  de la situation sécuritaire dans les zones d’intervention.

Quant au Chef de la section politique de la Délégation de l’Union Européenne au Niger M. Olai Voionmaa, il a souligné que dans la situation actuelle, il est important  de préserver l’accès des populations les plus vulnérables aux services sociaux de base et à l’assistance humanitaire malgré un environnement sécuritaire complexe. Il a indiqué que les besoins alimentaires, nutritionnels et humanitaires ont augmenté. «Avec ces besoins et dans le contexte actuel fragile dans certaines régions nous devons rester vigilants sur les modalités de mise en œuvre qui doivent innover. Innover, sur le plan de la qualité et du délai de la réponse alimentaire et nutritionnelle apportée, sur l’efficience de l’assistance, sur la veille continue des contextes les plus fragiles pour ne pas laisser des personnes pour compte» a-t-il notifié.

Laouali Souleymane(onep)