Lancement de la deuxième édition du prix ‘’Goni’’ au ministère de l’Elevage : Célébrer l’excellence pour une meilleure délivrance des services publics

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Après le ministère de l’Hydraulique et de l’assainissement ainsi que celui de l’Environnement et de la lutte contre la désertification, la deuxième édition du prix ‘’Goni’’ au profit des directeurs généraux et centraux a été lancé le jeudi 2 juin 2022, dans l’après-midi, au ministère de l’Elevage. Cette initiative qui émane du Haut commissariat à la modernisation de l’Etat (sur financement de l’Agence française de développement, AFD) a pour objectif de contribuer au développement des compétences managériales des principaux responsables de l’administration nigérienne. La cérémonie de lancement a été présidée par le Secrétaire général du ministère de l’Elevage, M. Diamatou Boukary en présence du Haut commissaire à la modernisation de l’Etat,  M. Amadou Saley Oumarou.

Le Goni vise à accompagner les ministères techniques et les institutions de l’Etat pour assurer efficacement leur rôle de délivrance de services publics. Dans le mot de lancement qu’il a prononcé, le Secrétaire général du ministère de l’Elevage a souligné l’importance que revêt une telle initiative pour le ministère et cela notamment dans le cadre de sa contribution dans la mise en œuvre de l’initiative 3N. En effet, a expliqué M. Diamatou Boukary, pour le ministère de l’Elevage, il s’agit au regard de l’expérience tirée de la mise en œuvre de l’initiative 3N pour la dernière décennie passée, de mettre à l’échelle les bonnes pratiques et de nouvelles initiatives avec un accent particulier sur le développement des chaines de valeur d’élevage.

A cet effet, a poursuivi le SG du ministère de l’Elevage, les principaux axes stratégiques de la politique en matière d’élevage visent l’augmentation de la productivité des

systèmes de productions animales, à travers la mise en œuvre de trois programmes majeurs notamment le programme lait, le programme bétail, viande, cuirs et peaux  et enfin le programme avicole et pintade. Et les résultats attendus de ces programmes, a dit M. Diamatou Boukary, ne peuvent être atteints que si le ministère dispose des ressources humaines, financières et matérielles conséquentes. «Cependant, a-t-il reconnu, l’utilisation des ressources financières et matérielles ne sera efficace et efficiente que si les ressources humaines disposent des compétences techniques et managériales à même de mieux les valoriser».

C’est pourquoi, a-t-il ajouté, le ministère de l’Elevage accueille avec enthousiasme cette initiative du prix ‘’Goni’’, qui loin d’être une compétition, va permettre de créer les conditions de la culture de l’excellence au sein des institutions publiques en général et du ministère de l’Elevage en particulier pour une meilleure délivrance des services publics. M. Diamatou Boukary a par conséquent demandé aux directeurs généraux concernés par cet exercice et au-delà, à l’ensemble de leurs collaborateurs de travailler en étroite collaboration avec le cabinet leader d’Afrique (cabinet en charge de l’organisation) afin que l’exercice se déroule dans les meilleures conditions. M. Diamatou Boukary a enfin assuré que des dispositions idoines seront prises pour accompagner le processus.

Pour sa part, le Haut commissaire à la modernisation de l’Etat a expliqué qu’à travers cette activité, il s’agit de célébrer l’excellence. «Nous œuvrons pour un changement positif. C’est pourquoi nous allons nous arrêter et essayer de mener une petite évaluation qui va permettre en 2 à 3 semaines de désigner le meilleur manager au niveau des directeurs généraux, le meilleur manager au niveau des directeurs centraux et des directeurs techniques», a précisé M. Amadou Saley Oumarou.

 Rahila Tagou(onep)