Lancement des activités d’urgence agricoles des projets de la FAO dans la région de Maradi : Des semences et des aliments de bétail vendus à prix modérés aux agriculteurs et aux éleveurs

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Le Secrétaire général du gouvernorat de Maradi, M. Sani Sanoussi a procédé samedi 11 juillet dernier à Guidan Roumdji, au lancement  des activités d’urgence agricoles et de réponse à la soudure pastorale des projets de la FAO dans la région de Maradi. Il s’agit entre autres de la distribution des semences améliorées à haut rendement de mil et de niébé ; la distribution des semences de Maïs et de légumes pour les cultures irriguées ; la distribution d’aliments pour bétail composé de son de blé et les opérations d’embouche ovine et bovine.

La FAO avec l’appui de ses partenaires, lance en ce mois de juillet 2020 plusieurs projets pour permettre aux agriculteurs et aux éleveurs de poursuivre leurs activités de production pendant la campagne agricole et pastorale 2020. Pour la région de Maradi, il s’agit du projet Appui à la préservation des moyens de subsistance des ménages ruraux vulnérables en situation d’urgence» financé par les fonds CERF des Nations unies  et le projet «Appui d’urgence aux ménages vulnérables affectés par les inondations, le déficit fourrager et céréalier et la crise sécuritaire au Niger en 2019» financé par la FAO.

L’activité de Guidan Roumdji marque le début de l’opération de vente d’aliment bétail à un prix relativement subventionné. Il s’agit de la vente du son de blé  à 4.000 FCFA le sac, alors qu’actuellement sur le marché son prix est de 9.000 à 9500 FCFA. Le secrétaire général du Gouvernorat de Maradi a indiqué à cette occasion que ces actions interviennent dans un contexte où la région fait face à des défis limitant les populations à accroitre leurs productions agricoles et pastorales. «Dans cette optique, l’Etat et ses partenaires sont déjà engagés dans des actions visant à créer les conditions d’un développement agricole durable dans cette région qui renferme abondamment de potentialités », a-t-il dit. M. Sani Sanoussi a aussi souligné que ces activités permettront d’assister des milliers de personnes qui peinent à s’approvisionner en  intrants agricoles et pastoraux de qualité. Il s’est réjoui de constater que ces interventions de la FAO correspondent parfaitement aux objectifs visés par l’initiative Les Nigériens Nourrissent les nigériens prise par le Président de la République. Il a enfin demandé à tous les acteurs et les concernés de soutenir cette initiative.

Le chef sous-bureau FAO-Maradi, M. Adamou Mahamane, a rappelé que de par son mandat, la FAO apporte toujours un soutien au Gouvernement nigérien dans ses multiples efforts d’aider les populations vulnérables en périodes particulièrement difficiles telles que les inondations, les sécheresses, les chocs récurrents et autres crises diverses afin de leur permettre de surmonter les épreuves et de construire leur résilience. Il a indiqué que son institution met en œuvre dans la région de Maradi plusieurs projets dans les domaines des urgences, de résilience et de développement rural pour contribuer à l’atteinte de l’objectif faim zéro d’ici 2030. M. Adamou Mahamane a souligné que la FAO a mis 60 tonnes de semences de mil, 33 tonnes de semences du maïs et 30 tonnes de Niébé à la disposition des communes de Chadakori, Sabon Machi, Dan Goulbi, Birnin Lallé et Tchadoua au profit de plus de 6500 ménages d’agriculteurs vulnérables. Sur le plan pastoral, ce sont 340 tonnes d’aliments pour bétail qui sont livrés dans les communes de Guidan Roumdji, Bermo, Gadabeiji, Azagor et Madarounfa touchant plus de 2500 ménages pastoraux, avec les financements du fonds CERF/UN et de la FAO. Il a enfin remercié le gouvernement du Niger pour son soutien permanent à la FAO.

Cette vente à prix modéré d’aliment bétail constitue à n’en point douter un ballon d’oxygène pour les bénéficiaires qui, il y a quelques jours, ne savaient plus à quel saint se vouer. Pour l’un d’eux, M. Saidou Ada, cette activité vient à point nommé car elle intervient à un moment difficile pour eux et leur bétail. «Nous nous approvisionnons sur le marché où nous faisons face à toute sorte de spéculation. Nous achetons le sac à 9500 FCFA et aujourd’hui je viens de payer le sac à 4000 f. On ne peut que se réjouir parce que cette action nous permettra de traverser cette période de soudure sans trop de difficulté» a-t-il soutenu. Pour Mme Habsou Idi, cette opération est salvatrice. «Beaucoup d’éleveurs tireront profit de cette opération à coup sûr. J’attire l’attention de certaines femmes de ne pas revendre cet aliment bétail aux spéculateurs qui les reverseront sur le marché. C’est une aubaine, nous devront en profiter», a-t-elle averti.

 

Tiémogo Amadou ANP-ONEP Maradi