Le Chef de l’Etat a pris part au Sommet de la CEDEAO sur le Mali, à Accra (Ghana) : La CEDEAO maintient son exigence sur la nomination d’un président et d’un Premier ministre civils à la tête de la transition au Mali

Politique
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SEM Issoufou Mahamadou, a regagné Niamey, hier mardi15 septembre 2020, en début de soirée, de retour d’Accra, au Ghana, où il a participé à une réunion consultative de la CEDEAO sur la situation politique au Mali.

Cette rencontre a été présidée par le Président du Ghana, Président en exercice de la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’organisation régionale, S.E.M. Nana Addo Dankwa Akufo-Addo. Cette conférence fait suite au 57ème Sommet ordinaire tenu le lundi 7 septembre dernier à Niamey, sous la présidence de SEM Issoufou Mahamadou, Président en exercice sortant de la CEDEAO.

A Niamey, rappelle-t-on, la Conférence a réaffirmé sa détermination à assurer un retour rapide à l’ordre constitutionnel au Mali, avec «une transition politique dirigée par un Président et un Premier ministre civils pour une période de douze (12) mois.»

 

La Conférence de Niamey avait maintenu l’ensemble des décisions prises lors de son Sommet extraordinaire tenu le 28 août 2020 et demandé que « le Président et le Premier ministre de la transition, tous deux civils, soient désignés au plus tard le 15 septembre 2020. »

Outre les présidents du Niger et du Ghana, six autres dirigeants ouest africains ont pris part à cette conférence d’Accra. Il s’agit des Présidents du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire,  de la Guinée Conakry, du Sénégal et du Togo et du Vice-Président du Nigéria. La réunion qui s’était tenue à huis clos, n’a pas été sanctionnée par un communiqué.

Répondant à la presse nationale, le Ministre des Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur, M. Kalla Ankouraou, a souligné que cette rencontre était importante après le dialogue (qui avait réuni toutes les forces vives du Mali) que la junte avait convoqué et dirigé le weekend dernier à Bamako.

Les débats ‘’intenses’’ ont permis de convaincre les responsables de la junte, qu’il faut absolument tenir compte des décisions du Sommet de la CEDEAO, a dit M. Kalla Ankouraoua. « Nous avons, en définitive, constaté que les décisions prises par le Dialogue malien sont assez proches de celles  de la CEDEAO. Nous avons insisté pour que les dirigeants délégués par la junte à cette rencontre puissent faire le nécessaire encore, pour convaincre l’opinion malienne et surtout les membres de la junte à faciliter la tâche à la CEDEAO », a indiqué le ministre.

«Nous pensons que ce sommet, le 5ème du genre que tient la CEDEAO sur le Mali, va être le dernier parce qu’il ne restait qu’un seul point (sur la direction de la transition) par rapport auquel la junte a demandé de lui donner le temps d’aller faire un briefing, un compte rendu aux autres acteurs maliens. Ils ont demandé à ce que l’embargo soit progressivement levé, et le sommet a dit : dès demain (mercredi) minuit, l’embargo va être levé, s’ils désignent le Président de la transition et le Premier ministre (des civils) », a indiqué M. Kalla Ankouraou.

Le Chef de l’Etat était accompagné, dans ce déplacement, de M. Ouhoumoudou Mahamadou, Ministre, Directeur de Cabinet du Président de la République et M. Kalla

Ankouraou, Ministre des    Affaires Etrangères, de la Coopération, de l’Intégration Africaine et des Nigériens à l’Extérieur.

 

Abdourahmane Alilou AP/PRN