Le Chef de l’Etat a pris part, hier, à l’ouverture de la 8ème édition de l’Africa CEO Forum à Abidjan (Côte d’Ivoire) : «Nous allons continuer à nous battre, nous avons des ressources fossiles qui doivent être exploitées», a déclaré S.E. Mohamed Bazoum

Société
Spread the love

Sharing is caring!

Le Président de la République, Chef de l’Etat, S.E. Mohamed Bazoum, a regagné Niamey, hier, de retour d’Abidjan (Côte d’Ivoire) où il a pris part aux assises de la 8ème édition de l’Africa CEO Forum. Ce forum a été rehaussé par la participation de plusieurs autres Chefs d’Etat ainsi que d’environ 1.500 chefs d’entreprise, investisseurs et autres décideurs politiques. Cette édition du grand rendez-vous du secteur privé en Afrique était axé sur le thème « Souveraineté, croissance verte et transformation industrielle : les nouvelles routes de la prospérité africaine ». Aussi, le Président de la République a-t-il mis à profit l’opportunité de ce forum pour mener une action de plaidoyer en direction des investisseurs pour privilégier la destination Niger et y saisir les énormes opportunités qu’offre le pays.

En présidant l’ouverture solennelle du forum, le président ivoirien Alassane Ouattara a indiqué que l’Africa CEO Forum vise à développer de nouveaux sillons et à accélérer la transformation économique des pays africains. M. Alassane Ouattara a saisi cette opportunité pour partager sa vision sur la nécessité de construire un intérêt mutuel entre le secteur public et le privé, afin de « créer des emplois pour la jeunesse et pour la croissance des économies ». Pour le Chef de l’Etat ivoirien, le thème retenu permet également de mettre le focus sur « le rôle moteur que doit jouer le secteur privé dans le développement de l’Afrique à travers la production et la transformation locale de nos produits de première nécessité ». 

Dans l’après-midi, le Président Mohamed Bazoum a pris part au panel présidentiel en compagnie de son homologue du Sénégal et du Vice-président de la Côte d’ivoire, M. Tiémoko Meyliet Koné, ainsi que d’autres sommités. Au cours de ce panel, le Président Mohamed Bazoum, au cours d’une intervention fortement applaudie par les participants au forum, a dénoncé la ‘’punition’’ faite à l’encontre des pays africains à travers les décisions de pays occidentaux visant à mettre fin au financement de projets liés aux énergies fossiles dès cette année. «A un moment, des sociétés avaient envisagé d’exploiter le charbon du Niger. Mais avec ces mesures, il n’y a aucune banque qui est prête à s’engager, nous sommes punis», a dénoncé M. Mohamed Bazoum.

Le Chef de l’Etat a d’ailleurs rappelé que le Niger disposait d’un programme déjà prêt pour promouvoir l’exploitation de ses ressources en eau de surface et de sous-sol, mais que «la difficulté a été de disposer des ressources financières à investir». «Nous allons continuer à nous battre, nous avons des ressources fossiles qui doivent être exploitées», a-t-il ajouté. «Qu’on permette au continent africain d’exploiter ses ressources naturelles! Il est quand même inconcevable que ceux qui ont exploité pendant plus d’un siècle le pétrole et ses dérivés, empêchent les pays africains de valoriser leurs ressources», a renchéri le Président Macky Sall du Sénégal. Pour le président sénégalais, ‘’il est inconcevable que ceux qui ont exploité pendant plus d’un siècle le pétrole, le charbon et le fuel empêchent les pays africains de valoriser leurs ressources’’.

Un autre point de préoccupation soulevé au cours de ce panel, c’est la question climatique. A ce propos, SEM. Mohamed Bazouma insisté sur le rôle de la crise climatique dans la détérioration de la situation sécuritaire. Le Chef de l’Etat a par ailleurs exprimé son regret de constater que l’engagement de 100 milliards de dollars d’aides annuelles promises lors de la COP21 à Paris pour aider les pays du Sud à faire face à la crise climatique ne s’est guère matérialisé.

En définitive, au sortir de cette 8ème édition de l’Africa CEO Forum d’Abidjan, les Chefs d’État Africains ont proposé des mécanismes pour faire face aux multiples crises qui assaillent le continent.

Assane Soumana(onep)