«Le Covid-19 doit être une grande leçon pour l’ensemble du monde et pour le Niger en particulier», estime le Premier ministre S.E Brigi Rafini

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

A l’occasion de la fête de ramadan, célébrée le samedi 23 mai dernier, Des milliers de fidèles se sont rendus à la Mosquée des Grandes Prières de Niamey, et dans d’autres mosquées pour prendre part à la prière collective de ladite fête. A l’issue de cette prière, certaines personnalités dont le Premier ministre, Chef du gouvernement, S.E Brigi Rafini, le ministre d’Etat, ministre de l’Intérieur, de la Sécurité Publique, de la Décentralisation et des Affaires Coutumières et Religieuses, M. Bazoum Mohamed et le Président de la Délégation Spéciale de Niamey, M. Mamoudou Mouctar, ont livré leurs témoignages.

 

«Notre pays célèbre cette fête dans une situation particulière, pour ne pas dire exceptionnelle, suite à la pandémie du Coronavirus ou Covid-19. En dépit, de cette pandémie, très contagieuse, les Nigériens ont dans la foi, la confiance, la cohésion et le respect des mesures préventives assumé et effectué leur devoir religieux de ce mois béni de Ramadan. A cette situation s’ajoute l’insécurité, que vit notre pays depuis maintenant plusieurs années. Nous savons ce que cela nous coûte, pratiquement, chaque jour, dans certaines de nos régions. Je pense particulièrement à Diffa, à Tillabéry, à certaines localités de la région de Tahoua et de Maradi, bref partout où notre pays connaît des actes des groupes armés terroristes, qui y sèment terreur et désolation, parmi nos populations. C’est dans un tel contexte que le Ramadan 2020 s’est déroulé. Cependant, grâce à Dieu, nous voilà au terme de ce mois béni, au cours duquel, de nombreux sacrifices ont été consentis. Nous prions Allah, le Tout Puissant, le Tout Miséricordieux, pour qu’il agrée, ces sacrifices et les bonnes œuvres consenties et réalisées par tous les Nigériens et les musulmans du monde entier. Je lance un appel à la poursuite de cet esprit de cohésion, de sacrifice et d’union, surtout que les défis ne se résument pas à ce que nous avons connu, il peut y avoir d’autres défis. Seul Dieu sait à quelles épreuves nous pouvons encore faire face dans cette vie. Ainsi, nous demandons à tous les Nigériens d’être préparés et prêts à endurer tous les sacrifices, toutes les contraintes et défis, pour l’avenir. Ces contraintes que nous avons connues au cours du mois qui vient de s’achever, doivent nous enseigner la conduite à tenir. Il faut que nous soyons résilients et près à subir toutes les épreuves et à nous en sortir grâce à Dieu, puisque nous sommes Inch’Allah des bons croyants, nous savons et êtes convaincus que tout est entre les mains du Créateur, Allah, Soubaha Nahou Wa ta Allah. Le Ramadan 2020 s’est déroulé aussi au moment où nous connaissons actuellement au Niger une courbe descendante de cas positifs au virus du Coronavirus. Nous devons tout faire pour que cette courbe ne se relève et ne remonte pas. Nous devons donc continuer à maintenir toutes ces mesures de protection, tels que le port des masques, la distanciation sociale, surtout lors des prières au niveau des mosquées, le lavage des mains, qui sont utiles, nécessaires et à notre portée. Nous devons intégrer ces gestes barrières dans notre vie quotidienne. Ces gestes qui peuvent nous sauver non seulement du Covid-19 mais aussi d’autres maladies. Nous souhaitons à tous les musulmans et les non musulmans, que l’avenir soit de plus en plus favorable pour nos pratiques religieuses mais aussi pour l’amélioration des conditions de vie des Nigériens. Encore une fois, tous mes vœux de sécurité, de paix et de cohésion pour le peuple Nigérien et qu’Allah nous facilite, les jours, mois et années à venir. N’oublions surtout pas que le Covid-19 doit être une grande leçon pour l’ensemble du monde et pour le Niger en particulier, qui est un pays à faible capacité et confronté à d’autres aléas et à d’autres défis».

 

«La fin de cette maladie, va signifier aussi la reprise des activités économiques», souhaite M. Bazoum Mohamed

«Nos vœux à ce jour de fin du Ramadan, comme d’habitude, sont des vœux de bonheur, de bonne santé et de prospérité, pour le peuple du Niger, en particulier et pour la Oummah islamique en général. Cette année, le Ramadan aura été surtout marqué par la prévalence de la maladie du Covid-19. Nous mettons à profit, ce moment de piété et de prière de Idih fitr, pour formuler le vœu que Dieu mette fin à cette pandémie, ici au Niger, en Afrique et de façon générale, dans le monde. Cette maladie, de par les mesures qu’elle a imposées, aura contribué à faire dégrader l’économie de bien de pays dont le nôtre. Evidemment la fin de cette maladie, va signifier aussi la reprise des activités économiques. C’est aussi cela nos vœux les plus ardents, en plus d’une bonne saison de pluies qui s’annonce, pour qu’elle soit féconde et que les Nigériens puissent en tirer les meilleurs profits».

 

«Cette situation de baisse de nombres des cas, doit continuer mais l’attention et la prévention doivent être maintenues», suggère  M. Mamoudou Mouctar

«Nous rendons grâce à Dieu, qui nous a permis de faire ce mois béni de Ramadan mais aussi qui nous a permis de nous retrouver ensemble pour prier afin qu’il nous aide à surmonter cette pandémie, qui n’a ni traitement ni vaccin, qui assaille le monde. Sur la place de la grande Mosquée, nous avons constaté que les mesures préventives ont été observées et respectées. Nous voulons que cela soit un exemple dans toutes les mosquées et toute l’étendue du territoire national. Nous devons continuer le combat contre le covid-19, pour que très rapidement, nous puissions nous retrouver dans une vie normale, où nous allons, sans entraves, vaquer à nos occupations quotidiennes et habituelles. Malheureusement, ce n’est pas encore le cas aujourd’hui, en dépit de la baisse des cas positifs enregistrés. Cependant, nous pensons que progressivement les choses sont en train de rentrer dans l’ordre. Cette situation de baisse de nombres des cas doit continuer mais l’attention et la prévention doivent être maintenues. Cette baisse de cas positifs ne peut continuer que dans le cas où les populations continuent de respecter les mesures préventives, que le gouvernement et les responsables sanitaires ont préconisées. Je prie Allah, pour que le Ramadan prochain nous trouve dans des meilleures conditions.»

 

Mahamadou Diallo(onep)