Le Premier ministre en visite à Kouré : SE. Brigi Rafini rend hommage aux 8 victimes de l’attaque terroriste du 9 Août et préside un dialogue de haut niveau sur l’accès humanitaire au Niger

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

 

A la tête d’une importante délégation, le Premier Ministre, Chef du Gouvernement, M. Brigi Rafini, a effectué le vendredi 21 Août dernier, une visite à Kouré, localité située à une soixantaine de kilomètres de Niamey. Marquer la solidarité et apporter le soutien du Gouvernement aux populations éprouvées de cette localité par l’attaque terroriste survenue le dimanche 9 Août 2020, tel est le principal objectif de cette sortie du Premier ministre. Cette attaque, rappelle-t-on, a coûté la vie à six (6) humanitaires français de l’Ong ACTED et à leurs deux compagnons nigériens, dont le président de l’Association des Guides Touristiques pour les girafes de Kouré. Au cours de sa visite, SE Brigi Rafini a présidé, toujours à Kouré, le 1er dialogue de haut niveau sur la problématique de l’accès humanitaire au Niger. Des échanges fructueux et des recommandations pertinentes ont marqué cette rencontre.

Accompagné des Ministres en charge de l’Intérieur, de la Défense Nationale, du Tourisme et de l’Action Humanitaire, ainsi que des hauts responsables des Forces de Défense et de Sécurité, le Premier Ministre a été accueilli à son arrivée à Kouré par le Gouverneur de la Région de Tillabéry, M. Tidjani Katiella, entouré des autorités locales de Kouré. La délégation s’est ensuite rendue au village de Kouré, pour une visite de courtoisie au Chef de Canton, Amirou Mohamed Sidikou. Une fatiha a été dite pour le repos des âmes des disparus à la mosquée de vendredi de la localité. Le Chef du gouvernement a ensuite rendu une visite à la famille d’une des victimes, le défunt Kadri Abdou, de son vivant président de l’association des guides du site des girafes de Kouré, pour présenter, de vive voix, les condoléances du Président de la République, SE. Issoufou Mahamadou et celles du Gouvernement.

Enfin, la forte délégation s’est rendue sur les lieux du drame, à l’entrée de la zone des dernières girafes de l’Afrique de l’Ouest pour constater les dégâts causés par l’attaque ignoble. Sur place, la délégation a reçu d’amples explications sur les circonstances du crime crapuleux qui a été commis, il y a un peu moins de deux semaines. SE. Brigi Rafini a dit toute son amertume et la désolation du Gouvernement, avant de rassurer que des dispositions sécuritaires sont prises pour éviter ce genre de drame. Selon le Chef du Gouvernement, cette « barbarie qui s’est abattue sur les humanitaires français et leurs accompagnateurs nigériens est difficile à supporter, le Président de la République Issoufou Mahamadou en a été beaucoup affligé ». «C’est lui qui nous a demandé d’entreprendre toutes les actions de nature à créer les conditions d’un redémarrage des activités touristiques de Kouré», a ajouté le Premier ministre.

«Venir à Kouré, moins de deux semaines après l’assassinat lâche et barbare contre les humanitaires français et leurs accompagnateurs nigériens, est à mon sens un signal fort (…) de notre ferme détermination à ne pas courber l’échine devant les forces du mal», a martelé SE. Brigi Rafini, assurant que le gouvernement a «tout mis en œuvre afin que les auteurs et complices de cette attaque ignoble soient identifiés et châtiés». «Je voudrais à nouveau m’incliner devant la mémoire de ces humanitaires et de leurs accompagnateurs, victimes de la folie meurtrière des individus sans foi ni loi et prier pour le repos éternel de leurs âmes», a déclaré le Premier ministre Brigi Rafini lors d’une cérémonie organisée au cœur de la zone des girafes. «Nous sommes profondément tristes après la mort de notre collègue et des sept travailleurs de l’ONG ACTED, nous sommes tous des frères parce que nous vivons grâce aux girafes», a expliqué, quant à lui, M. Ousseini Idrissa, un des guides de la réserve des girafes.

 

Un dialogue de haut niveau pour évoquer la question de l’accès humanitaire au Niger

 

Après cette série de visites, le Premier ministre a dirigé, toujours à Kouré le 1er dialogue de haut niveau sur la problématique de l’accès humanitaire au Niger. Cette rencontre qui vise à promouvoir les actions humanitaires, dans un cadre sécurisé et de confiance, au profit des populations nigériennes, a vu la participation de tous les acteurs, dont des membres du gouvernement, des représentants de la centaine d’ONG internationales qui interviennent au Niger, ceux de l’Ambassade de France au Niger, ainsi que des responsables civils et militaires nigériens.

De nombreux participants sont intervenus, qui pour faire des constats, qui pour solliciter, encore plus l’accompagnement des Autorités pour une plus grande sécurisation et qui pour faire des propositions, des suggestions et autres recommandations. A l’issue des échanges, le Premier Ministre, Brigi Rafini, a estimé que, les discussions ont permis de contextualiser cette notion de l’accès humanitaire par rapport à la situation du Niger. «Nous sommes convenus d’un certain nombre de mécanismes et de mesures que nous allons mettre en œuvre pour que l’accès humanitaire soit effectif afin que les populations nigériennes qui sont dans le besoin soient secourues, protégées et assistées», a dit le Premier Ministre. « Les humanitaires sont des volontaires, ce sont des personnes qui se sont données pour protéger les autres. Mais pour atteindre cet objectif, il faut qu’ils soient, eux aussi, protégés », a fait remarquer le Chef du Gouvernement, précisant que le seul but de ce dialogue est de protéger et assister les populations nigériennes. Il a indiqué que la communauté humanitaire fait un investissement inestimable, avant de saluer son accompagnement dans la mise en œuvre des politiques du Niger en la matière. Il a surtout noté que « le Gouvernement du Niger a mis un point d’honneur pour que l’espace d’intervention des humanitaires soit sécurisé », soulignant toutefois qu’il faut aujourd’hui tenir compte du contexte sécuritaire. Dans ce sens, a-t-il révélé, le Niger, avec l’appui de la France, est en train de réfléchir sur l’élaboration d’une Résolution sur la protection des humanitaires à soumettre à la sanction des Nations Unies. SE. Brigi Rafini a, ensuite, rappelé que le Niger dispose déjà d’un cadre de coordination civilo-militaire qui permet une meilleure collaboration entre les humanitaires et les forces de sécurité. Le Premier ministre a aussi insisté sur la nécessité de continuer à travailler sur le triptyque paix-développement-humanitaire pour l’efficacité des actions humanitaires, insistant pour qu’il y ait une meilleure coordination avec les humanitaires en ce qu’elle peut permettre au Gouvernement du Niger de mieux rationaliser ses ressources, mais surtout de mieux protéger les humanitaires.

Quant au Coordonnateur Humanitaire par intérim, M. Attaher Maïga, il a, pour sa part, salué la symbolique de cette journée, tout en regrettant que rien ne peut justifier l’assassinat des humanitaires, ces personnes qui ont choisi de servir des populations dans le besoin. Aussi, a-t-il voulu réitérer l’engagement de la Communauté Humanitaire à poursuivre ses activités au Niger, appelant toutes les parties à jouer leur rôle. M. Maïga a ensuite tenu à féliciter le Gouvernement du Niger pour son leadership dans la promotion de l’action humanitaire, avant de faire un plaidoyer à son endroit. Selon lui, la Communauté Humanitaire, formée par quelques 173 organisations opérant au Niger, souhaite du Gouvernement qu’il replace le déplacement des humanitaires au cœur de la protection sécuritaire, tout comme il devait de partager ses activités d’assistance civile. La Communauté Humanitaire a notamment souhaité qu’un dispositif de sécurisation de l’axe Niamey-Dosso soit validé par le Gouvernement du Niger.

 

Mahamadou Diallo(Envoyé Spécial)