Le Président de la République entame une visite de travail de deux jours à Agadez : Paix, sécurité et stabilité au menu de la visite

Société

Après Diffa, la semaine dernière, où il est allé faire une évaluation de la situation sécuritaire, le Président de la République, Chef de l’État, M. Mohamed Bazoum entame, aujourd’hui jeudi 30 juin, une visite de travail de 48 h à Agadez.

Dans la capitale de l’Aïr, le Chef de l’État présidera le forum de la paix et de la cohésion sociale et une rencontre intercommunautaire axée sur les questions de Paix-Sécurité-Stabilité. Aborder cette thématique avec toutes les couches socioprofessionnelles est une tradition  pour le Chef de l’Etat qui

demeure attentif à la consolidation de la paix et au vivre-ensemble communautaire. En effet,  le Chef de l’État cultive le rapprochement des populations et la convergence des esprits pour faire du Niger un havre de paix dans la tolérance et la solidarité. 

Au cours de ce forum à Agadez, le Président de la République évoquera également la question des migrants originaires d’Afrique de l’Ouest, du Centre et de la Corne de l’Afrique puisque la cité de l’Aïr a la particularité d’être un hub des routes migratoires vers l’Afrique du Nord et l’Europe. Ceci, parce que la maitrise de ces mouvements de masse pourrait être un important facteur de paix et de stabilité dans cette région sahélienne et maghrébine en proie à des courants extrémistes.

Le Chef de l’État a initié  et encouragé les forums sur la Paix, la Sécurité et la Cohésion en rapport avec le développement durable. En tant que garant de l’unité nationale, le Président de la République se devait de lancer un appel comme à Banibangou, le 6 novembre 2021, pour que nos concitoyens ne cèdent pas à l’émotion afin de préserver la cohésion sociale.

Les autorités administratives de la région d’Agadez saluent la tenue de ce  forum qui vise à consolider les acquis en matière de paix et de sécurité. Il s’agit aussi de rassembler les nigériens derrière l’intérêt général du pays face aux menaces sécuritaires des groupes armés étrangers. La population d’Agadez attend aussi des solutions concrètes et leur mise en pratique à l’issue de ce forum de haut niveau. 

« Depuis un certain temps notre région est menacée par l’infiltration de groupes étrangers armés venus des pays voisins. Cela nous a beaucoup inquiétés», a indiqué M. Mohamed Anacko, président du conseil régional d’Agadez. Il a cependant précisé que ce ne sont pas des terroristes mais des individus qui sont dans le trafic de drogue, d’armes, etc. Il a expliqué que le groupe qui s’infiltre dans un territoire suppose une connexion locale. Pour M. Anacko, il faut que les communautés rurales dans ces espaces comprennent que l’intérêt du pays doit primer sur tout. « C’est pour cela que le Président de la République a pensé à venir à Agadez pour rencontrer ces communautés afin d’échanger avec elles sans langue de bois », a-t-il relevé.

Pour le maire de la commune  urbaine d’Agadez, M. Touraoua Abdourahamane, la tenue de ce forum en présence du Chef de l’État n’est pas fortuite. En effet, la

région d’Agadez est un carrefour entre l’Afrique subsaharienne et l’Afrique du Nord.  « Il faudra de ce fait, encourager, renforcer et consolider l’acquis sécuritaire au vu des situations actuelles qui sévissent au niveau de nos frontières. Il faudra aussi appeler les différentes communautés à plus de solidarité et de compréhension afin de consolider les acquis de paix et de sécurité dans la région d’Agadez », a souligné le maire de la commune urbaine d’Agadez, M. Touraoua Abdourahamane.

M. Mohamed Aboubacar, un habitant de la ville d’Agadez, témoigne : « nous attendons des résultats qui seront mis en pratiques à l’issue de ce forum. Nous souhaitons également  à ce que tous les engagements qui seront pris  soient mis en œuvre ».

Le président du conseil communal de la jeunesse d’Agadez, M. Wadel Boubacar,  a souhaité qu’une solution soit trouvée pour  le manque d’emplois des jeunes de la région d’Agadez à l’issue de ce forum. « Il y a eu plusieurs rencontres du genre qui n’ont pas donné de fruits.  Cette fois, nous pensons que nos attentes seront au rendez-vous à l’issue de ce forum  de haut niveau», a-t-il affirmé.

Frontalière avec la Libye et l’Algérie, la région d’Agadez est aujourd’hui sous diverses menaces dont les trafics de tout genre. On assiste aussi ces derniers temps à des saisies d’armes et de munitions par les forces  de défense et de sécurité dans cette zone du pays.

Oumar Issoufou(onep), Envoyé Spécial