Les maladies tropicales négligées :  La filariose lymphatique et le trachome

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

 

Les Maladies Tropicales Négligées (MTN) sont un groupe de 20 maladies transmissibles très répandues dans les régions  tropicales. Les populations les plus pauvres, et de ce fait les plus vulnérables,  vivant  dans les zones reculées d’Afrique, sont les plus affectées par ces maladies. Les Maladies Tropicales Négligées sont des affections qui sont dues à l’insalubrité et aux mauvaises conditions de logement et d’assainissement.  Le Niger a identifié 10 sur les 20 MTN qui sont reparties en deux groupes : à chimio thérapie préventive (CTP) et à prise en charge  des cas (PCC).

Tous les 72 districts que compte le pays  sont endémiques à au moins une MTN, selon Dr Aichatou Alfari Djibo, Coordonnatrice du Programme National de Lutte contre les MTN.  Dr Aichatou indique que les enfants constituent la frange de la population la plus exposée. Comme conséquence, elles défigurent et provoquent des handicaps, empêchant les enfants d’aller à l’école et les parents de travailler, limitant ainsi leur potentiel et laissant les habitants prisonniers de la pauvreté. Dr. Aichatou Alfari Djibo explique que les MTN sont dues à diverses causes au premier rang desquelles les parasites helminthes ou protozoaires, mais également les virus et les bactéries.

La filariose lymphatique et le trachome  sont parmi les 10 MTN identifiées au Niger qui se classent dans le groupe de chimio thérapie préventive (CTP). La

filariose lymphatique est l’une des maladies tropicales négligées, dont l’infection est due à des nématodes (vers ronds) de la famille des filarides. Ces vers filaires (qui ressemblent à des fils), sont de 3 types dont wuchereriabancrofti est responsable de 90% des cas. Cette infection se  produit lorsque les parasites filaires responsables de la maladie sont transmis à l’homme par des moustiques, provoquant ainsi des dommages non apparents dans le système lymphatique, explique la coordonnatrice nationale du programme.

Il existe un vecteur causal, indique Dr Aichatou,  le moustique y compris l’anophèle. Les micros filaires obstruent les voies lymphatiques et donnent des complications comme L’ELEPHANTIASIS et L’HYDROCELE (accumulation de

liquide dans l’enveloppe des bourses). Les manifestations visibles, douloureuses et gravement défigurantes de la maladie, à savoir le lymphœdème, l’éléphantiasis et la tuméfaction du scrotum, n’apparaissent que plus tard dans la vie et peuvent entraîner des incapacités permanentes. « Les sujets atteints ne souffrent pas uniquement d’incapacités physiques; ils sont aussi confrontés à des problèmes sociaux et financiers, qui sont autant de facteurs de stigmatisation et de pauvreté », fait-elle remarquer. Pour prévenir la filariose lymphatique, «il est impératif de lutter contre les moustiques, dormir sous moustiquaires, prendre régulièrement le traitement préventif pendant 5 à 6 ans de suite», préconise Dr Aichatou.

 

Le trachome

« Le germe responsable est le Chlamydiae trachomatis. La mouche Hydrophile est le vecteur responsable, y compris la mouche domestique », a noté Dr Aichatou Alfari Djibo. L’évolution de cette maladie, explique-t-elle, dure longtemps et peut aboutir à des complications redoutables comme : le Trichiasis, un recourbement des cils vers la cornée qu’ils peuvent opacifier entrainant de ce fait la cécité. L’infection est transmise par contact avec l’écoulement oculaire ou nasal de personnes infectées, précise-t-elle. Selon les explications de Dr. Aichatou Alfari Djibo, la prévention du trachome s’appuie sur la stratégie CHANCE, qui consiste à lutter contre les mouches, nettoyage  du visage, changement de l’environnement.  Le traitement du trachome se fait avec de la tétracycline 1%, zithromax sirop et comprimé. Il est aussi recommandé de prendre le traitement préventif pendant 3 à 5 ans de suite, conseille-t-elle.

Les interventions sur les maladies tropicales négligées couvrent les 8 régions du Niger et tous les districts du pays. Toutes les couches de la population sont ciblées en fonction de la maladie. C’est ainsi que la lutte contre les MTN fait partie des programmes prioritaires inscrits dans le Plan de Développement Sanitaire du Niger.  Cette lutte contre les MTN s’inscrit également dans l’atteinte des ODD au Niger.

 

Issoufou A. Oumar(onep)