Levée de corps de Maman Abou : Le Président Issoufou honore la mémoire du disparu

Société
Spread the love

Sharing is caring!

 

Le Président de la République, Chef de l’Etat, SE. Issoufou Mahamadou, a rendu hommage, hier matin au Palais de la Présidence de la République, à la mémoire de  Maman Abou, décédé le lundi 13 juillet 2020 à l’âge de 72 ans, des suites d’une longue maladie. M. Maman Abou était jusqu’à sa disparition, le Directeur de publication du journal hebdomadaire ‘’Le Républicain’’ et parallèlement Directeur Général de la Nouvelle Imprimerie du Niger (NIN), l’une des références dans le domaine au sein de la sous-région.

Le Haut représentant du Président de la République, SE Seïni Oumarou, le Président de l’Assemblée Nationale, SE. Ousseïni Tinni, le Premier ministre, Chef du Gouvernement, SE Brigi Rafini, des membres du Gouvernement ainsi que plusieurs autres personnalités, les membres de la famille et les amis du disparu, ont assisté à la levée du corps de feu Maman Abou.

Après la prière mortuaire dirigée par le président de l’Association Islamique du Niger, Cheikh Jibril Karanta, le Chef de l’Etat s’est incliné devant la dépouille du défunt. Par la suite, une fathia a été dite pour le repos de l’âme du disparu. Le Président de la République a ensuite présenté ses condoléances à la famille et aux proches du regretté, présents pour la circonstance.

Né en 1948 à Belbédji, Maman Abou est informaticien de formation, une carrière qu’il avait embrassée, très jeune à l’âge de 18 ans. Directeur général de l’informatique à la BIA, il démissionne pour se lancer dans l’entreprenariat en rachetant l’Imprimerie générale du Niger ; rebaptisée par la suite la NIN, et fonde le journal indépendant ‘’Le Républicain’’ en 1990, dans le vent de la Conférence nationale souveraine. Il est également propriétaire d’un réseau hôtelier présent à Maradi et à Tahoua.

Conseiller spécial du Président de la République avec rang de ministre et Grand-croix dans l’ordre national du Niger, la plus haute distinction de la République, feu Maman Abou est un défenseur de la démocratie, et l’un des membres fondateurs de l’Association nigérienne de défense des droits de l’homme (ANDDH).

Feu Maman Abou, est inhumé, hier jeudi à Belbédji, son village natal, localité située à 1. 200 km de Niamey

Issoufou A. Oumar(onep)