Littérature : La maison d’édition ‘’Les Nouvelles Editions du Sahel’’ ouvre ses portes

Culture
Spread the love

Sharing is caring!

Plusieurs acteurs culturels et littéraires venus de divers horizons se sont donnés rendez-vous dans la soirée du 30 octobre dernier, au Centre Culturel Franco-nigérien (CCFN) Jean Rouch. Une cérémonie consacrée au lancement officiel dénommée des ‘‘Nouvelles Éditions du Sahel’’ (NES). C’était donc le baptême de feu de cette maison d’édition créée et dirigée depuis octobre 2019 par Boubé Hama, un écrivain nigérien désormais connu du monde culturel.

Une cérémonie qui sera à jamais gravée dans les annales de la littérature sous régionale africaine et qui a vu la participation de plusieurs invités notamment des autorités, des écrivains, des acteurs culturels, des chefs d’établissements scolaires, des parents d’élèves, des étudiants, des parents, proches, amis et connaissances  du promoteur.

En procédant au lancement officiel de la maison d’édition, le Directeur général du Centre Culturel Franco Jean Rouch de Niamey, M. Olivier Lange a salué l’immense travail abattu par Boubou Hama, tout en rappelant au public ses nombreuses œuvres littéraires. Il a notamment félicité le Directeur général des ‘‘Nouvelles Éditions du Sahel’’, écrivain, acteur culturel et blogueur reconnu au Niger et ailleurs. «Ce n’est pas un hasard si finalement cette belle maison d’édition va prendre son envol dans la vallée de la culture qui est une zone de contacts, d’échanges essentiels entre les mots», a déclaré M. Olivier Lange.

L’invité d’honneur, M. Jules Daniel Amoussou, chef graphiste de la nouvelle maison, venu du Bénin pour la circonstance, a dressé une genèse de la nouvelle entité culturelle. Il a souligné que la création de la maison d’édition était d’abord «le rêve d’un seul homme, passionné de la littérature qui a su réunir autour de lui, des hommes autant rêveurs que lui, des hommes qui croient que l’Afrique est talentueuse…». 

Les éditions NES et l’univers littéraire nigérien au peigne fin

Le promoteur et Directeur Général de la Nouvelle Edition du sahel Boubé Hama a, dans une allocution forte et convaincante, expliqué: «En tant qu’entreprise jeune, mais pétrie de talents, brûlant de désirs de redonner à l’édition nigérienne ses lettres de noblesse, il serait criminel d’attendre de grands moyens avant de s’engager alors que les acteurs sont grandement dans le besoin. C’est pourquoi, investis d’un devoir à la fois passionnel, professionnel et patriotique, nous avions lancé la première étape qui consiste à éditer à compte d’auteur. Oui ! ‘‘Les Nouvelles Éditions du Sahel’’, entreprise régulièrement enregistrée, éditera essentiellement, en tout cas pour le moment, à compte d’auteur, et ce, avec professionnalisme. Nous nous engageons aux côtés de l’auteur pour lui permettre de donner vie à l’art qui bouillonne en lui et d’en vivre. Une chose est sûre, nous avons le désir et la détermination. Mais seuls, nous ne pourrons y arriver. Nous comptons donc sur vous pour collaborer, en faisant votre devoir patriotique, en nous confiant vos manuscrits, vos travaux éditoriaux, ne serait-ce que pour tester. Je peux vous garantir que vous serez agréablement surpris. Il vaudrait mieux que vous découvriez de vous-mêmes pour témoigner en retour».

Boubé Hama a donné l’assurance du sérieux que son équipe et lui mettront dans chaque travail éditorial. Chez les Nouvelles Éditions du Sahel, la durée maximale pour éditer un manuscrit est de trois (3) mois répartis de cette façon : deux mois d’intenses travaux de relecture, de correction et de réécriture, puis un mois de travaux de conception et d’impression. En tant que premier responsable de cette entreprise, il a toutefois précisé qu’il ne s’agit donc pas d’être pressé mais de bien faire, car il se soucie beaucoup de la qualité du livre à publier sous tous ses aspects. Mais bien plus encore, il se soucie de l’image de notre pays et de notre continent. C’est pourquoi Boubé Hama exhorte les intéressés à faire éditer leurs œuvres sur le continent africain, car le talent y est tant du côté des éditeurs que des écrivains. «C’est très important et capital pour l’émergence culturelle de l’Afrique », dit-il.

Il a lancé un plaidoyer à l’endroit des autorités et acteurs du domaine afin que le Niger puisse avoir une Bibliothèque Nationale. Selon lui, pour la survie des maisons d’édition, il est primordial et d’ailleurs capital d’avoir une Bibliothèque Nationale, car à travers cette dernière, les compétences dans le domaine se font savoir. Elle permet aussi de faire une gestion saine du Livre dans chaque pays. «Pour le moment, nous sommes contraints de nous inspirer et de nous ressourcer ailleurs. Aidez-nous à mieux faire ; aidez-nous à mieux accomplir notre devoir citoyen et patriotique», a-t-il dit avec insistance

Après les trois différentes allocutions, le Chef graphiste a procédé à la présentation d’abord des travaux de graphisme de NES. S’en est suivi l’exposé de M. Komi Tsonya, assistant du Directeur et responsable du comité de lecture Niger, pour présenter trois (3) des quatre (4) ouvrages déjà édités par la maison. M. Boubé Hama a quant à lui présenté la maison d’édition notamment la création, l’objectif, les collaborateurs et les partenaires de la chaine du livre. L’assistance a également eu droit à un mot du Directeur du comité de lecture des NES, un collaborateur de nationalité ivoirienne qui a intervenu par visioconférence et à celle d’un de ses conseillers littéraires et culturels de nationalité togolaise.

La soirée a été, à la fin, marquée par un concours de lecture qui a opposé trois lycées de la Communauté urbaine de Niamey. Il s’agissait des lycées Mariama, Clab et Lumière Vive. L’ouvrage imposé était la septième œuvre de l’écrivain et Directeur général des NES intitulée «Au banc des accusés», un roman. À l’issue de ce concours, Mlle Dosso Richard Nadège, élève du lycée Mariama, a remporté le premier prix. Après la cérémonie de lancement officiel de cette maison d’édition conjointement organisée avec le CCFN Jean Rouch, le rendez-vous a été pris pour l’année prochaine, en fin d’année 2021, pour le projet culturel des ‘‘Nouvelles Éditions du Sahel’’ et de l’Association Poétique et Littéraire du Niger. Il s’agit de la 1ère édition du Festival du Livre dénommé le ‘‘Marché du Livre et des Arts du Niger’’(MALAN) qui accueillera des invités d’honneur panelistes de la sous-région et de l’Europe.

 Aïssa Abdoulaye Alfary(onep)