M. Ali Karim Alio, Directeur Général de Webb Fontaine Niger : « Webb Fontaine appuie le Niger dans le cadre des réformes économiques engagées et promeut la sécurisation, la mobilisation et la bonne gestion des recettes de l’Etat en modernisant et en promouvant le Commerce Extérieur du Niger »

Invite de sahel dimanche

Mr le Directeur général, pouvez-vous nous présenter le Groupe Webb Fontaine ?

Je remercie l’ONEP pour l’occasion qu’il me donne de parler de notre entreprise Webb Fontaine Groupe. C’est une multinationale qui est basée à Dubaï et qui est présente dans 19 pays du monde. Webb Fontaine est spécialisée dans la facilitation du commerce extérieur, à travers la mise en place de solutions innovantes pour la facilitation et la dématérialisation des procédures Import-Export entre autres. Le projet de Webb Fontaine au Niger est conforme aux engagements pris par le gouvernement sur le plan international dans le cadre de l’accord de facilitation des échanges. Il est également conforme au plan stratégique de la Douane, qui prévoit la mise en place d’un Guichet Unique en collaboration avec un partenaire technique. En Afrique, le Groupe Webb Fontaine est présent notamment au Nigeria, en Côte d’ivoire, au Benin, en Guinée, en République Centrafricaine, en Ethiopie et en Egypte. Ainsi, Webb Fontaine cumule un capital d’expérience très large dans des pays à contextes très différents, ce qui lui permet non seulement de s’adapter au contexte nigérien mais aussi d’apporter son expérience acquise ailleurs. Au Niger, le Groupe Webb Fontaine a signé un contrat de Partenariat Public Privé (PPP) de 10 ans avec l’Etat du Niger, ce qui a abouti à la création de la Société gestionnaire de la plateforme du Guichet Unique du Commerce Extérieur du Niger (GUCE –Niger), Webb Fontaine Niger SA.

Vous venez d’évoquer le contexte nigérien, pouvez-vous nous dire dans quels domaines vous intervenez ici au Niger?

Le GUCE-Niger a pour but de dématérialiser toute la procédure d’importation et d’exportation au Niger. Cette dématérialisation signifie évoluer dans un environnement zéro papier où tout va se faire à travers une plateforme électronique, accessible avec un navigateur Web, depuis un ordinateur, une tablette ou un téléphone intelligent et qui permettra aux opérateurs économiques du Niger d’effectuer toutes leurs demandes de documents nécessaires à l’importation ou à l’exportation des marchandises. Déjà les opérateurs peuvent effectuer plusieurs opérations sur la plateforme du GUCE-Niger notamment :  obtenir la fiche statistique et les licences du ministère du commerce, effectuer la domiciliation bancaire et le paiement électronique des frais liés à ces démarches.

Aussi, dans un futur très proche ils pourront obtenir sur la plateforme, les autres autorisations établies par un ensemble de ministères techniques, qui sont dans l’écosystème du commerce extérieur. En plus des opérateurs économiques, tous les autres acteurs du commerce transfrontalier devront intervenir sur la plateforme pour délivrer les autorisations nécessaires à l’import /export au Niger. Il s’agit notamment de la CCIN, du ministère des Finances, du ministère du Commerce, de la Douane, des ministères techniques comme la santé, les mines, l’agriculture etc.) Toutes ces structures auront leurs espaces spécifiques qui leur permettront d’interagir avec les demandeurs de documents et d’information dans le cadre du commerce transfrontalier.

Quels en sont les autres solutions que vous proposez aux autres clients ?

Le GUCE-Niger est constitué d’un ensemble de modules que nous déploierons sur un certain nombre d’années conformément au contrat qui nous lie avec l’Etat du Niger. Dans la première phase du déploiement nous nous concentrons sur le pré dédouanement qui consiste en la constitution de la liasse documentaire qui sera nécessaire au dédouanement de la marchandise. C’est l’obtention de cette liasse que nous avons dématérialisé dans notre premier module appelé Dossier Virtuel de Transaction (DVT) qui permet, entre autres, la délivrance en ligne des fiches statistiques et des licences du ministère du commerce.

Dans un deuxième temps nous allons dématérialiser les autorisations et engagements de change, puis nous allons attaquer la délivrance des autorisations aux niveaux des autres ministères techniques tels que : la santé, les mines, l’environnement, l’élevage etc.

Dans une troisième phase nous allons travailler sur le module logistique qui permettra de faire les annonces des camions qui rentrent ou qui sortent du pays ainsi que des aéronefs. En plus de ces modules il y a des modules transversaux comme le module de statistiques qui sera mis à la disposition des décideurs et le module de paiement électronique déjà en place qui permettra in fine de payer tous les frais relatifs aux opérations du commerce extérieur.

Toutes ses fonctionnalités seront déployées à l’échelle nationale avec des création d’emploi à Niamey et à l’intérieur du pays.

A la fin du contrat de 10 ans, la première des choses sera le transfert de la propriété de toute la Plateforme du GUCE-Niger et de tout le mécanisme que nous aurions mis en place à l’Etat du Niger. Nous avons une salle serveur où toutes nos données sont sauvegardées ici dans un serveur de dernière génération et des équipements de dernière génération. Cette salle est complètement autonome et permet de tenir en cas de problèmes d’électricité ou d’internet pendant 3 à 4 jours d’autonomie. Donc, tout cela va être la propriété du Niger, avec le programme de transfert de compétences qui est mis en place afin que tout ce qui est expertise sur les Plateformes, sur les équipements, sur les relations avec les parties prenantes, soient transmis à l’Etat. A l’issu des dix ans Webb Fontaine va se retirer entièrement du projet.

M. le D.G, concernant le commerce extérieur, quelles sont vos interventions?

En ce qui concerne ce domaine, nous venons faciliter le commerce extérieur et accompagner les différents acteurs. Il est important de rappeler ce que le projet apporte aux différentes parties prenantes.

Concernant les opérateurs économiques, déjà il faut souligner qu’ils gagnent en célérité. Aujourd’hui, ces derniers mettent 3, 4, voire 5 jours minimums pour faire certaines opérations, alors qu’avec le GUCE-Niger ces opérations peuvent être effectuées en 24h ou moins. Par exemple la première fiche Statistique créée dans le GUCE-Niger a été faite en moins d’une heure c’est -à-dire en moins de temps qu’il n’aurait fallu à l’opérateur économique de se rendre à la Chambre du Commerce pour acheter son formulaire à remplir. La plateforme apporte donc énormément de gains de temps pour nos opérateurs économiques et vous savez les hommes d’affaire ont un adage qu’ils aiment c’est “Time is money”, alors donnez-leur du temps c’est comme si vous leur donnez de l’argent le tout sans qu’ils aient à se déplacer.

Ensuite, il faut noter qu’avec le GUCE-Niger, toutes les opérations sont effectuées dans un espace privé et sécurisé auquel personne ne peut avoir accès sans leurs autorisations. Leurs données seront stockées, autant de temps qu’ils le désirent sans risque de perdre des documents.  Ainsi, dès qu’on leur demande des documents par rapport à leurs activités de commerce extérieur, ils peuvent facilement y accéder en ligne et à tout moment. C’est l’avantage de cet environnement de zéro papier.

Du côté de l’Administration, le GUCE-Niger donne à la Douane une certaine visibilité. Car elle a accès aux informations financières des marchandises et elle sait quelles sont les sommes qui ont été transférées pour faire venir les marchandises et l’opérateur ne peut donc pas changer de facture pour diminuer les montants à payer à la douane et cela va contribuer à l’augmentation des recettes douanières. Le système du GUCE-Niger permet le partage d’informations fiables et transparentes à tous ceux qui ont besoin de savoir et uniquement ceux-ci. Cette procédure garantit la fiabilité et la disponibilité des informations, qui seront utilisées du début à la fin des opérations du commerce extérieur. Il faut aussi noter que le système GUCE Niger, impulsé par la Douane, se greffe au système douanier nigérien comme le SYDONYA, sans pour autant le remplacé. Ainsi, avec la plateforme du Guichet Unique et la transparence qu’elle met en place, l’Etat à la possibilité de, non seulement mobilier ses ressources mais aussi de les accroître. Grâce à cette plateforme, les opérateurs et les autres acteurs qui font leurs déclarations, vont directement, rapidement, efficacement et qualitativement faire leurs opérations depuis leurs lieux de travail habituel.

Je rappelle que le Guichet Unique rentre parfaitement dans le cadre du Plan Stratégique (PDES 2017-2021), mis en place par l’Etat, depuis quelques années.  Il faut rappeler aussi que ce projet est une plateforme communautaire en ce sens que tous les Etats membres de l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC) et ceux de l’UEMOA, se sont engagés dans le cadre de l’accord de facilitation des  à mettre en place un Guichet Unique pour le Commerce extérieur. Presque tous les pays, qui sont autour du Niger, en possède et cela depuis 10 ans pour certains. C’est dire que les Nigériens, surtout ceux qui travaillent avec ces pays (commerçants, exportateurs, importateurs, transitaires, etc.), connaissent déjà très bien l’usage et l’utilité d’un Guichet Unique.

Parmi vos domaines d’intervention, on note des interventions au niveau des infrastructures. Comment Webb Fontaine pense-t-il accompagner le Niger dans ce domaine infrastructurel ?

En effet, le projet du GUCE-Niger n’est pas seulement un projet informatique et technologique. Ce projet, se veut aussi être celui de gestion du changement. Nous sommes, tout à fait conscient du fait qu’il est très difficile de vouloir intervenir dans un environnement ayant acquis certaines habitudes et vouloir le changer sur le coup, surtout concernant l’informatique et la technologie. Notons qu’au Niger, la plupart de nos opérateurs restent des gens de la  »vieille école », habitués aux anciennes méthodes. Ce qui nous a obligé à mettre en place un certain nombre de mécanismes, pour aider ces gens à comprendre et à s’approprier ce projet. C’est ainsi qu’un plan de communication contextualisé se basant sur la proximité des différents acteurs, a été mis en place. Nous avons aussi pris en compte certaines recommandations qu’ils ont bien voulu formuler à la suite de différentes rencontres avec nos experts. Webb Fontaine apporte également un support en termes d’infrastructures et d’équipement, aussi bien aux opérateurs économiques qu’aux acteurs gouvernementaux intervenant dans le commerce international. C’est ainsi qu’une salle informatique avec des équipements de dernière génération avec toutes les commodités a été inaugurée le 12 mai 2022 à la Chambre de Commerce. Cette salle est ouverte à tous avec des agents de Webb Fontaine qui assistent gratuitement les opérateurs économiques, ce qui leur permet d’ouvrir un compte pour avoir accès au GUCE-Niger et de gérer au jour le jour les documents dont ils ont besoin pour leurs opérations, lesquels sont archivés, sécurisés et sauvegardés sur la plateforme. Ces opérateurs peuvent aussi bénéficier au frais de Webb Fontaine, des formations, des manuels, des tutoriels, des documents audios visuels, portant sur des activités commerciales, etc. Le même dispositif d’infrastructure et d’équipement est disponible à notre siège de Webb Fontaine de Niamey et cela tous les jours ouvrables. En plus, nous avons mis en place un centre d’appel multilingues avec des agents parlant   le Français, le Haoussa et le Zarma pour permettre aux opérateurs économiques de parler dans la langue de leur choix à l’agent qui sera capable de les accompagner tout le long de leurs démarches administratives

Au niveau de l’Administration, nous accompagnons et appuyons aussi les acteurs intervenant dans le domaine commercial. Nous dotons les acteurs institutionnels, qui rentrent dans le cadre du contrat, en matériels informatiques, selon leurs interventions dans les validations de procédures, cela en nous assurant qu’ils ont des équipements informatiques et une connexion internet fixe et fiable. Nos fournisseurs internet nous garantissent une fiabilité d’internet à 100 % même en cas de coupure générale, nous sommes priorisés. En plus, nous assurons régulièrement des formations de mise à jour, de mise à niveau, etc. Dans la cadre de ce projet, nous mettons aussi en place des organes de gouvernance, à savoir le comité de pilotage et le comité technique de suivi. Ce dernier comité est constitué d’acteurs qui sont parties prenantes directes du projet, comme : le Ministère des Finances, le Ministère du Commerce (MC), la Direction Générale des Douanes (DGD), la Chambre de Commerce et de l’Industrie du Niger (CCIN) et Webb Fontaine Niger, qui ressortent et analysent les différentes problématiques que rencontrent le GUCE-Niger, font des propositions de solutions, qui sont soumises au Comité de pilotage lequel est constitué de l’ensemble des parties prenantes. Ainsi, toutes les structures qui s’impliquent dans le commerce extérieur, à savoir, en plus des structures citées plus haut, le syndicat des importateurs, exportateurs, l’association professionnelle des banques, des différents Ministères sectoriels et techniques impliqués dans ce domaine. Donc tout ce beau monde, se réunit et réfléchit et fait des propositions pour voir comment le Guichet Unique fonctionne et éventuellement, quelles peuvent être les textes ou lois qu’il faille proposer pour améliorer le commerce extérieur au Niger.

De manière globale, Dites-nous, quelles sont les perspectives de Webb Fontaine au Niger ?

Je dois dire et reconnaitre qu’en matière de modernisation et de promotion du commerce extérieur, Webb Fontaine reste un partenaire à l’écoute, disponible, expérimenté et efficace pour le Niger. Nous connaissons et analysons les besoins des Nigériens dans ce domaine, auxquels nous apportons des solutions adéquates en collaboration avec nos divers et multiples partenaires locaux. Pour l’instant, nos interventions au Niger sont surtout canalisées vers le Guichet Unique. Nous envisageons que d’ici trois à quatre ans, tous les modules du GUCE-Niger soient totalement complétés. Selon les besoins, qui peuvent émerger, des propositions de solutions peuvent être faites même en dehors du Guichet Unique, pour accompagner certaines Institutions, que ce soit dans le commerce extérieur ou non. D’autres services que Webb Fontaine propose, cadrent avec la stratégie commerciale du Niger. Nous sommes à l’écoute et proactifs dans les propositions de solutions qui cadrent avec le contexte de chaque pays, dans lequel nous intervenons. Je rappelle qu’après la signature du contrat sur le Guichet Unique, intervenu en janvier 2021, tout le mécanisme qui a été mis en œuvre, jusqu’aujourd’hui, est un mécanisme de travail de proximité et cela avec toutes les institutions qui rentrent dans le cadre du commerce extérieur. Ainsi, nous avons pris notre temps pour réunir et écouter tous les différents acteurs et voir comment mettre en place un Guichet Unique purement nigérien et surtout en adéquation avec la réglementation nationale. Donc nous avons eu à faire tout un travail de collecte de textes de lois, de circulaires, d’arrêtés, de notes et d’ordonnances, régissant le commerce extérieur au Niger. Toutes les opérations et procédures qui sont ou seront faites, à travers le GUCE-Niger, sont légales et sont basées sur les textes et lois de la République du Niger. Dans ses interventions Webb Fontaine va toujours se conformer au contexte local, en réunissant les acteurs, en les consultant, en les écoutants, afin d’apporter, une expertise, une expérience et des solutions adaptées aux besoins locaux.

Par  Mahamadou Diallo(onep)